Voie 9 ¾

Inscription
Connexion

Le passé est derrière, l'avenir devant  PV 

Privé avec Anita Enor et Elfie Chassin.



Peut-être que Kirsty n'avait pas souvent peur, mais là, à ce moment, elle ne voulait pas y aller. De sa vie, elle n'avait jamais quittés ses parents aussi longtemps. " Quand les reverrai-je ? pensa-t-elle, Et si le Poudlard Express déraille et je meurs ? " Kirsty sentait une énorme boule gonfler dans le bas du ventre. Ses parents étaient juste à côté d'elle, et pourtant déjà si loin. Elle ne les entendait pas lui recommander d'être prudente, elle n'entendait rien. Elle frissonna. Partout, il y avait des silhouettes perdues dans la fumée, qui éclataient de rire, pleuraient, parlaient, chahutaient, criaient, couraient...
Alors, comme dans un rêve, Kirsty attrapa sa grosse valise dans son chariot, et la tira. Elle s'éloigna, le plus loin possible de ses visages familiers. Elle ne voulait pas se retourner car elle avait peur de ne plus vouloir partir pour la merveilleuse école. Elle entendit son père crier quelque chose, mais c'était un cri comme les autres, et elle n'y prêta aucune attention. Elle se retourna. Ses parents étaient loin, si loin, presque déjà un souvenir. C'étaient des silhouettes fantomatiques parmi les autres.
  Tirant sa valise, elle s’approcha du train rouge, qui crachait la fumée. C'était un monstre de métal pourpre, qui allait l'avaler. Si elle rentrait, c'était comme se jeter dans l'inconnu. Et l'inconnu, elle adorait ça en d'autres circonstances. Alors, prenant son courage à deux mains, elle rentra. Contrairement à ce qu'elle croyait, ça ne faisait pas mal. Elle vit encore plus d'élèves chahuteurs. Certains discutaient entre copains, d'autres, timides, marchaient, pâles et tremblants. Des premières années timides et pleurnichards, aux grands septièmes années sûrs d'eux et fiers, il y avait de tout.
  Kirsty passa, bousculant plusieurs personnes avec sa valise, et ouvrit plusieurs compartiments pour voir si il y avait des gens. Enfin , au bout du cinquième, elle en trouva un vide ( et un peu miteux ), tout au fond du train. Elle posa sa valise sur le filet à bagage et se recroquevilla sur la banquette. Elle regarda par la fenêtre. Des gens faisaient des signes aux élèves, mais pas à elle... Prenant une décision de dernière minute, elle sauta de la banquette et fila dehors. De sa vie, elle n'avait jamais courut aussi vite.
  Elle sortit du train, et hurla :
- Papa! Maman !
  Elle vit ses parents surgirent de la fumée.
- Qu'est-ce qui t'as pris de partir comme ça ? Sans un seul au revoir, ni un bisous ? demanda sa mère.
  Le premier sifflet du train retentit. Kirsty se jeta dans les bras de sa mère, puis dans ceux de son père.
- Désolé, j'étais stressée !
- Ce n'est pas grave ! Va vite avant que le train ne parte sans toi ! la réconforta son père. Bisous et amuse-toi bien !
  Kirsty courut en sens inverse, et remonta dans le Poudlard Express. Elle rentra dans son compartiment. ça y est, elle n'avait plus peur. Elle avait laissé son passé derrière elle, dans un petit coin de sa tête, et elle faisait face à son avenir.
Reducio
Je continuerais ce RPG, si quelqu'un le fait après ! Je ne vais pas faire un monologue, quand même !
Dernière modification par Kirsty Panglewood le 25 août 2018, 14 h 46, modifié 1 fois.

~Deuxième année devoir et RP
Rédactrice au Gryffon'heure.
Je suis un génie du mal chelou avec des lunettes 3D qui grimpe a la Tour Eiffel avec un faux moldu.

Le passé est derrière, l'avenir devant  PV 

Je n’en croyais pas mes yeux au moment où je franchis la barrière entre les quais 9 et 10 de la gare King’s Cross. Le train que l’on nommait le Poudlard Express était d’un rouge flamboyant et dégageait de la fumée parmi les nombreux voyageurs que comptait en cet instant le quai 9 ¾. J’étais émerveillée par tant de beauté, c’était comme si je n’étais plus la même en ce lieu. Je me sentais différente des autres personnes, en tout cas de ceux qui ne franchissaient pas cette barrière. Le fait de me dire que j’étais une sorcière était assez étrange, car jamais je n’aurais cru que je possédais le même don que ma mère.

Celle-ci se trouvait à mes côtés, comme mon père, qui lui avait la bouche grande ouverte. Il n’arrivait toujours pas à accepter la réalité, tellement il était abasourdi par tant de personnes aux vestes de sorciers d’un vert émeraude ou d’un prune étincelant, mais aussi et surtout par tant de hiboux et de chouettes dans un même endroit. Il tournait la tête dans tous les sens, et je ne pouvais m’empêcher de sourire face à son expression sur son visage. Lui qui nous avait certifié jusqu’au bout que le quai 9 ¾ n’existait pas, il était maintenant sous le choc, voyant que son jugement était faux, tout comme le reste de ses dires, comme avec le Chemin de Traverse qui selon lui était un lieu tout droit sorti de l’imaginaire et rien d’autre.

Je tenais la main de ma mère, et elle semblait toute aussi émerveillée que moi. Cela faisait un moment qu’elle n’avait pas revu ce lieu rempli de magie ainsi que le Poudlard Express. Les autres trains que j’avais aperçu juste avant de franchir la barrière faisaient pale figure face à sa majestuosité et sa beauté. J’étais également surprise de voir autant de monde, autant d’enfants comme moi qui allaient tous à Poudlard. Je ne pensais pas que cette école comptait autant d’élèves, et je me demandais combien de surprises encore allaient me réserver ce nouveau départ.

Soudain, alors que l’on se rapprochait de plus en plus du wagon où j’allais m’installer avec mes bagages, je m’arrêtais. J’appréhendais la suite des évènements, j’avais peur de ce qui allait m’arriver avec tous ces changements, cette nouvelle vie. Tandis que mon père se rapprochait avec un air intéressé d’un hibou se trouvant dans une cage, je me tournais vers ma mère qui se baissa vers moi en me prenant les deux mains.

- Qu’il a-t-il ma chérie ? me demanda ma mère. Il y a quelque chose qui te tracasse ?
- C’est que.. j’ai peur de ce qui va arriver après. Si je n’étais pas une bonne sorcière, et puis si je n’arrive pas à me faire des amis ? J’ai peur maman.
- Ne t’inquiètes pas, tout va bien se passer. Tu seras une merveilleuse sorcière, tu l’es déjà à mes yeux. Poudlard est une belle école qui va t’apprendre de belles choses. Tu verras, tu arriveras à te faire des amis, je n’en doute pas. Tu es capable de grandes choses ma chérie, alors laisse aller le destin, laisse toi guider à travers ce monde et cet endroit magique.
- Et si je n’étais pas dans cette maison où tu as été, si j’étais dans une autre ?
- Tu sais, ce n’est pas parce que tu ne seras pas répartie chez les Serdaigle que tu seras une moins bonne sorcière. Chacune des maisons est géniale, et je ne serais pas moins fière de toi si tu était chez les Gryffondor, les Serpentard ou les Poufsouffle. Le Choixpeau saura laquelle te correspondra le mieux, alors laisse toi guider par son choix.

J’étais plus rassurée par les paroles de ma mère, elle savait s’exprimer avec les bons mots. Je ne la connaissais pas encore assez, cela ne faisait que quelques mois qu’elle était entrée dans ma vie, et mon sourire s’estompa aussi vite qu’il était apparu à cette pensée.

- Maman, pourquoi tu ne peux pas venir avec moi ? Pourquoi papa ne peut pas venir lui aussi, juste dans le train ?
A ces mots, ma mère mit sa main contre ma joue, carressa mes cheveux puis m’adressa un tendre sourire avant de prendre la parole.
- Parce que nous ne sommes plus des enfants maintenant, et que notre place n’est pas à Poudlard, ni dans le Poudlard Express. Tu sais, tu vas nous manquer à ton père et moi, mais saches que tu peux nous écrire autant de fois que tu veux. Tu n’auras qu’à envoyer un hibou depuis la Volière du château, quelqu’un vous expliquera tout cela. Et puis je te rassure, nous n’allons pas rester sans te donner des nouvelles. Ton père et moi allons t’écrire une fois par semaine, surtout pour que tu saches comment ton père s’en sort avec toutes les choses que je vais lui faire découvrir.

Elle leva légèrement la tête en direction de mon père qui continuait à regarder de plus près le hibou aux magnifiques plumes. Elle sourit de plus belle en le voyant aussi intéressé puis me regarda de ses yeux verts, le même vert que le mien.

- Ne t’en fais pas, même si tu n’es pas auprès de nous, tu seras toujours dans nos cœurs, me dit-elle en pointant son doigt vers le sien. Et ce n’est pas parce que l’on ne peut pas se voir que l’on ne peut pas s’écrire ma chérie, on gardera toujours contact, c’est le principal.

Soudain, un bruit se fit retentir et je sus que le train allait partir d’une minute à l’autre. Ma mère se leva délicatement et me fit signe de monter dans le wagon. Mes bagages avec moi, je regardais une dernière fois mes parents, côte à côte.

- Vas et profites bien, tu verras c’est génial là-bas ! me dit ma mère en me faisant un signe de la main.
- Oui, et euh, amuses toi bien à Poudlard ! rajouta mon père en signe d’encouragement.

Jetant un dernier coup d’œil par la fenêtre, je ressentais soudainement comme un creux dans le ventre, comme si on m’avait arraché une part de bonheur en étant séparée de mes parents. J’étais triste de voir que j’allais passer presque une année sans eux, mais l’heure n’était pas de se morfondre car il fallait que je trouve une place parmi les nombreux compartiments du train, maintenant en route pour Poudlard. C’est alors qu’un compartiment attira mon œil, voyant qu’il n’y avait qu’une seule personne. Je décidais de coulisser tout doucement la porte et d’entrer tout en apercevant une jeune fille de mon âge. La timidité prit place à la curiosité, mais j’avais tout de même des notions de politesse, c’est donc avec une petite voix que je lui adressais la parole.

- Bonjour, euh.. est-ce que je peux m’installer ici ?

Une réponse positive plus tard et je m’avançais pour pouvoir m’installer. Seulement, en étant surchargée, je me pris un de mes sacs et me retrouvais projetée au sol en trébuchant. Ne sachant pas quoi faire sur le moment, tellement honteuse de m’être retrouvée dans une position peu confortable, je restais immobile. Puis, voyant que la jeune fille me regardait toujours, je décidais de me relever soudainement. Je devins rouge comme une tomate, et me détournais de son regard en rangeant mes bagages là où il y avait de la place. Je m’installais par la suite sur la banquette en face de la jeune fille comme si de rien n’était, mais j’avais toujours honte de m’être retrouvée dans une telle situation. J’étais toujours autant timide et plutôt que de commencer la conversation après ce qu’il m’était arrivé, je préférais prendre un livre pour m’y plonger. Je ne souhaitais pas croiser de nouveau son regard, et ne voulais pas voir l’expression qu’avait son visage à cet instant. Peut-être avait-elle un regard moqueur, rieur, ou compatissant, mais je n’avais pas envie de le découvrir, préférant m’enfermer dans ma petite bulle, comme à mon habitude.

J’étais nerveuse à l’idée de me retrouver dans un endroit où je ne connaissais personne, mais c’était là une occasion de nouer des liens, de se faire des amis. Le regard plein d’espoir, j’observais par la fenêtre le beau paysage que nous offrait la nature. Je ne savais pas ce qui m’attendait une fois arrivée, mais je sentais que ce nouveau départ serait riche en changements, riche en aventures et en rencontres, et c’est à cette pensée que je me replongeais dans le livre qui m’accompagnais depuis ma plus tendre enfance.


Merci Kirsty pour avoir permis à Anita de s'introduire au sein de son compartiment. Sur ce, je vous souhaite de passer un bon moment les filles dans le Poudlard Express ^^

Il ne suffit pas seulement de croire en ses rêves, mais de croire aussi en soi.

Le passé est derrière, l'avenir devant  PV 

Kirsty sentit son ventre se serrer quand elle vit ses parents lui faire signe, de loin, a travers la fumée que dégageait le train. Puis, elle ne les vit plus, car ils commençaient a avancés. La blondinette aurait voulut se raccrocher toute sa vie aux regards de son père et de sa mère, pourtant, ils ne furent bientôt que des silhouettes parmi les autre, qui agitaient les bras, comme tous les autres. Le sentiment que Kirsty ressentait a cet instant était étrange : elle avait l'impression qu'on l'abandonnait, et ça la blessait, mais en même temps, elle était si heureuse d'aller a Poudlard !
Soudain, la porte de son compartiment coulissa, et la jeune Panglewood vit une fille brune d'a peu près son âge, qui s'avança, rompant l'instant de solitude de la blondinette. Cette dernière fut d’abords agacée car elle voulait être tranquille, mais, après quelques instanst de réflexion, elle se dit que ce serait pas mal si elle se faisait des amies dans le Poudlard Express, tout comme Ronald Weasley et le célèbre Harry Potter, son héro. La fille murmura :
- Bonjour, euh.. est-ce que je peux m’installer ici ?
- Oui, susurra Kirsty, intimidée.
Tout a coup, la fille, qui était surchargée de sacs, tomba a terre. Kirsty était tellement stupéfaite qu'elle ne fit aucun gestes pour l'aider. Elle ne s'attendait pas du tout a ce que cette nouvelle arrivante tombe a ses pieds ! L'instant de stupeur passé, Kirsty eut une envie de rire qu'elle refoula avec beaucoup de mal et marmonna a l'adresse de la maladroite :
- Tu veux que... heu... je t'aides ?
La fille se releva, rouge comme une tomate, et la blondinette ramassa un de ses sacs, puis le posa sur la banquette en face de la sienne. Pauvre fille ! Kirsty, a sa place, aurait voulut se terrer dans le sol pour échapper au ridicule. Sa voisine de compartiment devait, acet instant-là, ressentir exactement ce sentiment, car elle était rouge et évitait le regard de la jeune Panglewood. Elle s'assit sur la banquette en face et se colla a la fenêtre, sans adresser la parole a la blondinette, qui, pourtant ne rêvait que de ça. Voyant que la fille n'avait pas envie de discuter, suite a cet incident, Kirsty respecta son silence et se tût en regardant par la vitre.
Rapidement, le train quitta la gare, et donc Londres. La blondinette ressentait une sorte de déchirement dans son coeur, car elle quittait son ancienne vie, sa fille de fillette, pour vivre une vie d'aventures a Poudlard. La fillette jeta un coup d'oeil vers la porte du compartiment, dont le milieu était une vitre, et elle pouvait voir ce qui se passait dehors. Des élèves passaient et repassaient, criant et courant.
Kirsty soupira et ferma les yeux, en essayant de dormir, car elle était fatiguée.

~Deuxième année devoir et RP
Rédactrice au Gryffon'heure.
Je suis un génie du mal chelou avec des lunettes 3D qui grimpe a la Tour Eiffel avec un faux moldu.

Le passé est derrière, l'avenir devant  PV 

Elfie venait d'arriver a Londre pour aller a Poudlard, elle avait avec elle son chariot qui contenait sa valise et ses achats scolaires qu'elle avait fait il n'y avait pas longtemps avec son demi frère ici, elle allait pour sa première fois prendre le train pour l'emmener dans la grande école de sorcellerie qu'était Poudlard. On lui avait dit qu'il fallait traverser un grand mur mais elle n'y avait jamais cru jusqu'a aujourd'hui ou elle voyait plusieurs sorcier courir vers le mur et disparaitre du coté sorcier. Elfie avait peur de ne pas être véritablement une sorciere comme toute sa famille ou  qu'elle allait se cogner en plein de dans mais son père l'aida a pousser le chariot, courir avec elle jusqu'au moment ou ils traversèrent le mur et se rendirent sur le quai de plein de petit ou de grand sorcier attendent l'Heure et de monter dans le grand train rouge et noir qui attendait que les jeune, nouveaux qui ne connaissait toujours pas leurs maison comme elle... ,professeurs, préfèt, de  première,deuxième,troisième année ou plus  monte dans le train, en attendant l'heure.. Ils était arriver 20minutes en avance pour être sur donc il était 10h41. Elfie et son père allèrent renger la grande valise marron d'Elfie dans la soute avec toutes les autres qui étaient toutes bien rangé les unes a coté des autres, elles était presque toutes identiques. Ensuite, Elfie alla dire au revoir a sa petite soeur, Son père et sa mère avant de monter dans le train pour chercher une plaçe de libre. Elle passa devant le premier wagon qui était réserver pour les préfèt car il y avait marqué en gros préfèt sur la vitre du wagon, puis, elle regarda dans le premier Wagon destiné aux élèves, elle remarqua qu'ils était assez grand, mais il était plein et il n'y avait que des garçon, le suivent nétait pas rempli mais ce n'était que des plus grandes qu'elle. Il lui fallu faire plusieurs Wagon avant de trouver un ou il n'y avait que deux jeunes fille d'a peu près son âge qui d'après Elfie était aussi timide qu'elle vu que le Wagon n'était pas très bruillant même si l'une d'elle était surement lus bavarde que l'autre, Elfie leurs demanda donc:
Puis-je m'assoir avec vous?
Elfie dit cette phrase très bas mais les deux fille se sont retournés signe qu'elle avait entendus et Elfie continua de parler:
Si vous vouler je peux vous acheter de chocogrenouille?
Elfie avait un peu d'argent sur elle et comptait acheter de quoi tenir le temps du voyage mais si elle avait des amies, autant en profiter et en manger a plusieurs, serai ravi de le partager avec ses première amis mais avant il fallait qu'elle accepte...
Dernière modification par Elfie Chassin le 26 septembre 2018, 17 h 12, modifié 4 fois.

Elfie Chassin deuxième année


Il vaut mieux suivre le bon chemin en boitant que le mauvais d'un pas ferme.
Deuxième année devoirs et Rp

Le passé est derrière, l'avenir devant  PV 

Kirsty commençait a rêvasser, tandis que le train démarrait. Elle s'imaginait déjà sous le choixpeau, a l'instant où il crierait le nom de sa maison. La blondinette voulait absolument être a Gryffondor, ou, au pire a Serdaigle. La famille de sa mère était allée dans la dernière maison, tandis que son père avait été attribué a Gryffondor. La jeune Panglewood a$savait qu'elle était plus courageuse et intrépide que intelligente, et espérait aller chez les rouges et or. Bien évidemment, elle s'imaginait les pires scénarios, où le choixpeau disait qu'il n'y avait aucune maison qui lui convenait, et qu'elle devrait rentrer chez elle. Si ça se passait comme ça, Kirsty était sûre de mourir sur le coup.
Elle fut réveillée par une fille qui entra timidement dans le compartiment. La blondinette sursauta et tourna brusquement la tête vers la nouvelle arrivante. Elle ne s'était pas rendu compte, mais elle c'était endormie ! Encore ensommeillée par sa mini sieste, Kirsty écouta d'une oreille un peu distraite la fille qui leur demandait, a elle et a l'autre, si elle pouvait s'assoir avec elles. La blondinette leva un sourcil et regarda son interlocutrice. Elle aussi était blonde aux yeux bleus, et c'est pour cela que la jeune Panglewood sourit en hochant la tête.
Par contre, il lui fallut quelques secondes avant de comprendre ce que la fille lui demandait :
- Si vous voulez je peux vous acheter de chocogrenouille?
Kirsty regarda la fille en souriant de plus belle, puis elle tapota l'espace libre sur sa banquette, en disant :
- On va attendre que la dame aux bonbons passent pour en acheter, non ? Elle devrait pas tarder. En attendant, assieds-toi là !
La blondinette regarda la fille en face d'elle, celle qui était arrivée en première, mais celle-ci ne daigna pas la regarder, et donc, Kirsty reporta son attention sur la nouvelle arrivante, en lui demandant :
- Tu t'appelles comment ? Moi, c'est Kirsty, mais tu peux m'appeler Kris.
Kirsty avait effectivement un surnom, et c'était comme ça que l'appelait toute sa famille. Elle y était donc habituée, et aimait bien qu'on l'appelle comme ça. Ça lui rappelait le passé. Juste avant l'arrivée du hiboux qu'il lui apportait la lettre d'admission a Poudlard. Elle refoula les larmes qui commençaient à lui montées aux yeux, et renifla doucement. Puis elle se tourna vers l'autre blonde, en disant :
- Si tu veux, il me reste des crapauds a la menthe, en attendant.
Sans attendre la réponse de la fille, Kirsty monta debout sur la banquette, et attrapa la fermeture éclair de sa valise, qui était sur le filet a bagage. Elle l'entrouvrit et glissa sa main dedans, et tâtonna, jusqu'à trouver une boite en carton. Elle l'extirpa de sa valise, et sauta a terre. Le train eut une secousse, et elle tomba sur sa banquette. La blondinette éclata de rire, puis donna un crapaud a la menthe a l'autre blonde, avant de s'en prendre un a elle aussi.

~Deuxième année devoir et RP
Rédactrice au Gryffon'heure.
Je suis un génie du mal chelou avec des lunettes 3D qui grimpe a la Tour Eiffel avec un faux moldu.