Voie 9 ¾

Inscription
Connexion

Ser-pentard-daigle, enchanté.  PV Katy Smith 

Antony traversa le mur non sans trop de tristesse. Cette année, ses parents n'avaient pas pu venir, car ils étaient restés avec la grande-mère maternelle d'Antony qui avait eut quelques soucis de santé. Antony s'était donc rendu seul à Londres, hébergé par une amie de sa mère. Ainsi, après avoir remercié et dit au revoir à Jessie, son hôte, il était parvenu à échapper au quai où il l'avait quitté pour se faufiler jusqu'au mur du 9 3/4 cette fois-ci.
La douce odeur de fumée blanche le prit aux narines. De nos jours, les moldus n'utilisent plus de trains à vapeur, c'est pourtant ce que continuaient de faire les sorciers.
*Tant mieux* songeait le garçon. Cela ne faisait qu'ajouter une touche de magie à ce nouveau monde dans lequel il vivait depuis maintenant trois ans.
Cette année, c'était sa quatrième année. Il se souvenait encore de son premier jour sur le quai, ou encore du jour où il avait embrassé Ysalyne sur ce même quai lors de sa deuxième année, ainsi que de sa découverte du septième wagon avec Elina. Il préféra ne pas s’attarder sur la pensée de son ancienne amoureuse. Fort heureusement, si l'on puis dire, l'horrible souvenir de l'immense araignée du septième wagon lui sautant au visage lui changea les idées.

Déjà sur les bords de la voie, de nouvelles têtes toutes plus blondes les unes que les autres semblaient subjuguer devant le train. Tous piaillaient de chaque côté, pleurant parfois. Pour certains, Antony les avait déjà vus, sûrement accompagnant leurs frères et sœurs lorsque ces derniers avaient pris le Poudlard Express. Pour d'autres, cela semblait être une toute autre découverte. L'émerveillement se lisait sur leurs visages. Çà et là, des parents chargeaient enlaçaient leurs enfants, les aidaient à monter leurs valises, les couvraient de bisous. Antony aperçus bien quelques parents qui semblaient indifférents à l’égard de leur enfant et de son départ, mais ils restaient rare.

Antony, quant à lui, n'avait pas ses parents pour lui dire au revoir. Il passe devant le wagon des préfets, reconnaissant certains de ses camarades. Maintenant, Antony faisait partis dans anciens et cela l'emplissait d'une certaine fierté. Dès que les premières années allaient le voir dans les couloirs, ils le regarderaient comme un grand, avec respect et admiration, du moins les premiers mois en tout cas. Antony pourrait leur apprendre quelques trucs et s'en glorifier. Lui-même se rendait bien compte qu'éprouver un tel sentiment faisait de lui un Narcisse, mais cela ne l'empêcha pas d'esquisser un sourire. Il dépassa un autre wagon, puis un autre, esquivant les regroupements dans un souple jeu de jambes, mais préféra ne pas se rendre jusqu'au fond du train.

Le Serpentard calculait en effet déjà son coup pour être à la meilleure place, face aux couverts les plus grands de la grande table, là où sûrement les meilleurs plats se tiendront. Il ne voulait pas non plus se tenir tout au fond de la grande salle, ni même trop devant. Bref, il avait sa préférence. Cependant, pour choisir sa place à la grande salle, il ne fallait pas y arriver trop tard. Pour ça, il fallait donc prendre les premiers carrosses. Et pour cela, encore, il fallait se trouver dans les premiers wagons du train. De nombreux élèves savaient cela, et c'était donc pour cette raison que les premiers wagons étaient toujours les plus bondés. Antony n'aimait pas passer un voyage en train dans un wagon bondé, il se sentait mieux tranquille ou en petit comité.

Jauger le nombre de personnes qu'il y allait avoir dans un wagon restait cependant difficile puisque la plupart des enfants n'étaient pas encore monté. Antony s'installa donc dans un wagon vide, extirpant sa valise qui s'était coincé dans la porte, avant de la soulever sur le porte-bagage au-dessus de lui et d'en boucler l'attache.

~ Antony n’est point un drame, Antony n’est point une tragédie, Antony n’est point une pièce de théâtre, Antony est une scène d’amour, de jalousie, de colère, en cinq actes. ~
~ Famille Schialom ~
Do not go gentle into that good night.

Ser-pentard-daigle, enchanté.  PV Katy Smith 

Pour le plus grand bonheur de Katy, les vacances d'été touchaient à leur fin. Ce n'était pas que la Serdaigle mourrait d'envie de revoir tous ses camarades, mais elle préférait encore les voir que de devoir passer le reste de son année chez elle. Elle n'aimait pas vraiment rentrer à Londres pour les grandes vacances. Mais malgré tout, elle devait l'avouer, ses relations familiales s'étaient apaisées avec le temps. Robert gardait son mauvais caractère mais il faisait preuve de plus de tolérance lorsque Katy et Helen évoquaient le monde sorcier. Quant à Matt, il fallait bien reconnaître qu'il n'avait pas uniquement grandi physiquement. L'adolescent de treize ans avait sans aucun doute gagné en maturité. Alors, peut-être qu'au fond de lui il méprisait toujours autant sa demi-sœur, mais en tout cas, il faisait l'effort de ne pas trop le montrer.

Alors qu'elle fermait sa valise pour ensuite prendre la direction de King's Cross, la Serdaigle fit un rapide bilan de ses vacances. Elle constata qu'elles n'avaient pas été si mauvaises qu'elle aurait pu le croire. Et même si sa famille ne lui manquerait certainement pas pour l'année à venir, Katy savait qu'elle aurait un peu de mal à dire au revoir à sa mère. Aussi, elle préférait que celle-ci ne l'accompagne pas jusqu'à la voie 9¾.
La Serdaigle se rendit seule jusqu'à King's Cross en bus. Elle franchit le fameux mur lui permettant de rejoindre le monde sorcier, puis s'approcha directement du Poudlard Express. Pour la cinquième fois de sa vie, elle put redécouvrir la fameuse ambiance de rentrée. Devant elle se tenaient tous les apprentis sorciers, qui pour la plupart, étaient accompagnés de leur parents. Certains étaient angoissés ; sans doute était-ce leur première rentrée à Poudlard. D'autres étaient heureux de retrouver leurs amis. Et il y avait aussi ceux qui malheureusement ne parvenaient pas à quitter leurs parents, et qui auraient un peu de mal à sourire les premiers temps.

Katy observa quelques instants cette scène avant de se retourner vers le train. Maintenant, il fallait qu'elle trouve un wagon qui ne serait ni bondé par des première année à la fois angoissés et excités par leur première rentrée, ni par des élèves un peu plus âgés qui seraient très bavards et heureux de se raconter toutes leurs vacances d'été. Elle savait que les premiers wagons seraient déjà pris par les élèves impatients de rejoindre le château par les premières diligences, alors s'en éloigna un peu. Elle aperçut un wagon semblant vide un peu plus loin. Elle y monta en vitesse, et à sa plus grande surprise, vit une tête qu'elle connaissait déjà. Il s'agissait d'Antony, un Serpentard avec qui elle avait fait équipe le temps d'une soirée pour explorer les restes du Dominion. Ils s'y étaient aventurés environ un an auparavant mais ne s'étaient pas vraiment reparlés depuis ce jour. La Serdaigle hésita brièvement avant de s'avancer vers son camarade en se disant que c'était justement l'occasion de reprendre contact avec lui. Elle inspira un grand coup avant de prendre la parole.


« Salut Antony ! Tu as passé de bonnes vacances? »

Le Serpentard releva aussitôt sa tête de sa valise et sourit à l'Aiglonne qu'il reconnut tout de suite. La cinquième année en profita également pour placer sa valise sur le porte-bagage avant de poursuivre la discussion avec Antony, tout en s'asseyant à côté de lui.

Lorsqu'ils déploient leurs ailes, les Aigles vous ensorcellent.

'Je crois en toi' comprendra qui pourra...