Voie 9 ¾

Inscription
Connexion

Complot entre préfètes  PV Amaëlle 

Ca y était, Meilla allait débuter sa septième année, sa dernière année à Poudlard. Ca lui faisait tout bizarre de penser à cela. Elle en avait vécu des aventures depuis sa première année, elle avait appris beaucoup de choses et elle avait beaucoup changé. Dans 365 jours elle ne serait pas à King's Cross pour la première fois depuis huit ans. Elle serait quelque part, dans une autre école à commencer ses études (qu'il fallait d'ailleurs qu'elle choisisse cette année) en Grande-Bretagne sûrement, à moins qu'elle n'aille en France? Elle pouvait, elle était bilingue, néanmoins elle n'était pas sûre qu'il serait facile de s'adapter au modèle scolaire français qui était assez différent du modèle anglophone.Peut-être qu'elle irait aux Etats-Unis alors? Elle avait encore un peu de temps pour se décider, un tout petit peu de temps.

En attendant, elle était à la gare de King's Cross, pour la dernière fois de sa vie pour sa propre rentrée et elle était très très en avance. Le train partait à 11 heures, il était 9 heures. Elle n'était pas encore sur le quai 9 3/4, mais elle y serait avant 9h30. Pourquoi était-elle autant en avance? Disons seulement qu'après avoir passé l'été avec ses "vrais" parents à qui elle avait accepté de pardonner, elle en avait quand même un peu eu marre qu'ils soient sur son dos pour son choix d'orientation. Comme Eli n'avait pas passé beaucoup de temps à la maison ça avait encore été pire et du coup elle avait tenu à se lever avant eux et à partir sans les voir avant qu'ils ne lui fassent d'autres suggestions sur les écoles qu'elle pouvait faire et tout et tout.

La rouquine s'était donc levée à 6 heures, s'était préparée à partir et était allée jusqu'à King's Cross en magicobus ce qui avait bien pris deux heures. Evidemment, elle aurait pu transplaner maintenant qu'elle avait son permis, mais elle n'était pas encore trop sûre d'elle, et puis cela n'aurait servi qu'à la mettre encore plus en avance. Elle venait donc juste d'arriver à la gare, elle trouva un chariot toute seule comme une grande et se dirigea tranquillement vers le quai qui l'intéressait. Elle se dit qu'elle aurait dû demander à arriver au Chaudron Baveur, comme ça elle aurait pu réduire ses affaires au lieu de les porter, de plus elle aurait été moins en avance que cela. Enfin c'était trop tard pour le faire de toute manière!

Les voyageurs la regardait d'un mauvais œil. Il faut dire qu'elle était toute seule à la gare et que même si elle avait 17 ans cela paraissait étrange qu'elle ne soit pas au moins avec des copines. Mais surtout, se balader avec une chouette ce n'était pas courant dans une gare, pourtant Ayla ne faisait pas de bruit, elle ne bougeait pas, observant ce qui se passait tranquillement.

Enfin, Meilla arriva devant la barrière qu'elle allait devoir traverser discrètement. Elle s'appuya sur le mur et passa de l'autre côté. Normalement personne ne l'avait vu, normalement... En même temps il était difficile d'être discrète quand on a les cheveux aussi flamboyants que le feu et un gros chariot avec une chouette en plus. Enfin au pire si quelqu'un l'avait vu, il devait penser avoir rêvé désormais.

La locomotive rouge était déjà là, majestueuse, elle n'attendait que les élèves pour les emmener à Poudlard. En attendant, la préfète décida de mettre ses affaires dans le compartiment des préfets, elle les reprendrait plus tard quand elle irait s'asseoir dans un autre compartiment, après avoir fait la réunion avec la directrice adjointe et les autres préfets. Quand la rouquine sortit du train, elle se rendit compte qu'une silhouette se trouvait un peu plus loin sur le quai. C'était une élève plus jeune qu'elle à priori. En s'approchant, elle découvrit une des préfètes de Serpentard, Amaëlle Nelly. Les deux jeunes filles ne s'étaient jamais vraiment parlées en dehors de leur travail de préfète. Il était temps de faire un peu plus connaissance, ce qui serait plus facile que de faire connaissance avec une personne que l'on ne connait pas du tout puisqu'elles connaissaient déjà leur nom respectif.


« Salut! Toi aussi t'es en avance? Je pensais être la seule...»

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Complot entre préfètes  PV Amaëlle 

Il n'y avait rien de tel pour lui redonner le moral. Foncer dans ce mur de briques, un chariot presque plus grand qu'elle devant ses yeux, réfutant toutes les règles scientifiques des moldus, plongeant pour la deuxième fois dans ce monde merveilleux qu'était celui de Poudlard. Inspirant un grand coup et fermant les yeux elle l'avait fait tranquillement cette fois ci, sans précipitation, juste pour sentir ce petit moment de flottement lorsqu'elle passait d'une dimension à une autre. Et puis ensuite elle pouvait ouvrir les yeux. Devant elle la locomotive rouge, flamboyante, imposante, l'attendait. C'était presque comme si c'était cela : elle n'attendait qu'elle, il n'y avait qu'Amëlle sur le quai. C'était agréable. Les grands espaces vides, ceux qui habituellement étaient bondés, impressionnaient la fillette. Elle avait l'impression que le monde était alors en suspend, et elle pouvait oublier ses tracas.
Quels tracas ? Bien peu de chose à vrai dire... c'était juste que son frère grandissait, qu'il faisait des projets de départ... et c'était certainement la dernière fois qu'elle le voyait résident de sa maison. Oh bien sûr il serait là pendant les vacances, et après tout elle aussi passait son année loin de sa famille... mais ça n'était pas pareil à ses yeux. Pour elle son frère avait toujours été un repère fixe, comme ses parents, dans son esprit il devait rester chez eux. Alors son départ la rendait mélancolique. C'est pour cela qu'elle était partie tôt ce matin, elle voulait quitter l'ambiance pesante de sa maison où ses parents subissaient le contre coup du départ du nid de leur deuxième oisillon. Ironie du sort le deuxième oisillon était son grand frère... elle, elle avait pu faire son départ l'année précédente avec Poudlard.

La Serpentard avait bien fait d'arriver si tôt : peu à peu, devant l'excitation de la rentrée imminente sa bonne humeur revenait au galop, elle refaisait des projets pour l'année arrivant (pas qu'elle n'en ai pas déjà fait pendant les vacances mais disons qu'ils lui revenaient à l'esprit). Un sourire léger se glissa sur ses lèvres.
Il n'y avait toujours personne sur le quai. La deuxième année considéra tranquillement les options qui s'imposaient : soit elle lisait, soit elle dessinait, soit elle rêvassait. Elle finit par choisir la première solution. Néanmoins elle n'eut pas le temps de sortir de livre qu'elle entendit un petit bruit de pas, en même temps que celui caractéristique d'un chariot que l'on pousse : un élève venait d'arriver.
La petite verte se retourna donc. Apparemment la fille (puisqu'assurément s'en était une) l'avait vu et venait tranquillement vers elle. Lorsqu'elle se rapprocha Amaëlle se rendit compte que la rousse, bien plus grande qu'elle, n'était autre que Meilla Primard, la préfète en chef de chez les Serdaigles. Elle la connaissait peu mais elle savait qu'elle l'appréciait. Après tout elles avaient travaillé ensemble plus d'une fois l'année précédente. Elle l'impressionnait aussi. Après tout elle était préfète en chef et elle était en septième année ! Aussi lorsqu'il s'avéra exact que la préfète des bleus se dirigeait bien vers elle la deuxième année se mordilla les lèvres, presque inquiète. Néanmoins cette impression ridicule cessa lorsqu'elle vit le sourire sur les lèvres de son ainée.

« Salut! Toi aussi t'es en avance? Je pensais être la seule...»

Cela paraissait plutôt évident ne put s'empêcher de penser Amaëlle, il n'y avait peu de chance pour qu'elle soit un hologramme ou quoi que ce soit d'autre. La fillette retint cependant un petit sourire moqueur et répondit :

« Salut Meilla ! Et bien oui il faut croire que j'étais pressée de retourner à Poudlard...» puis elle ajouta sur le ton de la confidence, un éclat de malice dans les yeux « Ou alors que je ne sais plus lire l'heure... il y a des choses qui se perdent avec l'âge tu sais»

Soudain la petite verte pensa à quelque chose. Après tout Meilla était préfète non ? Donc elle pouvait intervenir dans un règlement de compte de préfète ? Non pas un règlement de compte à coup de baguette bien sûr, ni même un règlement de compte entre ennemis non... mais un petite taquinerie ? Il y avait en effet dans la vie d'Amaëlle une jeune fille un peu pénible parfois, une jeune fille qu'elle appréciait beaucoup... mais qu'elle adorait embêter... et qui le lui rendait bien : il suffisait de regarder leur rencontre et on verrait bien qui avait lancé les hostilités...
Deuxième année, préfète , membre de l'équipe de journalisme du Sale Hasard, Serpentard... Cette description pouvait être celle de deux personnes : Amaëlle et son homologue, Caroline Purelune. Pourtant les deux jeunes filles étaient radicalement différentes. A commencer par leur physique : Amaëlle était petite, pâle, aux longs cheveux noirs ; tandis que Caroline était plutôt grande, blonde et, il fallait bien le dire, bien plus classe que la première qui n'accordait pas grande attention à son apparence.
Mais en réalité elles possédaient des points communs, ce qui avait fait sans doute qu'elles n'étaient pas devenues ennemies. Mais le fait qu'elles n'étaient pas ennemies ne voulait pas dire qu'elle passaient leur temps à s'envoyer des petits mots d'amour ou des baisers en l'air (rien que l'image en était risible à vrai dire)... ou alors les mots d'amour revêtaient un curieux habit. Bref... tout cela pour dire qu'elle avait bien envie d'avoir de l'aide de Meilla pour envoyer sa prochaine ''preuve d'amour'' à Caroline. Aussi lança t-elle un petit regard circulaire autour d'elle, davantage pour indiquer à Meilla qu'il s'agissait là de quelque chose à garder secret plutôt que pour s'assurer qu'il n'y avait personne (puisqu'elle le savait déjà), et glissa, avec l'air de celle qui prépare une bêtise :

« Dis... qu'est ce que tu penses de Caroline ?»

Même le plus petit serpent a du venin (si si)
Cinquième année RP

Complot entre préfètes  PV Amaëlle 

« Salut Meilla ! Et bien oui il faut croire que j'étais pressée de retourner à Poudlard... Ou alors que je ne sais plus lire l'heure... il y a des choses qui se perdent avec l'âge tu sais»

Bon d'accord la dernière phrase de Meilla ne servait à rien, mais elle n'allait pas engager la conversation seulement en lui disant Salut! La rouquine ne connaissait pas vraiment la personnalité de sa collègue. Les réunions de préfets étaient seulement des occasions pour parler du travail à faire. Ils discutaient un peu ensuite, mais toujours avec les mêmes personnes. Aussi Amaëlle restait une sorte de mystère aux yeux de la septième année. Il n'y avait pas qu'elle, il y avait aussi une des préfète de poufsouffle. Mais c'était bien les deux seules. Elle connaissait Kaeyann et Caroline depuis assez longtemps. Elle avait aidé Elina à ses débuts. Et Alyce et Madeleine étaient ses collègues directes. Bon en même temps, cela ne faisait pas si longtemps que cela qu'Amaëlle était préfète, aussi n'avait-elle jamais vraiment eu l'occasion de lui parler. En plus elles avaient quand même 5 ans d'écart... En tout cas, la préfète des Serpentard avait l'air d'être en forme et d'être un peu espiègle... Et cela plaisait bien à la septième année.

« Avec l'âge... Si déjà à 12 ans tu perds quelques facultés, qu'est-ce que ça va être à 82!» répondit-elle du tac au tac en rigolant. La sorcière n'était plus la petite fille timide d'il y a quelques années. Désormais elle savait quoi répondre rapidement. Evidemment, elle était la plus vieille ici, mais il n'empêche qu'elle savait quoi répondre quand même.

« Dis... qu'est ce que tu penses de Caroline ?»

*Quoi?! Mais pourquoi elle me parle de Caroline tout à coup? Elle est folle? Non elle n'est pas folle elle a vraiment l'air sérieuse... Mais alors quoi? *Meilla ne comprenait pas. Quel était le rapport, le lien entre perdre toutes ses facultés à 12 ans et Caroline? Bon d'accord elle aussi avait 12 ans, mais cela n'expliquait rien. Elles étaient les deux seules élèves autant en avance en ce jour de rentrée, sûrement pour des raisons différentes et Amaëlle lui demandait ce qu'elle pensait de Caroline? La Serdaigle était un peu paumée là, mais son interlocutrice avait l'air d'avoir une idée derrière la tête. Avant de demander cela, elle avait regardé autour d'elle, comme une conspiratrice alors qu'elle savait très bien qu'il n'y avait personne. Quand quelqu'un arrivait on l'entendait lorsqu'il n'y avait pas trop de bruit, ce qui était le cas ici, évidemment puisqu'il n'y avait qu'elles sur le quai.

Pour en revenir à Caroline, la préfète ne savait pas trop. Elles s'étaient rencontrées assez tôt dans leur scolarité dans les toilettes avec Kaeyann et s'étaient plutôt bien entendues. Plus tard elles s'étaient revues au Chaudron Baveur avec Haley, meilleure amie de Meilla désormais. Et un jour elles s'étaient revues et la Serpentard avait eu une réaction très étrange que la Serdaigle n'expliquait pas trop. Depuis elles ne s'étaient jamais revues. La jeune fille n'avait pas spécialement chercher à la voir, mais c'était valable dans les deux sens. Du coup, elle ne savait plus trop ce qu'elle pensait d'elle...


« Caroline? Eh bien à vrai dire je ne sais plus vraiment. On était amies au départ et puis un jour elle a eu une réaction bizarre. Depuis on ne s'est plus jamais revues, en dehors du cadre préfectoral, évidemment. Du coup je ne sais pas trop ce que je pense d'elle...»

La réponse de Meilla n'était pas vraiment une réponse... En gros tout ce qu'elle avait dit revenait à dire qu'elle ne savait pas. En même temps que pouvait-elle dire d'autre? Et puis elle ne comprenait toujours pas pourquoi Amaëlle lui avait demandé cela. C'est vrai, on n'a pas idée d'agresser les gens comme cela dès le matin avec des questions aussi tordues. Bon d'accord, la Serpentard ne l'avait pas agressée et puis c'était de la faute de la rouquine si elle était à la gare aussi tôt. De plus par rapport à l'heure à laquelle elle s'était réveillée, il n'était plus si tôt que cela. Depuis quelques heures qu'elle était réveillée... Mais quand même, on n'a pas idée de poser des questions comme ça aux gens. Cela faisait à peine une minute qu'elles se parlaient et déjà la préfète devait donner son avis sur quelqu'un, et puis quoi encore? Manquerait plus qu'on lui demande de faire un devoir comme ça alors qu'elle n'est pas encore partie pour Poudlard.

« Mais pourquoi cette question?»

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Complot entre préfètes  PV Amaëlle 

Lorsque Amaëlle vit la réaction de son aînée à sa question elle se mordit la langue, se traitant mentalement d'idiote. La Serdaigle semblait complètement déconcertée et la regardait avec un air étrange, comme si elle se demandait si elle avait bien toute sa tête. Et c'était compréhensible. Il est vrai qu'en se repassant la conversation dans sa tête (en même temps où donc pourrait-elle se la repasser me direz vous) elle se rendait compte qu'en effet il ne semblait y avoir aucun lien entre la conversation et sa question (d'ailleurs pour le moins indélicate). Et s'il ne semblait y avoir aucun lien c'était qu'il n'y en avait pas. Pourtant dans l'esprit de la Serpentard tout c'était tellement bien enchaînée qu'elle n'avait pas pensé à la manière dont pourrait être reçu sa question. Maintenant c'était malin : Meilla allait la prendre pour une tordue qui posait des questions tordues aux gens pour des raisons tordues. Sauf que ça n'était pas le cas n'est ce pas ? Aussi devait-elle tenter de s'expliquer.

Mais elle n'eut pas le temps de trouver les mots qu'elle cherchait qu'à son grand étonnement la Préfète en Chef, presque hésitante, répondait tout de même à son interrogation :


« Caroline? Eh bien à vrai dire je ne sais plus vraiment. On était amies au départ et puis un jour elle a eu une réaction bizarre. Depuis on ne s'est plus jamais revues, en dehors du cadre préfectoral, évidemment. Du coup je ne sais pas trop ce que je pense d'elle...»


Au moins elle avait sa réponse.... et cette réponse ne lui déplaisait pas vraiment. Certes elle n'avait pas réellement répondu mais Amaëlle avait simplement voulu savoir si Meilla ne serait pas trop amie avec Caroline pour refuser de l'aider. Mais à la réflexion la question était stupide car elle avait déjà pu constater qu'il ne semblait pas y avoir une si grande affinité entre les deux sorcières. Elles avaient donc apparemment été amies mais s'étaient quittées sur un malentendu, du moins une incompréhension. Par ailleurs lorsque la verte avaient entendu que Caroline avait eu une réaction bizarre elle n'avait pu retenir un sourire : c'était typiquement Caroline. C'était une Serpentard... et une Serpentard avec un brin d'honneur et d'impulsivité à la Gryffondor : incompréhensible pour certains.


« Mais pourquoi cette question?»

Ah tout de même : Meilla voulait bien répondre mais elle la trouvait quand même bizarre. Avec un peu de chance elle pourrait même finir par croire que le critère de sélection des préfets chez Serpentard était leur folie douce… Il fallait donc répondre avec un minimum d'adresse, aurait-elle du plutôt s'abstenir ? Mais elle avait vraiment très envie de l'aide de la Serdaigle. Aussi commença t-elle sur un ton hésitant mais doux :


« Hum… et bien… Tu es préfète non ? Préfète en chef même ! Et il se trouve que tu m'inspire confiance alors… » La deuxième année marqua une pose avant de prendre son inspiration et de finir sa phrase un peu trop rapidement «...le fait que tu ne soit pas tout à fait la meilleure amie de Caroline pourrait éventuellement te rendre davantage sympathique à mes yeux. »

Étant donné la tête de sa camarade il fallait sûrement qu'elle développe encore un peu. Mais maintenant que la verte s'était lancée les mots venaient plus facilement et elle ajoura avec un sourire un peu dangereux :


« Je ne suis pas l'ennemie de Caroline… mais comme tu l'as dit elle a parfois des réactions étranges… ou tout simplement des manières étranges… et j'ai déjà pu en pâtir moi même. Et j'aimerais beaucoup me venger du jour où j'ai du jouer au ouistiti muet dans les arbres pour les beaux yeux et le plus grand plaisir de sa demoiselle et autres réjouissances... Serais tu d'accord pour m'aider un petit peu ? »

Derrière son dos les doigts d'Amaëlle vinrent subrepticement se croiser. Elle n'était pourtant pas superstitieuse mais elle avait bien l'année passée découvert que la magie existait... que pouvait donc lui coûter de compter davantage dessus ? Sa demande n'était pas tout à fait malhonnête et elle pouvait espérer que quelque part une divinité bienveillante ou vengeresse accepterait de lui donner un petit coup de pouce. Et connaissant ses dons d'orateurs elle en aurait sûrement besoin : son petit discours n'était peut-être pas des plus convaincants.
D'ailleurs que devait-elle faire maintenant ? A part attendre la réponse de Meilla ? Pas grand chose malheureusement. Et sous les yeux de la bleue Amaëlle sentit sa timidité pointer le bout de son nez et de gène ses pieds trépigner sur les pavés du quai.

Même le plus petit serpent a du venin (si si)
Cinquième année RP

Complot entre préfètes  PV Amaëlle 

Après un long moment de réflexion qui suggérait pas mal d'hésitation de la part d'Amaëlle, cette dernière fini par répondre en hésitant. Elle était donc prudente, comme si elle avait peur de dire ce qu'elle avait réellement derrière la tête. La rouquine trouvait toute cette attitude étrange, elle-même n'avait pas pour habitude d'agir de la sorte. Cependant après six ans passés à Poudlard, et après avoir vu des choses plus extraordinaires les une que les autres, elle se dit que ça ne pouvait pas être plus étrange que tout ce qu'elle avait vécu jusque là.

« Hum… et bien… Tu es préfète non ? Préfète en chef même !  »

Oui, d'accord. Il était évident pour Meilla qu'elle était préfète en chef. Comme c'était évident pour la majeure partie de l'école en même temps. Cependant, elle ne voyait toujours pas où Amaëlle voulait en venir. Aussi décida-t-elle de ne pas intervenir et de la laisser finir.

« Et il se trouve que tu m'inspire confiance alors…... Le fait que tu ne soit pas tout à fait la meilleure amie de Caroline pourrait éventuellement te rendre davantage sympathique à mes yeux. »  »

Il n'y avait que les membres de cette maison pour parler de cette manière. On avait vraiment l'impression qu'il était toujours question pour eux d'intérêt. Ils ne pouvaient pas se faire des amis si ce n'était par intérêt? La Serdaigle trouvait cela un peu gros quand même. Enfin bon, ce n'était pas le moment de s'intéresser à la psychologie des Serpentards. Elle n'y avait jamais compris grand chose et ce n'était pas maintenant qu'elle allait comprendre. Peut-être que si elle devenait psychomage, elle comprendrait enfin ce qui poussait les serpents à agir par intérêt? Bien sûr il était facile d'agir par intérêt. Mais agir seulement par intérêt, tout le temps?

Enfin bref, la septième année n'aimait pas beaucoup être traitée comme un avantage, seulement parce qu'elle était préfète, assez grande et selon ses relations. Elle espérait se tromper sur le compte d'Amaëlle. Comment une petite fille de douze ans pouvait demander une chose pareille? Elle était si mignonne! Certes elle appartenait à Serpentard, mais tout de même ce n'était pas une raison si?
*Il faut vraiment que j'arrête de me poser autant de questions moi! Ce n'est pas bon pour mon mental! Je vais finir à Ste Mangouste dans le service des malades mentaux si je continue comme ça!*La préfète des verts continua sur sa lancée avec un sourire démoniaque plaqué sur le visage. Ce sourire n'augurait rien de bon...

« Je ne suis pas l'ennemie de Caroline… mais comme tu l'as dit elle a parfois des réactions étranges… ou tout simplement des manières étranges… et j'ai déjà pu en pâtir moi même. Et j'aimerais beaucoup me venger du jour où j'ai du jouer au ouistiti muet dans les arbres pour les beaux yeux et le plus grand plaisir de sa demoiselle et autres réjouissances... Serais tu d'accord pour m'aider un petit peu ? »

*Quoi?!*

On pouvait dire que cette demande était inattendue et remettait tout en question. A la base, la rouquine trouvait Amaëlle très mignonne, elle avait l'air gentille et un peu timide. Puis au fil de ses paroles, elle l'avait trouvée successivement étrange, intéressée et presque dangereuse. Et maintenant, elle redevenait la petite fille timide et avait l'air gênée de demander cela à Meilla. La septième année avait du mal à savoir si c'était de la comédie ou non. Pour changer d'attitude comme ça il faut le vouloir vous ne pensez pas?

« T'aider à te venger... Tu sais que la vengeance n'est pas la solution à tout? »

Si la rouquine devait être honnête, elle avouerait que faire une farce à quelqu'un la tentait beaucoup. Pourquoi? Parce qu'à chaque fois qu'elle en avait fait une, ça ne s'était pas super bien passé, elle était toujours tombée sur quelqu'un de plus vieux qu'elle. Tout d'abord c'était Amber qui l'avait vue dans les toilettes des filles. Ensuite, elle s'était fait avoir en même temps qu'Haley à Pré-Au-Lard. Puis de nouveau dans les toilettes des filles, Victoria l'avait surprise. Enfin l'année précédente, quand elle avait voulu repeindre le Poudlard Express, elle n'avait pas pu, miss May l'en avait empêchée. Cette fois-ci, tant qu'elles se dépêchaient, elles pouvaient le faire sans qu'on ne les remarque. Il n'y avait personne ici, pour le moment.
Mais d'un autre côté, elle n'avait pas tellement envie de faire un truc à Caroline. Certes, elles n'avaient pas pris le même chemin. Cependant, elle n'en était pas au point de lui en vouloir. Et en tant que préfète en chef elle n'était pas censée faire quelque chose comme cela, même si elle était seulement complice, elle devrait empêcher Amaëlle de faire une erreur. Dans son esprit, les deux solutions s'imposaient à elle chacune à leur tour, sans que l'une ne prenne l'avantage. Si elle écoutait sa raison caractéristique de sa raison, elle devrait refuser. Mais si elle écoutait son coeur plus caractéristique de la maison des lions que des aigles, elle devait le faire. Qu'est-ce que c'était difficile de choisir que faire dans ses conditions-là.


« Dis-moi quelle est ton idée. Je ne te promet pas de t'aider on verra. »

Quel beau moyen pour se laisser encore un peu le temps de réfléchir n'est-il pas?

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Complot entre préfètes  PV Amaëlle 

D'accord : c'était une très mauvaise idée. Pourquoi avait-il fallu qu'elle pose cette question déjà ? Ah oui : parce qu'elle avait la fâcheuse tendance à être à la fois rêveuse et impulsive. Bon sang ! Serpentard était la maison de la ruse et de la stratégie, elle aurait pu faire preuve de tact tout de même ! Ou bien se débrouiller toute seule, ça aurait été beaucoup plus intelligent… d'ailleurs elle pouvait peut-être encore faire ça… N'y avait-il pas une marche à suivre pour faire comme si ces dernières cinq minutes n'avaient jamais existé ?
Apparemment d'après le regard de Meilla ça n'allait pas être facile, en fait ça serait même sans doute impossible : elle n'avait pas de retourneur de temps, pas de potion de confusion et ne connaissait aucun sortilège qui pourrait avoir les même effets. Clairement elle s'était mise dans le pétrin. Ça devait être cette histoire avec son frère qui la perturbait, il ne pouvait pas y avoir d'autres explications… ou bien c'était sur elle qu'on s'était amusé à lancé un Sortilège de confusion.

Trépignant d'un pied sur l'autre sous le regard de la septième année réprobatrice elle se demandait réellement ce qu'il se passerait si elle lui répondait « Salut Meilla ! Comment ça va ! Tu as passé de bonnes vacances ? ». D'ailleurs c'est clairement ce qu'elle aurait du faire dès le début : se contenter d'une discussion normale telles qu'elles étaient codifiées dans le manuel de survie et d'aide aux rapports humain. De ces discussions que n'importe qui pouvait avoir. Au lieu de ça elle avait préféré plonger les pieds dans le plat. Et s'embourber. Bref. Il fallait qu'elle trouve une solution.

Que lui avait dit Meilla déjà ? Que la vengeance n'était pas la réponse à tout ? Certes. C'était sans doute vrai, mais la petite fille de douze ans aurait préféré que son aînée ne lui objecte pas ces questions de morales. Mais après tout à quoi diable avait-elle pensé ? Meilla était préfète en chef, elle ne pouvait pas laisser ça passer, c'était évident qu'elle allait dire ça. Elle l'aurait mieux connu peut-être pas mais les deux filles ne se connaissaient en réalité que très peu. Si ça se trouve elle allait devoir en parler à son ou sa DDM de cette année et Amaëlle perdrait son poste de préfète ! La petite verte se mit à s'inquiéter : elle n'avait vraiment pas envie de perdre son post. Curieusement elle n'avait pas du tout voulu être préfète au départ. Mais maintenant qu'elle l'était elle voulait le rester. Parce que ça lui donnait une identité au sein de sa maison, que ça lui donnait une activité aussi , un moyen de se distraire de ses idées noires, un moyen de donner un peu de son cœur et de son temps à sa maison, celle des serpents. Oui sauf qu'avec son impulsivité indigne de la maison argentée elle venait de tout gâcher, signant son arrêt par son propre chef. Ou du moins c'était ce qu'elle se disait.


« Dis-moi quelle est ton idée. Je ne te promet pas de t'aider on verra. »

Quoi ?? Est-ce qu'elle avait loupé un épisode ? Meilla venait-elle réellement de lui proposer de l'aide (même éventuellement) ? Était-ce la même fille qui lui avait dit à peine trente secondes auparavant que la vengeance ne résolvait rien ? Ah non… c'est vrai qu'elle avait dit simplement qu'elle ne résolvait pas tout… Mais quand même ! La jeune Amaëlle retint difficilement un mouvement de la tête pour vérifier si personne d'autre n'était dans les parages. Cela aurait sans doute perturbé la préfète en chef. Mais pourtant elle aurait vraiment voulu être sûre que personne n'était en position pour avoir pu lancer un sortilège de Confusion à la Serdaigle. Sauf que curieusement Meilla semblait sincère. Elle avait même une drôle de lueur dans les yeux que Amaëlle n'arrivait pas à identifier mais qui n'était clairement pas désapprobatrice. Était-ce un piège ? Pour une raison inconnue il ne lui semblait pas.

« C'est à dire que… si jamais il s'avérait qu'une grande offense avait été faite à un préfet tu interviendrais ? Par exemple si quelqu'un volait le doudou d'une des préfète tu serais d'accord pour faire un discours dans la Grande Salle pour que le plaisantin ramène la prunelle de ses yeux à la préfète en question ? »


Oui Amaëlle parlait un peu en message codé… mais elle était une Serpy, c'était normal les sous-entendus. Et puis elle était tellement stressée à l'idée de se faire illico-presto rejetée par Meilla qu'elle s'était mise à parler ainsi dans l'illusion peut-être inconsciente qu'elle ne comprenne pas. Parce que oui sa vengeance était curieuse. Et puis c'était surtout une vengeance de petite fille. Meilla elle c'était une grande, elle avait l'âge de son frère sans doute… et les grands trouvaient bien trop souvent à son goût les petits ridicules. Et elle ne voulait pas que Meilla la trouve ridicule.
Aussi se tut-elle et attendit le verdict.

Même le plus petit serpent a du venin (si si)
Cinquième année RP

Complot entre préfètes  PV Amaëlle 

« C'est à dire que… si jamais il s'avérait qu'une grande offense avait été faite à un préfet tu interviendrais ? Par exemple si quelqu'un volait le doudou d'une des préfète tu serais d'accord pour faire un discours dans la Grande Salle pour que le plaisantin ramène la prunelle de ses yeux à la préfète en question ? »

Là ça commençait à devenir compliqué si Amaëlle se mettait à parler en langage codé. D'ailleurs, la rouquine n'aimait pas trop cela, elle avait l'impression que la Serpentard cherchait à l'embrouiller. En même temps, elle comptait faire quelque chose contre Caroline et pas contre Meilla donc quel risque prendrait-elle en acceptant? Dans ce cas-là, il était à priori question d'une rumeur, la septième année n'aimait pas trop colporter des rumeurs... Certes elle s'était occupée de la rubrique des ragots dans le journal quand elle en faisait encore partie, mais seuls les Serdaigles la lisait donc ce n'était pas vraiment très important. Et puis tout le monde savait que certaines infos n'étaient pas véridiques, il était bien écrit ragots et non pas vérités. Or, ici, tout le monde ne saurait pas que c'était un ragot... Et mettre la honte publiquement à une élève comme ça, même si elles n'étaient pas les meilleures amies du monde ne la tentait pas tellement à vrai dire. A 17 ans, elle ne pouvait pas s'abaisser à faire quelque chose dans ce style. Cependant, si Amaëlle décidait de le faire, elle ne s'interposerait pas. Les serpentards pouvaient très bien se régler leurs comptes entre eux comme des grands, tant qu'il n'y avait aucune injustice, la préfète n'avait aucune raison d'intervenir. C'était valable pour les autres maisons également. Surtout que Caroline Et Amaëlle étaient toutes les deux des préfètes et des jeunes filles qui savaient prendre soin d'elles même.

« Si tu me demandes de colporter une rumeur, sache que je ne le ferai pas. Bien que celle-ci ne soit pas très grave en soi, je ne peux le faire moi-même. Cependant, s'il s'avérait qu'une autre préfète décidait de rétablir l'équilibre, je n'interviendrai pas, pour moi elle ne fera que son boulot.  »

Eh oui, la Serdaigle s'y était mise aussi à parler en codes. En même temps, elle commençait à entendre du bruit provenant de la barrière magique. Elles n'allaient plus être seules encore très longtemps, et il fallait qu'elle lui réponde avant, ce serait de mauvais goût de voir la préfète en chef comploter, et de voir des préfètes comploter de manière générale (surtout contre une autre préfète enfin bref). La rouquine savait qu'elle risquait d'attendre encore un bon bout de temps avant d'avoir quelqu'un d'autre à qui parler. En réalité, bien qu'elle connaissait pas mal de monde dans le château, elle n'avait pas beaucoup d'amis, et elle n'avait surtout aucun ami de son âge, tous étaient plus jeunes. Evidemment, elle parlait à des personnes de son âge, mais elle ne faisait que traîner avec eux, et cela depuis sa cinquième année à peu près. Alors que s'était-il passé? Certains de ses amis étaient partis, elle n'avait d'ailleurs plus de nouvelles d'Haley, ce qui la rendait triste quand elle y pensait. Depuis qu'elle était partie ce n'était plus pareil... La septième année décida que cette année, elle allait faire des rencontres, faire des efforts et essayer de parler à des gens de son âge, à commencer par les personnes de son dortoir. Il y avait une certaine June par exemple qui avait l'air très sympathique. Ni l'une ni l'autre n'avait essayé de se parler et c'était bien dommage. Il serait peut-être temps de remédier à cela un jour. Elle verrait ce soir.

En attendant, la gare commençait à être envahit de petits et grands élèves, de parents et d'animaux de compagnie en tout genre. Ils devaient avoir encore un peu de temps avant que le train ne démarre, mais la sorcière ne voulait pas se retrouver dans la cohue, les derniers câlins et les larmes de dernière minute. Ca lui rappelait trop sa famille qu'elle n'avait plus vraiment ou plutôt qui n'était pas avec elle. Certes, c'était elle qui avait choisi de se rendre seule à la gare, cependant, elle aurait préféré ne pas avoir à le faire. En réalité, elle aurait tellement voulu que ses frères et soeurs soient là. Son frère rentrait en première année cette année, mais à Beauxbâtons... Meilla aurait voulu veiller sur lui et sur Anadriellia, et elle aurait voulu rejoindre sa cousine aussi. Pourquoi il avait fallu que toute sa famille soit dans l'école française? La jeune fille commençait à se demander si elle n'aurait pas dû faire de même. Il était un peu tard désormais, mais elle se demandait pourquoi elle ne l'avait pas fait plus tôt, sa vie aurait été différente c'est sûr, elle n'aurait pas rencontré les mêmes personnes. Enfin maintenant, elle allait finir sa septième année à Poudlard, faire en sorte de s'éclater, et peut-être que l'année prochaine elle irait faire ses études en France.


« Bon, il serait peut-être temps d'aller dans le wagon. »

Amaëlle et Meilla se retrouvèrent donc dans le wagon des préfets, la réunion commencerait dans peu de temps.

FIN DU RPG

Reducio
C'était un plaisir Amaëlle ;)

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.