Voie 9 ¾

Inscription
Connexion

Départ pour Poudlard !  Libre 

John était parvenu à ses fins et savait à présent que Phoebe était bien la fille des deux savants Swan.
Il afficha un sourire, en signe de consentement et fut étonnée de la façon dont la verte et argent avait répondue à sa question, en toute impartialité, sans une dose de fierté. John ne voulait pas s'embarquer dans une thèse pour parler des travaux de ses parents, car il ne connaissait pas parfaitement leur travaux. Puis, Swan prit une nouvelle fois la parole et s'intéressait sur les origines du jeune homme tout en l'interrogeant sur sa précédente question, ce à quoi John répondit ouvertement.

« Oui, mais je connais aussi vaguement quelques-uns de leurs travaux, il marqua une pause puis continua sa prise de parole. Je suis d'ascendance magique, mes parents sont des sorciers tout comme le reste de ma famille. Néanmoins, même si tu connais l'histoire de ma famille et du passé sombre qui tourne autour de nous, il faut savoir que nous n'accordons guère d’importance à la nature du sang et nous jugeons davantage les sorciers sur leurs actes que sur leurs origines. »

John n'avait pas mâché ses mots, et malgré son âge, il avait parlé assurément et en toute forme de cause. Il préférait être le plus franc possible avec son interlocutrice. Sans doute connaissait-elle son père, Gidéon Hipworth, qui travaillait dans un poste de haut-placé au Département de la Justice Magique, ou encore quelques membres de sa famille, puisque les Hipworth ont su s’imposer, et ce depuis plusieurs générations au sein de la communauté sorcière. 

Il tourna sa tête vers la vitre, tout en observant le paysage défiler à une vitesse folle.

Départ pour Poudlard !  Libre 

Le jeune Hipworth répondit rapidement et le sujet concernant les parents de l’adolescente fut clos sans trop d’histoires, ce qui fut un soulagement. Elle pourrait penser autre chose. La sorcière évoqua sa famille magicienne, et Phœbe hocha doucement la tête. Ce n’était pas une surprise d’apprendre ceci sur les origines de John, et la petite Swan écouta la dernière remarque du garçon avec plus d’intérêt que le reste.

« C’est une évidence que le sang n’accorde rien de plus ou de moins. Quant aux actes, comptons sur Poudlard, l’éducation des divers enfants est bien trop variable jusqu’aux onze ans mais rien n’est irréversible. L’école nous remet tous à la même enseigne au niveau de ce que l’on y apprend, même humainement parlant même si cela semble bien plus… discret. »

Juger les sorciers sur les actes… Cette expression avait interpellé la Serpentard, et c’est pour cette raison qu’elle avait réagi. Les actes étaient les conséquences de quelque chose d’antérieure. Il pouvait s’agir d’un vestige d’un événement étant survenu dans le contexte familial. L’école de sorcellerie uniformisait les expériences, gommait certaines distinctions, mais creusait un fossé de taille en faisant germer une compétition entre quatre groupes d’enfants.

La sorcière verte et argent retournait au collège pour la énième année et ne savait pas vraiment si c’était à reculons ou bien avec enthousiasme. Elle ne savait pas ce qui pouvait bien l’attendre d’intéressant, mais était bien contente de fuir ses parents pour quelques mois au moins.

Φοίϐη, Pudeur Ardeur Fureur ; Jetée en 2040 entre ces Murs de Pierre
Ignore