Salle d’études

Inscription
Connexion

Un duel littéraire  PV: Luna 

Assise en tailleur sur l’une des chaises de la salle d’étude, Isaya était l’illusion parfaite d’une élève modèle. Un peu à l’écart de ses camarades, la pile de parchemins et les ouvrages scolaires qui s’accumulaient devant elle lui offrait un alibi à toute épreuve. Mais si l’on s’approchait davantage, on pouvait remarquer que sa plume n’avait pas quitté son encrier depuis une bonne demi-heure et que son exemplaire du Livre des sorts et enchantements niveau 2 renfermait une lecture qui était loin d’être au programme. Lorsqu’elle avait pris place dans la salle de travail, elle était pourtant déterminée à réviser. Mais après une vingtaine de minute, elle avait baissé les bras et avait fini par sortir un livre d’un tout autre genre de son sac. Elle relisait donc avec grand plaisir une pièce qu’elle connaissait presque par cœur. Plongée dans les répliques de Cyrano de Bergerac, elle n’avait plus conscience du monde qui l’entourait. Elle murmurait les lignes qu’elle avait sous les yeux, sans savoir si elle se contentait de lire ou si elle les récitait de mémoire.
« Voilà ce qu’à peu près, mon cher, vous m’auriez dit
Si vous aviez un peu de lettres et d’esprit
Mais d’esprit, ô le plus lamentable des êtres,
Vous n’en eûtes jamais un atome, et de lettres
Vous n’avez que les trois qui forment le mot : sot !
Eussiez-vous eu, d’ailleurs, l’invention qu’il faut
Pour pouvoir là, devant ces nobles galeries,
Me servir toutes ces folles plaisanteries,
Que vous n’en eussiez pas articulé le quart
De la moitié du commencement d’une, car
Je me les sers moi-même, avec assez de verve,
Mais je ne permets pas qu’un autre me les serve. »
1

Alors qu’elle déclamait dans un murmure les derniers alexandrins de la fameuse tirade du nez, elle se remémora la soirée qui les avait définitivement ancrés dans son esprit. Depuis toute petite, ses parents se relayaient au pied de son lit pour lui raconter des contes de fées d’abord, puis, voyant que l’esprit curieux de leur fille demandait toujours de nouvelles histoires, ils avaient enchaîné avec des nouvelles fantastiques, des poèmes et des pièces de théâtre. En voyant son enthousiasme face à ce dernier genre, ils avaient décidé de l’emmener voir une véritable représentation et leur choix s’était porté sur le grand succès d’Edmond Rostand. La fillette avait été éblouie par les costumes, les décors et surtout le talent sans borne de l’acteur principal qui avait la tâche colossale de déclamer plus de 1600 vers. Au fil du temps, ses parents avaient pris soin de l’emmener à d’autres spectacles, moldus ou sorciers. Elle avait ainsi assisté à plusieurs concerts qui lui avaient fait découvrir la musique et le chant, qu’elle pratiquait avec plaisir puisqu’elle avait rejoint la chorale de Poudlard.
Ainsi perdue dans ses pensées, elle avait commencé à chantonner, sans s’en rendre compte :

« E Naoned, ermarc'had
E Naoned, er marc'had hor boa choazet ur walenn
Hor boa choazet ur walenn ge, hor boa choazet ur walenn
Gwalenn ar promesa
Gwalenn sr premesa, ha par omp da ziniezin
Ha par omp da zimezifi ge, ha par omp da zimezifi »
2

Elle n’avait pas vu une de ses camarades s’assoir à ses côtés et repousser quelques-uns de ses parchemins pour gagner un peu de place. Si elle avait repris ses esprits, elle aurait reconnu Luna, une des journalistes du Hufflepost avec qui elle travaillait.

Reducio
1. Extrait de Cyrano de Bergerac d'Edmond ROSTAND (acte I, scène IV)
2. Tri Martholod, version des TRI YANN

Poufsouffle du mois de novembre 2015 et janvier 2016 ~ Élève du mois de janvier 2016
Gardienne des Frelons
"It does not do dwell on dreams and forget to live" - Albus Dumbledore

Un duel littéraire  PV: Luna 

Comme tous les vendredis, elle se dirigeait, le pas lent, non sans épuisement, vers la salle d’étude de l’école. Le vendredi était le meilleur jour pour s’y rendre : les élèves préféraient se promener dans le parc, ou discuter dans les salles communes ou dans les couloirs du château. Mais Luna n’était pas du genre à se relâcher car elle savait qu’elle avait deux jours devant elle pour faire ses devoirs. Au contraire, elle préférait en faire une partie (voir la totalité si la semaine suivante n’était pas très chargée) le premier soir, de manière à en être débarrassée dès le vendredi. Elle se plaisait à observer ses camarades qui travaillaient dur alors qu’elle sortait dans le parc. Non pas qu’elle fut sadique, bien loin de là, mais elle aimait à se faire remarquer qu’elle avait déjà travaillée dur, elle au moins, pendant que les autres s’extasiaient à la vue du week-end avec leurs amis.
La détente était certes bien mieux attrayante que de se plonger dans les longues lignes de parchemin de la salle d’étude si silencieusement enivrante. Malgré sa réticence à l’idée de de nouveau devoir se confronter aux devoirs à rallonge demandés par les professeurs, elle n’omettait jamais de s’y rendre. Elle se réservait le parc pour le week-end, quand le soleil réchaufferait un peu l’atmosphère fraîche d’un début de printemps.
Elle s’octroya à penser aux vacances fabuleuses qui l’attendaient dans une dizaine de jour seulement. Tout à coup, la fatigue qu’elle avait accumulée tout au long de la semaine sembla légèrement s’alléger.
Alors qu’elle passait la porte de la salle d’étude, un chant frivole d’un semblant tiré de la poésie, la retira de ses pensées, qui s’étaient à présent permis de vagabonder. Elle reprit alors conscience de l’endroit où elle se trouvait, et essaya d’adopter l’air d’une fille ordinaire, très sure d’elle, qui sait très bien ce qu’elle fait là.
Luna se tourna vers la chanteuse poète, et aperçut une tête brune aux cheveux familièrement ébouriffés, le crâne semi enfoncé dans un livre.
Alors que le récit mélodieux touchait à sa fin, la jeune Poufsouffle reconnut ladite diseuse de vers. Sa robe de sorcière noire portant l’insigne jaune de la maison d’Helga trahit son anonymat.
Luna s’installa à son coté, et posa silencieusement son sac sur le sol. Elle en sortit une belle plume de paon achetée chez scribenpenne lors de leur première sortie à Pré-au-Lard, une dizaine de parchemin, et un petit tas de livres, qu’elle déposa avec délicatesse sur la table.
Sa camarade ne remarqua d’abord pas sa présence, puis intriguée par le bruit de frottement des feuilles, avait relevé la tête d’un air dubitatif. Elle cligna des yeux comme pour s’assurer que c’était bien Luna qui se trouvait devant elle.
Luna reposa sa plume dans l’encrier et se retourna vers Isaya, elle l’avait entendue remuer.

"Salut Isaya !! Ca faisait longtemps qu’on n’s’était pas croisées. Faut dire qu’on n’a pas organisé de réunions pour l’équipe du journal de Poufsouffle depuis un bon bout de temps, et on ne se croise jamais en salle commune. Tu as l’air passionné dans ta lecture, tu lis quoi ? "

Ladite Isaya lui esquissa un sourire en guise de salutations, et ouvrit la bouche pour répliquer.

Luna Pommerel

Un duel littéraire  PV: Luna 

Isaya était tellement concentrée sur sa lecture qu'elle sursauta Lorsqu'une voix vint la sortir de ses pensées :

«Salut Isaya !! Ca faisait longtemps qu’on n’s’était pas croisées. Faut dire qu’on n’a pas organisé de réunions pour l’équipe du journal de Poufsouffle depuis un bon bout de temps, et on ne se croise jamais en salle commune. Tu as l’air passionné dans ta lecture, tu lis quoi ? »

Elle se retourna vivement et sourit à son interlocutrice. Elle connaissait bien la jeune fille puisqu'elles appartenaient toutes deux à la même Maison et au journal de celle-ci. Mais les deux jaunes avaient commencés à sympathiser lors des cours de potions. Toutefois, sa camarade avait raison, cela faisait des lustres qu'elles ne s'étaient pas croisées. Isaya avait été des plus occupées durant les dernières semaines entre les cours et ses obligations personnelles. De plus, ses parents lui avaient expédiés un nouveau colis de livres et elle n'avait pas tardé à les dévorer, délaissant pour se faire une partie de ses occupations sociales. Et quant au Hufflepost… Luna avait raison, elle ne devrait pas tarder à planifier une nouvelle réunion si elle voulait voir la nouvelle édition sortir à temps. Elle ferma son livre, n’oubliant pas d’y glisser un marque-page et répondit :

« Bonjour Luna ! Tu as tout à fait raison, cela fait bien trop longtemps ! Comment tu vas ? »

Elle sourit à nouveau et réalisa qu'elle n'avait pas répondu à la question de son amie. Elle se sentit gênée tout d'un coup, apparemment elle n'était pas si douée pour mimer une étudiante modèle. Elle baissa les yeux sur la couverture de sa pièce, admirant une nouvelle fois la peinture représentant le personnage principal et son célèbre nez. Elle finit par montrer le livre à Luna avant de reprendre :

« C’est Cyrano de Bergerac. Pas très sorcier je sais… Tu connais ? »

Réalisant soudain que la jeune fille l'avait probablement entendue chantonner, elle demanda, en rougissant :

« Euh… Sinon tu es là depuis longtemps ? Tu m'as entendue chanter ? J'espère que je ne t'ai pas dérangée , j'ai tendance à me laisser aller à chantonner quand je lis… »

Au moins, elle n'avait rien marmonné d’embarrassant ! L’avantage de parler plusieurs langues ! Elle baissa les yeux et attendit la réponse de son amie.

Poufsouffle du mois de novembre 2015 et janvier 2016 ~ Élève du mois de janvier 2016
Gardienne des Frelons
"It does not do dwell on dreams and forget to live" - Albus Dumbledore

Un duel littéraire  PV: Luna 

Isaya sursauta à la suite de sa question. Elle ne l'avait certainement ps vu venir, ni même entendu. A cet instant, Luna regretta d'avoir été aussi discrète quant à son approche. Beaucoup de personne ne supportait d'être prit en flagrant délit. Et Isaya chantonnait, seulement quelques minutes auparavant...
Mais ce regret fut vite oublié, quand Isaya referma son livre, et lui esquissa un sourire chaleureux.
Luna reconnaissait ce sourire, elle avait eut l'occasion de faire sa connaissance à plusieurs reprises, et elles travaillaient ensemble dans l'équipe journalistique. Mais autant se dire que la dernière réunion, c'était il y a « belle lurette » comme elle avait l'habitude de dire.

« Bonjour Luna ! Tu as tout à fait raison, cela fait bien trop longtemps ! Comment tu vas ? »

Isaya lui esquissa une nouvelle fois un sourire, Luna fut alors certaine qu'elle ne lui en voulait pas.
Sur ce, elle rajouta, se rendant certainement compte qu'elle n'avait pas répondu entièrement à la question.

« C’est Cyrano de Bergerac. Pas très sorcier je sais… Tu connais ? »

Et peine Luna eut elle ouvert la bouche, qu'elle la referma car son amie s'était t'empressée de rajouter quelque chose :


« Euh… Sinon tu es là depuis longtemps ? Tu m'as entendue chanter ? J'espère que je ne t'ai pas dérangée , j'ai tendance à me laisser aller à chantonner quand je lis… »

« Moi ça va bien. Je suis plutôt débordée par le travail, faut dire que de suite la troisième année c'est autre chose ! Mais bon, sinon je vais bien. Et toi au fait, comment vas tu ? On pas trop eu le temps de se voir depuis la dernière réunion journalistique, d'autant plus que même en salle commune on se débrouille de ne pas se voir ! »

Puis elle rajouta empressement :
« Cyrano De Bergerac, oh.., oui, ça me dit quelque chose. Mais désolé de te décevoir mais je ne suis pas trop dans le théâtre. En fait j'aime bien en faire, mais lire des pièces, c'est pas ce que je préfère. J'avoue apprécier les romans cultes ! Je ne nie pas que les pièces en font partie, bien sûr ! Mais j'aime aussi bien la poésie. Attends... »

Pendant qu'elle sortait de son sac, un livre de taille moyenne, aux pages jaunies par le temps, elle en profita pour répondre à la dernière question de son amie :

« Ne t'inquiète pas, je n'en soufflerai mot. A propos de ta chanson... »

Luna lui tendit le livre tout droit sortit de son sac.
« Les fleurs du Mal. Un exemple de livre que j'apprécie tout particulièrement et d'un auteur que j'admire. Je ne sais pas si tu connais, mais moi en tout cas, c'est un livre qui m'émeut. »

Luna espérait qu'Isaya le prendrait au sérieux avec ses histoires de « ce livre m 'émeut ».








Reducio
Désolée, désolée, désolée !!! Isaya je t'implore mon pardon pour ce retard impardonnable mais qui je l’espère sera pardonné.

Luna Pommerel

Un duel littéraire  PV: Luna 

Dire qu’Isaya était mal à l'aise aurait été en dessous de la vérité. Plus que gênée, elle tentait vainement d'atténuer le rouge de ses joues. Elle regrettait de s’être laissée surprendre à dissimuler sa lecture. De plus, elle savait que celle-ci n'était pas très conventionnelle, du moins pour une jeune sorcière. La majorité de ses camarades lisaient des romans fraîchement sortis de la vitrine de Fleury et Bott, des histoires de mages noirs vaincus par des étudiants de Poudlard ou des romances interdites entre centaures et humains, certainement pas des pièces de théâtre moldues. Et quant à ses condisciples nés-moldus, la majorité raffolaient de fantasy ou de science-fiction et ne s'intéressaient que peu à la littérature classique. Elle l'avait découvert à ses dépends avant son entrée dans cette célèbre école de magie. Les enfants pouvaient être cruels entre eux et la jeune Poufsouffle avait appris, si ce n'est à mentir sur ses lectures, du moins à ne pas les crier sur les toits.

Toutefois, elle n'en aurait pas fait grand-cas, elle avait gagné en confiance en elle depuis son entrée à Poudlard, si elle n'avait pas été surprise, par la même occasion, à chantonner en breton. Oh ! Isaya adorait chanter mais elle évitait de le faire en public. Elle avait longuement hésité avant de rejoindre la chorale de l'école et s'était finalement décidée en se disant qu'elle se fondrait facilement dans la masse.

C'est donc rouge comme une pivoine qu'elle entendit la réponse de Luna :

« Moi ça va bien. Je suis plutôt débordée par le travail, faut dire que de suite la troisième année c'est autre chose ! Mais bon, sinon je vais bien. Et toi au fait, comment vas tu ? On pas trop eu le temps de se voir depuis la dernière réunion journalistique, d'autant plus que même en salle commune on se débrouille de ne pas se voir ! Cyrano De Bergerac, oh.., oui, ça me dit quelque chose. Mais désolé de te décevoir mais je ne suis pas trop dans le théâtre. »

Et voilà ! On allait encore la prendre pour une mademoiselle-je-sais-tout-et-je-lis-de-la-vraie-littérature-moi. Elle s'apprêtait à reprendre, à expliquer qu'elle aimait aussi les romans plus conventionnels mais Luna se précipita sur son sac et dit d'une voix enthousiaste :

« En fait j'aime bien en faire, mais lire des pièces, c'est pas ce que je préfère. J'avoue apprécier les romans cultes ! Je ne nie pas que les pièces en font partie, bien sûr ! Mais j'aime aussi bien la poésie. Attends... »

Grandement soulagée en voyant qu’elles partageaient des goûts similaires, Isaya regarda, le sourire aux lèvres, sa camarade fouiller frénétiquement son sac pour en sortir un vieux livre aux pages jaunies par le temps. Se réinstallant sur sa chaise, Luna la rassura sur son chant. Isaya était maintenant d’excellente humeur, ravie d’avoir une amie avec qui discuter de littérature et de théâtre. Tant pis si elle préférait le jouer que le lire !

Isaya attrapa le livre que lui tendait son amie tout en en faisant l’éloge et lut le titre avec intérêt. Elle reconnut le recueil de poèmes le plus célèbre de Baudelaire et s’empressa de donner son avis :

« Je l'ai lu l'été dernier. Je connaissais déjà certains poèmes mais je ne les avais jamais associés. Ce n'est pas que je n'ai pas apprécié mais je dois avouer que je préfère les longs textes avec une histoire. Avec Baudelaire, j'ai souvent l’impression qu'il divague et je suis moins touchée. Mais il y a une chose que je ne comprends pas. Comment ce fait-il que tu n'aimes pas lire des pièces de théâtre si tu aimes la poésie. Il y en a beaucoup qui sont écrites en vers, comme le Cid ou Cyrano de Bergerac d’ailleurs. C'est comme un long poème en fait. »

Poufsouffle du mois de novembre 2015 et janvier 2016 ~ Élève du mois de janvier 2016
Gardienne des Frelons
"It does not do dwell on dreams and forget to live" - Albus Dumbledore