Salle d’études

Inscription
Connexion
  Retour

Mission - Exercices à plusieurs.  PV 

Alyse ne connaissait pas beaucoup d'anglais. En même temps, puisqu'elle était française, elle ne pouvait pas être bilingue à treize ans. C'était sans doute pour ça qu'elle ne s'était pas fait beaucoup d'amis depuis son arrivée. Même si cela faisait une petite semaine, personne n'était venue la voir en cours pour lui demander ne serait-ce qu'une plume. Ca n'avait même pas eu l'air de les étonner qu'une fille arrive directement en troisième année.

La jeune file venait de se perdre dans un couloir qu'elle ne connaissait pas, puisqu'en une semaine, elle n'avait pas eu le temps de tout visiter. Des escaliers partout, des salles inaccessibles, et des tableaux bizarres, Alyse n'arrivait pas encore à se repérer. Et le peu d'élèves qui circulaient dans le couloir passaient sans la regarder. A croire qu'elle n'était qu'une vulgaire armure. Elle n'était même pas habillée en gris en plus !

Après mûre réflexion, elle avait décidé d'une mini-vengeance. Mini, parce que ce n'était pas une vengeance à proprement parler, parce que les personnes a qui elle allait s'en « prendre » n'avaient rien fait, mais elle avait besoin d'au moins une personne. Au début de la semaine, Alyse avait eu un cours de sortilèges, et elle devait pratiquer ce sortilège en dehors des cours, pour le réussir parfaitement. Elle décida donc d'attendre qu'une nouvelle personne passe, et elle l'emmenerait dans un salle pour pratiquer le sortilège. La jeune fille resta plantée à côté d'une armure, lorsqu'une personne s'engagea dans le couloir. Pile à temps. Elle fit mine de traverser le couloir, et une fois à hauteur de la personne, elle lui attrapa le bras et lui chuchota à l'oreille :


« Je te... Donne ? C'est donner le verbe ? Ouais, j'crois ; Je te donne dix Gallions si tu me suis sans faire d'histoire ».

Le tout dans un anglais plus qu'approximatif. Alyse perdait tout de même un peu de crédibilité en s'exprimant mal, mais il fallait que la jeune fille la suive. Une autre fille de troisième année, Amber, de Serpentard, l'attendait dans la salle, pour qu'elles fassent l'expérience du sort appris en cours. Il fallait maintenant qu'Alyse retrouve la salle d'Etude des Moldus, ce qui s'était avéré facile puisqu'elle était déjà dans le couloir correspondant sans s'en rendre compte. Elle poussa la porte de la salle, et attendit que la fille qu'elle avait abordé arrive.

Reducio
RP réservé à Roxane Moon, Amber J. Hoover & Kaeyann Hirondella

Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe !
Finisseuse des Frelons de Poufsouffle
Journaliste au Journal du Blaireau
Poufsouffle du mois d'août 2014 & Elève du mois d'octobre 2014 ~

Mission - Exercices à plusieurs.  PV 

Kaeyann rangea son manuel de potions dans son sac et continua à marcher, soulagée. Elle venait de passer un examen, et - comme chaque fois que c'était le cas - elle n'avait pas pu se retenir de consulter son livre aussitôt sortie de la classe pour vérifier qu'elle avait bien répondu à toutes les questions. Elle savait bien que c'était inutile. D'abord, parce qu'elle avait chaque fois confirmé que c'était le cas, et ensuite, parce que même si elle avait fait des erreurs, Miss Grayce ne l'aurait certainement pas laissée revenir dans la classe, reprendre sa copie, et changer sa réponse. Mais bon, elle adorait la sensation de satisfaction que ces vérifications inutiles lui donnaient.

Elle tourna à droite au cinquième étage pour aller prendre un escalier plus tranquille (Peeves n'y allait que très rarement) et continuer à monter en direction du dortoir des Gryffondors. Alors qu'elle parcourait le long couloir, perdue dans ses pensées, elle fut abordée par une jeune fille au drôle d'accent qui lui dit à l'oreille et sans détours:


«Je te... Donne? C'est donner le verbe? Ouais, j'crois; Je te donne dix Gallions si tu me suis sans faire d'histoires.»

D'abord surprise, Kaeyann se ressaisit rapidement. Elle n'était au château que depuis un semestre, mais sa courte expérience lui avait tout de même appris quelque chose: toujours se méfier des étudiants plus âgés, parce qu'ils ont souvent besoin de cobayes pour leurs cours de sortilèges avancés. La Rouge resta donc immobile un instant, tandis que l'autre jeune fille, qui portait un badge jaune, s'éloignait tranquillement. Suivre sans faire d'histoires n'était pas le genre de Kaeyann, aussi naïve soit-elle, et pourtant elle sentit ses jambes se mettre en marche tout naturellement. Elle avait envie de connaitre l'origine de l'accent de la Poufsouffle. Il lui semblait avoir décelé une pointe de sarcasme, une intonation légère et presque chantante, une douceur sur la langue qu'elle reconnaissait bien. Elle trottina donc jusqu'à l'inconnue, curieuse. Oh, et la perspective de se faire 10 gallions n'avait rien pour lui déplaire non plus...

La Jaune se glissa dans une salle de classe, et Kaeyann l'y rejoignit.


«Ouais, d'accord, je veux bien. Mais seulement si tu me dis d'où tu viens.»

.oOo.Kaeyann Hirondella.oOo.C'est dans le brouillard qu'une rencontre est belle.oOo.
Capitaine des Red Lights ~ Préfète ~ Tutrice ~ Gryffon d'Argent
♦ Élève du mois de Février 2014♦

Mission - Exercices à plusieurs.  PV 

Si Amber avait choisi d'arrêter les Sortilèges dès son passage en troisième année, Miss Loewy avait coutume de leur rappeler les bases de cette matière connexe, qui avaient souvent d'ailleurs tendance à se rejoindre. Aussi la professeure leur avait-elle parlé du sortilège Agorio avec un ton de conspiratrice qu'elle connaissait bien, celui qui signifie « prenez moi bien au sérieux quand je vous dis de réviser, parce que la semaine prochaine, je vous ponds un examen bien coriace ». Comme son instinct la trompait rarement à ce sujet, la demoiselle avait décidé dans un élan d'assiduité de bosser ce sort sur lequel elle ne s'était jamais entraînée. Elle savait juste ce qu'elle avait lu dans un bouquin poussiéreux, qu'il rendait content la cible, un point c'est tout.

Depuis le temps qu'elle était à Poudlard, elle d'ores et déjà avait compris que si elle voulait obtenir de bonnes notes, elle devait faire preuve d'un minimum de sérieux et ne pas se contenter d'entrer les mains dans les poches avec la tête aussi vide que son expérience était réduite. De plus, elle avait conscience que cette année d'étude était une année charnière qui déterminerait beaucoup de choses quant à son orientation future, et si elle continuait sur sa lancée du premier trimestre elle était bien partie pour vider les poubelles du monde Magique ou ce genre de petits boulots pas très enrichissants à ses yeux.

Alors qu'elle s'apprêtait à aller demander des conseils à ses collègues en Salle des Préfèts ou elle comptait bien tomber sur un élève plus âgé pour la renseigner, elle croisa Roxane au détour d'un couloir. Elles avaient de nombreuses fois été confrontées l'une à l'autre, que ce soit dans un Duel ou dans une bataille de boules de neige, mais n'avaient jamais vraiment pris le temps d'apprendre à se connaître. La blonde décida de repousser ce moment à plus tard pour continuer dans sa lignée, parce que comme on dit, jamais deux sans trois.

En effet, une idée venait de germer dans la caboche de la Hoover qui lui paraissait on ne peut plus judicieuse: s'entraîner sur le premier venu. Au mieux, elle rendait sa congénère toute guillerette, au pire ... euh, n'y pensons pas trop, voulez vous ? Un large sourire aux lèvres, quoique sûrement légèrement inquiétant pour son interlocutrice, elle partit aborder la verte:


« Hey Roxane, ça va ? Oui, ça a l'air d'aller ! Dis donc, tu ne veux pas venir avec moi ? J'ai un truc génial à te montrer, tu vas voir, tu vas a-do-rer.  »

Sans lui laisser le temps de répondre, elle passa un bras faussement protecteur autour de ses épaules et l'entraîna vers une salle le plus souvent déserte, celle qui servait jadis à l’Étude des Moldus. En entrant, elle fut surprise d'y découvrir deux autres filles, une première année qu'elle avec qui elle avait pris un thé (enfin, officiellement du moins un thé, parce que le contenu divergeait un chouïa) au Chemin de Traverse et une autre de son âge qui lui semblait également familière, sans doute avaient-elles des cours en commun ou une banalité de ce genre.

Un peu surprise, elle dissimula sa déception. Impossible pour elle maintenant d'utiliser son cobaye pour faire remonter sa moyenne, faute de témoins. Elle allait réfléchir à un autre endroit moins fréquenté lorsque sa curiosité fut piquée au vif. Que fichaient ces deux là ensemble ? Prudemment, elle s'adressa à elles:


« Hmmm salut. Dîtes, puis-je vous demander ce que vous faites ? »

◊ Il n'y a ni bien ni mal, seulement le pouvoir et ceux qui sont trop faibles pour s'en emparer.
Responsable des nouveaux arrivants et journaliste au Sale Hasard.
> Serpentard du mois d'août et d'octobre & élève du mois d'octobre.
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Mission - Exercices à plusieurs.  PV 

Depuis le temps qu'elle était ici, Roxane avait petit à petit réussi à prendre ses marques dans le château, se fondant lentement mais sûrement dans cette vie trépidante. Elle avait eut l'occasion de faire plein de nouvelles rencontres plus qu'enrichissantes, d'apprendre des choses absolument passionnantes, mais avait aussi vécu des aventures plus ou moins étranges...En bref, elle n'était désormais plus une étrangère à Poudlard et savait à peu près réagir dans toutes les situations, même si les résultats n'étaient pas toujours concluants.

Elle ressortait d'un cours d'Histoire de la Magie particulièrement intéressant sur les fondateurs de Poudlard, et s'apprêtait à rejoindre son dortoir pour achever sa Métamorphose et, pourquoi pas, son devoir de Sortilèges qui patientait depuis un moment déjà, attendant que les trois-quarts de la feuille vierges se remplissent. Elle s'était donc préparée à un programme chargé et ne pouvait même pas réaliser le fait que quelqu'un oserait intercepter sa marche proche de la course effrénée pour l'emmener dans une salle reculée faire des choses douteuses. Alors, quand Amber l'interpella avec une politesse proche du néant, elle crut bien qu'elle allait l'envoyer voir ailleurs, mais n'en n'eut pas le temps tellement la préfète fut prompte.


« Hey Roxane, ça va ? Oui, ça a l'air d'aller ! Dis donc, tu ne veux pas venir avec moi ? J'ai un truc génial à te montrer, tu vas voir, tu vas a-do-rer. »

*Et moi, j'ai un truc à faire, donc tu vas dé-ga-ger* se dit-elle, exaspérée au plus haut point.
Elle allait transférer ses pensées en répliques cinglantes, mais décidément, sa camarade était vraiment rapide, et, en un clin d’œil, elle se retrouva bras-dessus bras-dessous avec elle en train de se rendre dans un endroit inconnu qui ne présageait rien de bon.

Car elle avait déjà eu affaire à la troisième année lors d'un duel et d'une bataille de boules de neige, et savait qu'Amber pouvait être un tantinet indifférente aux malheurs des autres lorsque cela satisfaisait son petit bonheur personnel. Même si elle savait qu'elle allait le regretter toute sa vie, elle se laissa faire avec la certitude qu'elle se fourrait droit dans une situation peu souhaitable.

Elles finirent par arriver dans une salle de classe désaffectée qui sentait une odeur de renfermé peu agréable. A la grande surprise de Roxane, et apparemment d'Amber, deux filles se trouvaient déjà là, dont Kaeyann, une Gryffondor que Roxane avait déjà eu l'occasion de côtoyer plusieurs fois. Elle était accompagnée d'une Poufsouffle d'année supérieure, mais Roxane n'aurait su dire de laquelle. Avant qu'aucune ait pu faire le moindre geste, Amber demandait sans préambule :


« Hmmm salut. Dîtes, puis-je vous demander ce que vous faites ? »

Roxane sentit une pointe d'agacement percer en elle et, sans se préoccuper des deux autres, elle interrogea la préfète à son tour, désormais légèrement méfiante.

« Même si elle ne m'est pas posée, je te retourne la question Amber : qu'est ce qu'on fait ici ? »

Mission - Exercices à plusieurs.  PV 

La Gryffondor la suivit dans la salle, et lui posa une question en même temps :

«Ouais, d'accord, je veux bien. Mais seulement si tu me dis d'où tu viens.»

Ca, elle lui répondrait en temps voulu. La jeune fille aimait bien ses origines, brésillienne par son père et française par sa mère, mais elle n'aimait que les origines, pas ses géniteurs. Donc, Alyse aimait bien ses origines, mais elle n'aimait pas trop en parler.

Alyse attendait maintenant. Elle voulait voir si la préfète des Verts allait venir s'entrainer également, même si sa camarade rouge ne savait pas ce qu'elles faisaient la. Il est vrai que la salle vide ne présageait pas spécialement des choses joyeuses et guillerettes, mais bon, elles n'étaient pas non plus coincées dans une salle noire à l'ambiance mystérieuse.

La jeune fille entendit des pas dans le couloir, et en déduit que quelqu'un, voire plusieurs personnes allaient entrer dans la salle. Elle tourna la tête vers la porte et vit la Préfète des Serpentard, que la jeune fille avait eu l'occasion de croiser, brièvement, pendant certains cours communs. Elle semblait étonnée par la présence des deux autres dans la salle de cours, et Alyse l'entendit dire :


« Hmmm salut. Dîtes, puis-je vous demander ce que vous faites ? »

La Préfète avait sans doute oublié le sortilège qu'elle devait pratiquer, mais Alyse n'eut pas le temps de répondre, que la camarade verte qui accompagnait la préfète prit également la parole :

« Même si elle ne m'est pas posée, je te retourne la question Amber : qu'est ce qu'on fait ici ? »

Apapremment, Amber, la Préfète, avait fait comme Alyse et n'avait pas jugé utile de prévenir les deux élèves qu'elles avaient « kidnappées ». Il allait donc falloir leur expliquer le pourquoi de cette réunion improvisée. Avant de leur expliquer, Alyse estima qu'elle devait répondre à sa camarade, même si cela l'agaçait un peu.

« Je suis française, c'est pour ça que je parle pas bien anglais ».

Parler de ses origines ramenait toujours à Alyse un souvenir douloureux de ses parents, qu'elle voulait effacer de son esprit immédiatement. Elle n'aimait pas penser à ses parents. Pourquoi se permettrait-elle de penser à eux alors qu'eux même se fichaient complètement d'elle ? La preuve, elle n'avait pas reçu une seule lettre depuis qu'elle était arrivée. Ils s'étaient contentés de la déposer devant Poudlard, et de s'en aller sans un mot. Elle se mit une claque mentale pour éviter de penser encore à eux, et décida que c'était le bon moment d'expliquer aux deux futures cobayes ce qui allait se passer.

« Si on vous a amenées ici, c'est parce qu'on à besoin de faire un sortilège sur vous. Normalement, c'est pas dangereux ».

Amber allait sans doute développer après Alyse, cette dernière s'étant contentée d'une phrase simple, car elle savait qu'elle ne réussirait pas à formuler correctement l'explication. Alyse remarqua également qu'elle ne s'était pas présenté, ce qui lui semblait impoli. Elle ajouta donc, un peu moins fort que précédemment :

« Au fait, je suis Alyse ».

Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe !
Finisseuse des Frelons de Poufsouffle
Journaliste au Journal du Blaireau
Poufsouffle du mois d'août 2014 & Elève du mois d'octobre 2014 ~

Mission - Exercices à plusieurs.  PV 

Amber était franchement agacée qu'une salle à 99% du temps déserte ne le soit plus pile quand elle en avait besoin. C'était quand même un fichu hasard que dans tous le château ces deux jeunes filles n'aient pas trouvé un autre endroit de réunion pour ... pour faire quoi au juste ? Elle n'allait pas tarder à le savoir.Alors qu'une discussion était sur le point de s'engager à la façon dont elles semblaient chercher leurs mots, elle fit un tout petit pas en arrière et pivota sur ses gonds de quelques degrés, de la façon la plus naturelle possible. D'un geste limpide, elle sortit sa baguette de son ample poche et en pointa la lourde porte.

« Collaporta », murmura t-elle.

Simple mesure de précaution.


« Si on vous a amenées ici, c'est parce qu'on à besoin de faire un sortilège sur vous. Normalement, c'est pas dangereux. Au fait, je suis Alyse  », répondit la jaune comme s'il s'agissait là de la chose la plus banale qui soit, alors que l'entreprise prenait de plus en plus des airs de kidnapping.

La lumière se fit brusquement dans l'esprit de la jeune fille, l'autre faisait effectivement partie de son cours de Sortilège. Oui, maintenant qu'elle le lui rappelait, elle se souvenait de sa présence, discrète et hésitante, quelque part au niveau du troisième rang. Malgré son défaut apparent de langue, la frenchie devait avoir compris ce que le ton de Miss Loewy impliquait, une bonne grosse interro toute dodue regorgeant de questions pièges, et avait donc décidé de ne pas se laisser prendre au dépourvue. Immédiatement, la Hoover se prit d'intérêt pour son égale en terme d'âge, il était rare qu'elle ne soit pas la seule à avoir des idées farfelues impliquant de mener la vie dure à ses camarades. Pire, elle s'était carrément faite devancer, ce qui ne manquait pas de l'intriguer.


« Même si elle ne m'est pas posée, je te retourne la question Amber : qu'est ce qu'on fait ici ? »

Un petit sourire malicieux aux lèvres, elle continua le début d'explication de sa congénère en s'adressant tout particulièrement à Roxane qui contenait difficilement son acidité à son égard.

« Nous sommes ici, très chère, parce que nous avons toutes les deux besoin de quelque chose. Moi, je veux un Optimal à mon prochain contrôle de Sortilège et toi tu as manifestement besoin de te détendre. Et si c'est dangereux, eh bien ... on va être fixés tout de suite ! »

La troisième année dégaina sa baguette à la vitesse de l'éclair et visa Roxane avec. Ce n'était pas la première fois qu'elles se retrouvaient dans cette posture, et elle espérait que ce ne serait pas la dernière, parce que cela l'amusait drôlement.

« Agorio ! », lança t-elle avec conviction.

Elle ne savait pas si son sort allait marcher, c'était tout de même la première fois qu'elle l'utilisait. Cependant, ce n'étaient pas les remords qui allaient entraver sa réussite, elle ne faisait rien de mal après tout, si ce n'est vouloir dérider une camarade trop aigrie par la vie. Et en ce qui concernait la détention de personnes contre leurs volontés, elles n'avaient pas clairement exprimé qu'elles ne voulaient pas se rendre ici et s'étaient laissées faire, puisqu'elles étaient en ces lieux. C'était tout du moins la version qu'Amber livrerait si elle venait à avoir des problèmes.

◊ Il n'y a ni bien ni mal, seulement le pouvoir et ceux qui sont trop faibles pour s'en emparer.
Responsable des nouveaux arrivants et journaliste au Sale Hasard.
> Serpentard du mois d'août et d'octobre & élève du mois d'octobre.

Mission - Exercices à plusieurs.  PV 

La troisième année se retourna vers Kaeyann, le sourcil froncé. Visiblement, elle n'aimait pas trop qu'on lui pose des questions sur ses origines. Kaeyann ne voulait pas faire de problèmes, elle était elle-même d'origines mixtes. Sa mère était une Anglaise qui s'était expatriée au Canada par amour. Le père de Kaeyann était un Canadien français, si bien que la jeune fille passait d'une langue à l'autre avec autant de facilité qu'elle respirait. Voilà pourquoi, quand la jeune fille avait saisi des pointes francophones sous les mots anglais de la Jaune, elle avait sentit son cœur faire un bond et n'avait pu s'empêcher de poser la question. Avant qu'elle n'obtienne une réponse, cependant, deux autres élèves avaient fait leur entrée dans la salle de classe.

Les deux Vertes, que Kaeyann connaissait vaguement pour les avoir toutes deux croisées à quelques reprises, interrompirent leur conversation en apercevant les deux jeunes filles. Ce que Kaeyann entendit lui fit comprendre que Roxane non plus ne savait pas trop ce qu'elle faisait là. Tandis qu'Amber retournait près de la porte, probablement pour la verrouiller, la Poufsouffle se tourna vers elle et lui dit:


«Je suis française, c'est pour ça que je parle pas bien anglais».

Kaeyann voulu répondre qu'elle adorerais passer un peu de temps avec elle, ne serait-ce que pour avoir l'occasion d'enfin parler à quelqu'un dans la langue de Molìère, mais la jeune fille reprit la parole avant qu'elle n'ait pu le faire.

«Si on vous a amenées ici, c'est parce qu'on à besoin de faire un sortilège sur vous. Normalement, c'est pas dangereux. Au fait, je suis Alyse.»

Voilà qui avait au moins le bénéfice de répondre aux questions d'un peu tout le monde. Elles savaient maintenant à quel sort les deux ainées les destinaient, et Kaeyann avait la confirmation que ses dix gallions seraient gagnés de façon plutôt...agréable.

«Nous sommes ici, très chère» ajouta Amber à l'adresse de Roxane, «parce que nous avons toutes les deux besoin de quelque chose. Moi, je veux un Optimal à mon prochain contrôle de Sortilège et toi tu as manifestement besoin de te détendre. Et si c'est dangereux, eh bien ... on va être fixés tout de suite!»

Kaeyann sourit. Elle n'avait rien contre l'idée de servir de cobaye, parce qu'elle savait qu'elle serait la première à réquisitionner les services d'élèves plus jeunes quand elle en serait aux sortilèges complexes. Elle regarda donc Amber ensorceler Roxane avec une curiosité évidente, avant de se tourner vers Alyse.

«Je suis prête à me faire "détendre", moi aussi. C'est quand tu veux!»

.oOo.Kaeyann Hirondella.oOo.C'est dans le brouillard qu'une rencontre est belle.oOo.
Capitaine des Red Lights ~ Préfète ~ Tutrice ~ Gryffon d'Argent
♦ Élève du mois de Février 2014♦
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Mission - Exercices à plusieurs.  PV 

Roxane crut qu'elle allait littéralement exploser lorsqu'elle entendit la réponse de la Poufsouffle, qui ne semblait pas se rendre compte de la gravité de son acte. Elle parlait avec une telle simplicité et semblait si détendue que cela en devenait presque insultant. Comment pouvait-on être si léger lorsqu'on disait à quelqu'un qu'on allait s'en servir comme cobaye ? Franchement, cela la dépassait complètement. Elle savait que certaines personnes étaient légèrement farfelues, mais là, ça en devenait à la limite du grotesque. Mais avant qu'elle ait pu faire quoi que ce soit, Amber intervint, comme toujours au mauvais moment.

« Nous sommes ici, très chère, parce que nous avons toutes les deux besoin de quelque chose. Moi, je veux un Optimal à mon prochain contrôle de Sortilège et toi tu as manifestement besoin de te détendre. Et si c'est dangereux, eh bien ... on va être fixés tout de suite ! »

Roxane sentit sa susceptibilité en prendre un sérieux coup. Elle ne put empêcher un léger rouge de lui monter aux joues, qu'elle éclipsa d'un regard hautain. Amber dépassait les bornes, et elle allait lui remettre les idées en place avant que ça dégénère. Elle regarda d'un coup d’œil rapide les deux filles d'à côté qui n'avaient pas cillé, si ce n'est que Kaeyann paraissait à la limite de l'enthousiasme à l'idée de jouer le cobaye. Peut-être qu'elle avait des côtés maso, ça Roxane ne le savait pas et ne voulait pas le savoir. Elle se désintéressa totalement des deux lorsqu'elle vit du coin de l’œil Amber lever sournoisement sa baguette vers elle et se préparer à lui lancer un sort, peut-être inoffensif, mais en tout cas dans son dos et sans son consentement. Roxane était sur le qui-vive, et à l'instant même où Amber lançai son sort, elle se détourna et lâcha à son tour :

« Protego ! »

Un mince bouclier bleuté se forma au dernier moment devant Roxane, et là...c'est impossible à décrire, tellement tout s'enchaîna à une vitesse proche de la lumière. Tout ce qu'on peut concrètement dire, c'est que le sort ricocha tout bonnement sur la paroi protectrice érigée par la première année pour se diriger sur sa source même, qui n'était autre qu'Amber.

Mission - Exercices à plusieurs.  PV 

Comme prévu, Amber avait développé les paroles d'Alyse, pour son plus grand contentement. Si lors de cette entrevue, elle pouvait se contenter de quelques phrases, ce ne serait pas trop mal. La jeune Rouge avait également rajouté une phrase à l'attention d'Alyse, en lui disant clairement que ce sortilège ne la dérangerait pas.

Il était possible qu'il y ait des effets secondaires du sortilège, comme pour les potions ou les pilules appelées médicaments que prenaient les moldus lorsqu'ils étaient malades. Dans tout les cas, la Serpentarde qui était moins âgée qu'elle semblait vraiment réticente à l'idée de se voir « frappée » par le sortilège. En effet, après qu'Amber ait expliqué ce qui allait se passer, elle commença a rougir, surement de colère. En même temps c'était compréhensible. Qui voudrait être touché par un sortilège inconnu ? Peu de gens. Peut être les deux filles, puisqu'elles avaient suivi Alyse et Amber sans montrer un quelconque signe de refus.

Amber lança alors le sortilège qui faisait tant parler, mais ce qu'elle ne remarqua pas immédiatement, et Alyse non plus, était que l'autre Verte avait lancé un sort de protection un quart de seconde avant que le sortilège ne lui arrive dessus. Le sort ricocha contre le bouclier et atteignit Amber de plein fouet. Ce genre d'attitude énervait Alyse. Si la jeune fille avait suivi sa préfète, elle aurait tout de même pu encaisser sans rien dire. En plus, les deux filles avaient prévenu que ce n'était pas dangereux.

Alyse adressa donc un regard meurtrier à l'autre Verte, tout en grommelant en français. Une habitude qu'elle n'avait pas perdu, et qu'elle ne perdrait surement pas de si tôt. Elle se tourna vers Amber, qui recevait les effets du sortilège. Son corps s'affaissa légèrement, ses bras devinrent mous et retombèrent sur ses côtes, et sa tête dodelinait vers la gauche. L'effet du sortilège était un détendement total des muscles, pour se sentir mieux. Pas de quoi en faire un fromage. Alyse s'adressa donc à la camarade d'Amber, en prenant un ton pas très agréable.


« Tu vois, t'avais pas besoin de te défendre, on allait pas vous tuer. Pff. Bon, miss Gryffondor, on commence ? »

La dernière partie de sa phrase était adressée en français à la jeune Rouge, car elle avait semblé montrer de l'intérêt envers sa langue maternelle.

Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe !
Finisseuse des Frelons de Poufsouffle
Journaliste au Journal du Blaireau
Poufsouffle du mois d'août 2014 & Elève du mois d'octobre 2014 ~

Mission - Exercices à plusieurs.  PV 

Amber ne comprenait pas pourquoi Roxane avait l'air si furieuse. Ne devrait-elle pas plutôt être contente de recevoir la magie bénéfique d'une de ses aînées de façon gratuite et philanthrope ? Ce n'était pas en première année que l'on apprenait ce genre de sortilège, la jeune verte aurait donc dû ouvrir de grands yeux admiratifs voir la supplier de lui faire goûter un moment de joie intense. Mais non, au lieu de ça cette petite ingrate arborait une expression peu avenante. *Je ne comprendrai jamais cette fille*, songea t-elle avant de s'en servir comme cobaye.

Dans son petit cerveau étriqué, les choses devaient s'enchaîner comme elle le voulait. Elle n'était tout simplement pas capable d'imaginer échouer, ce pourquoi elle ne prévoyait jamais de plan B. Dans son petit monde dont elle était souveraine, il n'y avait pas de place pour le doute. D'un certain côté cela lui donnait un trop-plein d'assurance toujours utile pour faire face aux situations compliquées, mais de l'autre elle perdait tous ses moyens lorsqu'elle faisait face à la moindre déconvenue; lacune qu'elle découvrit en se reprenant son sort en pleine face.


« Protego ! », lança la petite teigne avec une rapidité surprenante.

La troisième année n'eut même pas le temps de comprendre ce qui lui arrivait qu'un sourire béat s'épanouissait déjà sur son visage. Elle eut soudainement l'impression que ses muscles se changeaient en guimauve, ses terminaisons nerveuses n'étaient plus, elle se faisait juste l'effet d'un gros marshmallow heureux de vivre. En une seconde à peine, la contrariété qu'elle avait ressenti à l'égard de Miss Moon avait proprement disparu, elle n'était plus en état d'haïr personne ou d'être agacée par qui ou quoi que ce soit. Elle était juste ... bien. Bien, c'était le mot, un petit cocon de chaleur et de douceur résumé en quatre lettres.

Malgré son état de détente totale, elle restait consciente de la scène qui se déroulait sous ses yeux, seule sa tendance à l'irritation facile l'avait quitté, non sa capacité à analyser les choses. C'est néanmoins un peu groggy qu'elle écouta la jaune adresser une remarque venimeuse à la petite vipère.


« Tu vois, t'avais pas besoin de te défendre, on allait pas vous tuer. Pff. Bon, miss Gryffondor, on commence ? »

*Oulha, faut qu'elle se détende elle aussi !*, pensa la Hoover qui était plus d'humeur à fumer le calumet de la paix (ou tout autre substance) que de commencer une joute verbale. Une bonne minute passa durant laquelle elle observa le monde qui l'entourait d'un air ravi, elle n'avait jamais rien vu de plus beau que ce plafond, pour sûr. Plus le temps s'écoulait, plus son euphorie se calmait, ne laissant plus place qu'à une sensation de bien-être diffuse. Prête à reprendre l'exercice, son humeur redevenue au beau fixe elle déclara à l’attention de son modèle-réduit:

« Tu ne veux toujours pas ? Je t'assure, ça fait du bien ! Et puis, tu ne peux plus aller bien loin maintenant alors autant que tu te relaxes un peu, tu ne crois pas ? »

◊ Il n'y a ni bien ni mal, seulement le pouvoir et ceux qui sont trop faibles pour s'en emparer.
Responsable des nouveaux arrivants et journaliste au Sale Hasard.
> Serpentard du mois d'août et d'octobre & élève du mois d'octobre.
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Mission - Exercices à plusieurs.  PV 

Roxane avait toujours la désagréable impression que dès qu'elle entreprenait quelque chose, il fallait qu'un élément perturbateur vienne s'immiscer dans ses plans et bouleverse tout ce qu'elle avait commencé, si bien que quand elle vit le sortilège heurter de plein fouet Amber, elle crut qu'elle rêvait tellement cela paraissait invraisemblable. Elle avait pensé que la préfète, avec toutes ses connaissances de troisième année, allait la réduire en poussière sans ciller une seconde, mais il semblait que la verte était autant humaine que la plupart des gens, ce qui rassura tout de même Roxane qui doutait parfois qu'une quelconque humanité se cachait sous l'indifférence flagrante d'Amber face au monde qui l'entourait.

Pourtant, elle savait, au fond d'elle même, que son geste de protection avait été purement instinctif, et qu'au final, son premier but n'était pas de viser Amber mais d'éviter de se prendre un sort inconnu en pleine tronche. Mais cela, elle ne l'aurait avoué pour rien au monde, car lorsqu'on faisait quelque chose de bien, même involontairement, il était inutile de se rabaisser en criant sur tous les toits qu'on avait de la chance d'avoir une bonne étoile aussi utile.

Elle en était donc à son ébahissement profond lorsque la Poufsouffle, visiblement en mode colérique, l'apostropha sans détours :


« Tu vois, t'avais pas besoin de te défendre, on allait pas vous tuer. Pff. Bon, miss Gryffondor, on commence ? »

Roxane ravala difficilement son exaspération face à la jaune, qui, apparemment, n'avait jamais servi de cobaye dans sa courte vie et ne se doutait aucunement de l'effet que cela faisait. Elle pensa un instant à combler cette immense lacune pour réviser sa dernière découverte en date, mais se ravisa. Il était inutile de prolonger les hostilités avec la miss, sinon elle risquait d'avoir des ennuis, et pas qu'un peu.

Elle reporta une nouvelle fois son regard vers Amber et un seul lui suffit pour comprendre les effets du sortilège : la Serpentarde semblait complètement ramollie de l'intérieur et le sourire le plus niais qu'on ait jamais vu s'étalait sur son visage si béat que cela en devenait légèrement inquiétant. Roxane apprécia à sa juste valeur le spectacle, et se promit de garder ce souvenir le plus frais possible dans sa mémoire, au moins pour le reste de sa scolarité à Poudlard.

Heureusement, la préfète redevint rapidement en état de normalité avancée, car sinon Roxane aurait sûrement explosé de rire à s'en rouler par terre pendant au moins une semaine. Elle resta quelques instants hébétée, jusqu'à ce que ses esprits se remettent complètement en place (ou presque) et qu'elle parvint à proposer à Roxane, une once d'une étrange félicité encombrant toujours sa voie d'ordinaire si sérieuse.


« Tu ne veux toujours pas ? Je t'assure, ça fait du bien ! Et puis, tu ne peux plus aller bien loin maintenant alors autant que tu te relaxes un peu, tu ne crois pas ? »

Roxane sentit ses doutes s'effriter légèrement, mais conservait tout de même un gramme de bon sens dans son cerveau histoire de ne pas se faire avoir trop facilement, et surtout, de réussir à aligner tout ce qui encombrait ses lèvres depuis un bout de temps mais qu'elle n'avait toujours pas eu l'occasion de lâcher :

« Amber, je ne sais pas si tu étais capable de réflexion lorsque tu m'as lancé ce sort, mais si ce n'est pas le cas, alors mon attitude mérite explication. »

Elle marqua une légère pause et observa un instant son interlocutrice dans l'espoir de cerner ses pensées.

« C'est une chose de se servir de gamins comme cobayes, une autre de le faire sans avoir l'infime bon sens de leur expliquer avant ce que tu comptes leur infliger. Est-ce que tu vois ce que je veux dire au moins ? Peut-être n'aurais-je tout de même pas accepté, mais au moins, on ne serait pas retrouvées dans une situation de ce genre. En tout cas, sache que ce n'est pas en forçant les gens à accomplir tes moindres désirs sans même leur demander leur avis que tu vas parvenir à tes fins. »

Elle s'interrompit de nouveau, cette fois pour remettre en ordre ses pensées totalement embrouillées. Elle avait longtemps essayé d'exprimer ce qu'elle ressentait, et elle avait enfin réussi à les faire entendre aux autres, et particulièrement à Amber. Elle finit dans un souffle pointé d'ironie :

« Voilà, c'est dit. J'espère que ça aura au moins le mérite de vous faire réfléchir et de remettre les choses à leur place, car là, je trouve que c'était un peu désordonné non ? Merci pour la démonstration Amber, maintenant que je sais ce qui m'attend, je suis tout à fait apte à me faire relaxer. »

Ceci dit, elle haussa les sourcils avec un sourire espiègle, prête à vivre la guimauve attitude.

Mission - Exercices à plusieurs.  PV 

Kaeyann s'amusait définitivement beaucoup, et son tour n'était même pas encore venu! Le simple fait de voir une première année réussir à contrer le sort d'une troisième année et lui renvoyer en plein visage avait quelque chose d'assez comique, mais si en plus le sort donnait à ladite troisième année un espèce de sourire complètement béat et une posture ramollie, comme si elle eut été un ballon dégonflé de l'intérieur, il y avait de quoi attraper un bon fou rire. Alyse, cependant, ne paraissait pas partager son amusement. Elle se tourna vers elle et lui demanda dans sa langue maternelle si elle était prête à se faire ensorceler elle aussi, après avoir rappelé Roxane à l'ordre d'un ton un peu brusque. Celle-ci prit alors la parole, de plus en plus énervée:

« Amber, je ne sais pas si tu étais capable de réflexion lorsque tu m'as lancé ce sort, mais si ce n'est pas le cas, alors mon attitude mérite explication» déclara cette dernière. « C'est une chose de se servir de gamins comme cobayes, une autre de le faire sans avoir l'infime bon sens de leur expliquer avant ce que tu comptes leur infliger. Est-ce que tu vois ce que je veux dire au moins ? Peut-être n'aurais-je tout de même pas accepté, mais au moins, on ne serait pas retrouvées dans une situation de ce genre. En tout cas, sache que ce n'est pas en forçant les gens à accomplir tes moindres désirs sans même leur demander leur avis que tu vas parvenir à tes fins. Voilà, c'est dit. J'espère que ça aura au moins le mérite de vous faire réfléchir et de remettre les choses à leur place, car là, je trouve que c'était un peu désordonné non ? Merci pour la démonstration Amber, maintenant que je sais ce qui m'attend, je suis tout à fait apte à me faire relaxer.»

Kaeyann rigola de plus belle, car si Amber avait gardé les yeux rivés sur Roxane pendant l'intégralité de sa tirade, son sourire niais semblait lui dire «je me fiche de ce que tu me racontes, je suis bien dans ma tête et c'est tout ce qui compte.» Kaeyann détacha son regard de ce spectacle et parvint finalement à cesser de rire. Reprenant son souffle, elle alla se placer en face de la Jaune, les bras le long du corps pour bien montrer qu'elle n'avait pas l'intention de se défendre, et encore moins de riposter. Si Amber avait cet air serein et légèrement goguenard sur le visage, c'était que le sortilège avait très bien réussi. Kaeyann espérait donc qu'Alyse le maîtrise aussi bien, car les effets semblaient particulièrement agréables. *Bah! Dans le pire des cas, elle devra le refaire jusqu'à ce qu'elle se soit perfectionnée, je risque de passer un très bon moment...*

«Ouais bon, on va dire que tu as sauté ton tour.» dit Kaeyann à Roxane avec un clin d’œil. «À moi d'être relaxée!»

Kaeyann ferma les yeux, car elle avait appris avec le temps qu'elle était beaucoup moins prompte à réagir si elle ne voyait pas le sort arriver, car elle anticipait beaucoup moins. Le sortilège avait beau être supposément sans danger, elle ne connaissait pas Alyse et savait encore moins comment elle se débrouillait avec les enchantements, surtout si c'était la première fois qu'elle le lançait. Elle avait confiance, mais... on ne savait jamais. Au moins, en fermant ainsi les yeux, elle donnait une cible facile à la jeune fille et ne lui mettait aucune pression, c'était bien le moins qu'elle puisse faire pour la remercier de cette thérapie gratuite.

.oOo.Kaeyann Hirondella.oOo.C'est dans le brouillard qu'une rencontre est belle.oOo.
Capitaine des Red Lights ~ Préfète ~ Tutrice ~ Gryffon d'Argent
♦ Élève du mois de Février 2014♦

Mission - Exercices à plusieurs.  PV 

Alyse ricanait intérieurement. La situation était tout de même assez cocasse, et puis, la réaction de la jeune Serpentard l'amusait beaucoup.

« Amber, je ne sais pas si tu étais capable de réflexion lorsque tu m'as lancé ce sort, mais si ce n'est pas le cas, alors mon attitude mérite explication» déclara cette dernière. « C'est une chose de se servir de gamins comme cobayes, une autre de le faire sans avoir l'infime bon sens de leur expliquer avant ce que tu comptes leur infliger. Est-ce que tu vois ce que je veux dire au moins ? Peut-être n'aurais-je tout de même pas accepté, mais au moins, on ne serait pas retrouvées dans une situation de ce genre. En tout cas, sache que ce n'est pas en forçant les gens à accomplir tes moindres désirs sans même leur demander leur avis que tu vas parvenir à tes fins. Voilà, c'est dit. J'espère que ça aura au moins le mérite de vous faire réfléchir et de remettre les choses à leur place, car là, je trouve que c'était un peu désordonné non ? Merci pour la démonstration Amber, maintenant que je sais ce qui m'attend, je suis tout à fait apte à me faire relaxer.» 

La jeune fille faillit exploser de rire devant les autres, tellement la situation l'amusait. Si on lui avait demandé pourquoi, elle n'aurait sans doute pas su répondre. Personne n'avait forcé la Serpentard à venir dans cette salle, et si elle le voulait, elle aurait pu partir avant que la porte ne soit scellée. Enfin bref. En tout cas, la Gryffondor qu'Alyse avait « kidnappée » ne semblait pas du même avis que la Serpentard, vu le rire qui emplissait la pièce. La jeune fille ajouta, à l'intention de sa camarade Serpentard :

«Ouais bon, on va dire que tu as sauté ton tour. À moi d'être relaxée!»

Ah, c'était donc à Alyse d'entrer en scène. Elle se mouva lentement vers la jeune Rouge, et se plaça devant elle. Elle sortit sa baguette et se rendit compte qu'elle avait oublié le mouvement à effectuer ! Elle avait remarqué qu'en ce moment, son esprit divaguait souvent. Sans aucun doute depuis son arrivée à Poudlard. Elle essayait de revoir l'image d'Amber pointant sa baguette sur sa camarade lorsque le mouvement lui revint.

Alyse leva sa baguette sur sa camarade, qui avait fermé les yeux, le sourire aux lèvres. La jeune fille, après avoir vu l'expérience du sortilège sur Amber, attendait sans doute avec impatience de ressentir les effets de la relaxation du sortilège. En même temps, c'était compréhensible. Qui n'aimerait pas être détendu, pendant quelques minutes, grâce à un sortilège tout simple ? A part la Serpentard grincheuse, tout le monde le voulait.

En cours de sortilège, la jeune fille avait réussi le sortilège deux fois. Et comme on dit, jamais deux sans trois. Donc cette fois ci, ça allait sans aucun doute marcher. Alyse fit le fameux mouvement, celui dont elle avait passé plusieurs secondes à le trouver, et prononça en même temps la formule qui faisait tant parler.


« Agorio ! »

Alyse sut que ça avait marché lorsqu'elle vit le visage de sa camarade Rouge s'affaisser dans une moue rieuse tirant vers son menton, que ses bras tendaient vers le bas, retombant mollement de chaque côté de son ventre, que sa tête se pencha un peu vers le bas, comme si elle n'avait hoché la tête qu'a moitié. Ses jambes se plièrent légèrement, sans la faire tomber à terre, mais la jeune fille remarqua ce petit détail, qui signifiait que le sortilège était réussi. La jeune fille esquissa un léger sourire, heureuse que son sortilège n'ait pas échoué face aux deux Serpentard qui ne se seraient pas gênées pour se moquer. La Jaune s'adressa à sa camarade rouge.

« Ca te convient ? Et si on allait discuter un peu, en français, cette fois-ci ? »

Reducio
Vraiment désolée pour ce retard impardonnable, je suis en pleines révisions et n'avais vraiment pas le temps d'écrire. Encore désolée !

Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe !
Finisseuse des Frelons de Poufsouffle
Journaliste au Journal du Blaireau
Poufsouffle du mois d'août 2014 & Elève du mois d'octobre 2014 ~

Mission - Exercices à plusieurs.  PV 

« Amber, je ne sais pas si tu étais capable de réflexion lorsque tu m'as lancé ce sort, mais si ce n'est pas le cas, alors mon attitude mérite explication. C'est une chose de se servir de gamins comme cobayes, une autre de le faire sans avoir l'infime bon sens de leur expliquer avant ce que tu comptes leur infliger. Est-ce que tu vois ce que je veux dire au moins ? Peut-être n'aurais-je tout de même pas accepté, mais au moins, on ne serait pas retrouvées dans une situation de ce genre. En tout cas, sache que ce n'est pas en forçant les gens à accomplir tes moindres désirs sans même leur demander leur avis que tu vas parvenir à tes fins. Voilà, c'est dit. J'espère que ça aura au moins le mérite de vous faire réfléchir et de remettre les choses à leur place, car là, je trouve que c'était un peu désordonné non ? Merci pour la démonstration Amber, maintenant que je sais ce qui m'attend, je suis tout à fait apte à me faire relaxer. »

Bam. En pleine tête. Amber resta vaguement hébétée, non pas à cause du sortilège mais de ce qu'elle venait de se prendre en pleine poire. Et puis, y'avait ces deux autres greluches autour qui pouffaient dans les barbes qu'elles n'avaient pas. Oui, ce spectacle aurait été fichtrement drôle si elle n'y avait pas joué le rôle du dindon de la farce un peu niai qui se fait rétamer par terre à grands coups de répliques bien senties. C'était le genre de postures où elle aimait placer ses adversaires, quelques centimètres plus bas que terre, et là, elle avait la désagréable impression qu'elle s'était faite proprement victimisée par une première année, et en public, de surcroît. Si elle était encore légèrement dans les vapes, il lui restait assez de conscience et d'égo pour se sentir blessée. Et quiconque savait que quand on blessait la Hoover, on se reprenait le même coup en double.

Et puis sérieusement, qui était cette fille pour oser lui répondre, pire, lui donner des conseils et des reproches ? Elle n'était pas vraiment dans la meilleure des positions pour critiquer son attitude, enfermée dans une pièce avec trois autres demoiselles et soumise à sa bonne volonté. Il fallait bien qu'elle apprenne un jour ou l'autre à couler du leste et à accepter les choses comme elles venaient sans prétendre défendre de prétendus droits. Elle était à Serpentard, la maison des fourbes, mais aussi des nobles. Il était temps qu'elle comprenne que ce n'était pas pour leurs capacités à s'échanger des politesses qu'elles y avaient été envoyées.


« Primo, nous t'avons expliqué, Miss Delgado et moi, ce qui allait t'arriver avant de te lancer le sort, pardon, avant que tu ne le détournes dans un accès de mauvaise foie. Mais peut-être n'a tu pas entendu tellement tu étais occupée à ruminer ta jeunesse ? T'as onze ans Roxy, pas quatre-vingt-deux, tu peux encore te permettre quelques excentricités, non ? Ensuite, comment ça, une "situation de ce genre" ? A ce que je sache personne n'est encore mort, ni même blessé. Regarde, c'est carrément l'opposé, tout le monde se porte bien, mieux que bien même ! », elle fit un geste de la main en direction de Kaeyann qui planait complétement après avoir reçu son sortilège.

« Et puis, tu peux me faire tous les discours moralisateurs que tu veux, tu te contredis toute seule. Je t'ai effectivement quelque peu forcé la main pour entrer, mais je vais effectivement parvenir à mon but. Comme d'habitude, en somme », ajouta t-elle avec vanité.

« Bon aller, trêve de bavardages, Agorio ! », lança t-elle en direction de Roxane.

Le sortilège toucha avec une précision remarquable la cible. Restait encore à voir s'il allait fonctionner. Ne voyant pas de sourire se peindre immédiatement sur son visage, elle se demanda si elle n'avait pas fait une erreur quelque part. Peut-être ne l'avait-elle pas prononcé d'une façon assez neutre ? En effet, on lui avait enseigné en première année que lancer un sort avec une émotion trop forte pouvait changer la nature du résultat. Maintenant que cela lui revenait en mémoire, elle était très curieuse de savoir ce que l'émotion "j'ai envie de te traîner dans la boue pendant un bon millénaire pour te punir de la façon dont tu m'a humilié" allait donner.

◊ Il n'y a ni bien ni mal, seulement le pouvoir et ceux qui sont trop faibles pour s'en emparer.
Responsable des nouveaux arrivants et journaliste au Sale Hasard.
> Serpentard du mois d'août et d'octobre & élève du mois d'octobre.
Pas d’avatar
Ancien sorcier  

Mission - Exercices à plusieurs.  PV 

Roxane avait pensé que son petit discours moralisateur aurait au moins eu le don de refroidir quelque peu ses camarades, mais cela ne sembla qu'électriser davantage l'atmosphère déjà tendue (du moins pour celles qui n'avaient pas été touchées par le sortilège Agorio). D'un côté, il y avait Kaeyann qui riait comme une demeurée et cette pimbêche d'Alyse qui semblait également à la limite de l'hilarité totale, mais qui avait au moins le respect de la boucler ; et de l'autre, Amber arborant l'air de celle qui vient de se prendre une gifle mais qui compte bien riposter. Si elle ne s'était pas trouvée face à Amber, Roxane aurait immédiatement pourri les eux autres pour ce qui lui paraissait être de la stupidité, mais, fidèle à son instinct, elle sentit immédiatement une alarme hurler à tue-tête dans son esprit et s'apprêta à se prendre à son tour une généreuse claque de la part d'Amber. Et elle ne fut pas déçue.

« Primo, nous t'avons expliqué, Miss Delgado et moi, ce qui allait t'arriver avant de te lancer le sort, pardon, avant que tu ne le détournes dans un accès de mauvaise foie. Mais peut-être n'a tu pas entendu tellement tu étais occupée à ruminer ta jeunesse ? T'as onze ans Roxy, pas quatre-vingt-deux, tu peux encore te permettre quelques excentricités, non ? Ensuite, comment ça, une "situation de ce genre" ? A ce que je sache personne n'est encore mort, ni même blessé. Regarde, c'est carrément l'opposé, tout le monde se porte bien, mieux que bien même ! Et puis, tu peux me faire tous les discours moralisateurs que tu veux, tu te contredis toute seule. Je t'ai effectivement quelque peu forcé la main pour entrer, mais je vais effectivement parvenir à mon but. Comme d'habitude, en somme »

Même si elle s'était préparée psychologiquement, Roxane sentit sa fierté en prendre un sérieux coup, d'autant plus qu'elle ne savait absolument pas quoi riposter à cela. C'était une sensation extrêmement étrange qu'elle ne connaissait que très peu étant donné qu'elle avait la langue bien pendue, ce qui lui permettait de garder la tête haute dans presque toutes les situations. Elle resta quelques secondes hébétée, partagée entre l'envie de prendre Amber à la gorge et l'autre de rester sagement là à se calmer, ce qui était déjà plus avisé.

Elle ignorait ce qu'en pensait Alyse et Kaeyann, et s'en fichait pas mal d'ailleurs, mais se demandait sérieusement ce que cachait le brusque volte-face d'Amber. L'idée que celle-ci avait été touchée par ses propres propos lui paraissait incongrue, mais d'un autre côté, elle avait été si agressive tout d'un coup que cela cachait quelque chose de louche. A vrai dire, Roxane savait pertinemment que ses pitoyables tentatives de morale n'avaient servi qu'à énerver Amber, et qu'elle n'aurait aucun scrupule à recommencer ; mais la verte espérait au moins qu'elles l'avaient touchée, à un endroit ou à un autre.

Vraisemblablement, la préfète n'avait pas saisi le fait que Roxane s'était ouverte à l'éventualité de servir de cobaye, et qu'elle était désormais tout à fait (du moins assez) apte à se faire ramollir. D'ailleurs, celle-ci semblait tellement emportée par sa propre colère qu'elle en avait oublié tout le reste ; et il semblait que cela diminuait également considérablement sa modestie. A moins que ce ne soit naturel.


« Bon aller, trêve de bavardages, Agorio ! » lança-t-elle, la voix chargée de menaces.

Non désireuse d'opposer la moindre résistance, - même si elle en brûlait d'envie - et se laissa faire et prit le sort de plein fouet. Elle crut qu'elle allait tomber à la renverse tellement il semblait plein d'une rage incommensurable, sûrement celle de sa source humaine, qui aurait très bien pu montrer les dents qu'elle n'aurait pas paru plus bestiale. La verte attendit avec une anxiété croissante les effets, mais il ne se passa absolument rien. Le sort avait donc échoué ? Amber était-elle furieuse au point que ce n'est pas marché ? Roxane avait déjà entendu parler dans un cours lointain de ce genre de situation, mais n'avait jamais pris ça au sérieux. Elle aurait dû, apparemment.

Elle grimaça légèrement, en proie à une transformation peu plaisante. Contrairement à la détendre, cet "Agorio" paraissait l'avoir endurcie davantage ; elle sentait tous ses muscles se tendre presque douloureusement, tandis que la nervosité et la colère montaient d'un cran en elle. Au bout d'un moment, elle parvint à bouger de nouveau avec difficulté, puis à se mouvoir comme avant, même si cela paraissait plus difficile.


« Il faut croire qu'il est peu conseillé de s'essayer à un sort lorsqu'on à la rage. » lâcha Roxane en direction d'Amber, tout en esquissant un sourire moqueur.

« Si j'étais toi, je me détendrais avant de passer de nouveau à l'acte, parce qu'il semble évident qu'on ne quittera pas cet endroit tant que tu n'auras pas réussi ce fichu sort...Et contrairement à ce que tu crois, j'ai d'autres choses à faire que de servir de cobaye à une demeurée.  »

Elle savait qu'elle s'engageait dans une entreprise dangereuse à défier Amber de la sorte, mais elle ne craignait plus grand chose, après tout ce qui s'était passé dans cet après-midi de dingue.
  Retour