Salle d’études

Inscription
Connexion

Travailler, est-ce s'amuser ?

PV avec Rosalie Boiscedre.

Image



Karla vagabondait telle une personne sans âme qui ne savait où allait. Son regard était vide. Ses gestes mous. Elle avait les cheveux attachés sous la forme d'un chignon, ce qui lui donnait un air nonchalant. A vrai dire, cet air n'était pas complètement faux car, la jeune fille avait toujours été de nature froide et distante du fait de sa timidité. A vrai dire, elle n'était pas très à l'aise avec les personnes pouvant parler, marcher, rire. Les humains, donc. Quant à ses vêtements, ils étaient basiques, soit des habits à la couleur de sa maison; or et rouge. Marchant lentement, sa cape faisait guise de balai. D'ailleurs, tous les élèves en portaient. Cela faisait sans doute faire des économies à la directrice du château. En effet, elle avait moins d'employés d'entretien à embaucher de la sorte. Les capes des élèves faisaient office de balai. 

Arrivée devant une fenêtre donnant sur le parc, son regard fut attiré par deux élèves en train de parler, ou hurler. A vrai dire, d'où elle était, elle n'entendait rien. Elle ne voyait que deux silhouettes qui étaient en train de bouger de manière irrégulière, faisant de grands signes avec leurs bras. Pourquoi se souciait-elle de ce qu'il se passait par la fenêtre ? A vrai dire, elle en avait rien à faire surtout s'il s'agisait d'histoires de crêpage de chignons. Son regard se posa ensuite sur le ciel. Gris. Avec quelques nuages défilant à toute vitesse. Un orage accompagné de pluie allait bientôt s'abattre sur le château. La jeune fille se demandait bien ce qu'elle allait pouvoir faire par cette journée maussade. Elle n'avait rien de prévu. La journée s'annonçait donc longue. Soupirs. Regard dans le vide. Idées surréalistes. Pensées envers ses parents. Voilà ce à quoi allait se résumer sa journée. Lorsque tout à coup, elle se rappela de hiboux qu'elle avait échangé il y a peu avec une jeune fille du même âge qu'elle. Comment avait-elle pu les oublier ? C'était d'ailleurs même Karla qui lui avait proposé de se rendre aujourd'hui au sein de la salle d'études, afin de travailler une matière. Qu'importe la matière, Karla les aimait plus ou moins toutes. Bien qu'au fond d'elle, elle espérait pouvoir s'entrainer avec sa baguette magique en réalisant des sorts. Sa camarade allait peut-être même pouvoir l'aide. Elle se dépêcha donc d'aller chercher ses affaires au sein de sa salle commune. Elle décida de prendre quelques petits objets. Des parchemins. Elle devait être prévoyante ne sachant pas encore ce qu'elles allaient faire. 

Elle se dépêcha ensuite par peur que son invitée soit déjà arrivée. La Mott était quelqu'un de très ponctuelle en temps normal. Vous vous imaginez, que dès la première rencontre, elle arrive en retard ? Elle n'aurait sans doute pas fait très bonne impression et leurs premiers mots auraient été quelque peu tendus. Après avoir descendu cinq étages et avoir manqué de tomber un peu moins d'une dizaine de fois. Elle se trouvait, encore sous le choc des émotions devant la salle d'études. Plantée devant la porte, elle hésita un instant à la pousser. Après tout, peut-être que la jeune fille avec qui elle avait dialogué avait elle aussi oublié leur rendez-vous. Peut-être était-elle déjà partie car, Karla avait mis trop de temps. Mais, elle étant devant le fait accompli. Elle devait pousser cette porte, elle ne pouvait pas faire demi-tour, ça serait un manque de respect envers sa camarade. 

D'un coup de main, elle poussa la porte qui grinça sous le poids de sa main. Elle franchit le seuil puis, la referma derrière elle. Quelques regards se tournèrent en sa direction du fait du bruit causé par son entrée. Autour d'elle, quelques élèves en groupe étaient déjà présents. Mais, personne n'était seul. Sa camarde n'était donc pas là. Peut-être était-elle pas encore arrivée. Ou partie. Qu'importe, Karla allait l'attendre. D'ailleurs, elle ne savait pas à quoi ressembler sa camarade, leurs dialogues ne s'étaient faits que par hibou. Enfin soit, cela n'avait pas d'importance, elles se reconnaitraient si jamais elle arrivait.

Après avoir scruté la salle, elle alla s'installer à la table la plus proche. Sortit un parchemin et commença à lire son cours. 

"Ce n'est pas un bon signe de santé mentale d'être bien adapté à une société malade."

Travailler, est-ce s'amuser ?

Aujourd'hui, c'était une journée fraiche, une journée qui annonçait des gelées tardives, le temps laissait passer quelques rayons de soleil au bon grès de ses envies. 
Rosalie quant à elle était en train d'essayer d'attraper sa chaussettes qui se baladait dans sa chambre. Oui, sa chaussette se baladait réellement à travers la pièce. La jeune Poufsoufflle avait décidé de s'entrainer à lancer le sort  Wingardium Leviosa sur une de ses chaussettes. Mais n'étant pas très douée dans la matière des sortilèges, au lieu que sa chaussette à petit poids s'envole gracieusement dans les airs, comme elle aurait dû le faire, elle s'était éveillée, gigotant sur elle même, puis elle s'était mise à courir, à sauter sur les murs.... On pouvait la voir cavaler dans tout les recoins de la chambre, comme si des minuscules petites jambes avaient poussé sur la chaussette.
Il fallait voir le tableau, Rosalie avait les cheveux tout ébouriffé, sa robe chiffonnée, un de ses pieds était nu... Si de la fumée pouvait lui sortir de la tête, elle aurait embué la pièce entière. 
La jeune fille se lança alors dans d'incroyables acrobaties pour essayer de l'attraper, mais rien y fait, cette chaussette était beaucoup trop rapide. Rosalie tenait une corbeille dans ses mains, cachée derrière le lit, prête à attraper cette fichue chaussette! * Je vais l'avoir, elle ne m'échappera pas *
La chaussette passa devant elle, la Poufsoufflle se jeta dessus, tête la première, telle une lionne sur sa proie. Quand elle regarda sous la corbeille, aucune chaussette à l'horizon. * Je rêve où j'entend cette maudite chaussette se moquer de moi ? * 

La chambre aux couleurs jaune était sans dessus-dessous, la commode près du lit renversé, les rideaux à terre, des feuilles de parchemin volaient dans les airs, ses manuels éparpillés aux quatre coins de la pièce et le portrait de A était renversé, d'ailleurs on pouvait voir l'image s'enfuir à toute jambe.
Qu'allait dire ses colocataires ? * Plus jamais je ne ferais de sortilège, c'est fini pour moi ! * 
A cette pensée Rosalie se souvint dans un éclair d'illumination qu'elle avait rendez-vous avec une jeune Gryfone. Elles c'étaient échangées des messages par hiboux pour travailler ensemble. D'ailleurs elle fut agréablement surprise de recevoir un tel message. Peut-être que cette autre première année avait entendue parler de Rosalie... comme une mauvaise élève à qui il faut donner des cours? Elle se demandait pourquoi elle ? Elle n'était pas si douée, mais peut-être que la jeune Gryfone ne l'était pas non plus ? En tout cas, Rosalie avait accepté avec plaisir, cela la changerait de sa solitude! Elle avait besoin de travailler ses sorts au plus vite, la chaussette en est la preuve vivante!

* Qu'elle idiote! Le rendez-vous, oh non je suis déjà en retard* 
Rosalie prit un manuel au pif qui traînait à côté de la commode renversée. Elle ramassa sa baguette, mit sa cape à l'envers, elle ouvrit la porte et déboula dans les escaliers à une vitesse folle, avec une seule chaussette au pied.

La porte de sa chambre resta ouverte, la chaussette en profita pour s'échapper dans un ricanement...

Rosalie arriva en trombe devant la salle, elle allait si vite que dans son élan elle ouvrit la porte qui se claqua dans un bruit sourd contre le mur. La jeune fille cria d'une voix vive et essoufflée :" Je suis là !!".
À ce moment, tout les regards se posèrent sur Rosalie. 
L'ambiance était chargé en électricité, un jeune Serdaigle lui lança un regard noir qui refroidirait un désert ardent. La jeune fille regarda tout autour d'elle, un peu confuse, elle devina vite qu'elle avait encore mit les pieds dans le plat, qu'elle maladroite! Puis elle replaça une mèche de ses cheveux rouge feu, passa sa main sur sa cape comme pour essayer d'enlever les plis, ce qui ne changerait pas grand chose. Elle s'avanca vers les tables, à la recherche de Karla, entre chaque groupe d'élève elle ne cessait de répéter : " Excusez-moi, désolée, vraiment, excusez moi. " Enfin elle vit une jeune fille installée seule sur une table près de la porte,  elle s'approcha et demanda d'une voix timide :
" Karla ? " 

" Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe "
La curisosité est mon gouvernail.

Travailler, est-ce s'amuser ?

Cela faisait maintenant quelques minutes que Karla lisait son parchemin. D'un air amusé, elle fit sortir un petit rire aigu de sa bouche. Elle constata qu'elle écrivait vraiment comme une personne ayant deux mains gauches. A moins qu'elle n'ait écrit avec ses pieds. Son écriture était illisible. Etant gauchère, quand elle écrivait à l'encre, sa main la faisait s'étaler. Ce n'était pas vraiment pratique d'être gaucher.e. Ils faisaient face à de nombreux inconvénients. Que cela soit pour couper du papier, pour écrire et j'en passe. Comme allait-elle réviser ses cours pour les examens terminaux si elle n'arrivait pas à se relire ? Elle se le demandait. Mais, elle avait encore le temps d'y penser, pour l'instant, nous n'étions qu'en milieu d'année. Un bruit sourd se fit entendre, ce qui provoqua un mouvement de recul de Karla qui fit tomber son encrier  sur son parchemin. Il y en avait partout. *Les gens ne pouvaient-ils pas fermer délicatement une porte ?* Etait-ce trop compliqué ? Plus occupée à essayer de nettoyer les dégâts causés, elle ne leva pas la tête afin de voir qui avait causé sa mésaventure. Lorsque tout a coup, elle entendit d'une voix vive ayant l'air essoufflé :

 " Je suis là !!" 

Karla se demandait bien qui pouvait bien parler aussi fort. Son regard se leva alors. Face à elle, se trouvait une jeune fille aux cheveux rouges. La rouge et or se mit alors à sourire. Pour l'instant, toutes les personnes qu'elle avait rencontré avaient des cheveux possédant des couleurs sortant de l'ordinaire. Rouge. Orange. Violet. Que les élèves au sein de Poudlard étaient originaux. Quant à Karla. Ses cheveux étaient des plus communs. Châtains tirant sur le blond. Karla scruta la jeune fille. Elle avait l'air désemparé et un peu perdue. D'ailleurs, on aurait dit qu'elle venait tout juste de sortir du lit, à moins qu'elle n'ait fait la guerre contre je ne sais quelle créature. Elle avait encore les cheveux ébouriffés malgré un mouvement de main pour remettre sa mèche en place. Sa cape était pliée. Le regard de Karla arriva aux pieds de la jeune fille, elle constata qu'il lui manquait une chaussette. Son look était complètement décalé et la jeune Mott était toute amusée de ce spectacle qui s'offrait à elle. Elle ne se moquait pas d'elle, loin de la même, mais, elle était amusée de voir une personne telle qu'elle. Elle devait être très drôle comme fille. Si intéressante à découvrir. 

La Mott devait cependant se remettre au travail, elle n'avait pas de temps à perdre. Aujourd'hui, le but était de s'exercer sur des sortilèges qu'elle avait appris auparavant. Que cela soit en Sortilèges et Enchantements qu'en Défense Contre les forces du Mal. Ils étaient basiques mais, il fallait tout de même réaliser au moins une fois avant de les maitriser et passer l'exercice noté. Mais, elle fut très rapidement une nouvelle fois sortie de ses pensées. Des bruits de pas se rapprochaient d'elle tout en disant : 

" Excusez-moi, désolée, vraiment, excusez moi. "

Les bruits de pas se faisaient de plus en plus près. La jeune fille décida alors de lever la tête. Peut-être que la jeune fille ayant claqué la porte était la personne avec qui elle allait travailler. Une voix quelque peu timide dit alors : 

" Karla ? "

Il s'agissait bien de la personne étant rentrée avec fracas. Elle lui sourit puis répondit rapidement : 

"Oui c'est bien moi. Tu dois sans doute être Rosalie. Je t'attendais, j'avais complètement oublié notre rendez-vous, j'avais peur que tu ne sois déjà partie. Comment vas-tu ? Installes-toi." Lui dit-elle tout en lui montrant la chaise située juste en face d'elle. 

"Ce n'est pas un bon signe de santé mentale d'être bien adapté à une société malade."

Travailler, est-ce s'amuser ?

"Oui c'est bien moi. Tu dois sans doute être Rosalie. Je t'attendais, j'avais complètement oublié notre rendez-vous, j'avais peur que tu ne sois déjà partie. Comment vas-tu ? Installes-toi."

La jeune Gryfone lui montra la chaise en face d'elle. Rosalie était soulagée, elle n'était pas la seule à avoir oublié le rendez-vous. Deux têtes en l'air ? Cela risquait d'être assez drôle pour la suite des événements. Elle s'assit en face de sa camarade, elle enleva sa cape pour la poser sur le dossier de la chaise et installa ses jambes croisés en tailleur, ce qui lui donnait une posture nonchalante et enfantine. Elle sorti une paire de lunette ronde d'un boitier en bois gravé, ça lui rajoutait un air sérieux à son côté farfelu. La Poufsouffle regarda sa camarade avec un grand sourire, un de ses sourire naïf qu'elle seule avait même lors des situations les plus embarrassantes. Elle était comme ça, toujours très positive, ce qui pouvait en agacer certains.
Karla avait un regard doux, ses cheveux châtains reflétaient des nuances de blond doré au soleil, son visage était fin et harmonieux. Rosalie était ravie de découvrir une nouvelle élève et peut-être ce faire une nouvelle amie ? Surtout qu'elle n'avait pas l'air effrayé par son côté loufoque et maladroit, au contraire elle avait l'air amusée par cette situation, elle lui sourit et Rosalie se détendit enfin. 

" Comme ça on est deux, moi aussi j'avais oublié le rendez-vous, j'étais en train de me battre contre une de mes chaussettes... Je vais bien, enfin je pense." Rosalie se regarda de la tête aux pieds comme si elle s'examinait minutieusement et explosa de rire, faisant se retourner une nouvelle fois les regards de la salle, mais cette fois elle ne les remarqua absolument pas. Elle regardait seulement Karla avec des étincelles dans son regard :  " Enfin, je ne ressemble à rien mais tout va bien !! et toi ? " 

La jeune fille posa son manuel qu'elle avait prit en coup de vent près de sa commode, elle le posa sur la table, regarda la couverture et tira une petite moue du coin des lèves : " Oh non défense contre les forces du mal, là seule matière que je n'aime pas, désolé j'ai pris qu'un seul manuel, mais j'ai ma baguette pour les sorts si tu préfères ?"
Rosalie n'avait pas vu que de l'encre noire coulait sur la table, elle avait posé son manuel dessus projetant des petite gouttes autour d'elle.  Il était en train d'absorber l'encre, ses pages étaient fichues, imbibé de cette substance noire * Pourquoi les sorciers n'utilisent pas des stylos comme tout le monde ? * Pensa t'elle. Elle regarda le manuel et rit à pleins poumons, au vu des événements d'aujourd'hui rien ne pouvait plus l'ennuyer : " Bon bah ce ne sera pas défense contre les forces du mal ! " Elle sortit un mouchoir de sa poche et commença à nettoyer le gros livre imposant à la couverture sombre.

" Dis moi, tu veux travailler sur quoi exactement ? Et pourquoi tu as pensées à moi  ? On peut pas dire que je sois vraiment très douée, sauf en potion, mais le reste je suis une catastrophe ambulante ! "

" Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe "
La curisosité est mon gouvernail.

Travailler, est-ce s'amuser ?

Après avoir posé quelques questions, la jeune fille s'assit sur la chaise qu'avait été indiquée par Karla au préalable. Une fois assise, elle enleva sa capa, s'installa en tailleur. Puis d'un coup de main, elle sortit une boite en bois gravé où s'y trouvait ses lunettes.  Rondes. Cet élément sur elle lui donnait une certaine allure. Sérieuse mais, pas trop. La jeune fille semblait enfin se détendre puisqu'elle avait répondit au sourire de l'or et rouge. Rosalie dit alors :

"Comme ça on est deux, moi aussi j'avais oublié le rendez-vous, j'étais en train de me battre contre une de mes chaussettes... Je vais bien, enfin je pense." 

A cet instant, elle émit un petit rire. Elle n'était donc pas la seule à avoir oublié ce rendez-vous, qu'elle pouvait être tête en l'air parfois. Mais au moins, cette fois, elles étaient deux. 

" Enfin, je ne ressemble à rien mais tout va bien !! et toi ? " 

Il était vrai que la jeune fille avait l'air tout droit sortie de son lit. Avec une allure extravagante mais, cela importait peu Karla l'aspect physique ou vestimentaire des gens. Tout ce qu'elle recherchait c'était des personnes avec qui elle pourrait rire, parler et s'amuser. Tout ce qu'une enfant d'à peine âgée de onze ans cherchait en somme. L'amusement. Il lui en fallait d'ailleurs peu pour s'amuser. Travailler, faisait d'ailleurs parti de ses amusements préférés. Elle aimait beaucoup étudier, ce qui lui permettait de développer son esprit, de découvrir de nouvelles choses mais, également savoir ce qu'elle aimerait faire plus tard, quand elle aurait terminé ses études. Elle n'en était pas encore là, loin de là d'ailleurs mais, elle était prévoyante. De ce fait, dès qu'elle découvrait quelque chose qu'elle ne connaissait pas, elle s'y lançait dedans corps et âme. Pour ne pas avoir de regrets plus tard.

Karla répondit ensuite à la question posée par la jeune fille tout en souriant : 

"Je me disais bien qu'il te manquait une chaussette, j'espère que tu arriveras à la retrouver. Sinon, pour ma part, tout va bien, merci."

La jeune fille en face d'elle sortit alors un livre. A la vue de la couverture, la Mott comprit qu'il s'agissait d'un manuel portant sur l'étude de la Défense contre les forces du Mal. Elle se pinça alors les lèvres. Karla y avait déjà participé mais, elle n'appréciait pas spécialement cette matière. Bien qu'elle ne la déteste pas pour autant. A vrai dire, elle n'était pas très douée avec sa baguette bien qu'elle arrivait tout de même à s'en sortir avec des notes convenables. Plus loin elle était d'une baguette magique, mieux cela serait pour tous. Sa camarade la sortit alors de ses pensées et dit : 

" Oh non défense contre les forces du mal, là seule matière que je n'aime pas, désolé j'ai pris qu'un seul manuel, mais j'ai ma baguette pour les sorts si tu préfères ?"

Elle aurait aimé effectuer quelques sortilèges afin de s'entrainer avec quelqu'un. Cela lui aurait permis de réviser ses sortilèges. Karla avait elle aussi deux manuels. L'un portant sur les Défense contre les forces du Mal, l'autre sur les Sortilèges.

L'encre que la jeune fille avait fait tomber quelques minutes étaient toujours en train de couler. Rosalie avait d'ailleurs posé son livre dessus, les feuilles passèrent alors en quelques secondes du jaune au noir. Il était maintenant impossible de lire ce livre. La jeune Poufsouffle sortit ensuite un mouchoir afin de nettoyer son livre.

" Bon bah ce ne sera pas défense contre les forces du mal ! "

 Elle répondit alors : 

"Oh. Je suis désolée pour ton livre... j'aurais du faire plus attention à mon encrier. J'ai mon manuel de Sortilèges, si tu préfères, d'ailleurs, il y a une formule qui te permettrait de le nettoyer. Pour ma part, qu'importe la matière que nous étudierons. Tant qu'on s'amuse tout en révisant, cela me convient."

Karla n'était pas très compliquée. Elle faisait toujours ce qui arrangeait les autres. Elle n'aimait pas les contrarier et, bien souvent, cela ce qu'ils lui proposaient lui plaisait. Alors qu'importe la matière qu'elles étudieraient. Le principal, c'était de s'amuser mais également, découvrir et parler à une nouvelle personne. Qui avait l'air des plus gentilles. Elle lui demanda alors d'un air interrogatif :

" Dis moi, tu veux travailler sur quoi exactement ? Et pourquoi tu as pensées à moi  ? On peut pas dire que je sois vraiment très douée, sauf en potion, mais le reste je suis une catastrophe ambulante ! "

Karla ne savait à quelle question répondre en premier. A vrai dire, elle ne pouvait pas vraiment donner une réponse à la première question car, elle-même ne savait pas quoi réviser. Bien qu'elle aimerait étudier des sortilèges car, elle avait quelques difficultés dans cette matière. Concernant son autre question. Karla avait déjà remarqué la jeune fille, en cours de potions. Cela faisait plusieurs fois qu'elle la voyait d'ailleurs. Habituellement, elle ne fait pas vraiment très attention aux gens qui l'entourent mais, du fait de sa couleur de chevelure particulière, elle avait attiré l'attention de la jeune fille. Elle répondit alors : 

"Si tu le souhaites, on pourrait tout d'abord nettoyer ce livre à l'aide d'une sortilège." Rapidement, elle sortit son manuel. Ouvra le sommaire et pointa une formule : "Tergo". "Cette formule serait parfaite pour ton cas. Enfin, ton livre. Sinon, j'ai pensé à toi car, je t'avais remarquée du fait de tes cheveux couleur feu. De plus, tu avais l'air sympathique. Je me suis donc dite "Pourquoi ne pas lui proposer un rendez-vous en salle d'études car, travailler à deux c'est toujours mieux que seule"". 

Elle sourit ensuite en attente d'une réponse.

"Ce n'est pas un bon signe de santé mentale d'être bien adapté à une société malade."

Travailler, est-ce s'amuser ?

"Si tu le souhaites, on pourrait tout d'abord nettoyer ce livre à l'aide d'une sortilège." Rapidement elle sortit son manuel. Ouvra le sommaire et pointa une formule : "Tergo". "Cette formule serait parfaite pour ton cas. Enfin, ton livre. Sinon, j'ai pensé à toi car, je t'avais remarquée du fait de tes cheveux couleur feu. De plus, tu avais l'air sympathique. Je me suis donc dite "Pourquoi ne pas lui proposer un rendez-vous en salle d'études car, travailler à deux c'est toujours mieux que seule"".

Rosalie était ravi, elles allaient travailler les sortilèges, heureusement que sa camarade avait ramené ses livres, à défaut de son vieux grimoire des forces du mal ! Elle était vraiment touchée par cette invitation, mais un peu honteuse de ne pas avoir remarqué la jeune Gryffone plutôt. 
Les jeunes demoiselles étaient au même cours de potion, comment elle avait fait pour ne pas remarquer une jeune fille aussi gentille aux yeux changeant de couleur ? Rosalie avait de suite remarqué ses yeux hypnotiques qui se modifiaient à la réflexion de la lumière, ils passaient du gris vert au gris argenté. * Quel merveille * Pensa t'elle, * J'aimerai tellement être aussi ... délicate. *

Puis son regard se posa sur la table où son manuel était posé, elle constata les pages jaunes qui avaient noircis par l'encre, elle lui dit  : "Parfait ! Je te laisse lancer le sort en première si ça te dit ? " La jeune fille ne se sentait pas de réaliser une telle prouesse de peur de se ridiculiser devant Karla, elle qui essayer de s'intégrer du mieux qu'elle le pouvait, elle ne voulait pas faire tâche, c'était le cas de le dire. 

Rosalie regardait sa camarde, impatiente elle trépignait sur sa chaise comme une enfant devant une glace au chocolat * Hmm Chocolat *. Mais elle se figea nette, elle se tenait maintenant droite comme un piquet, son visage blanchit d'un seul coup, comme si elle avait vu le fantôme du Moine Gras. 
Dans l'entrebaillement de la porte elle aperçue sa chaussette se trémousser comme pour la narguer 
* c'est pas vrai encore elle, je l'avais complètement oublié !* Rosalie se souvint alors qu'elle n'avait pas refermé la porte de la chambre derrière elle, la jeune fille était partie si vite qu'elle en oublia sa chaussette vivante. Comment avait-elle pu se retrouver ici, l'avait t'elle suivit jusqu'en salle d'étude? 

Karla lui lançait à présent  un regard d'incompréhension face au visage paniqué de la Poufsouffle. 
" Ma chaussettte !!!!, là derrière la porte ! " Elle se leva et grimpa sur sa chaise, elle tendit le doigts vers la porte pour montrer à sa camarade sa chaussette à poids.  Des " Chutes " se faisaient entendre dans la salle, elle ne les remarquait même pas, elle était beaucoup trop occupée à scruter la chaussette comme pour la provoquer en duel. Puis son regard se tourna sur la Gryffone : "Tu veux bien m'aider à l'attraper avant que je me face prendre ? Puis ce sera un bon moyen de réviser nos sortilège ? " 
Rosalie sauta de la chaise et se dirigea vers sa camarade. Elle la regardait avec des battements de cils de biches d'un air très théâtral en espérant que sa camarade veuillent bien l'aider dans son aventure. 

" Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe "
La curisosité est mon gouvernail.

Travailler, est-ce s'amuser ?

En attente d'une réponse, la jeune Gyffondor constata que Rosalie s'était plongée dans ses yeux. Ils faisaient souvent beaucoup d'effets du fait de leurs changements de couleurs. Mais, elle reprit très rapidement ses esprits tout en posant son regard sur son livre taché d'encre. Quel pauvre livre. Il était si mal traité mais, nous allions très rapidement y remédier. Après avoir regardé le numéro de pages qu'indiquait le sommaire. Elle tourna rapidement les pages. Arrivée à la bonne, nous pouvions y trouver toutes les informations nécessaires à la réalisation du sortilège. Karla ne l'avait jamais encore employé. Elle ne savait pas si elle allait réussir mais, c'était tout l'intérêt de leur rencontre. S'entrainer à lancer des sorts, qu'importe la nature ou la finalité. Karla allait lui demander qui allait le tenter en première mais, elle fut devancée : 

"Parfait ! Je te laisse lancer le sort en première si ça te dit ? "

Elle était quelque peu intimidée. Mais, elle était si excitée à lancer ce sortilège pour la première fois. Il s'agissait d'un sortilège basique et totalement inoffensif, les risques s'il serait loupé n'étaient donc pas de grande ampleur. Elle lut très rapidement la page portant sur le sortilège puis, lança un petit clin d'oeil à sa camarade tout en ajoutant : 

"Allez, c'est parti !" 

Karla se leva de sa chaise afin d'avoir plus de place. Sortit sa baguette. Elle se rappela alors des étapes afin de réussir au mieux ce sortilège. Pour qu'il soit parfaitement exécuté, il fallait tout d'abord faire le vide dans son esprit. Penser à rien d'autre sauf à la surface ciblée nettoyée, voir les tâches disparaitre. Elle décida de commencer par la table. Elle poussa alors le livre de Rosalie. Afin d'avoir une vision globale de la table. Elle pointa sa baguette en direction de la table. S'imagina la table sans aucune tâche. Puis, elle dit distinctement et d'une voix fluide : 

"Terjéo"

C'est alors que la magie opéra. L'étendue d'encre recouvrant la table disparut. Les yeux pleins d'étoiles, elle regarda sa camarade puis, s'avança vers elle pour lui taper dans la main. Elle avait réussi. Elle était si fière. 

"A ton tour maintenant. Surtout, imagine bien les tâches sur ton livre en train de disparaitre. C'est le secret pour réussir ce sortilège. Tu vas y arriver. J'en suis sûre. Si j'ai réussi, tout le monde peut... Je suis pas vraiment douée avec ma baguette à vrai dire et pourtant, voilà le résultat." Dit-elle d'une voix satisfaite tout en lui montrant la table nettoyée. 

Mais, avant même qu'elle n'ait eu le temps de lui répondre, Karla vit le visage de la jeune fille changer d'aspect. Ses joues colorées avaient disparu. Elles avaient maintenant virés à la couleur blanche. Comme si elle avait vu un mort-vivant ou une créature effrayante. Karla n'osa pas se retourner par crainte de voir ce qu'elle pourquoi la Poufsouffle était tant effrayée. Ca se trouve c'était un clown géant. Si c'était le cas, elle aurait effectué un arrêt cardiaque sur le champ. Lorsque tout à coup, la jeune fille lui lança : 

" Ma chaussettte !!!!, là derrière la porte ! " Tout en montant sur la chaise et en pointant la porte du doigt. 

Les yeux des autres élèves présents étaient rivés sur les deux jeunes filles. Ils devaient les trouver perturbantes mais également assez dérangées. En plus de renverser de l'encre, l'une hurlait à moitié telle une hystérique. De plus, pour une chaussette vivante... Karla se mit alors à rire. Comment une chaussette pouvait-elle l'avoir suivie jusque ici ? Ses chaussettes étaient-elles vivantes ?  Elle se rappela alors qu'à l'arrivée de la jeune Boiscedre, elle ne possédait qu'une chaussette. Rosalie lui dit alors : 

"Tu veux bien m'aider à l'attraper avant que je me face prendre ? Puis ce sera un bon moyen de réviser nos sortilège ? " Dit-elle en clignant des yeux afin de la convaincre plus aisément.

Karla se mit à sourire. Courir après une chaussette était une aventure complètement folle mais tellement excitante à la fois. C'était tellement singulier. Elle n'avait jamais fait ça. Mais, c'était l'occasion ou jamais. 

"Ca serait avec plaisir. Allons à sa poursuite." 

Karla prit alors la jeune fille par la main prête à effectuer une course poursuite contre la chaussette. Mais avant ça, elle rangea rapidement ses affaires. Il était temps de partir à sa recherche avant qu'elle ne s'enfuit si ce n'était déjà trop tard. 

"Ce n'est pas un bon signe de santé mentale d'être bien adapté à une société malade."

Travailler, est-ce s'amuser ?

Reducio
Suite du RPG à la bibliothèque. Titre : Course poursuite après une chaussette! lien

" Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe "
La curisosité est mon gouvernail.