Salle d’études

Inscription
Connexion
  Retour

Devoirs et possible rencontre en salle d'étude  Libre 

Fin de journée, enfin ! Aelle soupira en sortant de son cours de DCFM, en retirant un morceau d’aile de mouche qui salissait ses cheveux, elle se dirigea vers la bibliothèque.. Elle avait hâte de pouvoir prendre du bon temps et se plonger dans un bon bouquin. Elle aurait aimé pouvoir rejoindre des amis. Elle repensa à son cours de DCFM, en arrivant elle avait craint que la prof ne les jette sur des créatures comme la dernière fois, mais elle avait été agréablement surprise de faire face à ces lutins.

Comme le devoir avait une partie pratique, il fallait qu’elle se trouve une créature, ou un humain pour pratiquer son sortilège. Les humains n’étant pas de son ressort tant par sa timidité que sa peur, elle se décida à aller… aux cuisines.
Le panier de fruits représenté dans le tableau était très avenant, mais elle fit de cela, elle chatouilla la poire et entra, merci ! « l’Histoire de Poudlard ». La cuisine était une grande pièce où pleins de petits elfes de maisons grouillaient autour d’un plat. Un d’eux se dirigea vers la jeune Poufesouffle et lui demanda ce qu’elle souhaitait.


-Hum… C’est assez difficile à demander, Dit-elle en rougissant. Voilà, notre professeur de DCFM nous a demandé de nous entrainer pour un sort et… j’aurais pu demander à un camarade mais j’en ai pas, et je ne connais personne et… J’ai des chew-gum en échange si jamais…

Aelle se sentait pitoyable, mais dans le cas de l’elfe, elle aurait accepté si on lui avait proposé des chew-gum. Après de plus amples informations, le petit elfe accepta.

Plus tard, Aelle sortit des cuisines, souriante, et allégé de quelques chew-gum. Elle d’allait pouvoir rédiger son devoir, enfin ! Elle ne voulait pas prendre de retard. Surtout qu'elle devait aussi travailler sa métamorphose, un garçon de Pouflsouffle, Léon, lui avait demandé son aide, elle espérer être capable de l'aider, autant niveau cours que niveau... Sociabilité.
Elle se dirigea vers la salle d’étude.
A l’intérieur, une dizaine d'étudiants travaillaient et discutaient. Cela effraya un peu la jeune Poufsouffle mais elle ne se laissa pas abattre. Au fond de la salle se trouvait une petite table isolé avec une seule personne attablé. C'était parfait pour elle, et peut-être que la personne lui parlerait. Elle s'assit sans oser croiser le regard de l'occupant et alors qu'elle cherchait sa plume, elle pensa au fait qu';elle n'avait même pas demandé à l'autre personne si elle pouvait s’asseoir... Même si il était trop tard pour demander, elle osa dire d’une petite voix :

-La place était libre ?

Double de mon Être, je te souris à chaque Temps qui me mène à notre Arche.

Devoirs et possible rencontre en salle d'étude  Libre 

Léon se dirigea vers la salle d'étude après sa dure journée. Il venait d'obtenir un P en métamorphose... Il se promit dans sa tête d'étudier plus en profondeur la métamorphose et peut-être aussi lire les livres. Ça lui sera surement utile. Sortant de ses pensées, il se dirigea vers la table au fond de la salle et s'y installa. Il sortit ses affaires et commença à lire son livre de métamorphose. Plongé dans son livre, il ne remarqua pas tout de suite la jeune fille s'asseoir devant lui. Il lut un autre chapitre de son livre quand alors il entendit d'une petite voix:

-La place était libre ?

Il releva la tête et observa la jeune fille pensant que c'était peut-être celle à qui il avait demandé de l'aide. Il lui répondit alors avec un sourire :

-Oui.

Il l'observa vaguement et se replongea dans sa lecture. Après avoir lu un autre chapitre, il lui demanda curieux :

-Comment tu t'appelles ?

Il la regarda dans les yeux attendant une réponse de sa part.

Devoirs et possible rencontre en salle d'étude  Libre 

Le garçon me répondit que oui, la place était libre, en me souriant. Je savais au moins que ce sourire signifiait que je n’étais pas la mal venue. Je sortais mes affaires pendant qu’il se plongeait dans sa lecture. Mon devoir de DCFM était là ainsi que celui de métamorphose, presque terminé celui-ci.

J’observais le jeune Poufsouffle en face de moi. Je discutais enfin avec un étudiant de ma maison. Enfin, je ne discutais pas encore et je ne savais pas ce que j’allais pouvoir dire ni comment le faire, mais au moins j’étais là et lui aussi. Je pensais à ma première rencontre à Poudlard, elle n’avait pas été glorieuse mais étrangement elle restait un bon souvenir. La voix du garçon me réveilla :


-Comment tu t’appelles ?

Fixant à nouveau mon regard sur lui, je tombais sur ses yeux bleus qui étaient fixé dans les miens, il semblait attendre une réponse. Je me sentais légèrement rougir, comme d’habitude. Soit je rougissais, soit j’étais désagréable, joli choix.

-Je m’appelle Aelle, Aelle Bristyle. Il y eu un moment de flottement avant que je ne me souvienne des règles de politesse, j'enchaînai alors sur un rapide : et toi ?

Je baissais la tête sur mon livre. Ça n’allait pas être simple si je commençais déjà à être timide. Bêtement, j’espérais qu’il allait me répondre et rester ici, assis avec moi. Peut-être pourrait-on faire plus ample connaissances ?

Double de mon Être, je te souris à chaque Temps qui me mène à notre Arche.

Devoirs et possible rencontre en salle d'étude  Libre 

Je souris encore plus la voyant légèrement rougir. Cela m'amusait de la voir rougir. Elle me répondit :

-Je m’appelle Aelle, Aelle Bristyle.

Elle ne dit plus rien pendant un moment. Je me dis alors qu'elle devait être timide. Puis elle me lança rapidement :

-Et toi ?

Elle baissa la tête vers son livre comme si elle était intimidée. Je ris intérieurement dans ma tête. Cela promettait d'être amusant de lui parler.

-Léon, Léon Nebor, répondis-je doucement.

Je penchai la tête pour essayer de voir ce qu'elle lisait mais voyant que je n'y arrivais pas, je lui demandai :

-C'est quoi ce que tu es en train de lire ?

Devoirs et possible rencontre en salle d'étude  Libre 

Je le vis sourire de ma gêne, et j’hésitais sur ce que je devais en ressentir. Mon côté défensif pris peur et m’entraina à me mettre sur mes gardes, mais pour une fois je réussi à le contrôler. Peut-être parce que Léon –c’était son nom- avait un air avenant.

Il pencha sa tête sur le côté. Je le regardais faire en me demandait ce qui lui arrivait. Avant de comprendre qu’il souhaitait juste connaître le nom de mon livre.


-Et bien… Le manuel de métamorphose des premières années…


Il avait l’air tellement simple et gentil, que je me surpris à vouloir rajouter une phrase. Je savais cependant que je devais rester prudente. Je connaissais assez bien les gens pour savoir que je ne pouvais donner ma confiance aussi rapidement.

-Et ton livre ? Rares sont les élèves allant en salle d’étude à la fin de la journée, beaucoup préfère retourner au chaud dans la salle commune. D’ailleurs une étude de psychomages a montré que le jaune favorisait la concentration.

Oh non, les mots étaient sortis sans que je ne puisse les empêcher… Je fermais les yeux un instants, craignant la réaction du garçon. *Bravo, Ely…*. Par le caleçon de Merlin, je n’avais pas honte de qui j’étais, peu importe sa réaction. Il allait rester. Je le regardais avec courage.

Double de mon Être, je te souris à chaque Temps qui me mène à notre Arche.

Devoirs et possible rencontre en salle d'étude  Libre 

Elle me répondit :

-Et bien… Le manuel de métamorphose des premières années…

-Et ton livre ? Rares sont les élèves allant en salle d’étude à la fin de la journée, beaucoup préfère retourner au chaud dans la salle commune. D’ailleurs une étude de psychomages a montré que le jaune favorisait la concentration,rajouta t'elle.

Je la regardai un peu étonné de voir que pour son âge, elle employait des mots savants. Je ne lui demandai pas ce que c'était des psychomages et je souris à sa remarque et en constatant que je lisais le même livre qu'elle. Je lui fis un grand sourire en répondant :

-Je lis le même livre que toi. Mais je ne suis pas le seul dans ce cas à aller en salle d'étude.

Je me mis avec intérêt à regarder ce qu'elle avait sur sa moitié de table quand je vis son devoir de métamorphose. Je lui demandai doucement , l'air intéressé :

-Tu l'as fini ?

Devoirs et possible rencontre en salle d'étude  Libre 

Je lui souris doucement, heureuse qu’il n’ait fait aucune remarque.

-Je lis le même livre que toi. Mais je ne suis pas le seul dans ce cas à aller en salle d’étude.

-Oui, je n’aime pas tellement me retrouver dans la salle commune lorsqu’il y a beaucoup de monde…

En voilà une belle phrase, sans bégailler, sans rougir, sans ‘hum’ et sans hésitation. Je faisais des efforts dans ce qui concernait l’élocution en présence de personnes inconnues. Mais cela restait étrange de parler à une personne autre que mes frères, mais je crois que le fait que ce soir un garçon m’aidait un peu. J’étais habitué à avoir à faire aux garçon, mais en général ceux qui m’étaient inconnus se moquer de moi. Enfin, celui-ci était un sorcier et qui plus est, un Poufsouffle, ce qui signifiait qu’on devait avoir certain point en commun. Je vis qu’il avait remarqué mon devoir de sortilège entamé, et il me demanda d’une voix douce si je l’avais fini. Non, je ne l’avais pas fini, mais une multitude d’idée grouillaient dans ma tête.
[/i]
-Pas encore non… J’en suis au compte rendu, je me suis renseigné sur ce qu’attend le prof alors je vais le continuer…


Ah oui, c’est vrai qu’il lisait le même lire que moi… Mais soudainement, une pensée fit son chemin dans ma tête. Un certain Léon m’a envoyé un hibou dans la matinée pour me demander si je pouvais l’aider en métamorphose. Le destin nous aurait-il fait nous rencontrer aussi soudainement ?

-Est-ce que… Est-ce que tu es celui qui m’a envoyé un hibou ?.. Lui demandais-je en essayant de ne pas paraître gêné.

J’avais du mal avec l’échec et même si celui-ci serait petit, je ne souhaitais pas me ridiculiser lorsqu’il me répondrait que non, il ne m’avait pas envoyé de hibou tout simplement parce qu’il ne savait même pas qui j’étais avant que je m’incruste à sa table.

Double de mon Être, je te souris à chaque Temps qui me mène à notre Arche.

Devoirs et possible rencontre en salle d'étude  Libre 

-Je lis le même livre que toi. Mais je ne suis pas le seul dans ce cas à aller en salle d’étude.

-Oui, je n’aime pas tellement me retrouver dans la salle commune lorsqu’il y a beaucoup de monde…

Je me demandai alors à sa réponse si elle était timide. Elle semblait ne pas vouloir se retrouver dans des endroits où il y a beaucoup de monde, n'avait pas d'amis et rougissait quand on lui parlait. Elle interrompit mes pensées en répondant à mon autre question :

-Pas encore non… J’en suis au compte rendu, je me suis renseigné sur ce qu’attend le prof alors je vais le continuer…

Je la regardai se tordre les doigts comme si elle était gênée. Elle me demanda alors :

-Est-ce que… Est-ce que tu es celui qui m’a envoyé un hibou ?..

Je ne pus m’empêcher de rire un peu devant son hésitation. Je lui souris grandement et lui répondis :

-Oui. C'est bien moi. Tu as l'air timide dis donc.

Je lui souris encore plus attendant sa réaction.

Devoirs et possible rencontre en salle d'étude  Libre 

Léon rit de ma question. Je me demandais s'il avait remarqué mes difficultés... En même temps, je ne pouvais dire que j'étais discrète. Surtout que je ne souhaitais pas l'être, j'étais ce que j'étais et je réagissait bien souvent aux événements d'une manière que je n'aimais pas. Il me fit un très grand sourire. En voilà un qui souriait avec ses dents et ses yeux, la couleur de ces derniers était plus éclatante, si cela était possible.

-Oui. C'est bien moi. Tu as l'air timide dis donc.

Et il souriait plus grand encore en me disant cela. Mon coeur s’accéléra alors, et je me redressais. Je me figea complètement, retenant les gestes qui trahissaient ma gêne.
Première question intrusive. Il ne le faisait pas exprès, je le savais. Mais déjà que je ne savais pas tenir une conversation, alors si on devait parler d'une de mes plus grandes difficultés... Je réfléchi longtemps à ma réponse, essayant de ne pas me dérober aux deux orbes bleus qui me fixaient. Devais-je continuer sur cette voie-là et lui répondre ou écouter mon instinct qui criait par tous les pores de ma peau d'attaquer pour ne pas me laisser avoir.
Sentant mon visage se fermer, j'ouvrais ma bouche... Avant de la refermer... Léon m'avait envoyer un hibou, il m'avait accepté à sa table, et il me parlait sans méchanceté malgré son évident amusement face à ma gêne.
*Un sourire, on m'en a fait des milliers et je connais chacune de leur nuance*. Je ne lui faisais absolument pas confiance. Mais je voulais tout de même faire un pas vers lui, c'était le premier étudiant que je rencontrais, et une des rares personnes m'ayant adressé la parole sans moqueries. Je pris une grande respiration. Je me sentais tellement étrange avec mes réactions disproportionnées...

-Pas tellement. Disons que je ne sais pas vraiment y faire, dans les relations. Je ne sais comment agir, je te blesserai plus d'une fois si nous devions... Discuter plus souvent.


Mon ton était assez polaire... J'essayais de lui grimacer un petit sourire pour le... Pour le quoi, d’ailleurs ? Ce n'est pas comme si je me souciais de ce que pouvait ressentir les personnes habituellement. Mais j'avais décidé de changer, une fois à Poudlard. Alors je ne voulais pas faire fuir cette personne.

Double de mon Être, je te souris à chaque Temps qui me mène à notre Arche.

Devoirs et possible rencontre en salle d'étude  Libre 

Elle sembla encore plus gênée par ce que je venais de dire puis je vis son visage se fermer d'un coup. Je l'observai perplexe. Je ne savais pas pourquoi elle semblait d'un coup être réticente alors que je lui parlais juste gentiment. Je la vis prendre une grande respiration comme si elle essayait de se contrôler. Peut-être qu'elle était trop timide pour répondre ? Peut-être avait t'elle été insulté par le passé ? Elle me répondit alors :

-Pas tellement. Disons que je ne sais pas vraiment y faire, dans les relations. Je ne sais comment agir, je te blesserai plus d'une fois si nous devions... Discuter plus souvent.

Elle me fit un tout petit sourire. Réalisant ce qu'elle venait de dire, je me mis à réfléchir à toute vitesse. Et si elle me blessait vraiment comme elle le disait ? Et si elle ne voulait pas apprendre à avoir de relations ? Et si elle était réticente à cause d'autres personnes dans le passé ? Je ne pouvais pas la laisser comme ça. Je voulais l'aider mais...je ne savais pas trop comment faire... Si j'essaye de l'aider de manière directe, elle le prendra sûrement mal et alors elle m'insultera ou pire. Il fallait que je reste normal, que je discute avec elle de sorte à ce qu'elle ne craigne plus les relations. C'est triste de voir quelqu'un qui n'a pas d'amis... Je lui souris alors ayant pris ma décision. Je lui répondis :

-Ne t'inquiètes pas pour ça. Je comprends. Ce n'est pas pour autant que je te repousserais.

Je la regardai avec bienveillance en attendant sa réaction.

Devoirs et possible rencontre en salle d'étude  Libre 

-Ne t'inquiètes pas pour ça. Je comprends. Ce n'est pas pour autant que je te repousserais.

Il me regardait avec regard doux qui essayait de paraître rassurant. Je détestais ça. Je ne voulais pas de sa bienveillance, de sa gentillesse, de son amitié. Enfin pour une personne qui ressentait le poids de la tristesse au point de venir fréquenter les lieux les plus propices à la discussion, ce n’était peut-être pas entièrement vrai. Mais je détestais tout de même son regard, ne sachant pas à quoi il pensait, ni ce qu’il pensait de moi. Sa phrase se voulait rassurante, mais je ne voulais pas être rassuré * Que veux-tu alors ?*. J'ignorai la voix.

-Je n'ai pas peur que tu me repousses, je dis en en le regardant droit dans les yeux.


Réfléchissant à ce que je pourrais bien lui rajouter pour lui faire oublier mon comportement, je l'observai. Il avait l'air à l'aise, assis sur sa chaise comme sur un fauteuil, les coudes plantés sur la table, son menton dans sa main soutenant sa tête qui me regardait. Ses bras ainsi placé tiraient sur son pull laissant apparaître son cou. Je remarquais alors une petite tache que je devinais être une tâche de naissance sur la clavicule. Cette dernière disparu aussi vite.
Evidemment la première chose qui me vint à l'esprit fut une information inutile. Mais cela le rendrait peut-être assez perplexe pour qu'il enchaîne.


-Certains pensent que les tâches de naissance sont des vestiges d'une vie antérieur.

Double de mon Être, je te souris à chaque Temps qui me mène à notre Arche.

Devoirs et possible rencontre en salle d'étude  Libre 

-Je n'ai pas peur que tu me repousses, répondit t'elle.

Elle me regardait dans les yeux et je soutenais son regard. Je réfléchis à sa dernière phrase. De toute évidence, elle préférait la solitude. Pourquoi alors s'asseoir à ma table et me parler ? Elle ne voulait plus être seule sûrement. Je la vis m'observer un moment. Elle remarqua alors ma tâche de naissance et me dit :

-Certains pensent que les tâches de naissance sont des vestiges d'une vie antérieur.

Je ris intérieurement dans ma tête en me demandant d'où elle sortait tout cela. Elle avait du se renseigner sur pas mal d'études consacrées aux personnes. Peut-être qu'elle ne voulait plus être seule finalement. Je décidai d'ignorer sa remarque et lui demandai d'une voix neutre :

-De quoi as tu peur alors ?

Je regrettai déjà d'avoir posé cette question mais j'attendais la réponse quand même curieux.

Devoirs et possible rencontre en salle d'étude  Libre 

Je fronçais les sourcils. Pour qui se prenait-il ? Ne comprenait-il pas que je ne souhaitais pas parler de moi ? J'avais, semble-t-il, était claire. Mon changement de sujet était on ne peut plus précis, tous le monde reconnaissait cette technique. Mais non, il avait fallu que je tombe sur le seul garçon qui ne lâcherai pas le morceau. Une aigreur soudaine apparu envers le jeune Léon. Égoïstement, je lui en voulais d'insister, je lui en voulais parce que me brusquer signifiait m'énerver, et si je m'énerve, je deviens complètement opposé à la jeune fille d'apparence timide. Je senti mon corps se tendre, prendre une attitude de défense.

Je voulais pourtant que cette conversation continue sur un bon terrain, je voulais lui parler, apprendre à le connaitre, malgré mes difficultés. Mais impossible d'arrêter l'irritation qui effleurait doucement ma peau. Je détestais les questions intrusives. Je ne souhaitais pas être impulsive. Mais je savais que j'allais l'être.

-Qui es-tu pour me poser cette question ? Nous n'avons pas avons pas élevé les Botrucs ensemble, il me semble. Je lui crachais ces mots en le fusillant du regard.


Ma respiration s'était accéléré, et toute phrases inutiles, envolées. Rien ne me permettrait de retirer ce que j'avais dit et je ne le souhaitais pas. Cependant, habituellement lorsque j'étais imbuvable avec une personne, celle-ci le méritait. Ici le garçon avait juste été curieux. Et indiscret. Avais-je déjà dis que j'étais susceptible et rancunière ?

Croisant le bras, je m’enfonçais dans mon siège sans le quitter du regard. Mon comportement me surpris, habituellement je lui aurai asséna ces quatres vérités, je l'aurai blessé. Je me contentais de ruminer ces paroles, ruminer sa tentative de... de je ne sais quoi ! Que voulait-il ? Mes pensées se mélangeaient, et au milieu, je crus discerner un soupçon de culpabilité. Très bien enfouis sous mes pensées teinté de colère et d'angoisse. Comment nous en étions arrivé là ? D'un début de conversation agréable (et difficile) autour de nos devoirs, nous arrivions à... ça.

Double de mon Être, je te souris à chaque Temps qui me mène à notre Arche.

Devoirs et possible rencontre en salle d'étude  Libre 

Je la vis se tendre sur sa chaise. Elle me répondit furieusement en me fusillant du regard :

-Qui es-tu pour me poser cette question ? Nous n'avons pas élevé les Botrucs ensemble, il me semble.

Ma théorie était vérifiée je pense. Elle avait sûrement du avoir des ennuis auparavant. Je me mis à réfléchir à une manière de détendre l'atmosphère même si sa réaction m'amusait plus qu'autre chose. Elle n'aimait tout simplement pas qu'on pose des questions sur elle. J'espère qu'elle arrivera à changer. Si elle reste comme cela et bien, ce ne sera pas facile pour elle. Je ne vais pas lui donner des conseils maintenant car bon, elle va encore s'énerver comme moi. Je lui fais un grand sourire nullement offensé par sa colère et lui répondit tranquillement :

-En même temps, les Botrucs protègent les arbres donc pour les élever, ce sera difficile.

Je ris un peu suite à ma remarque et rajoutai en souriant :

-A part les nourrir avec des cloportes et encore, ils ne s'éloigneront pas de leur arbre ou seulement pour un moment.

J'attendis sa réaction essayant qu'elle se calme.

Devoirs et possible rencontre en salle d'étude  Libre 

Étrangement, il ne sembla pas s’offenser de ma colère. Je le regardais m’observer naturellement, il semblait vouloir lire quelque chose en moi. Je me demandais si il y parvenait. Je n'aurai pu être plus surprise lorsque je le vis me faire un grand sourire.
Ma colère n'était pas parti, et elle sembla d'ailleurs enfler lorsque ses lèvres s'étirèrent en ce sourire resplendissant. Un instant, je me demandais s'il se moquait pas de mon essaie de paraître effrayante, quoi que ce n'était pas mon but.
Les bras toujours croisé, je soufflais légèrement, dépassé par la situation. Je ne comprenais rien à ce garçon, et je n'aimais pas ne pas comprendre, je n'aimais pas être perdu, et j'adorais les mystère. Mais pas lorsque le mystère en question semblait en savoir plus que moi sur la situation actuelle.


-En même temps, les Botrucs protègent les arbres, donc pour les élever, ce sera difficile.

Même mes pensées furent figé de sa réponse, un moment de flottement égara mon esprit sur le chemin de l'incompréhension. Je le vis rire de sa réflexion, et étrangement, j'eu envie d'en rire aussi. Mais cette envie parti aussi vite qu'elle était arrivé. L'autre enfant continuait à parler, je redoutais de l'écouter de peur qu'il soit indiscret mais je le fis tout de même.

-A part les nourrir avec des cloportes et encore, ils ne s'éloignent pas de leur arbre ou seulement pour un moment.


Est-ce qu'il n'avait pas compris que je ne parlais pas réellement de Botrucs ? *Mais qu'est-ce qu'il est en train de dire ?*. Je tournais mon regard vers lui, et je le regardais comme j'aurai observé une créature étrange, me demandant ce qui lui arrivait. Puis un déclic se fit dans mon esprit, et je compris que j'avais la même réaction que devait avoir les personnes qui m'entendaient dire des choses sans rapport avec la conversation, et inutiles.
J'hésitais sur la manière de laquelle je devais réagir, et j'hésitais sur la façon d'interpréter ces mots. Moquerie ? Plaisanterie ? Incompréhension ? Mélange de tout cela ? Je décidais donc de laisser parler mon savoir. Les créatures magiques, c'était mon truc, la Aelle impulsive et rancunière se mit en retrait pour laisser la place à la partie savante et lectrice de ma personnalité.


-Peut-être qu'avec des œufs de fée cela fonctionnerait mieux... Par le conditionnement, nous arriverions sûrement à faire en sorte qu'ils aient besoin de nous.

Double de mon Être, je te souris à chaque Temps qui me mène à notre Arche.
  Retour