Voie 9 ¾

Inscription
Connexion
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Le train des confidences  PV 

Ana se tenait debout sur le quai de la gare face à ses parents. Juste à côté d'elle dans un berceau se tenait son petit frère, qui dormait profondément. Ana avait toujours eu un peu de mal à comprendre comment les bébés pouvaient dormir dans des environnements aussi bruyant. Elle déposa un léger baiser sur le front d'Athanaël, puis se jeta dans les bras de sa mère. Ses parents allaient lui manquer. Elle savait qu'elle pourrait certainement les revoir pendant les vacances, mais cela lui semblaient si loin. Elle embrassa une dernière fois son père et sa mère, puis attrapa sa valise, et commença à se diriger vers le train. Le Poudlard Express allait partir dans un peu plus de cinq minutes, et il était hors de questions qu'elle le loupe. Elle adressa un dernier signe à ses parents, puis monta dans le train. Aussitôt, elle sentit une odeur qui commençait à lui être familière. Une odeur de séparation, mais de joie. Une odeur d'école ainsi. Quelque chose de relativement complexe, mais pas vraiment désagréable.

Ana traînait sa valise derrière elle tout en recherchant le compartiment dans lequel elle pourrait s'installer. Elle finit par en trouver un vide, à sa plus grande joie. Elle ne voulait pas vraiment s'incruster dans un groupe. Elle avait aperçu Colorado deux-trois compartiments avant, mais Ana n'avait pas envie de le rejoindre tout de suite. Le trajet était long. Elle aurait nettement le temps de le voir plus tard. Elle rangea sa valise, puis s'approcha de la fenêtre. Ses parents étaient encore là sur le quai, certainement à atteindre le départ du train. Elle leur fit un petit coucou. Un bruit la fit sursauter. Elle se retrouva, et aperçut quelqu'un dans l'encadrement de la porte. Une fille plus précisément qu'Ana connaissait déjà. Les cheveux châtains clair de la jeune fille faisaient ressortir de magnifiques yeux verts. Abigail Lewis. Sa camarade de dortoir. Ana lui fit un grand sourire comme pour l'inviter à entrer.


«Salut Abby, comment ça va?»

Ana s'assit à peu près correctement sur la banquette. Le train se mettait doucement en marche vers Poudlard. Elle regarda une dernière fois pour regarder ses parents, qui quittaient doucement le quai à présent. Une nouvelle année, un nouveau départ en quelques sorte. Elle se tourna face à Abby afin de mieux pouvoir discuter avec elle.

Reducio
Pour des raisons de logique, Ana entre en seconde année lors de ce RP

Le train des confidences  PV 

Abigail Lewis se matérialisa sur la quai 9 3/4 avec l'impression de respirer pour la première fois de sa vie. Ceci dit, si elle avait pu choisir où respirer sa toute première bouffée d'oxygène, la gare King's Cross de Londres n'aurait jamais figuré en tête du classement. La falaise à l'embouchure du Bristol Channel d'où elle venait et le coin paumé d’Écosse où elle se rendait lui paraissaient autrement plus attrayants, pour être honnête ; dans sa cage, étourdi par le voyage express, ShMufkup hulula comme pour lui donner raison.

« Abby, chérie, il va falloir y aller » lança sa mère en apparaissant à ses côtés, tirant par la main les frères Lewis.

Généralement, seul son père ou sa mère, selon leurs disponibilités, l'accompagnait à la gare ou venait la chercher à son arrivée. Cependant, en cette joyeuse matinée de Septembre, la petite fille faisait sa seconde rentrée au Collège de Sorcellerie Poudlard, et c'était un évènement unique dans l'année pour lequel toute la famille l'escortait jusqu'au Poudlard Express, au plus grand plaisir de son benjamin.

« Quand est-ce que tu reviens, Abby ? » la questionna Conan en quittant brièvement des yeux la locomotive rouge d'où s'échappaient d'épais nuages de vapeur pour tirer sur sa manche, le boursouflet prune qu'elle lui avait offert blotti sur son épaule.

« J'sais pas » avoua la gamine. « A Noël, sûrement ? »

Allan et Gwenhwyfar échangèrent un regard que ne remarquèrent pas leurs enfants, puis poussèrent leur fille aînée vers le premier wagon venu en la noyant sous les recommandations.

« N'oublie pas de nous écrire, sois sage, amuse-toi bien... »

« Et j'aurais jamais pensé dire ça un jour, mais assure-toi que Gryffondor gagne la Coupe cette année, Abby-Jolie. Ella commence à me taper sur les nerfs au bureau avec la victoire de Serdaigle. »

Tandis que sa mère donnait un coup de coude à son époux, Abby fit remarquer à voix basse qu'elle n'aurait malheureusement peut-être pas autant d'influence que souhaité sur le Sablier avant de serrer ses frères dans ses bras. C'était bizarre de se dire que la prochaine fois qu'elle les verrait, d'ici quelques mois, ils auraient encore pris quelques centimètres. Et bientôt – dans deux ans – Jason suivrait ses traces à la conquête de Poudlard. Conan sautilla sur le quai, réclamant une nouvelle étreinte, et ses parents la prirent une dernière fois dans leurs bras avant de la pousser dans le train avec valise, sac et cage de hibou.

La quête d'un compartiment libre était tout un art, un art qu'Abigail commençait tout juste à comprendre après trois voyages dans le Poudlard Express. Cependant, elle eut cette fois-ci une chance tout à fait relative puisque si le compartiment qu'elle trouva, assez vite, n'était certes pas totalement vide, la fillette qui y était installée lui était d'une compagnie tout à fait agréable. Comme un avant-goût de Poudlard.

« Salut Abby » sourit Ana Johnson lorsqu'elle fit coulisser la porte « comment ça va ? »

« Pas mal, je suppose... »

Elle écourta sa réponse en apercevant sa famille lui faire un dernier signe de la main avant de transplaner, comme son amie gardait les yeux fixés sur un couple et un landau sur le quai, puis grimpa sur la banquette pour installer sa valise dans le filet à bagage – sans piquer du nez sur le sol poussiéreux du Poudlard Express cette fois.

« C'était tes parents ? » demanda-t-elle en s'installant face à Ana, la cage de ShMufkup à côté d'elle.

Le train prenait de la vitesse, et tandis qu'ils traversaient Londres pour s'envoler vers le nord, la fillette ne put s'empêcher d'esquisser un large sourire. Malgré sa peine de quitter sa famille pour plusieurs mois – surtout que rien n'assurait que ses parents ne soient rattrapés par leur travail comme au Noël de l'année précédente – l'excitation avait pris le pas. Sans Andrew Gardner, sous la direction de Kristen Loewy, l'année s'annonçait bien moins sombre. Elle n'avait presque plus peur de retrouver son dortoir.

Reducio
Désolée du retard :/

« Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec on atterrit dans les étoiles. » – Oscar Wilde
Avatar: Aiwatan (https://www.zerochan.net/1279118)