Bureau du concierge

Inscription
Connexion

Mon précieux

Novembre 2043

Déjà 3 heures…

Déjà 3 heures que Gabriel fait le tour de l’école, il est épuisé et toujours aucun signe de sa bague, à quel moment a-t-il pu la perdre ?
Gabriel était essoufflé par tous ces allers-retours incessants, des cuisines jusqu’à la tour d’astronomie, le jeune Poufsouffle n’était pas trop doué pour chercher, il jetait des coups d’œil rapides à gauche et à droit et continuait son chemin, l’anxiété l’empêchait de réfléchir et de se poser calmement, il marchait frénétiquement comme si le fait de s’arrêter ferait disparaitre sa bague à tout jamais.
Les tableaux contemplaient ses allers-retours comme une balle dans un match de tennis, c’était un agréable divertissement pour eux.
Au fil des heures la panique laissa place à la colère, ça fait maintenant 5 heures que Gabriel cherche sa bague.

*Je ne retournerais pas dans mon dortoir sans ma bague ! *

Il continuait de marcher un peu partout accompagner des ricanements des tableaux et des taquineries des fantômes.

« Vous pourriez m’aider au lieu de vous moquer de moi ! » - Réprimanda Gabriel

Le jeune métis commença à faire les 100 pas autour de la porte du concierge, chacun de ses pas faisait un bruit sourd. Gabriel n’avait même pas conscience d’où il était, il bouillonna de rage. Il essayait de se calmer et décida de faire une introspection de sa journée d’hier pour savoir où chercher mais impossible de le faire à voix basse.

« Hier, hier, hier, j’ai fait un cours de botanique, de sortilège et de métamorphose… Je suis aller aux toilettes, et je me suis prélassé au parc… Mais bon sang, j’y suis bien allé 3 fois aujourd’hui et rien … Il ne me semble pas être allé ailleurs. Par Merlin, je n’ai jamais perdu ma bague, c’est la première fois qu’elle disparaît. Je me demande si ce n’est pas une farce d’Elian, c’est pas drôle du tout en tout cas. Et si elle était partie dans la forêt interdite par un hasardeux hasard ! Mon père me détestera pour toujours… et si je l’avais avalé pendant mon repas ? Il faudrait peut-être que je vérifie mes scelle toute cette semaine, la bague de papa, dans mon caca ?! Je n’ose même pas l’imaginer... »

Les pensés de Gabriel partait dans tous les sens, au moins parler à haute voix à détendu le jeune Poufsouffle qui continuait à déblatérer pour se calmer et essayer d’y voir plus clair dans cette situation .

2 ème année RP
"J'aimerais que ce que je sois vaille la peine d'être apprécié"

Mon précieux

Elowen sortait tranquillement de son cours de métamorphose lorsqu'elle décida d'aller faire un tour tout en haut de la tour Nord, d'où elle pourrait apercevoir l'immense ravin. C'était une des vues qu'elle trouvait les plus belles, avec ses pics vertigineux et secs, cassants, agressifs. Se dégageait de cet endroit une certaine violence de par la couleur sombre de la pierre, et Elowen aimait passer du temps devant cette vue si calme.

Cela l'appaisait de voir un lieu dans Poudlard ne jamais changer au cours du temps. En effet, entre les escaliers amovibles, les salles se modifiant dépendant de l'humeur des professeurs, les plantes n'en faisant qu'à leur tête des saisons et les personnages se baladant entre les tableaux, il y avait de quoi avoir la migraine.

Arrivée en haut, la jeune fille prit une chaise et s'installa devant le bureau du concierge, en face de l'immense fenêtre. Les quelques portraits austères et vicieux décorant la pièce ne faisaient même plus attention à elle.

Au bout de quelques minutes, la rouquine sortit de sa rêverie et remarqua qu'un jeune homme faisait les cent pas en face d'elle. Elle ne l'avait encore jamais vu ce qui l'étonna. Il était métis avec des cheveux couleur de jais très bouclés. Ses yeux noisettes s'accordaient parfaitement avec son visage, ce qui lui donnait un air sympathique et frais. Il portait joliment la couleur jaune des Poufsouffles. Néanmoins, le garçon semblait très préoccupé et fatigué, presque au bord de la crise de nerfs. Elowen, de nature bienveillante, s'empressa de lui proposer son aide, avant de se dire qu'elle risquait de se faire violement rembarrer si elle se mêlait de quelque chose qui ne la regardait pas.

-Euh... Bonjour, je hum, désolée de te déranger, tu avais l'air préoccupé et je me suis dit que bref, je suis Elowen mais tout le monde m'appelle Elo. Mais euh tout le monde s'en fiche, oublie ça. La petite perdait toujours ses mots, c'était une mauvaise habitude qu'elle n'arrivait pas à perdre et qui énervait beaucoup de monde au plus haut point. Tu veux peut-être que je euh, t'aide ?

☼☼☼☼☼
Offre toi à elle tel un tournesol au Soleil
La magie t'appelle

Mon précieux

"Euh... Bonjour, je hum, désolée de te déranger, tu avais l'air préoccupé et je me suis dit que bref, je suis Elowen mais tout le monde m'appelle Elo. Mais euh tout le monde s'en fiche, oublie ça. "

Une voix vint rompre les ruminations du jeune homme, une voix douce, bienveillante et innocente. Cette voix, assez hésitante calma le Poufsouffle qui prit conscience qu’il n’était pas seul dans ce château.
Gabriel avait vraiment un faible pour les gens timides, il ne ressent aucune malveillance chez eux ça le rassure, ça l’apaise… Il s’est fait manipuler tellement de fois chez les moldus que dans ce nouveau monde Gabriel reste sur ses gardes, mais cette jeune fille semblait de confiance, ses longs cheveux roux et ses yeux d’un clair apaisant suffire à ramener Gabriel à la raison.

« Moi ça m’intéresse Elo »- répondit Gabriel d’un ton rassurant
« Moi c’est Gabriel, tu peux m’appeler Gab ou Gabi » dit-il en arborant un sourire bienveillant

L’aiglonne proposa son aide au blaireau et il en avait bien besoin, il avait l’impression de chercher une aiguille dans une meule de foin.
C’est un peu gêner que Gabriel répondît :

« Ecoute, je t’avoue que j’ai un peu besoin d’aide »

Le jeune garçon se met à croiser les bras faire la moue tout en partant dans un discours sans fin

« J’ai perdu ma bague, elle est super précieuse pour moi, je t’assure que ça fait une éternité que je la cherche, tu peux demander aux tableaux, ils n’arrêtent pas de se moquer de moi. C’est une bague en argent avec des écritures ancienne gravée dessus. C’était la bague de mon papa, sans cette bague j’ai peur à Poudlard ! Je sais même pas où j’ai perdu cette satanée bague, J’ai fait le tour au moins 1000 fois du château, imagine que Peeve ma volé ma bague, je suis pas un assez bon sorcier pour le reprendre. Tu penses que je devrais aller embêter la directrice avec mes histoires de bijoux, non ce serait la honte. Par le sceptre de Morgan, je ne retrouverais jamais cette bague, autant retourner chez les moldue j’ai plus rien à faire ici moi »

Son débit était aussi rapide qu’anxiogène, Gabriel se noya de nouveau dans un flot interminable de parole, mais c’était la meilleure manière de canaliser son stress.

2 ème année RP
"J'aimerais que ce que je sois vaille la peine d'être apprécié"