Salle de bal

Inscription
Connexion
  Retour

Table de O. Flynch et K. Loewy

« Poudlard n'est pas un hôtel. Vous pouvez bien vous déplacer pour lui rendre visite. »

C'était la réponse qu'Owen venait d'essuyer. Bien entendu, il ne s'attendait pas franchement à autre chose de la part de la directrice, il savait pertinemment qu'elle dirait non, mais il aurait au moins essayé. * Bougresse * pensa-t-il pour lui-même alors qu'il plongeait sa cuillère dans l'entrée qu'il venait de recevoir par un Elfe, qu'il avait remercié d'un signe de tête. Owen ne pouvait bien entendu pas expliquer à son employeur qu'il n'était plus vraiment la bienvenue au Pays de Galles pour les quelques expérimentations qu'il avait fait et qui lui avait causé quelques soucis avec quelques personnes qu'il ne faudrait pas qu'il croise à nouveau pour son bien personnel, mais qu'à cela ne tienne, il ne releva pas vraiment la réponse négative et continua de manger son entrée, afin de calmer ses idées et de réfléchir à un autre sujet de conversation. Son ami lui manquait par moment, parce que, à Poudlard, la seule chose qui lui manquait, c'était bien entendu de la compagnie. Le jeune professeur n'était pas un homme facile, et il n'appréciait pas la compagnie de tout le monde et même, à cet instant, la compagnie de sa cavalière commençait à lui peser, alors même qu'il passait une bonne soirée. Ce n'était décemment pas à cause d'un refus, non, bien entendu, mais Owen était casanier, il fallait le savoir. Il ne pouvait cependant pas laisser la directrice ainsi, elle le prendrait très mal, assurément. Il déposa sa cuillère et remercia tout de même sa cavalière :

« Je comprends. J'aurais au moins essayé, vous ne pourrez pas m'enlevez cela. Ce n'est pas grave », dit-il d'un ton sec, quelque peu agacé tout de même, une visite n'était pas franchement la mer à boire.

Il termina son entrée dans le plus grand calme, tout comme l'atmosphère l'était. Seul subsistait les mélodieuses musiques que l'on pouvait entendre, les rires de certains élèves et les pas de danse des couples qui se formaient tout au long de la soirée. Une fois son entrée fini, Owen s'essuya la bouche tel un gentleman et décida qu'il ne se comporterait plus comme tel avec la directrice. Non pas par rancune non, mais parce qu'il savait que s’il faisait cela, il ne pourrait s'empêcher de lancer quelques remarques désobligeantes, comme son caractère le lui impose parfois. Il déposa ses couverts dans son assiette et attendit qu'un Elfe vienne débarrasser le premier plat, sans rajouter mot. C'était tendu, et Owen regrettai presque d'avoir convié sa directrice pour passer la soirée. Discrètement, il jeta un coup d'œil à l'objet magique qu'on lui avait offert, et il vit que la feuille prenait la forme d'une boule toute froissée, et toute noire. * Intéressant * songea Owen, alors que lui ne pensait pas du tout être dans cet état d'esprit.


Finalement, au bout de plusieurs minutes, un Elfe vint débarrasser, et Owen en profita pour annoncer son choix de dessert, bien que ce n'était pas encore le moment de le faire. Suite à quoi, son tempérament impulsif reprit le dessus, et il croisa les bras, sûr de lui, puisqu'il n'avait plus vraiment rien à perdre, et enchaîna :

« Je suppose donc que je peux oublier mes plans pour inviter un de mes anciens professeurs de l'école où j'ai tout appris sur les Animagus, je me trompe ? Je ne voudrais pas causer d'incident diplomatique. »

Cinglant, comme il le voulait. En même temps Owen n'avait pas apprécié la réponse de la directrice, mais en même temps, il pouvait la comprendre. C'était simplement la référence à un hôtel qui ne lui plaisait pas, car ce n'était décemment pas là son but. Il voulait simplement montrer à son vieil ami où son parcours l'avait amené et il demandait simplement l'hébergement pour ce dernier, du reste, une simple visite et l'on n'en parlait plus. Mais puisqu'il avait essuyé un refus, il en profita pour demander si son programme devait être revu, en fonction des interdictions de sa majesté. * Sûrement * pensa-t-il en décroisant ses bras. Il n'avait pas le regard défiant, mais il attendait tout de même une réponse.

Table de O. Flynch et K. Loewy

Kristen avait de plus en plus l’impression de se trouver face à un enfant. Cela devait être une mode de professeurs de métamorphose, après Miles l’année dernière… Il avait l’air vexé que maman ait dit non pour inviter un copain à la maison, et le faisait bien ressentir. Sa dernière réplique fit monter Kristen et elle se sentait chauffer intérieurement. Elle adressait au professeur de métamorphose un sourire crispé et clignait des yeux rapidement en respirant un peu plus fort que la normale, ce qui était autant de signes physiques montrant qu’elle se sentait très légèrement agacée.

Il avait croisé les bras et parlé avec un air fier, et il aurait même pu rajouter un petit « nananère » derrière ou bien un « cheh ! » en faisant glisser son pouce sous son menton. Un pied de nez aussi, pourquoi pas, pour compléter le tableau ?

Kristen prit le temps de finir sa verrine pour calmer son agacement. Finalement, elle se leva lentement et calmement, prenant appui de ses deux mains sur la table. Elle avait les yeux mi-clos et une expression neutre. Aussi calmement qu’elle s’était levée, elle déclara :

« Bien, professeur Flynch. Je ne pensais pas avoir à passer la soirée avec un adolescent, aussi vais-je retourner travailler. »

Certes, Kristen était généralement quelqu’un de poli et respectueux des convenances. D’ailleurs, elle avait annoncé son congé prochain de façon très posée, d’une voix étonnement douce. Mais elle ne pouvait pas rester, elle avait mieux à faire, après tout. Elle ramassa ses affaires très dignement et par réflexe, rangea correctement ses verrines et ses couverts sur la table, facilitant le travail des elfes.

« Si vous avez besoin de faire venir un intervenant pour un cours, vous pourrez venir retirer le formulaire à remplir dans mon bureau. »

Elle s’inclina légèrement, baissant la tête et pliant les genoux.

« Bonne soirée. »

Et puis elle se retourna. Elle marcha toujours très dignement vers la sortie et se dit qu’elle aurait préféré passer cette soirée ailleurs. Avec son amie, dans l’idéal, mais même une pile de documents à signer aurait été de meilleure compagnie – et lui aurait évité la perte de temps. Kristen n’était pas du genre à s’imposer quoi que ce soit qui puisse lui être trop désagréable (surtout lorsqu’il s’agissait d’interactions sociales), à moins qu’il n’y ait d’intérêt réel, que ce soit un sacrifice nécessaire pour un gain plus grand ; alors, dans le cas présent, partir avait été pour elle une évidence. Elle ne prit pas la peine de remarquer les regards des élèves qui l'observaient avec un air curieux.

« Doch, Ich werde es tun. »

Table de O. Flynch et K. Loewy

Owen n'aurait jamais pu imaginer, même dans tous les scénarios qui s'étaient joués dans sa tête, ce qu'il s'était passé juste après sa petite incartade. Finalement, la directrice avait mis un punch gauche, un punch droite, un uppercut et l'avait mis KO, si bien qu'Owen était au fond de ses chaussettes et qu'il n'était pas prêt d'en ressortir. Malheureusement pour lui, miss Loewy n'était pas une femme avec qui l'on pouvait jouer avec le feu sans se brûler, et cette dernière le lui avait bien fait comprendre. Elle s'était justifiée, et avait tout de même en parti raison, Owen ne pouvait pas lui enlever ça. Cependant, ce dernier ne rechignait pas son comportement, et fier comme un paon, adressa simplement un geste de la main, qui voulait dire bien des choses. Il observa cette femme qui avait été sa cavalière pour un temps, et dû reconnaître que même dans cette situation, elle conservait sa beauté et son élégance. Il observa du coin de l'œil cette femme hautaine et très peu patiente, et se retrouva rapidement seul, assis à sa table, en compagnie de sa petite feuille de papier, qui prenait des formes pour le moins étrange. Owen regardait autour de lui, et vit quelques regards curieux de voir ce qu'il se passait, et le professeur sourit de toutes ses dents.

« Quelle soirée, décidément, les femmes et leur caractère ... »
pensa Owen à haute voix et pour lui-même

Il continua donc sa soirée, il n'avait que faire de la passer seul pour le restant de la soirée. Il termina son repas - il eut d'ailleurs les parts de cette chère directrice - et s'excusa auprès des Elfes pour avoir préparé des plats qui ne seraient pas tout à fait terminés. Owen passa tout de même une bonne fin de soirée, puisqu'il avait pu échafauder des plans, réfléchir à certaines choses qui lui tenait à cœur, et profiter d'un bon repas en plus de tout cela. Il n'avait pas vraiment grand monde pour lui faire la conversation, le pauvre n'avait pas une très bonne réputation à Poudlard, disons qu'il n'était pas vu comme amical et joyeux. C'était pourtant mal connaître ce jeune professeur, qui savait l'être, en présence de personne qu'il jugeait intéressante pour lui. Il profita donc des plats et du dessert, qu'il trouva succulent, et il remercia les Elfes pour lui avoir servi un si bon repas. Une fois qu'il eût terminé ce dernier, il joua un petit peu avec la décoration de la table, et commençait vraiment à s'ennuyer. Cependant, Owen ne voulait décemment pas terminer sa soirée sur une note solitaire et triste, comme il en avait l'air de loin. Il se leva avec nonchalance, laissa sa veste sur le dossier de sa chaise, et se dirigea vers la piste de dance.

« On ne vit qu'une fois. Cela donnera de bons articles pour les journaux », se dit-il en souriant et en marchant vers la piste de dance

Et l'on découvrit un tout nouveau Owen, dansant tranquillement seul de son côté au rythme de la musique. Il faut dire que le jeune professeur trouvait tout cela très amusant, et il n'en s'en plaignait pas du tout. Beaucoup de regards étaient tourné vers lui, mais il se contentait de danser, et de profiter des quelques heures de soirée qu'il lui restait avant de retourner à sa routine habituelle. Parfois, il profitait de quelques pas de danse en compagnie d'élèves, parfois il se retirait lorsqu'il fallait danser en couple. Finalement, Owen était plus ridicule qu'autre chose, mais ce dernier s'en fichait complètement, l'avis des autres n'a jamais compté pour lui, ce n'était pas u problème. * Tiens mais je dois une danse à une certaine élève, si je me rappelle bien ! * se dit-il alors qu'il s'éloignait de la piste de danse en cherchant du coin de l'oeil cette même élève pour tenir sa promesse.
  Retour