Salle d’études

Inscription
Connexion

Deux pour le prix d'une  PV Margot Belle 

Ae-Young entra dans la salle d’étude, et chercha une table libre pour travailler à son aise. Si possible à minimum deux mètres de toute vie humaine. La jeune coréenne déambulait entre les tables, gênée des regards de certains élèves. Elle désirait trouver un endroit pour se poser au plus vite, afin de ne pas rester debout devant tous les élèves curieux.

Coup de chance : une table était libre, tout au fond. Il faisait un peu sombre, aucune importance. La petite asiatique se hâta d’aller s’y installer. Elle posa son sac sur la chaise à côté de celle où elle s’était assise, pour s’assurer que personne ne viendrait s’asseoir juste à côté d’elle. Elle sortit ensuite sa trousse et plusieurs parchemins, afin d’écrire à sa grand-mère, qui lui avait fait promettre de lui envoyer un mot au moins une fois par mois, ne serait-ce que pour dire qu’elle allait bien.

Ae-Young posa sa plume sur le parchemin, sans savoir par où commencer.


"할머니,


잘지냈어요?
부산에서모든 일이 잘 진행되기를 바랍니다.

여기,괜찮아.나는영어에 문제가 있지만,시간이지날수록 익숙해진다.반면에액센트가 작동하지 않는 경우가 있습니다 ...때로는어떤 사람들은 내가하는 말을 이해하는 데 어려움을 겪습니다. 내가많이 말하는 것 같지 않지만 ..
 
그리고나는 아직도 많은 철자법 실수를합니다.
마지막으로전반적으로 비교적 잘 진행됩니다.

크리스마스휴가 기간에 다시 올 수 있습니까?나는정말로 원할 것이다.

좋은하루 되세요.

헤영

추신: 편지에대해 유감스럽게도 전자 제품은 혹와트스에서 작동하지 않으므로이 편지를 우편으로 보낼 수 없습니다."

Ae-Young reposa sa plume à côté de la feuille, satisfaite de ce qu’elle avait écrit. Elle doutait que sa grand-mère accepte qu’elle retourne chez elle pendant les vacances, mais… Elle ne perdait rien à demander, n’est-ce pas ?
Ayant fini sa lettre, Ae-Young la posa à côté de ses affaires pour enfin commencer ses devoirs.


Reducio
Le coréen est très approximatif, il vient de google traduction... Je ne suis pas encore assez forte pour écrire tout ça de moi-même, malheureusement...
Pas d’avatar
Margot Belle  

Deux pour le prix d'une  PV Margot Belle 

Margot  se précipita dans la salle d'étude, elle espérait y trouver un peu de calme, ailleurs dans la château, il y avait trop de bruit.
La rouquine poussa un soupir de soulagement lorsqu'elle vit, qu'il n'y avait pas trop de monde, et donc pas trop de bruit, elle allait enfin pouvoir se détendre un peu.
Environ une fois par semaine, elle prenait un temps rien que pour elle, pour pouvoir évacuer tout le stress accumulé durant les jours précédents. Cela lui permettait d'être moins tendue, et d'avoir l'esprit plus clair pour les cours.

Elle s'assit à une table, seule. Elle ferma les yeux un moment afin de trouver, ce qui, cette semaine, lui permettrait de se sentir mieux. Une idée lui vint, le dessin.
Depuis le jour de la mort de sa grand mère, elle avait cessé de dessiner, car c'était trop dur, car c'était sa grand mère qui lui avait appris.
Mais aujourd'hui, Margot sentait qu'elle allait avoir la force, de redessiner, elle aurait la force, de tourner une nouvelle page. Il fallait qu'elle aille de l'avant.

Elle sortit de son sac une feuille et des crayons. Sa main tremblait au dessus de la feuille. La rousse respira doucement et laissa son esprit diriger le crayon, elle ne réfléchissait pas. Les gestes venaient d'eux mêmes dirigeant sa main. Elle n'avait presque pas conscience de se qu'elle dessinait. C'était cette sensation qui lui était si chère. Doucement sa main s'arrêta, lâchant le crayon sur la feuille.
Margot regarda alors ce qu'elle avait dessiné. C'était une louve, le patronus de sa grand mère. L'émotion la prit alors, mais elle refoula ses larmes. Elle allait mieux, elle avait tourné une nouvelle page.

Margot roula le dessin, rangea son crayon et se leva. Elle allait partir, lorsqu'elle vit, tout au fond de la salle, une fille, seule. Curieuse de voir une fille dans cette partie se sombre de la pièce, Margot s'approcha, et vit qu'elle était en train d'écrire une lettre, dans une langue qui lui était inconnue. La rouquine s'approcha et lui demanda d'une voix douce.

Salut, tu vas me trouver indiscrète mais, pourquoi tu es ici, il fait sombre non. En plus si tu écris avec cette lumière, tu risques de te faire mal aux yeux.

Deux pour le prix d'une  PV Margot Belle 

Alors qu'elle allait entamer un devoir en potions, Ae-Young entendit des pas se diriger vers elle. La jeune fille garda les yeux rivés sur sa feuille. Elle ne savait pas qui approchait, ni si cette personne venait vraiment vers elle, mais elle ne voulait voir personne. Absolument personne. Les pas se rapprochaient de plus en plus, et s'arrêtèrent finalement devant la petite coréenne.

Salut, tu vas me trouver indiscrète mais, pourquoi tu es ici, il fait sombre non. En plus si tu écris avec cette lumière, tu risques de te faire mal aux yeux.

Ae-Young releva les yeux vers la voix féminine. Une jolie voix, d'ailleurs. Elle ne voulait peut-être voir personne, mais elle n'était pas non plus impolie, et n'allait pas laisser la fille comme ça sans même lui répondre.

Ae-Young n'avait toujours pas vraiment l'habitude de parler anglais - elle n'avait d'ailleurs pas compris le sens du mot "indiscrète"-, et était très maladroite, aussi réfléchit-elle à ce qu'elle devait répondre avant de dire une connerie.

Je... Je n'aime juste pas les autres, et... Le noir ne me dérange pas. Je sais quand même lire et écrire comme ça.

Ae-Young maudit sa voix cassée et son bafouillage. Elle n'avait pas cette aisance pour parler avec les autres comme elle le faisait en coréen. C'était en partie pour ça qu'elle restait seule. Elle ne voulait pas qu'on se moque de sa façon de parler, de son accent, de sa maladresse... Mais elle espérait tout de même que la fille l'aie comprise.

Alors, Ae-Young fit une chose qu'elle n'aurait jamais tenté en temps normal. Elle ne savait d'ailleurs pas ce qui lui avait pris de demander ça à la rousse.

Tu t'appelle comment ?

Aussitôt dit, l'asiatique baissa la tête vers son devoir, gênée, et entreprit de griffonner un petit personnage au crayon dans la marge, qu'elle effacerait avant de rendre son devoir au professeur, bien sûr !
Pas d’avatar
Margot Belle  

Deux pour le prix d'une  PV Margot Belle 

La fille en face d'elle semblait très timide, Margot voyait en cette serpentarde ce qu'elle même était l'année passée, associable. Margot l'était toujours mais faisait des efforts et depuis quelques temps, commençait à reparler avec les autres, rire... Mais elle savait à quel point c'était difficile de ne pas être sociable car on était tout le temps mis à l'écart, les gens disaient de nous qu'on était "bizarre". La rousse espérait pour la fille en face d'elle qu'elle ne vivait pas ça, qu'elle avait quand même des amis.

Margot crut comprendre ce qui embêtait cette fille quand elle se mit à parler, elle avait une voix cassée et un léger accent, cela ne gênait pas Margot, elle aimait bien ces voix là, un peu différente. Elle, elle avait une voix si ordinaire, une voix claire et puis... c'est tout, rien de spécial ! "Je n'aime pas les autres". Margot fut quelque peu surprise mais sans plus, c'est ce qu'elle s'était dit dans sa tête pendant toute l'année précédente. La serdaigle ne voulait pas que cette fille devienne comme elle, trop renfermée, et elle allait l'aider, car si quelqu'un peut aider une personne qui est renfermée, c'est bien Margot.

Tu n'aimes pas les autres ? Pourquoi, c'est parce que tu ne les connais pas ? Moi c'est Margot, et je suis un peu comme toi, je suis renfermée sur moi même mais je me suis rendue compte que en fait les gens autour de nous sont bien plus sympa qu'ils en ont l'air quand on les connait bien ! Tu t'appelles comment toi ?

Margot aimait bien cette fille, elle ne savait pas trop pourquoi mais c'était peut être parce que elle se voyait en cette fille, elles étaient toutes deux renfermées.


Reducio
Excuse moi pour ce retard :(

Deux pour le prix d'une  PV Margot Belle 

En disant qu'elle n'aimait pas les autres, Ae pensait qu'elle allait faire fuir la jeune rousse, mais ce fut tout le contraire.

Tu n'aimes pas les autres ? Pourquoi, c'est parce que tu ne les connais pas ? Moi c'est Margot, et je suis un peu comme toi, je suis renfermée sur moi même mais je me suis rendue compte que en fait les gens autour de nous sont bien plus sympa qu'ils en ont l'air quand on les connaît bien ! Tu t'appelles comment toi ?

Ae-Young se demandait qu'est-ce qui lui avait pris de demander son nom à la rousse. Cette dernière avait l'air d'une vraie pipelette.

Ae-Young, prononça-t-elle avec son accent. Mais j'aime pas les gens, c'est tout. J'ai pas envie de les connaître.

Ae jeta un regard noir à la serdaigle en face d'elle, et retourna à ses devoirs. Elle souffla. Elle n'y comprenait strictement rien. Il y avait bien Margot devant elle, à qui elle pourrait demander, mais elle s'y refusait totalement. Elle avait besoin de réussir tout ça seule. Sans personne. Sans demander d'aide à personne. Sentant toujours une présence devant elle, la petite coréenne releva la tête. Margot était toujours là.

Tu pars pas ? Je veux pas te parler, je t'ai dit. Va-t-en.

Et elle se remit de nouveau le nez dans ses devoirs.

Reducio
T'inquiètes, c'est moi maintenant... :sweatingbullets:
Et juste : "Ae--Young" se prononce "hè-yong", je te le dis, même si ça sert pas à grand chose à l'écrit ^^
Pas d’avatar
Margot Belle  

Deux pour le prix d'une  PV Margot Belle 

Alors ça ! Margot n'allait pas laisser passer. Une première année qui allait lui demander de partir ! Margot savait ce que c'était de ne pas aimer les gens, plus que quiconque ! Fini la gentille Margot, maintenant ce serait à la plus forte, celle qui serait la plus hostile et elle doutait que la fille en face d'elle puisse rivaliser car si Margot commençait à s'énerver, sa méchanceté pourrait très vite ressortir. La Serdaigle avait essayé d'aider cette fille, mais elle ne lui rendait que ça un "va-t-en".

Margot essaya de souffler un coup, elle n'allait quand même pas s'énerver aussi facilement, cela la rendrait ridicule plus qu'autre chose.

Tu sais c'est pas en disant que t'aimes pas les autres que tu vas me faire fuire, j'en ai vu des pires que toi.

Margot essaya de se concentrer sur autre chose, elle regarda ce que Ae Young était en train de faire, un devoir apparemment et elle était en train de bloquer sur quelque chose, peut être était-ce la raison de son énervement. La Serdaigle ne lui proposa pas de l'aider consciente que cela n'arrangerait pas les choses, au contraire, ça ajouterait de l'huile sur le feu.

T'es pas obligée de me détester tu sais, j'ai juste voulu t'aider un peu.

Margot espérait arranger un peu les choses en disant cela mais savait bien que ce ne serait pas chose facile si Ae-Young ni mettait pas du sien.