Voie 9 ¾

Inscription
Connexion

Voyage vers le commencement d'une nouvelle vie !  PV 

La brume Londonienne s’étalait devant elle, comme un voile recouvrant la ville endormie… Enfin, plus pour très longtemps. Pour le moment, personne n’arpentait les rues de la ville. Pourtant, quelques indices nous permettaient de savoir que le lieu n’était pas désert : au loin, on pouvait apercevoir la fumée s’échappant de la cheminée de la boulangerie la plus proche. Les artisans se dépêchant de faire cuire leurs délicieuses viennoiseries pour les habitants qui n’allaient pas tarder à se lever. Certaines maisons étaient également éclairées : En se penchant à la fenêtre, on pouvait observer les têtes fatiguées des parents, tirés du lit par leurs enfants pour commencer la journée.

Mais si on levait un peu la tête, on pourrait distinguer quelques ombres traversant le ciel… En effet, Bulle filait à toute vitesse sur le balais magique de son père.
Ils avaient du se lever tôt pour faire le voyage depuis leur petite chaumière, perdue dans la province de Londres. Mais ce jour-ci était un jour important : Bulle allait entrer pour la première fois dans la prestigieuse école de sorcellerie de Poudlard.
Depuis qu’elle avait déménagé en Angleterre il y a deux ans, elle ne rêvait que d’une chose : le moment où elle allait mettre le pied sur l’une des grandes marches du château. Elle avait posé toutes les questions possibles et inimaginables sur sa future école à son frère aîné, Alexey, qui lui, allait entrer en 5eme année à Poudlard. Elle aimait beaucoup son frère et cela était réciproque. Il est vrai qu’il y avait une certaine connexion entre-eux malgré l’écart d’âge. Elle ne s’imaginait plus vivre sans lui, alors qu’elle avait pourtant passé 9 ans de sa vie sans le connaître. Il faut dire que sa mère ne parlait jamais du père de Bulle, tout ce qu’elle savait de lui, la jeune fille l’avait appris dans les lettres que celui-ci lui envoyait régulièrement. Pourtant, il lui apparaissait toujours comme un inconnu en ce temps-là.
Mais quand les petites sœurs de Bulle sont nées, sa relation avec sa mère s’est dégradée de jours en jours, au point, qu’elles pouvaient passer une semaine sans s’adresser la parole. Et la fillette s’était également renseignée sur les différentes écoles de sorcelleries existantes et celle de Beauxbatons ne l’inspirait guère. Alors que celle d’Angleterre…
Elle avait donc décidé d’aller vivre chez son « géniteur » comme disait sa mère.


« Accroches-toi, on entame la descente ! » lui cria son père pour se faire entendre de sa passagère.

Ils arrivèrent derrière la gare de King’s Cross dans une ruelle sombre, à l’abri du regard des Moldus. Son père, Alexey, sa grande-tante et Bulle atterrirent sans un bruit.

Leur petite procession se déplaça alors vers l’entrée de la gare quand son père les arrêta. Il était préférable de sortir leurs affaires de la poche de grand-tante Berte ici, au-lieu que cela soit sous le nez et les yeux des Moldus. Sa poche (devenue extensible par un sort), contenait les deux valises de Bulle et celles d’Alex, ainsi que la cage de Yakxo, la chouette effraie de ce dernier. Ainsi chargés, ils entrèrent dans la gare. Entre temps, le soleil s’était levé bien haut dans le ciel et comme d’habitude, le lieu était bondé. Ils se dirigèrent vers la voie 9.3/4, leur étrange petit groupe attirant l’attention. Il est vrai qu’il était rare de voir un enfant tenir dans une cage un hibou en guise d’animal de compagnie. Mais ce jour-là, ils ne seraient pas les seuls à être dans ce cas ! Tous les jeunes sorciers et sorcières allaient faire leur rentrée des classes.

Ils arrivèrent alors entre les voies 9 et 10. Bulle savait ce qui lui restait à faire et couru en plein vers le mur et disparu sans aucune autre forme de procès.

La superbe locomotive du Poudlard Express se tenait là, sous les yeux de Bulle. La jeune fille sentie son cœur battre plus fort. Enfin elle allait pouvoir monter dedans comme elle avait vu son frère le faire avant elle, avec la terrible envie de le suivre et de se cacher dans sa valise ! Elle se tourna vers son père qui lui indiqua qu’il n’était que 10h45 et qu’elle avait donc encore du temps.


« Papa, tu me connais. J’en ai tellement rêvé ! Il est temps pour moi d’entrer dans le monde des grands. »


Elle le serra dans ses bras, lui promettant de lui écrire tous les jours (promesse qu’elle ne tenu pas, bien évidemment), embrassa sa tante Berte et s’accrocha au bras d’Alexey. Tous deux montèrent les marches, non sans un dernier geste de la main en direction de leur famille avant de s’engouffrer dans le train. La décoration vintage était somptueuse, le vieux véhicule n’ayant pas perdu de son attrait avec les années. Ils se dirigèrent vers un wagon libre mais Bulle se retourna vers son frère, le regard gêné :

« Alex, comment veux-tu que je me fasse des amis si mon frère est toujours collé à moi ? Tu peux aller rejoindre tes amis, je pense pouvoir survivre à un trajet assise sur une banquette... »

Le jeune homme lui ébouriffa les cheveux, chose que Bulle détestait, avant de s’éloigner un peu plus loin en lui assurant tout de même qu’il passerait jeter un coup d’œil un peu plus tard pour voir si tout se passait bien.

Bulle entreprit temps bien que mal d’aplatir ses cheveux puis s’installa du côté fenêtre afin d’admirer le paysage lors du voyage. Elle prit un livre de botanique, acheté par son père sur le chemin de traverse, sur ses genoux en commençant tout de même à s’interroger :


*Oui mais… Et si je ne me faisais pas d’amis du tout ?*

Griffes et Crocs, Griffes et Coeur, Gryff vainqueurs !
Ma marraine : Ilona MCCRAWN

Voyage vers le commencement d'une nouvelle vie !  PV 

Eleanor hésitait entre se précipiter pour aller terminer de ranger ses valises dans le coffre de la voiture moldue de sa mère, et entre restée là où elle se trouvait, admirant le spectacle qui s'offrait à elle. En effet, face à elle se trouvait un levé de soleil majestueux. Les couleurs se mélangeaient, le rose essayant de se faire une place dans ce ciel prédominé par une douce couleur orangée, qui sera tout de même bientôt écrasé par l'azur infini du ciel de ce mois de septembre, alors que la fine rosée du matin se levée doucement de sur la végétation environnante, laissant le relais aux fins rayons du soleil qui se levait de derrière les montagnes pour les réchauffer. C'est pour de tels spectacles qu'Eleanor n'aurait pu abandonner sa petite campagne pleine de vie au profit de l'air pollué des grandes villes. Elle n'aurait changé cela pour rien au monde. Pourtant ce matin-là déroba à la règle, bientôt elle serait en route pour l'école de sorcellerie Poudlard. Faire ses au revoir à cet endroit était difficile, mais elle se consolait en se disant que Poudlard ne pouvait être que fantastique et magnifique.

« Chaud devant ! Convoi exceptionnel : voyage imminent pour Poudlard ! »

Le grand jeune homme roux qui venait juste de passer à côté d'elle en faisant le mariole, manquant de la bousculer au passage avec ses imposantes valises, c'était son grand frère, Jean. Tout juste âgé de 17ans, il était sur le point de débuter sa toute dernière année à Poudlard, et il fallait avouer qu'il avait du mal à se faire à l'idée, Poudlard étant devenu sa seconde maison. Le succédait ensuite son second grand frère, Paul, lui âge de 12ans, plus calme et moins téméraire que son frère et sa sœur, il n'en restait pas moins vif et intelligent.

Revenant alors à la réalité, Eleanor se dépêcha de prendre ses dernières valises afin de les placer tant bien que mal dans l'auto. Vraisemblablement, sa mère avait réussi quelques jours auparavant à imposer ses règles quand au départ pour Poudlard, aucun recours à la magie ne serait donc autorisé avant d'être arrivé face à la gare 9 ¾, pas même la réduction des valises. C'est alors la voiture chargée jusque sur le toit, que la petite famille partit pour la gare King's Cross. Le trajet se passa sans encombres, et au bout d'une heure de trajet, ils ne tardèrent finalement pas à apercevoir les premiers quartiers londoniens. Ils arrivèrent alors très vite à destination, et se dépêchèrent de sortir leurs affaires, pressés de retrouver leurs amis pour les deux premiers, et enthousiaste à l'idée de découvrir un nouveau monde pour la dernière. Les regards surpris et interloqués de la plupart des moldus se trouvant dans la gare lorsqu'ils passèrent avec leurs imposantes et singulières valises, firent se sentir Eleanor fière d'appartenir à la communauté sorcière. Finalement arrivés entre les voies 9 et 10, Eleanor se tourna vers sa mère dans le but de l'enlacer très fort, et quand cela fut fait elle, lui promit de lui écrire le plus souvent possible, lui répétant pour la énième fois que tout se passerait bien. Elle suivit alors son père qui n'attendait plus qu'elle pour traverser le mur.

Elle le traversa les yeux fermés, trop effrayée qu'elle était pour garder la tête bien droite. Elle n'avait tout de même pas envie de se casser le nez si le mur, par le plus grand des malheurs, refusait son passage. La gare était splendide. Des tas d'apprentis sorciers et de parents attendaient le départ du train qui maintenant ne tarderait sans doute plus.


« Aller, dépêchez vous d'y aller, le train ne va pas tarder à partir. »

Eleanor enlaça et embrassa donc son père, puis suivis ses deux frères dans le Poudlard Express, qui sifflait déjà son départ imminent. Jean se passa une main dans les cheveux et décréta que leur mère ne manquait jamais d'idées farfelues, certes tout à fais compréhensibles, mais qui un jour leur feraient rater le train. Il finirent finalement par se séparer, et Eleanor souffla un bon coup en lissant une dernière fois son uniforme, puis partit à la recherche d'un compartiment libre. Seulement arriver juste avant le départ du train, signifie aussi que tous les compartiments seraient déjà pris. Elle finit donc par entrer dans un compartiment qui lui semblait calme, le numéro -413-. A l'intérieur se trouvait une jeune fille aux cheveux d'un blond éclatant, qui semblait avoir le même âge qu'elle. Cette dernière releva finalement la tête de son livre et lui adressa un léger sourire.

« Excuses-moi de te déranger, mais est-ce que je pourrais m'installer dans ce compartiment ? »

Eleanor n'était pas sûr d'elle et espérait ne pas causer de soucis à sa camarade. Mais cette dernière balaya ses doutes en lui offrant un grand sourire.*Finalement, ce dit la blondinette, me faire des amis sera peut être plus simple que prévus.*

" Bien sûr, poursuivit-elle, installe toi."

Alors soulagée, la petite rouquine commença par ranger comme elle le pouvait son imposante valise dans les filets mis à disposition, puis s'assit finalement face à sa nouvelle connaissance.

« Merci, moi c'est Eleanor. » Elle lui tendit sa main droite, en invitation à ce que sa camarade fasse de même.

« Pas de quoi, ça fait toujours plaisir de faire de nouvelles connaissances. Moi c'est Bulle. » Elle serra donc la main qui lui était tendu.

Les deux jeunes filles se sourire donc, et commencèrent à faire connaissance.

Voyage vers le commencement d'une nouvelle vie !  PV 

Bulle était plongée dans son grimoire. Celui-ci sentait le vieux parchemin et les pages épaisses semblaient être gravées à la main. Il ne lui manquait plus qu’une petite tasse de thé noir et la sorcière aurait été comblée !
Elle venait de commencer un chapitre passionnant sur les effets de la Mandragore (Saviez-vous qu’elle pouvait ranimer le personnes ayant étés pétrifiées ?) quand elle entendit un bruit qui la perturba dans sa lecture. Elle leva les yeux et découvrit une jeune fille à la crinière d’un roux resplendissant à la porte du compartiment. Elle savait que c’était impoli, mais Bulle ne pouvait s’empêcher de fixer la nouvelle arrivée en la détaillant. Elle semblait être du même âge qu’elle, quoi qu’elle fût un peu plus grande. Son visage fin et les petites taches de rousseur qui ornaient son nez soulignaient son regard d’un vert profond. Elle portait une tenue moldue très discrète et tenait à la main plusieurs valises. Bulle put également apercevoir un roman dépasser d’un petit sac qu’elle portait sur l’épaule.
Bon, si l’inconnue aimait la lecture, il n’y avait aucune raison pour que les deux jeunes filles ne s’entendent pas !


« Excuses-moi de te déranger, mais est-ce que je pourrais m'installer dans ce compartiment ? »

Bulle lui désigna la banquette en face d’elle et ajouta :

" Bien sûr installe-toi."


Eleanor, puis-ce-que c’était son prénom, déposa sa valise et se présenta. Notre petite blondinette qui savait Ô combien la première impression était primordiale lui serra la main. Elle se souvint d’une longue nuit d’été, où elle et Alex avaient dormi à la belle étoile. Ce dernier lui avait raconté que les premières rencontres qu’il avait fait dans le Poudlard Express avaient été les plus importantes de sa scolarité. Il avait tout de suite sympathisé avec deux autres jeunes sorciers, ceux-la même qui allaient devenir ses meilleurs amis… Mais il y avait aussi fait la connaissance de ses pires ennemis.

Elle espérait que la jeune fille n’aillait pas faire partie de cette seconde catégorie !


« J’ai vu que tu avais un livre quand je suis arrivée. Tu lisais quoi ? »


Le visage de la sorcière s’illumina.

« C’est un livre de botanique que mon père m’a offert pour ma rentrée à Poudlard. Tu es en première année aussi nan ? J’ai vraiment hâte de commencer les cours et de découvrir le château ! J’ai quand même un peu peur de la répartition. Tu sais dans quelle maison tu seras envoyée ? Oh, bien sûr, on ne peut pas vraiment le savoir à l’avance mais tu as bien une petite idée ? Mon père était à Poufsouffle et mon frère est à Gryffondor. J’aimerais beaucoup être dans la même maison que lui, bien que je pense ne pas être assez courageuse… Enfin, l’aventure est tout de même quelque chose d’excitant nan ? Mais Serdaigle est aussi une très bonne maison je trouve, elle... »

On ne pouvait plus l’arrêter ! La rouquine était noyée sous le flot de parole et allait apprendre à ses dépends qu’il ne fallait pas lancer la petite boule d’énergie sur des sujets aussi passionnants… Elle put néanmoins placer une parole au bout de 2 minutes. Et oui, bien que sorcière, la piplette n’était pas sur-humaine, et elle avait besoin de reprendre sa respiration à un moment donné !

Soudain, une secousse les fit taire toutes deux. Bulle regarda au dehors : le train venait de démarrer. Elle s’alarma tout à coup : Avant de commencer une nouvelle vie, il lui restait tout de même une dernière chose à faire. Elle ouvrit la fenêtre afin d’y passer la tête. Elle chercha son père du regard parmi toutes les personnes entassées sur le quai. Malgré ses efforts, elle ne le trouvait pas et commençait à paniquer, les larmes lui montant aux yeux. Mais elle finit enfin par l’apercevoir. Celui-ci faisait des grands gestes de la main, bousculant maladroitement quelques personnes au passage afin de rejoindre sa fille. Celle-ci se pencha et attrapa la main tendue, obligeant son père à courir à côté du train pour la suivre.


« Papa, il faut que je te dise : les 2 ans que j’ai passé avec toi et Alex ont étés les plus beaux de ma vie. Je suis si contente que tu sois mon père... »

Ils étaient arrivés au bout du quai, les obligeant à se lâcher la main à contre-coeur.

« Papa, JE T’AIME ! »
Lui cria la blondinette, saluant de la main la personne qui tenait à elle le plus au monde.

Quand elle se rassit sur la banquette, ce n’étaient pas des larmes de tristesse qui brillaient le long des joues de la jeune fille mais des larmes de joie :

*Et maintenant, que cette nouvelle aventure commence !*

Griffes et Crocs, Griffes et Coeur, Gryff vainqueurs !
Ma marraine : Ilona MCCRAWN