Salle d’études

Inscription
Connexion
  Retour
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Salle d'étude pour cours du soir

Roxane continua de compléter rapidement son devoir de DCFM tout en jetant des coups d’œil curieux à Caroline qui semblait réussir le sortilège Lashlabask avec une facilité déconcertante. Repoussant une soudaine et stupide jalousie, elle essaya de se convaincre, qu'après tout, elle avait réussi le deuxième avec brio, ce qui n'était déjà pas si mal.

Étrangement, au moment même, Rhéa demanda à Roxane avec curiosité :


« Toutes mes félicitations Roxane ! Où as-tu appris à maîtriser des sortilèges aussi puissants dis-moi ? »

La première perplexité passée, la verte sentit une bouffée de fierté mêlée de réconfort s'immiscer en elle et réactiver lentement mais sûrement son enthousiasme. Même si elle évitait de le montrer, elle était reconnaissante envers la Sixième année, qui, décidément, semblait véritablement sympathique.

« Merci beaucoup...! Euh...eh bien, Recurvite, je dois t'avouer que faire le ménage est pour moi un cauchemar, et dès que j'ai été en âge de maîtriser à peu près ma magie, je me suis entraînée comme une folle pour réussir ce sort, et ça a payé apparemment. Quant à Aguamenti, je m'y suis déjà essayé quelques fois pour deux trois farces mais sur ce coup j'ai quand même eus pas mal de chance...Et sans ton intervention, je n'aurais sûrement pas pensé à me servir d'un tel sort ! C'est ma mère qui m'a tout appris, je lui dois beaucoup de choses d'ailleurs. »

Elle baissa un instant la tête dans l'espoir de cacher le rouge qui venait de lui monter aux joues et attendit une éventuelle réponse, tout en triturant un fil jailli d'on ne sait quelle couture de sa cape.

***

Lorsqu'elle releva la tête, elle vit Rhéa expliquer une nouvelle activité crée par ses soins, un parcours semé d'embuches dont il faudrait se dépêtrer à l'aide de différents sorts. Il semblait qu'on attendait plus personne, vu l'heure, on ferma donc la porte (à clé, bizarrement ?! Ah mais oui, pour s'exercer sur un sortilège !) et Rhéa opéra encore quelques modifications avant de dire :

« Bien, dans un premier temps, vous avez ces sortilèges à réviser, à vous de trouver comment pour résoudre les différentes modifications que j’ai opéré dans la salle, mais avant tout ; vous allez protéger ma vigne, chacune d’entre vous choisira un des trois pans de murs non protégé et y appliquera un protego maxima, totalum ou horribilis histoire qu’à vous trois, les trois types de protections soient utilisés. Lorsque vous aurez terminé votre parcours, j’aimerai que vous vous asseyiez à votre place. »

Roxane ne put empêcher une expression de défi de s'inscrire sur son visage. Elle ne devait rien à personne et n'aimait pas plus que ça la compétition, mais elle aimait se prouver ses capacités et cet exercice l'aiderait à prendre confiance en elle pour ses prochains examens. Elle s'occupa d'abord de protéger un des murs et à l’aide de Protego Totalum, qu’elle maîtrisait assez bien, puis, lorsque ceci fut fait, chercha la suite de l’exercice.

*Il fait bien noir ici* pensa-t-elle tout à coup. Aussitôt, elle leva sa baguette en l’air et prononça :

« Lumos Maxima ! »

La salle s’éclaira soudain d’une vive lueur, permettant à ses yeux de se reposer et au reste de son corps d’éviter de se cogner de partout. Roxane parcourut la salle du regard à la recherche de quelque chose d’autre, puis aperçut son encrier posé sur le bureau de Rhéa. Sans se demander comment il y avait atterri, elle chercha un moyen magique de le récupérer, à l’aide des sorts notés au tableau, et finit par comprendre ce qu’on attendait d’elle.

« Accio encrier »

Le petit flacon d’argent vint se poser dans sa main comme une plume, non sans avoir manqué de se renverser plusieurs fois sur la tête de Rhéa, de Kaeyann ou de Caroline qui ne semblaient pas s’en être rendues compte. Roxane remercia secrètement le Dieu de la Magie de ne pas lui avoir offert une nouvelle raison de se ridiculiser en public et retourna discrètement à sa place. Du moins, dans un premier temps…Car elle n’avait pas vu le mannequin posé sur sa chaise et s’était tout bonnement assise dessus, ce qui avait produit un craquement tout à fait audible.
*Comment peut-on être aussi idiote ?* se sermonna-t-elle dans son for intérieur. Elle jeta un regard oblique au bonhomme comme si s’était de sa faute et dit tout en faisant un rapide mouvement de sa baguette :

« Wingardium Leviosa ! »

Malheureusement, elle avait été un peu trop ambitieuse et malgré son poids conséquent, le mannequin vola tout droit vers le mur d’en face, celui qu’elle avait-elle-même protégé, où il ricocha tout bonnement avant de se briser en deux. Roxane, les quelques secondes de panique passées, se précipita vers ce crétin de bout de plastique et utilisa le sort Reparo, qu’elle venait justement d’apprendre en Sortilèges. Elle dût s’y reprendre à plusieurs fois, mais il finit par se reconstituer correctement. Quand elle réussit, elle le souleva de nouveau avec sa magie, plus lentement cette fois, et le posa à côté de sa chaise, où elle s’assit avec l’impression d’avoir couru un cent mètres à une vitesse hallucinante. Elle observa où en étaient les autres tout en se disant, pour se réconforter, qu’au moins sa protection avait été efficace, vu comme le mannequin avait ricoché dessus.
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Salle d'étude pour cours du soir

Caroline venait de jeter le sortilège Lashlabask sur le pauvre mannequin marron qui servait de cobaye. Elle venait de poser une question à Rhéa et qui eu pour effet de faire rire la sixième année. Caroline comprit que la réponse était oui car de toute façon, si les mannequins étaient là, c'était bien pour servir à quelque chose. Les trois premières années avaient bientôt un examen de Défense contre les Forces du Mal et de Sortilèges, il fallait donc réviser. Rhéa chercha une solution pour que Roxane, Kaeyann et Caroline puisse s'entraîner de façon ludique et efficace. Caroline vit le visage de la Serpentarde s'illuminer, elle devait avoir trouvé une solution. Celle-ci annonça le programme d'entraînement :

« Bien, dans un premier temps, vous avez ces sortilèges à réviser, à vous de trouver comment pour résoudre les différentes modifications que j’ai opéré dans la salle, mais avant tout ; vous allez protéger ma vigne, chacune d’entre vous choisira un des trois pans de murs non protégé et y appliquera un protego maxima, totalum ou horribilis histoire qu’à vous trois, les trois types de protections soient utilisés. Lorsque vous aurez terminé votre parcours, j’aimerai que vous vous asseyiez à votre place. »

*Génial, j'adore les parcours, c'est une super bonne idée. Je vais bien m'amuser.*
La lumière s’éteignit et la verte ne voyait plus rien. Elle essayait de comprendre pourquoi on avait éteint la lumière. Puis elle comprit qu'il fallait utiliser le sortilège Lumos. Mais Caroline dans sa grandeur, préférait le sort Lumos Maxima. Il était plus puissant, plus efficace et plus dur. Caroline pointa sa baguette vers le plafond et prononça la formule :

" Lumos Maxima. "

La lumière inonda la pièce et maintenant, on voyait clairement. Caroline s'approcha d'un mur couvert de vigne. La plante bien verte avait conquit tout le mur. Elle pouvait s'étendre encore sur les autres murs ou sur le plafond et le sol. Elle pouvait tout entouré et faire office de papier peint. Elle s'occupa de protéger la vigne en lançant le sortilège Protego Maxima. Un écran bouclier se plaça devant la vigne. La voilà qui était protégé. La verte se rendit à son bureau et vit qu'un mannequin s'était installé sur sa chaise et qu'il manquait son parchemin où elle avait écrit son devoir d'Histoire de la Magie sur les fantômes de Poudlard. Elle regarda dans la pièce et vit qu'il était posé sur le bureau de Rhéa. Elle allait venir le chercher mais comprit qu'il fallait utiliser un sort particulier. Elle pointa sa baguette sur le parchemin et déclara d'une voix ferme :

" Accio Parchemin "

Le parchemin s’éleva, fonça en direction de la verte et atterrit dans sa main. *Parfait. Pour ce sortilège, je suis au point.* Ensuite, elle vit que le parchemin était cadenassé. Il fallait donc utiliser un autre sort, le sort Alohomora. Caroline avait peur de faire exploser le cadenas, elle n'arrivait pas trop à lancer se sort. Et il fallait donc qu'elle fasse très attention pour ne pas que son parchemin soit à refaire. Elle prononça d'une petite voix tremblante :

" Alohomora. "

Le résultat ne fut pas le bon, le cadenas explosa et laissa sur le parchemin une petite trace marron. * Je savais que je n'allai pas y arriver. Mais au moins je n'ai pas à refaire mon devoir, c'est plutôt pas mal. * Puis, Caroline s'attaqua au mannequin posé sur sa chaise. Elle devina que c'était encore une épreuve. Bien sûr, pour terminer son parcours, il fallait s'asseoir. Hors là, le mannequin bloquait tout. Elle décida de le faire voler. La voie des airs, rien de plus pratique.

" Wingardium Leviosa." dit-elle clairement. Le mannequin s’éleva à quelques mètres du sol et vient se poser par terre dans un BOUM. Caroline n'était plus concentrée car elle avait vu un mannequin voler et aller se fracasser sur un mur. Heureusement celui-ci était protégé. La Serpentarde décida de laisser le mannequin par terre et s'assit sur sa chaise. Elle allait pouvoir observer comment ses deux autres camarades s'en sortait.

Salle d'étude pour cours du soir

Rhéa était heureuse de constater que ses trois élèves se trouvaient désormais paisiblement assise à leurs places respectives. Après avoir regardé leurs démonstrations, elle se trouva très contente d’avoir commencé par préconiser la protection de ses précieux plants de raisins magiques. Une fois l’exercice terminé, la sixième année entreprit de mettre en place la deuxième partie du parcours. Elle ralluma les lumières de la pièce, effaça le tableau et y inscrivit quelques autres sortilèges ainsi qu’un brin de définition pour aiguiller ses pupilles.

Perforus : permet de percer quelque chose (ajoutez-y « maxima » pour augmenter la taille du trou).
Expelliarmus : désarme la cible, quel que soit ce qu’elle tient : baguette, épée, balais…
Gonflus : gonfle la cible, la faisant s’envoler dans les airs et entravant sérieusement ses mouvements.
Petrificus Totalus : immobilise une cible en mouvement en bloquant son moyen locomoteur.

Ces quatre sortilèges étaient les derniers figurant sur la liste fournie par Kaeyann et Rhéa avait déjà une petite idée sur la façon dont les jeunes filles pourraient les mettre en pratique. D’un coup de baguette, elle augmenta au niveau maximal la protection qui entourait les murs de la salle et entreprit de procéder par étape.

Dans un premier temps, elle fit apparaître, au-dessus de chacune des filles, une cloche opaque dans laquelle elles étaient enfermées. Il leur faudrait percer cette barrière afin de pouvoir accéder à la suite de l’exercice. Après plus ou moins longtemps, les trois jeunes filles furent à nouveau libres. Rhéa fit apparaître d’un coup de baguette trois charmants petits lutins de Cornouailles. Ces petites créatures diablotines hautes d’un maximum de 20 cm et à la peau d’un magnifique bleu électrique s’amusèrent rapidement à lancer des cailloux en direction des jeunes filles. Il y avait maintenant dans la salle, trois lutins qui s’amusaient à lancer des projectiles sur les demoiselles. Chacun d’eux avait un caillou fétiche qu’il ramassait chaque fois qu’il tombait. Afin d’être certaine qu’aucune des enfants ne serait tentée de ramasser les pierres à la main, Rhéa leur lança un sort ayant pour effet de coller leurs pieds au sol.


« Pour cet exercice, vous n’avez pas besoin de bouger, utiliser simplement votre baguette pour vous sortir de cette situation ! » Commenta-t-elle le plus simplement du monde, baguette en main, prête à intervenir en cas de problème.

Une fois cet exercice terminé, Rhéa félicita les petites et, avant qu’elles n’aient le temps de se remettre de leurs émotions, elle fit apparaître d’autres créatures : des veracrasses. Ces petites bestioles n’avaient rien de dangereux, il s’agissait d’épais vers d’une vingtaine de centimètres de couleur marron dépourvus de dents et totalement végétariens. Malgré cela, ils avaient un aspect relativement répugnant et se dirigeaient en rampant vers les jeunes filles, toujours collées au sol. Si celles-ci ne faisaient rien, les bestioles viendraient les escalader, grimpant sur elle et y déposant leur bave visqueuse et marronnasse. Rhéa proféra un petit encouragement à ses élèves, un sourire rassurant affiché sur les lèvres.


« Ne vous inquiétez pas, les veracrasses sont des créatures tout à fait charmante et inoffensives, toutefois, elles seraient légèrement salissantes si elles venaient à baver sur vous. Mais bon, ce sont des créatures relativement lentes, vous devriez avoir le temps d’ajuster votre sortilège ! » Conclut-t-elle avant de les regarder œuvrer.

Finalement, ce deuxième exercice fut une réussite et Rhéa décida d’enchaîner avec le dernier entraînement, pour le dernier sortilège à réviser. Laissant à nouveau les petites collées au sol, elle fit cette fois apparaître des malagrifs. Ces petites bestioles ressemblaient à s’y méprendre à des homards tachetés à la différence près qu’elles étaient loin d’être comestibles et qu’elles avaient une fâcheuse tendance à mordre ! Avançant rapidement sur leurs petites pattes, elles se dirigeaient vers les sorcières, bien décidées à goûter à leurs molets. Cette fois-ci, il faudrait réagir rapidement et ne pas se tromper de formule, même si Rhéa n’avait affiché aucune difficulté sur ce point en affichant les sortilèges à utiliser dans l’ordre au tableau. Rhéa profita du dernier exercice pour promulguer aux jeunes filles un petit cours surprise de soins aux créatures magiques.


« Je ne sais pas si vous aviez déjà rencontré des malagrifs auparavant, mais sachez que ces petites bêtes ont deux particularités amusantes. La première est que vous tomberez gravement malade si vous tentez de les manger, d’ailleurs les sorciers qui ont essayé ont encore la peau verte aujourd’hui ! La seconde est, que s’ils parviennent à vous mordre – certes vous aurez sans doute un petit peu mal – mais vous serez également malchanceux pendant une durée indéterminée pouvant aller jusqu’à une semaine ! Alors méfiez-vous et arrêtez-moi ces créatures ! » Sur ces dernières paroles, Rhéa regarda à nouveau la scène qui se déroula sous ses yeux.

Les petites étaient plus douées qu’elles ne le pensaient et, lorsque souvent lorsqu’on se retrouvait en situation réelle, les talents étaient mis à rude épreuve mais se signalaient plus rapidement. Heureuse d’avoir pu leur apporter une petit séance pratique qui leur aurait sans doute manqué avant leur examen, Rhéa jeta un coup d’œil à l’horloge cachée quelque part sous la vigne. * Oups ! * Pensa-t-elle alors en voyant l’heure.


« Eh bien les filles, j’espère que ce cours vous a plu, malheureusement, j’ai bien peur que nous ayons dépassé l’heure fixée ! Il va être temps pour vous de retourner dans vos salles communes ! J’espère que cette petite séance de rattrapage vous a plu ! Si vous le souhaitez, n’hésitez pas à rejoindre les prochaines ! »

Reducio
Désolée pour mon retard et merci à vous d’avoir participé ! J’espère que ce petit RP vous aura plu et que vous aurez toutes les trois de très bonnes notes à vos prochains devoirs de sortilèges ! N’hésitez pas à m’envoyer un hibou si vous pensez que c’est une bonne ou mauvaise idée de créer un nouveau RP cours de soutien qui viserait à vous perfectionner dans d’autres matières. Pour ma part, j’ai beaucoup aimé ce cours à vos côtés ! Bonne continuation les filles.

« Même le plus petit des Serpents a du venin ! »
Élève et Serpentarde du mois de Janvier 2014
~> Championne de Serpentard <~
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Salle d'étude pour cours du soir

Roxane regarda Rhéa inscrire d'autres définitions au tableau, qui auguraient sûrement de nouveaux exercices pratiques. De belles catastrophes en perspective, donc...Elle sourit jusqu'aux oreilles, curieuse de voir ce que leur presqu'prof allait leur concocter. Elle avait hâte de s'essayer à ces sorts qui lui causaient plus ou moins du fil à retordre, d'autant plus qu'elle ne serait pas surprise si ceux-ci apparaissaient dans leurs futurs examens.

Perforus : permet de percer quelque chose (ajoutez-y « maxima » pour augmenter la taille du trou).
Expelliarmus : désarme la cible, quel que soit ce qu’elle tient : baguette, épée, balais…
Gonflus : gonfle la cible, la faisant s’envoler dans les airs et entravant sérieusement ses mouvements.
Petrificus Totalus : immobilise une cible en mouvement en bloquant son moyen locomoteur.


La verte n'eut pas longtemps à attendre : bientôt, elle se retrouva entourée d'une cloche totalement opaque, si bien qu'elle ne voyait pas plus loin que le bout de son nez. Elle sentit un brin de nervosité l'envahir et commença à respirer avec plus de difficulté, ses pupilles cherchant désespérément autre chose que cette surface argentée. Si elle n'était pas claustrophobe, elle ne se sentait pas non plus très à l'aise dans les espaces confinés, ce qui, en ce moment, posait quelque peu problème. Elle papillonna des paupières et tâcha de brider ses émotions en cavalcade. Concentration. Concentration. Concentration ! Elle remua ses souvenirs dans l'espoir de trouver un moyen efficace de se sortir de là, mais rien ne lui venait à l'esprit. Cela concernait forcément les sorts que Kaeyann avait proposé à Rhéa, elle n'avait donc qu'à faire un effort de mémoire. Gonflus... Expelliarmus... Perfor... Perforus ! C'était celui-ci ! Roxane lâcha un soupir de soulagement puis, sans tarder une seule seconde, formula d'une voix précipitée :

« Perforus ! »

Un trou pas plus grand que sa main se forma immédiatement dans la paroi, libérant des voix au-dehors. Roxane, bien trop stressée pour se préoccuper du fait qu'elle était sûrement la dernière, frotta ses mains moites contre son jean en tâchant de s'y retrouver. Une chose était sûre, elle ne tiendrait pas longtemps dans cette coquille d’œuf.

« Euh...Perforus Maxima ! » finit-elle par lâcher.

L'ouverture s'agrandit considérablement, de quoi faire passer un Scroutt à Pétard dans la force de l'âge, ce qui était suffisant pour Roxane. Elle s'y engouffra à une vitesse surhumaine et retrouva avec une exaltation flagrante les vignes multicolores, les bureaux encombrés, ainsi que tout le petit monde qu'elle voyait depuis son arrivée ici. Toute l'angoisse accumulée jusque là fondit comme neige au soleil, et la première année était presque sereine lorsque Rhéa les mit une nouvelle fois à l'épreuve en invoquant du néant trois Lutins de Cornouailles visiblement au mieux de leur forme. Elle leur colla les pieds au sol, pour plus de difficulté peut-être ? et les laissa se débrouiller, sans omettre de leur donner un conseil :


« Pour cet exercice, vous n’avez pas besoin de bouger, utiliser simplement votre baguette pour vous sortir de cette situation ! »

Les petites créatures commencèrent à les bombarder de cailloux avec un amusement qui donna encore plus envie à Roxane de régler leur compte au plus vite. Elle remarqua qu'ils avaient chacun une pierre fétiche qu'ils ramassaient systématiquement. Elle ne tarda pas à comprendre que la clé du problème était là, et alors que l'un deux s'apprêtait à lui en relancer une, elle passa à l'action.

« Expelliarmus. » dit-elle simplement, consciente qu'un surplus d'émotion risquait de la faire échouer.

L'enquiquineur en chef se raidit immédiatement et tomba au sol comme une pierre (sans mauvais jeu de mots), ses petits yeux noirs tournant bizarrement dans leurs orbites. Roxane lui tira puérilement la langue, aussi fière que si elle avait découvert les propriétés du sang de dragon. Elle assista aux tentatives de ses camarades qui se débrouillaient également avec brio. Lorsque chacune eut achevé son bourreau lilliputien, Rhéa reprit la parole pour les féliciter chaleureusement, puis comme pour se contredire, elle fit apparaître un joli troupeau de vers gluants prêts à grimper sur les trois pauvres filles toujours clouées au sol.


« Ne vous inquiétez pas, les veracrasses sont des créatures tout à fait charmante et inoffensives, toutefois, elles seraient légèrement salissantes si elles venaient à baver sur vous. Mais bon, ce sont des créatures relativement lentes, vous devriez avoir le temps d’ajuster votre sortilège ! » indiqua-t-elle pour le plus grand bonheur de ses élèves.

Sur ce, elle les laissa livrées à elles-mêmes, les pieds entravés tandis que des larves répugnantes se précipitaient sur elles. Ou plutôt rampaient dans leur direction à une vitesse battant tous les records de lenteur, mais c'est déjà moins héroïque non ? Bref, Roxane n'avait pas très envie de s'attarder là, et son premier réflexe fut d'amorcer un "Je file en courant illico presto", ce qui déboucha à un "je perds l'équilibre vu que j'essaye de courir alors que je suis collée au sol". Mixe qui aboutit finalement à un accident improbable : son pied gauche se libéra d'un coup tandis que l'autre restait collé, et la Serpentarde tomba dans une position très étrange, mais cela importait peu : car elle se trouvait à quelques centimètres d'un veracrasse. Une bulle de dégoût enfla en elle jusqu'à exploser en une exclamation étrange. La première année tenta de récupérer sa baguette dans un ultime geste et c'est in extremis qu'elle parvint à neutraliser son agresseur (non non, aucune exagération) à l'aide d'un bon Gonflus. Elle admira en souriant le pauvre animal gonfler comme un ballon, mais sa bonne humeur s'effaça bien vite en voyant que l'animal ne semblait pas vouloir s'arrêter de grossir. Présageant le pire, la verte recula du mieux qu'elle pouvait avec son pied encore collé et, comprenant que ce ne serait pas assez, se prépara à tenter un coup peut-être un peu trop audacieux.


«Protego Tota...» commença-t-elle, mais on en ne lui en laissa pas le temps : le veracrasse disparut tout bêtement dans un « pop » retentissant, ne laissant derrière lui qu’une fine poudre marron. Roxane comprit que c’était grâce à Rhéa, et lui souffla un « merci » presque imperceptible.

Elle se releva péniblement et sentit son pied gauche se recoller miraculeusement au sol. Elle n’osait même pas imaginer quelle catastrophe cela aurait donné si Rhéa n’était pas intervenue. D’ailleurs, fidèle à son habitude, cette dernière n'attendit pas longtemps avant de les soumettre à un nouvel exercice, cette fois-ci à l'aide de sortes de homards tigrés. Bizarre. Elle les dispensa d'un petit cours de Soins aux Créatures Magiques instructif - mais pas très utile pour se débarrasser des créatures porteuses de poisse. Roxane avait fini par comprendre que les sorts à utiliser étaient inscrits dans l’ordre, ce qui lui permit de se défendre rapidement contre les envahisseurs.


« Petrificus Totalus ! » débita-t-elle le plus vite possible.

Le premier malagrif s’immobilisa aussitôt, mais il en restait encore bien d’autres. La première année encouragea Caroline et Kaeyann d’un sourire, puis, ensemble, elles attaquèrent simultanément la horde à coups de sorts bien sentis histoire qu'aucun ne puisse se vanter de les avoir un tant soit peu approché.

Roxane se sentait comme invincible et s'imaginait affronter cette fois un troupeau de botrucs furieux sans aucun problème ; aussi, quand Rhéa interrompit brusquement son petit délire personnel en leur signalant qu'il se faisait tard, elle sentit une pointe de déception ternir sa bonne humeur. Car après tout, ce cours s'était en fait révélé riche en sensations fortes, et lui avait aussi appris à se maîtriser et à contrôler sa magie dans plusieurs situations. La fillette était reconnaissante à son aînée de lui avoir inculquée tout cela, et même si elle aurait bien aimé rester un peu plus, elle consentit à ne pas faire de scène sous risque de s'attirer les foudres de tout le monde.


« Eh bien les filles, j’espère que ce cours vous a plu, malheureusement, j’ai bien peur que nous ayons dépassé l’heure fixée ! Il va être temps pour vous de retourner dans vos salles communes ! J’espère que cette petite séance de rattrapage vous a plu ! Si vous le souhaitez, n’hésitez pas à rejoindre les prochaines ! » dit joyeusement Rhéa, sourire aux lèvres.

« Avec plaisir ! » répliqua Roxane, affichant une bouille excessivement réjouie.

Sur ce, elle salua les trois filles puis sortit en chantonnant gaiement, le cœur léger. Reprenant le même chemin qu'à l'aller, cette fois en éclipsant les détours inutiles, la verte se permit une nouvelle dégustation de Chocogrenouilles ; car si étrange que cela puisse paraître, les cours de soutien, ça creuse.
  Retour