East London

Inscription
Connexion

Parée pour une nouvelle vie  Solo 

Il était tôt quand Luttoria sortit de Poudlard. Elle pleurait et elle détestait ça. Sa vie avait changé du jour au lendemain, sans prévenir. Hier encore, sa vie était banale. Tout avait basculé quand Violet Romans, son amie lui avait annoncé la mort de son pauvre père. Luttoria descendit les quelques marches et s'arrêta. Elle repartit puis se stoppa encore. Elle fit ça une dizaine de fois jusqu'à arriver aux Poudlard express. Elle avait quitté sa famille une semaine auparavant et elle revenait. Elle monta dans le train rouge et blanc. Il se mit à pleuvoir. Luttoria regarda le ciel. Elle murmura avec une toute petite voix :

- Je sais que tu es triste papa... c'est pour ça que tu pleures. Ne pleure pas, je ne suis pas triste. De toute façon, on se retrouvera un jour...

Puis elle s'assit sur un siège. Pendant tout le voyage, elle regarda le paysage continuant de pleurer en douceur. Puis au bout de longtemps, le train s'arrêta. Le voyage était fini. La fillette sortit. Au loin, une petite voiture rouge était garée. Luttoria s'approcha. Elle ouvrit la porte. Puis, elle s'assit. Sa mère, sans dire mot démarra la voiture. Sa mère avait pleuré, de chaudes larmes même... son maquillage avait coulé. Ses larmes étaient noires. La mère prit la parole.

- Mais... ou sont donc passées tes jolies couleurs ? Et tes cheveux ?


Luttoria ne s'était pas coiffée et regardée depuis un jour. Elle avait aussi gardé ses vêtements de la veille. La fillette sortit de sa poche un miroir brisé. C'était un cadeau de son père. Quelques heures après avoir appris la mort de son père, elle avait balancé son miroir. Elle se regarda. Elle était blanche et ressemblait à un vampire. De grosse cernes entouraient ses yeux. Le voyage continuait. Puis quand elles arrivèrent, Lutttoria sortit de la voiture et se dirigea vers la porte d'entrée. Elle ouvrit la porte. Ses petits frères n'étaient pas là.

- Ou ils sont Jacques et Jim ?
- Chez mamy.
- Ils savent déjà ?
- Non.

Luttoria alla s'assoir à la table de la salle à manger. Dans un bol, il y avait de petits chocolats au lait. Les préférés de Luttoria. Seulement, elle n'avait pas envie d'en manger. C'était comme si sa gourmandise l'avait quittée. Sa mère arriva. Elle alla ouvrir le rideau de la cuisine.

- Voilà, j'ai tout perdu. J'ai perdu mon mari que j'aimais tant. Je suis maintenant une veuve enceinte...

- Une veuve enceinte ?
- Oui, nous voulions vous prévenir ton père et moi. Il devait venir ici la semaine prochaine pour qu'on vous l'annonce. Cela devait faire un effet de surprise...
- Mais... c'est pour quand ?
- Dans trois mois.

La jeune fille regarda sa mère bouche-bée. Elle n'en revenait pas...

Même le plus petit des serpents a du venin !
Bonne année, bonne santé et meilleurs vœux !
Rédactrice en chef de Serpentard !
Merci à vous tous d'être ce que vous êtes !

Parée pour une nouvelle vie  Solo 

" Je suis maintenant une veuve enceinte... "

Ces six petits mots résonnaient dans la tête de Luttoria. Sa mère... enceinte et veuve à la fois. Luttoria regardait sa mère bouche bée. En plus, le bébé allait naitre dans seulement trois mois. Bientôt, une nouvelle personne rejoindrait la famille. Une fille peut être... ou un garçon. Mystère ! Une fille ou un garçon ? Que préférait Luttoria ? Luttoria aimait ses petits frères même si parfois, ils étaient assez embêtant. Les garçons quoi ! Mais une fille... elle pourrait la coiffer, jouer à la poupée avec elle.

"Une fille..."

Ces deux mots résonnaient dans la tête de la jeune fille. Elle préférait une petite sœur. Mais comment savoir si dans le ventre de sa mère régnait une petite sœur ou un petit frère ? Six ans auparavant, la fillette ne savait pas si elle allait avoir deux petites sœurs, deux petits frères ou un petit frère et une petite sœur. Elle savait au moins qu'il y en avait deux... des jumeaux. Ses parents savaient eux, que c'était des petits frères mais c'était la surprise. La surprise n'avait pas été très heureuse. Luttoria avait espéré des petites jumelles. Aussi, la petite qui n'était qu'une enfant avait fait beaucoup de crises. Elle était très jalouse, vraiment très jalouse. Ses frères avaient tout ! Des jouets, toute l'attention. Luttoria disait " hey ! Je suis la moi ! Regardez moi ! Pourquoi je n'ai rien moi ? Je voudrais des poupées comme dans la vitrine en bas. Hey !" Sur ce, elle s'était mise à pleurer. Personne ne l'avait soutenu dans cette épreuve. Quand les enfants n'ont que cinq ans, on ne les prend pas au sérieux, dommage.

Puis la porte s'ouvrit violement. Jacques et Jim entraient dans la pièce. Ils crièrent en chœur :

- Luttoria ! Tu savais que papa il est parti en vacances  ?
- Il parait qu'il n'y a que des nuages là bas. lance le petit Jim.
- En plus, mamy elle m'a promis que je pourrais y aller un jour pour retrouver là bas. dit l'autre.
-Et puis mamy elle a dit aussi que il faut pas pleurer. Moi j'ai pleurer quand j'ai su qu'il resterait en vacances pour toujours mais un jour il en aura assez de marcher sur les nuages...
- Ben pourquoi tu pleures ?
- Non rien... c'est à vous entendre. Vous paraissez tellement heureux...

Puis Luttoria retourna en courant dans sa chambre... elle pleurait.

Même le plus petit des serpents a du venin !
Bonne année, bonne santé et meilleurs vœux !
Rédactrice en chef de Serpentard !
Merci à vous tous d'être ce que vous êtes !

Parée pour une nouvelle vie  Solo 

Ce que venaient de dire ses petits frères, Luttoria en avait le souffle coupé. Est ce que ils pensaient vraiment ce qu'ils disaient ? Est ce qu'ils
savaient ce qu'était la mort ? Le paradis ? Non, ils ne le savaient pas. Pour eux le monde était enchanté, magique. Il ne l'était seulement qu'avec les sorciers comme Luttoria. D'ailleurs, est ce que les jumeaux étaient des sorciers ? Bonne question ! Elle le saurait dans quatre ans. Et le nouveaux bébé ? Dans dix ans lui ou elle. Elle de préférence. Ou lui si c'est un garçon.

La porte s'ouvrit en grinçant. C'était la grand mère de la fillette. Elle annonça :

- Luttoria... tu dors ?
- Non... dit la jeune fille en murmurant.
- Je peux entrer ?

Luttoria ne répondit pas. Sa grand-mère entra quand même. Luttoria était devant sa fenêtre grande ouverte. Il faisait froid et il y avait du vent, beaucoup de vent. La vieille femme avança de quelques pats puis alla s'assoir sur le lit de sa petite fille. Luttoria se tourna puis alla vite se jeter dans ses bras. Elles pleurèrent ensemble un long moment.

- Tu sais Luttoria... ton papa, il était malade.
- Oui... mais maintenant il est plus là mamy.
- Moi quand j'avais onze ans, quand j'étais à Poudlard comme toi, mon amie est venue me voir. Elle m'a appris la mort de mon père... je n'ai pas pleuré. Enfin, je crois. Je déteste pleurer.
- Moi aussi mais c'est dur de ne pas pleurer quand on est triste.
- Il faut tourner la page.
- Mais ma maman attend un bébé. Je ne sais pas si c'est une fille ou un garçon en plus ma là n'est pas le problème.
- Une.
- Une quoi ?
- Une fille.
- C'est vrai ?
- Oui mais c'est secret. Chuuuuut.
- Merci mamy ! Je t'aime tu sais !

Puis la grand-mère sortit sans bruit pour que Luttoria se remette de ses émotions. Une fille. C'était une fille. Une petite sœur rien que pour elle. enfin... presque. Luttoria avait deux frères. Deux frères une sœur ! Ca fait trois frères et sœurs, le chiffre porte bonheur de Luttoria.

- Une sœur... ma sœur.

Quelques minutes passèrent. Luttoria souriait. Elle riait même. Elle pensait à sa sœur. Comment allait t-elle s'appeler ? Chantale ? Trop laid. Bernadette ? Trop ancien et trop long. Xena ? Trop moderne. Belle ? Ca n'irait pas si elle était laide, enfin toutes les petites filles sont belles. Lucie ? Elle aimait sa grand-mère qui s'appelait Lucie mais elle ne voulait pas que sa sœur et sa grand-mère aient le même prénom. Octavia ? Ce serait trop recopier le prénom de sa directrice de maison...

- Il faut tourner la page. dit t-elle dans un souffle.

Puis son regard changea. Elle souriait beaucoup plus...

- Mathilde... Mathilde... Mathilde ma petite sœur...


Suite à ça, elle sortit de sa chambre en courant, elle était heureuse.

Même le plus petit des serpents a du venin !
Bonne année, bonne santé et meilleurs vœux !
Rédactrice en chef de Serpentard !
Merci à vous tous d'être ce que vous êtes !

Parée pour une nouvelle vie  Solo 

Luttoria courait, elle aimait courir... Elle sortit de la maison en courant car elle aimait ça, courir... Courir, c'était comme voler de ses propres ailes... Courir quoi. En descendant les escaliers à toute vitesse, Luttoria tomba et fit trois roulades avant à la suite. Arrivée en bas, la fillette avait la tête qui tournait et un gros mal de crane.

- La prochaine fois, je descends en marchant.

Puis elle poussa la lourde porte couleur émeraude qui menait dehors. Malheureusement, il se mit à pleuvoir d'immenses cordes et le ciel s'assombrit. Luttoria ressentait l'impression que le ciel était contre elle depuis deux jours. Elle leva les yeux au ciel. Mais ça, c'était rien pour désespérer notre jeune héroïne. Un toute petite pluie, ça fait juste de grosses boucles aux cheveux mais rien de plus grave. Ou peut être un rhum aussi, non ? De toute façon, la jeune fille n'allait pas retourner à Poudlard avant une bonne semaine. Pour s'habituer à une mort, il faut du temps.

- Bon, je vais ou ? Sur mon pont préféré ! Tower Bridge !

Elle se remit à courir. Elle continua longtemps jusqu'à apercevoir une vielle femme avec un caban rose avec des motifs de fruits. Luttoria se mit à rire et s'empressa de rejoindre la femme. La petite lui prit la main et tout naturellement, la vielle femme serra la fillette dans ses bras... Cette vieille personne n'était autre que la douce grand mère de Luttoria.

- Je savais que je te trouverais ici mamy...
- C'est mon endroit favoris, Tower Bridge, comme toi !
- On y va ?
- Immédiatement mais d'abord je voudrais passer dans cette petite boutique, ça ne te gène pas j'espère.
- Du tout !
- Tu vois je viens de voir dans la vitrine un sac arc en ciel et je le trouves beau. Et toi ?
- Ouais pas trop... J'aime mieux ton sac là.
- Qu'est ce qu'il se passe ma chérie ? Je ne te connais pas comme ça... Pessimiste, triste.
- Je suis désolée mais c'est bien plus dur à expliquer... Papa...
- Bon moi il me plait quand même et je vais l'acheter. Va sur le pont je te rejoins très vite.
- Oui.

Ainsi, vexée, la petite fille alla sur le pont dans l'espoir que la conversation qu'elle venait d'avoir avec sa grand-mère ne soit jamais arrivée... Quelques minutes passèrent et elle se trouva nez à nez avec Tower Bridge. C'était un magnifique pont.

Même le plus petit des serpents a du venin !
Bonne année, bonne santé et meilleurs vœux !
Rédactrice en chef de Serpentard !
Merci à vous tous d'être ce que vous êtes !

Parée pour une nouvelle vie  Solo 

Luttoria avança de quelques pats. Elle regarda les alentours. Tower Bridge... Il n'y avait rien à part Tower Bridge. Le pont prenait quasiment toute la place, il ne pouvait donc y avoir autre chose. Luttoria regarda le ciel. L'orage s'était calmé. Maintenant régnait un immense soleil... La jeune fille se tourna. Derrière elle, elle vit une petite rousse aux yeux verts et une grande blonde aux yeux bleus. C'était ses anciennes amies avant d'entrer à Poudlard... Annabelle et Sophie ! D'étranges jumelles qui ne se ressemblent absolument pas. Annabelle, la grande blonde avait un cœur de pierre. La chose qu'elle aimait le plus était les chats morts sur les routes... Sa jumelle, Sophie, la rousse était surement la plus gentille fillette existant dans le monde. Elle montrait toujours des signes d'attention comme donner une fleur, une bague... La petite sorcière était heureuse de revoir ses amies d'avant mais elle avait un pincement au cœur. Deux pincements au cœur. Le premier, mentir sur son identité et la deuxième, elles ne devaient pas être au courant de la mort de son père...

- Hey Luttoria ! lança Sophie. Comment tu vas ?
- Bien et vous ?
- Plus mal qu'autre chose... annonça Annabelle.
- Mais pourquoi ?
- Il n'y a pas eu de chats morts sur les routes aujourd'hui...
- Je dois bien avoir quelque chose dans mon sac pour toi ma chère Luttoria. Tient ! Un petit chaton bleu en peluche ! Il est pour toi !

Luttoria fit un signe de remerciement à son amie et prit le chat bleu dans ses bras et lui fit une caresse. Il était mignon et tout doux. Il dormirait avec elle.

- Et sinon, tu reviens cet été ?
- Oui.
- Et ton père aussi ou il reste avec ses éléphants ?

Luttoria ferma les yeux et soupira. Elle dit dans un souffle quelque chose qui ressemblait à " si seulement... " Quelqu'un posa ses mains sur les épaules de la jeune fille pour lui redonner du courage. Il ne fallait pas cacher la vérité. Avant de se lancer, Luttoria regarda à qui appartenaient les mains... C'était celle de sa très chère grand-mère. Et c'est avec une grande inspiration qu'elle commença son récit.

- Mon père nous a quitté hier...

Sophie, très émotive se mit à pleurer et se jeta dans les bras de Luttoria... Elle lui chuchota à l'oreille un petit mot comme " je suis désolée, je ne savais pas... " L'autre jumelle, avec un cœur de pierre se mit à rire. A rire tellement fort qu'elle en tomba par terre.

- Haha ! Un peu de mort dans ce monde ! Ce n'est pas un chat qui est mort mais un homme ! Encore mieux !


Et là, Luttoria s'approcha d'Annabelle. Elle lui donna une " claque " ou une " baffe".

- La prochaine fois que tu dis ça, je te jure je te jette à l'eau... La mort n'est pas drôle !


Sur ce, les deux jumelles partirent. Une heureuse et une malheureuse. En tout cas, la fillette se jura que plus jamais, la fille au cœur de pierre serait son amie.

Même le plus petit des serpents a du venin !
Bonne année, bonne santé et meilleurs vœux !
Rédactrice en chef de Serpentard !
Merci à vous tous d'être ce que vous êtes !

Parée pour une nouvelle vie  Solo 

- Et ben. Ta copine Annabelle... annonça la grand-mère.
- C'est plus mon amie.
- Je m'en doutais.

La petite fille courra dans les bras de sa grand-mère et l'embrassa de toutes ses larmes. Il fallait qu'elle pleure pour ne pas " pourrir ". Son père lui avait dit " lorsque qu'on est triste, il faut pleurer. On doit pleurer, sinon... On va pourrir. Comme une pomme ! " . Surement plaisantait t-il mais Luttoria l'avait pris au sérieux. Mais là, il y avait deux raisons pour lesquelles il fallait pleurer. La première, le père de la jeune Luttoria avait quitté la terre et l'autre, Luttoria venait de perdre une amie qu'elle appréciait beaucoup. Mais aussi, elle était heureuse pour une autre raison. Un jour, son père lui avait dit je suppose en plaisantant " Tu sais ma chérie, un jour, quand tu connaitras une grande joie et que tu seras très excitée et que tu sauteras partout tu pourrais te transformer en une puce ! Alors, je te conseille de ne pas sauter partout mais de garder ton calme." et elle l'avait cru comme d'habitude. Et, Luttoria restait calme avec une grande excitation. Cette excitation était bien évidement la naissance de sa petite sœur. Et un jour, son père lui avait dit pour rire " Et si un jour, tu connais la tristesse et l'excitation, tu risques de fondre ! Fondre ! Tu te rends compte ! Alors à ta place, je cacherai mes émotions. " Depuis ce jour, la petite fille ne montrait plus ses émotions mais là, s'en était trop. Comment ne pas pleurer quand on apprend la mort d'une personne que l'on aime ? Avec une grande inspiration, la grand-mère prit la parole avec une voix toute tremblante.

- Ma petite chérie... Tu sais que dans la famille c'est l'ainé qui choisit le prénom de ses frères et sœurs ?
- Oui... Mais je n'ai pas choisis mon prénom.
- C'est normal ! Mais, c'est la grand-mère qui choisis le nom de l'ainé.
- C'est toi qui a choisis le mien ?
- Oui, ça te plait ?
- Oui !
- Et toi quel prénom choisis tu ?
- Je l'ai déjà trouvé... Mathilde.
- J'ai moi aussi hésité entre Luttoria et Mathilde.

Luttoria reprit sa grand-mère dans ses bras. Elle avait hâte de connaître sa petite sœur... La petite Mathilde. Elle lui ressemblerait peut être. Luttoria deux. Oh, quel bonheur ! Luttoria avança et sa grand-mère la lâcha. La petite montra du doit une colombe blanche. Cela montrait le signe de la paix. Ainsi, les deux filles se prirent la main et retournèrent à la maison.


Même le plus petit des serpents a du venin !
Bonne année, bonne santé et meilleurs vœux !
Rédactrice en chef de Serpentard !
Merci à vous tous d'être ce que vous êtes !