Bureau du concierge

Inscription
Connexion

tentative d'intrusion  Libre 

[i]Depuis son entrée à Poudlard, le passe-temps favori d'Alban durant ses heures libres était l'exploration! quelle aubaine quand on passe justement la quazi-totalité de l'année dans un château garni de passages secrets et de mystères! C'est donc par un calme dimanche matin après un copieux petit-déjeuner, qu'Alban profita de ce jours de liberté pour se promener dans les couloirs de Poudlard. Dans un endroit pareil, même un professeur devait se perdre de temps en temps avec tout ces escaliers qui bougeaient et ces portes ensorcelés. Voilà ce qu'Alban aimait le plus dans ce lieu magique: on n'a jamais fini d'être surpris! Même en passant toute sa vie ici, il serait impossible d'en pénetrer tout les secrets. Ce château était, aux yeux d'Alban, l'endroit le plus fantastique qu'on puisse imaginer!

Sans s'en rendre compte, ses pas le menèrent jusqu'au premier étage au détour d'un couloir qui semblait sur le point de s'écrouler tant le mur de pierre semblait vieux. Au fond de ce couloir, se trouvait une porte entrouverte. La curiosité était un défaut qui pouvait attirer bien des ennuis, Alban en était bien conscient; mais cela dit, il était sorti de la salle commune pour explorer et puis de toute façon, il avait parfaitement le droit d'être ici. Qui sait, cette porte n'apparaissait peut-être que le dimanche matin par un temps pluvieux! Et si la pièce qu'elle cachait était une de ces salles secrètes dont on entend si souvent parler? Fébrile, le jeune Serdaigle s'approcha à pas de loup de la porte et scruta discrètement l'intérieure de la pièce.

Au premier coup d'oeil, il comprit que si il y avait bien une salle dans le château qui n'était pas gardé secrète, c'était celle-là: en effet, au vue des balais et serpillères posés contre un vieux bureau et de l'immense affiche contenant le noms des objets interdit à Poudlard, Alban comprit immédiatement qu'il se trouvait dans le bureau du concierge, Argus Rusard. D'abord déçus de cette découverte si peu incroyable, le jeune homme reprit son enthousiasme habituel très vite: ce vieil homme était un peut lui-aussi une légende à Poudlard. Tout le monde connaissait Rusard et son obsession pour la propreté ainsi que pour sa haine envers les élèves de l'école. Alban avait toujours éprouvé une certaine sympathie pour lui: cet homme avait vécu toute sa vie à Poudlard et s'occupait de beaucoup de choses en son sein. D'une certaine manière, il ne faisait qu'un avec cette école.

Soudain, le regard d'Alban fut attiré par un éclat argenté qui brillait de mille éclats au milieu des fiches de punitions qui peuplaient le bureau du concierge. Un papier de chocogrenouille?
Voler quelque chose dans le bureau du concierge n'était certainement pas la chose la plus raisonnable à faire, Alban le savait bien mais après tout, il ne ferait que regarder... Sa curiosité naturelle et sa gourmandise l'emportant sur sa prudence, le jeune homme poussa délicatement la porte et posa un pied sur le sol poussiéreux du bureau.

tentative d'intrusion  Libre 

Pour une fois, Alaska n'avait plus rien à faire : ces devoirs étaient rédigés, ses affaires au dortoir étaient rangées suite aux fréquentes demandes de la responsable du dortoir des filles et elle avait enfin répondu aux hiboux de ses parents. En ce dimanche, la jeune fille pourrait donc se livrer aux douceurs du farniente. La veille, alors qu'elle tentait de trouver le sommeil, elle avait établi tout son emploi du temps du lendemain. Après avoir pris son petit-déjeuner, elle aurait été se balader dans le parc, se serait allongée sur le vert gazon en regardant le beau ciel où quelques nuages y vagabondaient. Elle aurait même été jusqu'au Lac Noir pour tenter d'y apercevoir divers monstres qui sommeillaient dans les profondeurs. Cela allait être une journée idéale. Mais quelle ne fut pas sa déception quand, ce matin en se réveillant, elle vit par la fenêtre de son dortoir qu'il pleuvait des cordes. C'est en soupirant et en traînant des pieds qu'Alaska alla se préparer pour se rendre dans la Grande Salle pour le petit déjeuner.

Pendant qu'elle dévorait son petit-déjeuner qui lui redonnait un peu de baume au cœur, la Poufsouffle décida de ne pas passer sa journée à être déçue et maussade. Il fallait qu'elle trouve une autre occupation. Après tout le château est grand, un large éventail de possibilités s'ouvrait alors face à elle. Alaska quitta alors la Grande Salle et décida de se promener au Premier Étage. Bizarrement, elle ne croisa pas un chat. Peut-être que les autres élèves avaient préféré le bon feu de cheminée de leur Salle Commune aux couloirs glaciaux. Avançant d'un pas nonchalant, la première année visitait cet étage, espérant ma foi trouver un de ces passages secrets qui faisaient temps jaser à Poudlard. Cela donnerait peut-être un peu plus de piment à cette journée qui s'annonçait plutôt monotone. Mais au lieu d'un passage secret, c'est un élève qu'elle trouva. Un jeune garçon qui semblait comme elle explorait le château. Dictée par sa curiosité – et aussi par l'ennui – Alaska prit la décision de suivre l'inconnu.

Après quelques pas à suivre le mystérieux élève, ce dernier s'arrêta devant la porte qui menait au bureau de Rusard, le scabreux concierge de Poudlard. L'endroit n'avait rien d'accueillant. Le couloir qui y menait manquait cruellement de lumière et l'odeur de renfermé ne donnait guère envie de continuer plus loin. Cependant, le hardi garçon que la Poufsouffle suivait maintenant depuis cinq bonnes minutes, se faufila à l'intérieur du sinistre secrétariat. Dans son infini esprit farceur, Alaska débarqua derrière le jeune homme, dans le but de le faire sursauter.

« Eh beh toi, on ne t'a jamais dit qu'il ne fallait pas rentrer sans frapper ? » dit-elle en pouffant de rire.

Voyant l'expression surprise du garçon, la fillette ne put s'empêcher de rire à nouveau. Elle laissa cependant son regard glissait sur la poitrine de son interlocuteur pour voir à quelle maison il appartenait. Un Serdaigle ? C'est vrai que la curiosité chez eux était fréquente, mais que venait-il faire ici ? Récupérer un objet que Rusard lui avait confisqué ? Tant de questions qu'elle se posait...

« Au fait, moi c'est Alaska, enchantée ! dit la blondinette avec un grand sourire. Mais dis-moi, qu'est-ce que tu fais là ? Tu sais que c'est le bureau de Rusard là ? S'il te prend ici il va t'enfermer dans les cachots... elle se penche en avant vers le garçon et chuchote ...voire même pire. »

Le souffle des Poufsouffle, jamais ne s'étouffe !
"Je pars en quête d'un grand peut-être" - Rabelais

tentative d'intrusion  Libre 

Robyn, comme toute Seirdaigle qui se respecte était partie en exploration dès le matin.  Et elle le regrettait àprésent car elle était maintenant perdue dans l’infini des couloirs. Pestant contre l’absence de cartes, elle elle essayait de retrouver un endroit qu’elle connaissait. Sans succès.Soudain, elle entendit des pas. Elle se plaqua contre un mur d’un couloir perpendiculaire pou laisser passer la personne. Puis, elle regarda: le personne était déjà hors de vue .  Espérant ne pas tomber sur un prof, elle accélèra le pas. Elle aperçut une jeune fille. Et devinez ce qu’elle fit? Elle la suivit. Ça vous étonne ?Si vous connaissez Robyn, vous ne devriez même pas être surpris. La blondinette ne se retourna pas et elle avait l’air de savoir où elle allait. Rassurée, Robyn se dit qu’au besoin, elle pourrait toujours lui demander de l’aide, mais pour l’instant, un filature incognito était plus drôle. Elles arrivèrent ainsi  jusqu’à un bureau. Un jeune homme y était déjà. Robyn l’avait déjà vu dans le petit salon de La tour Ouest où étaient les appartements des   Seirdaigle. Il était également en première année. La fille que Robyn suivait observait le garçon depuis l’encadrement de la porte. La fillette sourit d’un air diabolique. Soudain, elle l’apostropha le garçon :

« Eh beh toi, on ne t'a jamais dit qu'il ne fallait pas rentrer sans frapper ? »
 dit-elle en pouffant de rire. 
Robyn se fit La réflexion que la blonde n’avait pas non plus toqué .
Le garçon se retourna l’air terrifié. Apparement lui aussi avait été suivi et ne s’en était pas rendu compte
 La brune sourit et devina que la blonde qu’elle suivait avait pris en filature le garçon.
« Au fait, moi c'est Alaska, enchantée ! dit la blondinette avec un grand sourire. Mais dis-moi, qu'est-ce que tu fais là ? Tu sais que c'est le bureau de Rusard là? » donc Robyn avait fini par arriver dans un endroit connu ( de nom)  « S'il te prend ici il va t'enfermer dans les cachots... elle se penche en avant vers le garçon et chuchote ...voire même pire. »
quoi pire que enfermer quelqu’un dans les cachots ? Et d’ailleurs, ils avaient le droit de faire ça à Poudlard ?

Là, Robyn oublia que la fille ne se savait pas suivie et entra dans la pièce en demandant : 
« comment ça quelque chose de PIRE??? » Là elle se rendit compte de sa boulette et elle se mordit la lèvre inférieur. 

Devise de Robyn:
Arrêtez de faire les délicats, foncez dans le tas !