Salle d’études

Inscription
Connexion

attaque matinale  Libre 

Si pour certains jeunes sorciers, la matiné se passait obligatoirement dans la Grande Salle à festoyer en compagnie des ses camarades; pour d'autre, c'est surtout propice au travail. Pourtant ce n'est pas l'envie qui manquait à Alban de commençer la journée par un bon petit-déjeuner mais il n'avait pas d'autres choix pour pouvoir faire efficacement ses devoirs. Non pas que ce soit des devoirs en retard à rendre de toute urgence dans l'heure qui suit: Alban n'était pas un élève désinvolte et dissipé. Mais c'était un flemmard! Incapable de se mettre au boulot, même avec la meilleurevolonté du monde! Sauf si il commençait ses devoirs, le plus tôt possible; assez tôt pour que son cerveau encore embrumé ne puisse pas protester contre cette effort mental.
c'est donc l'esprit à moitié assoupie qu'Alban ouvrit ses livres de cour et commença à rédiger son premier devoir d'Histoire de la Magie.
Il lui fallut quelques temps pour se rendre compte qu'un livre étrange trônait sur la table, à quelques pas de lui. Etrange... à qui pouvait-il être? Alban était seul dans la salle, ce qui voulait surement dire qu'un élève l'avait oublié... Jamais Alban n'avait vu un ouvrage de la sorte: sa couverture était rouge vif et une pieuvre gigantesque était représentée sur la tranche...

curieux bouquin que celui-ci...
Ayant toujours été d'un naturel curieux, Alban ne put s'empécher de prendre le livre et de soulever délicatement la couverture.
ARGH! A peine avait-il ouvert le livre qu'un jet d'encre se mit à gicler de ses pages et éclaboussa Alban de la tête au pied. Le jet noir ne s'arrétait pas! Pire: La main d'Alban était collé à la reliure de l'ouvrage, l'obligeant à se faire asperger encore et encore...

C'est alors qu'un bruit de pas se fit entendre. Alban releva la tête: Quelqu'un arrivait! Reste à savoir si cette personne allait l'aider.

N'ayant aucune idée de la personne à qui il s'adressait, Alban hurla:CE LIVRE M'ATTAQUE!!!!HAAAAA!!! AIDE-MOI!!!

Le souffle de Pouffsouffle, jamais ne s'étouffe

attaque matinale  Libre 

C'est le ventre remplit de brandade de poissons que Aaron grimpait les escaliers menant à la salle d’étude. Il devait absolument terminé son devoir d'Histoire de la Magie car il avait cours avec le professeur Collins cet après midi et n'avait pas fait la dernière question de son devoir. Aaron n'était pas du genre à faire ses devoirs au dernier moment mais il avait du répondre à plusieurs lettres la veille au soir et il s'était endormi sur son bureau. Si on ajoutait à cela le fait que le jeune Serdaigle n'était pas passionné par l'histoire, on pouvait comprendre que son devoir n'était pas terminé. Il aimait savoir comment le monde magique avait évolué mais il avait tendance à penser aux cours d'histoire qu'il avait eu dans le monde moldu et cela le faisait aller dans la salle d'Histoire de la magie à reculons. Malgré tout, il venait apprendre et il voulait surtout réussir son année et montré à sa sœur qu'elle avait tort. Il ne serait pas la risée de sa classe, ce n'était pas parce qu'il était né-moldu qu'il n'allait pas être aussi bon que les autres et il comptait bien le prouver.

Il arriva enfin devant la salle d'étude et poussa la porte. Il ne s'était pas attendu à voir le spectacle qui l'attendait. Aaron ne s'était pas attendu à ce qu'on autre élève soit présent dans cette salle. Il était encore tôt et la plupart des élèves de Poudlard se trouvaient dans la Grande Salle. Le jeune garçon devait sûrement être en retard dans ses devoirs aussi. Ce dernier leva alors la tête comme si il avait entendu Aaron et hurla:

«CE LIVRE M'ATTAQUE!!!!HAAAAA!!! AIDE-MOI!!!»

Aaron hésitait entre rire et croire sur parole le jeune garçon. Il ne comprenait pas qu'un livre pouvait attaquer une personne. Il s'approcha donc du jeune garçon pour voir le phénomène de ses propres yeux. Le Serdaigle comprit alors que le jeune garçon ne mentait pas, le livre attaquait littéralement le pauvre garçon. Malgré tout, cette situation fit sourire le Serdaigle, il n'avait pas pensé voir cette scène en quittant la Grande Salle avant ses camarades. Il fallait quand même qu'il aide le garçon, il ne pouvait pas continuer de se faire asperger comme ça. Aaron réfléchit rapidement. Il ne savait pas si il allait rester collé lui aussi si il touchait le livre, auquel cas son aide aurait été inutile. Il pouvait utiliser la magie mais il manquait de connaissance pour régler le problème de cette manière, il ne connaissait que très peu de sort pour le moment.

«Bouge pas je vais t'aider.»

Restait alors la méthode classique. Il ouvrit rapidement son sac et en sortit un parchemin vierge qu'il plaqua contre ses mains. Il saisit ensuite le livre protégé par le chemin et tira de toute sa force. Il avait beau tiré, rien ne se passait, le livre restait collé aux mains de l'autre garçon. Il ne put s'empêcher de grogner:

«Mais lâche le!!»

Aussi étonnant que cela puisse paraître, le livre lâcha le garçon et tomba au sol, fermé. Il lui avait obéit sans que Aaron n'ait eu quelque chose à faire. Il ne comprenait pas que ce fusse simple que ça .

« Quand ils déploient leurs ailes, les aigles vous ensorcellent! »

attaque matinale  Libre 

Etendu sur le sol de la salle d'étude, barbouillé d'encre, le souffle court, Alban jeta un regard plein de gratitude à son sauveur. Il avait bien cru rester à la merci de ce livre durant des heures. Une chance que le jeune garçon de Serdaigle avait pu l'aider. Avec un sourire, Alban remarqua le livre d'Histoire de la Magie que le Serdaigle portait sous son bras: apparament, il n'était pas le seul à flemmarder au niveau de cette matière.
- merci beaucoup! sans toi, j'aurais fini noyé sous cette saleté d'encre!

Alban observa le livre avec inquiétude: l'ouvrage l'avait attaqué alors qu'il avait à peine frôlé la couverture, et il avait simplement fallut au Serdaigle de lui dire d'arréter pour qu'il ne l'asperge plus. Quel était ce drôle de livre? Pourquoi était-il si agressif et si obéissant à la fois? Alban remarqua alors une autre chose suspecte sur le livre: il avait craché des litres d'encre partout dans la pièce et pourtant, sa couverture rouge vif ne comportait aucune tache. bizarre... Alban se promit de parler de cet ouvrage à un professeur ou à un élève plus experimenté que lui pour savoir son utilité et son fonctionnement.

-cela devait probablement être un livre sur la vie des pieuvre ou des bouteilles d'encres!plaisanta t-il. Puis, se rappellant la raison de sa présence ici, il ajouta:Je m'appelle Alban. Toi aussi tu as ce devoir à faire? si tu as besoin d'aide, dit-le moi: je te doit bien ça!

A ces mots, les pages du livre commençèrent à frétiller lentement. Alban leur jeta un rapide coup d'oeil...Décidément, ce livre ne l'aimait pas! Mais qu'importe! Qu'il continu à grogner 'il veut! Jamais plus il ne le toucherai tant qu'il n'en saura pas plus à son sujet!

Le souffle de Pouffsouffle, jamais ne s'étouffe

attaque matinale  Libre 

L'attaque du livre magique n'avait pas été anodine pour le jeuna garçon. Avec tout ce remue-ménage, Aaron n'avait même pas pris le temps de regarder de plus près la robe du sorcier et par conséquent ne savait pas dans quelle maison il était. Il s'empressa alors de le faire et découvrit que le jeune garçon était de Poufsouffle. Cela n'avançait pas plus le Serdaigle car il ne connaissait pas beaucoup de monde. Il détailla rapidement le garçon, il avait une épaisseur de cheveux assez conséquente qu'il avait noué au niveau de sa nuque, ses cheveux étaient gris et il devait faire la même taille que Aaron à quelques centimètres près. Toujours allongé par terre, le brun remercia Aaron:

« Merci beaucoup! Sans toi, j'aurais fini noyé sous cette saleté d'encre! »

Aaron lui répondit d'un sourire, il était vrai que le bouquin avait secrété énormément d'encre, la pièce en était recouverte, du sol au plafond. La magie était capable de beaucoup de chose, un simple livre pouvait faire jaillir des livres d'encre, c'était incroyable. Aaron se demandait comment ils pouvaient nettoyer la salle, ils ne pouvaient pas la laisser comme ça. Il avait bien remarquer qu'un quatrième année avait lancé un sort dans sa salle commune pour nettoyer le liquide que sa tasse avait répandu par terre mais il n'était pas sur de réussir à le faire lui même. Il pouvait aussi attendre qu'un élève plus âgé entre dans la salle pour lui demander de lancer le sortilège. Il opta pour cette solution et si personne ne venait il tenterait de lancer le sort Recurvite. Peut-être aussi que le Poufsouffle savait comment nettoyer la salle. Ce-dernier le coupa d'ailleurs dans ses réflexions en disant:

« Cela devait probablement être un livre sur la vie des pieuvre ou des bouteilles d'encres! Je m'appelle Alban. Toi aussi tu as ce devoir à faire? si tu as besoin d'aide, dit-le moi: je te doit bien ça! »

Le Poufsouffle avait de l'humour, les deux garçons pouvaient s'entendre au moins sur ce point là. Aaron sourit à la plaisanterie de Alban puis en lui tendit la main pour se présenter.

« Ravi de te rencontré, je m'appelle Aaron. Je suis en première année, mais.. tu dois le savoir si tu as le même devoir. »

Il profita de tenir la main de Alban pour l'aider à se relever. Une fois debout, il étudia la demande du Poufsouffle. Il n'était pas contre un petit peu d'aide pour son devoir d'Histoire de la Magie. Il leur serait plus facile à l'un comme à l'autre de faire leur devoir s'ils utilisaient deux cerveaux. Aaron prit son livre d'Histoire de la Magie et le posa sur une des rares tables propres de la salle. Il sorti son devoir et répondit à Alban:

« Je ne suis pas contre ton aide pour ce devoir. Je ne sais pas toi mais moi je dois le rendre cet après-midi. » Il ajouta sur le ton de la plaisanterie: « À moins que tu préfères faire des douches à l'encre, il parait que ça raffermit les pores de la peau. »

« Quand ils déploient leurs ailes, les aigles vous ensorcellent! »

attaque matinale  Libre 

S'il y a une chose que les deux jeunes hommes avaient en commun, c'était bien leurs sens de l'humour. Temps mieux: il sera plus facile de s'entendre comme ça! Alban consulta sa montre: il n'y avait plus beaucoup de temps avant le début des cours. C'était surement fichu pour son petit-déjeuner. Le jeune Pouffsouffle imagina un instant les bon petits plats qui lui étaient passés sous le nez avant de se replonger dans son devoir en compagnie d'Aaron. Faisant mine de chercher une feuille, il s'aperçut que l'encre avait tâché son sac. Celui-ci n'étant pas très fin ni très étanche, la plupart de ses feuilles comportaient beaucoup de trace. Tant pis! Il faudra faire avec. Ce sera l'occasion de demander à son professeur d'Histoire, des explications par rapport à ce livre.

Ensemble, les deux jeunes avançaient vite dans leur devoir. En moins d'une demi-heure, les feuilles étaient remplies de notes et prêtes à être corrigés. Le regard d'Alban se posa sur le livre: il n'avait pas bougé depuis l'attaque mais si Aaron et lui le laissait là au milieu de toutes ces flaques d'encre, quelqu'un finirait forçément par le prendre, et connaitrait alors la terrible punition que lui infligerai le livre. La décision fut prise entre les garçons de ranger ce livre; ou du moins, de le mettre en lieu sûr. Mais pas question de le toucher! Plus qu'une solution restante: la magie! Si les deux jeunes n'étaient qu'en première année, ils connaissaient au moins les sortilèges de base tel que Wingardium Leviosa.

Pratiquer ce sort sur le vieil ouvrage et le faire léviter jusque sur l'étagère face à la fenêtre était une plaisenterie pour la plupart des sorciers mais représentait pour Alban et Aaron, un grand test pratique... Bah! Qui ne risque rien n'a rien!

D'un mouvement, les deux jeunes brandirent leurs baguette sur le livre et s'écrièrent: Wingardium Leviosa!
Le livre s'envola aussitôt et alla se nicher sur l'étagère. Fiers de leur exploit et de leurs devoirs effectués, Les deux garçons ne remarquèrent pas tout de suite l'état de la salle d'étude... Impossible de laisser les lieux comme ça!

Reducio
Ce RPG a été bloqué car n'ayant pas reçu de réponse depuis plus de 6 mois. Pour demander sa ré-ouverture, vous pouvez contacter vos préfets ou professeurs.

Le souffle de Pouffsouffle, jamais ne s'étouffe