Salle de bal

Inscription
Connexion

Table de E. Beaumont et S. Wiallsonew

Image

Cette table est réservée à Eva Beaumont et Solaris Wiallsonew.

Au menu : Il vous est proposé comme entrée... du Foie gras, du Saumon fumé ou des Verrines de Noël (au choix).
Comme plat, vous pourrez savourer... une délicieuse Dinde de Noël, accompagnée de pommes de terre et d'haricots verts.
Comme dessert, vous aurez le choix entre... un Tiramisu, une Bûche de Noël ou une Mousse Framboise.

Passez une merveilleuse soirée !

Image



Ami des Centaures de la Vieille Forêt
Zarbi de l'année (Magic'Awards III)

Table de E. Beaumont et S. Wiallsonew

Eva se sentait vraiment minuscule, dans cette gigantesque salle de bal. Le monde qui pouvait s'y trouver ne masquait en rien l'énormité du lieu, sa grandeur écrasante. Malgré sa silhouette élancée pour son âge, la jeune fille se sentait plus petite qu'elle ne l'avait jamais été, manquant de ployer physiquement sous la pression des circonstances. Son regard courait de partout, elle s'était arrêtée tant cela lui prenait toute son attention. Entre la variété des tenues, les décorations, l'architecture qui se perdait de nombreux mètres au dessus des têtes, le moment lui paraissait excessif. Excessif pour ses sens, pour ce qu'elle se sentait capable de faire, d'être, en de telles circonstances. *Je suis comme une pièce rapportée...*

Certes, Eva avait, comme la plupart, soigné sa tenue. Elle s'était trouvée fort indécise, fort frustrée aussi devant le peu de choix qu'elle pouvait avoir dans sa garde-robe, mais avait réussi à se composer un habit qui pouvait à ses yeux seoir à telle occasion. A ses pieds, des escarpins d'un noir mat, à petits talons, et à ses fines et (à son grand dam) encore un peu juvéniles d'aspect jambes, des bas d'un noir translucide et légèrement moiré. Cinq centimètres au dessus des genoux, commençait (ou finissait, c'est selon) une robe d'un gris perle à l'ourlet brodé de motifs végétaux, de fils noirs et argentés, la jupe légèrement plissée. Resserrée à la taille, elle s'ornait à cet endroit d'un ruban indigo. Une drôle de robe en vérité, au col assez haut et en V, et aux manches longues et un peu évasées rappelant plus une tunique d'une robe; tous les ourlets étaient ornés de ce même entrelacement de noir et d'argent. Eva avait ceint son cou gracile d'un autre ruban indigo, et un troisième était entrelacé dans l'épi de sa tresse.
Aussi travaillée soit cette tenue, la petite Serdaigle se sentait fort ridicule dans cette foule. Elle n'avait aucun maquillage, n'en possèdant pas et n'ayant pas osé demander à une autre fille de son dortoir, et alors qu'elle regardait aux alentours la splendeur de certaines lui faisait sentir cruellement la pâleur de ses cils et de ses lèvres, de tout son visage en vérité.

*Bon, ne reste pas plantée là ! Je crois qu'il y a une table à mon nom quelque part.*
Eva se remit en mouvement, se concentrant sur le bruit régulier de ses chaussures sur le sol et ressentant le poids rassurant du sac (de toile indigo, pour ne pas trop jurer) qu'elle portait en bandoulière; le cadeau qu'il y avait à l'intérieur côtoyait sa baguette, dont elle n'aurait pu se séparer, surtout pour ce qu'elle avait en tête *pourvu que je ne me rate pas, d'ailleurs...*.
Plus loin dans la salle, il y avait en effet des tables, certains déjà occupées, d'autres non; des tables pour deux personnes. La petite blonde vit rapidement que chaque table s'ornait de cartons flottant délicatement au dessus des nappes, cartons indiquant le nom des personnes pour laquelle le couvert serait dressé. La pauvre jeune un peu perdue mis cependant quelques minutes à trouver sa place, ses mouvements rendus un peu maladroits par le stress.

La question fatidique *qui sera mon cavalier ou ma cavalière ?* allait devoir attendre un peu avant de trouver la réponse dans son intégralité. Si le carton en face de celui d'Eva indiquait bien un nom, cette autre jeune fille *j'ai une cavalière, donc* n'était pas encore là. Restant quelques instants devant cette table encore vide de tout convive, elle se décida finalement à s'asseoir, posant son sac sur ses genoux après avoir réajuster la jupe de sa tenue *peut-être aurais-je du choisir moins court ?), et pris distraitement la carte qui se portait à elle.
Il était difficile pour Eva, toute à son stress, de ne pas jeter des regards de toute part, guettant l'arrivée de sa cavalière; elle tentait de se contenir en étudiant le menu, fort appétissant bien que l'absence de plat végétarien la décevait un peu. C'était loin de réussir à couvrir le flot de questions angoissées qui lui venait, cependant.
*A quoi ressemble-t-elle, comment va-t-elle me trouver, voudra-t-elle danser, aurons-nous des sujets de conversation ? Misère... Et si elle n'aime pas mon cadeau, si je n'aime pas le sien, si... Ah, calme-toi !*
L'attente allait paraitre longue, dans ces conditions.

Code couleur : #9000ff

Table de E. Beaumont et S. Wiallsonew

Solaris fourra le ticket de tombola dans une de ses poches, aussi rapidement qu’elle pût. Ses ballerines claquèrent au sol quand elle tourna les talons. Elle marchait à petit pas rapide, efficaces. Elle était impatiente de voir qui allait être sa cavalière. Elle avait reçu un petit hibou avec des indices sur la personne avec qui elle allait partager cette merveilleuse soirée. Il n’y avait pas beaucoup de précisions, mais Solaris avait pût en déduire que c’était une fille. Elle savait que c’était difficile de se décrire soi-même, elle n’en voulait donc pas à sa cavalière. Le cadeau, par contre, elle n’avait aucune idée de ce que ça pouvait être. Son cadeau, Solaris avait essayé d’en faire une bonne description, mais ce n’était pas simple. Finalement, sa description n’était pas très claire, de son avis. Elle tenait le cadeau crispé dans sa main, de peur de la faire tomber ou de le perdre. Solaris ne tenait pas à être remarquée, surtout si sa robe ne plaisait pas.

Sa robe, elle avait essayé de la faire originale et belle. Elle était entièrement blanche. Des manches tombaient de chaque côté, transparent. Elle trouver les motifs très jolis. A la taille se dressait une sorte de ceinture qui tombait sur le reste de la robe, sans toutes fois cacher complètement le bas de la robe. La robe était légèrement bouffante, mais pas trop. Solaris avait mis du temps avant de se décidé pour la robe qu’elle portait. Elle la trouvait belle. Restait à savoir si elle allait plaire à sa cavalière. Pour ce qui était des chaussures, elle avait opté pour des ballerines. Elle n’aimait pas les talons, elle trouvait ça inconfortable. Petite, elle avait essayé les talons de sa mère, et n’avait réussi qu’à tomber. Ses chaussures étaient marrons, en accord avec l’espèce de ceinture en tissue qu’elle portait sur sa robe. Toute sa tenue lui convenait parfaitement.

Elle pressa le pas, refusant d’être en retard. Sa cavalière était peut-être déjà arrivée, et Solaris ne voulait pas la faire attendre. Elle arriva bientôt au niveau des tables. Des pancartes flottaient au-dessus des tables, pour indiquer les tables aux élèves présents. Elle contourna soigneusement les tables, ne voulant déranger personne. Beaucoup de tables étaient pleine, mais certaine restait néanmoins vides. Ses ballerines faisaient un léger bruit sur le sol. Sans beaucoup de vacarmes. Enfin, elle aperçut la table où, sur la pancarte, était inscrit son nom. L’autre nom était celui d’une nouvelle Serdaigle, que Solaris avait croisé une fois dans les dortoirs. Elle ne connaissait pas ses goûts et espérait que son cadeau allait lui plaire. Elle s’assit en face de sa cavalière et engagea la discussion.


« Bonsoir! Je m’appelle Solaris Wiallsonew, comme tu peux le voir. Je suis contente de passer cette soirée avec toi, j’espère qu’on va bien s’entendre. »


Solaris sentit le stress lui mordre le ventre. Avait-elle bien parlé ? Elle ne savait pas si c’était la bonne approche. Elle continua tout de même :

« Tu as une très jolie robe ! Je la trouve super. »

Ayant fini de dire ce qu’elle avait à dire, Solaris se tus. Sa cavalière allait continuer la discutions, elle l’espérait. Impossible de savoir ce qu’elle allait dire. Solaris espérait avoir fait une bonne impression. Maintenant, il ne lui restait qu’à attendre. Attendre la réponse. En espérant qu’elle soit positive. La main encrée sur son cadeau, elle attendit. Eva, comme l’indiquait la pancarte, avait l’air sympa, et Solaris espérait vraiment qu’elles allaient s’entendre.

Reducio
Robe : Image

Chaussures :Image

Coiffure : Image

•remplaçante Finisseuse/Batteuse des Éclairs
🦅"Lorsqu'ils déploient leurs ailes, les Aigles vous ensorcellent !" 🦅
Code-couleur : Tomato
Un été, l'éclat d'un jardin est aussi féerique qu'un feu d'artifice!-Céline Blondeau

Table de E. Beaumont et S. Wiallsonew

Heureusement pour ses nerfs, Eva n'eut pas à attendre très longtemps sa cavalière. *Je l'ai déjà aperçue, je crois... Une autre Serdaigle ?* Sa mémoire déplorable pour ce qui était des personnes la laissait dans une indécision quant à la question de si oui ou non elle connaissait, même de vue, la jeune fille qui s'avançait et prenait place à leur table. Un peu confuse, Eva avait hésité à se lever pour saluer dignement l'autre, mais celle-ci s'était assise avec un certain naturel, réglant la question bien vite. Son ton, peut-être un brin forcé, rassura tout de même beaucoup, et la petite blonde attendit bien d'être sûre de ne pas bafouiller pour répondre.

- Bonsoir Solaris, tu peux le voir aussi, je m'appelle Eva, et c'est un plaisir partagé que de passer cette soirée avec toi ! J'espère aussi, oui ! Je ne suis pas du tout sûre, et la question est peut-être un peu bizarre mais... es-tu à Serdaigle, comme moi ? Je confond peut-être avec quelqu'un d'autre.

Possible en effet, après tout les brunes aux yeux bruns et à la peau blanche étaient relativement communes, ce qu'Eva se retint de justesse de noter de vive voix. *Elle est gentille avec moi, je vais quand même faire l'effort de paraitre aussi bien qu'elle !* Pas qu'elle se retenait de faire ce genre de commentaire d'ordinaire, mais force était de constater qu'elle se découvrait une nature plus timorée, le milieu familial remplacé par cette vie d'élève parmi les autres, indifférenciée. La peur des inconnus ne s'exprimait donc plus tant par des sarcasmes exposés éhontément que par une absence d'exposition; mais ici, justement, Eva cherchait à briser cette distance qu'elle s'était laissé créer avec ses camarades. Lorsque Solaris complimenta la tenue de sa cavalière, elle répondit donc aussi vite qu'elle le put.

- Merci, vraiment, ça me fait plaisir. La tienne est très belle. Tu es très jolie dedans, aussi, je trouve.

*Ah, mais qu'est-ce que je dis, c'est peut-être un peu trop...* Il fallait masquer le trouble au plus vite, d'autant qu'il était des yeux même d'Eva complètement disproportionné. Se penchant subitement, elle farfouilla avec un peu de fébrilité dans son sac. Elle en tira méthodiquement, se forçant à avoir des gestes calmes, étudiés, le cadeau qu'elle avait préparé. Il était emballé, non pas comme ce que la plupart offraient, dans une boîte et/ou du papier à motifs festifs et orné d'un ruban, mais dans le pliage d'un carré de tissu blanc, très simple; son père, friand de culture japonaise, lui avait appris à faire ce genre d'emballage simples et à l'esthétique dépouillée, mais selon eux pas dénuée de charme.
Le prenant dans ses mains, Eva le tendit avec délicatesse pour le poser devant sa cavalière. Se retenant de tirer sur les petites anses de tissu, elle se contenta de sourire un peu en regardant l'autre dans les yeux *je dois avoir l'air idiote ou beaucoup trop affectée...*

- Je... Tiens, c'est pour toi; je te conseille de le regarder en contre-jour, tu auras une petite surprise.

Le cadeau en question était une roche cristalline translucide, d'un blanc très légèrement rosé. La petite surprise résidait dans la composition interne de la pierre qui, si elle paraissait homogène au premier abord, révélait lorsqu'on la regardait en la plaçant entre l’œil et une source de lumière forte des entrelacs internes de couches éparses qui ne laissaient pas passer la lumière aussi bien que le reste, formant des motifs éthérés d'un orange sombre tournant parfois au rouille profond, en passant par certaines nuances de rouge, ou même d'un bleu-vert un peu terne, mais contrastant brutalement avec le reste. Selon l'angle ces motifs en trois dimensions se faisaient plus ou moins abstraits, dessinant des formes connues ou étranges, ténues ou bien marquées.
*Elle va trouver ça ridicule ou nul, c'est sûr...* Si la trouvaille avait fasciné Eva, elle n'avait aucune idée de ce qu'il en serait pour Solaris, en revanche, et ce doute la tiraillait, sur le moment.


Code couleur : #9000ff

Table de E. Beaumont et S. Wiallsonew

Quand Solaris arriva, sa cavalière avait l’air soulagée. Quand elle y pensait, c’est sûr que l’attente devait paraitre longue…Heureusement, Solaris était arrivée quelques minutes après Eva. Solaris commença par s’assoir puis elle se présenta et complimenta Eva sur sa robe. Une robe magnifique de son point de vue, très travaillée. Elle rappelait la nature, chose peu commune dans les robes, et Solaris trouvait cela original. Ce n’était pas une mauvaise chose, au contraire. Solaris s’arracha de sa rêverie pour revenir brusquement à la réalité. Elle avait peur de rater les phrases de sa camarade, puisqu’elle était souvent dans la lune. Et, comme par hasard, justement, Eva parla.

- Bonsoir Solaris, tu peux le voir aussi, je m'appelle Eva, et c'est un plaisir partagé que de passer cette soirée avec toi ! J'espère aussi, oui ! Je ne suis pas du tout sûre, et la question est peut-être un peu bizarre mais... es-tu à Serdaigle, comme moi ? Je confonds peut-être avec quelqu'un d'autre.


Solaris ne pût retenir son étonnement : elle fronça les sourcils. Puis, quelques secondes plus tard, elle se rendit compte qu’elle n’avait pas sa robe de sorcière, et donc pas son insigne. Elle émit un petit rire, gênée. Comment avait-elle pût oublier ce détail ? Une habitude, sûrement…Pourtant elle se souvenait avoir préciser des indices qu’elle était une Serdaigle. Eva avait sans doute oublié, ce n’était pas bien grave. Solaris, se rendant compte qu’elle n’avait toujours pas parlé, rougit un peu avant de prendre la parole.


« Oui, je suis bien à Serdaigle, comme toi. On a du se croiser dans les dortoirs… »

Solaris avait parlé tout bêtement, presque sans réfléchir. Peut-être qu’elles ne s’étaient même pas croisée, et Eva allait la prendre pour une folle. Se ressaisissent, elle sourit. La soirée n’allait quand même pas être gâchée par sa bizarrerie. Ou peut-être qu’elle se faisait des idées…Après tout, elle ne se trouvait pas si bizarre. Elle secoua la tête pour chasser ses idées noires. C’était bien elle, ça, de se faire des idées. Elle se dit que c’était un peu n’importe quoi et elle décida de passer à autre chose. Ensuite, Eva la complimenta à son tour sur sa tenue, et qu’elle était très jolie avec. Solaris rougit et la remercia chaleureusement. C’était bien la première fois qu’on la complimentait, surtout qu’elle ne connaissait pas bien Eva. Eva eût l’air un peu gênée, sûrement pensait-elle en faire un peu trop. Eva se pencha sur son sac. Solaris, intriguée, se demandais ce qu’elle cherchait, dans son sac. Peut-être un mouchoir ? Même si ça n’avait rien de drôle, Solaris ne put s’empêcher de sourire intérieurement. Eva avait des gestes calmes, bien que légèrement fébriles. Elle en tira finalement en petit paquet. Intriguée, Solaris voulu se pencher mais s’en abstint, de peur de contrarié Eva. Le petit paquet était très bien emballé, de façon japonaise, crut comprendre Solaris. Un joli ruban ornait le tout. Eva le prit délicatement dans ses mains et le posa devant Solaris. Solaris comprit qu’il s’agissait d’un cadeau. Eva sourit et parla.

- Je... Tiens, c'est pour toi; je te conseille de le regarder en contre-jour, tu auras une petite surprise.

Solaris sourit à son tour en prenant le cadeau dans ses mains. Elle l’ouvrit en essayant de moins déchirer de papier possible. A l’intérieur, elle aût la surprise et la joie d’y trouver une roche cristalline translucide, blanche en partie mais légèrement rosée. Se souvenant que sa cavalière lui avait conseillé de regarder à contre-jour, elle se positionna comme tel. Au bout d’un petit moment, des motifs orange sombres apparurent à l’intérieur de la pierre. Les motifs avaient des nuances rougeâtre, et Solaris trouvait cela très joli. Les motifs étaient en trois dimensions. Solaris découvrit qu’ils s’agissaient de choses abstraites. Les formes dessinaient même parfois des choses connues ! Solaris s’en émerveilla. Les trais étaient tantôt durcit tantôt marqués. Emue, elle trouva les mots pour remercier Eva de ce beau cadeau.

« Merci beaucoup ! C’est génial ! Je trouve ça très intéressant, merci beaucoup, je l’adore ! Il est magnifique. »

Solaris continua à l’observer un moment avant de la poser dans son assiette. Elle trouvait trop impoli de le ranger dans sa poche. Pourquoi l’objet la fascinait ? Parce que Solaris était passionnée de science, et cet objet lui donnait envie de percer ses mystères. Encore les yeux brillants de joie, Solaris prit délicatement le cadeau qu’elle allait offrir à Eva. Il était bien emballé, un papier rouge parsemée de taches blanches et vertes, pour rappeler l’esprit de Noël. Il était lui aussi entouré d’un ruban, mais bleu, lui. Elle le posa devant sa cavalière. Il était rond et lisse. A l’intérieur, il y avait une boule faite avec une matière magique capable de rebondir partout, des grands bonds ou petite selon l’arrangement de la personne qui l’avait et la matière était transparente. A l’intérieur de cette boule, il y avait un trèfle à quatre feuilles momifié dans du Crystal. Le trèfle crachait des bulles colorées, trois à chaque fois. Solaris avait mis du temps à trouver ce cadeau, et elle était plutôt fière de lui. Mais comment savoir si ça allait plaire à Eva ? Impossible à déterminer.


« Voici ton cadeau. J’espère qu’il te plaira ! »


Solaris ferma la bouche et attendit sa réaction de sa cavalière. Elle posa ses mains sur ses genoux. Elle espérait du fond du cœur que ça allait plaire à Eva. Ses mains étaient déjà moites. Elle sourit plus pour se détendre elle-même que pour Eva. L’attente allait lui paraître longue. Très longue. Elle regarda les plats pour se changer les idées puis reporta son attention vers Eva. Elle était plus sereine et attendait qu’Eva ouvre la cadeau avec impatience. Elle bougea un peu sur son siège et se stabilisa. Il ne lui restait plus qu’à attendre. Elle respira un bon coup.

Reducio
Puis-je savoir ton code couleur? ^^ Ah, Ok, je ne sait pas ce qui c'est passé, sûrement les préfètes, mais d'accord pour ton code-couleur. :)

•remplaçante Finisseuse/Batteuse des Éclairs
🦅"Lorsqu'ils déploient leurs ailes, les Aigles vous ensorcellent !" 🦅
Code-couleur : Tomato
Un été, l'éclat d'un jardin est aussi féerique qu'un feu d'artifice!-Céline Blondeau

Table de E. Beaumont et S. Wiallsonew

*Ah, je n'ai pas si mauvaise mémoire, donc !* Eva se glorifiait intérieurement de s'être souvenu de Solaris, sans vraiment réaliser qu'elle avait complètement oublié ses réflexions sur l'indice donné par sa cavalière mystère qui avait sans aucun doute influencé sa pensée; tout à son trouble personnel, elle ne vit en rien celui de l'autre, et revint bien vite à ses petites craintes vis à vis de son cadeau. *Elle va trouver ça nul, c'est sûr, même si elle ne le dit pas...* Une pierre, après tout, et rien de plus. La contemplation d'une esthétique spontanée et naturelle pouvait tout à fait ne pas être au goût de Solaris, c'était du domaine du probable, n'est-ce pas ? Cette dernière eut une réaction très convenue, prenant comme Ea lui avait indiqué la pierre, elle fit des remerciements très bateau, mais qui donnèrent à la jeune fille une réelle sensation de chaleur. La crainte d'une déception clairement affichée était donc écartée. Restait celle de sa réception à elle.

*C'est pas le moment de laisser passer une bourde, allez...* Ce qui inquiétait le plus la petite Serdaigle face à sa cavalière, c'était, à défaut de subir un rejet ou une inadéquation fort désagréable, de la faire subir; ici cela lui serait vraiment pénible, pas de doutes. Elle avait choisi de participer à ce bal, de tenter de passer la soirée dans les meilleures conditions possibles, faire une voire des connaissances; mais connaissant sa propre personne, justement, elle craignait de se laisser à ses penchants délétères en la matière. Eva se savait capable d'être, sans forcer, avec une facilité presque grisante, ouvertement méprisante et blessante, sans que parfois elle ne le désire. Mieux valait redoubler de prudence, en effet. Prudence qui ici prenait la forme d'un stress qui la raidissait. Elle se tordit quelques instants les mains sous la table *ressaisis toi, allez !*.

Elle regarda Solaris poser le cadeau récemment fait en plein milieu de son assiette, ce qui lui donna envie de sourire; se permettant d'observer le visage de sa cavalière plus en détails alors que celle-ci se penchait pour, sans doute, lui rendre la pareille, Eva se sentit un peu plus rassurée; elle avait l'air soit de très bien jouer la comédie, soit d'être réellement contente du cadeau reçu. La petite blonde détourna cependant les yeux quand la brune se redressa, et lui tendit un petit paquet, se concentrant dessus, répondant distraitement à Solaris.

- Oh, euh... Merci beaucoup !

Le paquet, de petite taille, était sphérique. Un emballage aux couleurs festives, ainsi qu'un jolie petit ruban bleu, qu'Eva pris entre le bout de ses doigts, soulevant le cadeau par le nœud, sans le défaire de suite. L'envie de jouer à un petit jeu avec elle-même, de tenter de deviner ce qu'il pouvait contenir, la prenait, oubliant un peu tout le reste. Elle soupesa l'objet caché par le papier-cadeau dans sa main. Il n'était pas fort léger, pas lourd non plus, la jeune fille écarta la possibilité de quelque chose de métallique ou de verre, ou alors fort creux. Pressant la chose dans sa main, entendant le papier crisser légèrement, Eva crut percevoir une certaine souplesse, mais difficile d'être sûre, à cause de l'emballage toujours présent. *Oh et puis zut* Vite lassée, elle reposa son cadeau sur la table, le maintint d'une main pour qu'il ne roule pas, défit d'un geste preste le ruban de l'autre, avant de déplier le papier en prenant machinalement le soin de ne pas le déchirer.

Restant quelques instants muettes devant l'objet ainsi dévoilé, elle cligna quelques fois des yeux avant de le prendre et le porter à hauteur de yeux pour apprécier pleinement ce qu'il était. Une boule transparente, d'une matière indéfinissable, emprisonnant un éclat cristallin enfermant lui-même un trèfle à quatre feuilles. Alors qu'Eva, soufflée par l'aspect magique si époustouflant encore à ses yeux, le fut plus encore lorsque des petites bulles aux couleurs irisées se formèrent à l'intérieur. *C'est vraiment...* La jeune fille s'ébroua, et repris, à haute voix cette fois, à l'adresse de Solaris.

- C'est un magnifique petit objet, vraiment. Il faudra que je l'étudie plus en détails plus tard. Mais d'abord...

Se forçant à aller chercher le regard de sa cavalière, Eva pris une inspiration. Tentant de fuir la gêne disproportionnée qui l'envahissait, elle cherchait à entamer une discussion plus neutre; elle sauta sur le premier sujet qui lui vint.

- Dans ton indice tu disais occuper un poste en rapport avec la plume. Tu pourrais m'en dire plus ?


Reducio
Grâce à Ms Peters la chose est faite dans les pots précédents; mais donc ! pour répondre à ta question, ma couleur est à présent : #9000ff ^^

Code couleur : #9000ff

Table de E. Beaumont et S. Wiallsonew

Solaris remua sur sa chaise. Eva la remercia. Bizarrement, elle évitait le regard de Solaris, comme si elle se sentait gênée. Pourtant, Solaris n’avait rien fait pour obtenir ça. Peut-être qu’Eva était comme ça de nature. Solaris mit de côté ses pensées sombres. Revenant sur le présent, Solaris réalisa qu’Eva était en train de soulever le cadeau. Par le nœud. Elle le leva délicatement, sans défaire le ruban. Eva parut réfléchir. Enfin, elle posa l’objet dans sa main et fit mine de la soupeser. Elle essayait sûrement de deviner ce qui se cachait à l’intérieur. Solaris sourit intérieurement, pensant qu’Eva aurait du mal à trouver ce que cachait le papier-cadeau. L’emballage crissa légèrement sous les doigts d’Eva. Apparemment lassée de ce petit jeu, Eva reposa le paquet dans son assiette. Elle commença par défaire le ruban, qui s’étala de tout son long dans son assiette. Puis, elle défit l’emballage, en planquant l’objet pour ne pas le laisser s’achaper. Solaris nota qu’elle prenait du temps à ne pas le déchirer. La deuxième année avait sûrement été moins délicate en ouvrant son propre cadeau. L’objet apparu d’abord qu’un peu, ne montrant que le bout de son nez. Puis, le papier tomba, le révélant entièrement. Le cadeau resta un moment à découvert. Eva l’observait sans réactions. Solaris eut peur que ça ne lui plaise pas. Il y avait de grandes chances à ça. La boule au ventre, elle regarda la suite des évènements.

A l’intérieur de la boule rebondissante et transparente, le trèfle cracha ses trois premières bulles. Eva parut impressionnée. Même Solaris, qui avait assisté à cet évènement an fût captivée. C’était si beau…Du moins, pour elle. Pour Eva, c’était peut-être différent. Solaris suivit des yeux les trois bulles avant qu’elles ne disparaissent, remplacée pas trois autres. Et elle se retrouva une nouvelle fois plongée dans le néant de son esprit. Solaris cligna des yeux et s’arracha à ça contemplation. Elle avait mieux à faire. Elle venait de se souvenir qu’elle avait oublié de préciser à Eva que son cadeau rebondissait.


« La boule rebondit avec des grands sauts ou pas, selon tes envies. »


Petit détail futile, certes, mais Solaris voulait qu’Eva soit au courant. Avec un peu de chance, son cadeau lui plairait plus si elle savait ce genre de détail. Solaris avait une autre information au sujet de la boule. Mais elle décida de la garder pour elle, cette fois-ci. C’était une information scientifique, que Solaris avait découvert elle-même. Le Crystal qui emprisonnait le trèfle à quatre feuilles purifiait l’air à l’intérieur de la boule au fil du temps. Si le trèfle n’était pas momifié, ça l’aurait permis de rester vert quelques jours. Solaris n’était pas sûre de ce dernier point, c’était une supposition. Elle faillit faire part de sa découverte à Eva, mais se ravisa, de peur d’ennuyer sa camarade.

Eva s’ébroua un peu avant de parler.


- C'est un magnifique petit objet, vraiment. Il faudra que je l'étudie plus en détails plus tard. Mais d'abord...

Eva marqua un temps de pause. Solaris eût la désagréable impression qu’Eva était gênée, et qu’elle fuyait son regard. Et quand elle le croisa, ce fût à contrecœur. Si ça blessa Solaris, elle n’en laissa rien paraitre. peut-être qu'elle se faisait des idées...Eva était sûrement simplement timide. Solaris se détandit et sourit. Eva prit une inspiration. Elle hésitait, semblant passer d’une idée à l’autre. Finalement, elle se lança. Et elle posa une question à Solaris en ouvrant la bouche.


- Dans ton indice tu disais occuper un poste en rapport avec la plume. Tu pourrais m'en dire plus ?

Oh ! Solaris fût légèrement étonnée de cette question. Elle pensait avoir donné suffisamment d’indice pour que sa cavalière comprenne de quoi elle parlait. Ca la déstabilisa un peu, mais elle se reprit. Peut-être qu’Eva ne connaissait pas encore l’existence du poste qu’elle occupait. Après tout, Eva était en première année…Solaris sortit de son esprit et chassa ses pensées. Ca faisait un petit bout de temps qu’elle occupait ce poste. Avec ses camarades de journalismes, elles étaient en train de rédiger le prochain journal. Solaris aimait écrire, c’est pourquoi elle avait choisi d’intégré l’Espi’Aigle. Et elle en était fière. Quand à ce qui concernait son poste…Elle réfléchit un instant à comment elle pourrait présenter son poste en trois mots à Eva.

« Eh bien…J’entendais par-là que je suis Rédactrice en Chef. »

Solaris termina sa phrase par un petit sourire. Maintenant, qu’est-ce qu’elle pouvait dire pour relancer la conversation ? Elle n’en avait aucune idée. Dans son indice, Eva n’avait laissé que peu d’information sur elle-même, ce qui laissait à Solaris que peu de possibilité de question. Tous les postes étant déjà occupés, elle ne pouvait demander à Eva si elle en occupait un alors qu’elle savait pertinemment qu’elle ne pouvait pas en avoir un. Par contre, peut-être convoiterait-elle un poste…Solaris repoussa l’idée de lui demander si c’était le cas, trouvant cela trop personnel. Mais alors, elle n’avait pas d’idée plus que celle-ci. Elle se sentait coincée. Le temps lui filait entre les doigts, sans qu’elle n’ait toujours rien trouvé. Puis elle se souvint qu’elle commençait à avoir faim. Elle décida d’orienter la conversation sur le choix du Menu. Elle s'empara du Menu le plus proche.

«On pourrait commencer à choisir le repas? Je commence à avoir faim, pas toi? »

Solaris se tut. Elle attendait l’approbation de sa camarde pour commencer à commander et choisir. Puis elle se rendit compte que son cadeau était encore dans son assiette. D’un geste vif, elle l’ôta et le posa juste à côte, ainsi, elle le voyait toujours très bien. Elle se redressa et attendit la réponse de sa cavalière.

•remplaçante Finisseuse/Batteuse des Éclairs
🦅"Lorsqu'ils déploient leurs ailes, les Aigles vous ensorcellent !" 🦅
Code-couleur : Tomato
Un été, l'éclat d'un jardin est aussi féerique qu'un feu d'artifice!-Céline Blondeau

Table de E. Beaumont et S. Wiallsonew

Fort étonnant pour Eva, elle ne s'attendait pas à cette réponse. Elle avait une vague connaissance de l'existence d'un journal des Serdaigles *son nom est un drôle de jeu de mot je crois* mais elle n'en avait jamais eu un sous la mains, et ne s'était jamais plus renseigné sur le sujet. Elle ne s'était, à dire vrai, pas renseignée sur grand-chose, en ce qui concernait la vie de sa Maison, tout ce qui pouvait toucher à l'aspect social de sa présence à Poudlard, même. Eut-elle été aussi sourde à ce qui se disait autour d'elle que d'ordinaire, jamais Eva n'aurait pris, n'aurait pu pendre la décision qui avait été la sienne; décision précisément motivée par cette situation. Un peu plus précisément, par une volonté de la changer. Si la jeune fille ne s'attendait, malgré sa brusque volonté de socialisation (bien plus mâtinée de gêne et de fébrilité qu'elle ne l'escomptait), pas à grand-chose, elle n'en fut que plus surprise. Totalement ignorante de qui faisait quoi à Serdaigle (mis à part pour la Directrice de Maison, la professeure Holloway, dont elle appréciait particulièrement le cours), avoir comme cavalière la Rédactrice en chef du journal *Espi'aigle, voilà !* lui fit un peu d'effet.

Solaris la rédactrice, cependant, ne s'étala pas sur le sujet, il était manifeste que pour elle les informations qu'Eva n'avait pas sur le sujet étaient plus ou moins des évidences pour une élève de sa Maison. Lorsque sa cavalière lui sourit, la petite blonde chassa une mèche qui commençait à lui aller dans les yeux, et y répondit, encore un peu timidement *je dois avoir l'air tellement idiote...*, commençant à former dans sa tête quelque chose à dire pour ne pas laisser un silence s'installer entre elles. Restait encore à faire dignement connaissance, après tout !
Solaris la devança, proposant de commander. Elles avaient complètement oubliés, en effet. Se rappelant de la promesse alléchante de la verrine, Eva savait déjà ce qu'elle allait prendre en entrée, et opina donc en souriant, laissant sa comparse voir ce qui lui plairait de manger. Afin de meubler un peu le temps que sa cavalière fasse son choix et jetant quelques coups d’œils autour, si un des elfes de maisons qui s'occupaient du service venait à passer, la jeune fille chercha ses mots quelques instants, puis se lança.


- Tu aimes bien écrire, donc ? Je trouve ça vraiment intéressant, même si je n'ai jamais lu le journal de notre Maison, malheureusement...


*Aïe, c'est peut-être mal dit...* Eva n'avait pas trop réfléchi, mais cela pouvait, malgré le sourire et son ton qui s'était fait un peu rieur, être pris d'une fâcheuse manière. Elle 'esquiva son inquiétude en regardant par dessus son épaule, guettant l'arrivée d'un des serveurs aux oreilles pointues. Lorsqu'un elfe passa non loin de leur table, elle se permit de l'appeler aussi fort qu'elle l'osa, faisant un petit signe de la main. Souriant, l'un d'eux, portant un grand (du moins entre ses mains) plateau argenté vide vint à leur table, et les deux Serdaigles purent lui communiquer ce qu'elles choisissaient en entrée. Puis la petite blonde continua sur sa lancée.

- Je suis vraiment curieuse de cette rédaction de Serdaigle. Tu es celle qui supervise le tout, si j'ai bien compris ? Qu'est-ce qui te plait dans ce "travail" ?

Attendant la réponse de Solaris, Eva se décida à débarrasser son assiette des papiers et rubans qui l'ornaient, et de ranger son cadeau (elle tenta brièvement de le faire tenir, imitant sa cavalière, sur la table à coté de son verre, mais ce fut sans succès, la boule roulait, évidemment). Prenant le joli emballage de celui-ci, elle le plia avec efficacité mais un peu de lenteur, puis roula autour du rectangle formé le ruban bleu, fit un noeud rapide, et mis le tout dans le sac à ses pieds, avant de faire de même avec le bibelot magique. Tout en faisant cela, elle regardait par intermittence celle assise en face d'elle, afin de ne pas l'ignorer, et restait attentive à ce qu'elle pouvait dire.



Code couleur : #9000ff

Table de E. Beaumont et S. Wiallsonew

Eva eût l’air vagement étonnée quand Solaris lui appris qu’elle était Rédactrice en Chef. Sans doute ne connaissait-elle pas le Journal de Serdaigle, ou alors que très peu. Mais ce qui lui fit le plus d’effet, devina Solaris, était de savoir qu’elle était Rédactrice-en-Chef. Eh oui ! Solaris pouffa intérieurement. Elle-même aurait été surprise d’apprendre cela. Eva avait peut-être envie d’en apprendre plus. Solaris n’avait pas étaler le sujet, pensant que ça n’interrèserait pas sa cavalière. Elle s’était peut-être trompée…Eva avait l’air intérressée. Si elle insistait, Solaris lui décrirait volontiers son travail. Et puis, qui sait, peut-être que Eva aurait envie de prendre part au Job de Journaliste. Ce serait fort intérressant.

Eva réfléchit à ca qu’elle pourrait dire. Solaris la devança en proposant de comander. Elle se rendit compte qu’elle avait encore le Menu dans sa main. Eva opina en souriant pour le faite de commander. Solaris la gratifia d’un « Super ! » enthousiate. Elle ouvrit en grand le Menu. Elle n’avait pas encore choisit. Eva, elle, avait manifestement déjà pré-destiné son entrée. Solaris parcouru la carte du regard. Il y avait du foie gras ou des Verrines de Noël. Bien que les Verrines soient plus sofistiquées,Solaris avait un goût prononcé pour le Foie Gras. Alors, elle choisit ce met. De plus, elle préférait de loin ça à la Verrine, qui lui laissait un mauvais souvenir depuis la dernière fois où elle en avait goûté. Solaris posa délicatement la carte où était sa place, au centre de la Table, avec le deuxième Menu. Elle vit qu’Eva jetait des regards de tous les côtés, guettant sûrement l’arrivé d’un elfe de Maison. Elle arrêta son mouvement pour réfléchir. Mais réfléchir de quoi ?

-Tu aimes bien écrire, donc ? Je trouve ça vraiment intérressant, même si je n’ai jamais lu le journal de notre Maison, malheureusement…

Sa phrase contrastait vraiment avec le faite qu’elle parlait d’un ton un peu rieure. Pourtant, ça n’avait rien de drôle. C’était peut-être un abitude. Enfin, Solaris ne s’en inquiétait pas trop, chacun faisait ce qu’il voulait. Elle sourit amicalement, voyant qu’Eva avait l’air inquiète. Cette dernière jeta un coup d’œil derrière son épaule. Et elle appela, semblait-il un lfe de Maison, en faisant un petit signe de la main. Solaris se mordit la lèvre, un peu honteuse de ne pas s’être préocupée de ça. Le petit elfe, souriant, arriva, un plateau d’argent dans la main. Les deux filles lui communiquèrent leurs choix. Eva prenait une Verrine, Solaris du Foie Gras. C’est alors que Solaris se rendit compte qu’elle n’avait pas répondu à sa question. Elle rougit un peu. Elle s’apprétait à répondre quand Eva la devança.

-Je suis vraiment curieuse de cette rédaction de Serdaigle. Tu es celle qui supervise tout, si j’ai bien compris ? Qu’est-ce qui te plaît dans ce "travail" ?

Après avoir parlé, Eva decida d’enlever les rubans et le papier cadeau de son assiette. Elle plia le papier-cadeau, délicatement. Puis, elle ramassa le ruban et fit un neud rapide pour attacher l’emballage. Elle essaya aussi de mettre sa boule à côté de son verre, mais la boule roulait. Se résignant, elle rangea le tout dans son sac. Elle jetait entre-temps quelques regards à Solaris, sans-doute pour ne pas zapper ce qu’elle pourrait dire.
Solaris se permit de réfléchir deux minutes à ce qu’elle allait dire avant de parler.


« Oui, j’aime beaucoup écrire ! C’est aussi ce qui m’a décidé à postuler pour Journaliste. Ensuite, on m’a proposé Rédactrice en Chef, et j’ai accepté. Oui, je gère le Journal, c’est moi qui fait les titres, ect. Ce qui me plaît, c’est déjà écrire, ensuite le travail de coopération, et surtout la fierté de voir le Journal entre mes mains. Dans les deux sens »

Solaris ferma la bouche. Elle espérait qu’Eva avait comprit ce qu’elle entendait par « Dans les deux sens ». Enfin bon, elle comprendrait sûrement. C’est ce moment précis que choisit l’elfe de Maison pour servir. Solaris le remercia. Maintenant, elle devait attendre la réponse d’Eva. Ce ne serait pas bien long. Par ailleurs, elle n’osait pas se servir sans sa réponse. Ainsi donc, elle regarda Eva, un léger sourire sur les lèvres, attendant sa réponse.

•remplaçante Finisseuse/Batteuse des Éclairs
🦅"Lorsqu'ils déploient leurs ailes, les Aigles vous ensorcellent !" 🦅
Code-couleur : Tomato
Un été, l'éclat d'un jardin est aussi féerique qu'un feu d'artifice!-Céline Blondeau

Table de E. Beaumont et S. Wiallsonew

*Intéressant, vraiment...* Tout ce qu'évoquait Solaris éveillait la curiosité d'Eva. La jeune Rédactrice avait les yeux brillants en parlant, manifestement convaincue et satisfaite, et cela colorait, aux yeux de sa blonde cavalière, le tout d'un charme particulier. L'idée d'un journal des Serdaigle paraissait un peu kitsch, à ses yeux (elle aurait eu du mal à employer ce mot cependant), mais cela ne diminuait en rien l'aspect intriguant de la chose. Eva n'aimait pas écrire, mais elle aimait observer quelqu'un parler de ce qu'il aimait, tant que cela n'était pas trop loin de ce qu'elle aimait elle; observer ainsi la passion d'une autre s'exprimer par les mots lui était très plaisant. Elle se laissait aller à sourire bien plus naturellement, se détendait progressivement. Cette satisfaction assumée à commander et diriger l'amusait, surtout. Elle se permit même de l'exprimer.

- Je vois ! Et ce n'est pas éprouvant pour toi, d'avoir à commander, d'avoir le poids des responsabilités ?

Réfléchissant rapidement, Eva élaborait sa pensée quelques secondes avant de la communiquer. Sa gêne des premiers moments s'évaporait rapidement, à mesure qu'elle se sentait plus à l'aise. Elle en oubliait l'intimidant du lieu et du moment, les mèches qui ne se mettaient pas exactement comme elle l'aurait voulu dans sa coiffure, l'écrasante présence des lieux tout autour d'elle, la foule d'inconnus qui y était disséminée, s'installant dans une petite bulle de confort à sa table, leur table, plutôt. Eva ne connaissait pas *encore* Solaris, mais de ce qu'elle pouvait percevoir, c'était tout naturellement qu'elle lui accordait cette confiance. Elle continua sur sa lancée.

- Parce que c'est vraiment le premier point qui me vient en tête, les responsabilités. C'est possible que je me trompe dans mon appréciation, mais ce n'est pas rien, tout de même, ne serait-ce que par rapport à ton estime personnelle. Tu as quelque chose en main, mais si c'est médiocre, ce sont tes mains qui en sont entachées. Pas que ce soit la seule chose qui compte ou que ce soit probable d'arriver, bien sûr ! Du moins je ne pense pas. Mais c'est un problème que je vois de suite. Qu'en dis-tu ?

Eva se laissait un brin emporter dans son discours. Elle ne parlait pas particulièrement vite, et s'était mise à faire très spontanément de petits gestes avec sa main, appuyant ses mots ainsi. La jeune fille insistait sur un point qui n'était qu'un commencement à ses yeux, mais en effet un commencement de taille. S'identifiant très spontanément, c'était bel et bien la première chose qui lui venait à l'esprit. La petite blonde négligeait cependant un peu le fait que sa cavalière n'était pas dans sa tête. Elle se laissait simplement aller à ce qui lui venait. Il y avait, également, et cela la jeune fille n'aurait pu le nier, bien qu'elle ne le conscientisait nullement sur l'instant, quelque chose de très naïf dans ses réaction, au sens premier. Elle n'avait que très peu eu de telles occasions de discussions avec des filles de son âge, et son enthousiasme en était redoublé.

Décidément très rapides, un elfe vint vers elles, discret mais efficace, et déposa sur la table leurs entrées. Eva pris la peine de remercier chaleureusement le serveur, lui offrant son plus beau sourire et jetant un oeil à la splendeur de ce qui serait le début de son repas, avant de concentrer de nouveau toute son attention sur Solaris.


Code couleur : #9000ff

Table de E. Beaumont et S. Wiallsonew

Solaris se rendit compte qu’elle avait parlé avec une lueur dans les yeux. Décidément, elle ne se rendait pas compte à quel point elle aimait écrire. Eva semblait avoir remarqué ce léger détail. Solaris rougit. Elle avait espéré ne pas trop se lâcher. Enfin, sa cavalière n’avait pas l’air ennuyée. Elle jeta un coup d’œil sur son assiette, comme pour se distraire ou même pour s’éviter. Le foie Gras était magnifiquement bien présenté. Il était sur des tartines de pain grillées, bien étalé. Il y en avait trois petites. Elles étaient misent de façon à former un triangle. En tournant le regard, Solaris vit qu’il restait encore de du papier cadeau. Elle s’empressa d’enlever le reste. Elle les plia soigneusement avant de fourrer le tout dans son petit sac. Enfin, elle concentra toute son attention sur sa camarade. Cette dernière semblait vouloir commencer à parler. Solaris écouta attentivement.

- Je vois ! Et ce n'est pas éprouvant pour toi, d'avoir à commander, d'avoir le poids des responsabilités ?

Eva semblait vraiment décidée à parler de ce sujet. Solaris eût un instant de surprise avant de se ressaisir. Evidemment, Eva ne voyait pas les choses comme Solaris les voyaient, elle n’était pas dans sa tête, non plus. Chassant ses pensées, Solaris regarda Eva. Elle semblait se détendre un peu plus au fur et à mesure que les minutes passaient. Pour Solaris, c’était exactement pareil. Elle s’agita une fois de plus sur sa chaise, ne tenant plus à regarder les autres autour d’elle. Tout le monde était en pleine conversation. Certain commençaient même déjà à danser. Elle reporta son attention sur Eva. Elle ne voulait surtout pas que cette dernière pense qu’elle fuyait son regard. Eva, lancée plus que jamais, décida de prendre la suite, d'un ton détaché.

- Parce que c'est vraiment le premier point qui me vient en tête, les responsabilités. C'est possible que je me trompe dans mon appréciation, mais ce n'est pas rien, tout de même, ne serait-ce que par rapport à ton estime personnelle. Tu as quelque chose en main, mais si c'est médiocre, ce sont tes mains qui en sont entachées. Pas que ce soit la seule chose qui compte ou que ce soit probable d'arriver, bien sûr ! Du moins je ne pense pas. Mais c'est un problème que je vois de suite. Qu'en dis-tu ?

Eva faisait de petits gestes, comme pour appuyer ses propos. Ou bien étais-ce une petite manie…Enfin, Solaris n’allait quand même pas s’imaginer des choses. Maintenant, c’était à elle de parler. Le sujet était lancé. Non que cela ne lui déplaise, au contraire. Mais elle ne voulait pas faire croire à Eva qu’elle aimait parler d’elle. Pire, qu’Eva croit qu’elle était narcissique. Solaris se faisait sûrement des idées. De plus, c’était Eva qui posait des questions, alors il n’y avait aucune raison de douter. Solaris prépara mentalement sa phrase dans sa tête. Puis elle se décida enfin à parler.

« Oh non, les responsabilités ne sont pas du tout gênantes ! Je les prends très au sérieux. Ce n’est pas spécialement moi sur qui ça retombe. En général, nos lecteurs considèrent que c’est le travail de toute la rédaction, pas du Rédacteur en Chef seulement. Et, jusque-là, on a eût que de bonnes critiques. Mes mains sont parfaitement propres ! »

Solaris avait bouclé sa phrase en plaisantent. Elle espérait qu’ Eva aimait l’Humour. Du moins, un tout petit peu. Juste pour que Solaris ne passe pas pour une bête. Elle aimait l’humour, certes, mais elle espérait que ce soit réciproque pour sa camarade. Eva avait beaucoup de vocabulaire. Enfin, ça n’avait rien à voir…Toutes des pensées comme celle-ci se bousculait dans sa tête, l’une poussant l’autre. Solaris décida de ne plus y prêter attention. Elle se reconcentra sur sa cavalière et sur son assiette. Elle prit une de ses tartines et commença à manger. C’était délicieux. Tout comme, elle le pensait, les verrines. Solaris pris soins de ne mettre des miettes que dans son assiette. Elle reposa sa tartine à demi-mangée pour se écouter la réponse d’Eva. En même temps, elle s’essuya la bouche, comme quelqu’un de civilisé.

•remplaçante Finisseuse/Batteuse des Éclairs
🦅"Lorsqu'ils déploient leurs ailes, les Aigles vous ensorcellent !" 🦅
Code-couleur : Tomato
Un été, l'éclat d'un jardin est aussi féerique qu'un feu d'artifice!-Céline Blondeau