Salle d’études

Inscription
Connexion
  Retour

Salle d'étude pour cours du soir

Une horloge sonna, annonçant qu'il était 18h30. Une ombre se profila à l'entrée de la salle. Un sourire se dessina sur son visage métissé. L'heure avait sonné, elle était venue et tout allait maintenant être différent. Depuis son arrivée à Poudlard, la jeune fille avait cherché et répertorié les salles désertes du château. L'une d'elles avait particulièrement attiré son attention, personne ne semblait y être allé depuis des lustres et elle avait décidé de l'utiliser. Au début, elle y venait, seule, pour faire ses devoirs dans un endroit serein, mais au fur et à mesure, elle trouvait la salle vide. C'était apparemment une ancienne salle de cours. Il y avait une estrade avec un tableau et un bureau en face desquels de nombreux pupitres avec des chaises attendaient des élèves imaginaires. Rhéa avait pris l'habitude de s'asseoir derrière le bureau et révisait ses cours à cet endroit, jetant de temps en temps un coup d’œil par la fenêtre qui lui manquait dans sa salle commune souterraine. Peu à peu, avec le temps, constatant que personne ne venait, jamais. Qu'aucun professeur ou membre du personnel ne s'intéressait à l'endroit, elle l'avait utilisé comme lieu de test pour de nombreux sortilèges liés aux plantes et avait entassé ici sa collection personnelle de végétaux. Finalement en quelques jours à peine, la salle était devenue verdoyante et accueillante.

La salle d'étude s'ouvrait en poussant une lourde porte de chêne massif d'un brun assez foncé qui, étonnamment, ne faisait aucun bruit en s'ouvrant, comme on aurait pu le penser de la porte d'une salle apparemment abandonnée. L'endroit se dévoilait alors aux yeux de l'inconnu qui en franchissait le seuil. Les murs étaient couverts d'une vigne grimpante. Les quatre saisons étaient représentées sur les quatre pans. Le mur sur lequel se trouvait la porte voyait une plante aux feuilles verdoyantes et aux grappes de raisin juteuses et abondantes, puis la vigne déclinait sur les murs adjacents, prenant des teintes orangées, rouges ou d'un vert de pomme. Ne voulant pas laisser une vigne hibernale, sans feuilles et recouverte uniquement de branche morte courir le long du mur où se trouvait le tableau, la jeune fille, grâce à de nombreux sortilèges qu'elle avait mis un certain temps à maîtriser avait créé une vigne toute particulière, une vigne de printemps, aux feuilles teintées de bleu et de blanc. Version revisitée de sa vigne d'hiver. Les grappes de raisins avaient été remplacées par des groupes de boules de Noël argentée, imitant la forme des fruits. En résumé, cet endroit était devenu sa passion, son lieu de repos et d'oxygénation. C'était l'antre dans lequel elle s'entraînait pour toutes ses matières, elle avait même aménagé, dans le coin au fond à gauche de la pièce un lieu avec un chaudron et deux petites armoires souvent envahies par les plantes grimpantes où elle entreposait quelques ingrédients de potions communs.

En fin de compte, cette salle était son petit trésor personnel. La seule matière qu'il lui était presque impossible de réviser en ces lieux étaient les soins aux créatures magiques. Le cours du jour, toutefois consistait à apprendre à se faire respecter d'un animal, dans le but, par la suite, de parvenir à l'élever. Comment pouvait-il apprendre l'autorité ou l'éducation dans une salle, seule ? Elle avait bien pensé à acheter un boursoufflet, mais ces créatures chétives et trop dociles ne représentaient en réalité aucun challenge, c'est alors qu'elle eut une idée. Sortant sa plus belle plus, elle griffonna sur plusieurs parchemins ces quelques mots.


" Tous les soirs de 20h à 21h, ouverture d'une salle d'étude pour cours de soutien pour premières années dispensés par Rhéa Cristal, 6ème année, Serpentard. Salle 5405, 5ème étage, 4 couloirs, 5ème porte à droite. "


Fière de cette petite affichette, elle la placarda dans le tout Poudlard, se demandant si quelques élèves viendraient. Bien entendus, ils se rendaient habituellement à la bibliothèque lorsqu'ils avaient des devoirs ou des incompréhensions. Ils cherchaient leurs réponses dans les livres, mais peut-être était-ce là la porte ouverte à un nouveau monde. Un univers basé sur la communication où les plus anciens apprendraient leur savoir aux plus jeunes et où tout le monde s'entraiderait... mouais, sans aller jusque-là, Rhéa s'installa derrière son bureau et ouvrit un livre de botanique afin de relire quelques détails sur la branchiflore. Une plante tout à fait utile et merveilleusement magique !

« Même le plus petit des Serpents a du venin ! »
Élève et Serpentarde du mois de Janvier 2014
~> Championne de Serpentard <~

Salle d'étude pour cours du soir

Kaeyann avançait lentement, serrant dans son poing un petite affiche qu'elle avait trouvée dans le couloir. Quand elle s'était penchée pour la ramasser, la jeune fille avait d'abord cru qu'il s'agissait d'un vieux morceau de parchemin inutile, qu'un élève avait laissé tombé, mais elle avait alors vu qu'il s'agissait d'une offre pour des cours particuliers.

«Tous les soirs de 20h à 21h, ouverture d'une salle d'étude pour cours de soutien pour premières années dispensés par Rhéa Cristal, 6ème année, Serpentard. Salle 5405, 5ème étage, 4 couloirs, 5ème porte à droite.» avait-elle lu à voix basse dans le couloir.

Elle avait jeté un regard autour d'elle et s'était aperçu que des affiches semblables étaient placardées un peu partout dans le couloir, sur les différents panneaux d'affichages. Elle était même étonnée de ne pas l'avoir vue plus tôt. Elle devait être trop perdue dans ses pensée, comme toujours. Il fallait dire que la jeune fille en avait plein les bras avec tous ses devoirs. Elle n'était pourtant qu'en première année, sa charge de travail n'était rien comparée à celles d'étudiants préparant leurs BUSE ou leurs ASPIC...Mais elle devait admettre qu'elle commençait déjà à prendre du retard dans ses devoirs, et que ses période de révision se faisaient de plus en plus courtes, car elle avait besoin de sommeil.

Kaeyann avait donc décidé de se rendre à la salle d'étude pour rencontrer Rhéa Cristal, en espérant qu'elle saurait l'aider avec ses devoirs, ou du moins avec sa gestion du temps. Elle marchait dans un couloir du 5e étage qu'elle n'avait jamais emprunté (elle se demandait même si quelqu'un l'avait déjà emprunté, point). Toute cette partie du château semblait déserte, et le bruit de ses pas sur la pierre résonnait longtemps sur les hauts plafonds avant de s'éteindre. Elle consulta encore une fois l'affiche.
*5e porte à droite...* Elle poursuivit son chemin, comptant les portes qu'elle croisait et qui semblaient toutes donner sur des placards depuis longtemps verrouillés et des salles de classe ne contenant plus que de la poussière et de l'air vicié. Enfin, la jeune fille atteignit la cinquième porte, qui était taillée dans un bois superbe et qui semblait cacher des merveilles. La Rouge prit une grande inspiration et s'appuya contre la porte, s'attendant à ce qu'elle coince, grince, gémisse et ne s'ouvre qu'au prix de beaucoup d'efforts, mais elle pivota au contraire dans un chuintement si discret qu'il ne troubla même pas le silence qui régnait dans le couloir. La jeune fille s'avança prudemment dans la salle, fascinée par le spectacle qu'elle découvrait. Les murs croulaient sous une végétation luxuriante, si bien que Kaeyann crut un instant qu'elle s'était trompée et qu'elle était sortie du château par mégarde. Quand elle comprit que la vigne qui décorait les murs était tout sauf naturelle, elle fut d'autant plus émerveillée par ce chef-d’œuvre de botanique.

Le regard perdu dans la contemplation des motifs que traçait la plante grimpante, Kaeyann ne remarqua pas tout de suite l'étudiante qui était assise derrière le bureau du professeur, cachée derrière un lourd volume dont le titre laissait présumer qu'il s'agissait d'un ouvrage sur les plantes aquatiques.


«Bonjour» dit finalement la jeune fille, rompant le silence paisible. «Je m'appelle Kaeyann Hirondella. Je viens pour les cours de soutien.Tu dois être Rhéa Cristal? C'est toi qui a fait tout ça?» demanda-t-elle en désignant la décoration de la salle d'un geste circulaire.

.oOo.Kaeyann Hirondella.oOo.C'est dans le brouillard qu'une rencontre est belle.oOo.
Capitaine des Red Lights ~ Préfète ~ Tutrice ~ Gryffon d'Argent
♦ Élève du mois de Février 2014♦
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Salle d'étude pour cours du soir

C'était alors qu'elle vagabondait dans les couloirs un soir particulièrement frisquet que Roxane avait remarqué pour la première fois une des affiches placardées dans tout Poudlard proposant des cours de soutien pour les première années. Cela l'avait tout d'abord intéressé, et elle s'était promis d'y réfléchir, mais elle avait ensuite complètement oublié d'y penser et ne venait de se rappeler de ces cours qu'il y a une dizaine de minutes.

Il était seulement 20h et le ciel se colorait déjà d'un noir d'encre pendant que des torches flamboyaient joyeusement d'une lumière réconfortante. Tout était silencieux, et Roxane se sentait parfaitement à son aise dans cet endroit vide et paisible. Elle farfouilla dans une de ses poches et en sortit un paquet de chocogrenouilles qu'elle grignota avec un plaisir non dissimulé. Malgré le fait qu'elle sortait de la Grande Salle et de ses repas célèbres pour être incroyablement consistants, elle ne se refusait pas une petite friandise en plus, surtout quand il s'agissait de chocogrenouilles, dont elle faisait d'ailleurs la collection. Elle examina la carte qu'elle venait d'extirper du joli paquet bleu et doré, mais la rangea bien vite dans sa poche en soufflant. Elle avait déjà cet exemplaire en double. La jeune fille se promit de chercher un club d'échanges, ou, si il le fallait, d'en créer un. Résistant à l'envie d'en déballer une autre, elle fouilla de nouveau à l'intérieur de sa cape, cette fois-ci à la recherche de l'affiche avec les horaires et le lieu, mais elle n'y était visiblement pas. Roxane posa son sac par terre et fouilla dedans avec de plus en plus d'impatience, mais toujours rien. Où est-ce qu'elle avait pu la mettre ? Elle maudit sa stupide et indécrottable étourderie, ce qui ne changea pas grand chose à sa situation, hormis le fait qu'elle était encore plus énervée.

« Non, non, non ! » s'exclama-t-elle, furieuse contre elle-même. Elle faillit se laisser aller mais se reprit, car jurer au milieu d'un couloir complétement désert en se lamentant ne l'aiderait pas ; elle se fit donc violence et essaya d'être objective. Lorsqu'elle était sortie de la Grande Salle, elle était directement montée au cinquième étage à l'aide des escaliers mouvants -qui, je précise, lui avaient déjà donné du fil à retordre- et pensait se servir du plan lorsqu'elle en aurait véritablement besoin, c'est à dire maintenant. Elle regarda autour d'elle mais comme par hasard, il n'y avait aucune affiche dans les environs. Luttant contre l'envie de s'arracher les cheveux, la verte s'enfonça davantage dans les couloirs adjacents d'un pas rapide. Inutile de s'angoisser, au pire elle passerait la nuit ici, ce qui ne lui semblait pas une si horrible perspective tout compte fait. Elle marcha ainsi pendant un temps, puis, alors qu'elle commençait sérieusement à désespérer de trouver, elle entendit une voix percer de vers ce qui lui semblait être vers sa gauche :
« Je m'appelle Kaeyann Hirondella. Je viens pour les cours de soutien. Tu dois être Rhéa Cristal ? C'est toi qui a fait tout ça ? »
Son humeur s'éclaira d'un même coup et c'est avec satisfaction qu'elle se dirigea vers la source de la voix. Elle traversa un corridor dont les murs étaient tout à coup remplis d'affichettes.
*C'est un peu tard maintenant !* pensa-t-elle.
Au bout, une porte était légèrement entrebâillée et laissait voir un mince rai de lumière. La jeune fille s'approcha et la poussa discrètement, ce qui lui permit de découvrir cette salle qu'elle désespérait sérieusement de trouver.
Lorsqu'elle parcourut du regard cet havre de singularité, elle n'en crut pas ses yeux. Elle ne savait pas qu'il pouvait exister un tel endroit à Poudlard. Et comment aurait-elle pu ? Les murs étaient parcourus de plantes grimpantes du plus bel effet, aux couleurs étranges mais justement magiques. Ce qui semblait être des fruits avaient la forme de boules de Noël, ce qui semblait être des vignes étaient bleues et blanches. On pourrait dire de cette pièce qu'elle était finalement le plus beau jardin intérieur que Poudlard ait jamais eu, et peut-être aurait jamais.
Roxane était tout simplement subjuguée par ce spectacle grandiose, et elle aurait pu rester longtemps là à être confondue de la sorte. Mais comme d'habitude, la réalité prit rapidement le dessus, et ce fut donc presque avec regret que Roxane se tourna vers Rhéa Cristal, qui devait être l'auteure de toutes ces merveilles, puis de ce qui lui semblait être la Kaeyann de tout à l'heure, auquel elle fit un bref signe de tête.

« Bonsoir. Je suis Roxane Moon, je viens pour les cours de soutien. C'est ici n'est-ce pas ? » rajouta-t-elle en se souvenant de son aventure de tout à l'heure.

Salle d'étude pour cours du soir

***

La branchiflore, cette racine à l'aspect répugnant, connue de tous pour ces vertus absolument révolutionnaires ayant permis aux sorciers de découvrir d'une part la respiration aquatique et d'autre part, la beauté de la vie sous-marine. Les êtres de l'eau ont notamment été découverts grâce à cette plante et leur culture nous serait encore inconnue à ce jour si, non pas un, mais deux sorciers, n'avaient pas eu l'idée saugrenue d'avaler ses filaments grisâtres et gluants. D'autres créatures telles que les strangulots n'auraient pas été aussi étudiées qu'elles l'ont été et des livres tels que le magnifique ouvrage « ma vie parmi les êtres de l'eau » n'auraient sans aucun doute jamais été écrits, au plus grand damne des fervents lecteurs de Paulin Thelligean.
***

« Bonjour, je m'appelle Kaeyann Hirondella. Je viens pour les cours de soutien. Tu dois être Rhéa Cristal ? C'est toi qui a fait tout ça ?  »

Cette voix tira la sixième année de sa lecture. Relevant la tête en même temps que son sourcil gauche, elle regarda la jeune fille qui venait apparemment de pousser la porte de son refuge et qui bavardait. Pourquoi diable venait-elle ici alors que personne ne venait jamais ? Et de quoi parlait-elle ? De cours de soutien ? * Mais bien sûr ! * se dit tout à coup Rhéa, qui était décidément bien trop absorbée par la lecture de son ouvrage de botanique pour se souvenir du monde réel. * Les cours de soutien... Les jeunes... Mon dieu, c'est déjà aujourd'hui ?! Bon, bon, bon, ne pas paniquer et avoir l'air accueillante. Qu'est-ce qu'elle a dit déjà ? * faisant fonctionner sa mémoire en essayant de ne pas trop faire la grimace afin de ne pas effrayer la jeune fille, le visage de la sixième année s'illumina finalement lorsque la mémoire lui revint.

« Bonjour, bonjour ! » entama-t-elle d'un ton guilleret -peut-être un peu trop d'ailleurs. « Sois la bienvenue dans mon antre, je suis effectivement Rhéa ! J'espère que ça te plait ! »

Bon, de toute évidence, l'air émerveillé qu'affichait la jeune fille semblait prouver que, oui, cela lui plaisait. Rhéa sourit de plus belle, heureuse de voir que son travail pouvait profiter à d'autres qu'elle et se disant que, peut-être, cette jeune gryffondor serait sans doute sa digne pupille dans le domaine de la botanique... Après tout, seul l'avenir le leur dirait, mais pour l'heure, la botanique n'étant pas au programme de première année, il était inutile d'y penser. Rhéa entreprit tout de même de répondre à la question, en essayant d'être la moins technique possible.

«  C'est moi... sans être moi... disons que je me suis contentée de planter quelques graines et de laisser la magie opérer... mais tout ceci n'est pas encore au programme de première année. Tu es venue pour les cours de soutien n'est-ce pas ? Alors installe-toi, choisi une table ou prends place derrière le chaudron et n'hésite pas à me solliciter si tu as besoin de quelque chose. »

Alors qu'elle terminait sa phrase, Rhéa entendit une seconde voix s'élever et vit apparaître une seconde jeune fille. Une serpentarde cette fois-ci. Il lui semblait l'avoir déjà croisée, peut-être dans la salle commune ? Peut-être ailleurs ? Elle chercherait dans sa mémoire plus tard et s'occupa déjà de tendre l'oreille.

« Bonsoir. Je suis Roxane Moon, je viens pour les cours de soutien. C'est ici n'est-ce pas ? »

La jeune fille semblait un peu perdue, en même temps, qu'elle idée avait eu Rhéa d'inviter des premières années dans un couloir aussi perdu que celui-ci afin de suivre des cours supplémentaire et de travailler encore plus que ne le leur imposait déjà leur emploi du temps ? Pour être honnête la sixième année était la plus tranquille de toute, tous les professeurs se plaisaient à le répéter. Cette année était le souffle avant la tempête, le repos avant le combat, la tranquillité avant les examens finaux qui avaient la réputation d'être particulièrement ardus. Bref, Rhéa se la coulait douce et en profitait pour aider son prochain. Quoi qu'il en soit, sortant de ses pensées, elle daigna enfin répondre à la jeune serpentarde en se disant qu'elle se devait d'être moins dans la lune si elle voulait assurer sérieusement ce qu'elle avait prévu : aider les premières années et bien s'occuper d'elles.

« Bonsoir Roxane, entre, tu es au bon endroit, tu ne t'inquiète pas ! » dit-elle, le sourire dans la voix puis elle lui répéta, comme elle l'avait dit à Kaelyann avant elle, qu'elle pouvait allait s'asseoir et l'appeler si elle avait la moindre question. « Ici vous pourrez réviser tranquillement et au moindre doute, je pourrais répondre à vos questions ! N'hésitez surtout pas à me demander, je suis là pour ça ! » sur ces mots, Rhéa jeta un regard presque maternel sur les deux jeunes filles et les laissa tranquillement s'atteler à ce qu'elles avaient à faire avant de se replonger elle-même dans son livre.

***

Paulin Thelligean, qui, je vous le rappelle est également l'auteur de « jardins sous-marins » et « strangulot, mon copain ». Ce dernier livre ayant malheureusement causé la perte de la main droite de l'auteur prodige, obligé dès lors à dicter ses ouvrages à une plume à papote têtue refusant toujours d'écrire précisément ses dires et choisissant toujours d'y ajouter les anecdotes salaces ou loufoques que vivait le malheureux -qui ne le fut plus tellement en découvrant que cette plume avait fait doubler son chiffre d'affaire en l'espace de quelques mois. Mais nous nous éloignons du sujet, reprenons sur la branchiflore et ses effets sur l'être vivant.
***

Rhéa avait le sourire aux lèvres, décidément, cet auteur ci avait le chic pour lui faire apprécier les plantes et le monde entier. D'ailleurs, elle se promit de lire un jour l'ouvrage de ce fameux Paulin dont parlait le livre. Relevant la tête, elle jeta un coup d'œil à sa salle de classe afin de voir si tout se passait bien.

« Même le plus petit des Serpents a du venin ! »
Élève et Serpentarde du mois de Janvier 2014
~> Championne de Serpentard <~

Salle d'étude pour cours du soir

Kaeyann sourit devant l'enthousiasme de Rhéa. Elle ne s'était pas attendue à être aussi bien accueillie par une étudiante plus âgée, et encore moins à se sentir aussi détendue malgré le caractère inhospitalier de ce coin de l'école. Au contraire, tout ce silence feutré et cette quasi pénombre l'emplissait de sérénité.

«...installe-toi, choisi une table ou prends place derrière le chaudron et n'hésite pas à me solliciter si tu as besoin de quelque chose. » lui dit Rhéa.

La première année année hocha la tête et se glissa au premier rang, déposant son lourd sac à dos par terre en faisant le moins de bruit possible. Elle entreprit de sortir ses livres pour les poser sur sa table, puis une autre jeune fille fit son entrée dans la salle. Kaeyann lui adressa un petit sourire et se concentra sur ses notes de cours. Ces jours-ci, elle avait de plus en plus de mal à dormir, car elle était très nerveuse à l'approche de son examen de Défense Contre les Forces du Mal. Elle passait le plus clair de son temps à réviser des sortilèges de protection. Cependant, elle savait très bien que cela ne serait pas suffisant. L'examen serait une évaluation pratique, ils en avaient été prévenus, et Kaeyann se doutait qu'elle aurait également à démontrer la qualité de ses réflexes, de ses sorts offensifs et de son analyse situationnelle.

Le problème…c’est que ce n’était pas là la force de Kaeyann. Elle était beaucoup plus douée avec une plume dans les mains que lorsqu’elle se retrouvait seule avec uniquement sa baguette entre elle et le danger. Elle s’était attendue à rejoindre les rangs des Serdaigles, pour mettre son amour des mots à profit, mais il fallait admettre qu’elle n’avait en fin de compte rien d’une érudite. Avec sa maladresse, son impulsivité et son amour des folles aventures (celles qu’elle lisait, à défaut de les vivre – elle n’avait que onze ans, tout de même –), elle tenait en effet plus du Gryffondor qu’elle n’avait voulait l’admettre. Mais elle n’assumait pas encore sa hardiesse, ou du moins, elle ne se faisait pas assez confiance. Son examen pratique qui arrivait à grands pas serait son premier vrai test. C’est là qu’elle montrerait ce qu’elle avait vraiment dans le ventre.

Mais qu’avait-elle dans le ventre, au juste? Pour l’instant, si on en croyait ses notes, elle ne connaissait que les différentes variantes de Protego, le sortilège de lévitation, ainsi que celui de répulsion, pour l’aider à passer l’épreuve qui l’attendait. Elle avait pourtant étudié très fort, feuilleté des dizaines de recueils de sortilèges, pris des rouleaux et des rouleaux de parchemins de notes…rien à faire, elle avait l’impression d’avoir la tête vide. Peu importait ce qu’elle aurait à combattre : elle n’était pas prête pour quoi que ce soit. Quelle piètre duelliste elle ferait! Toutes ses sœurs excellaient pourtant dans ce domaine, pourquoi n’arrivait-elle pas à enchainer les sortilèges, à parer, à bondir et à riposter comme elles? Oh…jamais elle ne serait prête pour cet examen. À moins que…
«Dis-moi, Rhéa… Tu te débrouilles, en duels? Je veux dire… Tu pourrais m’apprendre quelques trucs? C’est que j’ai mon épreuve pratique de Défense Contre les Forces qui s’en vient…j’aurais besoin de connaitre les bases. Tu sais… les sortilèges que tout sorcier se doit de maîtriser pour faire face à n’importe quelle situation ou presque. Tu crois que tu pourrais m’aider?»

.oOo.Kaeyann Hirondella.oOo.C'est dans le brouillard qu'une rencontre est belle.oOo.
Capitaine des Red Lights ~ Préfète ~ Tutrice ~ Gryffon d'Argent
♦ Élève du mois de Février 2014♦
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Salle d'étude pour cours du soir

Sitôt après avoir posé la question, Roxane se reprocha intérieurement sa bêtise et regretta son impulsivité qui, décidément, lui causait toujours des problèmes. Quelle idée franchement ? Bien sûr que c'était ici, il n'y avait pas des dizaines de Rhéa Cristal qui donnaient des cours de soutien au cinquième étage du château ! Mais bon, c'était dit, et elle n'avait plus qu'à se prendre, elle l'espérait, une réplique qui ne la ridiculiserait pas trop devant sa camarde de Gryffondor qui devait sûrement l'observer à cet instant même. Elle retint imperceptiblement sa respiration jusqu'au moment fatidique, qui ne fut pas si fatidique que cela finalement :

« Bonsoir Roxane, entre, tu es au bon endroit, tu ne t'inquiète pas ! »

Rhéa lui proposa ensuite de s'asseoir avec une douceur incongrue, ce que la verte fit machinalement, absolument perplexe. Il fallait vraiment qu'elle arrête de croire tout ce qu'on lui disait sur tout, notamment que tous les Serpentard étaient constamment sarcastiques et/ou ironiques, ce qui était, elle venait de le constater, complétement faux. Jurant maintenant contre ses préjugés idiots, elle posa son sac et en sortit un rouleau de parchemin neuf, une plume de paon que sa grande tante lui avait offert pour son admission à Poudlard et dont elle était plutôt fière ainsi qu'un encrier. Mais lorsqu'elle trempa sa plume dans celui-ci, elle comprit qu'il n'y avait plus une goutte d'encre à l'intérieur et s'exclama comme si une ampoule s'illuminait brusquement au-dessus de sa petite caboche :


« Voilà pourquoi il était si léger ! »

Lorsqu'elle comprit qu'elle venait de lancer cette clameur plutôt incongrue, se retenant de se gifler (elle n'allait pas encore aggraver son cas), elle regarda autour d'elle avec circonspection en étudiant chacune des deux filles. Heureusement, Kaeyann semblait perdue dans ses pensées et n'avoir rien entendu, tandis que Rhéa était complétement plongée dans ce qui semblait être un livre de botanique. Roxane soupira de soulagement et re-fourra la tête dans son sac pour trouver un pot d'encre de secours, qu'elle était censée avoir constamment sur elle. A sa grande surprise, elle le trouva là où il devait être et put enfin commencer son devoir, qui n'était autre qu'une synthèse du dernier cours d'Histoire de la Magie. Enfin non, ce n'était pas véritablement un devoir donnée par le professeur, plutôt un extra ingrat que Roxane se réservait dans le but d'être au top dans ses révisions et de ne pas avoir à rester cloîtrée dans sa salle commune toute la semaine avant les examens. Elle commença rapidement à écrire, sa plume grattant le parchemin dans un petit chuintement qui lui paraissait sublime. En peu de temps, sa feuille fut noircie de moitié et c'est alors qu'elle achevait que Kaeyann intervint, lui faisant lever la tête de sa copie :

« Dis-moi, Rhéa… Tu te débrouilles, en duels? Je veux dire… Tu pourrais m’apprendre quelques trucs? C’est que j’ai mon épreuve pratique de Défense Contre les Forces qui s’en vient…j’aurais besoin de connaitre les bases. Tu sais… les sortilèges que tout sorcier se doit de maîtriser pour faire face à n’importe quelle situation ou presque. Tu crois que tu pourrais m’aider? »

Roxane, tout en sortant son cours de DCFM histoire de réviser et de compléter ce qu'elle n'avait pas compris, haussa les sourcils avec un intérêt tout particulier. Elle qui avait également participé à un duel, elle avait plus que hâte d'entendre Rhéa.

Salle d'étude pour cours du soir

Plongée dans son livre, Rhéa tentait autant que possible de ne pas perdre le contact avec le monde extérieur, aussi entendit-elle la remarque de la jeune Roxane qui semblait avoir compris quelque chose. Relevant la tête, la fillette constata qu'elle avait en réalité oublié de remplir son encrier, la sixième année chercha sa baguette, prête à remplir le contenant d'un geste, mais remarqua que la jeune serpentarde était prévoyante. C'est donc avec un sourire bienveillant qu'elle remit sa baguette à sa ceinture et se replongea dans son ouvrage de botanique. Où en était-elle déjà ?
***

La mauve douce est une petite plante délicate, aux feuilles divisées en trois parties d'un vert soutenu, s'enroulant autour d'une tige basse et cachant des fleurs constituées de cinq pétales blancs rayés de mauve et dentelés à leur extrémité externe. Pendant des années, les sorciers crurent qu'il ne s'agissait là que d'une fleur de prairie inutile et dépourvut de vertus magiques. On peut en quelque sorte leur reconnaître que c'est le cas. La mauve douce est principalement utilisée par les centaures qui brûlent ses pétales et observent la forme des flammes et de la fumée violine ainsi obtenues. Ces grands maîtres dans l'art de la divination par les astres voient, dans ces volutes, des précisions essentielles à leurs prédilections.
***

« Dis-moi, Rhéa… Tu te débrouilles, en duels ? Je veux dire… Tu pourrais m’apprendre quelques trucs ? C’est que j’ai mon épreuve pratique de Défense Contre les Forces qui s’en vient… j’aurais besoin de connaitre les bases. Tu sais… les sortilèges que tout sorcier se doit de maîtriser pour faire face à n’importe quelle situation ou presque. Tu crois que tu pourrais m’aider ? »

Relevant la tête de son livre, Rhéa se tourna dans la direction d'où provenait la voix et constata qu'il s'agissait de Kaelyann, la jeune fille de la maison de Gryffondor qui avait pris la parole. Souriant, la demoiselle s'apprêta à répondre avant de remarquer que la question semblait avoir intrigué également Roxane qui s'apprêta à prendre des notes. Ce n'était apparemment pas le moment de raconter n'importe quoi. Oubliant instantanément les sortilèges destinés à de petits plaisantins tel que « Titillando », la sixième année se leva et se plaça non loin du tableau sur lequel elle écrivit ceci :
Incendio / Lashlabask
Petrificus Totalus / Locomotor Mortis
Alohomora / Episkey

Une fois cela fait, elle décida de s'expliquer. Se tournant vers ses petites premières années, elle décida d'adopter une attitude décontractée -après tout, n'était-elle pas en sixième année ? - et commença le "cours" en souriant.

« Pour ce qui est de se débrouiller en duel, nous dirons que j'ai survécu aux quarts de finale de la ligue de serpentard, maintenant, seul l'avenir nous dira ce qu'il adviendra pour la suite des évènements. Quoi qu'il en soit, pour ce qui est de la Défense Contre les Forces du Mal, c'est un autre domaine que je peux, sans aucun problème, t'aider à appréhender. J'ai noté au tableau des sortilèges qui peuvent, pour les deux premières lignes, être utilisés l'un pour l'autre – avec toutefois une petite précision – et pour la dernière ligne, ne seront étudiés que s'il nous reste du temps ! »

Ne voulant pas faire dans l'historique et, de peur de perdre l'attention des jeunes, Rhéa se dit qu'une démonstration valait tous les grands discours et fit apparaître deux mannequins d'entraînement avant de reprendre la parole.

« Ces mannequins pourront vous aider à vous entraîner, car, en sortilèges, le meilleur moyen d'apprendre, c'est de pratiquer ! » dit-elle en insistant particulièrement sur ce dernier mot.

Sortant sa baguette de son logement habituel, elle pointa l'un des deux mannequins, fit un geste relativement ample et prononça la formule : « Incendio ! » aussitôt, la mannequin s'enflamma dans un doux brasier qui réchauffa la pièce. Rhéa fit attention à ce que le feu n'endommage pas ses plantes et l'éteignit d'un simple sort aquatique avant de viser le second mannequin et de prononcer un nouveau sortilège, en effectuant un vif mouvement de poignet : « Lashlabask ! ». Cette fois-ci, un fouet scintillant claqua et vint mourir contre le mannequin dans un feu d'artifice d'étincelles marquant l'être inanimé d'une longue lacération ardente. À nouveau, la sixième année restitua la poupée d'entraînement d'origine et laissa les deux jeunes filles s'entraîner.

Se reculant, elle préféra, par mesure de prévention, lancer un sortilège de protection aux quatre murs, mettant ses vignes à l'abri derrière une barrière magique. Alors que les essais commençaient, Rhéa fit un historique qui ne serait peut-être pas retenu, mais peu lui importait à présent. Elle s'était assise sur le bureau et regardait les deux élèves s'essayer à ces deux sortilèges.


« Le sortilège d'Incendio permet d'allumer un feu, il est notamment utilisé en potions pour faire chauffer l'eau des chaudrons, mais il peut également servir contre les sorts du mal, ou lors d'un duel de sorciers. Le sortilège de Lashlabask, quant à lui projette un fouet d'étincelles qui résiste à l'eau et qui brûle l'ennemi. C'est un sortilège qui illustre parfaitement cette phrase : la meilleure des défenses est l'attaque ! Retenez bien que ce sortilège est particulièrement efficace contre les créatures sous-marines, notamment les strangulots puisque c'est l'un des rares qui peuvent être utilisés sous l'eau. »

Une fois ce petit topo terminé, et, n'étant pas certaine que les jeunes gens aient vraiment retenus ce qu'elle venait de dire, elle les laissa à leurs entraînements avant de leur faire utiliser les sortilèges suivants, espérant que la pratique leur permettrait d'améliorer leur niveau et leurs réflexes. Bien entendu, si l'une d'entre elles avait la moindre question, Rhéa était là pour y répondre !

« Même le plus petit des Serpents a du venin ! »
Élève et Serpentarde du mois de Janvier 2014
~> Championne de Serpentard <~

Salle d'étude pour cours du soir

Kaeyann griffonnait à toute vitesse les enseignements de Rhéa, en particulier ce qui concernait le sortilège Lashalabask. C'était le premier enchantement qu'elle avait appris en cours de Défense contre les Forces du Mal, et quelque chose lui disait qu'il se retrouverait à l'examen final. Un sortilège aussi utile et efficace, pouvant s'utiliser dans toutes sortes de circonstances: aucun professeur ne raterait une chance de le faire entrer pour de bon dans la tête de ses élèves.

La jeune fille s'avança donc vers le mannequin que Rhéa avait mis à sa disposition pour s'entrainer et tira sa baguette magique de sa poche. Elle se plaça devant le mannequin, dans ce qu'elle appelait sa «position de sécurité», c'est à dire les pieds à la largeur des épaules, l'un légèrement plus avancé que l'autre pour assurer un bon équilibre, le corps tourné dans un angle de 45 degrés pour avoir une meilleure vision et donc une meilleure réactivité. Alors qu'elle levait sa baguette, la jeune fille sourit de son attitude.
*Arrête d'écouter tout ce que te disent les copains Aurors de ton père, tu vas finir par te prendre pour l'un d'entre eux..* se sermonna-t-elle mentalement. Kaeyann secoua la tête pour faire le vide parmi ses pensées, car elle voulait se concentrer pleinement sur ce qu'elle avait à faire. Quand elle se sentit prête, elle répéta le mouvement du poignet vif et précis qu'elle avait appris en cours et que Rhéa venait de reproduire, en énonçant le plus clairement possible la formule du sortilège de répulsion, ce qui n'était pas chose facile car les trop nombreuses consonnes qui la composaient avaient une nette tendance à s’emmêler dans sa bouche. Un jet d'étincelles jaillit de sa baguette et vint fouetter le torse du mannequin dans un bruit de claquement, laissant une marque de brulure sur le tissu qui le recouvrait.

Satisfaite, Kaeyann répéta le même manège à trois reprises, fière de la précision et de la constance dont elle faisait preuve. Manifestement, elle était prête pour cette portion de l'examen. Elle n'avait cependant jamais appris le sortilège d'incendie, et elle sentait qu'elle aurait beaucoup plus de mal à le maîtriser que Lashlabask. En effet, les mouvements vagues n'étaient pas son fort: elle préférait ceux qui demandaient une exactitude infaillible, car elle pouvait alors le visualiser dans sa tête comme un dessin qu'elle devait tracer dans l'air, et cela les rendaient plus faciles à mémoriser. Qu'à cela ne tienne! Elle y arriverait certainement après quelques essais! Toujours en «position de sécurité», Kaeyann leva à nouveau sa baguette et tenta de reproduire le mouvement qu'avait démontré Rhéa, avec la même nonchalance dont elle avait fait preuve.


«Incendio» dit calmement Kaeyann avant de sursauter en poussant un petit cri.

Non contente d'allumer un petit feu et de le projeter sur le mannequine, la jeune fille avait plutôt créé un jet continu de flammes qui jaillissait avec une force incroyable et avait renversé le pauvre mannequin. Kaeyann essaya d'arrêter le sort, car un véritable brasier commençait à envahir ce coin de la pièce, mais même en pensant complètement à autre chose et en se concentrant très fort sur de l'eau, ou de la glace, ou n'importe quoi qui ne soit pas du feu, elle ne parvenait pas à arrêter de projeter des flammes devant elle. Paniquée, elle se mit à secouer sa baguette comme pour la détacher de cette langue de feu qui léchait tour à tour le plafond, le mur et le mannequin, mais rien n'y faisait. La situation était même pire encore, car à présent on pouvait voir des traces noires sur les barrières magiques érigées par Rhéa, signe que Kaeyann était en train d'en brûler la surface. La jeune fille se tourna vers la sixième année, une lueur de frayeur dans ses yeux.


«Rhéa! Qu'est-ce que je fais? Aide-moi, j'ai peu de tout cramer!»

.oOo.Kaeyann Hirondella.oOo.C'est dans le brouillard qu'une rencontre est belle.oOo.
Capitaine des Red Lights ~ Préfète ~ Tutrice ~ Gryffon d'Argent
♦ Élève du mois de Février 2014♦
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Salle d'étude pour cours du soir

Caroline en ce moment ne se souciait pas vraiment de ses devoirs. Elle bâclait ses devoirs, ne participait plus au cours, ne pensait qu'à s'amuser et à discuter et les notes allaient en repentir. Il fallait qu'elle se reprenne, ok c'est bien de faire des rencontres mais il ne faut quand même pas négliger ses études pour autant. Elle était sur la mauvaise pente et ça ne lui plaisait pas du tout. Elle qui normalement était première de sa classe, souriante, sérieuse, la chouchoute des profs, participait, était celle qui donnait toujours les bonnes réponses... Mais en ce moment, c'était la dégringolade. Elle devait trouver une solution à ce problème... Problématique et le résoudre rapidement. Elle cherchait justement un problème quand elle entendit parler d'un cours d'aide au devoir le soir donné par une 6ème année. *Pile ce qu'il me faut. Je dois juste obtenir des informations.* Caroline sortit de sa salle commune et alla voir le panneau d'affichage dans le hall. Elle vit une affiche qui résolvait ses interrogations. Elle l'a lu et se dit que c'était parfait. Sur l'affiche il y avait écrit :

Tous les soirs de 20h à 21h, ouverture d'une salle d'étude pour cours de soutien pour premières années dispensés par Rhéa Cristal, 6ème année, Serpentard. Salle 5405, 5ème étage, 4 couloirs, 5ème porte à droite.


Caroline regagna sa salle commune quand elle s'arrêta en plein milieu d'un couloir. Pourquoi ne pas y aller aujourd'hui ? Plus tôt elle irait à ces cours, plus tôt elle se remettrai dans le droit chemin. Mais par contre il fallait se dépêcher. Caroline fila dans sa chambre, attrapa son sac, regarda son agenda et prit les livres dont elle avait besoin et en plus ceux où les cours n'était pas vraiment un succès. Elle se coiffa un peu pour ne pas arriver comme une souillon et partit en direction du cinquième étage. Quand elle y arriva elle chercha le quatrième couloirs, puis la cinquième porte. Le couloir semblait abandonné et Caroline se demanda si elle ne s'était pas trompée d'étages. Les portes devaient surement mener à des salles désertes ou des placards. *Peut-être que c'est un canular. Ou alors je suis bien au bon endroit.*Elle s'arrêta devant la cinquième porte et la regarda. Elle était très jolie, faite d'un chêne brun et massif. Elle était décorée et devait surement grincer. Caroline toqua et entra dans la salle. Elle fut surprise de renter dans une salle bien éclairée et verdoyante. Des plantes étaient disposées dans toute la salle, elles envahissaient les murs, tout les espaces libres. Au milieu de toute cette verdure, des bureaux et des chaises étaient disposés, il y avait aussi des personnes, trois précisément. *Une salle de classe-forêt ? C'est une bonne idée et c'est aussi très joli.* Elle regarda les personnes qui se trouvaient dans la salle : il y avait Kaeyann HIRONDELLA, une Gryffondor avec qui Caroline s'entendait bien et Roxane MOON, une camarade sa maison avec qui elle avait construit un igloo. Puis il y avait une fille plus grande qui devait être Rhéa CRISTAL, la jeune fille qui donnait des cours de soutien. Caroline salua Rhéa et ses camarades :

"Bonjour à tous. C'est bien ici les cours de soutien ? En tout cas la déco est très jolie. Ça change des murs austères d'une salle de cours."


Puis Caroline remarqua que dans un coin de la pièce, il y avait le feu ! Kaeyann faisait bruler quelque choses, ça ressemblait à un mannequin. En tout cas il fallait que Rhéa se dépêche d'éteindre ce feu avant qu'il ne ravage ses belles plantes.

Salle d'étude pour cours du soir

Cette fois-ci, Rhéa avait choisi de ne pas se replonger dans son livre de botanique, bien que l’idée lui plaise grandement. Elle avait préféré surveiller les progrès des deux petites qui étaient dans la salle avec elle. Ce fut Kaeyann qui ouvrit la danse en sortant sa baguette et en se levant la première afin de faire face à son mannequin d’entraînement. Attentive, la sixième année regarda la jeune gryffondor procéder avec un art méticuleusement mis en application. Le premier sort qu’elle lança fut celui de « Lashlabask ». De toute évidence, la fillette le maîtrisait parfaitement puisqu’elle l’exécuta trois fois de suite avec brio, laissant trois marques de brûlure profonde dans le mannequin. Rhéa l’applaudit et lui offrit un grand sourire, heureuse d’être témoin d’une si belle réussite. Ce fut ensuite au tour du second sortilège d’être expérimenté par la demoiselle. Cette-dernière paraissait moins sûre d’elle et on pouvait lire, sur son expression corporelle, les doutes qui semblaient l’assaillir. Muette, ne souhaitant pas la déconcentrer, Rhéa laissa Kaeyann se préparer et s’exécuter, gardant tout de même sa baguette à portée de main.

La fillette, ne maîtrisant apparemment pas le sortilège – au point que Rhéa en vint à se demander si elle ne s’était pas endormie pendant le cours du professeur – perdit totalement le contrôle et un jet continu de flammes non dirigées s’échappa soudainement de la pauvre baguette de la gryffondor. Les flammes embrasèrent le mannequin, mais vinrent également lécher le plafond et les protections – que la sixième année se félicita d’avoir dressées – les marquant de suie noire, souvenir du passage du feu. Le jet de flamme ne cessa pas et se déversa également sur quelques tables sous les tentatives désespérées de la jeune rouge pour faire cesser son sortilège. De toute évidence, secouer sa baguette en tous sens n’était pas l’idée du siècle et, lorsqu’elle s’écria :


« Rhéa ! Qu’est-ce que je fais ? Aide-moi, j’ai peur de tout cramer ! »

La serpentarde, temporairement maîtresse des lieux, lança quelques sortilèges éclairs, d’un tournemain, afin de faire cesser ce débordement passager.

« Finite ! » Aussitôt dit, aussitôt fait. Les flammes cessèrent de quitter la baguette de la fillette, mais la salle sentait de plus en plus le brûlé. D’un nouveau mouvement de poignet, Rhéa s’occupa alors du plafond et des tables avoisinantes. « Aguamenti ! » À nouveau, le feu cessa, laissant s’échapper une fumée épaisse. L’eau s’était répandue un peu partout sur le sol et se déverser par goutes relativement lourdes du plafond. « Recurvite ! » Et voilà, les problèmes majeurs étaient maintenant réglés.

La jeune fille de sixième année jeta alors un coup d’œil à la salle. Kaeyann était encore sous le choc et n’était pas passé loin d’une peur panique qui la marquerait sans doute. Rhéa se demanda s’il était plus sage de la laisser continuer à apprendre le premier sortilège ou s’il était bon de persévérer dans la voie de l’incendio. La serpentarde n’avait pas vocation à apprendre des sortilèges aux jeunes, mais bien de leur faire réviser ceux qu’ils connaissaient déjà. Peut-être devrait-elle changer de méthode. Après tout, le programme était sans doute différent de celui qu’elle avait suivi à Beaubâton.


« Tout va bien Kaeyann ? » S’enquit-elle finalement en se rapprochant de la fillette et en se penchant afin d’être à son niveau. « Tu as déjà vu ce sortilège en cours ? Je pense qu’il serait plus sage que vous me donniez une liste des sortilèges que vous avez besoin de réviser, ce serait plus prudent. Vous apprendre des sorts est réservé aux professeurs et je ne voudrais pas que d’autres incidents de ce genre se reproduisent. »

Se tournant alors vers sa vigne, elle constata les dégats. Ceux-ci étaient heureusement inexistants, pour le moment. D’un geste du poignet, elle dissipa sa protection avant d’en lancer une nouvelle, agrémentée d’un « maxima » afin de renforcer la défense de sa vigne. Elle aimait tant cette plante qu’elle n’aurait pas supporté la voir s’abîmer sous ses yeux. De plus, il ne fallait pas oublier que ces êtres végétaux étaient également des êtres vivants et que leur vie était précieuse. Rhéa attendit alors la réponse de Kaeyann et les essais de Roxane avec une légère appréhension qui lui conseillait de garder sa baguette à portée de main.

Dans toute cette agitation, elle n'avait pas répondu à une petite nouvelle qui était arrivée en lançant ces mots:


« Bonjour à tous. C'est bien ici les cours de soutien ? En tout cas la déco est très jolie. Ça change des murs austères d'une salle de cours. »

Souriant, Rhéa lui répondit qu'elle était au bon endroit. Elle lui indiqua ensuite une table et lui proposa de s'asseoir pour réviser, à moins qu'elle ne préfère s'entraîner à lancer un sortilège de Lashlabask ? D'un coup double de baguette, la sixième année fit disparaître du tableau le nom du sortilège "incendio", ce qui était plus sûr, et fit apparaître un troisième mannequin pour la jeune Caroline, au cas où elle souhaiterait réviser ses sortilèges.

« Bonjour Caroline. Tu es au bon endroit, quelle matière souhaites-tu réviser ? Le coin potion est disponible tout comme les mannequins d'entraînement ou les tables si tu préfères réviser une matière plus... littéraire. N'hésite pas si tu as la moindre question ! » Conclut Rhéa en guettant d'un oeil vigilant ses trois petites protégées.

« Même le plus petit des Serpents a du venin ! »
Élève et Serpentarde du mois de Janvier 2014
~> Championne de Serpentard <~

Salle d'étude pour cours du soir

« Tout va bien Kaeyann ? Tu as déjà vu ce sortilège en cours ? Je pense qu’il serait plus sage que vous me donniez une liste des sortilèges que vous avez besoin de réviser, ce serait plus prudent. Vous apprendre des sorts est réservé aux professeurs et je ne voudrais pas que d’autres incidents de ce genre se reproduisent. »

Kaeyann hocha lentement la tête et regagna sa place en silence, morte de honte. Rhéa avait raison, bien sur, il valait mieux qu'elle ne se lance plus dans les expérimentations. La jeune fille était venue dans un cours de soutien dans le but de valider ses connaissances, de réviser certaines notions qu'elle ne comprenait pas complètement et d'avoir des trucs pour être plus performante et confiante lors de ses examens, et voilà qu'elle mettait plutôt le feu à la classe! Elle avait atteint de nouveaux sommets de maladresse, c'en était presque du vandalisme! La jeune fille s'en voulait terriblement de s'être attaquée à un sortilège trop complexe pour elle avec une telle confiance aveugle. Elle aurait pu mettre des vies en danger! Elle qui s'inquiétait à propos de ses examens, elle avait une nouvelle raison de se méfier des travaux pratiques: ce n'était plus l'humiliation publique qu'elle risquait, mais l'expulsion.

La jeune fille se pencha donc à nouveau sur ses notes de cours et n'osa même pas tourner la tête en direction de Caroline, qui venait de les rejoindre. Quelle impression la Verte avait-elle d'elle, à présent qu'elle l'avait vue en train de cramer son mannequin d'entraînement, les murs ainsi que le plafond par mégarde? Caroline et Kaeyann se connaissaient depuis tout juste quelques semaines, et elle avait déjà causé des tas d'accidents en sa présence. Qui voudrait bien d'elle comme amie maintenant qu'elle s'avérait être un véritable danger ambulant?...

Soupirant tristement, Kaeyann entreprit de dresser la liste des sortilèges qu'elle avait vu en cours, ce qui ne prit pas plus qu'une minute ou deux:


Sorts à maîtriser pour l'examen:
Accio
Alohomora
Expelliarmus
Gonflus
Lashlabask
Lumos (Maxima / Scintilla)
Perforus
Petrificus Totalus
Protego (Maxima / Totalum / Horribilis)
Wingardium Leviosa


Les autres enchantements qui lui venaient en tête étaient des sortilèges de métamorphose très précis qui - bien qu'elle les maîtrisât - ne lui seraient certainement pas très utiles dans un examen pratique de Défense Contre les Forces du Mal... Kaeyann contempla longuement sa liste, gênée de constater à quel point elle connaissait peu de sorts véritablement utiles. *À quoi bon savoir changer un élastique à cheveux en ruban ou une craie en stylo si je ne maîtrise qu'un ou deux sorts défensifs et un sortilège de lumière?* Son évaluation, qui devait avoir lieu la semaine suivante, serait beaucoup plus difficile qu'elle ne l'avait imaginé, et elle savait désormais qu'elle devait faire une croix sur le club de duel pour au moins deux ou trois ans encore! C'était beaucoup plus prudent ainsi.

Tandis que les autres filles s'occupaient chacune de leur côté, Kaeyann se leva sans faire de bruit et s'approcha du bureau de Rhéa à petits pas silencieux. La tête basse, elle tendit le morceau de parchemin sur lequel elle avait gribouillé sa liste à la sixième année, réalisant pour la première fois combien elle était petite à côté d'elle. Le regard obstinément fixé sur la pointe de ses chaussures, la jeune fille marmonna:


«Je... Ce sont tous les sorts que je connais... et que j'ai besoin de pratiquer.»

.oOo.Kaeyann Hirondella.oOo.C'est dans le brouillard qu'une rencontre est belle.oOo.
Capitaine des Red Lights ~ Préfète ~ Tutrice ~ Gryffon d'Argent
♦ Élève du mois de Février 2014♦
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Salle d'étude pour cours du soir

Roxane écouta attentivement les explications de son aînée, qui, elle l'avait bien compris, pourraient lui être plus que bénéfiques pour les examens à venir. Tout en enregistrant ce qu'elle entendait dans un coin de sa tête, elle jeta un œil distrait à sa copie de DCFM et nota une petite astérisque qu'elle compléta au bas de sa feuille. Elle voulait toujours que ses cours soient complets pour être sûre d'avoir un niveau à peu près potable et ne pas se perdre inutilement dès qu'elle apprenait quelque chose de nouveau. Lorsque ceci fut fait, elle se concentra de nouveau sur Rhéa qui leur proposait maintenant de s'exercer sur des mannequins. La sixième année, après leur avoir montré l'exemple, les invita à essayer.

*Normalement, c'est de mon niveau* pensa Roxane sans s'inquiéter. Elle se leva, s'approcha d'un des bonhommes, sortit sa baguette et se remémora distinctement les deux formules. Elle n'avait aucun problème avec Incendio, mais Lashlabask...comment dire ? Elle ne comprenait pas pourquoi on avait choisi un nom si compliqué à articuler. Sérieusement ! Le créateur de ce sort devait sûrement être un sadique lettré qui ne jurait que par les mots difficiles à prononcer. Enfin...ce n'était pas le problème du moment, et là, elle était sérieusement en train de divaguer. Roxane se reprit, coinça une mèche rebelle derrière son oreille et se lança :

« Lachkabask ! »

Et là...rien. Le vide total. Le néant incommensurablement profond. En clair, le sort avait littéralement échoué, sans doute à cause de la prononciation peu éloquente de la première année. Elle avait toujours tendance à parler vite, et cela lui jouait encore une fois des tours. Elle se prit à vouloir exploser tout bonnement le mannequin, c'était de sa faute après tout, il l'avait déconcentré avec sa tête de Scroutt à Pétard ! mais se retint, car elle ne voulait pas qu'on doute déjà de sa santé mentale alors que cela ne faisait que peu de temps qu'elle était à Poudlard. Au fond de tout ce chaos intérieur, elle regrettait son dégoût si intense de l'échec qui la tiraillait à chaque fois, mais rien de cela ne paraissait sur son visage.

Elle essaya de passer outre et se prépara de nouveau, cette fois dans l'intention de lancer le sort Incendio, qu'elle maîtrisait bien mieux. Mais soudain, elle sentit une gerbe de flammes la raser de très très près, celles du genre dont on en sort quelque peu roussi. Elle fit un bond prodigieux en arrière et visualisa la scène d'un œil ahuri. Kaeyann, en proie avec son propre sortilège, se débattait comme une folle, de sa baguette jaillissant de jolies flammes qui, étonnement, ne brûlaient pas tout sur leur passage, ce qui laissait supposer que la salle avait été protégée. Rhéa ne tarda pas à intervenir suite aux SOS flagrants de Kaeyann, rétablissant sans mal la situation grâce à deux trois sorts adéquats. Roxane resta quelques instants étourdie, puis, alors qu'elle allait s’enquérir de l'état de sa camarade, vit cette dernière se diriger vers son bureau, apparemment morte de honte, ce qui pouvait se comprendre. La verte tenta un sourire en sa direction puis, sans savoir si elle l'avait vue, se prépara de nouveau en regardant le mannequin avec un mépris non dissimulé. Il voulait jouer à ça, pas de problème. Elle allait vite fait effacer son sourire grotesque à l'aide de quelques flammes bien senties qui auraient sûrement le don de la libérer d'un poids. Car, c'était bien connu, brûler quelque chose de non vivant (quand même !) pouvait fortement aider à se défouler.

Roxane esquissa un sourire, se concentra et incanta le plus simplement du monde :


« Incendio »

Aussitôt, le personnage s'enflamma telle une torche humaine et un feu commença à gonfler joyeusement, ravissant la Serpentarde qui n’espérait pas mieux. Elle attendit quelques secondes puis, sur le même modèle que Rhéa tout à l'heure, projeta une gerbe d'eau à l'aide d'un « Aguamenti » puis nettoya grâce à un « Recurvite ». Enfin, elle souffla un bon coup et alla s'asseoir à sa place, quelque peu fatiguée. Les multiples émotions qui l'avaient traversé en plus de la magie utilisée l'avaient vidée, si bien qu'elle se promit de ne pas recommencer avant disons...au moins quelques minutes !

Ce n'est qu'au bout d'un certain temps qu'elle finit par remarquer que Caroline s'était ajoutée au groupe et ne put s'empêcher de penser que, décidément, elles ne faisaient que de se croiser ! Elle lui fit un imperceptible signe de la main puis reporta son attention sur Rhéa. Ce cours de soutien était vraiment riche en rebondissements, et elle avait hâte de connaître la suite du programme.
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Salle d'étude pour cours du soir

Caroline admirait la salle verdoyante, elle était très jolie et originale. La salle était un écosystème à part entière, des espèces de plantes toutes les plus surprenantes les unes que les autres. Une plante bleue par ici, une carnivore par là. Les plantes envahissaient l'espace libre : les murs, le sol ou elles restaient à leurs places, ce qui était rarissime. Caroline arrêta sa contemplation quand Rhéa lui répondit, un sourire aux lèvres surement contente de voir arriver une nouvelle petite élève, ça voulait donc dire que son affiche n'était pas passer inaperçue :

"Bonjour Caroline. Tu es au bon endroit, quelle matière souhaites-tu réviser ? Le coin potion est disponible tout comme les mannequins d'entraînement ou les tables si tu préfères réviser une matière plus... littéraire. N'hésite pas si tu as la moindre question !"

*Quel choix ! On peut tout faire ici. Potions, sortilèges, Histoire de la Magie, c'est fabuleux, dommage qu'il n'y aie qu'une heure, on aurait pus faire plus de choses. Mais avant de se consacrer à l'avenir, consacrons nous au présent.* Caroline remercia Rhéa et s'assit à un bureau, elle posa son sac par terre et sortit son agenda. Pour demain, la verte avait à finir un devoir écrit, juste répondre à des questions pour les Sortilèges, puis elle avait potion, elle devait faire une potion d'enflure, puis faire un compte-rendu sur les fantômes de Poudlard en Histoire de la Magie et pour finir elle devait s'entraîner au sort de Défense Contre les Forces du Mal car elle avait un contrôle demain. *Mais pourquoi ne me suis-je pas avancer, je ne pourrais jamais faire tout !* Devant la montagne de devoirs qu'elle avait à faire, Caroline ne perdit pas de temps et s'y attaqua sans plus tarder. D'abord, elle fit toute la partie écrite de ses devoirs : le compte rendu sur les fantômes de Poudlard et les questions de Sortilèges. Ce travail fut vite fini et la verte put s'attaquer la partie la plus coriace : la partie pratique. Et oui, finit le littéraire maintenant il allait falloir se bouger. Caroline s'approcha d'un mannequin. Il était tout simple, fait de toile et de fils, il possédait comme visage des boutons formant un nez et des yeux, pour la bouche, un fil la traçait. Le mannequin semblait maussade. Caroline regarda le tableau noir de la classe et y vit des sorts qu'elle avait étudié cette année. Quelqu'un avait du avoir besoin de ses mannequins et avait surement demandé de l'aide. Caroline sortit sa baguette et utilisa le sortilège Lashlabask. Un jet rouge sortit de sa baguette et alla laisser une marque marron sur le mannequin. Puis, Caroline se retourna subitement et demanda quelque chose à Rhéa :

"Rhéa, est-ce que je peux utiliser un mannequin s'il te plaît ? Je vais réviser les sorts écrits sur le tableau."

Et Caroline attendit la réponse de la sixième année.

Salle d'étude pour cours du soir

La jeune Kaeyann semblait tout à fait désorientée suite à cet incident et Rhéa se dit que cela ne durerait probablement pas. La petite gryffondor vint voir la sixième année et lui tendit un parchemin griffonné sur lequel on pouvait lire une liste de sortilèges appris en première année. La serpentarde lut attentivement la liste et imagina déjà un petit parcours d’entraînement qu’elle pourrait improviser afin de faire réviser toutes les demoiselles présentes dans sa salle. De toute évidence, un bon quart d’heure après le début de « l’heure de cours », plus personne ne viendrait et fermer la porte ne ferait donc de mal à personne. Ce cours de soutien serait donc dédié aux sortilèges quels qu’ils soient : de défense contre les forces du mal ou non. D’un coup de baguette, Rhéa écrivit les nouveaux sortilèges au tableau puis tourna la tête, elle posa son regard sur Kaeyann et s’adressa à elle d’une voix douce.

« Merci beaucoup Kaeyann, je vais faire en sorte que tu puisses réviser ces sortilèges ! Ne t’inquiète pas ! »

Alors qu’elle réfléchissait, Roxane s’entraîna et réussi brillamment les deux sortilèges qui devaient être étudiés. Elle réussit même son Recurvite et son Aguamenti – qui était pourtant un sortilège d’un niveau bien supérieur à celui d’une première année – ce qui étonna grandement Rhéa.

« Toutes mes félicitations Roxane ! Où as-tu appris à maîtriser des sortilèges aussi puissant dis-moi ? » La questionna-t-elle avec de l’admiration et de la curiosité dans la voix.

Enfin vint le tour de Caroline qui, d’un coup de baguette lacéra un mannequin proche à l’aide du sortilège de Lashlabask avant de demander l’autorisation d’utiliser le dit mannequin. La question eu pour effet de faire rire la jeune fille.


« Bon, les filles, on va passer aux choses sérieuses et réviser vos sortilèges ! Je vais vous donner un petit parcours à faire afin de réviser un maximum de sorts en un minimum de temps ! Si vous avez le moindre souci, ne vous inquiétez pas, j’interviendrai immédiatement, mais tout devrait bien se passer. » Sa voix se voulait rassurante afin de faire descendre d’un cran toutes les tensions.

Après tout, ce n’était pas un examen, ici, personne ne jugeait personne et elles étaient là pour réviser voir apprendre. Si elles venaient ici, c’était pour la même raison : elles avaient des lacunes ou des difficultés qu’elles voulaient travailler et effacer. En d’autres termes, elles avaient toutes du mérite d’être là et Rhéa ne laisserait personne se moquer de l’une de ses pupilles ! Quoi qu’il en soit, Rhéa jeta quelques sortilèges à droite à gauche et la salle se transforma comme suit :

Dans un premier temps, la lumière s’éteignit, la porte se ferma à clé, les protections qui entouraient les vignes disparurent et furent remplacées par un simple protego. Un effet personnel appartenant à chacune des demoiselles atterrit sur le bureau de Rhéa et un mannequin très lourd apparut sur les chaises de ces dernières. Satisfaite du résultat, la sixième année prit la parole.


« Bien, dans un premier temps, vous avez ces sortilèges à réviser, à vous de trouver comment pour résoudre les différentes modifications que j’ai opéré dans la salle, mais avant tout ; vous allez protéger ma vigne, chacune d’entre vous choisira un des trois pans de murs non protégé et y appliquera un protego maxima, totalum ou horribilis histoire qu’à vous trois, les trois types de protections soient utilisés. Lorsque vous aurez terminé votre parcours, j’aimerai que vous vous asseyiez à votre place. » Sur ses mots, Rhéa fit apparaître, au tableau dans une encre phosphorescente les sortilèges suivants :

Accio / Alohomora / Lumos Maxima – Scintilla / Protego Maxima – Totalum – Horribilis / Wingardium Leviosa.


Rhéa attendit que les jeunes filles commencent leur parcours, se demandant si elles parviendraient à utiliser correctement tous les sorts pour résoudre les différents petits problèmes qu’elle avait créés. Regardant les petites en souriant, elle alluma sa baguette afin d’y voir clair dans cette pièce désormais obscure et regarda les jeunes filles progresser avant de réfléchir à la façon dont elle mettrait en scène les prochains sortilèges…

« Même le plus petit des Serpents a du venin ! »
Élève et Serpentarde du mois de Janvier 2014
~> Championne de Serpentard <~

Salle d'étude pour cours du soir

Kaeyann sourit. Ce parcours à obstacles augurait bien: elle maitrisait plutôt bien chacun de ces sortilèges. Après le fiasco d'Incendio, elle avait grand besoin de requinquer sa confiance. Elle se tourna d'abord vers le bureau de Rhéa, sur lequel cette dernière avait fait atterrir la plume fétiche de la rouquine. C'était une longue plume de paon très peu pratique qui se balançait sans arrêt au plus infime mouvement sur le papier, mais Kaeyann l'avait reçue en cadeau pour ses onze ans et trouvait toutes les excuses possibles pour la sortir de son sac et s'en servir. Maintenant qu'elle la voyait sur le bureau de Rhéa, à côté de ses plumes à elle toutes aussi belles, mais ô combien moins tape à l'oeil et difficiles d'emploi, elle se trouvait bien ridicule. Qu'importe! C'était sa plume préférée, elle allait la récupérer en un tour de main!

«Accio plume!» lança la jeune fille avec autorité, et elle tendit la main demain elle pour y voir revenir sa plume excessivement colorée.

Fière de son coup, Kaeyann jeta un coup d'oeil au tableau pour se remémorer le prochain sort qu'elle devait utiliser, puis se tourna vers la porte maintenant verrouillée et pointa sa baguette sur la serrure. Dans un grand mouvement théâtral, elle fit sauter le verrou en utilisant la formule qu'elle avait appris des semaines plus tôt. Alohomora était définitivement un des sorts les plus utiles qui lui avait été donné d'étudier. Pour une gaffeuse comme elle, qui était du genre à fermer sa grosse malle pleine de vêtements et à en égarer la clé, un sortilège de déverrouillage devenait un outil du quotidien, voire une connaissance essentielle. Kaeyann savait qu'elle avait bien fait de s'appliquer et de consacrer des heures au perfectionnement du sort, car il lui apparaissait évident qu'elle se mettrait elle-même dans une situation de vie ou de mort éventuellement dans sa vie, à force de toujours fourrer son nez partout, et que «Alohomora» faisait partie du bagage de sorts communs qui pouvaient faire la différence entre un sorcier vivant et un sorcier mort...

Debout au milieu de la pièce, Kaeyann sourit en lisant le prochain sortilège. Elle adorait Lumos Scintilla. Bon, Lumos était aussi très utile, voire indispensable (il faisait partie du bagage de sorts communs qu'elle voulait se constituer), mais il était loin d'être aussi joli que sa version bonifiée. Elle n'eut besoin que d'un faible murmure pour faire apparaitre au bout de sa baguette la petite lumière blanche qui brillait vaillamment dans la pénombre de la pièce. C'était une lumière beaucoup plus claire et crue que celle que projetaient normalement les torches, et Kaeyann se rendit compte que sa fameuse plume de paon était encore plus criarde qu'elle le pensait. Décidément, elle devrait peut-être songer à s'en procurer des plus discrètes... Bref! La jeune fille secoua la tête pour la vider de ces réflexions, et se concentra à nouveau sur son sort. Elle leva sa baguette au-dessus de sa tête, car la dernière chose qu'elle souhaitait était d'envoyer des étincelles en plein dans le visage de Rhéa, qui se tenait devant elle. Prenant garde de viser un petit coin de plafond qui n'était pas encore disparu sous la vigne, elle lança:


«Lumos scintilla!»

Aussitôt, de jolies étincelles de toutes les couleurs jaillirent de sa baguette et retombèrent doucement comme les restes d'un feu d'artifice. Kaeyann aimait à penser que les étincelles prenaient les couleurs des multiples facettes de sa personnalité, car bien qu'elle couvraient un large spectre de couleurs, elle demeuraient toujours dans les teintes chaudes. Elle avait vu toutes sortes de couleurs durant son cours de sortilèges, mais ses étincelles à elle étaient toujours majoritairement rouges, ocres ou dorées.

La première année se dirigea ensuite vers le mur du fond, celui où poussait la partie de la vigne à laquelle elle avait faillit mettre le feu quelques instants plus tôt. Elle sentait qu'elle devait des excuses à cette vigne, et elle tenait vraiment à montrer qu'elle n'était pas bonne qu'à la réduire en cendres. Elle leva donc sa baguette devant elle, prit une grande respiration, et se concentra intensément. Kaeyann savait qu'elle avait déjà réussi un sortilège de Protego Maxima assez impressionnant dans son cours de Défence Contre les Forces du Mal, mais elle se contenta d'un Protego Totalum pour cette fois, laissant la chance à une autre élève de s'entraîner au premier, si ce n'était pas déjà au point. Quant à Protego Horribilis...Kaeyann savait le faire, elle espérait simplement ne jamais avoir à s'en servir et répugnait à prononcer ces mots à la consonance particulièrement déplaisante à ses oreilles. La Rouge se concentra sur son pan de mur et enferma les vignes dans une bulle protectrice transparente qu'elle espérait solide.

Pour la dernière étape de ce premier parcours, Kaeyann revint se placer près de sa chaise, et pointa sa baguette sur la poitrine du mannequin qui occupait sa place.


«Wingardium Leviosa» dit la rouquine en faisant le mouvement de va-et-vient que sa classe avait pratiqué au début du trimestre.

Le mannequin s'éleva doucement dans les airs, et Kaeyann le déposa avec précaution sur le sol, à la droite de sa table de travail. Elle s'assit alors sur sa chaise, croisa les jambes et attendit patiemment la suite du cours, le sourire enfin revenu sur son visage.


.oOo.Kaeyann Hirondella.oOo.C'est dans le brouillard qu'une rencontre est belle.oOo.
Capitaine des Red Lights ~ Préfète ~ Tutrice ~ Gryffon d'Argent
♦ Élève du mois de Février 2014♦
  Retour