Voie 9 ¾

Inscription
Connexion

Quand la poisse vous colle aux basques!  PV A. Vendrale 

Reducio
Ce RPG concerne une mission de la Cabane de Cristal


Reposant un énième magazine moldu sur le rayonnage où elle l'avait trouvé, Milenka jeta un coup d'œil sur l'une des imposantes horloges présentes dans le hall de King's Cross. Constatant qu'il ne lui restait qu'une petite demie-heure avant le départ du train, elle paya rapidement ses quelques achats, qui se résumaient à plusieurs paquets de friandises moldues, et sortit de la boutique.

La gare était bondée en ce jour de rentrée. Milenka poussa son chariot en direction des voies, s'intégrant, tant bien que mal, dans le flot des voyageurs pressés. La jeune aiglonne était toujours impressionnée par l'énergie perdue par ces moldus à gesticuler ou à râler. Oh, bien-sûr, Milenka était une sang-mêlée, mais sa mère, moldue, n'avait pas grand-chose en commun avec ces personnes... Etait-ce Londres qui rendait nerveux tous ces moldus... ? Tout cela rendait, la jeune préfète très perplexe...

Après avoir été bousculée pour la 10ème fois et après avoir entendu plusieurs phrases du style
« quelle idée d'emmener un hibou dans une gare ! » ou « quelle fille étrange ! », c'est avec un soulagement certain que la Serdaigle aperçut enfin les voies 9 et 10. En effet, il aurait été regrettable qu'elle en vienne à agresser un moldu en lui hurlant dans les oreilles que « c'était une CHOUETTE et non un hibou ! » car ils allaient finir vexer Nibopa à la fin...!

C'est donc d'un pas décidé que Milenka se rapprocha du mur de séparation. Encore quelques mètres à peine. La jeune fille commençait à regarder autour si des moldus avaient leur attention focalisée sur elle. La voie étant libre, elle commença à accélérer quand... CRAC ! un bruit de verre la fit s'arrêter net !

- Qu'est-ce que..., murmura-t-elle.

Lorsqu'elle posa son regard vers ses chaussures, elle constata qu'elle avait marché sur une fiole. Une toute petite fiole.
* Une fiole... Dans une gare moldue... !?, s'étonna-t-elle. Toutefois, elle n'était pas au bout de ses surprises... Lorsqu'elle voulut reprendre sa route, elle s'aperçut vite qu'elle était coincée : ses chaussures étaient résolument collées au sol et empêchaient tout mouvement... Regardant ses chaussures plus attentivement, elle aperçut un liquide visqueux qui s'étaient étalé sous ses deux semelles. * Par Merlin, on dirait une potion de glu éternelle... ! Ou, du moins, ça y ressemblerait si la potion était réussi... * Milenka sentait la colère monter en elle : si elle découvrait qui avait osé faire cela, il ou elle entendrait parler d'elle... !

Toutefois, l'heure n'était pas encore aux sanctions car la jeune préfète se trouvait dans une situation particulièrement inconfortable. Coincée en zone moldue, elle ne pouvait pas faire usage de la magie pour se tirer de ce mauvais pas et, si elle ne trouvait pas très rapidement une solution, elle était sûre de rater le Poudlard Express...
* Que faire ? Demander de l'aide à un moldu... ? Hors de question : comment lui expliquer la potion... *, se désola-t-elle. Pendant sa réflexion, elle fouillait du regard la foule des voyageurs à la recherche d'une quelconque idée. Quand, soudain, elle crût reconnaître quelqu'un.

- Hé ho... Ant... Antony ? S'il-te-plaît, Antony, aide-moi !!, cria-t-elle à l'intention d'un jeune garçon blond qui passait à quelques mètres d'elle.

Milenka espérait ne pas s'être trompée et qu'il s'agissait bien d'Antony Vendrale, un 3ème année de Serpentard....

Reducio

Je suis désolée pour le retard :sweatingbullets:

Couleur: #2f4f4f

*-*-*-* Lorsqu'ils déploient leurs ailes, les Aigles vous ensorcellent *-*-*-*

Quand la poisse vous colle aux basques!  PV A. Vendrale 

La rentrée... Une fois de plus, les vacances étaient terminées. Enfin ! Quel soulagement de retourner à Poudlard ! Antony allait enfin pouvoir à nouveau se balader dans les couloirs du château, mêler ses pieds aux galets de la berge du lac, suivre des cours de magie, briser le couvre-feu, retrouver sa salle commune ! Certes durant les vacances, Antony avait l'occasion de lire bon nombre de livres de magie pour passer le temps, mais cela ne suffisait jamais vraiment. Heureusement, il avait Aurore qui trouvait toujours un moyen de lui changer les idées, qu'elle soit là ou non. Ses lettres réchauffaient toujours le cœur du jeune blondinet, qui avait la sensation qu'elle était là, avec lui. Cette année, elle était venue, avec Olivier, son père, à Londres. Mais tout ne s'était pas passé comme prévu et elle ne s'en était même pas souvenu... Cela, à cause de sorciers idiots qui avait cru bon de se promener ivre mort en plein Hyde Park...

Mais aujourd'hui, l'heure n'était pas à se lamenter, une énième fois, sur son sort. Les Vendrale se trouvaient déjà devant la gare. Kateline, la mère d'Antony, avait bien du mal à trouver une place où se garer. Elle était déjà suffisamment en peine pour avancer, dans ce labyrinthe de voiture si dense qu'on ne pouvait plus dire où se trouvait exactement la route... Mais par chance, alors que la maman faisait un ultime tour de la gare, une place se libéra sur le minuscule parking qui faisait face à la gare, juste entre elle et sa voisine St Pancras International. Ni une ni deux, Kateline s'était précipité dessus, surprenant Éloi qui commençait à sommeiller, écrasé dans son siège. Antony eut un pincement au cœur quand le moteur de la voiture s'arrêta. Par la fenêtre, il regardait les gens se presser. Où est-ce qu'ils allaient eux ? Était-ce la rentrée pour eux aussi ?

Kateline, ouvrant la porte arrière de la voiture, mis fin aux rêveries du garçon.

« Allez dépêche toi ! Après, tu vas encore dire que c'est notre faute si tu es en retard... »

Antony sourit. C'était bien là le « sens de l'humour » de sa mère. Il sauta hors de la voiture, agrippant au passage sa valise déjà sortie et se dirigea vers la gare, accompagné de son père encore sous le coup du sommeil, tandis que sa mère restait en arrière fermer la voiture.

Les bruits de la gare résonnaient dans le grand hall. Les cris des enfants, les bruits des valises, des trains qui s'arrêtaient ou démarraient plus loin, derrière ces murs. Les Vendrale se frayèrent difficilement un chemin dans la foule compact et Antony reconnaissait ça-et-là quelques camarades de Poudlard. Il sentait l'émotion gagner son coeur, alors qu'il avait déjà l'impression d'être dans le train.


« Hé ho... Ant... Antony ? S'il-te-plaît, Antony, aide-moi !! »

Antony se retourna immédiatement. Qui pouvait bien l'appeler comme ça ? Peut-être était sa tête qui lui jouait des mauvais tours... C'est alors qu'il aperçut une jeune fille qui lui rendait son regard. Il l'avait déjà vu quelque part... Étrangement, cette dernière semblait en détresse. Antony se dirigea donc vers elle, sous le regard étonné de ses parents.

« Hey... heu... Salut ?

La jeune fille se tenait dans une position assez étrange et crispée. Antony ne tarda pas à se rendre compte qu'elle était complètement bloqué et collé au sol.

- Qu'est-ce qu'il s'est passé ? Pourquoi tu es dans cet état ? »

~ Antony n’est point un drame, Antony n’est point une tragédie, Antony n’est point une pièce de théâtre, Antony est une scène d’amour, de jalousie, de colère, en cinq actes. ~
~ Famille Schialom ~
Do not go gentle into that good night.