Voie 9 ¾

Inscription
Connexion

Le goût amer du rose.  Solo 

Echoe poussait son chariot avec difficulté. L'an dernier, c'était son père qui l'avait fait pour elle, parce qu'après tout c'était un lourd chariot pour une petite fille de onze ans. Cette année, sa malle était encore plus remplie et elle avait la cage de sa chouette Fapiuz qui menaçait de tomber tous les dix mètres. Mais c'est elle qui devait pousser le chariot. Il n'y avait personne d'autre pour dans tous les cas. Elle soupira et s'avança vers la voie 9 3/4.

Elle ne se souvenait plus exactement de l'endroit mais elle repéra rapidement quelques-uns de ses camarades qui fonçaient dans le mur, alors elle s'y dirigea. Elle observa pendant quelques minutes les familles défiler. Les Premières Année qui tenaient la main de leurs parents jusqu'au Septièmes Année qui s'éloignaient le plus possible d'eux. Peu importe la situation, elle les enviait.

La jeune Poufsouffle fit face au mur. L'année dernière, elle avait couru les yeux fermés droit dedans avec sa soeur. Elle riait parce que c'était drôle, parce que c'était une nouvelle période de sa vie. Elle n'avait plus envie de rire ce matin. Elle cacha bien ses cheveux sous la capuche de son sweat noir et poussa le chariot entre les deux quais. Elle frissonna légèrement alors qu'elle traversait la pierre et elle se retrouva devant le Poudlard Express. Elle s'attarda un moment, hésitante. Est-ce qu'elle ne devait pas faire un pas en arrière et y retourner ? Est-ce qu'elle ne devait pas aller s'excuser ? Non, pensa-t-elle, je n'ai rien fait de mal. Elle avait raison. Mis à part, leurs fiertés et leurs égos qui avaient doublé de volume en une année, elle n'avait blessé personne. Alors pourquoi se sentait-elle si mal ? Ca passera, elle se rassura.

Elle s'approcha du train et attrapa la cage de Fapiuz qui s'énervait des mouvements qu'elle subissait.

- Ouais bah ça va, je sais.
Elle monta dans le train et la posa dans le couloir. Puis elle retourna sur le quai pour hisser sa valise. Elle tira, tira, se débloqua l'épaule et tira pour aucun résultat. Elle entendait d'autres élèves, qui attendaient pour monter, lui ordonnait d'accélérer.
- Eh bah aidez-moi si vous voulez que j'aille plus vite, elle aboya.
Elle n'était plus la petite Echoe, timide et engloutie par l'ombre de sa soeur. Une année à Poudlard lui avait appris qui elle était, ou du moins, qui elle pouvait être. Elle avait compris que même si ses parents ne vantaient pas ses mérites auprès de leurs amies comme c'était le cas avec sa soeur, Echoe pouvait être fière de ses accomplissements. Elle avait appris à parler. Pour elle-même et pour les autres. Pour ses croyances. Peut-être que c'était ça qui l'avait amené là où elle était.
Quelqu'un se résolu à l'aider et rapidement Echoe se balader avec sa chouette et sa malle à la recherche d'une place libre. Elle n'avait pas envie de retrouver ses amis. Pas envie de parler de leurs étés. Pas envie de parler.

Elle avait passé un été agréable. Visiter Paris et Berlin. Bien sûr, ce n'était pas de vrais vacances, dans la mesure où sa famille accompagnait tout simplement Athéna pour ses concerts internationaux. Apparemment, maintenant qu'elle avait dix ans, ça lui donnait le droit de briller partout dans le monde. Les vacances s'étaient résumés à vivre dans des hôtels modestement luxueux et les opéras. Elle avait brièvement aperçu la Tour Eiffel mais elle avait un gout amer dans la bouche quand elle y repensait.
Elle n'avait pas envie de parler de sa soeur qui voulait lui emprunter ses livres de Première Année pour commencer à les étudier. Elle n'avait pas envie que sa soeur vienne à Poudlard. Elle aimait sa soeur, bien sûr. Mais ici, elle était la seule Caterwool, elle était Echoe et elle n'était pas comparé à quelqu'un. C'était rafraichissant pour une fois. Elle ne voulait pas que ça change. Avec un peu de chance, Athéna serait accepté à l'école magique de Julliard et Echoe n'aurait pas à subir ça, à nouveau.

Il ne fallait pas s'y méprendre, elle aimait vraiment sa soeur. Elle adorait l'entendre jouer. En une année, sa technique s'était énormément améliorée et elle était d'autant plus devenue incroyable à regarder. C'était étonnant d'ailleurs qu'une telle puissance, une telle force émane du piano quand elle actionnait les touches quand on voyait la petite fillette blonde qu'elle était. Peut-être que parfois, Echoe était jalouse. Elle était certainement jalouse de l'attention que tout le monde lui portait. Jalouse aussi du fait qu'elle ait trouvé sa voie, si jeune, si facilement et qu'elle était si douée. Mais elle adorait sa soeur, elle l'enviait simplement. C'était triste quand elle y pensait.

La Deuxième Année trouva un compartiment vide et s'y réfugia. Elle laissa tomber sa malle sur le sol et posa la cage dessus puis s'installa sur le siège. Elle regarda par la fenêtre, les jeunes élèves embrasser leurs familles et son reflet s'imposa à elle. Quelques mèches sortaient de sa capuche, elle soupira et l'abaissa. Elle avait teinté ses cheveux en rose. Elle n'avait pas la moindre idée pourquoi elle avait fait ça. Ses parents l'avaient déposé au Chemin de Traverse pour qu'elle puisse acheter ses fournitures avant d'aller voir la répétition d'Athéna au Conservatoire. Peut-être que c'était l'amertume d'être une nouvelle fois mise de côté, peut-être qu'elle avait envie de se faire remarquer, peut-être qu'elle voulait qu'on la distingue de sa soeur... Quoiqu'il en soit, elle était entrée chez le coiffeur et avait demandé à ce qu'il teigne ses cheveux en rose, et ce magiquement. C'était deux jours avant la rentrée.

Quand ses parents étaient venus la récupérer pour ensuite retourner au Conservatoire pour le concert, ils lui avaient crié dessus. Honte, disgrâce, fille à problèmes avaient été entendu dans la discussion. Ils avaient finalement ensorcelé un morceau de papier pour la ramener à la maison. C'était simplement pour ça qu'elle était toute seule aujourd'hui, qu'elle n'avait personne à qui dire enrevoir; ils ne voulaient pas être associés, pas être vus avec quelqu'un aux cheveux roses. Comme si c'était le pire crime que l'on pouvait commettre. Ils n'avaient pas chercher la raison, pas même essayer de se dire que c'était son moyen d'expression, comme la musique était pour Athéna. Non, elle était Echoe, l'aîné à problème, leur première fille, le brouillon de leur fille parfaite. Tant pis pour eux, elle pensa avec rancune.

Elle attrapa son livre de Métamorphose et se plongea dans sa lecture avec la ferme intention de leur prouver le contraire.

› Capitaine de l'équipe des Frelons - Poursuiveuse.
› Elève du mois de Juillet 2016.
Le souffle des Poufsouffle, jamais ne s'étouffe !
Couleur : #FFF060