Voie 9 ¾

Inscription
Connexion

Le nouveau monde   libre  

Reducio
Rentrée septembre 2041 :)

Ce soir là, une agitation toute particulière régnait sur la petite maison des Huet... Une valise, qui encombrait le passage du hall d'entrée et une fillette de bientôt 11 ans se trouvaient au centre de l’attention... En effet, le lendemain était un jour spécial ! C'était la rentrée ! D'habitude quand vous dîtes à un enfant, quel que soit son âge, que le lendemain il doit retourner à l'école, il soupire, certains en pleure même : me direz-vous ! Mais là, c'était différent, la fillette concernée allait rentrée dans une école fantastique : une école de magie ! Vous me direz aussi : la magie, ça n'existe pas ! Et je vous répondrais : la petite fille et sa famille croyait ça aussi ! Mais c'était avant de recevoir la lettre d'admission à Poudlard et de voir de leurs propres yeux : Le chemin de Traverse !

Alice leva les yeux au ciel, sa mère était encore plus stressé qu'elle. Elle courrait partout, essayant en vain d'ordonner les affaires que sa fille avait éparpillé où bon lui semblait. La fillette, quand à elle, se jeta sur son lit et réfléchit... Poudlard l’intriguait, tout comme les sorciers et le monde magique...Elle relu sa lettre d'admission, c'était au moins la quinzième fois depuis ce matin ! Puis, repensant à son shopping sur le chemin de Traverse, elle s'interrogea sur l'utilité d'une baguette magique, ne comprenant pas pourquoi, les sorciers avaient besoin d'une baguette magique pour pratiquer la magie... et aussi pourquoi, ils écrivaient à l'encre... C'était d'ailleurs, la première chose qu'elle avait remarqué en lisant sa lettre d'admission !
Il était déjà tard, lorsque sa mère vint la voir pour lui demander de se coucher, lui rappelant que le lendemain, il faudrait se lever très tôt. Après un rapide brossage de dents, la petite et futur sorcière se coucha, mais ne réussit pas à s'endormir rapidement à cause de son excitation...

Le lendemain matin, tout s’enchaîna très vite : le réveil, la toilette, le petit-déjeuner où Alice cassa un verre : être maladroite, quel calvaire... Puis fin prête, la fillette enfila son manteau et mit ses chaussures. Toute la famille Huet embarqua ensuite dans la voiture, qui roula pendant deux à trois bonnes heures en direction de Londres ! Sa petite sœur, avec qui elle n'avait jamais eu d'altercation, s'endormit très vite et Alice devina que ce serait très dur de la réveiller, quand il faudrait descendre de la voiture.
Quand ils furent arrivés à côté de la gare, le père d'Alice se gara sur l’un des parkings et la petite famille se dirigea vers la gare. Alice sortit la fameuse lettre de sa poche et la relut... Quelque chose l'intriguait dans cette lettre : on lui demandait de se rendre au quai 9 3/4 ! Sa mère lui prit la lettre des mains, la lut à haute voix et resta perplexe. Apparemment, le quai 9 3/4 ne lui disait rien non plus... Alors, les quatre Huet marchèrent un peu et s'arrêtèrent entre le quai 9 et le quai 10, seul un mur se situait à l'emplacement qu'aurait pût avoir le quai 9 3/4 ! Le père de la fillette s’apprêtait à demander de l'aide aux passants quand un couple d'un âge respectable s'avança vers eux. La vieille dame prit la parole, s’adressant à Alice :
" Vous cherchez le quai 9 3/4, jeune demoiselle ? "
Alice hésita un peu avant de répondre et regarda sa mère, celle-ci lui fit un geste de la tête, signe qu'elle pouvait y aller. Alors, la fillette, répondit à la dame :
" C'est bien ça, je cherche le quai 9/34 ! Sauriez-vous où il se situe madame ? "
La vieille dame marmonna quelque chose à propos de "Moldus", enfin c'est ce qu'Alice cru comprendre, n'étant pas sûr de connaître ce terme... Puis, la femme reprit :
" Vous prenez un chariot et vous mettez vos bagages dedans ! Puis, vous foncer droit dans le petit mur et, surtout, vous ne vous arrêtez pas ! "
Et sur ces mots, la vielle femme marmonna quelque chose sur un certain... " Boursouflet " ? Qui serait apparemment partit en voyage ! Puis elle partit avec son mari, laissant la petite Alice et sa famille perplexe. La mère d'Alice désigna un chariot de la main et Alice s'appliqua à suivre à la lettre, les conseils de la femme. Elle regarda le muret d'un air craintif, ce qu'elle s'apprêtait à faire, lui paraissait complètement fou ! Pour se rassurer, elle éclata de rire et se lança. Le mur se rapprochait peu à peu, de plus en plus près, trop près ! Alice ferma les yeux attendant la collision... qui n'arriva pas ! La fillette se retrouva en douceur de l'autre côté et ouvrit lentement les yeux...

Reducio
Les mots soulignés sont pour la mission n°7 de la cabane de cristal ! ^^

Le souffle des Poufsouffle, jamais ne s'étouffe !
RNA des Pouffys et gardienne des frelons
Nous créons nous-même nos propres limites puis nous nous étonnons de ne pas nous sentir libre.

Le nouveau monde   libre  

 Lerya avait reçut sa lettre il y avait déjà quelque jours. Ce jour là elle l'avait lu et relu sans sans y croire. Une école de magie, une vrai école de magie qui lui envoyait une lettre !!!? Pour
lui dire qu'elle était une sorcière en plus ! Cela paraissait complètement absurde tout droit sortit d'un rêve. D'ailleurs elle avait vraiment cru en faire un à ce moment là. Ce précieux petit bout de parchemin venait en instant lui révéler que tout ces rêves de magies,  son livre de créatures fabuleuse, seule souvenir restante de sa mère, étaient vrais ! Elle n'avait pas pus cacher son excitation sur le moment, pourtant, celle-ci retombe bien vite lorsqu'elle dut l’annoncer à son père. Comment pourrait-il la croire ? Il penserait que ça ne serait encore qu'un de ses multiples enfantillages…Et Scillia et Elwan, ses deux frères et sœur jumeaux, comment allaient-ils faire sans elles ? Ils n'avaient que 6 ans et leur père passait énormément de temps à l'usine.
Abattue, elle s'assit sur son lit. Comment allait-elle faire ? Elle ne pouvait pas laisser filer un monde extraordinaire entre ses doigts, il lui fallait y aller. La nuit suivante elle l'a passa à
réfléchir à un plan.

Le lendemain, décidée, elle alla voir son père. Lerya lui raconta qu'elle avait été repérée par une école de dessins renommé en Angleterre et qu'une chance pareille, elle ne pouvait la louper. Son père bienveillant et ne connaissant rien aux écoles et surtout reconnaissant le talent de dessinatrice de sa fille, ne semblait pas s'y refuser. Pourtant cela semblait l'ennuyer, Sa grande fille aller devoir partir loin de lui...
Dans les jours qui suivirent toute la petite famille s'organisa au départ de la future sorcière à leur insu, ils trouvèrent quelqu'un pour garder les jumeau : une grand-mère du quartier qui avait besoin de compagnie, et son père pris de l'argent dans le peu d'économie qu'il avait afin de lui payer le trajet jusqu'à Londres et Il lui offrit également comme cadeau de départ, une petite sacoche en cuir usé, qui lui avait appartenu lui permettant d'y ranger le livre de sa mère et son carnet de croquis.
Les au-revoir furent émouvant et le trajet depuis la Sibérie long et fatiguant. Finalement elle arriva enfin à à la gare de Londres pour aller non pas dans une école de dessin, comme le pensait son père,
mais une école de magie.
Le sourire incrusté sur ses lèvres, elle entra enfin dans la gare mourant d'envie de découvrir un nouveau monde emplit de magie et qui sait peut être voir enfin un dragon.


Son excitation retomba bien vite, il y avait beaucoup de monde et cela la rendait nerveuse. Il faut dire qu'en Sibérie il n'avait pas grand monde et elle n'avais jamais vraiment eu d'amis. Elle n'avait l'habitude de parler qu'avec sa petite famille.
Elle sortie le billet en direction de Poudlard afin de savoir le numéro du quai.
9 3/4.
Hein ? Comment ça 9 3/4 !? pensa-t-elle c'est totalement absurde, comment n'avait-elle pas pus s'en rendre compte avant ?!
Et si finalement tout ça n'était qu'un blague dont elle avait été la victime. Elle était bien avancée maintenant à des milliers de kilomètres de sa maison.
Elle fut prise d'un terrible angoisse lorsqu'elle entendit :
« ...quai 9/34 ! Sauriez-vous où il se situe madame ? " 
Lerya leva la tête en direction de la voix. Elle appartenait à une jeune fille, probablement de son âge. Elle s'adressa à une vielle dame.
"-Vous prenez un chariot et vous mettez vos bagages dedans ! Puis, vous foncer droit dans le petit mur et, surtout, vous ne vous arrêtez pas ! " Répondit cette dernière.
Cette réponse paraissait sortir d'un livre pour enfant mais elle ne dit pas non au chariot. Sa petite taille ne lui facilité pas les choses pour le transport de ses bagages.
Pendant que Lerya mis tant bien que mal son unique malle sur le chariot, elleentendit la jeune fille éclater de rien et foncer dans le mur.
Contrairement à ce qu'elle entendit , celle ne s'écrasa pas mais passé au travers. Un sentiment d'émerveillement monta en elle ! Elle venait de voir la magie pour de vrai.
Impatiente elle se lança à la suite de la jeune fille qu'elle percuta de l'autre coté.

Mais l’homme dont le sang coule à flots sur la terre,
Fixant toujours les yeux divins de la chimère
Meurt, la poitrine ouverte et souriant encor.
couleur: #0b8c6e

Le nouveau monde   libre  

La rentrée scolaire... Perseus n'avait jamais aussi excité qu'en ce jour. Cela faisait des semaines qu'il attendait le 1er Septembre avec une certaine impatience. Sa vie avait toujours été simple et monotone, le même jour se répétant sans cesse. Oh bien entendu, il y avait quelques événements pour le moins... Étranges qui s'étaient produit autour de lui, mais n'en faisant fi, son père avait toujours clamé que ce n'étaient que des mensonges. La seule qui l'avait toujours compris était sa mère.
Aussi lorsqu'il reçut sa lettre un mois plus tôt, sous l'incompréhension de Ward, son père moldu, Aubellia leur révéla enfin la vérité. Perseus était un sorcier, et elle, une sorcière. Toutefois, cela se passa moins bien qu'elle ne l'avait espéré, et Ward, se sentant trahi par ces onze années de secret, divorça.
Pendant les vacances, Perseus vécut des moments difficiles et c'est aussi pour cela qu'il attendait la rentrée les bras ouverts. Il avait besoin de partir loin et ce monde qui s'offrait à lui l'occuperai surement assez pour ne pas se soucier du divorce de ses parents.

Mais trêve de bavardages et revenons à l'instant présent. Le brundinet marchait en compagnie de sa mère sur les quais de King's Cross. 
- Comment vas-ton aller à la plateforme 9 3/4 ?
- Suis-moi, mon chaton, répondit sa mère dans un sourire.
Ils arrivèrent en face du mur qui séparait la voie 9 de la voie 10 et Perseus vit deux jeunes filles foncer dans le mur avec leurs chariots quand POUF ! Elles disparurent avalés par le muret.
- Bon, par chance nous voilà tombés sur deux jeunes filles. Tu sais comment faire mon chéri à présent ?
- Euh... Oui je crois. Mais tu es sure que ça va marcher pour moi ?
Elle le rassura alors et le jeune sorcier, inspirant un grand coup, pris son courage à deux mains et s'élança vers le muret à toute allure, plissant les yeux par le vent frais qui lui fouettait le visage. Il vit les briques se rapprocher, encore, encore et encore quand... Il se retrouva de l'autre côté et BANG ! percuta les deux filles qui le précédaient dans un vacarme tel que son chariot se renversa et que son corps potelé s'écroula sur le sol douloureusement. Fort heureusement, il y eut plus de peur que de mal et Perseus se releva avec peine en s'excusant vivement auprès de ses camarades.

- Je suis vraiment désolé... Je... Je ne vous avais pas vu. Tout va bien ? Vous n'avez rien ? C'est alors qu'il s'aperçu que les deux jeunes filles ne devaient pas être bien plus âgé que lui, et, voyant en elles de futures camarades et probablement les premières amies qu'il se ferrait, il se présenta un peu naïvement.
- Je m'appelle Perseus, vous aussi vous êtes nouvelles à Poudlard ?

Le nouveau monde   libre  

Ce fut la rentrée qui attendait James dans trois jours. D'habitude pour lui c'était signe de panique.Il détestait ce jour car rien ne se passait bien mais cette fois ci, il fut très heureux d'avoir été invité dans une école de magie. James eut du mal à se contrôler et ses parents en furent étonnée. Il leur dit:
   
-Ça alors je n'en reviens pas papa maman ! Vous savez quoi,j’ai reçu une lettre comme quoi je suis invité à apprendre la magie ! 

Les parents du jeune garçon acceptèrent, après tout c'était son choix. La lettre indique que James doit acheter ses affaires scolaires,sur le chemin de traverse et pour accéder au château il devait prendre un train à King Cross le jour de la rentrée. Trois jours plus tard, la rentrée sonnée ...  sortant de sa rêverie son père lui dit de prendre son petit sac, contenant un cahier de croquis et des petits biscuits, quant à son père il chargea sa valise dans le coffre. Durant le trajet, James arrêtait pas de parler comment le monde magique allait être. Son père lui dit de se calmer et de ne pas faire de bêtise à l'école et, de lui envoyer des messages par hiboux. Deux heures plus tard ... James et le père arrivèrent à la gare de King Cross. Il prit la lettre de Poudlard et lut qu'il devait emprunter le quai 9/3/4. Ils demandèrent aux agents de la gare mais leur rétorquèrent de cesser à raconter des bêtises. Des jeunes comme lui se demandaient où était le fameux quai. Il leur demanda et il fit un signe de tête comme quoi il ne savait pas eux aussi, puis une mère leur répondit:  

- Pour emprunter le quai 9/3/4 il faut foncer sur le mur qui est en face et ne vous
arrêter pas !         
 
Il fit ce que lui indiqua la dame et fonça avec son père vers le mur avec d'autres élèves. Il découvrit le Poudlard expresse et tout un plein d’élève se pressait avec leurs chariots, remplies de bagages. James
embrassa son père avant de monter dans le train. Il se mit dans un compartiment où il pourrait y avoir quelques camarades à qui causaient. Il en trouva un et leur demanda: 

-Je peux m'asseoir ici ? Je m'appelle James je viens de Londres et je suis un moldu.