Salle d’études

Inscription
Connexion

Quand Noël s'en mêle...  Solo 

Aëlys avait beau être extrêmement studieuse, là, elle n’y arrivait pas. Une feuille donnée par le professeur de métamorphose était posée sur la table, comme si elle voulait la narguer. Plume à la main, la jeune fille lui jeta un regard noir. A côté, un parchemin trônait, absolument vierge de tout mot. D'ailleurs, son pot d'encre était toujours fermé. Énervée, elle murmura un délicat :

- Par la barbe de Merlin !

Non, décidément, elle n'était pas d’humeur. Un flocon tombant sur une fenêtre capta son attention. Ah Noël... Cette fête occupait trop son esprit pour qu'elle puisse se concentrer. Elle songeait à la tradition qu'elle avait inventée avec sa mère un jour où, à l'âge de sept ans, elle avait décrété, pour le plus grand amusement de ses parents, que le traîneau du père Noël était affreusement laid. Sa mère lui avait alors proposé de le redessiner. Ce qu'elle avait fait. Depuis, chaque année, elle refaisait à sa façon un élément de Noël. Cette année, fidèle à ses coutumes, ce serait le père Noël.
Elle l'imaginait très différent de l'original. Il serait assez grand, aurait d'immenses yeux au bleu profond style manga (un livre moldu) avec une bouche souriante et de beaux cheveux blancs. Surtout pas de barbe ! Elle le voulait comme son propre grand-père : chaleureux mais avec un certain chic. Pas de bonnet non-plus, c'était vraiment trop démodé. Non, elle voulait quelque chose de neuf, de clair.

Emportée dans son élan, et oubliant totalement son travail, elle sortit ses feutres, crayons et autres matériels pour dessiner. Elle commença par le visage. Ensuite, elle réfléchit aux différents habits, mordillant son crayon. Déjà, elle savait quelles couleurs elle voulait mettre : du bleu, du blanc et de l'argent. Peu à peu, les idées lui vinrent et elle continua son dessin. D'abord, un haut bleu nuit orné d'arabesques d'argent. Les longues manches se termineraient en formant comme un "v". Ensuite, un pantalon azuré lui aussi orné d'arabesques argentées. Après, les chaussures. Ce serait de fines bottes blanches en cuir agrémentées de fourrure de la même teinte. Une cape couleur de neige élégamment accrochée par-devant grâce à une broche de cristal en forme de flocon flotterait dans son dos. Dans sa main dextre, il tiendrait un sceptre de diamant très finement ciselé supportant un sapin bleu-roi en saphir. Sa main gauche, elle, porterait un cadeau au ruban bleu-ciel. Enfin, à ses pieds, une tonne de paquets entremêlés avec du houx seraient exposés.

Heureuse et fière de son résultat, Aëlys sourit en se disant qu'il fallait qu'elle l'envoie par hibou à sa mère...

"Deviens ce que tu es."
"Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté."
Code Couleur : #6FD0FD
~ Serpy du mois (décembre 2016, juin 2017) ~
~ RNA ~