Salle d’études

Inscription
Connexion

Il était une fois un devoir de potions  PV J.C 

Rosalys avait passé une très mauvaise matinée en ce Dimanche 29 Octobre. De fait, la fillette avait reçu une lettre de son ignoble père. Celui-ci lui faisait part de sa non-invitation à passer les prochaines vacances de Noël avec eux. Dans sa lettre, Christian insultait copieusement sa fille de toutes sorte d'adjectifs infects. Ce qui fit pourtant le plus mal à la blondinette fut le message que sa soeur avait écrit juste en dessous. La fin était aussi horrible que tragique.

"Je veux plus te voir ! Sale monstre !"


Comment ils en étaient arrivés là ? Pfff. Personne ne le sait vraiment. Depuis le départ à Poudlard de Rosalys, la famille s'était quelque peu ressoudée. Pourtant, lorsque la blondinette était revenue de la célèbre école de Magie britannique, une dispute violente avait éclaté sur la magie. Cela s'était passé quelques jours avant la venue de James, le petit-ami de la fillette.
La préfète appelait désormais ce jour maudit 'Le fiasco". Pourquoi ? Parce que c'était le nom du restaurant français où toute la "joyeuse" famille avait mangé avant que tout ne parte en cacahuète. Ironique, n'est-ce pas ?
Enfin bref. Tout ça pour dire que la Serdaigle avait passé sa matinée à pleurer sur son lit. Quand elle s'était enfin levée, son uniforme était tout froissé et mouillé à certains endroits. La fillette s'était de nouveau préparée et était sortie de son dortoir puis de sa salle commune avec la lettre serrée dans son poing droit et sa sacoche en cuir au bras. La blondinette dévala les escaliers jusqu'au cinquième étage et pénétra dans la salle d'études. Elle avait beaucoup de devoirs à faire. La deuxième année regarda autour d'elle. La salle était presque pleine. La préfète fronça les sourcils. Ils n'avaient rien à faire de leur Dimanche ? En même temps, elle se permettait de les critiquer alors qu'elle était exactement dans la même situation. Rosalys trouva finalement une place de libre. Un garçon brun, de Gryffondor au vue de son uniforme, était assis à la table adjointe. La fillette se dirigea vers la place et s'installa en sortant ses diverses parchemins et plumes puis son encrier vide. La blondinette chercha une cartouche d'encre mais n'en trouva aucune. Se traitant d'idiote, la Serdaigle se tourna vers son voisin pour lui en demander. Ce dernier la regardait attentivement. Instinctivement, la jeune enfant porta ses main à ses yeux. Ils étaient rouges et bouffis. Une preuve irréfutable sur le fait qu'elle avait longtemps pleuré. La sorcière détourna les yeux en se cachant derrière son rideau de cheveux blonds ondulés. Le pire, c'est qu'elle avait l'impression d'avoir déjà vu ce garçon. La regard de la fillette dériva sur la table de travail de l'inconnu. Un livre de potion et un parchemin vierge étaient posés dessus. Un déclic eut alors lieu dans la tête de la préfète. Les deux élève avaient cours de Potions ensemble !
Honteuse de ne pas l'avoir reconnu tout de suite, la fillette resta cachée derrière son mur capillaire. Elle pouvait sentir le regard du Gryffondor sur son visage. Il essayait de voir au travers du voile de cheveux blonds. La préfète, très gênée, décida alors de demander quasiment en chuchotant.


"Tu aurais une cartouche d'encre à me passer... ? S'il te plait..."

Le garçon, qui avait entendu on ne sait comment, déposa son flacon d'encre sur la jointure des deux tables. La préfète releva la tête et lui sourit timidement. Le brun lui rendit et la fillette entreprit de se présenter de sa petite voix fluette.

"Je m'appelle Rosalys. Et toi ?"

Peu de temps après sa question, quelques secondes tout au plus, le garçon répondit.

Code couleur : #002E9A
Love story turns easily into a tragedy - James et Rosalys
Adieu mes amis <3

Il était une fois un devoir de potions  PV J.C 

Reducio
Pour le RPG, Jonathan est en deuxième année


Ce dimanche 29 Octobre s'annonçait long, très long. La deuxième année était beaucoup plus compliqué que la première. Jonathan avait eu de bon résultat l'an passé mais depuis la rentrée, le scénario était totalement différent et le jeune garçon était perdu. C'est vrai que c'était un peu sa faute, il n'était plus du tout concentré sur ces études mais plus sur ses amis Gryffondors et Emilia. C'était la première fois que Jonathan sortait aussi longtemps avec une fille et qu'il éprouvait des sentiments aussi fort. L'année dernière, ses moments de bonheur et de joies avaient lieu en cours lorsqu'il apprenait un nouveau sortilège ou découvrait une nouvelle créature. Mais maintenant il ne pense qu'à sortir de la salle pour retrouver Emilia. Chaque heure de cours lui semble une éternité, la salle de classe est une prison dont le professeur et le geôlier. Malheureusement, cette attitude lui avait value un retard considérable surtout en potion. Cette matière était du chinois, certains appelé cela un art, Jonathan imaginais plus cela comme un cours d'algèbre pour poisson ou chimpanzé, et en l'occurrence le poisson c'est lui.
Ce dimanche matin, Jonathan se retrouvait donc dans la salle d'étude pour comprendre quelque chose à tous ses ingrédients et recettes. Il avait trouvé une table de libre dans cette salle pleine. Oui oui, une salle d'étude pleine un dimanche matin, il y a vraiment des gens qui travaillent dans cette école. Ce n'était pas vraiment le cas de tout le monde, c'était la première fois, en deux ans, que Jonathan mettait les pieds ici. C'était un bon exemple de sa flemmardise et de son manque de travail. Mais les choses allaient changer, il allait changer!
Alors qu'il était en pleine réflexion, après avoir passé 20 bonnes minutes à rêvasser, une fille vint s'assoir à côté de lui. Au départ il ne fit pas trop attention, mais en la regardant de plus près, il se rendit compte que cette personne ne lui était pas inconnu. Après une recherche intense au fin fond de sa mémoire Jonathan reconnut Rosalys, la Serdaigle qui avait potion avec lui. Le Gryffon fut surpris par les yeux de sa camarade, on pouvait voir à leur rougeur qu'elle avait pleuré, et pas qu'un peu. Pourquoi toutes ces larmes il n'en avait aucun idée mais Jonathan n'aimait pas voir les gens tristes, encore moins ceux qu'il connaissait. Mais la Serdaigle n'avais prononcé aucun mot depuis qu'elle était assise, elle avait mis ses mains devant ces yeux et essayait de les cacher. Jonathan n'osait pas vraiment la déranger. C'est vrai, si elle ne voulait pas lui parler, c'était son droit, Jonathan ne pouvait rien y faire.

"Tu aurais une cartouche d'encre à me passer... ? S'il te plait..."


La Serdaigle avait chuchoté tellement bas que Jonathan avait eu beaucoup de mal à distinguer ces quelques mots. Elle devait être mal à l'aise pour parler de façon si basse. Pour éviter toute gêne, le garçon chercha et trouva rapidement une cartouche qu'il posa sur la table de la jeune fille. Sa réaction ne se fit pas attendre, elle lui fit un sourire, un petit sourire, mais un sourire qui enleva un peu la rougeur de ses yeux. Cela eut pour effet de faire sourire Jonathan à son tour.

"Je m'appelle Rosalys. Et toi ?"

Enfin ils s'adressait la parole, enfin elle arrêtait de fuir son regard. Par contre après deux mois passé dans la même classe de potion, elle ne connaissait pas son prénom. *Fait comme si tu sait pas non plus son prénom comme ça on part à égalité*

Salut, je m'appelle Jonathan. Je suis sur de t'avoir déjà vu, on est pas en potion ensemble?

Il essayait de lui rappeler doucement qui il était. Après tout, ce n'est pas parce qu'elle ne se souvenait pas de lui qu'elle ne méritait pas son amitié. En plus elle avait pleurée, donc il ne pouvait pas la laisser dans cet état. Il s'était donné comme une mission, lui remonter le moral avant qu'elle parte.

Esmée marraine et grande sœur <3 Un jour Jonois resplendira.
Champion de Poudlard de Bavboule. Don Juan 2017
Gryffondor du mois de Mars

Il était une fois un devoir de potions  PV J.C 

Le garçon semblait soulagé que Rosalys parle enfin. Pourquoi ? La préfète ne le savait pas vraiment. Peut-être avait-il seulement marre du silence oppressant de cette salle. Poudlard était toujours si bruyant.

"Salut, je m'appelle Jonathan. Je suis sur de t'avoir déjà vu, on est pas en potion ensemble ?"

La fillette sourit encore une fois assez timidement. Aujourd'hui, elle ne se sentait pas apte à sourire comme tous les jours. Elle voulait juste être elle-même. Pas la fille qui saute de partout en souriant pour montrer qu'elle va bien. Non. La fillette voulait seulement arrêter de sourire pendant 24 heures, de faire semblant. Elle souhaitait montrer qu'elle avait mal.
Rosalys regarda son voisin dans les yeux pendant une bonne minute et se décida enfin à parler. Il était d'ailleurs temps vu la tête légèrement troublée du dit Jonathan.


"Oui... On a potions ensemble. Je t'ai déjà vu aussi. Tu es à Gryffondor. Et ton nom de famille est Crimspeak."

La fillette rigola légèrement à sa dernière phrase. En fait, lorsqu'elle avait entendu le nom du rouge et or, la blondinette avait cru qu'il s'appelait "Crème qui parle". "Cream speak" quoi ! Elle se sentait tellement bête maintenant. De plus, ce n'était même pas drôle. Son voisin afficha une mine encore plus troublé mais pourtant, un semblant de sourire s'était peint sur les lèvres du jeune garçon. La fillette oublia alors ses larmes passées et se concentra sur ce garçon qui l'avait fait rire -indirectement certes, mais quand même- en ce jour maudit. Elle lui devait beaucoup. C'est pour cela qu'elle sortit de sa sacoche en cuir fétiche son sachet de bonbons moldus et sorciers. Elle le posa près du Gryffon et ouvrit le sac. Des dragées de Bertie Crochu en passant par les rondoudou's pour tous les gouts et dragibus de toutes les couleurs pour finir par les célèbres Chocogrenouilles, cette réserve de sucreries étaient le paradis des enfants. Elle invita d'un geste de la tête Jonathan à prendre ce qu'il voulait. Le garçon, indécis sur ce qu'il voulait prendre finit par prendre une sucrerie.
Soudain, la préfète regarda le devoir encore vierge du jeune garçon. Regardant de nouveau ce dernier, elle lui demanda.


"Tu fais ton devoir de potions ? Je l'ai terminé hier. Je peux t'aider, si tu veux."

Le garçon ne répondit pas. Il était regardait par les deux perles de jade rougies par l'eau salée des pleurs de Rosalys.

Code couleur : #002E9A
Love story turns easily into a tragedy - James et Rosalys
Adieu mes amis <3

Il était une fois un devoir de potions  PV J.C 

"Oui... On a potions ensemble. Je t'ai déjà vu aussi. Tu es à Gryffondor. Et ton nom de famille est Crimspeak."

Alors comme ça elle se souvenait de lui. C'était plutôt une bonne nouvelle, Jonathan n'était pas aussi invisible qu'il ne le pensait. Après avoir parlé, la fillette rit un petit peu puis sorti un paquet de bonbon et le posa sur la table. Il n'y avait pas seulement des chocogrenouilles ou des plumes en sucre, mais des bonbons que le Gryffondor n'avait pas vu depuis longtemps: des dragibus et autres sucreries Haribo. Jonathan salivait devant ce paquet, il n'aimait pas beaucoup voir pas du tout le chocolat mais il adorait les bonbons. Il parvint à quitter son précieux du regard pour se tourner vers sa camarade. Elle fit exactement ce qu'il espérait. D'un signe de la tête elle l'invita à se servir dans le paquet. Comme un ressort, les yeux de Jonathan retournèrent immédiatement sur les sucreries. Le deuxième année devait maintenant faire face à un dilemme cornélien: quel bonbon choisir. Après quelques instants d'hésitation, il se décida sur un dragibus vert.

"Tu fais ton devoir de potions ? Je l'ai terminé hier. Je peux t'aider, si tu veux."

Elle venait surement de voir sa copie vierge sur sa table. L'espoir envahit soudain Jonathan. Après avoir passé une heure devant sa feuille sans savoir quoi écrire, Rosalys allait peut être pouvoir mettre fin à son calvaire. Il fit un grand sourire, jusqu'à ce que son regard croise les yeux verts de la Serdaigle. Elle était maintenant face à lui et il pouvait très nettement voir qu'elle avait pleuré. Ces beaux yeux vert étaient rougis par les larmes encore humides. Il y eut un instant de silence. Jonathan ne savait pas quoi faire, soit il faisait comme si il n'avait rien vu et ensemble ils faisaient son devoirs de potion. Soit il faisait comme d'habitude: il lui demandais ce qui n'allait pas et pourquoi elle avait pleuré et il passait un long moment à l'écouter. Le choix paraissait un peu complexe car ce devoir était quand même important. Mais Jonathan n'hésita pas longtemps.

Désolé de te poser cette question un peu indiscrète et tu ne me répond que si tu en as envie: Pourquoi pleurs tu ou viens tu de pleurer?

Jonathan avait peur d'avoir été trop direct et que Rosalys ne se braque et reparte en lui mettant une petite baffe au passage. Il avait peut être même fait ressurgir sa tristesse et Rosalys allait retourner dans sa chambre pour pleurer. Jonathan préférais limite qu'elle se mette à pleurer maintenant pour qu'il puisse se rattraper et la réconforter. Le mieux restait quand même qu'elle lui réponde normalement.

Esmée marraine et grande sœur <3 Un jour Jonois resplendira.
Champion de Poudlard de Bavboule. Don Juan 2017
Gryffondor du mois de Mars

Il était une fois un devoir de potions  PV J.C 

Jonathan était toujours en train de regarder les yeux verts de la fillette, et cela commençait d'ailleurs à gêner légèrement cette dernière. Alors qu'elle allait lui demander de détourner le regard, le brun prit la parole avec un drôle de contraste dans la voix. Il semblait à la fois déterminé, hésitant et... Doux. Trois émotions qui vont rarement ensemble, de fait.

"Désolé de te poser cette question un peu indiscrète et tu ne me réponds que si tu en as envie; pourquoi pleures-tu ou viens-tu de pleurer?"

Surprise, la deuxième année regarda son camarade étrangement. Alors... Cela se voyait vraiment qu'elle avait versé des torrents de larmes ? Puis, elle répondit elle-même à sa question. La fillette avait été bête de croire que personne ne le remarquerait. Ou du moins, que seul James, son petit-copain, aurait pu voir et comprendre ce qui lui arrivait. La jeune préfète sourit à ces pensées et réfléchit à ce qu'elle allait répondre à ce curieux garçon de Gryffondor.
Quand elle l'avait vu pour la première fois, la blondinette s'était dit qu'elle pouvait lui faire confiance. Son instinct lui dictait que ce garçon deviendrait quelqu'un d'important. Et généralement, son instinct ne la trompait jamais. Il n'y avait qu'à voir avec cette peste d'Émilia Garnier ! La deuxième année avait tout de suite su que leur amitié ne serait pas possible ! Cette fille était juste... Trop insupportable, insubordonnée ! Elle ne connaissait rien des bonnes manières ni de la politesse.
Faisant confiance à son jugement qu'elle savait être bon, la fillette décida de se confier à ce garçon. Après tout, ils pourraient devenir de vrais amis dans une relation où l'un pourrait compter sur l'autre.


"Eh bien... C'est une affaire familiale mais ce n'est vraiment pas drôle, tu sais ? Je ne veux pas t'embêter avec mes problèmes personnels..."

D'une certaine manière, elle avait envie de l' "embêter". La fillette avait besoin de parler de cette famille où elle ne se sentait pas à sa place. Sa mère et Amélia étaient probablement les seules personnes qu'elle était contente de voir lorsqu'elle rentrait pour les vacances. Est-ce que c'était vraiment normal que son père et sa soeur la traitent de monstre à chaque fois qu'elle les croisait ? Qu'ils en viennent parfois aux mains ? Une gifle par-ci, un tirage de cheveux violent par là... Était-ce vraiment correct ? La blondinette n'en avait jamais parlé à personne. Elle gardait tout pour elle, de peur que sa mère et sa "soeur de coeur" ne lui tournent également le dos. La Serdaigle ne souhaitait pas les perdre. Elle ne pouvait s'y résoudre. Pourtant, elle devait en parler, elle le savait.
Sur ces pensées, les larmes recommencèrent à couler alors qu'elles étaient sensé être épuisées...

Code couleur : #002E9A
Love story turns easily into a tragedy - James et Rosalys
Adieu mes amis <3

Il était une fois un devoir de potions  PV J.C 

"Eh bien... C'est une affaire familiale mais ce n'est vraiment pas drôle, tu sais ? Je ne veux pas t'embêter avec mes problèmes personnels..."

Ca se voyait dans la voix et l'attitude que Rosalys voulait tout lui dire. C'était quelque chose de lourd, dont elle ne voulait pas trop parler mais en même temps elle voulait le dire au Gryffondor. Jonathan n'avait aucune raison de ne pas l'écouter. Ce n'est pas comme si il avait des milliers d'autres choses à faire aujourd'hui. Il regarda sa copie blanche puis de nouveau sa nouvelle camarade. Ses yeux s'étaient remis à pleurer, quelques larmes coulaient sur ses joues. Il ne fallait pas qu'elle garde toutes cette tristesse en elle. Jonathan pouvait très bien servir d'éponge à toute sa peine. Et puis sa lui ferait surement du bien d'en parler à quelqu'un. Les deux deuxièmes année ne se connaissaient pas vraiment et Jonathan ne connaissait pas les amies de la Serdaigle. A vrai dire il en avait entendu parler seulement à cause d'Emilia. Un jour elle lui avait raconté sa rencontre avec Rosalys durant un cours de potion. Et le moins qu'on puisse dire c'est que les deux filles ne s'étaient pas vraiment appréciées. Pendant pratiquement une heure sa petite amie avait critiqué la Serdaigle pour des raisons que Jonathan trouvait parfois dérisoires. Mais il connaissait bien Emilia et il ne fallait pas trop tenir compte de ces reproches, il était très possible que juste pour un petit détail elle l'ait détesté.
Mais revenons vers Rosalys. C'était d'elle et de ses larmes dont il était question à ce moment. Et Jonathan ne pouvait pas la laisser pleurer sans l'aider.

Ca ne m'embête pas du tout. Et comme t'as pu le voir je ne suis pas très inspiré par ton devoir donc je suis tout à toi.

Le garçon avait essayer de mettre une petite touche d'humour même infime et finir sa phrase par un grand sourire pour que les larmes de cessent et laissent place à un sourire. Il savait que ça ne durerait pas car si Rosalys commençait à raconter son histoire familiale elle allait pleurait encore. Mais au moins cette fois elle ne serait pas seul et il pourra la comprendre et peut être même l'aider.

Esmée marraine et grande sœur <3 Un jour Jonois resplendira.
Champion de Poudlard de Bavboule. Don Juan 2017
Gryffondor du mois de Mars

Il était une fois un devoir de potions  PV J.C 

La fillette attendit la réponse de Jonathan avec inquiétude. Le garçon semblait perdu dans ses nombreuses pensées et son regard oscillait entre sa copie vierge de toute écriture et le visage couvert de larmes de la Serdaigle dévastée. Alors que les pleurs n'avaient toujours pas cessés de couler, le Gryffondor répondit enfin à la précédente question implicite, à savoir "est-ce que je peux tout te raconter ?", de la jolie bleu et bronze.

"Ça ne m'embête pas du tout. Et comme t'as pu le voir, je ne suis pas très inspiré par ton devoir donc je suis tout à toi."

Rosalys apprécia la tentative d'humour et fit un petit sourire pour rassurer et répondre à celui de son camarade. Tentant de conserver son sourire, la fillette se redressa sur sa chaise. Elle prit une grande inspiration et ses larmes refluèrent lentement. Quand la blondinette fut certaine qu'elle ne re-pleurerait pas, elle posa ses mains sur la table et regarda Jonathan avec détermination. Elle allait tout lui raconter, elle sentirait ainsi mieux après.

"Mon père et ma jumelle me détestent parce que je suis un monstre."

La fillette avait résumé en une phrase son problème. La moitié de sa famille la détestait, c'était aussi simple que cela. La Serdaigle sentit de nouveau ses yeux se remplirent de larmes et, d'une main rageuse, les essuya rapidement. Elle en avait marre de pleurer ! Elle n'était pas en sucre, bon sang ! Se reprenant, elle regarda le Gryffondor qui la fixait avec un étrange rictus sur le visage. Peut-être était ce de la pitié... ? La Serdaigle espérait sincèrement que cela ne soit pas le cas. Elle avait toujours détesté inspirer ce sentiment aux autres. Reprenant la parole pour continuer son histoire, la blondinette ferma les yeux.

"Ils détestent le fait que je sois une sorcière et ne manquent jamais une occasion de me faire du mal."

Rosalys rouvrit ses yeux, vitreux, et tritura avec ses mains le cuir de sa sacoche en se remémorant toutes les horreurs auxquelles elle avait eu le droit. Les mots étaient certainement la pire arme sur Terre dont disposait un être humain. Quand elle tourna de nouveau la tête vers son interlocuteur, la blondinette vit le rouge et or l'écouter attentivement et les sourcils froncés. Sous le poids de ce regard, la bleu et bronze baissa encore la tête et laissa ses longs cheveux constituer un barrage autour de son visage. D'une petite voix, Rosalys déclara.

"Je suis peut-être vraiment un monstre..."

Sur ses mains, qu'elle avait ramenées contre son ventre, la Serdaigle eut la surprise de voir des gouttes d'eau. Elle pleurait.

Code couleur : #002E9A
Love story turns easily into a tragedy - James et Rosalys
Adieu mes amis <3

Il était une fois un devoir de potions  PV J.C 

Rosalys avait esquissé un sourire sur son visage encore un peu rose à cause des larmes. C'était déjà une petite victoire, cela signifiait qu'elle appréciait l'écoute proposé par le garçon et qu'elle allait tous lui raconter. Un ange passa. La Serdaigle pris une grande inspiration puis se lança.

"Mon père et ma jumelle me détestent parce que je suis un monstre."

Jonathan resta bouche bée. Il ne s'attendait pas vraiment à une phrase aussi direct et sèche. Il pensait que sa camarade allait hésiter, pleurer quelques gouttes avant de dire quelques mots confus. Mais ce n'était visiblement pas son style. Elle était franche et le moins que l'on puisse dire c'est qu'elle ne tourne pas autour du pot. Jonathan n'avait vu juste que sur un point, quelques gouttes se mirent à couler sur le visage triste de la fillette. D'un geste elle les effaça et regarda le garçon. *Que faire? Elle attend une réponse? Déjà? Comment la réconforter après une telle phrase?* Jonathan était rester bloqué. Il avait eut le même temps de réaction que le paresseux dans un dessin animé moldu, c'était affligeant. Heureusement pour lui, Rosalys enchaina.

"Ils détestent le fait que je sois une sorcière et ne manquent jamais une occasion de me faire du mal."

Rosalys se dévoilait de plus en plus au jeune garçon. Son père et sa jumelle la haïssaient uniquement parce qu'elle était une sorcière! Jonathan trouvait cela horriblement méchant et stupide. Il ne comprenait pas comment un père qui est censé aimer sa fille quoi qu'il arrive et une jumelle qui, normalement est comme la deuxième moitié d'un tout pouvait agir de la sorte! Sa réaction vis à vis de ces personnes avait dû s'exprimer sur son visage car lorsque la deuxième année le regarda, elle baissa la tête et cacha son visage derrière ses longs cheveux blonds.

"Je suis peut-être vraiment un monstre..."

Cette réaction énerva le rouge et or. Il avait envie de lui dire que c'était son père et sa soeur les monstres, qu'ils étaient totalement con et qu'elle devait les oublier. Mais il entendit à nouveau la jeune fille pleurer et se rendit compte que ce n'était peut être pas le bon moment pour un tel discours. Elle avait surement plus besoin de réconfort que de sermon. Jonathan ne savait pas vraiment comment réagir. Il hésita un instant à la prendre dans ses bras puis se lança. Il était un peu gauche et s'en était presque ridicule mais il réussi à passer son bras autour des épaules de la deuxième année. Il regarda autour de lui pour voir si d'autres personnes les regardaient et surtout regardaient Rosalys pleurer comme ça. Mais bizarrement aucun élève n'avait tourné la tête vers eux, sans doute trop occupé.

"Ne pleure pas, ne gâche pas tes larmes pour des gens aussi stupide. Moi je sais que tu n'es pas un monstre et je suis persuadé que toute l'école est du même avis que moi. Mis à part peut être Emilia, mais c'est différent"

Il fallait que Rosalys arrête de pleurer et Jonathan allait tout faire pour lui changer les idées. Mais pour l'instant il devait l'écouter et essayer de la comprendre. Il tenta tant bien que mal de percer le rideau derrière lequel se cachait les yeux verts desquelles coulaient toutes ces larmes. On dirait que pour l'instant ce n'était pas encore ça. Jonathan essaya de décaler sa chaise en faisant le moins de bruit possible et continua de parler.

"Oublie ton père et ta jumelle, si ils n'arrivent pas à t'accepter c'est qu'il ne te mérite pas. Et puis tu ne sera bientôt plus obliger de les voir. Si vraiment il te font du mal ce n'est pas ta famille."

Le Gryffondor était un peu en train de galèrer. Il voyait bien que ces phrase types, un peu bidon ne changeaient pas grand chose à la situation. Rosalys venait de lui dévoiler ses problèmes et lui répondait comme un psy ou un robot. Il fallait être plus humain que cela.

"Moi, je n'ai pas ce problème avec ma famille. Par contre, j'ai une amie d'enfance que je considère comme ma soeur depuis toujours. Pendant un temps j'ai dû dormir autant de fois chez elle que chez moi. Lors de mon inscription à Poudlard je lui ai tout raconté et malgré un peu de peur, elle a trouvait que c'était une super nouvelle. Mais pendant les dernière vacances d'été je suis retourné chez moi et j'ai été la voir dès le lendemain. Mais notre relation avait changé, ou du moins elle avait changé pour elle. Ces parents avait aussi appris que j'étais sorcier et lui avait retourné le cerveau contre moi pendant un an. C'est simple, à mon retour elle me détestait, elle avait peur de moi. J'ai été la voir tous les jours pendant deux semaines avant qu'elle daigne m'adresser la parole, et il m'a fallut un mois pour qu'on redevienne pote. Mais ses parents ne me voient plus du tout de la même façon et ils m'on interdit d'approcher leur fille.... Je suis désolé pour cette longue histoire. Tout ça pour te dire que la réaction de ta famille est méchante et stupide mais humaine. Et si vraiment ils te font souffrir tu dois les oublier"

Jonathan s'était surpris lui même avec ce monologue, il ne savait pas du tout comment Rosalys allait réagir. Peut être qu'elle se moquait totalement de la vie du Gryffondor et qu'il l'avait pris en otage avec cette histoire. Et puis, qu'est ce que cela apportait réellement au problème.

Esmée marraine et grande sœur <3 Un jour Jonois resplendira.
Champion de Poudlard de Bavboule. Don Juan 2017
Gryffondor du mois de Mars

Il était une fois un devoir de potions  PV J.C 

Rosalys avait toujours la tête baissée. De cette façon, elle avait parfaitement vu, au travers de ses larmes, les poingts de Jonathan se serrer et se relâcher. La garçon avait pourtant contracté ses points tellement forts que de minuscules croissants de lunes dus à ses ongles s'étaient formés sur sa paume. La fillette releva la tête juste à tant pour voir le Gryffondor passer un bras autour de ses épaules et la serrer dans ses bras. Devant ce geste d'affection un peu gauche, la blondinette cessa de pleurer et cala sa tête sur l'épaule du rouge et or. Cela lui faisait du bien d'être ainsi, elle se sentait en sécurité. Elle sut alors que Jonathan ne lui ferait jamais de mal intentionnellement. C'est à ce moment là que ce dernier se décida à parler. Rosalys releva la tête pour l'écouter au mieux, se disant qu'il avait peut-être des conceils à lui donner.

"Ne pleures pas, ne gâches pas tes larmes pour des gens aussi stupides. Moi, je sais que tu n'es pas un monstre et je suis persuadé que toute l'école est du même avis que moi. Mis à part peut être Emilia, mais c'est différent"

En entendant sa dernière phrase, la blondinette faillit exploser littéralement de rire. En effet, ça ne l'étonnerait même pas que cette peste le pense ! Repenser à cette histoire de potions la mettait encore hors d'elle. Pourtant, la Serdaigle sembla se rappeler d'une des phrases qu'avait dit le garçon. *Moi, je sais que tu n'es pas un monstre*. C'est ce que le jeune garçon pensait et la fillette l'en remerciait. Elle ne souhaitait pas que quelqu'un comme Jonathan, Lexie, James ou même Émilia la prenne pour un monstre. Ce serait terrible pour elle et Rosalys n'aurait plus l'impression de faire parti d'un des deux mondes dans lesquels elle avait un pied. Bien que perdue dans ses pensées, elle entendit le Gryffondor qui continuait son discours.

"Oublies ton père et ta jumelle, s'ils n'arrivent pas à t'accepter, c'est qu'ils ne te méritent pas. Et puis, tu ne seras bientôt plus obligée de les voir. Si vraiment, ils te font du mal, ce n'est pas ta famille."

La fillette acquiesça. Le Gryffondor avait raison sur toute la ligne. Ce dernier reprit alors.

"Moi, je n'ai pas ce problème avec ma famille. Par contre, j'ai une amie d'enfance que je considère comme ma soeur depuis toujours. Pendant un temps j'ai dû dormir autant de fois chez elle que chez moi. Lors de mon inscription à Poudlard je lui ai tout raconté et malgré un peu de peur, elle a trouvait que c'était une super nouvelle. Mais pendant les dernière vacances d'été je suis retourné chez moi et j'ai été la voir dès le lendemain. Mais notre relation avait changé, ou du moins elle avait changé pour elle. Ces parents avait aussi appris que j'étais sorcier et lui avait retourné le cerveau contre moi pendant un an. C'est simple, à mon retour elle me détestait, elle avait peur de moi. J'ai été la voir tous les jours pendant deux semaines avant qu'elle daigne m'adresser la parole, et il m'a fallut un mois pour qu'on redevienne pote. Mais ses parents ne me voient plus du tout de la même façon et ils m'on interdit d'approcher leur fille.... Je suis désolé pour cette longue histoire. Tout ça pour te dire que la réaction de ta famille est méchante et stupide mais humaine. Et si vraiment ils te font souffrir tu dois les oublier"

La fillette sourit tristement. Elle avait senti la tristesse qui émanait du rouge et or lorsqu'il avait raconté son histoire. Prenant exemple sur lui, elle le prit dans ses bras et lui caressa doucement les cheveux. Comme lorsqu'elle éprouvait de la compassion ou de la tristesse pour quelqu'un qu'elle appréciait, Rosalys se mit à fredonner une de ses chansons françaises favorites. Lorsqu'elle eut fini, elle se décala de nouveau vers sa table en adressant un petit sourire à son ami. La fillette remballa ses affaires, sous les yeux du Gryffondor et déposa un petit bisou sur la joue de ce dernier en se levant. Elle lui dit alors.

"Merci pour tout Jonathan. Ça m'a fait du bien d'en parler. Viens me voir pour n'importe quoi, je serais toujours là, ok ? Je suis ton amie maintenant."

Sans attendre la réponse de Jonathan, elle se détourna et commença à partir lorsqu'elle repartie brusquement dans le sens inverse et chipa sur la table de son ami son parchemin de potion. Elle dit en riant.

"Je le fais ce soir et je te l'envoie avec Hnak. Regarde bien ta fenêtre ce soir !"

Mimant un baiser dans les airs avec un clin d'oeil, Rosalys s'en alla, laissant ainsi le pauvre Jonathan devant sa table, vierge de tout parchemin.

Reducio
Désolée pour le retard !

Fin du Rpg pour moi <3

C'était super d'en faire un avec toi !!!

Code couleur : #002E9A
Love story turns easily into a tragedy - James et Rosalys
Adieu mes amis <3

Il était une fois un devoir de potions  PV J.C 

Jonathan n’était pas super bien après tout ce qu’il avait dit, tous ces souvenirs qui remontaient lui avait un peu cassé le moral. Heureusement pour lui, Rosalys l’avais pris dans ces bras et les rôles s’étaient en quelque sorte inversé. Elle lui caressa les cheveux et lui chanta une petite chanson. C’était très jolie, le rouge et or écoutait calmement la douce voix de la fillette. La mélodie était apaisante et même si le garçon ne comprenait absolument rien aux paroles il adorait. Jonathan était bien dans les bras de la Serdaigle. Bon en même temps il n’avait pas trop à se plaindre…Une super belle fille aux yeux vert magnifiques lui faisait un câlin tout en lui chantant une petite chanson. En partant d’un devoir qu’il n’a pas fait ce petit malin trouve toujours le moyen de se mettre bien, s’en est presque agaçant !

Après ce moment de tendresse mignon et inattendu Rosalys se décala pour ranger ses affaires. Jonathan était plus que déçu de ce départ soudain. La situation avait commencé à devenir intéressante malgré le début peu prometteur. Les deux élèves avaient l’air d’aimer discuter tous le deux. La fillette avait un sourire sur les lèvres, Jonathan avait peut-être réussi à lui changer les idées et lui faire oublier les paroles atroces de son père et sa sœur. We did it comme dirait une petite brune insupportable avec son singe chelou. Elle lui fit un bisou sur la joue comme pour le remercier et lui dire qu’elle avait aimé ce moment.

« Merci pour tout Jonathan. Ça m’a fait du bien d’en parler. Viens me voir pour n’importe quoi, je serais toujours là, ok ? Je suis ton ami maintenant. »

Ces paroles firent apparaitre un énorme sourire béat sur le visage de son nouvel ami. Jonathan resta un instant sans pouvoir dire un mot. Ça lui faisait bizarre qu’elle le traite déjà comme un ami. En plus qu’elle lui dise qu’il pouvait la voir pour parler n’importe quand cela le touchait beaucoup. Mais la pauvre, Rosalys ne savait pas du tout dans quoi elle m’était les pieds. Jonathan était certes un enfant joyeux, gentil, et sans réel problème avec qui que ce soit mais il avait un besoin constant d’affection. Il l’avait prouvé à maintes reprises avec d’abord Esmée (la pauvre a eu bien du courage pour le supporter) puis Emilia et Audric. La petite blonde allait finir par regretter ses paroles. Elle allait recevoir une pluie de lettre expliquant les petits problèmes du Gryffondor.

« Je le fais ce soir et je te l’envoie avec Hnak. Regarde bien ta fenêtre ce soir ! »

Sans qu’il s’en rende compte la jeune fille avait pris son devoir sur lequel il travaillait depuis jours et quelques heures ce matin. Si vraiment elle faisait son devoir cette Serdaigle était la fille parfaite. Belle et intelligente, Jonathan avait hâte de mieux la connaitre. Au final il avait plus que fait un devoir aujourd’hui il avait rencontré une super amie. Bon ok, Jonathan n’avait pas vraiment fait ce devoir. Mais franchement, entre nous, qui a cru un jour qu’il le ferait…

Reducio

Fin du RP. Merci Rosa c'était super. J'ai hâte d'écrire le prochain :kiss:

Esmée marraine et grande sœur <3 Un jour Jonois resplendira.
Champion de Poudlard de Bavboule. Don Juan 2017
Gryffondor du mois de Mars