Salle d’études

Inscription
Connexion
  Retour   Répondre

Une heure d'étude de gâché grâce à une rencontre  libre 

Un samedi matin, vers 9h

Il était encore très tôt, et Solenn était presque la seule à travailler. Elle révisait inlassablement, suite à ces quelques dernières notes pas fameuses. Dans la salle, il n'y avait qu'un autre garçon qui lisait, un peu trop penché sur son livre. Solenn ne le voyait que de dos, mais elle présuma qu'il était en train de s'endormir. Il y avait aussi une autre fille, qui murmurait des sortilèges afin de les apprendre. Elle était blonde et avait les joues rosées à la perfection. Elle était belle. C'était une jeune pouffsoufle, qui, comme Solenn, avait trouvé la force de venir réviser si tôt un samedi matin. Solenn la regardait quelquefois, et remarqua par la même occasion que la blonde lui jetait aussi des regards. La rousse essaya de se reconcentrer sur son livre d'Histoires de la Magie, mais la voix dans sa tête commença un petit jeu.

*Elle s'appelle comment à ton avis ? Lisa ? Emma ? Moi je trouve que Charlotte lui va bien... Après ce n'est que mon avis... Et toi ? Oh, aller, tu vas pas continuer à réviser quand même ! En plus, de l'histoire ! Je ne te reconnais plus ! Mmmmhhh... Je dirais bien aussi Chloé... Non Valérie ! Oui, Valérie... Pfff, t'es vraiment ennuyante ! Timide et ennuyante ! On aura tout vu !*

Solenn fronça les sourcils en remarquant que la fille rangeait ses affaires. Déjà ? Elle aurait bien aimé la regarder encore, pour pouvoir la dessiner. Car sous son oreiller, elle avait caché son carnet à dessin, là où elle dessinait tout ce qui lui passait par la tête, tout les horreurs qu'elle voulait retranscrire, tout. Elle s'amusait à dessiner les gens qu'elle croisait, ceux ou celles qui l'intriguaient, ceux qu'elle côtoyait sans jamais oser leur parler, celles qui riaient fort pour se faire remarquer pas je-ne-sais-quel garçon un peu mignon, ou au contraire, ceux ou celles qui essayaient de se cacher à la société, ceux qui passaient le plus de temps le nez fourré dans des livres. Il y avait aussi les rêveurs, celles qui fredonnaient un air de chanson connue et ceux qui laissaient leur main écrire n'importe quoi pendant qu'eux voyageaient.

*Bon, soit tu révises, soit tu te barres, ok ?*

Solenn éternua alors si fort qu'elle réveilla le garçon dans un sursaut. Un filet de morve avait jailli et elle n'avait rien pour nettoyer.

Reducio

Prochain post réservé pour Charlène
J'suis glamour, hein ?

Deuxième année, clarinettiste à la chorale
Même le plus petit des Serpents a du venin !
"Un être vous manque, et tout est dépeuplé", Lamartine

Une heure d'étude de gâché grâce à une rencontre  libre 

Je me suis réveillée tôt ce matin. C'est vrai que lorsque je vivais à la ferme, je me levais encore plus tôt. Mais cette habitude s'était déjà évaporée. Cela fait à peine quelques mois que je suis entrée à Poudlard, j'ai déjà du retard dans mes cours. Je n'avais pas pris le temps de les réviser hier soir. Non en effet, je préférais me faire des tresses dans mes cheveux ou encore écrire n'importe quoi dans mon carnet.
*Je ne comprends rien à tous ces sortilèges... ils sont si compliqués*
Un peu distraite, je regarde tout autour de moi. C'est la première fois que je viens étudier ailleurs que dans ma salle commune. C'est une petite salle mais elle est parfaite pour réviser je dois dire. Et ce silence est tellement agréable à entendre.

*Bon je commence à m'égarer... mes sortilèges, ils ne vont pas entrer tous seuls dans ta tête Charlène !*
Je saisis alors un grimoire théorique ainsi que mon grimoire vide pour prendre quelques notes. J'ai à chaque fois ce stresse quand je sort mon petit pot d'encre de mon sac. J'ai toujours peur qu'il se soit cassé et toute l'encre se soit éparpillée dans mes affaires, les teintant finalement en bleu foncé. J’attrape ma plume... *Mais c'est compliqué aussi de tenir une plume et d'écrire avec !* Il faudra m'habituer. Je me vois mal arriver avec un stylo en cours.

­« Wingardium Leviosa... » murmuré-je en notant.

Pfff... je regarde autour de moi. *C'est peut-être un peu trop silencieux, je n'entends que moi, parler dans ma tête*. Deux autres personnes se sont également levés de bonne heure ce matin. Enfin une, le jeune garçon au fond de la pièce est endormi. Mais une ravissante jeune fille rousse aux magnifiques bouclettes travaille également. Je ne la vois pas très bien mais en tout cas on peut dire que ces cheveux sont d'une couleur incroyable. *J'ai toujours voulu avoir ce genre de cheveux, de la couleur du feu.* Je ne suis pas sûre, mais j'ai l'impression qu'elle me regarde par moment.
*Bref Charlène tu dois travailler... Non j'en peux plus. Je dois prendre l'air si ça continue*

Je me lève et me dirige vers la sortie. *Et si j'engageais la conversation avec elle ? Enfin si j'en ai le cran.*

Soudain un bruit brusque s'élève fortement dans la salle d'étude. La jeune rousse qui, je viens de le voir, vient de la maison serpentard, éternue. *La pauvre. Je ne peux pas la laisser seule dans ce calvaire. Aller Charlène aie l'air sympa, c'est l'occasion de rencontrer quelqu'un et n'oublie pas de sourire.*
Je m'approche d'elle, lui tendant un paquet de mouchoir d'une marque très connue des moldus.

­« Tiens, ça serait bête de rester comme ça. »

Une heure d'étude de gâché grâce à une rencontre  libre 

-Tiens, ça serait bête de rester comme ça.

Solenn leva la tête et vit la petite blonde lui tendre un mouchoir. Elle le prit sans réfléchir et se moucha longuement avec. Solenn se demanda si elle devait engager la conversation, puis se rappela la promesse qu'elle s'était faite. Alors elle se retourna et le visage déjà rouge et lui dit :

-Merci beaucoup, j'oublie toujours de...Euh... prendre mes mouchoirs... Euh... avec moi.

*Mais ! T'es aveugle ou quoi ? 1.Ce sont des mouchoirs Moldus ! Donc engage la conversation ! 2.Elle a un petit accent, donc demande-lui d'où elle vient ! Soi-disant, elle au moins, parle bien anglais, comparé à toi...*

Solenn fit, une fois de plus, taire la voix dans sa tête et se prépara à parler.

-Tu es Moldue ? Enfin... Euh... je dis ça vu que tu as des Kleenex... Ca fait longtemps que j'en ai pas vu, ça me manquait...

*C'est bien... Un peu d'humour... Oui, bravoooo...*

-Et... Euh... Tu viens d'où ? Enfin, avec ton accent, je me dis que...que...

Solenn se perdit dans le fil de ses pensées et la petite voix du sûrement se taper le front de consternation. Mais la petite pouffsoufle, qui soi-disant faisait la même taille que la rousse, sourit, ce qui redonna du courage à Solenn qui reprit enfin, le visage plus rouge que jamais auparavant, du à l'effort qu'elle faisait pour parler :

-Je viens de France et toi ?

Deuxième année, clarinettiste à la chorale
Même le plus petit des Serpents a du venin !
"Un être vous manque, et tout est dépeuplé", Lamartine

Une heure d'étude de gâché grâce à une rencontre  libre 

Le jeune serpentard prend le paquet que je lui tendais. C'est vraiment embêtant le rhume. *J'espère qu'elle se rétablira rapidement. Enfin elle a juste éternué... J'en fais trop.* La petite rousse a le visage complètement écarlate. *J'en conclut qu'elle est plutôt timide... Bravo Charlène, quelle perspicacité ! Je devraqis engager la conversation du coup ?*

" Merci beaucoup, j'oublie toujours de...Euh... prendre mes mouchoirs... Euh... avec moi. "


C'est le genre de truc que tout le monde oublie. Sauf moi évidemment. J'ai toujours un paquet sur moi. *En même temps si j'ai le rhume des foins, c'est sûr que ce serai intelligent*

" Tu es Moldue ? Enfin... Euh... je dis ça vu que tu as des Kleenex... Ca fait longtemps que j'en ai pas vu, ça me manquait... Et... Euh... Tu viens d'où ? Enfin, avec ton accent, je me dis que...que...
Je viens de France et toi ? "


La petite rousse semble utiliser tout ce qu'elle a en elle pour pouvoir parler ainsi, son visage encore plus rouge qu'auparavant. Je souris, ça va peut-être l'aider à se mettre un peu plus à l'aise. Je me tiens les mains dans mon dos. Je dois avouer que moi aussi j'ai quelques difficulter à parler avec de nouvelles personnes. Surtout que l'anglais n'est pas ma langue maternelle. J'ai bien pris quelques cours quand j'étais encore en Finlande et également quand je suis arrivée ici mais mon niveau n'est pas des plus élevé.

" Oui je suis moldue. Enfin ma mère est une sorcière et mon père était moldu. Je viens de Finlande. Je suis en Angleterre depuis un peu moins d'un an. "

Quel débit de parole ! *Il faut que je parle moins vite si je veux me faire comprendre. Si en plus j'ai un accent.* La jeune fille aussi a un plutôt mignon.
Je ne suis jamais allée en France. On m'a toujours dit que c'est un pays super. Ce n'est pas le premier pays dans lequel je voudrais voyager mais pourquoi ne pas l'ajouter à ma liste de voyage que je voudrais réaliser dans ma vie ?
*Rah... j'en oublie presque les bases !*


" Au fait moi c'est Charlène Koskinen "

Une heure d'étude de gâché grâce à une rencontre  libre 

-Oui je suis moldue. Enfin ma mère est une sorcière et mon père était moldu. Je viens de Finlande. Je suis en Angleterre depuis un peu moins d'un an. Au fait moi c'est Charlène Koskinen.

Solenn réfléchit à ce qu'elle pourrait bien lui dire d'original. Elle triturait ses mains, et bougeait sur sa chaise. Il fallait continuer la conversation, sans être trop lourde. Qu'est-ce que c'était compliqué !

*Oh, ton prénom est super original ! Mouais... J'adore la Finlande ! C'est vrai mais j'ai l'air de mentir... Tu aimes les sortilèges ? Oh, mais avec tout ça, j'ai oublié le principal !*

-Moi, c'est Solenn Cooper. J'ai déménagé en Angleterre il y a moins d'un an, comme toi. Mais j'ai eu de la chance, mes parents sont américains. Par contre, je n'ai jamais eu le bon accent...

*Ok... Une fois, t'es hyper timide, l'autre fois tu parles trop... Excuse-moi, mais je te trouve un peu bizarre...*

Solenn remarqua que Charlène était resté debout. Elle l'invita donc à s’asseoir. Sans savoir pourquoi, la rousse se sentait bien avec Charlène. Peut-être était-ce le visage d'ange qui lui inspirait confiance, ou encore tout les efforts qui l'avaient exténuées, ou peut-être parce que c'était la deuxième fois qu'elle se sociabilisait ? Peut-être un peu des trois. La Serpentarde avait envie de continuer à lui parler, pour que tout ce qu'elle avait fait ne soit pas jetés à la poubelle sans reconnaissance. Elle remarqua alors que les mains de la Pouffy était noires d'encre, et elle lui dit :

-Toi aussi tu as du mal avec les plumes ? Moi quand j'ai du temps, je m'entraîne un peu à écrire sans faire de taches... Mais mes copies sont toujours pleines d'encre.


Elle se demanda pourquoi elle accrochait tant à cette fille et espéra que c'était pareil du côté de Charlène. Elle ne voulait pas être la fille collante que tout le monde déteste, et elle trouvait qu'elle avait déjà bien trop parlé. Alors elle plongea son regard dans les yeux de Charlène et attendit sa réponse. Tout en priant pour que la fille ne la trouve pas énervante.

Reducio
J'avais presque fini et mon ordinateur s'est éteint... :thinking: :skeptical:

Deuxième année, clarinettiste à la chorale
Même le plus petit des Serpents a du venin !
"Un être vous manque, et tout est dépeuplé", Lamartine

Une heure d'étude de gâché grâce à une rencontre  libre 

« Moi, c'est Solenn Cooper. J'ai déménagé en Angleterre il y a moins d'un an, comme toi. Mais j'ai eu de la chance, mes parents sont américains. Par contre, je n'ai jamais eu le bon accent... »

Je regarde la jeune fille dans les yeux tout en gardant un léger sourire sur mes lèvres. *Est-ce que j'exagère ? J'ai vraiment l'impression de sourire pour rien. Elle me prend peut être pour une folle. Ou peut-être que je cherche juste un peu loin. Cette fille a vraiment l'air sympa et en plus on parle toutes les deux rapidement. Cela nous fait un autre point en commun avec nos origines étrangères. Moi je trouve qu'elle a un joli accent en tout cas.* Je ne me suis même pas rendu compte mais Solenn m'indique depuis quelques secondes la chaise d'à côté. A force d'être dans mes pensées je ne suis plus ce qui se passe en directe. Je m'installe donc près de ma nouvelle "amie".
*Est-ce qu'on peut se considérer comme amies à présent ? J'ai toujours l'impression de déranger. Pourtant je ne devrais pas, c'est elle qui m'a proposée de rester. Je suis pas vraiment habituée à avoir des relations amicales. Avant seule ma famille me suffisait. Maintenant je dois essayer de changer. Mais ce que je sais, c'est que ce n'est pas facile. En plus cette jeune serpentard semnle être si douce et amicale. Ce serait dommage de passer à côté d'une personne comme elle*
Je regarde ses feuilles un peu dans lune tout en manipulant mon bracelet de pierres grises. Ce bracelet est censé me donner chance et courage. *Peut-être qu'il fait déjà effet, mais si c'est le cas, je ne m'en suis pas rendu compte.* Solenn aussi tripotte inutillement ses mains. *Encore un point commun. Rah ! Mes mains sont encore pleines d'encre. Je n'arriverais jamais à écrire correctement avec cette plume. Et j'espère que Solenn ne va pas faire de mauvais commentaire à ce sujet.* J'apperçoit la jeune fille baisser ses yeux vers mes petite mains.


« Toi aussi tu as du mal avec les plumes ? Moi quand j'ai du temps, je m'entraîne un peu à écrire sans faire de taches... Mais mes copies sont toujours pleines d'encre. »

*Ah ? Je crois que je vais arrêter de compter tous nos points communs. Je sens que ça va continuer comme ça.* Je cache mes mains sous ma robe portant fièrement les couleurs de Poufsouffle. Après les avoir enfouillis hors de vue, je relève la tête et regarde mon amie. *Cette fille est spéciale. Peut-être que tous les autres élèves sont pareils mais elle m'intrigue. Je n'arrive pas à la définir correctement. Sans doutes le manque d'expériences avec les gens qui me fait ça. Je ne sais pas* Cela fait queles secondes que nous nous regardons dans les yeux. *Est-ce qu'elle va parler ?*

« Personnellement, quand je suis dans mon dortoir, j'écris au stylo. C'est plus facile et ça m'évite de me laver plusieurs fois les mains... »

Je ressors mes mains de ma veste et cette fois, je laisse les manches de ma cape un peu longue les cacher. Je jette un rapide coup d'oeil vers ses affaires, *Je me demande ce qu'elle travaille. Je pourrais lui demander tout simplement. Qu'est-ce que tu peux être compliquée Charlène !*

« Qu'est-ce que tu révisais ? C'est intéressant ? »

Une heure d'étude de gâché grâce à une rencontre  libre 

-Personnellement, quand je suis dans mon dortoir, j'écris au stylo. C'est plus facile et ça m'évite de me laver plusieurs fois les mains...

Elles se regardaient dans les yeux depuis longtemps, mais cela ne dérangeait pas la rousse qui adorait détailler les visages des gens, à leur grand effarement. En plus, Charlène avait un visage parfaitement symétrique, ce qui intriguait la rousse qui essayait de voir où pouvait se cacher la petite imperfection que tout le monde a. La pouffy avait peut-être le nez un peu trop fin et dur qui contrastait avec son visage d'ange. Solenn vit que Charlène essayait de cacher tant bien que mal ses mains couvertes d'encre en tirant sur ses manches. Solenn leva un sourcil, ne comprenant pas pourquoi elle avait honte, mais l'autre fille ne lui laissa pas le temps de se questionner intérieurement. Visiblement pressé de passer à autre chose qu'à la contemplation de ses mains, elle lui demanda :

-Qu'est-ce que tu révisais ? C'est intéressant ?

Solenn jeta un coup d'oeil à ses devoirs qu'elle aurait dû déjà avoir fini. Mais comme toujours, par un jeu du destin, elle était toujours obligé de les finir le soir, se privant de quelques heures de sommeil. A ce moment-là, elle ne se souvenait même plus ce qu'elle essayait de réviser. Son regard tomba sur une feuille de parchemin avec le nom de certains ingrédients utilisés dans des potions.

-J'apprenais quelques trucs en potions. T'aimes bien cette matière ? Moi oui, je la trouve intéressante...

La Serpentarde baissa la tête, coupant le jeu de regard. Elle trouvait toutes ces phrases débiles et ridicules et se demandait comment Charlène faisait pour sourire autant sans avoir une crampe. Solenn ne savait pas comment les gens pouvaient être aussi confiant et bien dans leur peau en apparence, car elle savait que à l'intérieur, c'était le plus souvent comme elle : un bric-à-brac de doutes et d'incompréhension. Mais beaucoup de personnes arrivaient à cacher ce qu'ils avaient dans la tête. Après c'était toujours mieux qu'un monde d'adolescents pleurants sur la Terre entière. Mais si on cache tout et qu'on ne montre rien, à la fin, on n'en peut plus, ce n'est pas possible... Elle par exemple, montrait beaucoup trop de choses aux autres sans rien dire. Elle était un véritable livre ouvert. Mais les autres, ne vont-ils pas finir par exploser ?

-Et toi tu révisais quoi ?

Deuxième année, clarinettiste à la chorale
Même le plus petit des Serpents a du venin !
"Un être vous manque, et tout est dépeuplé", Lamartine

Une heure d'étude de gâché grâce à une rencontre  libre 

« J'apprenais quelques trucs en potions. T'aimes bien cette matière ? Moi oui, je la trouve intéressante... »

J'ai déjà eu quelques cours de potions, en même temps c'est normal, ça fait tout de même plusieurs semaines que je suis à Poudlard. *Il faut que je réfléchisse...* Les potions c'est encore assez intéressant, je trouve ça fascinant le fait de mélanger des ingrédients pour avoir une potion magique. On se croirait dans un conte de fées. J'ai l'impression de rêver en y pensant.

« J'aime bien les cours de potions. J'ai lu beaucoup d'histoires de sorcières pour enfants et elles faisaient des potions magiques. Mais je n'aime pas être enfermée dans cette... cave ? Moi je veux être dehors, faire les soins aux créatures magiques dans quelques années... »

Et Solenn, qu'est ce que ça pourrait être ses cours préférés ? Je ne vais pas lui demander. Du moins pas maintenant. J'ai déjà beaucoup parlé. *Je peux être une vraie pipelette, c'est pas possible ça !* Je m'imagine déjà plus grande avec plein d'animaux autour de moi, en train de les étudier...

« Et toi tu révisais quoi ? »
« Moi c'était les sortilèges. Surtout le sort "Wingardium Leviosa". J'aimerais vraiment le réussir, il peut être pratique tout le temps. »

Je regarde le fond de la salle, ne sachant plus quoi dire.

« Et du coup, c'est quoi ta matière préférée ? »

Une heure d'étude de gâché grâce à une rencontre  libre 

-J'aime bien les cours de potions. J'ai lu beaucoup d'histoires de sorcières pour enfants et elles faisaient des potions magiques. Mais je n'aime pas être enfermée dans cette... cave ? Moi je veux être dehors, faire les soins aux créatures magiques dans quelques années...

La Serpentarde était complètement d'accord sur un point. La salle de potions était un endroit horrible, plein d'humidité et presque... Sale ? Solenn remarqua que Charlène avait l'air perdu, comme si elle ne savait pas trop quoi dire. Cette observation rassura la rousse qui avait peur d'être la seule à ne pas trouver de sujet de conversation. Alors, elle réengagea en disant :

-Et toi tu révisais quoi ?
-Moi c'était les sortilèges. Surtout le sort "Wingardium Leviosa". J'aimerais vraiment le réussir, il peut être pratique tout le temps.

*Nouveau petit blanc... Ce n'est pas encore gênant, mais ça commence... Vite trouve quelque chose à dire !* Mais avant que Solenn ait le temps d'ouvrir la bouche, Charlène enchaîna :

-Et du coup, c'est quoi ta matière préférée ?

Sa matière préférée ? C'était si compliqué de choisir... Néanmoins, elle pouvait définitivement éliminer les Potions, une matière qu'elle détestait par dessus-tout ! L'Histoire de la Magie était aussi une matière pour elle inintéressante, qui l'agaçait au plus haut point. Même si le professeur était souvent très gentil, elle ne supportait pas cette matière. Elle aimait bien les sortilèges, découvrir des nouvelles formules l'amusait, elle qui avait toujours vécu dans le monde des Moldus. La Défense contre les forces du mal était aussi une matière complaisante, mais elle avait trop de mal dans cette matière et cela ternissait son envie d'apprendre. Il ne restait qu'une seule matière et la Serpentarde se demanda pourquoi elle n'y avait pas pensé avant. La Métamorphose était et resterait la matière qu'elle adorait. Voir des choses en devenir d'autres si simplement la grisait, et elle était toujours contente d'aller en cours. Alors elle regarda dans les yeux la Poufsouffle et dit :

-J'adore la Métamorphose... Voir des choses changer de formes est une chose déconcertante ! Et j'adorerais devenir Animagus plus tard ! Et sinon, je me demandais, qu'est-ce que tu aimes le plus à Poudlard ?

Deuxième année, clarinettiste à la chorale
Même le plus petit des Serpents a du venin !
"Un être vous manque, et tout est dépeuplé", Lamartine

Une heure d'étude de gâché grâce à une rencontre  libre 

Ryan venait d'entrer dans la salle après son premier cours, il avait découvert Poudlard quelques jours plus tôt. [/b]*pourquoi mes parents m'ont caché un monde aussi beau* Il passa devant deux filles qui parlait en les regardant et dit d'un air enjoué:

"Bonjour"souria t'il a pleine dents.

Il alla ensuite s'asseoir sur un banc pour commencer à faire son devoir de métamorphose et de potions. Il adorait les potions mais il ne comprenait pas toujours. [/b]*comment je vais faire ? je n'ai pas d'idées moi pour ce devoir.
Il se mit la tête entre les mains et souffla un bon coup, il chercha ensuite des élèves de sa maison mais ne trouva qu'une serpentard et une poufsouffle. Pour lui qui ne connaissait presque rien de Poudlard, il se dit que ce n'était pas vraiment la peine de demander a des élèves d'autres maisons car il se doutait qu'ils ne l'aiderait pas. quoique, il prit le risque d'aller leur parler mais ne sachant pas quoi dire retourna sur son banc et regarda son cahier vierge. Il prit sa plume et tenta de noter quelque chose mais vit que ce n'était pas top comme réponse, il poussa un long soupir bruyant et regarda la plume et la feuille

"Pourquoi, je connais pas la réponse, j'écoute en cours pourtant. Ca m'énerve vraiment"

Il se leva et alla vers la bibliothèque de la salle d'étude en quête de trouver un livre explicatif, mais il ne trouva pas ce qui aurait pu l'aider mais il trouva un livre racontant l'histoire du quidditch. Il le prit et le lut a la place de faire son devoir, il trouvait passionnant ce sport et commença à s'imaginer joueur de quidditch un jour.

Il alla ranger le livre et réussi finalement son devoir tout en revant de quidditch. il lui faudrait acheter un balai mais ce ne sera pas avant la troisième année, alors il soupira et regarda les deux filles qui parlaient. *elles ont l'air sympa* se dit-il.

Il se leva et se dirigea vers elles, l'une était rousse avec des boucles et l'autre blonde. Il refit vite fait ses cheveux et arriva près d'elles: "Sa... salut, je...je ne vous derange pas ?" dit le garçon tout timide.

Une heure d'étude de gâché grâce à une rencontre  libre 

« J'adore la Métamorphose... Voir des choses changer de formes est une chose déconcertante ! Et j'adorerais devenir Animagus plus tard ! Et sinon, je me demandais, qu'est-ce que tu aimes le plus à Poudlard ? »

*La métamorphose... qu'est-ce que c'est déjà ?* Je ne sais plus. Il y a tellement de chose à savoir que je ne sais même plus où placer ces nouvelles choses dans mon cerveau. Je ne voudrais pas lui demander ce que c'est quand même. Je vais passer pour une folle, une fille qui ne sait rien à rien. Je n'ai qu'à sourire en faisant comme si je comprenais tout. *Ca va passer crème*

« Oh c'est pas vraiment une matière qui m'a marqué pour l'instant... Mais au juste, c'est quoi un Animagus ? »

Je ne peux m'empêcher de me sentir un peu bête. J'ai l'impression que mes questions sont débiles et que l'on va me prendre pour une fille complètement attardée.

Finalement mon regard est attiré vers la porte de la salle d'étude. Un jeune garçon entre dans la même pièce. *Qui est-ce ?* J'avoue que la discussion avec mon amie Solenn est intéressante mais l'arrivé du Gryffondor m'a complètement déconnectée de notre conversation. C'est comme ça, je suis rarement attentive longtemps. Et quand il y a du mouvement, mon attention est vite dérivé.

« Bonjour ! »

Le jeune garçon parle d'une voix assez forte qui résonne dans toute la pièce. Evidemment que j'ai un peu sursauté. Je le fixe et ne sachant pas quoi répondre hé bien... Je ne réponds simplement pas. *Ca y est, je passe pour une fille inculte et malpolie.* Ce n'est même pas dans mes habitudes.
Je ne sais même pas si Solenn a répondu à ma question. Mes yeux sont toujours rivés sur cet inconnu. *J'ai peut-être l'air d'une psychopathe maintenant ?* Il semble vouloir étudier. *Peut-être qu'on le dérange à parler à haute voix comme ça ?* J'espère pas, il a l'air sympa, je ne voudrais pas qu'il se fasse une mauvaise image de nous alors qu'au fond on est gentille, non ?
J'observe chacun de ses gestes. Est-ce que Solenn s'en est rendue compte aussi ? J'espère pas non plus.
Finalement le jeune Gryffondor s'avance vers nous. Je me sens mal. Jusqu'à maintenant je l'ai toujours fixé de mes yeux verts. Le pire c'est que je continue à le regarder alors qu'il s'approche de plus en plus.

« Sa... salut, je...je ne vous dérange pas ? »


Je ne sais plus où poser mes yeux. Comme si j'avais commis un crime. *Normal Charlène ! Ca ne se fait pas de regarder les gens ainsi ! Tu croyais quoi ?* Bon je vais tenter de rattraper le coup. Il le faut bien.

« Heu... oui, enfin non tu déranges pas... »

J'ai l'impression de fondre sur ma chaise. Je n'ai pas l'habitude de parler aux garçons. Avant je n'avais que des amies filles. Les garçons étaient entre-eux et pareil pour les filles. Mais dans cette école, ils ont tous l'air de se mélanger...

Une heure d'étude de gâché grâce à une rencontre  libre 

« Heu... oui, enfin non tu déranges pas... » répondit alors la Poufsouffle.

Ryan rigola gentiment et luis sourit, elle avait l'air un peu stréssée de lui parler, il sourit et en avait totalement oublié ses devoirs, après tout il avait le temps pour les faires car ils étaient prévus pour la semaine suivante. Il regarda la jeune poufsouffle, elle était jolie, elle avait des yeux verts qui était assez peçants mais qui ne lui déplaisait pas. Il se souvint donc de répondre à la jeune fille en lui parlant le plus gentiment possible.

-Hey, calme toi... Je ne mords pas

Il lui adressa un grand sourire avec un clin d'oeil amical, d'après ce qu'il voyait, elle était sympa. Après tout, les Poufsouffles étaient connus pour être des gens vraiment sympa et loyaux, donc fidèle. Il s'asseya donc à cote d'elle et remarqua qu'll était assez proche d'elle mais il ne s'écarta pas car il était sur que la fille ne dirait rien car il n'y a pas d'intention romantiques, enfin c'est ce qu'il croyait bien entendu. Il ne savait pas comment pensait une fille, car sa soeur était un peu près garçon manquée. Il lui souriait radieusement et sans s'en rendre compte il remit une mèche dérrière l'oreille de la jeune fille.

- au fait, je m'appelle Ryan et...il se mit à rougir Désolé pour avoir remis tes cheveux, j'aime juste faire ça pour rendre encore plus belle les personnes qu'elles ne le sont... enfin je dis pas que t'es moche bien au contraire, tu es très belle... heu

Il joua avec ses cheveux, il était nerveux. Il voulait connaitre un peu plus la fille car il la trouvais sympa, elle souriait apparemment et il souriait aussi. Peut$être un jour deviendraient ils amis, du moins il l'espérait. Il souriait à la fille, il était encore collé a elle sans s'en rendre compte et recula un peu pour lui laisser un peu d'air, il devait être collant. Il se souvint qu'il e connaissait pas son prénom.

Sinon, quel est ton nom ma jolie ?

Il rougit en se rendant compte de ce qu'il disait.

Une heure d'étude de gâché grâce à une rencontre  libre 

Solenn se leva et fit grincer la chaise. Elle ne savait pas pourquoi, mais elle trouvait ce garçon terriblement mignon, et toute sa timidité avait disparu. Alors elle s'avança vers lui, jusqu'à se coller à lui. Il était plus grand qu'elle et elle lui arrivait au niveau de la poitrine, qu'elle trouva très musclé. Alors elle fit glisser se cheveux de ses yeux, leva la tête, et le regarda dans les yeux. Elle se mit sur la pointe des pieds et lui murmura à l'oreille :

-Et toi, quel est ton nom, mon chou ?

Elle caressa ses cheveux, noirs, d'un noir magnifique. La rousse recula et s'assit en croisant les jambes, en continuant à la regarder. Elle se sentait forte, pour la première fois. Pour la première fois, elle osait regarder les gens dans les yeux, osait parler sans devoir être toute rouge. Elle était si contente de ce changement inattendu et commença à sourire d'une façon très séduisante, tout en continuant de le détailler des pieds à la tête. Elle passa la main dans ses cheveux et enleva son gilet. La Serpentarde regarda Charlène, sans réussir à voir quels émotions et sentiments la tiraillaient.

-Tu sais, je n'ai jamais vu quelqu'un d'aussi... beau... et parfait.

Elle invita le garçon à s’asseoir sur une chaise près d'elle, ce qu'il fit. Elle se mit ensuite sur ses genoux, et le regarda dans les yeux. Il avait des yeux magnifiques, qui transperçaient le coeur de Solenn. Son visage était parfaitement symétrique, il avait une mâchoire prononcé, qui lui donnait l'air sauvage. Il reflétait la confiance et la Seprentarde adorait cela. Elle n'arrivait pas à s'arrêter de sourire, et caressa la joue du Gryffondor. Elle passa sa main sur ses lèvres, et continua sur son cou. Elle se leva, se remit sur sa chaise et continua encore à le regarder, amoureusement. Il étzit si beau, elle n'avait jamais vu quelqu'un d'aussi séduisant, d'aussi beau, d'aussi... Parfait ! Solenn n'arrivait pas à s'arrêter de sourire. *Arrête, tu dois être bête !* Mais au fond, elle s'en fichait. Elle voulait juste le regarder jusqu'à l'infini. Tout les gens autour avaient disparus, le mobilier aussi, ne restait que et encore que ce gryffondor. Pour l'éternité.

Deuxième année, clarinettiste à la chorale
Même le plus petit des Serpents a du venin !
"Un être vous manque, et tout est dépeuplé", Lamartine

Une heure d'étude de gâché grâce à une rencontre  libre 

Il souriait et il vit la Serpentard se lever et aller se coller à lui, elle était rousse, et il savait qu'il avait toujours eu un gros faible pour les rousses. En plus, elle était un peu plus petite que lui, il adorait ça. Elle dégagea ses yeux et le regarda dans les yeux, il vit des yeux dans lesquels il ne s'était jamais perdu comme maintenant, il était hypnotisé par les yeux de la rouquine, et il souriait betement. Elle se mit sur la pointe des pieds et lui dit dans l'oreille avec une certaine émotion:

-Et toi, quel est ton nom, mon chou ?

Il sourit et lui dit dans l'oreille doucement et en jouant avec les boucles de la fille.

-Ryan, et toi ? lui dit il

Il sentit qu'elle lui caressait les cheveux, il adorait quand on faisait ça, sa mère le faisait souvent avant. Soudain, il vit qu'elle recula tout en regardant Ryan, mais il voyait un regard joueur et séduisant dans les yeux de la jeune fille. Il adorait ça, en plus, il ne voulait pas se l'avouer mais elle lui plaisait. Il la vit retirer son gilet après s'être assise tout en lui disant:

-Tu sais, je n'ai jamais vu quelqu'un d'aussi... beau... et parfait.

Il rougit doucement et sourit en la regardant, il pensait la même chose pour elle, il ne savait pas ce qu'il lui arrivait. Il s'assit sur invitation de la fille et sentit qu'elle se mit sur ses jambes et le regardait dans les yeux, il pensait toujours qu'elle avait les yeux d'une déesse.

- si tu as surement vu quelqu'un de parfait, il suffit de te regarder dans le miroirlui dit il en voix romantique.

Il sentit alors une main de la fille aller sur ses levres puis sur son cou, il souriait et fit la même chose, puis il la vit se lever et s'asseoir en le regardant amoureusement, elle souriait toujours et Ryan ressenti comme une pulsion, puis il se leva et s'approcha d'elle.

-Désolé d'avance ma belle lui dit il avant de poser ses levres sur les siennes.

Une heure d'étude de gâché grâce à une rencontre  libre 

-Désolé d'avance ma belle...

Et il posa ses lèvres sur les siennes. Alors, juste à ce moment, Solenn retrouva ses esprits et se rendit compte de ce qu'elle faisait. Elle avait été comme envoûté par Ryan et avait agi n'importe comment. Elle devint alors rouge comme d'habitude et se dégagea doucement, non sans regretter car les lèvres du Gryffondor étaient très douces. Elle le regarda dans les yeux, puis baissa le regard, et son visage devint presque violet de honte.

-Je suis désolé... Moi aussi... Je ne sais pas ce qui m'a pris...

La Serpentarde essayait de réfléchir, mais c'était comme si son cerveau avait fondu. *Ce qui est fait est fait ! Maintenant, assume les conséquences !* Le visage de Solenn reprit une couleur acceptable et elle leva la tête. Elle regarda de nouveau Ryan, qui était toujours aussi beau, et qui ne comprenait pas ce qui se passait, et lui dit, avec tout le courage dont elle était capable :

-En fait, j'ai eu un moment d'absence, mais... Euh... Comment dire... Ça va mieux, je me suis ressaisis.

Ne voulant pas faire de peine au garçon qui semblait croire qu'elle ne voulait pas de lui, ce qui était complètement faux et s'avança vers lui et se justifia encore une fois, comme pour se faire pardonner de son comportement :

-J'adorerais te connaître un peu mieux... Et si on discutait tous ensemble, pour connaître les goûts de chacun ?

La rousse avait toujours aussi honte et n'osait pas regarder Charlène. Son comportement était inacceptable, elle le concevait, et cela avait du gêner la pauvre Poufsouffle, qui n'avait rien demandé. *Solenn, tu as fait du grand n'importe quoi, tu ne vas vas pas non plus commencer à ignorer les gens qui ont assisté à ça ?*. Alors, la Serpentarde esquissa un timide sourire vers Charlène, comme pour s'excuser de cet étrange moment. Elle prit un livre au hasard sur la table et tomba sur un livre de potions. Elle voulait se cacher derrière un livre, mais celui-là l'ennuyait beaucoup trop, même pour faire semblant. Alors, elle commença avec ses mauvaises manies, et se tritura les mains, comme pour faire passer le temps plus vite. Au fond d'elle, elle voulait se terre sous sa couette et ne plus en ressortir, être oublié de tous. Ou encore partir, loin, devenir un ermite, et devoir se battre pour manger. Ou peut-être déménager en laponie, vivre avec des chiens de traîneau. Tout, mais pas ça.

Deuxième année, clarinettiste à la chorale
Même le plus petit des Serpents a du venin !
"Un être vous manque, et tout est dépeuplé", Lamartine
  Retour   Répondre