Voie 9 ¾

Inscription
Connexion

Ne nous déçois pas...

RPG libre ^^
《 Tu seras une puissante sorcière, Leslie, et tu étudieras dans la meilleure des maisons. Celle où ta mère et moi avons été, Serpentard ! 》

Ces mots. Toujours les mêmes. Je me rappelle du visage lumineux et fier de mon père à chaque fois qu'il me disait celà. De sa voix vibrante de confiance.
J'ai été élevée entourée de personnes qui faisaient sans arrêt des louanges aux Verts et Argents. 
Toute ma vie, on m'a parlé de Poudlard, de son splendide château, des fantastiques aventures qui y ont eu lieu, des élèves célèbres qui y ont étudiés. Évidemment, tout le monde ici connaît l'histoire d'Harry Potter, Ronald Weasley, Hermione Granger et leurs amis, qui ont vaillamment combattu le Seigneur des Ténèbres et les Mangemorts pendant la Grande Bataille de Poudlard.
Père et Mère ont su dès ma naissance que j'étais destinée à aller dans cette école de magie, j'étais une Sang-Pur, que serait-il advenu de ma famille s'il s'était révélé que je ne possédait en moi aucun pouvoir ? Heureusement, les premiers signes de magie se sont manifestés très tôt dans ma petite enfance et me voilà, six ans plus tard, sur le quai de la voie 9, 3/4, mon énorme valise à la main, prête à embarquer dans le Poudlard Express.

Je regarde ce monstre de métal cracher sa fumée âcre autour de toutes ces familles qui s'embrassent, se câlinent et se disent au revoir. Les parents que je vois ont les larmes aux yeux, ils serrent leurs enfants contre leur coeur avec tendresse, certains se laissent faire, d'autres se dégagent gentiment, un sourire gêné aux coins des lèvres tandis que d'autres encore préfèrent fuir cet amour en se précipitant à l'intérieur du train :
《 - Tu es prête ? ¿Cariña?
Je lève mes yeux vairons en direction de ma mère. Magnifique femme au teint basané, au regard de braise et à la chevelure brune, je dois avouer que je ne lui ressemble en rien.
Un bras autour de sa taille, Antoine, mon père, me fixe avec insistance. Je baisse le regard, intimidée :
《 - Ta mère t'as posée une question. Répond lui, dit-il avec fermeté. 》
Je sens mes épaules se crisper, je m'empresse d'obéir :
《 - Je suis prête. 
- Parfait, alors va maintenant. Serpentard t'attends. Et n'oublie pas de nous écrire ,surtout.
- Oui... 》
Mr.Carter arque un sourcil. À l'aide de son index, il redresse mon menton :
《 - Oui, qui ?
- Oui, Père..., je murmure. 》
Satisfait, il pose une main sur mon épaule et me la presse avec force. Je réprime un tremblement. Ma mère se penche vers moi et m'embrasse furtivement sur le front, je reste immobile, profitant de ce léger contact affectif. Ils sont si rares dans notre famille : 
《 - Porte toi bien, mi querida
- Si, madre. 》
Ces paroles prononcées, le couple s'éloigne, me laissant là, seule. Livrée à moi même. Ils n'ont même pas cherchés à savoir si j'avais quelque chose à leur dire.
Mes parents sont tellement sûrs que la maison dans laquelle je serais envoyée sera Serpentard...
Mais est-ce que ça sera réellement le cas ? Ai-je les valeurs qui permettent d'y accéder ?
Seul le Choixpeau Magique pourra en décider...
J'empoigne ma valise et me dirige vers le train. Je monte dans un wagon et déambule dans les couloirs à la recherche d'un compartiment vide. Les élèves se bousculent pour passer, je suis plusieurs fois projetée contre les parois, par deux ou trois jeunes. Je les gratifie d'un regard meurtrier que je me hâte de détourner pour le braquer sur le sol. 
Mes yeux vairons me complexent tellement...
Je continue mon chemin et, miracle, fini par trouver ce que je cherche.  Je n'attends pas longtemps avant d'ouvrir la porte du compartiment, poser ma valise et me laisser tomber sur la banquette. Je pose un coude sur le rebord de la fenêtre. Mon regard se perd dans le vague.
La solitude me prend à nouveau aux tripes. 
Sans même m'en rendre compte, une mélodie s'échappe de mes lèvres. Les paroles d'une chanson triste me viennent en bouche. 
Chanter a toujours été mon seul et unique moyen de m'exprimer, en plus de l'écriture. D'habitude, je ne chante pas lorsque des gens sont à proximité, mais personne ne risque de venir s'installer ici, avec le nombre de compartiments qu'il y a dans ce train...

Mes mots ne me viennent pas de la tête, je les écris avec mon coeur...✒