Voie 9 ¾

Inscription
Connexion

Poudlard, me voici !  Libre 

Et voilà, le grand jour était arrivé. J'avais tant entendu parlé de Poudlard ! J'avais hâte de découvrir ce lieu merveilleux dont Maman et Papa me contaient les merveilles. Bien sûr, au fond de moi, une légère angoisse naissait. Et si je n'étais pas à la hauteur des attentes de mes chers parents ? Oh, je sais ce que vous direz: sois toi-même, aie confiance en toi, tu n'as pas à faire tes preuves. Mais voilà, j'avais la fâcheuse tendance de toujours vouloir faire en sorte que mes parents soient fiers de moi.

J'avais passé des jours et des jours à lire des choses sur la cérémonie de répartition et je me sentais quelque peu sceptique. Comment allais-je rentrer dans des cases ? Je veux dire, bien sûr que j'avais des qualités et des défauts, comme tout le monde, mais était-ce pour autant que je me définissais entièrement comme l'une de ces maisons. J'étais très loyale envers mes amies, j'étais gentille, jamais un mot au-dessus de l'autre, essayant de faire des compromis ... J'adorais me cultiver et je pouvais rester des heures le nez dans un bouquin, à avaler tous les mots qui se présentaient à moi et j'avais tout de même de l'ambition. Vouloir devenir ministre de la magie afin de faire évoluer la société, ce n'était pas rien.

C'est donc dans cet état d'esprit que je montais dans le Poudlard Express, du haut de mes onze ans, saluant mes parents de la main, souriant à ma mère qui semblait inquiète que sa fille sorte du nid douillet de la maison. Entrant dans un compartiment, je m'y installais, rangeant ma valise et sortant un petit livre, gardant quelques mornilles dans les poches afin de m'acheter des friandises. La gourmande que j'étais ne pourrait résister à quelques chocogrenouilles. Je me demandais si j'allais rencontrer d'ors et déjà des personnes qui deviendraient mes amis, et je guettais la porte.

Poudlard, me voici !  Libre 

J'allais à Poudlard. Je quittais mes parents, mes amis, tout ce qui m'est familier. Dire au revoir à mes parents étaient plus dure que prévue. Durant le trajet pour aller à la gare, maman avait pleurée, triste que j'allais la quitter pour plusieurs mois. Mon père semblait lui aussi troublé par la pensée.

Une fois arrivé, à peine étais-je descendu de voiture que ma mère me prit dans ses bras.

"Tu feras attention à toi, d'accord? Et n'oublis pas de nous écrire!"

"Oui maman, je te le promet!"

Je serra ma mère une dernière fois avant de me tourner vers mon père qui me serra contre lui et m'embrassa la tête.

" Essaye de t'amuser et fais-toi plein d'amis, d'accord?"

"Je vais essayer, promis."

Me serrant une dernière fois, il me laissa aller. Se tournant vers le train imposant, me forçant à ne pas me retourner, je marcha d'un pas qui se voulait sûr vers l'entrée. Monter dans le Poudlard Express se sentait comme escalader une montagne: éprouvant pour les nerfs.

Prenant une profonde inspiration, je parcourus le train, passant devant plusieurs compartiments déjà occupée. Pas moyen que je n'entre dans l'un d'entre eux! Il y avait beaucoup trop de monde!
Tirant ma valise après moi, j'aperçue enfin un compartiment vide! Ou je le croyait vide.

Une jeune fille était déjà là.

Timidement, je m'approcha. Ce n'était qu'une jeune fille, elle n'allait pas me manger. N'est-ce pas? Oui, je pouvais le faire. Il suffisait d'ouvrir la bouche et de parler. Pas trop compliqué. Je pouvais le faire!

Souriant un peu, en espérant que cela n'avait pas l'air forcé, je fis face à l'autre jeune fille.

"Bonjour, est-ce que ça te dérange si je m'installe ici?"

Laureen 'Lolo' Caitlin Green

Poudlard, me voici !  Libre 

Un grand sourire se posa sur mes lèvres tandis que tu rentrais dans le compartiment. J’étais heureuse de voir enfin quelqu’un, et je me disais que peut-être, nous deviendrions amies. Après tout, nous allions passer sept ans dans la même école, nous serions de toute façon amenées à nous revoir.

”Pas du tout, vas-y, installe-toi.”

Dégageant ma valise pour mieux la poser, je finis par me rasseoir, tandis que, de ton côté, tu avais fait de même.

”Je suis Lyra, Lyra Waldorf ! Tu es en première année aussi ? Sais-tu quand nous allons devoir mettre nos robes de sorciers ?”

Je n’étais pas forcément la plus bavarde du monde mais j’avais conscience que ce que je m’apprêtais à vivre me stressait quelque peu, et que le partager avec une tierce personne ne pourrait que me faire du bien. Vêtue de mon jean et de mon pull de couleur bleu, je sortis ma robe de sorcière de ma valise. Je voulais qu’elle soit prête pour la suite.

”Je suis tellement impatiente de découvrir Poudlard ! Je me demande si c’est comme mes parents me l’ont raconté !”

Je me rendais compte que le stress me faisait parler, et je rougis légèrement, me taisant soudain, comme si je venais de comprendre que dans une discussion, il faut aussi laisser l’autre répondre. C’est pourquoi je finis simplement par te regarder, guettant dans ton regard soit une envie de te sauver, soit une envie de continuer à parler avec moi. J’avais beau être timide, j’avais aussi envie de me faire quelques amis et surtout, je craignais de me retrouver seul dans ce grand château.

Poudlard, me voici !  Libre 

Abasourdi, je fixais la jeune fille. Il semblerait que je ne soi pas la seule à être stressée. Hésitante, je me tenais proche de la porte. S’enfuir ou rester,telles est la question. Prenant une profonde inspiration, prenant mon courage à deux main, je choisi d’essayer. J'étais là pour me faire des amis, si possible, et cette fille pourrait bien être la première. Je n'allais pas laisser mes insécurités gâcher ma première chance à une amie.

M'installant face à Lyra, je me présenta à mon tour, me tordant les mains.

"Je...je m'appelle Laureen, Laureen Green...hum...je suis aussi en première année. En venant ici, j'ai vu plusieurs élèves porter leurs robes alors...je pense que l'on dois se changer dans le train?"

Rougissante, je détourna le regard. Super première impression, l'autre fille devait la trouver idiote. Puis, quelque chose que Lyra avait dit attira mon attention. Ses parents lui avaient parlés de Poudlard ce qui voulait dire que sa famille connaissait la magie! Elles pouvaient parler de leur expérience, elle, du monde magic et moi du monde moldu! Peut-être que Lyra pourra me dire comment elles se feraient trié, cela soulagerait un peu mon inquiétude.

Timidement, je pris sur moi de continuer la conversation.

"Aucun de mes parents ne connaissent Poudlard donc je n'en sais pas grand chose. Si tes parents ton parlaient de Poudlard, est-ce qu'ils t'ont dit comment on allait être trié? Oh! hum, je suis née-moldu et toi?"

La fixant, j'attendit sa réponse.

Laureen 'Lolo' Caitlin Green

Poudlard, me voici !  Libre 

Le stress était-il quelque chose de normal lorsqu’on a onze ans et qu’on entre dans un univers qui, même s’il nous est connu par les livres, est totalement nouveau ? Je dirais que oui … Et quand ce stress est mêlé à une certaine excitation, voilà ce que ça donne chez moi. Je rougis, je bafouille, mais je ne peux m’empêcher de faire des efforts pour tenir la conversation. Je suis quelqu’un d’assez sociable, et même si je n’ai pas une grande assurance, je pense ne pas être une mauvaise amie.

Ravie de voir que tu me répondais, je commençais légèrement à me décontracter, même si le stress était encore palpable. Tu m’annonças alors que tu avais vu déjà certains élèves en robe, et qu’on devrait certainement les mettre à notre tour.

”Tu as raison … Je n’aime pas beaucoup ces robes, je les trouve triste mais d’un autre côté, ça veut dire que l’aventure va commencer !”

Te répondis-je avec un grand sourire aux lèvres. J’attrapais donc le vêtement noir que j’enfilais, faisant en sorte d’avoir ma baguette à portée de main.

C’est alors que tu décidas de me poser quelques questions. Je te dévisageais alors, apprenant que tu étais une née-moldue. Cela ne me contrariait pas, loin de là. Maman m’avait dit que les nés-moldus pouvaient devenir aussi doués que les sorciers d’origine magique. Et je comprenais tout à fait que tu aies des questions.

”Mes parents sont tous les deux des sorciers, donc ils m’ont raconté un petit peu et surtout, j’ai beaucoup lu sur le sujet. Tu n’as pas feuilleté tes bouquins ? Alors il y a quatre maisons. Moi, personnellement, je n’ai pas d’envie particulière, car je ne comprends pas vraiment le principe. J’ai l’impression d’avoir un peu de chaque maison. Mais dis-moi, comment tes parents ont-ils pris la nouvelle ? Ca doit faire bizarre de découvrir ainsi notre monde !”

Ma curiosité venait d’être titillée et ne demandait qu’à être rassasiée.

Poudlard, me voici !  Libre 

Lyra avait raison, les robes n'étaient pas particulièrement jolies et elles n'avaient pour différence que la couleur de la maison. Parles d'originalité!

Mettant ma robe, je lui répondis:

"J'ai lu mes livres de cours mais ils ne parlent pas vraiment de Poudlard... Pour répondre à ta question, découvrir que j'étais une sorcière était...un soulagement. Mes parents et moi, ont ne comprenaient pas ce qui se passé. Toute ses choses étranges qui arrivaient sans explication, c'était effrayant."

Se mordant la lèvre, je me souvint de mes parents, de comment ils réagir à moi étant une sorcière.

" Ma mère s'en fichait, que je ne soi pas normal, que je soi...spéciale. Elle m'aimait et pour elle, le reste ne comptait pas. Mon père... je ne sais pas si il n'avait peur que de ce que je peut faire ou de moi aussi. C'était dur."

C'était vrai, savoir que mon père avait peut-être peur de moi... c'était franchement horrible.

" Quand j'ai reçu ma lettre, ma première réaction était de pensée que c'était une blague, une blague cruelle parce qu'elle m'apportait l'espoir d'une explication. Puis, quand on a découvert que oui, le monde magique est réelle...mes parents ont pleuré. J'étais normale. Alors non, découvrir le monde magique n'était pas bizarre, c'était une nouvelle plus que bienvenue!"

Souriante, je repensais au changement dans mon père, comment il semblait mieux, libéré de ses inquiétude, joyeux.

"Et toi? Tu es déjà aller dans le monde moldu?"

Se souvenant de sa tenue, je pensais que la réponse devait être oui. A moins que les sorciers ne portent aussi des jeans...

Laureen 'Lolo' Caitlin Green

Poudlard, me voici !  Libre 

Une simple robe noire qui serait bientôt ornée du blason de notre maison, ce n’était pas forcément très seyant. Maman aimant la mode, qu’elle soit moldue ou sorcière, je devais avouer avec un minimum de goût en matière de vêtements.

J’enfilais donc ma robe, me retrouvant, comme toi, dans cette tenue si sombre au dessus d’une tenue qui l’était bien moins. Tout en t’habillant, tu me répondais alors en m’expliquant la frayeur que ce fut de découvrir tes pouvoirs. Je te lançais un sourire compatissant, comprenant à quel point cela pouvait être perturbant de découvrir notre univers:

”Tu m’étonnes ! Tes pouvoirs se sont manifestés de quelle façon ?”

J’étais comme ça. J’aimais beaucoup connaître les personnes avec qui je me trouvais et je te trouvais fort sympathique. J’aimais le fait que nous soyons toutes les deux un peu stressée, un peu perdue, et que nous venions de deux mondes totalement différents. N’est-ce pas justement ce qui peut nous apporter quelque chose l’une à l’autre ?

Je fronçais néanmoins les sourcils lorsque tu me dis que ton père avait peur … Je n’imaginais pas ce que cela pouvait faire, moi qui avais grandi dans un cocon familial très épanouissant.

”Personne n’a expliqué à ton père qu’il n’avait rien à craindre ? Ca doit être dur à vivre, ma pauvre ... “

Mais tu me rassuras par tes dernières paroles. En découvrant la lettre, le monde magique, il s’était calmé et n’avait plus été autant effrayé.

”Je suis contente pour toi que cela se soit bien terminé. Du coup, tu ne connais pas toutes nos friandises !”

Dis-je alors que le chariot de la sorcière passait dans le couloir. Courant la rattraper, je pris un bon sachet que je ramenais dans notre compartiment.

”Prends ce qui te fait envie !”

Puis je répondis à ta dernière question:

”Oui, nous y allons souvent, ma mère adore la mode moldue. J’ai même eu le droit de faire seule les boutiques de Londres pour me choisir des tenues ! Tu veux que je te les montre ? Les sorciers ont aussi leur propre mode, mais … je suis un peu moins fan !”

Poudlard, me voici !  Libre 

Lyra me proposa de prendre ce qui me faisait envie parmi les bonbons qu'elle venait d'acheter. Il y avait tant de choix! Et aucun que je ne reconnu...Une grenouille au chocolat...J'aime le chocolat, oui, mais le mot grenouille m'inquiété. Je n'étais pas vraiment prête à faire face à la surprise désagréable que ce serait de découvrir que le délicieux chocolat avait été salit par de la grenouille.

Prenant, finalement, timidement une boite de quelque chose appelé boîte de dragées surprises de Bertie Crochue, incertaine quand à ce que les sorciers pensaient à surprenant comme goût, je chercha une réponse à sa demande.

Je n'étais pas vraiment dans la mode, je prenais les vêtement que j'aimais, pas particulièrement intéressée à savoir si ils étaient ou non à la mode. Mais, dans une amitié, il était essentiel que l'on se parle et s’intéresse aux intérêts de l'autre. C'était la moindre des chose, faire plaisir à ses amis et les soutenir dans ce qui les intéressaient.

"Bien sûr! Montre moi donc! Je me demande si nos goût vestimentaire se ressemblent..."

J'étais un peu curieuse de voir ses vêtements, en avait-elle qui étaient purement sorcier? Si oui, à quoi ressemblait la mode sorcière?

Ouvrant la boite de bonbon, je pris l'un des dragées et le mis dans ma bouche...Les yeux écarquillés, je cracha l'horrible bonbon dans un mouchoir.

"Qu'est ce que..."

Cela avait un horrible goût! C'était comme si j'avais mis une chaussette sale dans ma bouche! Les sorciers aimaient-ils cela? Si oui, les repas de l'école étaient à craindre.

Se tournant vers Lyra, je vis que celle-ci me regardait.

Laureen 'Lolo' Caitlin Green

Poudlard, me voici !  Libre 

Je n'avais pas vraiment fait attention à ce que tu prenais dans mon sachet de bonbons, trop occupée à fouiller dans ma valise pour te montrer les quelques trouvailles que j'avais faites seule dans les rues de Londres et dont j'étais plutôt fière. Cherchant dans le fin fond de ma valise, que ma mère avait fait à coup de failamalle, je sortais enfin la tunique dont j'étais si heureuse, me retournant enfin vers toi. Quelle ne fut pas ma surprise de te voir recracher le bonbon dans le mouchoir. Bon, apparemment, tu n'es pas fan des friandises sorcières ... A moins que ...

"Fais voir ? Ah ... Dragées surprises de Bertie Crochue. C'est une friandise qu'on utilise surtout pour jouer. Tu as d'excellents goûts pourtant ! Attends ..."

Je regarde dans le sachet et je te sors un dragée de couleur rouge, à l'allure bien moins colorée que celui que tu avais pris jusque là.

"Fais-moi confiance, celui-ci est fruits des bois. Ils sont reconnaissables par leur couleur, et lorsque tu en prends des tachetés, c'est rarement appétissant. Je crois que le pire que j'ai eu jusque-là, c'est savon, et c'est déjà pas super !"

Je resortis alors la tunique.

"J'ai littéralement craqué dessus. Tu en penses quoi ?"

Je me fis alors la réflexion que tu ne m'avais pas répondu à ma première question, mais je ne t'en tins pas rigueur. Prenant une chocogrenouille, riant devant la tentative de cette dernière pour s'échapper, je te demandais:

"Et tes pouvoirs, alors, comment sont-ils apparus ? Oh !!! J'ai Minerva Mc Gonagall ! Depuis le temps que je la voulais !"

Mes yeux étaient rivés sur la carte.

Poudlard, me voici !  Libre 

Prenant avec reconnaissance le bonbon que Lyra me tendait, je fus assez surprise de voir qu'il était en fait assez bon.

Ramenant mon attention sur ma camarade, je la vis admirer sa... carte? Était-ce le même principe que les cartes à jouer moldu? Pokemon, attrapez les tous... Secouant la tête, je lui répondis.

"Ta tunique est magnifique! J'aime bien sa forme et sa couleur! Et, les manches sont adorable!"

Et c'était vrai, la tunique était vraiment belle, et cette magnifique couleur! Un bleu doux, un peu rêveur ou, autant qu'une couleur peut l'être. Moi qui aime les tons pastels serais plus qu'heureuse d'en avoir une comme celle là!

Lyra avait bien fait de me rappeler la question de ses pouvoirs, je l'avais complètement oublié. Un peu honteuse de ne pas avoir répondu, je le fis avec embarra.

"Hum... La première fois que j'ai fais de la magie, j'avais sept ans. J'étais dans la bibliothèque de mon quartier et le livre que je voulais était trop haut. Je... je ne voulais pas déranger quelqu'un alors je suis restée là à essayer de l'attraper quand, tout d'un coup, il s'est envolé vers moi!"

Me tordant les mains, les joues rouges, j'avoua d'une petite voix que je pensait que c'était un coup de vent qui l'avait fait tomber.

"La prochaine fois que j'ai fait de la magie accidentelle était un peu plus difficile à expliquer. Il y avait ce vase, ma mère l'adorait, il lui avait été offert par sa grand mère et avait pour elle une grande valeur sentimentale. Je l'ai casser par accident.

Je m'en souvenait vivement et je n'était pas prête de l'oublier!

"J'étais tellement désolée de ce que j'avais fait que j'ai fondu en larme et j'ai essayée de ramasser les morceaux et de les coller les uns les autres comme si, par miracle, il se réparerait tout seul tout en sachant que c'était impossible. Puis, tout à coup, il était là! Comme neuf!"

Cela m'avait grandement surprise et j'étais restée là, à le regarder d'une manière incrédule.

"Javais 9 ans, quand c'est arrivé. Et toi? Comment tes pouvoirs ont-ils choisit de faire leur apparition?"

Je me demande comment cela c'est passé pour elle... Et si se serait impoli de lui demander si je pouvais voir sa carte. J'étais un peu curieuse et, grâce aux livres que j'ai lu, une assez grande fane de Minerva McGonagall. Cette femme était géniale.

Laureen 'Lolo' Caitlin Green

Poudlard, me voici !  Libre 

Il ne fallait pas que tu restes sur une mauvaise impression sur les confiseries sorcières car il y avait en effet de quoi être dégoutée avec ce genre d’expérience. Moi, ma passion allait surtout au chocolat, et les chocogrenouilles étaient simplement la plus belle invention, selon moi, des confiseurs.

T’entendant faire des éloges sur ma tunique, je te souris, tout en continuant de regarder la carte si désirée que je recherchais depuis un petit moment déjà.

”Si tu veux, je pourrais te la prêter ! Je … Je ne sais pas si ça se fait en fait … Je n’ai jamais vraiment eu d’amie … Enfin si, j’ai une meilleure amie, mais … Elle ne va pas à la même école, puisqu’elle est d’origine française et va donc à Beauxbâtons.”

Je te racontai un peu ma vie, mais n’était-ce pas ce que deux personnes devaient faire si elles voulaient devenir amies ? Peut-être que de ton côté, tu ne voulais pas, et que tu me faisais simplement la conversation par simple politesse ! Oui, j’étais du genre à me poser beaucoup de questions, trop même ...

Tu me racontas alors de quelle façon tu avais découvert tes pouvoirs, et j’avais un peu de mal à imaginer la réaction de moldus face à ce genre de phénomène. Personnellement, j’y baignais depuis toujours, et je n’attendais que ça. J’avais tellement peur d’être une cracmol, que depuis l’âge de sept ans, j’essayais chaque jour de faire en sorte que mes pouvoirs fassent leur apparition.

”Fascinant ! J’imagine ta surprise ! Pour ma part, ça n’a pas fonctionné de la même façon, car en fait, j’ai toujours grandi avec la magie autour de moi. J’avais qu’une peur, être une cracmol. J’ai toujours essayé de débloquer mes pouvoirs, et c’est peut-être ce qui a été un peu long à les faire venir. C’est le jour de mes dix ans, alors que j’étais persuadée qu’ils n’arriveraient jamais. Maman m’avait fait un beau gâteau au chocolat et à la meringue, mon préféré ! Mais elle avait oublié d’ajouter les quelques boules de meringue que ma petite soeur avait faites pour moi. Lorsqu’on s’en est rendue compte, Scylla a voulu aller les chercher et je les ai fait venir à nous par magie.”

Comme je me souvenais de ce moment. J’avais exulté de joie, tellement heureuse de ne pas être une cracmol. Je plongeais la main, prenant une nouvelle chocogrenouille.

”Tiens, celle-ci est pour toi … N’aie pas peur, elles sautent grâce à un sortilège.”

Des bruits se firent entendre dans le couloir. Je fronçais les sourcils, sortais la tête quand un préfet passa nous voir, et nous dire qu’on devait se tenir prêtes.

”Il paraît que la première année, on traverse le lac en barque ! On reste ensemble ?”

Poudlard, me voici !  Libre 

Prenant précautionneusement la grenouille en chocolat, je me demandais si, peut-être, vouloir faire de la magie accidentelle pouvait la retarder. Après tout, elle ne serait plus si accidentelle que cela si on la force. Je me demandé ce qu'était un...cracmol? Bien que, comme Lyra semblait avoir peur de ne pas avoir de magie, cela avait surement un rapport. Au moins, je n'avais pas grandis avec cette crainte, non, moi j'avais peur d'être une sorte de mutant.

Haussant les épaules, j'ouvris la chocogrenouille que je dû vite attraper. Hésitant, je mordis dedans et mes yeux se fermèrent de plaisir. C'était si bon! Du chocolat, oh si bon...

Ouvrant les yeux, j'évita de croiser le regard de Lyra, gênée de ma réaction face à la bonté chocolaté. Je fus sauvée par un préfet qui vint nous voir pour nous dire d'être prête, que nous allions arriver. Lyra me demanda alors si je souhaitais la rejoindre pour la traversée en barque que nous allions prendre pour rejoindre Poudlard.

"Avec plaisir!"

Je n'étais peut-être pas si nul à me faire des amis...C'était bien pour cela qu'elle m'avait demandée, non? Elle aussi voulait que l'on soit amie... Ou elle me l'avait demandée par ce que j'étais la seule qu'elle connaissait...

Retenant un soupir, je me dis de prendre les choses telles qu'elles venaient et de ne pas me faire de soucis inutiles. Sans oublier, qu'il y avait toujours l'épreuve du tri.

Laureen 'Lolo' Caitlin Green

Poudlard, me voici !  Libre 

Ca y est, j'y suis, à la belle gare de King Cross. Il y a beaucoup de monde, je vais rester bien accrochée à mes parents. Beaucoup de personnes me regardent bizarrement à cause de mon chariot étrange qui me sert à transporter mes bagages. Nous allons manger dans le petit snack de la gare "Chipsy King". Nous passons un bon moment mais j'avoue que je n'ai pas très faim, c'est à peine si j'ai toucher à mon baked beans. Mes parents le remarquant me rassurent, ils me disent qu'il ne faut pas que je stresse tout va bien se passer, si ça n'allait pas je pourrais toujours revenir à la maison et qu'il est important que je mange pour prendre de forces. C'est alors que je finis difficilement ma tartine.
Une demie plus tard passe et je me sens de plus en plus mal, dans 10 minutes mon train va partir en direction de Poudlard, tout comme moi. Mon père était tellement joyeux, il avait l'impression de revivre sa première rentrée à Poudlard !
Quelques instants après, nous sommes arrivés devant le mur qui mène à la voie 9 3/4. J'embrasse alors fort ma mère et mon frère et je traverse avec mon père. Je découvre alors un univers différent, il y a plein de sorciers, la gare semble être vivante et l'on peut sentir le bonheur et le calme qui règnent.
J'entend le contrôleur annoncer qu'il faut y aller. Je regarde mon père, les yeux remplient de larmes et je le serre le aussi fort que possible sans avoir envie de le lacher. Puis je rentre dans le train. J'ai de la chance, j'ai une place dans un compartiment vide où mon père et moi pouvons nous voir à travers la vitre.