Salle d’études

Inscription
Connexion

Décidée à ne pas travailler !  pv Peter Speculus 

Emilia était allée dans la salle d’étude pour commencer à rédiger la deuxième partie de son devoir d’Histoire de la Magie. Elle allait devoir écrire la cérémonie de mise à mort de Nick Quasi-Sans-Tête, le fantôme de leur maison. Elle ne savait pas vraiment ce qu’elle pourrait écrire dans son texte. Cela faisait maintenant quinze minutes qu’elle était assise toute seule à une table en essayant de se concentrer sur son compte rendu. Elle aurait tellement donné pour pouvoir faire autre chose. Comme par exemple se retrouver dans la salle commune en train de lire son magnifique livre. En voyant cette scène, elle se rappela quelques soirées où son père ramenait trois tasses de thé pour leur famille. La plupart du temps cela se passait en hiver à côté de la cheminée. Elle se souvint aussi de son père qui en été leur donnait plutôt quelques carrés de chocolat le soir. Ils passaient les soirées étalés sur les canapés dans le salon tandis que chacun essayait de lire un bouquin.

Quand elle fut en train de rêvasser, la plume à la main, elle commença à gribouiller. Elle avait auparavant suivi quelques cours de dessins avant de décider d’arrêter pour se consacrer entièrement à ses entrainements de courses à pied. Après avoir fait ce choix, elle continua tout de même à dessiner de temps à autres. Heureusement que la première année n’avait pas cours d’Histoire de la Magie, le lendemain, il fallait avouer qu’elle n’avançait pas très vite dans ses études, contrairement à son dessin qui commencer à prendre forme pour montrer une scène assez amusante. La jeune fille ne dessinait pas très vite mais avait quelques fois une imagination débordante. Elle venait de gribouiller sur son bout de parchemin, un maïs qui ressemblait fortement à la personne sur lune peinture allemande qui se nomme le Schrei, il y avait une grande ressemblance entre ces deux êtres, mais ici, la plante était effrayé par quelque chose d’horrible… un ours, il était gigantesque ! Son regard glaçait le sang. C’était d’ailleurs un peu le but de cette représentation. Ce spectacle avait quelque chose de comique. On ne voyait pas tous les jours une tel créature s’en prendre à un misérable épi de maïs. La jeune fille ne donnait pas l’impression d’avoir envie de se remettre au travail et continua les finitions de son chef d’œuvre qu’elle avait pour une fois à faire sortir de sa petite tête comme elle le voulait.


Reducio
Les mots soulignés sont pour un gage en salle commune

Rapides comme le vent et féroces comme le lion.
Griffes et crocs, Griffes et cœurs, Gryff vainqueurs !

Décidée à ne pas travailler !  pv Peter Speculus 

Peter avait eu sa dose d'aventure pour la semaine, il devait maintenant se concentrer que ses études. Cela ne faisait que guère longtemps que Peter était arrivé à Poudlard mais il avait déjà vécu des choses qu'il ne pensait pas possible. C'était merveilleux !*J'espère tout de même que ce n'est pas comme ça tout les jours !* Il se mît tout de même en route pour la salle d'étude, afin de terminer son devoir sur de métamorphose. Si le Serdaigle avait eu du mal avant, maintenant il trouvait les cours plus facile, les devoirs plus faisables. C'était juste une question d'adaptation !

Mais il arrivait maintenant devant la salle d'étude, il rentra calmement dans celle ci afin de ne pas faire de bruit. Il observa les alentours, la salle était assez rempli, l'Aiglon chercha longtemps une table libre ou il pourrait s'installer seul, mais il n'y en avait malheureusement pas. Il décida alors de se mettre sur la table la plus calme. Il observa chacune de ces tables et en retenue une ou il n'y avait qu'une seul personnes. Il s'approcha, c'était une jeune fille et elle dessinait. Il observa vivement le dessin et reconnue un ours.
*impressionnant*. Il se racla la gorge de façon à se faire entendre puis dit avec un sourire :

Excuses moi, est-ce que je peux m'asseoir a ta table? Il n'y en a pas de libre.

La mort ne s'est elle jamais souciée d'en faire trop ?

Décidée à ne pas travailler !  pv Peter Speculus 

Emilia n’était pas prête à commencer à travailler sur ses devoirs encore moins celui d’Histoire de la Magie qui était à faire pour le lendemain. Elle avait à la place commencé à dessiner sur un morceau de parchemin, à l’aide de sa plume, une scène plutôt comique. Certes elle n’était pas très douée en dessin mais pour une fois son œuvre n’était pas si terrible qu’elle aurait pu être. Elle avait dessiné un maïs qui se faisait agresser par un ours géant au regard terrifiant.
Tandis que la première année se concentrait sur les finitions de son dessin, une voix retentit derrière elle :


« Excuses moi, est-ce que je peux m'asseoir à ta table ? Il n'y en a pas de libre. »

Sans se retourner, la jeune fille sut que c’était un garçon qui venait de parler, c’était plus une voix d’un garçon de onze que celle d’une fille du même âge. Elle se retourna donc, et remarqua qu’elle avait eu raison. C’était un garçon. De quelle maison ? Cette information, elle l’ignorait mais était certaine qu’elle ne tarderait pas à le savoir. Elle parcourut rapidement la salle d’études du regard et se rendit compte que le garçon disait vrai. Il n’y avait effectivement pas d’autre place. Elle était consciente que s’il en avait été autrement, le jeune homme ne se serait pas approché d’une fille qui semblait représenter la solitude pure. La rouge et or avait tout de même fait beaucoup de progrès depuis son arrivée à Poudlard mais elle avait encore un long chemin à faire pour ne plus avoir de gêne à parler et agir devant d’autres personnes.
Elle se rendit alors compte qu’elle était en train de fixer le garçon, et changea avec précipitation la direction de son regard. Elle lui répondit :


« Mais bien sûr ! Je t’en prie ! Cette table ne m’appartient pas, voyons ! »

Quand elle était en train de répondre, elle essaya d’esquisser un sourire tout en évitant le regard de l’autre élève encore gênée de l’avoir fixée quelques instants plus tôt.

Rapides comme le vent et féroces comme le lion.
Griffes et crocs, Griffes et cœurs, Gryff vainqueurs !

Décidée à ne pas travailler !  pv Peter Speculus 

Peter attendait donc bien sagement une réponse. Il se doutait qu'elle ne tarderait pas à arriver. Peter regardait le reste de la salle en attendant sa réponse. Il n'y avait vraiment aucune autres places. Il avait donc bien fait de venir voir la lionne. Oui c'était une Gryffondor comme l'indiquait son blason. Peter avait oublier de le mettre aujourd'hui. Il se retourna vers la Gryffonne. Celle ci fixait Peter. Elle ne semblait pas s'en rendre compte, jusqu'à un moment où elle se reprit en main et dit à Peter :

« Mais bien sûr ! Je t’en prie ! Cette table ne m’appartient pas, voyons ! »

Elle avait dit cela sans regarder l'aiglon. Peter sentait sa gêne s'engouffrer en lui. Ce genre de sentiments sont plutôt contagieux. Il s'assit donc sans regarder la lionne. Il sortit ses affaires puis commença à travailler en silence. Puis il se dit, que finalement, pour détendre l'atmosphère, il pouvait parler avec elle. Il entreprit donc de trouver le genre de conversation qu'il pourrait engager. Il se rappela alors sont dessin.


"Merci de m'avoir accepter, dit il. Je m'appelle Peter et toi ? Tu dessine quoi ?"

Il agrémenta sa phrase de son plus beau sourire. Elle avait l'air gentille, alors autant en profiter ! Il ne comptait pas la harceler non plus, mais il pensait qu'entretenir une conversation avec elle était la moindre des choses après s'être inviter à sa table. Il ne savait pas comment elle réagirait, car le serdaigle avait quand même mis du temps avant de parler. Au moins il l'avait fait non? Enfin bref, encore une fois dans sa vie, une fois de plus, Peter attendait sa réponse avec une impatiente appréhension.

La mort ne s'est elle jamais souciée d'en faire trop ?

Décidée à ne pas travailler !  pv Peter Speculus 

Le garçon avait demandé à Emilia l’autorisation de s’assoir à sa table, ce qu’elle avait trouvé totalement débile parce que de toute façon elle ne pouvait pas lui dire qu’il ne devait pas s’assoir à cette table. Elle avait donc bien entendu accepté sa demande. Alors qu’il était en train de s’installer, la jeune continua les finitions de son dessin. Elle voulait commencer à faire la conversation, non seulement pour avoir une excuse de ne pas se mettre à faire ses devoirs, mais aussi parce qu’elle avait pensé qu’il était peut-être intéressant de faire une nouvelle rencontre en plus d’alléger l’atmosphère. Surtout qu’elle n’avait pas osé le regarder en face quand elle lui avait parlé. Elle aurait tellement souhaité lui dire quelque chose ou peut-être s’excuser de ne pas l’avoir regardé en face, mais elle pensa tout de suite que c’était inutile… Elle voulut ouvrir la bouche quand celui-ci commença à parler :[/i]

« Merci de m'avoir accepté, dit-il. Je m'appelle Peter et toi ? Tu dessines quoi ? »

Elle ne put s’en empêcher, elle commença à éclater de rire. Pourquoi ? Elle ne le savait pas elle-même. Peut-être était-ce parce que les deux élèves avaient failli parler en même temps. Tandis qu’elle éclatait de rire, elle ne prêtait aucune attention à son entourage. Ce qui devenait de plus en plus facile pour elle. Elle arrivait à ne plus faire autant attention qu’auparavant sur l’image qu’elle donne d’elle. Elle se ressaisit en se mordant la lèvre, le pauvre garçon qui s’appelait Peter comme il le lui avait dit devait probablement se sentir mal-à-l’aise surtout que toute la salle d’étude avait probablement regardé l’attitude bizarre et inhabituelle de la première année.
Elle s’était repris et regarda enfin son camarade. Elle répondit en commençant par des excuser d’avoir perdu le contrôle d’elle-même :


« Je suis désolée, si je viens de te faire, je m’apprêtais à parler mais tu m’as coupé, et.. » Elle essaya d’expliquer mais ça ne faisait qu’embrouiller la situation, elle décida d’arrêter les explications, lui fit un gros sourire et continua « Je m’appelle Emilia ! Ne t’inquiète pas, c’est tout à fait normal de t’avoir accepté… J’étais en train de dessiner ça… »

Elle avait ensuite montré son dessin à Peter et esquissa un autre sourire pour montrer sa gêne… Elle ne trouvait pas son dessin si bien que ça alors qu’en fait, il était plutôt réussi…

Rapides comme le vent et féroces comme le lion.
Griffes et crocs, Griffes et cœurs, Gryff vainqueurs !

Décidée à ne pas travailler !  pv Peter Speculus 

Peter s'attendait à tout sauf à ça. Il avait fait tout les efforts possible afin de détendre l'atmosphère. Peut-être l'avait il un peu trop détendu puisque elle s'était mise à éclaté de rire. Avait il eu l'air ridicule ? C'est vexé que Peter baissa les yeux, rouge de honte. Il aurait voulu se cacher sous la table, ou n'importe où d'autres. *Peut-être que je devrais partir* se dit Peter *elle viens clairement de me montrer que je n'étais pas le bienvenue*

Peter se prépara donc à prendre ses affaires pour partir mais elle lui parla juste avant. Elle s'excusa pour son fou rire, elle ne semblait même pas pouvoir expliquer pourquoibelle avait rigolé. Peter ne savais pas comment réagir, continuait elle de se moquer de lui ? Enfin bref, elle s'appelait Emila. Jolie nom. Elle avait de beau yeux peu significatif pour l'aiglon, qui y trouva un peu de gaieté et un semblant de sympathie. Le Serdaigle en viens à la conclusion qu'elle n'avait vraiment pas fait exprès de rigoler et il décida donc de ne pas le prendre pour lui. Ça gêne ne fut pas envoler pour autant mais il essaya de ne pas la montrée, l'ambiance était déjà assez tendu comme ça.

Comme Peter lui avait demandé, la lionne lui montra son dessin. C'était vraiment une scène atypique, il l'avait déjà entraperçu quand il était arrivé à la salle d'étude mais pas avec autant de détails. Le Serdaigle souri devant ce dessin comique. Il se décida à reparler en espérant que cette fois la gryffonne ne se moquerait pas de lui.


C'est vraiment jolie ! D'où te vienne toutes ces idées extravagante ?


Cette fois il ne souri pas, c'était peut-être pour ça qu'elle avait rigoler, peu longtemps auparavant
.

La mort ne s'est elle jamais souciée d'en faire trop ?

Décidée à ne pas travailler !  pv Peter Speculus 

Emilia venait d’exploser de rire, tout ceci pour quoi ? Tout simplement parce qu’un silence gêné s’était installé et que quand la jeune fille avait enfin prit son courage à deux mains le garçon l’avait devancé. Effectivement, c’était assez bête et débile, mais la première année n’avait pu s’empêcher d’éclater un fou rire. Peter, comme avait-il dit s’appeler, avait l’air plutôt troublé par cette réaction. Elle avait essayé d’expliquer la raison mais elle n’arrivait pas à la comprendre vraiment elle-même. Il lui avait demandé de lui montre son dessin ce qu’elle fit tout de suite après s’être excusé et présenter. Quand il avait vu, il semblait à la fillette de l’avoir vu sourire. Il lui avait ensuite dit :

« C'est vraiment jolie ! D'où te viennent toutes ces idées extravagantes ? »

Maintenant qu’elle y pensait, elle n’en savait trop rien. Elle avait simplement prit sa plume et avait commencé, sur un morceau de parchemin, a dessiné. Cette scène était simplement venue comme ça. Peut-être était-ce parce qu’elle pensait que tout était possible. On avait en quelques sortes la preuve, elle a toujours vécu dans un monde étrange, où tout est assez… spécial ? Oui, tel était le terme pour décrire son monde, enfin, le monde où elle vivait. Depuis son arrivée à Poudlard, elle cohabitait avec un grand nombre de jeunes sorciers.

Le jeune homme avait parlé de façon moins enjouée que tout à l’heure, il avait même arrêté de sourire quand il avait commencé à perler. Peut-être qu’elle l’avait vexé en ayant rigolé comme ça et qu’il avait pensé qu’elle se moquait de lui, ce qui n’était pas vrai du tout, mais comment pouvait-il le savoir ? Ben voilà, il n’en savait rien. Pour une fois, Emilia aurait voulu qu’on puisse lire dans ses pensées pour qu’il comprenne pourquoi elle avait gloussé. Elle décida donc de s’excuser à nouveau avant de répondre à sa question dont elle ne connaissait elle-même pas la réponse.


« Je suis désolée si je t’ai vexé, ce n’était pas du tout mon intention, je ne me moquais pas de toi mais plutôt de moi… Je ne savais pas quoi dire et quand tu as parlé, j’ai trouvé tellement débile d’avoir eu peur de te parler… J’ai pas pu m’empêcher d’exploser. » Elle venait de s’excuser et maintenant avait l’intention de lui répondre du mieux qu’elle pouvait « Merci, je suis contente que mon dessin te plaise ! En fait, j’en sais trop rien, peut-être qu’un père fou et bizarre fait que je deviens folle et bizarre »

Elle avait dit la dernière phrase en haussant les épaules et en souriant.

Rapides comme le vent et féroces comme le lion.
Griffes et crocs, Griffes et cœurs, Gryff vainqueurs !

Décidée à ne pas travailler !  pv Peter Speculus 

La jeune fille encore une fois s'excusa pour son comportement, Peter pensa que ce n'étais pas grave au point de s'excuser toutes les cinqs secondes mais il apprécia le geste. La jeune gryffone expliqua à l'aiglon que son imaginaire venait de la folie de son père qui visiblement déteignait sur elle, il trouva cela amusant. C'est sur que ce n'est pas son père à lui qui allait influencer sur ses faits et gestes. En bref Emilia avait vraiment un bon coup de crayon, et il la trouvait vraiment chanceuse pour ça, car lui, avait toujours voulu dessiner mieux, mais n'y étais jamais parvenue. Il avait pourtant tellement de chose à exprimer, à faire sortir. Il pouvait peut être s'y prendre autrement, il savait qu'un club de théâtre existait au château, il fallait qu'il aille voir si il y avait moyen de s'inscrire. Il reprit la parole afin de s'adresser à Emilia:

-Tu as vraiment de la chance d'avoir un père comme ça, le miens est plutôt ennuyeux. Tu sais je me demandais si tu pouvais, si tu as le temps bien sûr, me donner deux trois bases à appliquer en dessin, parce que j'ai longtemps essayer de m'amélioré mais je reste bloqué à un niveau plus que basique.

Pour illustrer ses propos, il pris une feuille de papier et entreprit de dessiner un dragon de façon assez rapide, il commença par la tête, puis fit le corps et enfin la queue et les pattes, le résultat était correcte sans être excellent, on ressentait surtout un manque cruelle de savoir faire et de créativité. Peter hésita à déchirer le dessin mais se dit que de toute façon il ne pouvait pas faire mieux. Il prit alors le dessin et le tendit à Emilia.


-Tiens, voilà mon niveau actuel, donc tu vois que ce n'est pas très glorieux et que ça manque cruellement de talent, donc si tu voulais bien m'aider à m'améliorer ça serait super sympa.


Cette fois il fit un sourire car il était enthousiaste à l'idée de dessiner, il savait qu'il était venue pour réviser au début, mais il faut avouer qu'il avait perdu toute motivation, et de toute façon, Peter n'était pas un élève extrêmement studieux non plus, il se demandait même ce qu'il faisait à Serdaigle, il s'était toujours vu à Serpentard, mais bon il se plaisait énormément à Serdaigle et pour rien au monde il ne changerait de maison maintenant. Et le terme "maison" était vraiment bien approprié parce que tel Harry Potter, il considérait poudlard comme sa véritable maison, bien plus qu'a l'endroit où il habitait avec sa mère, là bas ou personne ne sourit jamais, où tout le monde est morne, où tout se ressemble, maison, gens, voiture, même la nature s'y répétait, et plus il y pensait plus l'aiglon détestait cette endroit qu'il aimait appelé "BoringLand, le parc d'attraction de l'ennuie et de tout ce qui s'y rapproche." Ces pensées s'entrechoquaient dans la tête de Peter, et le rendait presque en colère, mais comme il n'avait aucune raison apparente de l'être il continua de sourire afin de cacher son agacement sortie de nul part.

La mort ne s'est elle jamais souciée d'en faire trop ?

Décidée à ne pas travailler !  pv Peter Speculus 

La première année avait venait tout juste de qualifier son père de bizarre, fou, mais ce n’était pas si grave que ça. Par contre, c’était la première fois qu’elle se qualifiait elle-même de ces adjectifs. Avoir dit ça, ne la dérangeait pour rien au monde, si les gens la voyait ainsi, c’était d’accord, après tout, ressembler à son père, n’est pas le rêve de la plupart des enfants ? Quoique peut-être pas. Cette admiration dépendait probablement du caractère du père ainsi que celui
de l’enfant. Elle s’était un peu plongée dans la rêverie dont elle ressortit dès que Peter s’adressa à elle :


« Tu as vraiment de la chance d'avoir un père comme ça, le miens est plutôt ennuyeux. Tu sais je me demandais si tu pouvais, si tu as le temps bien sûr, me donner deux trois bases à appliquer en dessin, parce que j'ai longtemps essayer de m'amélioré mais je reste bloqué à un niveau plus que basique. »

Elle n’avait prêté que très peu pour la première phrase, elle s’était en quelque sorte figée au début de la deuxième. Si elle avait bien compris, l’aiglon venait de lui demander de l’aider à faire du dessin. Certes, elle avait pris quelques cours de dessin, mais jamais, on lui avait demandé de l’aider à faire dessin. Ce n’est pas ce qui l’a dérangeait, au contraire elle était touchée et contente. Le seul petit problème était qu’elle ne savait pas trop comment s’y prendre.
Elle n’eut même pas le temps d’ajouter quelque chose que son nouvel ami, prit un plume et un bout de parchemin et commença à dessiner dessus. Il avait l’air d’avoir terminé son dessin et montra une mine d’insatisfaction. Il avait même essayé de le déchirer, mais se ravisa juste avant de passer à l’acte pour le tendre à la jeune fille en disant :


« Tiens, voilà mon niveau actuel, donc tu vois que ce n'est pas très glorieux et que ça manque cruellement de talent, donc si tu voulais bien m'aider à m'améliorer ça serait super sympa. »

La blondinette ne prêta pas très grande attention à ses paroles, focalisée sur l’œuvre que le serdaigle venait de faire. C’était un dragon assez simplement dessiné au milieu du grand morceau de parchemin. Elle se concentra sur l’image quand une lumière lui apparut devant les yeux, elle avait peut-être trouvé une solution d’améliorer le dessin. Elle se leva, laissa son ami en plan.

Elle se dirigeait entres les étagères de la bibliothèque, à la recherche d’un livre sur les dragons. Elle trouva l’étagère qui possédait des livres sur des créatures magiques et trouva exactement le lieu où il y avait une multitude de manuscrits sur ces créatures si dangereuses mais fabuleuses qu’étaient les dragons. Elle regarda l’intérieure des livres à la recherche de photographie de ces magnifiques animaux. Elle en trouva deux dont les images étaient intéressantes à son goût.

Elle retourna vers la table où elle avait abandonné Peter. Vu que les livres qu’elle portait étaient assez lourds, elle les posa rapidement sur la table, s’asseyait en face de son ami et lui sourit de toutes ses dents. Avant de prendre elle-même le morceau de parchemin où elle avait déjà dessiné un ours attaquant un épi de maïs. Elle ouvrit un des manuscrits à la page ou il y avait une grande photo de la tête d’un dragon. Elle leva ma tête et expliqua à l’aiglon :


« Je ne sais pas si tu vas être d’accord, mais j’ai peut-être pensé que vu que tu as dit que tu trouvais ton dessin un peu trop simpliste à ton gout. Peut-être que si tu dessinais une partie seulement de ton dessin un peu plus grand que ce que tu as dessinée pour faire plus de détails, tu pourrais après maitriser le dessin en entier avec bien plus de détail. Pour mon dessin, j’ai eu de la chance parce que je voyais bien tous les détails des éléments que je voulais dessiner, ça été plus simple, mais je n’arrive pas à visionner un dragon dans tous les détails alors j’ai pris un livres avec des illustrations. »

Elle prit sa plume entre les doigts qu’elle tenait comme à son habitude bizarrement, mais elle aimait bien l’avoir comme ça entre les doigts. Elle dessina avec des coups de plume le contour en sorte de figures géométriques, sans trop le faire voire –vu que ce sont des traits de constructions. Elle ajouta la corne du dragon, elle positionna aussi la tête de celui de manière un peu plus droite, elle voulait dessiner cette créature comme elle l’a voyait : majestueuse.

Elle était à présent pleinement dans son œuvre en cours. Plus rien ne pouvait la perturber. Elle se retrouvait en quelque sorte avec le dragon ou plutôt la dragonne comme elle l’avait décidé.

Rapides comme le vent et féroces comme le lion.
Griffes et crocs, Griffes et cœurs, Gryff vainqueurs !

Décidée à ne pas travailler !  pv Peter Speculus 

Je ne sais pas si tu vas être d’accord, mais j’ai peut-être pensé que vu que tu as dit que tu trouvais ton dessin un peu trop simpliste à ton gout. Peut-être que si tu dessinais une partie seulement de ton dessin un peu plus grand que ce que tu as dessinée pour faire plus de détails, tu pourrais après maitriser le dessin en entier avec bien plus de détail. Pour mon dessin, j’ai eu de la chance parce que je voyais bien tous les détails des éléments que je voulais dessiner, ça été plus simple, mais je n’arrive pas à visionner un dragon dans tous les détails alors j’ai pris un livres avec des illustrations.


Sa remarque était tout sauf stupide et Peter n'avait jamais pensé à travaillé d'abord sur les détails et ensuite sur le dessin en grand. C'était pourtant évident et logique, mais cela n'était jamais venu à l'esprit du garçon. Sans ajouté un mot il reprit son travail de dessin de dragon mais avant il allait s'entraîner sur chaque petites parties, la tête, les pattes, le corps etc.. L'aiglon vît que Emilia s'était elle aussi attelée à la tâche en dessinant un dragon de son côté. Il le savait d'avance, le siens serait beaucoup mieux, mais cela ne le dérangeai guère, ce qu'il voulait c'était s'améliorer.
Le serdaigle essayait au mieux de reproduire les photos qu'il avait sous les yeux rapportées par la gryffone. Il mit du temps à finir mais y arriva tout de même.

Voyant qu'Emilia n'avait pas finit, il attendît un peu, et se fit la remarque que si elle n'avait pas finit c'est parce qu'elle prenait son temps contrairement à lui et que à l'avenir il devrait lui aussi ralentir un peu. Pour Peter le proverbe "vite fait bien fait" n'était qu'une impossibilité parmi tant d'autres. Si on veut que quelques chose soit bien fait, on doit s'appliquer. L'aiglon regardait discrètement ce que faisait sa camarade, son dragon était déjà beaucoup mieux que le sien alors qu'il était inachevé. Pourtant le Serdaigle préférait l'autre, il ne savait dire pourquoi, peut être car tout ce qui est recopié perd de la saveur, il n'aurait su dire. Une fois que la jeune fille eu terminer son dessin, il lui tendit son dragon.


Il ne savait pas si il était mieux ou pas, ce dont il était sûr c'est qu'il y avait mis plus d'enthousiasme et de temps. De plus il avait acquis certaines bases entre les deux dessins. Mais il ne se pensait pas capable de juger son propre dessin, car il pouvait bien faire un truc parfait, il allait forcément trouvé un truc à se reprocher, il n'acceptait pas qu'il puisse bien faire, cela était sans doute dû à un grand manque de confiance en sois.
Il patientait maintenant pendant qu'Emilia examinait son dessin. C'est elle qui allait rendre son verdict. Le jeune garçon avait aussi hâte de pouvoir comparer avec le dragon de la jeune fille car pour le moment il ne l'avait qu’entraperçu et n'avait vu que le début. Lui qui était venu pour travailler, c'était mal parti, mais cela était il quelque chose de mal ?

La mort ne s'est elle jamais souciée d'en faire trop ?

Décidée à ne pas travailler !  pv Peter Speculus 

La plume de la première année glissait sur le parchemin pour ajouter à chacun de ses mouvements un détail supplémentaire sur cet animal qui prenait peu à peu ses formes pour ressembler à la dragonne. Elle était pleinement concentrée sur son œuvre en cours, elle se retrouvait en fait dans un plaine en face de ce gigantesque dragon de la couleur de feu. Elles se regardaient se fixaient, une sorte de bataille du regard pour savoir qui allait être la personne qui allait fuir le regard de l’autre. Pourtant, même si une sorte de duel, ce n’avait rien du tout de méchant, à vrai dire, les deux créatures –inconnue l’un pour l’autre- essayaient d’en apprendre plus sur celle en face d’elle.

Des scènes de ce genre se déroulaient souvent dans l’esprit de la jeune fille et ceux de son plus jeune âge. En effet, dès qu’elle entendait peut-être un bruit ou alors que son esprit divaguait, quand elle se trouvait toute seule, elle commençait à inventer des scénarios. Pour son plus grand malheur n’aurait jamais lieu. Enfin, ce dernier détail elle ne pourrait jamais vraiment le savoir, en tant que sorcière tout est possible, non ?

Cependant, avant de pouvoir accomplir de grandes choses, il lui faudrait apprendre et c’est ce qu’elle était censée faire, ici, à Poudlard, même si il faut avouer que ce n’est pas vraiment le cas, quoique si, elle travaillait beaucoup, mais pratiquement pas en dehors des cours. Mais pour ce point, est-il possible d’en vouloir à une enfant de profiter des instants qu’elle vit, d’apprendre à sa façon et de découvrir le monde de la manière qu’elle le veut ? Non pas vraiment, de plus, les avis des autres ne lui était plus très important. Elle avait le droit de faire ce qu’elle voulait quand elle le voulait –enfin presque- et de la manière qu’elle le souhaitait –ce détail était aussi à revoir.

Sans vraiment s’en rendre compte, elle avait dessiné une gigantesque créature, qui lui donnait l’impression de liberté, d’amour, de sagesse, de découverte et de mystère. Impossible de savoir ce que les autres personnes qui voyait son dessin pouvait ressentir, parce qu’elle avait sa propre perception du monde et à cet instant-là, c’était ses sentiments qui avait pris le contrôle de sa main pour le dessin qu’elle devait faire.

La jeune fille était contente du résultat de son dessin, c’était plutôt rare, qu’il soit aussi réussi. Pour être exacte, le dessin ressemblait plus à un portrait de la dragonne. Dans le dessin, on voit clairement les expressions de la créature dans les yeux. Elle se promit donc de l’envoyer à ses parents dans une de ses futures lettres qui leur seraient destiné.

Elle leva enfin la tête de son dessin et se rappela qu’elle était en train de donner un "cours" de dessin à Peter. Celui-ci ne sembla pas avoir oublié vu qu’il lui tendit le dessin pour qu’elle puisse peut-être donner un avis et dire ce qu’elle pensait de son œuvre. Pendant son observation, Emilia se souvient aussi qu’elle avait rapporté plusieurs livres avec des images de dragon pour qu’ils puissent avoir une image concrète en tête. La blondinette ne les avait pas utilisés vu qu’elle avait la scène bien visible sous ses yeux.

L’aiglon avait fait beaucoup de progrès dans ses dessins. En effet, en mettant le premier dessin à côté du second, on ne pouvait pas croire que c’était la même main qui les avait créés. Emilia était contente de ses progrès en si peu de temps. Elle se rendit compte qu’il pouvait attendre un bon résultat, s’il prenait un peu plus son temps comme il venait tout juste de la faire. Elle aurait pu dire que son dessin était très bien –ce qui n’est pas totalement faux-, mais Peter voulait probablement avoir quelques critiques pour avoir une chance d’améliorer sa façon de dessiner. Emilia avait quand même quelque chose qui bloquait, en fait, elle pensait que son nouvel ami n’avait fait que recopier le dessin qui était en face de lui, mais peut-être que ce n’était pas vraiment le réel but de l’exercice.

Enfin, Emilia ne pourrait jamais donner l’exact but de ce travail, mais elle décida tout de même de donner son avis sur l’œuvre de Peter :


« Alors, je trouve que techniquement, il n’est pas mal du tout, mais à mon avis, ton dessin n’émet pas d’émotions ou encore ne transmet pas vraiment un message à tes spectateurs. Enfin, je sais pas trop, mais autrement c’est pas mal du tout. »

Heureusement pour la première année que la carrière professionnel ne sera probablement pas l’éducation, autrement, il faudra qu’elle fasse encore pas mal de progrès au niveau de ses explications. Elle s’empressa donc de rajouter à l’intention de son camarade :

« Je sais pas trop si tu as compris ce que je voulais dire, mais j’espère que si… Je suis pas super douée pour les explications… »

Rapides comme le vent et féroces comme le lion.
Griffes et crocs, Griffes et cœurs, Gryff vainqueurs !

Décidée à ne pas travailler !  pv Peter Speculus 

Je sais pas trop si tu as compris ce que je voulais dire, mais j’espère que si… Je suis pas super douée pour les explications…

Peter regardait dans le vide. Pas assez d'émotion.. Qu'est ce que cela voulait dire exactement ? Fallait il qu'il ressente le dessin ou qu'il fasse ressentir ce dernier. Qu'il dessine avec son âme où qu'il dessine son âme ? Il ne le savait pas, cela restait flou pour lui. Mais il ne voulait surtout pas le dire à la jeune gryffondor qui l'avait déjà beaucoup aidé. Elle s'était montrée très gentille et efficace. Peter l’appréciait beaucoup et il était finalement heureux d'être venu à sa table. Ce n'était pas tout les jours qu'on faisait de belle recontre.

Oui j'ai comprit, mentit l'aiglon, merci beaucoup Emilia. C'était vraiment sympa de bien vouloir m'aidé

L'aiglon se rappela qu'il était venu ici pour terminer son devoir de métamorphose, alors il sourit à la Gryffonne puis sans un mot il rangea son dessin et sortit ses affaires de métamorphose. Il commença à faire son devoir. C'était long et laborieux, cette matière était vraiment celle qu'il aimait le moins. Il la trouvait ennuyante, l'heure en métamorphose ne passait jamais, elle s'étalait, s'étirait à n'en plus finir. Jusqu'à ce qu'enfin le supplice soit terminer et que l'aiglon puisse sortir de la salle. Il s'en voulait de penser ça car il appréciait le professeur. Mais pas la matière. Après tout il n'allait pas se forcer à l'aimer juste parce qu'il aimait le prof. C'était chose impossible.

Pendant presque une demi heure, le serdaigle s'acharnait sur cette maudite feuille de papier, à y écrire tout ce qu'il avait pu retenir du cours et tout ce qu'il pouvait découvrir dans les manuels. Un travail de simple retranscription de données et de connaissances qui pour lui ne menait pas à grand chose. Il préférait les travaux de recherches, qui lui faisaient découvrir pleins de nouvelles choses, qu'il allait ensuite pouvoir retranscrire en cours. Mais malheureusement ce n'était pas le cas.

Une fois ce travail finit, il le rangea dans son sac, et en le rangeant, il vit son dessin dépasser d'une pochette. Il réfléchit quelques secondes puis le sortit. Il avait décidé de l'offrir à Emilia qui était rester là depuis tout ce temps. Cela en guise de remerciements pour son aide.


Tiens Emilia, c'est pour toi, dit le jeune garçon en tendant son dessin; je sais qu'il n'est pas très beau et réussis, mais je ne trouvais pas d'autre moyen de te remercier pour ton aide. Alors j'espère que cela te fera plaisir tout de même.

Il ajouta à cela une mine gêné. Il n'avait pas pour habitude de faire ce genre d'actions. Il pensait maintenant à retourner à sa salle commune. Il commençait à se faire tard et il voyait déjà le soleil décliner par la fenêtre de la salle d'étude. Il attendit la réaction d'Emilia, échangea quelques mots avec elle, et dit au revoir d'un ton chaleureux:

Et bien, ce fut un plaisir d'avoir discuté et dessiner avec toi, je suis content de t'avoir rencontrer. J'espère vraiment qu'on se reverra. Mais là il se fait tard et je ne devrait pas trop tarder alors à bientôt !

Il fit un signe de main et de tête, pris son sac sur les épaules puis se dirigea vers sa salle commune, en repensant à se dragon qui allait hanter ses pires rêves et ses meilleurs cauchemars




FIN

La mort ne s'est elle jamais souciée d'en faire trop ?