East London

Inscription
Connexion

Entrevue pour une potion  PV 

Le 11 Août 2043


Voilà trois ans que Victoria avait quitté Poudlard et elle se souvient avoir dit ne plus jamais mettre les pieds dans cette école qui lui avait causé bien des dommages. En trois ans, elle en avait fait des choses, le job d’été au chaudron, les études de sport en Irlande, elle ne pensait pas être recruté par les Pies de Montrose pour le poste de batteur. Et dire qu’au départ elle voulait juste avoir une qualification lui permettant de gérer l’organisation des championnats britanniques. Elle n’aurait jamais pensé jouer aussi bien. Faut dire qu’à Poudlard, elle était douée, mais certaines personnes l’étaient encore plus : Ambre Baxrendhel était une excellente adversaire, très dangereuse armée d’une batte. C’est d’ailleurs pour ça, que les deux filles ne pouvaient pas s’entendre. Poudlard, ce n’est pas du passé : Victoria a été embauché il y a peu pour reprendre les cours de vol à Poudlard. Vu son amour pour les cours et l’enseignement lorsqu’elle était élève, c’est presque une farce qu’elle soit devenu prof, et pourtant… Mais bon, quand on voit que Kristen Loewy est devenu directrice de Poudlard, on peut s’attendre à tout !

Aujourd’hui, Victoria Pidloux avait rendez-vous avec Magdaléna Xarinez qui sera professeur de Potions en septembre. Les deux femmes ne s’étaient jamais vu mais Victoria n’avait pas le choix, elle devait s’assurer que sa quantité de potions tue-loup seraient prête à temps pour le moment de ses transformations durant l’année. Lorsqu’on a sa « maladie », on a pas le choix, on doit d’adapter. Les deux sorcières avaient prévue de se retrouver dans le Londres Moldu. Il fallait un lieu commun car elles ne se connaissent pas mais il fallait aussi que la conversation soit tenu à l’abri des oreilles des sorciers car cela pourrait être très mal vu et nuire à sa réputation de joueuse pro et de future professeure.

Arrivé sur la rive Est de la Tamise, non loin du Tower Bridge, l’endroit était bondé de tourisme. Bon avec un peu de chance, ce seront des tourismes moldu qui ne trouve des loups-garou que dans ces fameuses photos qui dure une heure et où les gens sont à divers endroits en même temps. Mais Vicky sait quoi faire pour éviter d’avoir des soucis. Avant toute chose, fallait trouver cette fameuse Madame Xarinez. Une femme s’approcha justement d’elle, la jeune fille aux cheveux rose demanda :

« Bonjour, vous êtes madame Xarinez? »

Professeur de Vol ~ Batteuse titulaire chez les Pies de Montrose ~ Membre de l'équipe des Niffleurs (Animation Stade du Chaudron) ~ Membre du club "notre supérieure est tyrannique mais on reste parce qu'on est maso"

Entrevue pour une potion  PV 

Revenue à l'air libre après un trajet de plusieurs minutes dans le métro londonien, Magdaléna ne put s'empêcher de prendre une grande bouffée d'air. Merlin ! Qu'est-ce qu'elle détestait ce « Tube », comme les moldus britanniques l'appelaient ! Pourtant, elle avait eu l'occasion de l'emprunter à de nombreuses reprises lors de ses études à l'Institut Magique des Sciences, ne serait ce que pour se rendre à ses longues sessions de recherche à la British Library... En repensant à cette époque, qui lui semblait déjà bien loin, elle eut un sourire amusé. *Si mes élèves savaient le nombre de fioles d'Aiguise-Méninges que j'ai ingurgité pendant ces années, mes appels à la prudence n'auraient plus aucune crédibilité...*, songea-t-elle avec dérision.

Après ces quelques instants de nostalgie, la jeune espagnole reprit sa marche vers le point de rendez -vous convenu avec sa future collègue, Victoria Pidloux. La potionniste avait été surprise de trouver un hibou à son retour à Poudlard, il y a quelques jours. Elle n'avait d'ailleurs pas compris tout de suite le but de ce message : se rencontrer ? pour quelle raison ? Victoria et Magdaléna ne s'étaient jamais vu, n'avaient, a priori, pas de raison de faire connaissance ainsi, avant la rentrée ET en « zone moldue »... ! Toutefois, après quelques échanges, la jeune femme comprit que son interlocutrice avait, en quelque sorte, une « petite » particularité qu'elle souhaitait ne pas ébruiter...  Bien-sûr ! Tout s'expliquait et la jeune espagnole donna finalement son accord pour une entrevue. C'est ainsi qu'elle se retrouvait, en plein mois d'août, à Londres, en vue du Tower Bridge. Restait à trouver sa collègue...

La description donnée était plutôt succincte mais... pourtant terriblement précise... *Des cheveux roses, je cherche des cheveux roses*, se répétait inlassablement Magdaléna en parcourant la foule des yeux. *Mais pas vrai ça! Il n'y a vraiment que les moldus pour s'agglutiner ainsi...* En effet, même si la brune était une née-moldue, elle avait toutes les peines du monde à comprendre les habitudes vacancières de ses congénères : quel intérêt trouvaient-ils à se grouper en masse aux mêmes endroits, à la même période..., tels des troupeaux effectuant leur transhumance... ? Cela échappait totalement à la jeune professeure et cette fâcheuse habitude l'agaça plus qu'autre chose : elle perdit un temps fou avant d'apercevoir une chevelure rose. *Enfin*, se réjouit-elle en se dirigeant habilement vers sa cible.

Victoria était jeune, beaucoup plus que le pensait Magdaléna finalement, qui lui donna 3 ou 4 ans de moins qu'elle-même. Du haut de ses 24 ans, la potionniste se prît un petit coup de vieux... et le « madame » lâché par Victoria ne fît rien pour dissiper cette impression !

«  Hum, oui, c'est bien moi, en lui tendant la main. Je suppose que vous êtes Madame Pidloux... ? Sans attendre de réponse à cette question de pure forme, elle enchaîna. Il serait peut-être plus pratique de laisser tomber le vouvoiement, ne croyez-vous pas... ? Après tout, il est plus que probable que nous soyons amenées à nous côtoyer de façon régulière... Qu'en-pen... Ne vous excusez pas surtout ! lança-t-elle agacée vers un groupe d'adolescents hilares qui venait de la busculer. Décidément... Que diriez-vous de poursuivre cette discussion dans un endroit plus... humm, moins... peuplé ? Je connais que peu ce quartier, malheureusement, mais je suis sûre que l'on pourrait trouver un lieu pour discuter de notre, hum, affaire... ».


Si elle avait été plus directe, la jeune potionniste aurait pu tout aussi bien dire qu'elle en avait plus qu'assez de ces hordes de moldus malpolis et sans-gêne et qu'elle rêvait d'une limonade bien fraîche, au calme dans un endroit frais...

“Si vous avez l'impression que vous êtes trop petit pour changer quelque chose, essayez donc de dormir avec un moustique. Vous verrez lequel des deux empêche l'autre de dormir”

Entrevue pour une potion  PV 

Faut vraiment être désespéré pour penser pendre un pont en photo ! Un couple faisait un selfie à quelques centimètres de Victoria. Elle les regarda en pensant ce que serait sa vie minable si elle était une moldue. Mais pas très longtemps car la femme qu’elle venait d’interpeller quelques secondes plus tôt était bien la femme qu’elle recherchait : Magdaléna Xarinez se tenait devant elle. Tout de suite, elle demanda de laisser tomber le vouvoiement, une bonne nouvelle pour Vicky qui avait horreur de ses formalités et qui les respectait par pur obligation et respect. La jeune femme proposa ensuite d’aller dans un espace moins peuplé, encore une fois Victoria accepta, moins de gens, c’est moins d’oreilles susceptibles d’être sorcière et de comprendre la conversation que les deux femmes vont avoir.

« Oui, oui appelle-moi Victoria, ce sera plus simple que le vouvoiement. Allons dans cette ruelle, il nous faut un endroit tranquille et à l’abri des oreilles indiscrètes ! »

Victoria entraîna sa future collègue dans une ruelle peu peuplé mais aussi peu rassurante. Des odeurs désagréables d’égouts et d’urines se font également un peu sentir, l’endroit n’était pas rassurant du tout mais au moins Victoria avait la certitude que peu de gens allait venir les embêter. Vérifiant autour d’elle qu’il n’y ait personne pour écouter, elle dit :

« Avant toute chose, j’ai besoin que tu me fasses confiance. Est-ce que tu peux me promettre que quelque soit la suite de cette conversation, rien ne sera répéter à personne ? Si les gens l’apprennent, je suis foutus. »

Effectivement, si la conversation venait à s’ébruiter, sa carrière sportive serait probablement interrompu, sa carrière professorale pas encore commencé réduite à néant et de nombreux fans crieraient certainement au scandale, surtout pour ceux qui ont peur des personnes lycanthropes. Victoria souhaiterait qu’un jour, elle puisse parler de sa « maladie » sans qu’on crie qu’elle est un monstre et qu’on l’aide à la place à adapter les lieux pour les gens comme elle. Elle aimerait aussi que chaque lieu magique dispose d’une salle sécurisé pour les transformations des lycanthropes. Ce sont des personnes normales, pourvu d’un tout petit handicap pas très dévalorisant si les gens prennent le temps d’accepter et de s’adapter pour se sécuriser. Mais ce ne sera pas pour tout de suite.

La jeune fille aux cheveux roses attendit la réponse en étant moins sur d’elle sur la suite des événements, elle avait peur d’un éventuel sorcier un peu plus malin qu’elle arrive à écouter la conversation, malgré les regards furtives qu’elle lançait depuis tout à l’heure dans toutes les directions ; dans cette endroit bondé de moldus, faire usage de magie n’étaient pas non plus recommandé, dommage.

Professeur de Vol ~ Batteuse titulaire chez les Pies de Montrose ~ Membre de l'équipe des Niffleurs (Animation Stade du Chaudron) ~ Membre du club "notre supérieure est tyrannique mais on reste parce qu'on est maso"

Entrevue pour une potion  PV 

A la vue de la ruelle désignée par Victoria, Magdaléna ne put retenir une grimace de dégoût : par Merlin, ce que Londres pouvait être sale par endroit... et surtout pourquoi avoir choisi ce lieu plutôt qu'un confortable pub anglais ! Certes, elle pouvait parfaitement comprendre le besoin de discrétion qu'éprouvait la jeune femme mais deux jeunes femmes, plutôt jolies, seules dans une ruelle douteuse de l'Est londonien... ? Autant lancer un Periculum... Magdaléna avait l'impression qu'elles n'attireraient pas plus l'attention !

Toutefois, la jeune espagnole n'avait pas vraiment le choix et elle s'y laissa donc guider par sa jeune collègue sans émettre le moindre commentaire. D'ailleurs, la future professeure ne perdit pas de temps et reprit la parole. Ses propos ne manquèrent pas de surprendre l'Espagnole...

« Te faire confiance... ? N'est-ce pas plutôt le contraire... ?, s'étonna-t-elle. Tu le dis toi-même : si je parle, tu perds tout... »

Magdaléna n'avait, bien évidemment, pas l'intention révéler à quiconque le secret de Victoria. La jeune femme avait eu l'occasion de côtoyer, et de venir en aide, à quelques lycanthropes et cela s'était toujours très bien passé : elle n'avait donc pas de griefs personnels. De plus, la professeure de potions perdrait beaucoup d'un point de vue professionnel. Enfin, si elle divulguait un tel secret, elle serait ensuite incapable de se regarder dans un miroir...

«  Ne t'en fais pas : ton secret sera bien gardé, la rassura-t-elle rapidement. Quant à la confiance que je te porte... Il est très compliqué de se faire une idée en quelques minutes mais je t'accorde, au moins, le bénéfice du doute... Afin d'éviter tout malentendu elle expliqua : Si le professeur Loewy t'a jugé digne de rejoindre Poudlard en tant que professeur, c'est qu'elle estime que tu ne présentes pas de danger immédiat pour les élèves... Et, même si j'ai fait sa connaissance il y a peu, il me semble clair qu'elle ne prend pas vraiment à la légère tout ce qui touche à la sécurité du château... »

Magdaléna conclut sa phrase par un petit sourire. Après tout, si ses calculs étaient exacts, Victoria connaissait bien mieux qu'elle la directrice de Poudlard... La jeune femme hésitait à lui demander son sentiment mais ce lieu et cette rencontre ne se prêtait pas vraiment aux confidences de ce type : elles auraient bien le temps de faire plus ample connaissance après la rentrée... Aussi, elle revint à leur sujet initial.

« T'es-tu déjà organisée pour ta... hummm petite particularité... ? Je sais que tu connais déjà le château et que la première n'arrive que pratiquement 3 semaines après la rentrée mais... crois-moi, ça passe très vite... D'ailleurs, si je peux me permettre, comment as-tu géré cela jusqu'à maintenant... ?, demanda-t-elle sincèrement intéressée.

La jeune femme espérait que Victoria ne prendrait pas sa question pour de la curiosité mal placée mais connaître l'homme, ou plutôt ici, la femme, permettait à la jeune potionniste d'ajuster et de modifier légèrement la composition de sa potion...

“Si vous avez l'impression que vous êtes trop petit pour changer quelque chose, essayez donc de dormir avec un moustique. Vous verrez lequel des deux empêche l'autre de dormir”

Entrevue pour une potion  PV 

Ce qui impressionna tout de suite Victoria, c’est que Magdaléna savait déjà pour sa lycanthropie. Juste avec les quelques mots qu’elle avait dit avant. La jeune fille aux cheveux roses se repassa la discussion mentalement pour savoir ce qu’elle avait dit de travers, elle n’est pas censé en parler à qui que ce soit, si Magdaléna l’a su comme ça, d’autres le pourrait aussi. Une sensation de panique monta un peu dans l’esprit de la future professeur mais ce n’était pas le moment de flancher. La professeur des potions rassura Victoria en lui expliquant que son secret sera bien gardé mais Victoria tiqua un peu, elle jouait sa carrière et sa cote de popularité auprès de ses fans. Elle pourrait faire les gros titres de la gazette, peut-être bien, si cela s’apprenait. Magdaléna tendit un sourire, ce qui a eut le mérite de rassurer un peu la jeune fille aux cheveux roses.

Ensuite, la future professeur de potions posa une question sur les détails technique de la transformation, comme le lieu etc. Victoria hésita, encore ; parce qu’elle ne voulait pas être déranger tout d’abord, pas en pleine transformation, elle pourrait blesser voir tuer la personne mais elle pense que sa collègue sera assez intelligente pour ça, mais si quelqu’un l’entendait, ici dans la rue ? On ne sait pas ce qu’il/elle pourrait faire. La deuxième raison, c’est le lieu. La chambre des secrets. Pas beaucoup de personnes connaissent son existence. En général, les gens connaissent la légende, à propos d’une bête féroce qui abriterait la chambre, contrôlable uniquement par l’héritier de Salazar Serpentard, bête féroce qui avait ensuite été battu par le grand Harry Potter.  C’est ainsi que la chambre était aujourd’hui vide et parfaitement utilisable pour les personnes comme Vicky. Surtout qu’il n’y avait plus besoin d’être fourchelang pour entrer. Victoria préféra alors ne pas tous dévoilé à sa collègue. Par prudence.

« J’ai appris à gérer… ça… à Poudlard justement, donc tout est déjà prévue de quand j’étais élève. Ce sera au même endroit, dans un lieu que seul une poignée de personne connaissent, et sans accès possible pour les jeunes, bien sur. »

Cela fait rappeler le fameux moment où allongé sur le lit d’infirmerie, à Poudlard, on lui a annoncé la nouvelle. Émotionnellement, c’était très angoissant jusqu’à la première fois. Puis après, elle a prit plus ou moins l’habitude. Si on peux en prendre l’habitude. Ses mots avaient été bien choisit, de sorte que même si quelqu’un d’autres entendaient ce qu’elle disait, il lui faudrait déchiffrer les paroles, quoique facile à comprendre quand même. La jeune fille était pas très à l’aise, elle aimerait que cette discussion se passe rapidement. Ce qu’elle voulait surtout savoir si sa potion sera faite en temps et heure et de manière efficace, car elle avait déjà essayé et ça n’avait pas donné la couleur attendu au final. Par mesure de précaution, elle ne l’avait pas bu. 

Professeur de Vol ~ Batteuse titulaire chez les Pies de Montrose ~ Membre de l'équipe des Niffleurs (Animation Stade du Chaudron) ~ Membre du club "notre supérieure est tyrannique mais on reste parce qu'on est maso"