Voie 9 ¾

Inscription
Connexion

Une rentrée pour le moins étrange  Libre/Ouvert à tous 

Lilith étais plutôt surprise, elle une sorcière, certes cela faisait un peu plus d'un mois qu'elle le savais mais elle n'y avais pas vraiment cru, évoluant dans une sorte de brume, comme un rêve, et elle s'attendait à tout instant à se réveiller dans son lit, à devoir aller à son école habituelle, à devoir supporter les remarques de cette idiote d'Elisa Blackrose, bref à devoir vivre une autre journée banale et extrêmement ennuyeuse mais là...

Maintenant qu'elle était là, devant cet immense train rouge, à cette plateforme entre deux autres, que personne de "normal" ne connaissait, ne devait connaître, maintenant qu'elle était là, la réalité la frappait d'un coup, elle sortit de cette étrange brouillard qui entourait son cerveau et son visage se fendit en un immense sourire. Puis elle redescendit et regarde le train....


*Ils peuvent pas diminuer la taille de ce machin? EY! Vous pensez à ceux atteint de nanisme? Racistes!* s'insurgea-t-elle, seulement pas pensée, elle ne voulait pas se faire renvoyer tout de suite....Etait-t-il seulement possible de se faire renvoyer avant de rentrer à Poudlard? D'accord elle voulait tester toutes les idioties possibles et imaginables mais bon...L'ennui non merci, pas encore...*Bon...Je suis censé prendre ce train....Par où on y rentre déjà?*

Elle regarda tout autour d'elle puis vu ENFIN l'entrée...Assez flagrante l'entrée d'ailleurs, comment n'avait-elle pas pu le remarquer avant? Hum...Bonne question, son mauvais sens de l'orientation sans doute, bien qu'elle ne l'avouerai jamais et que si on lui demandait elle dirait que le passage était seulement très mal indiqué, fusse-t-il une porte de deux mètres de haut et ce à chaque wagons.

Une fois entrée dans le dernier wagon, parce-que pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué, elle chercha un compartiment vide, pas très très envie de s'insinuer dans un groupe ou de se faire chier avec des gens avec qui elle n'allait de toute façon pas s'entendre.........Elle pessimiste? Oui, toujours.

Elle trouva finalement un compartiment vide....A la fin du wagon, et bien sur il n'y avait qu'une entrée/sortie....Elle allait bien galérer pour sortir. Elle se posa du coup dans le compartiment, mis ses valises dans le porte bagage, bon sang qu'elles étaient lourdes, puis s'affala dans la banquette, pris son portable, elle avait entendu dire qu'à Poudlard ça ne captait pas et qu'ils n'avaient pas de prises électriques mais qu'à cela ne tienne, elle avait une batterie portable entièrement chargée et elle vivante on ne lui enlèverai pas son portable....JAMAIS...Puis une fois son portable sorti du bazar qu'était son sac en bandoulière, il faudrait vraiment qu'un jour elle le range....Mouaif....Bref une fois qu'elle sorti l'appareil, elle mis ses écouteurs dans ses oreilles et profita du solo de piano qui se jouait.

"Les fous c'est les autres" -Sartres

Une rentrée pour le moins étrange  Libre/Ouvert à tous 

"Tu as toutes tes affaires ? Ta valise, tes livres, tout ?"

"Oui, maman, j'ai tout vérifié hier soir avec Ceph'. Ne t'inquiète pas."

Sur le quai 9 3/4, la famille Winchester avançait parmi tant d'autres personnes, tant d'autres futures élèves qui deviendraient par la suite les camarades de classe de Cassiopea, qui faisait sa rentrée ce jour même. Elle allait enfin entrer dans la prestigieuse école de magie, elle qui avait toujours désiré y aller ! La plateforme grouillait de monde, tout s'agitait autour d'elle, dans la fumée de l'immense et magnifique locomotive rouge : le Poudlard Express. Enfin, elle le voyait de ses propres yeux. La jeune fille sentait déjà le bonheur crépiter dans son ventre comme un feu de joie.

Le train allait bientôt partir ; Cassy se tourna vers sa famille pour leur dire au revoir. Ses parents la serrèrent contre eux en lui disant qu'ils seraient toujours fiers d'elle, peu importe sa maison, et qu'elle avait intérêt à leur envoyer de nombreuses lettres. Puis la jeune fille se détacha de ses géniteurs pour serrer contre elle, un par un, ses six petits frères et sœurs. Elle finit par son jumeau, son petit frère adoré, son frère malade qui ne pouvait l'accompagner à Poudlard. Elle se mit à genoux devant son fauteuil roulant, se pencha en avant pour coller un baiser sur son front et caresser sa joue. Son frère prit l'une de ses mains et y mit un pendentif d'argent, en lui disant de penser fort à lui quand elle ferait de la magie. Cassy hocha fermement la tête, le serra une dernière fois contre elle, puis elle se leva, prit ses affaires et après un dernier geste pour sa famille, elle entra enfin dans le train.

De nombreux compartiments étaient déjà pris par des groupes entiers d'élèves, et en toute honnêteté, Cassy n'avait aucune envie de se mêler à quatre ou cinq autres personnes. Sociabiliser, beurk. Elle finit par arriver à la fin du wagon ; là, seule dans un compartiment, se trouvait une jeune fille, seule, avec un appareil moldu nommé "phétélone" ou quelque chose de ce style dans la main et de drôle de petits objets reliés par un fil dans les oreilles. Cassy n'hésita pas et ouvrit la porte en toussotant légèrement pour annoncer sa présence.


"Salut, je m'installe ici si ça ne te dérange pas, il y a trop de monde ailleurs."

Elle mit sa valise dans le porte-bagage, avant de s'assoir délicatement sur la banquette opposée à celle de l'inconnue. Elle observa avec curiosité la fille en face d'elle, et surtout l'appareil dans sa main. Elle devina que la fille écoutait quelque chose à travers les deux trucs dans ses oreilles, mais elle ne savait pas du tout comment cela marchait, puisqu'elle avait toujours vécu dans un monde exclusivement sorcier. La seule chose moldu qu'elle connaissait était les instruments de musiques et les partitions qu'elle se procurait par le biais de sa gouvernante Sang Mêlée. Ne voulant pas déranger plus que ça sa camarade de compartiment, elle resta silencieuse, ne sachant que dire, mais le regard glué à l'étrange instrument entre les doigts de l'inconnu.

Une rentrée pour le moins étrange  Libre/Ouvert à tous 

J'arriva devant cette gare immense, vivant dans le Kent, cela m'a paru Gi-gan-tesque ! Je voyais les trains défiler en attendant le mien, ne comprenant pas ce que je devais faire. Soudain, je vis un enfant se lancer contre un mur a toute vitesse avec son chariot et ses affaires. Il disparut dans ce mur, et perplexe, je le contempla. Je me demandais si je devais faire la même chose ou me cogner la tête . Pas de question, j'y fonça donc tête baissé et me retrouva dans la voie 9.3/4, cette voie qui berça mon enfance a travers certaines histoires. Je l'ai appris de ma voisine qui était une amie de mon père, elle aussi allait a Poudlard.

Je suis en retard, le train va partir ! Je me dépêcha donc de rentrer dans cette machine géante et magique et de trouver un compartiment. Malheureusement, la deuxième option ne fût pas si facile. Tous les compartiments étaient pleins, et je ne savais pas ou je me dirigeait, j'ai même heurté une personne avec un chariot pleins de bonbons, friandises, chocolateries et de farces-et-attrapes. Je fis le quasi tour du train et j'abandonnais la recherche d'un wagon. Quand une voix m’interpella :


''Tiens, viens ici il reste une place''.

Je me retourna et ce fût la dame que je bousculais qui me répondit.
Je regarda donc le compartiment, et j'y vis deux silhouettes : deux jeunes filles, et je me trouva chanceux, deux pierres d'un coup ! Je rentra alors toutes mes valises, alors que tout était déjà presque plein. Je regarda encore une fois ces filles devant moi, et je trouva bizarre qu'une regardais les mains de l'autre et que l'autre semblait totalement absente. Je voulu alors lancer la discussion, mais mon courage s'en alla et laissa place a mon sens de l'observation.

Je me demandais pourquoi étaient-elles là ensembles, étaient-elles amis, ou autre ? Pourquoi dans ce cas la ne se parlaient-elles pas ? Que de mystères sans aucun sens et aucune utilité. Je me mis donc a la conquête du bonheur visuel, et dans cet élan de contemplation mes paupières se firent lourdes et je dormis.

Une rentrée pour le moins étrange  Libre/Ouvert à tous 

Lilith entendit, pendant un moment de silence de sa musique, la porte de son compartiment s'ouvrir. Une jeune fille rentra en la regardant fixement, ou plutôt en regardant ses...mains? Ah non, elle regardait en fait son téléphone. Ca n'avait rien d'étonnant si elle était une...comment s'appelaient-ils déjà? Des Sang-Purs non?

Bref, si elle était d'ascendance sorcière elle n'avait sûrement jamais croisé ce genre d'objet, pauvre fille, elle la plaignait. Après tout Lilith n'aurait pu passer une seconde sans son téléphone. Elle, accro? Sûrement. D'ailleurs ça lui brisait le cœur de savoir qu'elle devrait à un moment ou à un autre faire sans son portable. Triste nouvelle. La jeune fille continuait d'ailleurs de la regarder étrangement. Elle pensa à engager la conversation quand une voix annonça que le train allait bientôt partir.

Elle regarda en direction du quai, quelques élèves seulement étaient en retard. Ça changeait de son ancienne école. La plupart se dépêcha de monter dans le train mais un garçon qui devait avoir l'âge de Lilith entra à peine sur la platforme.


*Lui, il est le genre de mec toujours en retard. Tu vas avoir des emmerdes mon gars, de grosses.* constata la jeune fille, sans penser une seule seconde qu'elle en aurait sûrement cinq fois plus que le jeune garçon en question.

Jeune garçon qui courra pour rentrer dans le train.


*Réussi. Hum...Peut-être devrait-il tenter l'athlétisme?*

Puis, arrêtant de penser à ce garçon, Lilith se replongea dans sa musique, Alice Goodbye avait laissé place à une musique plus énergique mais plus triste encore, si elle ne se trompait pas, il s'agissait de Blessed Messiah and the Tower of Ai, un titre bien long pour une simple musique de J-pop un peu tragique.

Et alors que le train sortait de la gare *Enfin!*, le compartiment s'ouvrit une seconde fois sur...le fameux garçon qu'elle avait observé quelques minutes plus tôt. Celui-ci s'installa sans parler puis les regarda, elle et la fille en face d'elle, interrogativement. Ouais, là elle était forcé de commencer une conversation. Le jeune homme s'endormis avant qu'elle n'ait pu dire le moindre mot. Tant pis. Ils étaient venus? Elle parlerait donc.

"Em...Euh? Salut? Je suis Lilith Armelis, née-moldue - je crois que c'est comme ça que vous appelez les gens nés de parents non sorcier - breeef! Enchantée!"

Ouais. C'était mieux dans sa tête. Tant pis. Elle ferait avec cette entrée en matière peu charismatique.

"Les fous c'est les autres" -Sartres

Une rentrée pour le moins étrange  Libre/Ouvert à tous 

Cassy observait attentivement l'engin dans les mains de l'inconnue en face d'elle, tentant de comprendre comment une chose pareille fonctionnait. C'était si petit, et pourtant cela permettait apparemment de communiquer avec des gens se trouvant à des kilomètres de soit... Décidément, les moldus étaient très malins. De toutes façons, même si elle souhaitait avoir un "phétélone", il ne fonctionnerait pas : les appareils électriques ne fonctionnaient pas dans les environnements où la magie était très forte. Son Manoir étant ampli de magie du sol au plafond, elle pouvait dire adieu à sa curiosité sur les moldus.

Elle sentit le regard de l'inconnue peser sur elle et songea alors qu'elle devait avoir l'air très indiscrète ; elle détourna alors la tête pour porter son regard à travers la fenêtre, vers le quai. Au même moment, le départ du train fut annoncé. En voyant sa famille sur le quai, elle leur adressa un salut de la main, geste qui s'affaiblit légèrement lorsqu'elle vit un garçon courir aussi vite que ses jambes le portaient pour monter dans le train, juste avant qu'il ne parte. Elle haussa un sourcil dubitatif : comment pouvait-on être en retard lors du jour le plus incroyable de leur vie ? Après tout, ils allaient à Poudlard. Cassy avait veillé à être dans les temps avec une minutie toute particulière.

La jeune Winchester ne fut pas étonnée de voir ce même garçon débouler en trombe dans leur compartiment : il devait être le seul à ne pas être plein à craquer. Le garçon s'installa, et au bout d'à peine quelques secondes il s'endormit. Bien que Cassiopea soit surprise, elle n'en afficha rien. Elle laissa à peine l'un de ses sourcils se relever. Il devait vraiment manquer de sommeil, pour s'endormir ainsi en trois secondes !

Le regard de la brune se posa alors sur l'inconnue en face d'elle, qui venait de prendre la parole :


"Em...Euh? Salut? Je suis Lilith Armelis, née-moldue - je crois que c'est comme ça que vous appelez les gens nés de parents non sorcier - breeef! Enchantée!"

Se rappelant qu'elle devrait essayer de se montrer aimable plutôt qu'inabordable, Cassy sourit (pour une fois) et répondit :

"Ravie de te connaître. Je m'appelle Cassiopea Winchester, libre à toi de raccourcir mon prénom comme tu le veux. Je suis de Sang Pur - non pas que ça soit très important..."

La Winchester se sentait toujours un peu obligée de rajouter ce commentaire, après avoir donné le statut de son sang. Après la guerre, beaucoup de famille Sang Pur avaient subi des pressions intenses par rapport à cela. Encore aujourd'hui, nombreux étaient ceux qui pensaient que les Sang Purs se ventaient de leur sang et qu'ils méprisaient les Moldus... Ce n'était absolument pas le cas de la famille de Cassiopea.

Elle hésita quelques instants avant de désigner du bout du doigt l'appareil entre les mains de Lilith et d'ajouter :


"Tu sais, dès qu'on arrivera à Poudlard, ton... truc ne marchera plus. Les appareils électriques ont tendance à tomber en panne, en présence de beaucoup de magie."

Elle jeta un coup d'œil au garçon endormi à coté d'elle, avant de lâcher :

"Ehm... Qu'est-ce qu'on fait de lui ? On le réveille ?"

Une rentrée pour le moins étrange  Libre/Ouvert à tous 

Peu après sa présentation la fille face à elle la regarda étrangement puis un éclair de compréhension passa dans son regard.

*Eh ouais! Faut que tu répondes, que tu te présentes, gamine.*

La fille ouvrit alors la bouche et....se présenta:


"Ravie de te connaître. Je m'appelle Cassiopea Winchester, libre à toi de raccourcir mon prénom comme tu veux. Je suis de Sang-Pur - non pas que ce sois très important."

*Hum Cassiopea hein? Ça passe c'est sympa. Comment ça s'est pas important?! Bien sûr que si c'est important! Elle sait plein de truc que je connais pas...Hum ça pourras peut-être servir.* ; pensa la jeune fille sans se soucier de si l'autre voudrait l'aider à détruire Poudlard avec des idioties ou non.

Cassiopea continua de la regarder, puis re-regarda le téléphone de Lilith. Elle avait VRAIMENT un problème à son téléphone. Puis désigna l'objet d'un geste hésitant.


"Tu sais, dès qu'on arrivera à Poudlard, ton...truc (*Téléphone ma belle, c'est un téléphone.*) ne marchera plus. Les appareils électriques ont tendance à tomber en panne en présence de beaucoup de magie."

Lilith regarda sa comparse, puis le téléphone, puis Cassiopea, puis le téléphone, puis re-Cassiopea, puis re-le téléphone, puis encore Cassiopea, puis le téléphone, puis Cassiopea, puis le téléphone, puis Cassiopea, puis le téléphone, puis Cassiopea, puis le téléphone qui se demandait vraiment à quoi ce cirque rimait (oui un téléphone peut penser! OUI! Celui de Lilith tout du moins) puis...

*Eh meeeerde! Ca veux dire que j'ai acheté une batterie portable pour rien? ; pensa la jeune fille dépité puis elle explosa...Du moins mentalement ; RENDEZ MON ARGENT!!! ARGEEEENT! ARGEEEENT!*

Nous allons alors quitter les pensées de la jeune fille et nous focaliser sur le jeune garçon dormant à côté de la porte qui est quand même beaucoup plus calme et moins vulgaire.

Le jeune garçon qui d'ailleurs commençait à baver en marmonnant des propos incohérents sur les jupes courtes, les jambes, et...bien d'autres choses perverses.

Puis...Brisant les pensées oh combien incohérentes de la jeune fille. Cassiopea demanda:


"Ehm... Qu'est-ce qu'on fait de lui? On le réveille?
-Hum...Eh bien? Je penses que oui. Faudrait pas non plus qu'il arrive à Poudlard habillé comme ça ; répondit Lilith en posant un regard critique sur les habits du jeune homme"

Elle se pencha donc vers lui, car elle était la plus proche et commença à le bouger pour le réveiller. Ce qui ne tarda pas à arriver, le jeune homme ouvrit calmement les yeux et se redressa. Lilith se remis à sa place et dis:


"Ah ben enfin! T'es si fatigué que ça...Euh...C'est quoi ton nom?"

"Les fous c'est les autres" -Sartres

Une rentrée pour le moins étrange  Libre/Ouvert à tous 

Je rêvais, un bel ange, dont je ne voyais pas le visage, m’emmenait vers un pays étrange, magique et…complètement étrange…

Je me réveillai. Une fille était près de moi…Ange ? Est-ce toi ? Puis ma vision fit la focal, ah non, ce n’était visiblement pas l’ange. Malheureusement…

Enfin malheureusement, la fille était pas moche non plus…Banale quoi.

C'était la jeune fille aux cheveux cendrés. Je ne connaissais pas son nom mais je voulais le contraire.

Je me rapprochai d'elle, levant ma tête pour être bien droit, et tout fatigué, je baillai tel un troll. Elle me lança un regard outré alors que je lançai alors avec l'air le plus fatigué et mal réveillé possible :

« Hum…C'est quoi que vos prénoms ? »

Sans entendre les réponses, je failli me rendormir juste après avoir posé ma question. Malheureusement pour moi, ce ne fût pas le cas.

J'entendis un bruit qui ferait fuir Voldemort, Salazar, Grindelwald, une troupe de mangemorts et un scrout à pétard. C'était juste horrible, un sifflement géant qui retentit alors dans mes tympans. Une banshee s’était introduite dans le train ?

Je tournai la tête vers la cabine, me recroquevilla et me posa les mains sur les oreilles, et je constatai que la cause de ce cri aiguë venant tout droit des enfers n’était en fait que le sifflement du train.

Je regardai les filles, peur d'avoir trop eu la honte, mais la brune avait aussi la main sur les oreilles, tandis que la blonde…Eh bien elle ne devait pas entendre grand-chose avec ces écouteurs. Je reposai alors ma question. Les filles, visiblement polie –même si j’avais un doute envers la blonde-, me répondirent.

Une rentrée pour le moins étrange  Libre/Ouvert à tous 

Si Aschley n'était pas perdu dans ses pensées, elle aurait peut-être remarquer plus tôt que le train venait de démarrer et s'appretait à partir pour Poudlard. Mais non, mademoiselle pensait à sa mère avec qui elle avait eu une dispute juste avant de partir car celle si la couvait trop et se demandait si elle pouvait l'accompagner dans le train pour lui tenir compagnie!! Elle était même allée jusqu'à se demander si elle pourrait se faire engager comme femme de ménage ou cuisinière à l'école! C'en était trop pour Aschley qui explosa de colère

: - Maman! Ce sont les elfes de maison qui font le ménage!! J'en ai marre de toi!! Tu passes ton temps sur mon dos!! Et tu sais quoi, je vais aller à la gare toute seule!!! Au revoir. Sur ceux, elle est partie.
La jeune fille aurait pu révasser encore longtemps si le sifflet du train de l'avait pas ramener à la réalité...

Aschley venait tout juste de monter dans le train avant qu'il ne parte et elle s'arrêta deux minutes pour souffler.
- Décidément, le marathon ce n'est pas pour moi. Je suis toute essouflée. Bon, maintenant il s'agirait de trouver une place pour m'asseoir dans cet immense train. Sa valise à la main, elle arpenta le train pendant un bout de temps sans trouver de place convenable!! Elle avait le choix entre le wagon rempli de deuxième année qui faisaient les imbéciles ou celui de filles qui se recoiffaient et parlaient de leurs copains respectifs!!

Alors qu'Aschley commençait à désespérer elle passa devant le tout dernier wagon du train où étaient assis trois personnes calmes. Elle inspira profondément et entra:

- Bonjour, je peux me mettre ici?

Ils hochèrent la tête et Aschley hissa sa grosse valise avnt de s'asseoir à côté d-un garçon au visage sympathique. Elle sortit un énorme livre de son sac et dit:

- Je m'appelle Aschley et vous?

RiatsilcM yelhcsA
Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté.
Responsable du dortoir des filles
"Il semble à l'envieux que ce qu'on accorde de mérite aux autres est retranché du sien."
Jules Petit-Senn.

Une rentrée pour le moins étrange  Libre/Ouvert à tous 

Lilith resta interdite un instant, son regard alternant de son phétélone à Cass, de nombreuses fois. Cassiopea vit dans son regard qu'elle était sûrement en train de hurler intérieurement, et en conclut très vite que cet objet devait être très important à ses yeux. Elle avait entendu dire de nombreuses fois que les moldus ne pouvaient pas se séparer de leurs appareils électronique... Une légende venait de se confirmer dans l'esprit de la jeune fille. Elle qui était curieuse de tout savoir à propos des moldus, ça l'arrangeait d'avoir une potentielle amie née-moldue qui pourrait l'aider à en apprendre plus.

L'attention des deux jeunes filles se reporta bien vite vers l'endormi. Plus elle le regardait, plus Cassy le trouvait étrange : déjà, depuis quand on s'endort sans adresser la parole à ses compagnons de voyage avant ? Ensuite, pour une mystérieuse raison, la Winchester trouvait qu'il dégageait une aura vraiment bizarre. Même physiquement, elle le trouvait étrange. Il était bizarre de base, tout simplement. Lilith répondit :


"Hum...Eh bien? Je penses que oui. Faudrait pas non plus qu'il arrive à Poudlard habillé comme ça."

La blonde cendré secoua doucement l'inconnu, qui se réveilla, visiblement confus. Lilith lui avait demandé de se présenter, mais il n'avait apparemment pas entendu, car il posa la même question quelque secondes plus tard, après avoir poussé un bâillement digne des trolls des cavernes. Cassy retint un froncement de sourcils, gardant son expression faciale aussi lisse qu'un miroir, comme toujours. Elle allait répondre lorsque le sifflet du train se fit entendre, vrillant les tympans des passagers. La brune porta ses mains à ses oreilles, tandis que le garçon se recroquevilla totalement, probablement surpris. Bah, au moins c'était sûr, il était réveillé à présent.

Tout de suite après le sifflet, la porte du compartiment s'ouvrit - encore - et une rouquine fit son apparition, demandant l'autorisation de s'installer. Cassiopea hocha la tête et la nouvelle inconnue rangea sa valise avant de s'assoir à coté du garçon. Elle se présenta avant de demander leur nom (ce qui était bien plus poli que ce qu'avait fait le garçon, mais soit). Cass put enfin prendre la parole et faire les présentations sans que qui que ce soit ne l'interrompe, cette fois-ci :


"Je m'appelle Cassiopea, elle c'est Lilith, et lui... Eh bien en fait, on ne sait toujours pas."