Voie 9 ¾

Inscription
Connexion

On The Road Of Train  PV 

Monsieur et Madame Hister étaient dans un état de stress incontrôlable, et pour des raisons parfaitement compréhensibles.
D’abord, ils ne comprenaient rien à ce que leur avait indiqué le Ministère de la Magie. Ils devaient accompagner leur fils sur le quai numéro 9 ¾, le 1er septembre à onze heures. Il leur suffisait de traverser à toute vitesse une solide barrière entre les quais 9 et 10 et de ne pas avoir des tourniquets. « Contrairement au Monstrueux Livre des Monstres, elles ne mordent pas ! » avait cru bon de lancer l’agent du Ministère, un rire élancé accompagnant cette déclaration. Bien que n’ayant pas compris cette réplique et s’en étant même effrayés –
« Bon sang, il existe donc un livre pareil ?! Mais où avons-nous atterri ? » –, les Hister avait cru bon de rire à la blague. Peut-être même un peu trop pour Fynn qui avait jeté un froid en s’esclaffant.
Ensuite, il était déjà dix heures et demie et M. Hister n’arrivait pas à trouver de place de parking pour sa grosse voiture noire –
« On m’avait dit qu’il était impossible de se garer à Londres… Dommage que je ne l’ai pas cru ! » – et Fynn commençait à stresser. Et s’il ratait le train, que devrait-il faire ? Alors que le garçon s’inquiétait de plus en plus, sa mère poussa un cri de dindon qu’on étrangle. Elle venait de trouver une place de parcage, à un bon kilomètre de la gare cependant. Pas le temps de tergiverser plus, il fallait y aller.

Ils arrivèrent à la gare vers onze heures moins dix et la petite famille, pour gagner du temps eut l’excellente idée de demander à un agent de maintenance où se trouvait ce quai. Ils furent traités de fous et le contrôleur s’éloigna en grognant sur ces personnes qui ne pouvaient pas prendre le train, comme tout le monde, et emprunter les mêmes passerelles que tout le monde. Il ne restait que huit minutes avant que le train ne parte. Ils continuèrent à avancer entre les quais neuf et dix quand Sophie, la petite sœur, s’exclama avoir vu quelqu’un disparaître dans un mur.

Bien que ses parents ne la crurent pas, elle réussit rapidement à les convaincre d’aller voir ce phénomène, que Fynn confirma également. D’autres personnes venaient de faire exactement la même chose, et il y avait même une chouette ou un hibou sur le chariot. Exaspéré, les parents cédèrent et décidèrent de suivre leurs enfants. Il ne restait que cinq minutes lorsque la famille constata le bon œil de la gamine ou la bonne étoile qui planait sur eux. Imitant une femme et un enfant passés juste devant eux, ils coururent contre la barrière et furent surpris de constater qu’ils traversèrent le mur, se retrouvant dans un nuage de fumée blanche. Fynn leva les yeux pour constater le panneau indiquant « Poudlard Express – 11 heures ».

Il ne restait bientôt plus que trois minutes. La valise fut hissée dans le premier wagon. Joanna Hister eut tout juste le temps de faire les dernières recommandations à son fils, de l’embrasser un peu partout et de lui nettoyer une tâche qu’il avait sur la joue que le chef de gare sifflait l’heure de partir. Fynn sauta dans le train et agita le bras pour faire un dernier adieu à ses parents qui s’éloignaient de plus en plus, jusqu’à ne plus devenir que d’infimes points noirs qui disparurent lorsque le train prit un virage.

Bon gré, mal gré, l’enfant partit à la recherche d’un compartiment pas trop plein. Il dut marcher pendant un bon moment, traînant sa lourde valise, avant de trouver ce qu’il cherchait. Il y avait seulement une jeune fille blonde aux yeux d’un bleu profond. Prenant son courage à deux mains, Fynn tapota à la vitre du compartiment et se pencha pour regarder la jeune fille en face.


« Excuse-moi de te déranger… Y a de la place nulle part, je peux m’installer ? »

Reducio
La réponse suivante est réservée à Joy Wedenjack. Bulle, Wilson, vous aurez encore un petit moment à patienter… désolé ! (Bah, au moins vous aurez le temps de préparer votre RP :P)

On The Road Of Train  PV 

Le jour tant attendu et tant appréhendé était enfin arrivé ; c'était le premier septembre. Les parents de Joy attendaient ce jour avec impatience et ils s'étaient levés à l'aube pour accompagner leur fille à la gare de King's Cross. Dire que le train ne partait qu'à onze heures, et qu'ils étaient déjà tous en voiture à huit heures du matin ! C'était ridicule.

Mais la jeune fille pouvait comprendre que ses parents préfèrent ne pas prendre de risque. Tout comme elle, ils ne connaissaient rien du monde sorcier et ils préféraient s'y prendre à l'avance afin d'être sûrs de ne pas être en retard. Evelyn, qui avait pourtant beaucoup insisté pour accompagner la petite famille à King's Cross, semblait paniquer plus encore que Joy elle-même. Ce qui était un peu stupide puisqu'elle avait déjà vingt ans et que ça ne changerait rien pour elle si Joy loupait son train. L'ambiance en voiture était pesante et Mr Wedenjack pestait contre l'incapacité des sorciers à indiquer clairement où se trouvait la « voie 9 3/4 ». Même si ça faisait longtemps que les Wedenjack savaient que leur fille devait se rendre sur cette voie, ils n'avaient toujours pas la moindre idée d'où elle se situait, et c'était probablement ce qui les mettait dans un état de panique pareil. Joy, quant à elle, trouvait ridicule de se lever quatre heures à l'avance pour trouver un simple quai mais elle avait préféré ne pas faire de remarque.

Lorsqu'ils furent enfin arrivés à la fameuse gare de King's Cross, les parents Wedenjack poussèrent presque leurs deux filles en dehors de la voiture et c'était limite si ils les trainaient jusqu'à la gare.


« Papa, il est huit heures et demi, je suis pas sûre que ce soit vraiment utile de se presser autant, on va la trouver cette voie, s'ils l'indiquent c'est bien parce qu'elle y est.. »

Au vu du regard noir que lui lança son père, Joy se dit qu'effectivement, ça aurait été plus judicieux de ne faire aucune remarque. Elle ne dit donc plus rien et avança docilement, sa main accrochée à celle d'Evelyn, jusqu'au quai 9. Et après le quai 9, il y avait le quai 10. Naturellement. Il y eut un silence pesant. En fait, tous les quatre se doutaient qu'il n'y aurait pas de voie 9 3/4 dans cette gare, mais ils l'avaient tous espéré quand même. La famille parut désemparée un instant, puis Marianne Wedenjack, la mère de Joy, fit un mouvement pour demander de l'aide à un agent quand son mari l'attrapa aussitôt par le bras en lui expliquant que cet agent était comme eux, sans pouvoir magique, et qu'il n'avait probablement pas la moindre idée d'où se trouvait ce quai. Un silence retomba donc entre eux, et ils se demandaient ce qu'ils allaient faire.

« De toute façon Joy, les autres élèves de l'école vont probablement arriver d'un moment à l'autre et on leur demandera de nous indiquer le chemin, d'accord ? »

C'était sa mère qui avait parlé et la jeune fille de onze ans hocha la tête. Bon, bien sûr, « d'un moment à l'autre », signifiait « dans deux heures », mais elle ne pouvait pas en vouloir à ses parents de s'inquiéter pour elle. Après tout, ils voulaient simplement qu'elle ne rate pas le train. Les Wedenjack attendirent donc patiemment qu'un sorcier daigne montrer son nez, ce qui arriva vers les dix heures du matin. Il y avait une mère et sa fille, et toutes deux semblèrent hésiter à faire quelque chose tandis que la famille de Joy les fixait intensément. Puis, après quelques secondes, la mère s'avança vers eux et leur demanda s'ils avaient besoin d'aide.

« Ça dépend, vous êtes des sorcières ? »

Joy écarquilla les yeux de surprise. Elle ne s'attendait pas à ce que sa mère pose la question comme ça, on n'avait pas le droit de parler du monde magique à ceux qui n'en connaissaient pas l'existence ! Mais le sourire de l'inconnue rassura Joy ; visiblement, elle et sa fille étaient effectivement deux sorcières. Elle expliqua donc aux Wedenjack qu'il fallait passer dans le mur, que c'était pas dur mais qu'il ne fallait pas que les Moldus les voient. Marianne la remercia pour ses explications et, enfin, après toutes ces dures épreuves, Joy put traverser le mur magique et apercevoir avec soulagement l'écriteau indiquant « voie 9 3/4 » ainsi que son train.

La jeune fille monta à bord du Poudlard Express non sans se départir de son sourire soulagé. Puisqu'elle était une heure en avance, le train n'était que très peu rempli et elle avait donc tout le loisir de choisir le compartiment qu'elle voulait. Elle en choisit un vide et s'assit, s'imaginant déjà comment serait l'école, les sorciers, les cours, les repas.. Après une petite heure de pensées vagabondes, le train avait accueilli en son sein beaucoup d'autres élèves et Joy se doutait qu'elle ne passerait pas le voyage seule. Ses doutes furent confirmés quand un garçon aux cheveux bruns et aux yeux noisettes frappa à la vitre de son compartiment avant d'ouvrir la porte.


« Excuse-moi de te déranger… Y a de la place nulle part, je peux m’installer ? »

Joy, qui n'était franchement pas de nature bavarde, avait espéré passer le voyage seule, mais elle n'allait pas refuser quand même ! Et puis, ça ne pouvait pas lui faire de mal de commencer à faire connaissance avec quelqu'un dès le début. Elle afficha donc un petit sourire et lui répondit.

« Oui bien sûr, pas de soucis ! »

La jeune fille laissa son camarade s'installer tout en réfléchissant déjà à la foule de questions qu'elle pourrait lui poser ; elle ne voulait pas qu'il y ait un silence gênant durant le trajet, alors elle se promit de faire la conversation.

HAD A VOICE HAD A VOICE BUT I COULD NOT SING
Quatrième année RP.

On The Road Of Train  PV 

Wilson entra avec sa mère dans la gare de King's cross de Londres. Elle y était déjà venue pleins de fois mais lui non. Le petit Wilson venait ici pour une raison un peu invraisemblable pour une famille ordinaire. En effet, il était un sorcier et aussi surprenant que cela puisse paraître, la magie vivait dans son corps car il a réussit à pénétrer sur le chemin de traverse pour aller faire ses achats et le fabricant lui a prouver en lui vendant une baguette qu'il pouvait lancer des sorts. Wilson l'avait admirer sans l'utiliser pendant le restant des vacances, il était pressé de pouvoir s'en servir.

Ce jour-là, donc, il parcourait avec sa mère l'allée de la gare et chercha le quai qui conduisait à Poudlard l'école des sorciers. Mais comment trouver un quai réservé au sorcier lorsqu'on l'a jamais emprunter ? Wilson regarda son billet et il était indiqué « voie 9 3/4 ». Il se rendit alors sur le quai de la voie 9 tous d'abord, accompagné toujours de sa mère qui tentait de l'aider mais difficilement puisqu'elle étant une moldue, elle n'a jamais prit ce train non plus.


« Le plus simple je pense c'est d'aller demander à un agent, viens ! »

La mère de Wilson, confiante, alla voir l'agent. Lui, il restait en retrait afin d'observer la gare et de chercher des gens au allure atypique (sait-on jamais) mais il ne trouva rien. La réponse de sa mère ne l'aida pas non plus dans ses recherches :

« L'agent dit que la gare n'existe pas ! »

Il était 10h30 et le train s'en allait à 11h. Il fallait qu'il trouve ce train. En observant le quai qui séparait la voie 9 et 10, il remarqua quelque chose. Il y avait quatre grosse poutre qui soutenait le plafond le long de la voie. Si son quai se trouvait au ¾ de la voie 9, l'entrée devrait se trouver pas loin de la troisième poutre. Wilson et sa mère se rendit sur place puis attendit. Il ne voyait pas d'entrée de voie, tous était absolument normal autour d'eux.

C'est alors qu'il vit un garçon, adolescent d'une quinzaine d'années facile, foncé dans la poutre que Wilson avait repéré. Il avait disparu comme par magie lors de ce qui aurait du être un choc. Wilson n'hésita pas une seconde. Il pensa tous de suite à l'entrée de la voie recherché.


« Je ne t'accompagne pas, je ne suis pas comme toi. » dit sa mère. « Prend soin de toi et écrit moi, je veux de tes nouvelles, trésor ! »

Wilson embrassa sa mère et fonça à son tour dans le mur !

Traînant depuis le début sa lourde valise, il s'arrêta après l'avoir franchit pour prendre le temps d'observer la belle locomotive rouge et noir qui se dressait face à lui. Sur le quai, des gens en robe étrange comparable à celles que Wilson avait vu et acheter sur le chemin de traverse. Certains sorciers adultes avait même leur baguette à la main. Il était bien sur le quai en direction de Poudlard. Wilson avança, et commença à chargé sa lourde valise dans le train, avant de chercher un compartiment où il pourrait s'installer. Au bout de quelques minutes, il vit une fille et un garçon dans un compartiment. Wilson ne voulait pas voyager seul alors il toqua à la porte du compartiment et l'ouvrit.

« Excusez-moi, j'ai pas envie de passer le voyage dans un compartiment seul et encore moins dans le couloir, je peux venir avec vous ? »

Il attendit maladroitement. Le stress d'une nouvelle école dans un monde qui ne connaissait pas l'envahissait soudainement.

4ème année RP
"Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté"
Joyeux MLNoël à tous !

On The Road Of Train  PV 

La jeune fille sembla sortir d’une sorte de rêverie, même elle était tout de même assez réveillée pour accepter, avec un sourire, qu’elle n’y voyait pas d’objection. Fynn la remercia sincèrement et s’empressa d’installer ses bagages dans le filet prévu à cet effet et situé juste au-dessus de leurs têtes. Bien qu’il n’avait que très rarement pris le train, la famille préférant utiliser la voiture de papa Hister, le garçon avait toujours eu peur que ces filets craquent et qu’il se fasse assommer par ses propres affaires. En fait, ça lui était vraiment arrivé quand il avait cinq ou six ans : en prenant le train entre Falmouth et Manchester, où habitaient ses grands-parents maternels, la famille était montée à bord d’un wagon qui demandait une restauration urgente. Aussi, Fynn avait-il à peine eut le temps de s’asseoir que le petit sac qu’il avait placé au-dessus de sa tête lui était tombé dessus. Il n’avait eu comme blessure qu’une bosse sur la tête et des larmes. Plus de peur que de mal au final.

Etrangement, cette fois-ci, Fynn n’eut pas peur. Quoiqu’il avait été mis seulement quelques semaines auparavant de l’existence du monde magique, il en avait assez appris en se baladant sur le Chemin de Traverse avec ses parents et sa petite sœur pour apprécier les habitudes des sorciers et avait suffisamment feuilleté les gros grimoires qu’il avait du acheter chez Fleury & Bott pour comprendre le nouveau monde qui l’entourait, en connaître les éléments essentiels. Il n’avait pas tout compris, mais sans doute aurait-il des réponses à ses questions grâce à ses nouveaux camarades de maison, car il avait lu dans « 
L’Histoire de Poudlard » que des dizaines de nouveaux élèves entraient chaque année à Poudlard et était réparti dans quatre maisons. Fynn n’avait pas eu le temps de finir sa lecture et comptait tout d’abord l’achever dans un des compartiments s’il se trouvait seul.

Il comprit en s’asseyant dans son siège que ça n’était vraiment pas la peine de sortir ce livre – il n’avait même pas pris la peine de garder son « sac de lecture » à côté de lui –, vu que la jeune fille semblait apte à discuter et, alors qu’ils allaient engager une discussion d’une banalité digne des deux enfants de onze ou douze ans qu’ils étaient, un garçon blondinet aux yeux bleus ou verts – Fynn n’arrivaient pas à distinguer, étant donné qu’ils venaient de rentrer dans un tunnel plutôt long – se présenta à la porte de leur compartiment.

Plus exactement, se corrigea Fynn, il s’y était introduit après avoir toqué, haletant d’avoir porté de lourds bagages et manquant de peu de tomber, son pied s’étant accroché à une probable poussière qui traînait par là. Ou un rat. Tiens, d’ailleurs, y avait-il des rats à Poudlard ou les sorciers étaient-ils parvenus à exterminer cette vermine ? s’était demandé le brun. C’était une question à laquelle il tâcherait de répondre. Il se dit cependant que le concierge de l’école n’était peut-être pas la meilleure personne à qui poser cette question – le garçon ne se douterait jamais à quel point il avait raison. C’est donc après une entrée en fanfare qui avait fait s’interroger le petit Hister sur des questions existentielles que le blond décida de parler :


« Excusez-moi, j'ai pas envie de passer le voyage dans un compartiment seul et encore moins dans le couloir, je peux venir avec vous ? »

Fynn ne délibéra pas pendant de longues minutes avec lui-même et sa voisine d’en face pour prendre sa décision. En fait, il avait à peine pris le temps de faire une moue à la jeune fille que, déjà, il lançait un « Ouais, pas de souci ! Attends, je vais t’aider à t’installer ! » à l’autre garçon et passait des paroles à l’acte. Le garçon ne se souciait pas vraiment des réactions de la jeune fille pour la simple et bonne raison qu’il ne s’imaginait pas passer un voyage entier sans une compagnie masculine ; c’est qu’avec une sœur à la maison, le garçon aimait se retrouver avec ses copains de classe et en avait peu à peu pris l’habitude.

Une fois assis, il se présenta : Fynn Hister
Reducio
Avant que vous ne vous amusiez sur mon nom : le jeu de mot ne fonctionne qu’en français, pas en anglais (qui est théoriquement la langue de nos personnages) ;) Merci !
, de Cornouailles. Ses camarades firent de même : Wilson Kingson venait d’Oxford et Joy Wedenjack – qui avait subi deux entrées soudaines dans son compartiment – était originaire de l’Écosse. Fynn constata que les personnes présentes ici étaient toutes trois relativement timides. On savait que deux caractères explosifs donnaient lieu à des débordements sans fin, mais quid de trois timides ou, tout de moins, « simili-timides » ?

Si la jeune Wedenjack avait déjà eu deux visites dans le compartiment, une troisième n’allait pas tarder à arriver tandis que le Poudlard Express sortait de son tunnel et avançait à présent à vive allure dans les vertes plaines de la campagne anglaise…


Reducio
Aaah, on dit enfin au revoir au bon vieux syndrome de la page blanche ! :D Vous pouvez me lyncher pour mon retard, je vous l’autorise.
J’suis désolééééééééééééééééééé ! :vitreux :
Surtout envers Bulle, du coup t’auras mis vachement de temps pour rentrer… :( Pour me pardonner, j’te fais un grooos bisou !

On The Road Of Train  PV 

Reducio
Désolé du retard !


Ce matin-là, et pour la première fois de sa vie, Bulle Stevens avait hâte d'aller en cours. Hâte d'aller dans son nouveau collège, hâte de rencontrer ses nouveaux camarades. Et pour cause : Bulle Stevens était une sorcière. Une sorcière s’apprêtant à rentrer en première année dans le prestigieux collège Poudlard.

Voilà, pourquoi, ce matin-là, Bulle Stevens s'était levée aux aurores, s'était lavée en vitesse, s'était habillée et coiffée avec le plus grand soin, et avait bouclé ses valises à 9 heures 30. Sachant que le train était pour 11 heures, il lui restait encore une heure et demie pour aller à la gare de Londres, ce qui ne semblait pas être trop difficile, compte tenu que les Stevens habitaient juste à côté de celle-ci.
La jeune fille avait donc attendu à la porte, tout en mangeant un paquet de plumes en sucre, en attendant que son père ne transplane chez eux. Dieu qu'elle avait hâte, dieu qu'elle était impatiente ! Elle aurait aimé pouvoir accélérer le temps. Et puis elle ne cessait de se poser des questions : Qui allait-elle rencontrer, dans quelle maison allait-elle être ? Elle se voyait déjà arpentée les couloirs, en compagnie de ses nouveaux amis, et suivre les cours de Magie. Oh, oui, ça allait être fabuleux !

A 10 heures 30, la jeune fille entendit un "ploc" caractéristique, qui signifiait que son père avait transplané.


" Alors, ma fille, tu es prête ? On peut y aller ?"

Contrairement à Bulle, Andrew Stevens avait un tempérament calme et tranquille, et de courts cheveux noirs. Il était habillé d'un costume cravate très classe, et dont il prenait excessivement soin, car en temps que directeur de la firme "Stevens-Lumos", il se devait de représenter convenablement la marque. Il paraissait toujours fatigué, mais son visage souriait sans cesse, comme celui de Bulle. C'était une des seules choses qu'ils avaient en commun, ça et les yeux gris.

" Bien sûr que je suis prête ! J'ai hâte !"

La jeune fille se dépêcha d'attraper ses bagages, et les tendit à son père. Celui-ci les attrapa avec un sourire.

" Tiens, dit-il en tendant une cage où se trouvait un petit chat roux qui répondait au nom de Oyfatawzo. Il te réclame."

Bulle attrapa la cage, et quelques minutes plus tard, ils étaient en route. Quand ils arrivèrent à la gare, ils étaient 10 heures 40. Ils leur restaient 15 minutes, ce qui leur était largement suffisant. Traversant d'un pas sûr la gare, tout en suivant son père, elle ne pouvait pas s'empêcher de regarder autours d'elle. Combien d'élèves de Poudlard étaient là ? Elle voyait effectivement beaucoup de jeunes personnes, dont certaines semblaient perdus.

Elle arriva devant les quais 9 et 10. Là, elle savait ce qu'elle devait faire : Fonçait droit devant elle sur la troisième poutre, car c'était là que se trouvait la voie 9 3/4.
Tandis ce que son père déposait ses bagages sur un chariot, la jeune fille n'hésita pas une seule seconde : Elle se rua sur la poutre, et la traversa. Il y eut une fumée blanche aveuglante, puis, enfin, devant elle, le Poudlard Express.
Son père apparut derrière elle quelques secondes plus tard. Il poussa gentiment sa fille, encore émerveillée, et lui chuchota
: "Allez, allons-y. Il ne reste plus que 10 minutes".

Bulle entreprit de monter ses affaires dans le train, puis elle redescendit pour faire un dernier au revoir à son père. La fillette fondit dans ses bras.

" Bon, Bulle. Soyons claires. Si je reçois la moindre lettre me disant que tu as fait une bêtise, ça va mal aller. Si quelqu'un t'embête, sur ta maison, sur ta famille, n'y fait pas attention. Je t'aime, ma fifille. Et je m'en fiche que tu ailles à Gryffondor. C'est pas parce que toute la famille y est allée qu'il faut que tu y ailles. Maintenant fais bien attention à toi et à Oyfatawzo. Et n'oublie pas d'écrire à ta mère ! La pauvre est à l'hôpital, ce serait dommage qu'elle n'est plus de nouvelles !"

Bulle sourit. Elle allait écrire à sa mère, c'était certain. Et bien sûr qu'elle allait prendre soin de son chat ! Quand aux bêtises, elle essayerait d'en faire le moins possible.

" T'inquiète, mon petit Dad. Prends bien soin de toi ! Et promis, j'essaie de briser la tradition familiale. J'irais ... Oh, et puis on verra bien !"

Elle embrassa une dernière fois son père, et se dépêcha de monter dans le train. Elle traîna ses valises jusqu'à un des compartiments, apparemment occupé par une seule personne, une petite brune aux cheveux courts. Elle ouvrit la porte, et s'apprêta à se présenter quand la petite fille s'exclama :

" Oh, non, ne rentre pas ! Je suis allergique aux poils de chat !"

Bulle entreprit de s'excuser, et poursuivit sa route. Malheureusement pour elle, il n'y avait plus de place dans nulle part : Tous les élèves s'étaient déjà installés. Au bout d'un moment, elle trouva enfin un compartiment : Il y avait une jeune fille que Bulle qualifia tout de suite de grande beauté, un petit garçon aux cheveux bruns et un autre aux cheveux blonds. Tous semblaient s'observer d'un œil timide, sans trop oser bavarder.
"Bon, et bien, je n'ai qu'à aller là !"

Elle poussa la porte du wagon, et s'exclama :

" Bonjour tout le monde ! Enchanté, moi c'est Bulle Stevens, et voici mon chat, il s'appelle Oyfatawzo, mais son surnom c'est Babar. En fait, il n'y a plus du tout de place, et je me demandais si je pouvais m'installer ici, parce qu'il n'y a pas de place ailleurs."

~Pouffy’s un jour, Pouffy’s toujours !~
~Le souffle des Poufsouffle jamais ne s’étouffe !~
- Journaliste au journal du blaireau -

On The Road Of Train  PV 

Aussitôt que Joy eut donné son accord pour partager son compartiment avec le garçon brun, celui-ci entra dans la cabine sans cacher son soulagement, et il la remercia avec un grand sourire. Tandis qu'il s'installait et qu'il déposait ses bagages, la fillette en profita pour l'observer plus sérieusement et tenter de le cerner avant même qu'ils n'aient échangé plus de deux répliques. Un jeune homme plutôt maigrichon aux cheveux bruns, avec des yeux noisettes grands et rieurs, il fallait reconnaître qu'il n'était pas dénué de tout charme. Finalement, Joy détourna son regard de son camarade, prenant conscience qu'elle n'était pas très discrète et qu'observer quelqu'un de cette façon n'était pas très poli. Elle allait engager la conversation quand un deuxième garçon — encore, mais il en pleut ou quoi ? — frappa à la porte d'une manière qu'on ne peut pas vraiment qualifier de douce. Surprise de cette intervention, la petite blonde sursauta avant de tourner vivement sa tête pour regarder qui venait d'entrer dans leur compartiment.

« Excusez-moi, j'ai pas envie de passer le voyage dans un compartiment seul et encore moins dans le couloir, je peux venir avec vous ? » questionna-t-il d'une voix peu sûre.

Trop occupée à se masser la nuque qui la brûlait — elle avait tourné la tête trop brusquement —, Joy ne répondit pas sur le champ. Elle lança un regard interrogatif à son camarade, mais celui-ci ne le vit pas puisqu'il était trop occupé à accepter avec entrain la proposition du blond. La fillette haussa un sourcil vexé en voyant la façon dont il prenait les devants sans même lui demander ce qu'elle en pensait. Elle décida de ne pas faire de scandale, parce que même si passer tout le voyage avec DEUX garçons ne la ravissait pas plus que ça, il n'aurait pas été en son droit de protester. De toute façon, même si on lui avait laissé le choix, elle aurait accepté que le garçon blond vienne dans leur compartiment, donc bon. Bah oui, comment aurait-elle pu refuser ? Elle ne faisait pas aux autres ce qu'elle n'aimerait pas qu'on lui fasse.

Remise de son petit coup de gueule intérieur, Joy retrouva finalement son sourire timide et se présenta à son tour, après que les dénommés Fynn et Wilson se soient eux aussi brièvement présentés. Tandis qu'elle avait l'intention de poser une question pour lancer la conversation plus sérieusement et, pourquoi pas, se faire des amis, elle fut une fois de plus coupée dans son élan par une fillette aux cheveux roux qui, elle aussi, fit une entrée plutôt remarquable dans le compartiment puisqu'elle poussa la porte violemment avant de s'exclamer.


« Bonjour tout le monde ! Enchanté, moi c'est Bulle Stevens, et voici mon chat, il s'appelle Oyfatawzo, mais son surnom c'est Babar. En fait, il n'y a plus du tout de place, et je me demandais si je pouvais m'installer ici, parce qu'il n'y a pas de place ailleurs. »


Quoi ? Encore une ? Mais ils allaient finir à quinze si ça continuait ! Joy roula des yeux, pas vraiment heureuse de voir qu'une énième élève allait prendre place dans leur compartiment, elle qui était plutôt timide, elle aurait préféré passer le voyage seule ou en compagnie d'une seule personne. Mais bon, elle avait pris une résolution ; s'intégrer, arrêter d'être marginale, et se faire des amis, et ce n'était pas en se montrant antipathique qu'elle allait y arriver. Se recomposant donc un visage amical, elle marmonna un léger « Oui, avec plaisir. » Ça n'allait peut-être pas plaire aux deux garçons, mais est-ce que Fynn lui avait demandé son avis, quand il avait accepté que Wilson entre ? Bon. En plus, ça fait deux filles, deux garçons, égalité.

Bon, pour vous dire la franche et seule vérité, ce qui préoccupait le plus la petite Écossaise en ce moment même, ce n'était pas qu'elle allait devoir passer son voyage en compagnie de trois personnes. Non, non, ce qu'elle voulait surtout savoir, là tout de suite, c'était pourquoi le nom de « Oyfatawzo » avait comme surnom « Babar ». Franchement ? Quel était le rapport entre les deux appellations ? Si le surnom du chat avait été « Oyfa », ok, tout était normal, mais là ? Mais la petite Joy se vit forcée d'arrêter de se poser ce genre de questions un peu stupides puisque Bulle venait de prendre place sur un siège.

Comme elle se l'était promis dès l'arrivée de Fynn, la fillette aux cheveux blonds lança la conversation, espérant ainsi éviter toute sorte de malaise entre les quatre enfants.


« Et bien, on commence à être beaucoup. J'espère que personne d'autre ne va arriver ! » fit Joy d'un ton amusé. En fait, elle venait de faire la démonstration qu'elle en avait marre que plein de gens s'introduisent dans son compartiment, mais elle ne s'en rendait pas compte. « Mignon, ton chat. » ajouta-t-elle à l'adresse de Bulle. Elle aurait bien ajouté « et tu l'as trouvé où, son surnom ? », mais elle se retint de justesse. « Sinon.. Vous espérez et pensez aller dans quelle maison ? » termina-t-elle d'une petite voix, un peu gênée de prendre la parole.

Oui, Joy était timide de nature, mais quand faut y aller.. Faut y aller.

HAD A VOICE HAD A VOICE BUT I COULD NOT SING
Quatrième année RP.

On The Road Of Train  PV 

Wilson n'était pas de nature très sociable, mais là il n'avait pas le choix. C'était un cas de force majeur. En effet, il devait pour le trajet qui l'emmenait dans son école, et s'il devait le faire tous seul, il serait pas claire. Alors quand il a trouvé ce compartiment, avec Fynn et Joy, il a tous de suite demandé à se joindre à eux.

« Ouais, pas de souci ! Attends, je vais t’aider à t’installer ! »

Le blondinet s'installa avec l'aide du « chef de compartiment » donc et fit connaissance avec la fille déjà présente. Il ne les connaissait pas et c'est bien normal, c'était la première fois que toute cette joyeuse troupe allait à Poudlard. Ils firent connaissance, le brun se nommait apparemment Fynn Hister, et la fille Joy Wedenjack. Wilson pensa qu'ils allaient faire le chemin qu'à trois mais ça c'était avant qu'une autre fille, aux cheveux rose, entre dans le compartiment :

« Bonjour tout le monde ! Enchanté, moi c'est Bulle Stevens, et voici mon chat, il s'appelle Oyfatawzo, mais son surnom c'est Babar. En fait, il n'y a plus du tout de place, et je me demandais si je pouvais m'installer ici, parce qu'il n'y a pas de place ailleurs. »

Aussi étrange que cela puisse paraître, le petit nouveau de Poudlard regarda en premier le chat, qui a un drôle de nom. Oyfatawzo... elle a du écrire des lettres au hasard sur un parchemin et hop, c'est ça qu'elle a lu pour appeler son chat. Pauvre chat d'ailleurs. Et son surnom ? Babar. C'est pas mieux ! Le voilà comparé à un personnage de dessin animé. Le pauvre.

Wilson n'était pas contre la vitre du compartiment puisqu'il était le troisième arrivant dans le compartiment. Ce n'était pas très grave mais il aurait préféré tous de même y être surtout quand on sait que le trajet dure environ une journée (d'après les paroles entendu sur le quai tous à l'heure). Le futur première année ne savait pas trop quoi dire, il ne connaissait pas le monde magique et il se doute que discuter du programmes télé n'était peut-être pas la meilleure chose à faire. Finalement c'est Joy qui rompit le silence.


« Et bien, on commence à être beaucoup. J'espère que personne d'autre ne va arriver ! »

Elle n'était pas la seule à l'espérer. Wilson aussi. C'est pas qu'il n'aimait avoir de la compagnie mais un compartiment surchargé, on est pas à l'aise et ça va pas. De l'air ! Le garçon blond resta sans réaction, il adressa simplement un hochement de tête à Joy pour lui certifier qu'il était de son avis. Celle-ci continua en posant une question pour le moins surprenante :

« Sinon.. Vous espérez et pensez aller dans quelle maison ? »

Maison ? À Poudlard ? Wilson avait entendu dire que c'était un château, une école en forme de château. A moins que le château ait le rôle d'école et soit remplit de salle de classe et que les élèves logeaient dans des maisons tous autour, une sorte de village enfantin. Il ne savait trop comment ça fonctionnait là-bas, alors il répondit :


« Oh bah une maison toute simple ça me suffit. S'il y a pas de jardins c'est pas grave, je n'aime pas le pleine air. Une chambre, un séjour et une cuisine, ça me convient parfaitement. »

Tout d'un coup une sensation de panique l'envahissait. Il ne savait pas se débrouiller tout seul. Laver son linge, faire à manger, tous ça il ne maîtrisait pas. Alors la magie d'accord, mais la magie ne fait pas tous. Alors pour s'occuper de soi, seul dans une maison ça va être beau. A moins qu'on soit à plusieurs pour s'entraider ?

4ème année RP
"Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté"
Joyeux MLNoël à tous !

On The Road Of Train  PV 

Bulle Stevens. Cette fille avait un nom de poisson rouge. Et un peu les cheveux de la même couleur, d’ailleurs.
Bulle Stevens. Telle était le nom de la jeune fille qui venait de pénétrer avec fracas dans le wagonnet déjà presque rempli. Et en plus, elle avait un chat avec un nom bizarre et un surnom qui n’avait rien à voir avec le nom original. Bon, au moins, Babar, c’était plus facile à retenir que – comment avait-elle dit ? Oyftszwsfo ? Un truc comme ça en tout cas… mais par les sept caleçons de Merlin, comment avait-elle pu lancer ce conglomérat de lettre sans se tromper ? – le nom véritable du pauvre chat qui, lorsque la cage passa devant la mimine toute timide de Fynn à qui rien n’avait été demandé quant à l’intrusion d’une quatrième personne – en même temps, la jeune Joy avait été la première à s’installer dans le compartiment. Elle avait donc la priorité n’est-ce pas ? et puis Fynn n’avait pas été très poli à ne pas la concerter quant à la présence de Wilson –, le souffla et le grogna (si vous avez suivi la phrase, bravo !). Le brun était certain qu’il allait passer un exécrable moment avec cet animal poilu à quatre pattes.

La jeune fille s’était installée en face de Fynn, Wilson s’étant déjà installé à côté de lui, face à Joy. En hissant les affaires de l’autre garçon, le petit Hister n’avait pas remarqué qu’il avait poussé son violon qui était bien trop au bord du filet à bagages pour résister à un ralentissement ou une trop brusque secousse du train. Avec un sourire timide, le jeune brun souffla un
« Bonjour… » à peine audible.

Le silence avait manqué de s’installer dans le compartiment. Un silence gênant entre quatre enfants timides. Finalement, c’est le cynisme de la jeune Wedenjack qui l’emporta, qui espérait que plus personne n’entrerait. Elle ne l’avait certes pas dit comme cela, mais le sourire qui accompagnait sa réplique ne trompait personne. Ou si, peut-être leurs deux compagnons. En fait, il n’en savait rien. Fynn commenta la phrase de Joy d’un petit sourire acquiesçant. A vrai dire, il était d’accord avec la jeune fille et s’était bien rendu compte que le compartiment ne pouvait de toute façon pas accueillir un élève de plus. Ou si, sans doute, mais, dans tous les cas, trop de temps s’était écoulé pour que quelqu’un d’autre puisse faire une quatrième intrusion.

Joy sembla vouloir ajouter quelque chose après avoir dit que le chat était mignon – « OBJECTIOOOOOOOON » criait Fynn dans tout son intérieur –, mais elle clôt finalement ses lèvres pour les rouvrir et demander dans quelle maison ils souhaitaient atterrir. Le brun n’en avait pas la moindre idée. Le blond non plus et n’avait même aucune idée du pourquoi du comment de la répartition à Poudlard.


«  Oh bah une maison toute simple ça me suffit. S'il y a pas de jardins c'est pas grave, je n'aime pas le pleine air. Une chambre, un séjour et une cuisine, ça me convient parfaitement. »

Un silence gêné s’installa à nouveau dans le compartiment. Fynn hésitait entre le rire, le désespoir et l’interlocution et il était pratiquement sûr que les filles se posaient plus ou moins ce même choix cornélien. Finalement, il laissa poindre son âme de premier de la classe et préféra répondre pour apprendre quelque chose à Wilson plutôt que le laisser patauger dans une ignorance qui allait, tôt ou tard, lui porter préjudice.

« Euh… t’as pas lu l’« Histoire de Poudlard », pas vrai ? C’est dommage, on apprend plein de trucs sur l’école dans ce bouquin. En fait, les élèves sont répartis dans les quatre maisons de l’école. D’après ce que j’ai lu, ce ne sont pas des vraies maisons avec un petit jardin et tout le tralala. C’est plutôt symbolique, en fait. Selon nos caractéristiques, nous sommes répartis dans quatre maisons, qui occupent chacune une partie du château. Je crois que les maisons se nomment Boutdsouffle, Gryffydor, Serpaigle et SerpLentard
Reducio
Ou, en anglais HuffEndPuff, GryffInDoor, RawenLaw et SlowTherin
ou un truc comme ça, du nom des fondateurs de l’école. Après, on est séparés filles/garçons dans les dortoirs et les élèves d’une même année restent ensemble. Les première ensemble, les deuxième ensemble, etc. Tu vois le principe, Wil’ ? Et en fait, j’en sais rien où je veux arriver. A part leurs noms bizarres, les Boutdsouffle semblent gentils. »

On The Road Of Train  PV 

La question de la petite blonde ne resta pas en suspens bien longtemps. Wilson répondit sur-le-champ, d'une réplique assez drôle, d'ailleurs. L'ignorance de ce garçon était à sauvegarder dans les mémoires de Poudlard.

« Oh bah une maison toute simple ça me suffit. S'il y a pas de jardins c'est pas grave, je n'aime pas le pleine air. Une chambre, un séjour et une cuisine, ça me convient parfaitement. »

Ainsi donc, Wilson Kingson, à l'évidence Né-Moldu, n'avait pas la moindre idée de ce qu'étaient les quatre maisons de Poudlard. Fait plutôt étonnant, même pour quelqu'un comme lui. Joy aussi n'avait pris conscience de l'existence des sorciers qu'au moment de recevoir sa lettre, et pourtant elle avait fait de son mieux pour se renseigner sur les bases de Poudlard. Elle n'était peut-être pas une savante sur pieds non plus, mais au moins connaissait-elle Gryffondor, Poufsouffle, Serdaigle et Serpentard.

Un silence pesant fit réponse à Wilson. Joy, bien qu'un tantinet amusée par sa réponse, se garda bien de dévoiler ses émotions. Elle n'aurait pas aimé qu'on se moque d'elle dès son premier jour de rentrée, ainsi donc n'accorda-t-elle qu'un léger sourire qui se voulait rassurant au pauvre Wilson. Elle allait même pousser le bouchon jusqu'à lui expliquer et infirmer ses convictions, pour le mettre un minimum au courant du fonctionnement des maisons dans lesquelles ils seraient bientôt tous les quatre répartis. Mais Fynn la devança en se lançant dans des explications complexes — et fausses, en plus —.


« Oui, c'est l'idée. » fit Joy après que Fynn ait fini son monologue. « Juste, les noms sont Poufsouffle, Gryffondor, Serdaigle et Serpentard. C'est comme si on nous enfermait dans une catégorie bien précise, tu vois ? Les gentils à Poufsouffle, les courageux à Gryffondor, les intelligents à Serdaigle et... les... rusés, je crois, à Serpentard. Moi, j'aimerais bien aller à Gryffondor. Ils sont classes. » termina-t-elle avec un haussement d'épaules.

La gamine jeta un coup d'oeil à Bulle qui n'avait pas encore donné son avis. Ça devait être très niais de penser ça, mais Joy espérait sincèrement qu'elles atterriraient dans la même maison. En fait, elle espérait qu'ils iraient tous les quatre dans la même maison. Mais ça défiait les lois de probabilité, et Joy doutait que ses souhaits soient exaucés. Enfin, avec un tout petit peu de chance, le Choixpeau magique scellerait son destin en l'envoyant dans la même qu'au moins l'un des trois sorciers ici présents. Elle l'espérait. Vraiment. Se retrouver seule, sans connaître personne, ça lui paraissait impensable.


« Et toi ? » demanda-t-elle à Bulle pour conclure son mini-discours.

Reducio
Puisque Bulle n'est pas très disponible ces derniers temps, je me permets de répondre pour faire avancer le RP en l'attendant.

HAD A VOICE HAD A VOICE BUT I COULD NOT SING
Quatrième année RP.

On The Road Of Train  PV 

Wilson ne regretta pas ce qu'il lui arrivait. Il était assis dans un train en direction d'un lieu et d'un monde qui ne connaissait pas, où boire du jus de citrouilles était naturelle et croiser des fantômes étaient normal. Non, il n'avait pas peur, juste un peu inquiet, de savoir s'il est vraiment apte, lui du haut de ses onze ans à affronter ce grand changement. Il était plus précisément dans un compartiment où il s'était fait ses premiers amis (du moins l'espérait-il) et tous allait bien.

Après s'être installés et s'être présenté, un silence avait refroidit le compartiment que Joy Wedenjack, une fille blonde avait ensuite brisé par une question. Et Wilson a pu montrer, en toute élégance, à quel point il ne connaissait rien au monde magique. C'était presque effrayant ! Le néo-sorcier ne savait pas ce qu'était une maison de Poudlard, ni même comment était Poudlard lui-même alors lui demander dans quel maison il aimerait aller, cela relevait de l'impossible. En voyant la tête de ses camarades lorsqu'il a prononcé sa réponse, il aurait voulut être un chat noir pour se camoufler comme il faut avec les banquettes du train.

Fynn, le seul autre garçon du compartiment, expliqua alors ce qu'était les quatre maisons de Poudlard, afin que Wilson ne se sentit moins bête. Celui-ci l'écouta attentivement, sa tête posé dans sa main, accoudé sur sa jambe droite, remuant de droite à gauche et de gauche à droite en fonction des secousse du train. Il apprit qu'ils étaient rangés dans une des quatre équipe (appelé maison) de Poudlard en fonction de leur caractéristiques. Mais comment était-il répartit ? En fonction de leur capacité à affronter un monstre ? A communiquer avec les autres sorciers et sorcières ? Wilson était partagé entre excitation et inquiétude, car cela voulait dire que leur groupe de début d'année pourrait se briser là juste après, à cause d'une répartition sans scrupule.

Wilson n'avait pas de choix bien défini. Il s'en fichait un peu de finir à Boutdsouffle, Gryffydor, Serpaigle ou SerpLentard. Tous ce qu'il voulait c'est d'être dans une maison où il se sentirait bien, où il aurait des amis, et où il n'aurait pas d'ennuis. Joy ajouta un complément d'informations en signalant que les véritable noms étaient Poufsouffle, Gryffondor, Serdaigle et Serpentard. Elle précisa qu'en règle général, les courageux vont à Gryffondor, les gentils à Poufsouffle, les intelligents à Serdaigle et les rusés sont à Serpentard. Wilson savait qu'il n'était pas courageux, il n'est pas courageux au point de porter un costume pour Halloween, alors aucune chance de finir à Gryffondor dans ce cas. Il aimait apprendre des choses mais pas trop non plus et il savait qu'il était parfaitement gentils. Il se voyait donc aller à Poufsouffle ou Serdaigle. Pour Serpentard, il ne savait pas... peut-être était-il rusé ? En tous cas, il ne s'en ait jamais rendu compte jusqu'à maintenant.

Joy espérait aller à Gryffondor, Fynn a Poufsouffle. Seule Bulle était restée silencieuse sur la question. Wilson espérait qu'au moins l'un de ses trois nouveaux camarades soit dans la même maison que lui pour ne pas être tout seul. Alors que Joy demandait à Bulle son avis, Wilson s'apprêta à répondre, et c'est ce qu'il fit juste après :


« Du moment que l'un de vous, au minimum, est dans ma maison, personnellement, le nom de celle-ci, j'm'en fiche un peu. »

C'est vrai quoi, ce n'est qu'un nom. Un bonbon ayant plusieurs noms est toujours le même bonbon. Alors c'est pareil pour les équipes. Ce sont les mêmes. Il y a juste les noms et les élèves qui la contienne qui change. Du moins, ce que pensait Wilson évidement.

4ème année RP
"Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté"
Joyeux MLNoël à tous !

On The Road Of Train  PV 

Lorsque Joy était en voiture, elle adorait ouvrir les fenêtres pour entendre le doux sifflement du vent. Il l'apaisait et, parfois même, la réconfortait. Ce son, pour certains si insupportable, la transportait dans un havre de paix d'où seul le bruit des klaxons pouvait l'extirper. L'Écossaise aurait voulu pouvoir abaisser les vitres du Poudlard Express et retrouver ce son si familier. Hors, la manœuvre était impossible ; elle se doutait que le train roulait trop vite pour que cela n'engendre pas de problèmes.

La voix d'un de ses congénères résonna dans le wagon et Wilson donna son avis, pas vraiment tranché, sur les quatre maisons emblématiques de Poudlard. Né-Moldu et pas renseigné, il n'avait aucun a priori et avait pour seule requête d'être dans la même maison qu'au moins un des quatre jeunes gens ici présents. Si la préférence de Joy allait à Gryffondor, elle partageait l'avis de Wilson quant à la répartition ; le mieux, c'était de ne pas être seul au milieu d'inconnus. Pour la énième fois, la jeune fille se questionna intérieurement ; quelles qualités pouvait-elle bien posséder ? La discrétion. Et encore, n'était-ce pas plutôt un défaut, que de se réfugier dans l'ombre ? Elle n'était pas courageuse, pas plus qu'elle n'était futée ou cultivée, gentille ou fidèle à l'égard de ses amis. Elle soupira en pensant qu'une cinquième maison ne serait pas de trop.

Alors qu'elle allait enchaîner sur un autre sujet conversation pour ne pas qu'un silence s'installe définitivement, le chat de Bulle Stevens décida qu'il faisait trop étouffant dans cette cabine et que, décidément, il ferait mieux d'aller prendre l'air ! Le train fut parcouru d'une secousse, certes légère mais qui fit s'ouvrir la porte de leur cabine, et Babar ne perdit pas une seconde pour se faufiler par la sortie qui venait de lui être proposée. Bulle réagit au quart de tour et se précipita à sa poursuite, sous l'oeil amusé de Joy. Les chats étaient indomptables. Quelle idée, d'en amener un dans un train.

Joy se tourna vers les deux garçons et se sentit irrémédiablement mal à l'aise. Elle avait besoin d'une présence féminine pour l'accompagner. Elle avait une image si mauvaise du sexe opposé, eux qu'elle avait toujours perçus comme des êtres arrogants, qu'elle devait lutter pour ne pas partir en courant. Un sourire crispé peigna son visage pâle et elle tourna son regard vers le paysage qui défilait pour ne pas avoir affronter ces regards. Ils étaient trop critiques. Elle ne les supportait pas. Ils n'avaient rien fait de mal mais elle aurait tout donné pour que Bulle revienne ; trop de mauvais souvenirs refaisaient surface.

Poudlard l'angoissait. Elle l'avait attendu durant des semaines et, maintenant qu'elle était aux portes de son rêve, elle avait la trouille. Comment cela se passerait-il, si elle réitérait son expérience de primaire ? Moqueries et solitude l'avaient trop côtoyée pour qu'elle puisse envisager ses sept années futures de cette façon.

Elle s'était fait une promesse. Poudlard révolutionnerait sa vie. Elle ne serait pas reculée ou peureuse. Elle se ferait des amis. Démarrait sur de nouvelles bases. Avait l'immense chance de pouvoir vivre une scolarité géniale, si elle se débrouillait bien. Joy ne savait pas encore à quel point ces pensées positives étaient proches de la vérité mais, bientôt, elle le découvrirait.

Le train ralentit doucement l'allure pour finir par s'arrêter. Joy reporta son regard sur ses compères et leur sourit, un peu moins angoissée qu'avant. Leurs chemins se séparaient ; elle espérait simplement qu'ils se croiseraient de nouveau lors de la répartition.


« Ravie d'vous connaître. Et... ben... bonne chance. Pour la répartition. J'espère qu'on sera dans la même maison. Ce serait génial. Vraiment. »

Elle poussa la porte de la cabine, s'engouffra au dehors, s'en allant à la rencontre de la température glaciale. Dans quelques minutes, elle serait dans sa maison ; pas dans celle de Wilson, de Fynn ou de Bulle. À Serdaigle, celle qui n'aurait pu mieux lui convenir, celle qui n'aurait pu lui offrir plus d'opportunités, celle qui n'aurait pu la rendre davantage comblée.

Mais à cet instant là, à cet instant où elle se dirigeait vers les barques, elle ne savait encore rien de tout ça.


Reducio
RPG terminé pour moi.

HAD A VOICE HAD A VOICE BUT I COULD NOT SING
Quatrième année RP.

On The Road Of Train  PV 

La conversation tournait autour des maisons de Poudlard, de la répartition et tous ça. Wilson n'était pas rassuré par cette division que provoquait dès le départ la sélection dans les maisons. Mais en même temps, le faite d’appartenir à une équipe, renforcerait son esprit compétitif et en tant que leader-né qu'il est, il pourra tous faire pour amener son équipe au plus haut, concernant la solidarité et l'entraide par exemple.

Le voyage continuait, le paysage défilait toujours et le groupe était bientôt arrivé. Bulle était partit chercher son chat dans le train, Fynn, Joy et Wilson étaient restés ici à discuter. Le tout nouveau sorcier avait encore un peu de mal en compagnie de ces personnes qui ne semblait pas vivre comme lui, mais rien n'était comparable à ce qu'il l'attendait lorsqu'il sortira de ce train et qu'il se confronter à sa nouvelle école. Il l'avait bien vu au chemin de traverse lorsqu'il était allé chercher ses fournitures : son uniforme, ses affaires scolaires, n'étaient pas comparable avec ceux d'un collégien ordinaire. Il se rendait dans un rêve unique qui allait vivre avec tout ces gens peu ordinaires et étudier dans une école de sorciers alors que rien ne présageait cet avenir.

Lorsque le train ralentit, Wilson avait enfilé sa robe de sorcier. Il avait l'impression d'être une fille avec mais comme les autres garçons en portaient aussi, il ne se sentait pas ridicule. Après tous ce n'est qu'un uniforme d'école. Alors que le train s'arrêta, Joy adressa un message de soutien pour la répartition qui les attendaient et sortit de la cabine. Wilson regarda Fynn, qui était le seul à être restés dans le compartiment pour le moment et dit :


« Bon allons passer ce fichu test ! »

Ils se levèrent tous deux et sortirent à leur tour de la cabine, puis du train pour rejoindre la nuit et l'ensemble des élèves de l'école. L'aventure de Wilson commençait et il souhaitait rester auprès de Fynn au moins jusqu'à la répartition. Après on verra, c'est la répartition qui décidera.

FIN

4ème année RP
"Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté"
Joyeux MLNoël à tous !