Salle de bal

Inscription
Connexion

Table de S. Sadhan et T. Uynauge

Image

Cette table est réservée à Shanti Sadhan et Tyr Uynauge.

Au menu : Il vous est proposé comme entrée... du Foie gras, du Saumon fumé ou des Verrines de Noël (au choix).
Comme plat, vous pourrez savourer... une délicieuse Dinde de Noël, accompagnée de pommes de terre et d'haricots verts.
Comme dessert, vous aurez le choix entre... un Tiramisu, une Bûche de Noël ou une Mousse Framboise.

Passez une merveilleuse soirée !

Image



Sur le ciel de nos blessures je te peindrai un idéal,
Et si nous sommes cernés de murs, moi j'en ferai des cathédrales.

Table de S. Sadhan et T. Uynauge

Second bal de Noël pour Tyr. Bien des choses avaient changé depuis la dernière fois. Déjà, il avait grandi, en taille comme en âge. Pour ce qui est de la maturité, toutefois… il était plus ou moins resté le même enfant bizarre. Mais c’était une autre histoire. Il avait changé de cavalière. Et Shanti avait bien voulu – je crois même que le terme ‘’accordé l’honneur’’ serait plus juste – se présenter au bal accompagné du garçon. Deux Gryffondor valaient mieux qu’un. Lui attendait cette soirée avec impatience : elle signait le début de la nouvelle année, et avec elle, il l’espérait, des événements plus favorables que ceux qui s’étaient présentés à lui depuis septembre. Et puis, il allait enfin pouvoir penser à autre chose.

Pour ce soir, Tyr n’avait pas revêtu de robe de sorcier, comme l’année dernière. Il avait aussi changé ça. Certains de ses camarades avaient revêtu de beaux costumes de soirée, dont un petit nombre d’entre eux avec des emmanchures bien trop larges pour leurs propriétaires. Il semblait que certains élèves avaient été obligés de demander des tenues de secours à leurs aînés ou leurs parents… Le Gryffon avait opté pour une simple chemise blanche aux manches retroussées, un pantalon noir ainsi qu’une cravate sombre.

Le garçon avait quitté ses dortoirs assez tardivement et approchait à présent à proximité de la salle de la salle de bal. Il n’avait pas vu Shanti dans les couloirs, et espérait de tout son cœur ne pas être en retard. L’angoisse s’amplifia lorsque le Gryffon vit que les portes étaient grandes ouvertes et que l’endroit était presque noir de monde. Il jeta un coup d’œil rapide à sa montre : il était bien à l’heure. Soulagé, il entra dans la salle.

Il ne tarda pas à repérer la table qui leur avait été attribuée. Déserte, comme le chemin entre la salle de bal et le dortoir des Gryffondor. C’est alors qu’il entendit, au milieu de tous les bruits de pas, de la musique et des discussions, son prénom. Il se retourna.

C’était Shanti.


Reducio
La tenue de Tyr
Image

Maïka Cooper : « La question c'est pas de garder Gryffondor pour sauver Poudlard, mais de virer Serpentard pour ne pas avoir à sauver Poudlard.»
Pas d’avatar
Shanti Sadhan  

Table de S. Sadhan et T. Uynauge

Shanti se regarda avec satisfaction dans le miroir. Au dernier bal, elle portait des vêtements indiens et avait décidé de changer, cette année-ci. Ainsi, elle portait une magnifique robe a dentelle pourpre, des ballerines, un bracelet et une montre rose pastel ainsi qu’un collier en or blanc, avec pour pendentif un cœur. Elle se tourna vers les autres filles, distraitement. Beaucoup d’entre elles s’étaient préparées ensemble, tout en papotant et Shanti était même allée donner un coup de main aux plus jeunes. Elle n’était pas vraiment fan de toutes ces choses purement féminines mais s’était dite qu’elle pouvait bien faire un effort.

L'adolescente inspira profondément et ferma les yeux quelques secondes. Elle avait l'impression qu'un millier de sentiments se bousculaient en elle. Tout d'abord, l'excitation et la joie car elle était bien évidemment très heureuse et impatiente d'aller au bal. Mais il y avait aussi un immense stresse et une certaine appréhension qui la hantaient. Après tout, elle y allait avec Tyr et… Bien que leur relation soit purement amicale, elle ignorait pourquoi, mais… Elle appréciait beaucoup la compagnie de son ami. Bien sûr, il n’y avait rien d’extraordinaire à cela, elle appréciait aussi la compagnie de Laura, de Wendy et d’Antony mais… C’était diffèrent.

La jeune Sadhan se secoua. Il était temps. Elle inspira encore une fois profondément, attrapa le paquet posé sur son lit et quitta alors le dortoir.

Après quelques minutes de marche, elle gagna la Salle de Bal. Alors qu’elle descendait les dernières marches, elle aperçut son cavalier qui entrait. Il devait probablement la chercher. Elle pressa le pas et entra à son tour. Son ami semblant savoir ou aller, elle le suivait de loin, attendant de se rapprochez suffisamment pour l’interpeler. Elle arriva finalement juste derrière lui et d’un coup, il se retourna.

Son rythme cardiaque s’accéléra et elle sentit ses mains devenir moites, tout cela malgré elle. Elle sourit, enthousiaste, comme toujours, et s’exclama :


« Salut Tyr ! »

Ce fut alors qu’elle commença à détailler la tenue de son cavalier. Il portait une chemise blanche, un pantalon noir et bien que cette tenue soit relativement simple, elle lui allait très bien et le rendait très élégant. La jeune fille se demanda alors une chose qu’elle pensait ne jamais se demander : Est-ce qu’il la trouverait jolie ?


Reducio
Image

Image

Image

Table de S. Sadhan et T. Uynauge

Une soirée de décembre, en salle commune de Gryffondor. Tyr était allongé sur un canapé. La tête face à la vitre, il avait vue sur la grande fenêtre qui donnait sur l’extérieur, où les flocons de neige tombaient lentement dans le parc désert du château. La journée, très morne dans ses premières heures, s’était soudain enflammée lorsqu’un bal de Noël avait été annoncé. Chez les garçons, notamment – au détour du dortoir – les élèves avait parlé de cela plus d’une heure durant. Le préfet n’avait pas vraiment pris part au débat, car il avait déjà une idée bien arrêtée sur ce qu’il allait faire de ce bal – et surtout, avec qui il allait y aller.

« Encore en train de somnoler ? » dit une voix masculine derrière lui.

Il se retourna pour voir de qui il s’agissait, mais trop tard : le portrait de la Grosse Dame se refermait déjà.

*Bah ! * pensa-t-il.

C’est alors que son regard croisa celui de Shanti. Il se redressa et s’approcha d’elle.


« Shanti ? Je pourrais te… demander quelque chose ? »

_____


Il se rappelait la tenue de sa camarade de l’année dernière. Il l’avait trouvée magnifique – mais là, la Gryffondor s’était surpassée. La couleur de sa robe, notamment, arracha à Tyr un petit sourire. Mais surtout, il était sidéré par la manière dont ses cheveux avaient été coiffés. Alors que la plupart des mèches ondulaient, le Gryffon distingua ce qui semblait être une torsade qui parcourait l’arrière de son crâne, d’une tempe à l’autre. Il se passa la main dans les cheveux, un peu honteux de ne pas avoir aussi bien travaillé son aspect physique aussi bien que sa partenaire. Il leva les yeux et aperçut cette petite touffe qui rebiquait sur elle-même, qu’il n’avait jamais tenté de faire disparaître. Il essaya de l’aplatir tant bien que mal, mais sans succès.

Tyr se rapprocha de Shanti.

« Bonsoir Shanti ! Tu es…euh… époustouflante. Vraiment. C’est… une… très jolie tenue. »


Il se retint de rougir. Comme lorsqu’il lui avait demandé. Il n’arrivait pas à aligner les mots correctement, il était dans l’incapacité de faire une phrase normale. C’était le petit Tyr timide qui reprenait le dessus. Et le pire, dans tout cela, était qu’il pensait vraiment ce qu’il disait. Il manquait juste de moyens. Et d’un soupçon de self-control. Il l’invita à s’asseoir à table.

Heureusement pour lui, il trouva un moyen de passer à un autre sujet rapidement. Il sortit de sa poche un petit paquet, emballé dans un papier cadeau doré et avec un fil bolduc qui ceignait le pourtour. En vérité, Tyr avait demandé à un elfe de maison de réaliser l’emballage, car il avait eu peur de casser ce qui se trouvait à l’intérieur, à savoir, une petite bouteille d’encre invisible accompagnée de cinq plumes. Quatre en sucre, une véritable. Mais ce serait à elle de deviner lesquelles sont comestibles !


« Tiens, c’est pour toi ! » dit-il en lui tendant le paquetage.

Maïka Cooper : « La question c'est pas de garder Gryffondor pour sauver Poudlard, mais de virer Serpentard pour ne pas avoir à sauver Poudlard.»
Pas d’avatar
Shanti Sadhan  

Table de S. Sadhan et T. Uynauge

Tendue, c’était bien le mot qui caractérisait Shanti, en cette soirée. Elle avait travaillé toute la journée et n’attendait qu’une chose : pouvoir s’écrouler sur son lit. Alors qu’elle passait devant les toilettes des filles, un groupe de premières années en sortit. Malgré elle, elle ne put s’empêcher d’entre leur conversation et apprit alors qu’un bal avait été annonce, pour Noel. Nouvelle qui la surprit beaucoup. L’adolescente sentit une excitation nouvelle l’envahir. Elle ne savait pas encore avec qui elle irait mais elle était sure d’une chose : elle allait en profiter à fond ! Un sourire se plaqua sur son visage et elle pressa le pas. Elle devait le dire à Laura ! Alors qu’elle atteignait finalement sa salle commune, et qu’elle se dirigeait vers son dortoir, elle fut interpelée par Tyr. Apparemment, il avait quelque chose à lui demander.

« Salut Tyr. Eh bien, oui, vas-y… » bredouilla-t-elle, prise au dépourvue.

~*~

Le Gryffondor tentait de remettre ses cheveux en ordre et cela fit sourire Shanti. Il se rapprocha alors d’elle et lui dit :

« Bonsoir Shanti ! Tu es…euh… époustouflante. Vraiment. C’est… une… très jolie tenue. »

Shanti rougit comme jamais elle ne l’avait fait. Elle n’en espérait pas tant. En temps normal, ce genre de compliment ne l’atteignait pas spécialement, elle se contentait de remercier son interlocuteur avec un petit sourire. Après tout, ce genre de paroles était rarement sincère. C’était tout simplement la norme de complimenter une petite fille lorsqu’elle était bien habillée. Elle se retint de lever les yeux au ciel, a cette pensée. La Gryffondor répondit alors à son ami, de la manière la plus naturelle possible :

« Je te remercie. Tu es très élégant aussi. »

Merci Merlin, elle n’avait pas bégayé. Voilà un des avantages d’une éducation typiquement de bonne famille. Sa mère n’était peut-être pas une sorcière de pur-souche, contrairement à toute la famille Sadhan, mais sa famille était plutôt haut placée parmi les moldus. Elle avait donc reçu un enseignement qui ressemblait beaucoup à celle des familles de Sang-Pur et avec l’aide de sa belle-mère, Ashna Sadhan avait pu transmettre tout cela a sa fille. Ainsi, Shanti avait appris très tôt comme se comporter en public. Grace à cela, peu importe ce qu’elle ressentait, l’adolescente arrivait généralement à s’exprimer d’une manière précise et claire.

Tyr sortit alors un paquet et le lui tendit. Elle sourit.

« Merci. Voici ton cadeau. »

Elle lui tendit ledit paquet. Elle espérait qu’il aimerait. Après tout, elle avait passé une bonne partie de son weekend à chercher quoi lui offrir. La réponse s’était finalement imposée d’elle-même. Un jeu d’échec. Mais attention, pas n’importe quel genre de jeu d’échec. En effet, la jeune sorcière avait réussi à trouver un jeu d’échec sorcier aux couleurs de Gryffondor, rouge et or donc, et qui pouvait se replier sur lui-même autant de fois que son propriétaire le souhaitait.

« Tu veux qu’on les ouvre maintenant ? demanda-t-elle. Ou qu’on aille faire un tour a la tombola ? »

Table de S. Sadhan et T. Uynauge

« Salut Tyr. Eh bien, oui, vas-y…»

Il semblait l’avoir tiré d’une quelconque rêverie. Tyr devait être clair et bref s’il voulait maximiser ses chances d’obtenir ce qu’il voulait. Il inspira un grand coup. L’année précédente, c’était l’agence Cupidon qui avait fait tout le « sale » boulot. En réalité, demander à une fille de venir au bal de Noël avec soi-même dépasse les lois de la physique et de l’univers. Cette action répond à ses propres règles, qui sont parfois bien malheureuses pour celui qui se surprend à les transgresser. Et ce, même si vous connaissez bien la dite fille.

« Voilà, je…je voulais savoir si tu accepterais d’être… »

Silence. Tyr déglutit.

« Ma cavalière pour le bal. »

Il sentit une onde de chaleur parcourir son corps et remonter jusqu’à son visage, qui devait à présent avoir la teinte des canapés de la salle commune. Là, l’émotion était si forte qu’il n’accordait plus d’importance à la réponse en elle-même. Il avait juste besoin d’un oui ou d’un non


_____


Il paraîtrait donc que l’on peut être élégant lorsque l’une des pièces maîtresses de votre costume. En tout cas, c’est ce que Shanti venait de dire. Et on peut lui faire confiance. Toutefois, il restait une chose qui énervait le garçon. C’était l’assurance avec laquelle Shanti lui avait répondu. Lui devait paraître bien perdu à côté d’une demoiselle si confiante. Il arriverait bien à se reprendre durant la soirée, mais d’ici là…

Elle attrapa le petit paquet que lui tendait, et sortit à son tour le sien. Tyr procéda à l’échange – et non, il ne s’agit pas d’une quelconque référence à quelque chose que vous connaissez sûrement. Le garçon ne put s’empêcher de le soupeser et de secouer le poignet afin de deviner ce qui résidait à l’intérieur.

« Trouvé ! » dit-il avec un sourire, avant de prendre conscience que ce qu’il venait de faire était complètement puéril et impoli. L’idée que Shanti puisse faire de même avec l’encrier l’envahit pendant une seconde, avant de disparaître aussi vite. Elle était trop bien éduquée pour ça.

« Tu veux qu’on les ouvre maintenant ? Ou qu’on aille faire un tour a la tombola ? »

Il n’hésita pas une seconde.

« Les cadeaux peuvent attendre, la tombola, un peu moins. Allons-y ! »

Il déposa le paquet sur la table, et invita Shanti à se diriger avec lui vers le fameux stand, où déjà s’entassaient une masse d’élèves pressés de découvrir s’ils avaient gagné ou non.

Maïka Cooper : « La question c'est pas de garder Gryffondor pour sauver Poudlard, mais de virer Serpentard pour ne pas avoir à sauver Poudlard.»
Pas d’avatar
Shanti Sadhan  

Table de S. Sadhan et T. Uynauge

Shanti prit quelques secondes pour saisir la demande de Tyr. Il la voulait comme cavalière ? Elle ? Mais… Pourquoi ? Elle sentit le rouge lui monter aux joues. Par tous les dieux. Elle ne se serait jamais attendue à quelque chose comme ça. Evidemment qu’elle voulait aller au bal avec lui. Tyr était son ami, ils rigolaient bien ensemble, et elle était sure qu’elle passerait une bonne soirée. Et puis, ce n’était pas comme si elle avait un amoureux ou autre chose du genre, merci bien. Quoique… Elle se secoua. Il faudrait éventuellement répondre, ce serait bien.

« Ce sera avec plaisir, » dit-elle alors, bien qu’un peu hésitant.

Cependant, la même idée persistait. Pourquoi elle ?

« Mais… Pourquoi moi ? » ajouta-t-elle, d’une petite voix, avant de se traiter mentalement d’idiote.

~*~

Lorsqu’elle tendit le paquet à Tyr, celui-ci se mit en quête de savoir ce qu’il contenait. Il était apparemment doué puisque quelques minutes plus tard, il lança joyeusement un petit « Trouvé ! ». Shanti rigola doucement et ne put s’empêcher de lui lancer une petite pique :

« Tu me fais penser à mon frère, commença-t-elle avant de prendre une pause de quelques secondes. De neuf ans. »

Elle fit une moue innocente, pour qu’il comprenne qu’elle rigolait.

Ils se dirigèrent ensuite vers le stand de la tombola et revinrent s’asseoir à leur table juste après, décidant d’un commun accord de commencer à manger. Shanti devait bien avouer qu’elle commençait à avoir faim.


*Pff, t’as toujours faim de toute façon* lui dit sa petite voix intérieure.
*Encore toi ? * demanda la jeune adolescente, exaspérée.

Aucune réponse ne lui vint et elle se dit que c’était tant mieux. Franchement, elle n’avait pas tout le temps faim ! Même si elle était un peu gourmande, et qu’elle l’assumait parfaitement, elle n’était pas si désespérante que cela. Si ? Elle se mit à lire le menu et grimaça un peu en voyant les entrées qui étaient proposées. Bien qu’elle soit née en Angleterre, sa famille n’avait pas tant que ça les mœurs des anglais. Elle n’avait donc aucune idée de ce qu’étaient des « Verrines de Noel », n’avait mangé du foie gras qu’une seule fois dans sa vie et n’était pas très fan du saumon fumé. Bon, elle n’avait pas vraiment le choix.


« Dis, tu vas prendre quoi ? »

Elle se tut quelques secondes.

« Au fait… Tes parents t’ont dit quoi quand tu leur as dit que tu ne rentrais pas pour les vacances ? » demanda-t-elle d’un air curieux.

En effet, cela l’intriguait. Tyr ne parlait pas beaucoup de sa famille, elle ignorait quasiment tout de ses parents, de l’ambiance familiale. C’était l’occasion d’en apprendre un peu plus.

Table de S. Sadhan et T. Uynauge

Comme il l’avait imaginé, Shanti avait répondu oui, et cela l’arrangeait plutôt bien. Quelque chose qui l’arrangeait moins était la question qu’elle avait posé tout juste après avoir donné son avis. A cela, Tyr n’avait pas de réponse. Pourquoi l’avait-il invité ? Pour lui faire l’honneur d’être avec lui ? Trop prétentieux. Parce que cela donnerait de jolies rumeurs à la gazette ? Même remarque. Il devait dégoter quelque chose, vite, vite.

« Parce qu’on est… amis depuis longtemps, et je pensais que c’était une raison suffisante pour pouvoir t’inviter. »

Pourquoi avait-il continué sa phrase ? La simple évocation de l’amitié était suffisante, bon sang ! Il devait couper court à la discussion, même s’il aurait apprécié discuter plus longtemps avec Shanti.


_____


Tyr n’avait pas pris de billet à la tombola. Lui et la chance, ce n’était pas trop ça, aussi il tenait à s’éloigner autant que possible de la foule qui se pressait au comptoir pour s’emparer d’une infime chance de gagner une plume en sucre. Ils contemplèrent un moment les élèves se bousculer puis, à cause de l’ennui – ou de la faim qui se faisait sentir, ils retournèrent à leur table.

Le menu était conforme à la saison : pour Tyr, ce serait saumon, dinde et bûche !


« Dis, tu vas prendre quoi ? »
lui demanda Shanti.

Tyr répéta ce qu’il avait décidé de manger ce soir-là, et il en profita pour transmettre son choix à un elfe de maison. La créature tourna ensuite la tête vers Shanti, désireuse de savoir ce que la Gryffondor allait prendre.


« Au fait… Tes parents t’ont dit quoi quand tu leur as dit que tu ne rentrais pas pour les vacances ? »

Aie. Sujet sensible. Toutefois, maintenant que Shanti était lancée, Tyr ne pouvait pas se dérober.

« Rien. Pour tout te dire, je ne lui…leur ai même pas dit que je restais. Je pense que s’ils ne me voient pas revenir, ils comprendront que je suis resté à l’école. J’étais déjà resté l’année dernière, ils s’en douteront. »

La vérité était autrement plus douloureuse, et depuis novembre, depuis qu’il était au courant de la tragédie, Tyr la cachait jalousement. Hors de question de paraître faible aux yeux des autres Gryffondor. Il n’avait pas en plus besoin de la compassion des autres. Toutes ces heures passées dans sa chambre, à ruminer sa tristesse. Il aurait dû en parler à quelqu’un. Quelque chose. Même un oreiller aurait suffi. Au lieu de cela, il s’était emmuré, et la phrase de Shanti ressortait cette chose enfouie en lui.


« Et les tiens, ils ont dit quelque chose ? C’est la première fois que tu restes à Noël ?»

Maïka Cooper : « La question c'est pas de garder Gryffondor pour sauver Poudlard, mais de virer Serpentard pour ne pas avoir à sauver Poudlard.»
Pas d’avatar
Shanti Sadhan  

Table de S. Sadhan et T. Uynauge

En entendant les explications de Tyr, Shanti se rendit compte que tout cela était parfaitement logique. Elle hocha donc la tête et ses pensées se tournèrent vers Laura. Elle devait le lui annoncer. Et lorsque ce serait fait, elle s’occuperait de lui trouver un cavalier ! Un sourire se dessina sur ses lèvres et elle jeta un œil à sa montre, pour déchanter. D’abord, elle allait finir son compte-rendu de métamorphose, ce serait bien.

« Eh bien, merci encore pour l’invitation. Je dois y aller du coup, je n’ai pas encore fini les devoirs de méta… » grimaça-t-elle.

~*~

Shanti donna distraitement sa commande à l’elfe de maison et reporta son attention sur Tyr. Elle était une fille très observatrice, minutieuse et par conséquent, le lapsus du Gryffondor ne lui avait pas échappé. Pourquoi parlait-il d’un « lui » et surtout, pourquoi s’était-il repris ? Si elle écoutait sa curiosité, elle lui demanderait. Mais ce n’était pas forcement le moment idéal pour Tyr d’en parler, surtout qu’il avait l’air d’être en mauvais termes avec ses parents.

Shanti se mit à penser aux siens. Bien que sa relation avec sa mère soit plus ou moins catastrophique depuis un peu moins de deux ans, la situation s’était améliorée pendant l’été. Voir son enfant sombre dans l’inconscience avait profondément change la façon de voir la vie d’Ashna et apprendre que son unique fille, sa petite princesse, était atteinte d’une maladie compliquée à gérer, avait achevé de lui remettre la tête sur les épaules. L’heure n’était plus aux disputes, aux coups de colère. Elle devait s’occuper de Shanti, comme une bonne mère le ferait.


« Non, c’est la deuxième fois. Mes parents n’ont rien dit, ils savent que c’est pour le bal. Par contre, mon frère est légèrement fâché contre moi à l’heure actuelle, je crois… »
dit-elle avec une moue.

En attendant, l’elfe leur avait apporté l’entrée et Shanti commença donc à manger, en souhaitant un « bon appétit » a son ami. Contrairement à la première fois ou elle en avait mangé, cette fois-ci, il lui sembla que le saumon était plutôt bon.

Table de S. Sadhan et T. Uynauge

Tiens, elle n’avait pas relevé. Tant mieux pour Tyr : il n’aurait pas à prolonger ce moment gênant plus longtemps.

« Eh bien, merci encore pour l’invitation. Je dois y aller du coup, je n’ai pas encore fini les devoirs de méta… »

D’ailleurs, le garçon n’avait-il pas lui aussi du travail à faire ? Sûrement. Il ne pouvait pas s’attarder très longtemps non plus. Il remercia une dernière fois Shanti, puis il sortit de la salle commune, le sang délaissant son visage pour redescendre peu à peu dans son corps.

_____


Shanti sembla deviner qu’il s’était passé quelque chose. Cela aurait dû rassurer Tyr qu’elle ne souhaite pas continuer, pourtant il ne pouvait pas s’empêcher de penser qu’il avait brisé son secret en manquant d’évoquer cette histoire. Et si elle le répétait à quelqu’un ? Plongé dans ses pensées, il essaya de se concentrer sur autre chose, comme par exemple les gens autour de lui.

Partout dans la salle les discussions allaient bon train. Premières années comme professeurs, tous discutaient joyeusement avec leur convive. Les yeux de Tyr passèrent sur l’image d’un garçon en train de manger aussi proprement que le ferait un porc que l’on n’aurait pas nourri depuis trop longtemps, et il détourna le regard, pour tomber sur Owen Flynch. Son directeur de maison était dans une situation des plus étonnantes puisqu’il était debout, seul, en train de… se trémousser d’une drôle de manière. Le Gryffon fronça les sourcils : qu’est-ce qui avait pu entraîner son professeur de métamorphose à faire cela ? Un surplus de whiskey pur-feu peut-être ? Non, il ne devait pas y en avoir au bal au vu du nombre d’élèves qui rôderaient autour tels des vautours au-dessus d’une carcasse. Il était peut-être juste…jovial ? Très jovial.


« Non, c’est la deuxième fois. Mes parents n’ont rien dit, ils savent que c’est pour le bal. Par contre, mon frère est légèrement fâché contre moi à l’heure actuelle, je crois… »

« Si ce n’est pas indiscret, pourquoi ? Tu as fait quelque chose qui ne lui a pas plu ? »

C’était complètement impoli de sa part, surtout après qu’il n’ait pas voulu s’étendre sur sa propre famille. Et il en avait conscience. Mais la curiosité chez les enfants était plus forte que tout, et à présent que les mots avaient franchi ses lèvres, il n’avait plus qu’à attendre de savoir si Shanti accepterait de répondre. Et puis, elle avait dit quelques minutes plus tôt que Tyr ressemblait à l’un de ses frères : cela lui faisait une belle excuse en cas de refus, non ? L’elfe de maison leur apporta les plats qu’ils avaient commandés.

« Bon appétit ! » ajouta-t-il avant d’entamer lui aussi le repas.

Maïka Cooper : « La question c'est pas de garder Gryffondor pour sauver Poudlard, mais de virer Serpentard pour ne pas avoir à sauver Poudlard.»
Pas d’avatar
Shanti Sadhan  

Table de S. Sadhan et T. Uynauge

« Si ce n’est pas indiscret, pourquoi ? Tu as fait quelque chose qui ne lui a pas plu ? »

Shanti réfléchit un instant. Comment expliquer cela... À vrai dire, elle n'avait pas fait quelque chose mais plusieurs, selon Rohan. Son petit frère avait quelques difficultés à accepter qu'elle passait de bons moments à Poudlard, sans lui. Et le fait qu'elle ait moins de temps à lui consacrer, c'est-à-dire à lui écrire des lettres, le vexait. Cela avait commencé pendant les dernières vacances, lorsqu'elle avait sa première crise et qu'elle avait dû passer une bonne partie de ses vacances à l'hôpital. Lorsqu'elle était revenue à la maison, elle n'avait pas la tête à courir partout et son frère ne le comprenait pas. Au début cela avait mis Shanti en colère : il n'était plus un enfant, il avait 9 ans, il aurait dû pouvoir accepter la situation. Puis, cela l'avait peiné et finalement indifféré. Rohan était en colère contre elle ? Très bien, elle n'y pouvait rien. Elle avait des cours à réviser, des devoirs à rendre. Elle avait décidé de ne plus passer tout son temps libre à se miner la vie avec ça. Elle soupira doucement et répondit, prenant garde à bien choisir ses mots.

"Il m'en veut juste de ne pas être rentrée... Il va s'en remettre."

Elle sourit, ou du moins essaya. Puis, demanda :

"Tu n'as pas de frères et sœurs, non ?"

Entre temps, l'entrée était arrivée et ils se mirent à manger, après s'être souhaité un "Bon appétit". Tout au long du repas, les deux amis discutèrent joyeusement, parlant tantôt de choses et d'autres, tantôt de sujet plus intéressants. Le temps passa donc plutôt rapidement et très vite, il fut l'heure de choisir le dessert. Curieusement, les deux Gryffondor optèrent pour la même chose, la bûche de Noel. Alors qu'elle entamait le dit dessert, le regard de Shanti dériva vers la piste de danse et un sourire apparut sur son visage. Elle n'aimait pas beaucoup danser en public et devait bien avouée être soulagée qu'elle n'ait pas eu à la faire ce soir la. Cette pensée lui rappela sa grand-mère paternelle. Lorsque celle-ci avait commencé à l'éduquer selon les valeurs familiales, elle avait voulu que Shanti apprenne à danser, entre autres. La jeune hindoue avait réussi partout sauf dans ce domaine. Elle ne pouvait tout simplement pas. De un, parce qu'elle pouvait être extrêmement timide, de deux parce qu'elle ne supportait pas qu'on la regarde se rendre ridicule. Après quelques temps, sa grand-mère avait laissé tomber, acceptant que ce n'était définitivement pas pour elle. Mais qu'en était-il de Tyr ? Elle songea à lui demander puis se ravisa en voyant les paquets posés sur la table, toujours pas ouverts.

"Ca te dit de les ouvrir, ces cadeaux ?"

Comme elle s'y attendait, son ami approuva et chacun se saisir de son paquet. Elle ouvrit aussi délicatement qu'elle le put le sien et ses yeux s'agrandirent de surprise. Devant elle, se trouvait cinq magnifiques plumes. Le jeune Gryffon lui expliqua alors la nature du cadeau et en regardant plus attentivement, elle réalisa que certaines étaient effectivement des sucreries. Elle ne savait pas où Tyr était allé chercher cette idée de cadeau, mais il avait bien fait. Les plumes en sucre étaient ses friandises préférées et cela depuis toujours. Et la vraie plume lui servirait beaucoup, elle en était certaine. Apres tout, elle passait son temps à écrire, que ce soit des poèmes, des lettres ou une petite histoire qui lui traversait l'esprit.

Prise d'un élan de courage, elle se leva, et lui fit un bisou sur la joue en disant :

"Merci beaucoup."

Ses propres joues prirent alors une teinte rosée mais heureusement, cela ne se voyait pas vraiment. Une seconde apres, elle se dit :

*Mais qu'est-ce que j'ai fait ?*

Table de S. Sadhan et T. Uynauge

Des différends avec son frère, alors. Le lien entre les deux enfants devait être puissant pour que l’un en veuille à l’autre juste pour ne pas être rentrée durant les deux semaines de Noël. D’un côté, le Gryffon était bien heureux de ne pas jamais avoir été sujet à ce genre d’embrouilles familiales. D’un autre côté, Shanti avait quelqu’un qui attendait son retour au domicile, elle. Chez les Uynauge, c’était plus compliqué. Personne ne l’attendait. Pas au sens littéral, bien sûr, mais si Tyr avait moyen de passer l’été au château, il ne refuserait pas. Même, une petite chambre dans une maison de Pré-au-Lard lui suffirait amplement. Tout serait mieux que sa demeure d’Edimbourg. Il acquiesça lorsque sa partenaire lui demanda s’il était le seul enfant de ses parents. Ces jours-ci, il avait plutôt tendance à considérer Gryffondor et Ojcu comme sa véritable famille.

Ils entamèrent leur repas en essayant de se débarrasser du côté affaires personnelles qui était venu s’immiscer dans leur discussion. La nourriture était délicieuse, meilleure que l’année dernière. Il semblait que les elfes de maisons s’étaient surpassés. Tyr fit un effort pour ne pas tout avaler d’un seul coup, bien que l’envie soit présente. Il lui fallait savourer. Après tout, la prochaine fois qu’il en aurait serait l’année suivante ! L’idée qu’il y ait des restes et que le lendemain, au petit déjeuner, se trouvent sur les tables les mêmes tranches de saumon fumé qu’il venait de faire passer dans son gosier lui effleura l’esprit le temps d’une microseconde. On avait bien le droit de rêver…


« Ça te dit de les ouvrir, ces cadeaux ? »

« Carrément ! » répondit Tyr, enthousiaste. « Toi d’abord ! »

La réaction de Shanti à la découverte des plumes en sucre fit rougir Tyr. Il pensait que son cadeau était médiocre, or là, tout doute avait subitement disparu. Craignant que Shanti ne se mette à écrire avec une plume en sucre – ou encore pire, manger la véritable plume – il lui révéla la particularité du cadeau, quitte à gâcher un bout de la surprise. Et cette action pourrait aussi lui éviter de passer pour un garçon sournois auprès de ses camarades. Une fois qu’elle eut fini, il se mit à déballer le sien. C’était bien un jeu d’échec, Tyr était très fort pour fouiner, vous l’aurez compris. Aux couleurs de Gryffondor. Cela ne fit que conforter le garçon sur sa position : il appartenait bien à Gryffondor, et plus aux Uynauge. Alors qu’il était en train de déplier le plateau, il entendit Shanti dire un « Merci beaucoup » et la sentit l’embrasser sur la joue. Il s’arrêta net, tétanisé. Que…quoi ? C’était prévu dans le script de la soirée, ce bisou ? Si c’était de l’improvisation, il avait eu son petit effet. Tyr reposa lentement le plateau d’échec sur la table. Il regarda la Gryffonne du coin de l’œil. Bien qu’elle ne soit pas aussi rouge que les sofas, il pouvait sentir qu’elle était gênée. Elle détourna les yeux le temps d’un instant. Lui saisit ce court moment pour riposter. Il l’embrassa à son tour sur la joue, puis se rassit aussi vite que possible, en se couchant même un peu plus sur sa chaise pour essayer de disparaître sous la table. Il sentait qu’il était en train de se transformer en tomate. Une grosse tomate qui aurait abusé du soleil.


« Tes cadeaux étaient magnifiques. Merci. » ajouta-t-il d'une toute petite voix.

Tout comme, il devait bien le reconnaître, cette soirée. Magnifique.

Maïka Cooper : « La question c'est pas de garder Gryffondor pour sauver Poudlard, mais de virer Serpentard pour ne pas avoir à sauver Poudlard.»