Salle de bal

Inscription
Connexion
  Retour

Table de R. Lanoblis et J. Silvershade



"James. Je voulais te dire Merci pour cette soirée formidable. Elle n'est pas terminée mais je souhaitais quand même te le dire."

Ces paroles faisaient chaud au cœur de James. Il frissonna de bonheur. Après cette danse qu’il avait particulièrement aimé – ils avaient dansé sur une valse, à nouveau –, le Poufsouffle avait repensé à toute cette soirée qu’il avait passée, et qui n’était pas finie. Il s’était pressé pour arriver avant la Serdaigle, et pour pouvoir l’accueillir, en gentleman. Ils avaient ensuite commandé leur entrée, puis étaient allés danser pour tuer le temps d’attente, qui, ma foi, n’était pas très long, et après était ce moment qu’il n’était pas près d’oublier, ce moment qui était à la fois tout, et la fois une simple question, ce moment où il avait peut-être vécu toutes les émotions possibles en si peu de temps, ce moment qui était le contraire de banalité, d’insignifiance, ce moment chargé de volupté, de profondeur, de valeur, de puissance, et qui réduisait la magie à néant, ce moment prestigieux, oui, c’était tout cela à la fois, tout était dans cette question qu’il avait posée. Ce n’était rien de plus que glorieux. Tout reposait dans ce mot, glorieux.

Puis il avait offert son cadeau, qui d’ailleurs avait plu à sa petite amie, et ils avaient dîner, et étaient allés danser, encore, mais cela leur faisait plaisir.

James glissa sa main dans celle de Rosalys, qui avait l’air d’attendre quelque chose. Sa peau était douce et tendre.


"C’est normal. Tu es une personne merveilleuse, sans aucun doute. Merci à toi, Rosa."

James prit une part de Bûche de Noël, comme il le souhaitait. Une pensée lui vint soudain à l’esprit. *Le papa Noyel se sustente gaiment dans le Bureau du Ministre !* Pourquoi pensait-il à ça ? Etrange, mais cela était plutôt drôle effectivement. De ce fait, il ne préféra pas répéter cette phrase à Rosalys, elle le prendrait pour un idiot, c’était certain, et se contenta de prendre la première bouchée de sa part. Elle était délicieuse, succulente, tous les mots lui allaient. Sauf peut-être ceux qui étaient déjà réservés à Rosalys.

Ils mangèrent leur dessert respectif sans parler. James goûta même le tiramisu de sa cavalière et elle fit la même chose dans son assiette. Ils se le permettaient, en toute intégrité. Quand il eut fini, le jeune Poufsouffle était plutôt bien repu, il n’y avait aucun doute là-dessus. Il se demandait aussi s’il n’allait pas être plus empoté qu’à l’ordinaire. Ils se déplacèrent à nouveau vers la piste de danse et une chanson démarra : Fall for you, de Secondhand Serenade. James ne l’avait jamais entendue, mais il se dit qu’il allait essayer d’impressionner Rosalys sur cette chanson. Il allait faire des efforts pour danser, sans trop exagérer non plus.

Puis, comme si la magie était descendue sur lui, il dirigea sa cavalière pour le moins douée, et la jeune Serdaigle se laissa guider, ayant l’air de lui faire confiance…


Reducio
La pensée de James, pour le moins étrange, est destinée à un défi Poufsouffle ! Donc, non, je ne suis pas fou :D

Love story turns easily into a tragedy - James et Rosalys

Table de R. Lanoblis et J. Silvershade

La fillette n'attendit pas très longtemps avant que James ne pose sa main sur la sienne. La paume du Poufsouffle était chaude et chaleureuse. Elle dégageait quelque chose de fort, de puissant. *Comme lui, en fait* se surprit à penser la Serdaigle. Cette dernière sourit et son cavalier entreprit de remercier la fillette comme elle l'avait fait avant lui.

"C’est normal. Tu es une personne merveilleuse, sans aucun doute. Merci à toi, Rosa."

James commença à prendre un peu de sa bûche de Noël et porta sa bouchée à ses lèvres. Il arrêta pourtant son geste à mi-parcours en faisant une étrange tête, comme si la pensée qui venait de lui traverser l'esprit était abracadabrante. Il finit par avaler le morceau de gâteau sur sa fourchette à dessert tout en soupirant de bonheur. Cette bûche avait l'air et devait certainement être succulente. La fillette cessa de regarder son cavalier pour se concentrer sur son propre dessert, qui tronait fièrement devant elle. Prenant sa cuillère, elle planta cette dernière dans son tiramisu. Lorsque la fillette sentit la spécialité italienne fondre sur sa langue, elle soupira de bonheur. C'était vraiment son péché-mignon.
Les deux élèves ne se parlaient pas mais le silence qui régnait ne les gênaient aucunement. Ils avaient vécu leur cota de sentiments et surprise pour cette soirée. En souriant à cette pensée, elle vit James piquer dans son assiette. Pour se venger, la fillette planta sa cuillère dans la buche de son camarade. La blondinette le nargua en faisant danser sa bouchée avant de l'enfourner tout en savourant le goût du chocolat amer et doux sur sa langue. Lorsque la Serdaigle termina son dessert, elle s'étonna de ne pas avoir explosé après ce repas interminable.
James se leva ensuite et la mena vers la piste de danse. La fillette écarquilla les yeux. Il voulait encore danser ? Quel courage...
Une nouvelle chanson débutait et son cavalier se raidit avec un air de détermination sur le visage. Il positionna ses mains et commença à guider la fillette. La bleu et bronze le laissa faire. Il se débrouillait de mieux en mieux. Ses pas étaient plus assurés et ses bras avaient gagné en souplesse mais aussi en force. Il se transformait en un bon danseur. Du moins, autant qu'une personne puisse l'être après seulement trois danses. La fillette ria à sa propre remarque avant de regarder autour d'elle. Katy et Peter semblaient bien s'amuser tous les deux. La Serdaigle était heureuse pour ses amis. Cette dernière tourna ensuite la tête vers Lexie. Sa préfète mangeait toujours.
Rosalys regarda ensuite son cavalier alors que la musique se terminait. Ils rejoignirent leur table mais la blondinette s'arrêta avant pour regarder l'horloge. Il commençait à se faire tard. La soirée touchait à sa fin et c'est pourquoi Rosalys fronça le nez de tristesse tout en disant.


"Il faudrait peut-être y aller. Il commence à se faire tard, non ? Tu me raccompagnes ?"

Rosalys attendait une réponse. Si James refusait sa requête, elle partirait seule. Ce qu'elle ne lui avait pas dit, c'est qu'elle souhaitait faire un tour dans le parc, vers le Lac.

Code couleur : #002E9A
Love story turns easily into a tragedy - James et Rosalys
Adieu mes amis <3

Table de R. Lanoblis et J. Silvershade



"Il faudrait peut-être y aller. Il commence à se faire tard, non ? Tu me raccompagnes ?"

"Oui. Je crois que j’ai trop mangé, et je me demande même si je ne vais pas tout rendre…

*Quel bête je suis !?* James n’aurait pas voulu dire ça… Loin de là. Ce pouvait paraître ridicule aux yeux de sa copine. Et peut-être d’autres personnes avaient entendu. Peu importe…

Le Poufsouffle avait perçu quelque chose dans la voix de Rosalys. Il ressentait une demande particulière. Mais il ne pouvait pas augurer. Il n’était pas devin. Autant aller droit au but, non ?


"Rosa, tu n’aurais pas quelque chose à me dire…que tu aurais voulu rendre implicite ?"

C’était une manière un peu brusque de dire les choses, mais son estomac lui empêchait étrangement de faire la politesse. La fatigue le tourmentait un peu aussi. Il avait une excuse.

"Désolé de ma brutalité… Pour me faire pardonner, tu veux aller faire un tour dans le parc ?"

Il espérait que cela lui ferait plaisir. Si elle refusait sa requête, il partirait seul. Il se dirigea tout de même vers la sortie, sa main dans celle de la Serdaigle. Ils marchèrent lentement, comme si le monde autour d’eux s’était arrêté. Il ressentit soudain une certaine lourdeur sur ses épaules. Ses paupières aussi étaient pesantes. Il avait l’impression de voir le monde tourner au ralenti, sauf Rosalys, qui avait l’air tout à fait normale. Les danses des couples sur la piste étaient lents, il entendait des notes graves dans les chansons. Puis les fourmillements arrivèrent, dans les pieds d’abord, puis dans les mains. Ces fourmillements qui piquent lorsqu’on bouge le membre envahi. Plus le garçon avançait, plus ce qu’il y avait autour ralentissait, curieusement, et il avait de plus en plus de mal à marcher normalement. Il ne manquait plus que le coup fatal, qui était presque inévitable.

Arrivé devant la porte d’entrée de la salle de Bal, James tomba. Brusquement.

Coup fatal : le choc thermique dû d’un côté à la chaleur de la salle, et de l’autre à la fraîcheur des couloirs. Cela pouvait paraître gros, comme ça, mais c’était arrivé. Et ce qui n’avait pas arrangé les choses, c’est qu’il avait trop mangé.

Les oreilles de James étaient devenues sourdes à cet instant et ses yeux étaient fermés. Il était à moitié inconscient. Ce n’était pas la première fois qu’il tombait comme ça. La fatigue, l’estomac en trop-plein, le surplus d’émotions, tout cela le rendait lourd. Tout cela représentait un poids. Un poids que James portait sur ses épaules. Il y avait forcément un moment où il allait craquer. Ce n’était plus si inévitable que ça…

Love story turns easily into a tragedy - James et Rosalys

Table de R. Lanoblis et J. Silvershade

La première année n'avait presque pas eu le temps de finir de prononcer sa question que déjà, son cavalier répondait déjà avec son habituelle voix douce et chaleureuse.

"Oui. Je crois que j’ai trop mangé, et je me demande même si je ne vais pas tout rendre… "

Rosalys haussa un sourcil avec un sourire en coin. Son Poufsouffle avait, de temps en temps, ce genre de réaction et cela amusait grandement la fillette. Cependant, la Serdaigle devait admettre que son ami avait raison. Elle avait plus mangé pendant ce repas que dans toute sa vie ! Certes, la blondinette exagérait mais il est vrai qu'elle avait la légère impression qu'elle allait exploser. Son ventre lui faisait un peu mal, comme lorsqu'on a effectivement trop mangé. James reprit la parole, semblant se rendre compte de la manière dont Rosalys avait tourné sa dernière phrase.

"Rosa, tu n’aurais pas quelque chose à me dire…que tu aurais voulu rendre implicite ?"

En entendant cela, la Serdaigle regarda, amusée, son compagnon. Elle se contenta d'hocher la tête avec son habituel sourire sans prendre vraiment le temps de répondre à la question de son ami. Il verrait bien ce qu'elle avait voulu lui dire. Pourquoi ruiner la jolie surprise qu'elle lui préparait ? Ce serait dommage de tout révéler. Alors que la fillette allait dire à James qu'elle ne lui dirait rien, ce dernier prononça des excuses pour le ton brusque qu'il avait précédemment utilisé dans sa question.

"Désolé de ma brutalité… Pour me faire pardonner, tu veux aller faire un tour dans le parc ?"

La première année s'arrêta cette fois et se détourna vers James, un immense sourire aux lèvres. La Serdaigle était heureuse de voir qu'ils étaient toujours sur la même longueur d'onde. Lui aussi avait pensé à cette endroit où tout avait vraiment commencé. Finir la soirée au bord de leur espace, c'était comme un geste symbolique. La blondinette grimaça à ses pensées. Elle devenait beaucoup trop fleur-bleue, ces derniers temps.
Le Poufsouffle reprit sa marche vers la sortie de la salle de Bal, main dans la main avec la fillette. Ils marchaient doucement, sans se presser vers cet endroit si cher à leur coeur. La Serdaigle profita du silence pour observer minutieusement son amoureux. Il semblait las, fatigué. Rosalys fronça les sourcils. Ce n'était pas normal.
Alors que les deux élèves étaient presque sortis de la salle, James s'effondra sur le sol. La fillette, complètement paniquée, prit le garçon par le bras et le souleva. Il n'était pas trop lourd mais le poids n'était pourtant pas des moindres.
La première année sortit de la pièce et sortit sa baguette lorsque les deux élèves furent hors de la portée des regards. Elle lança un sort de lévitation sur James pour ne plus avoir à le porter, et se dirigea vers l'infirmerie.
Lorsqu'elle y parvint enfin, la Serdaigle était épuisée. Elle avait utilisé beaucoup trop de magie. Déposant James sur un des lits, la blondinette prit place sur le tabouret à coté de la table de chevet. Restant ainsi, elle l'observa dormir, un air paisible sur le visage.
Cette soirée avait été différente de tout ce qu'elle avait pu imaginer. Pourtant, la Serdaigle ne regrettait rien. Alors tout doucement, elle se leva pour déposer un baiser sur la joue de son ami et murmura doucement à son oreille.


"Je t'aime"

C'était spontanée. C'était pur. C'était sa déclaration.
La fillette se releva et regarda une dernière fois son Jamesie. Puis elle tourna les talons. Elle devait le laisser se reposer. De plus, son journal semblait l'appeler au loin, depuis le lit de la fillette où il était caché. Cette journée serait gravée sur les pages de son carnet en cuir.


Reducio
Fin de ce Rpg pour moi ! Ou fin de ce Rp tout court, on a pas encore décidé. :D :P

Code couleur : #002E9A
Love story turns easily into a tragedy - James et Rosalys
Adieu mes amis <3

Table de R. Lanoblis et J. Silvershade

James avait l'esprit très clair, mais il n'arrivait plus à bouger ses membres. Il avait froid et chaud à la fois. Il sentit Rosalys qui le portait. Elle avait du mal, malgré son poids léger. Elle utilisa donc un sortilège de lévitation - James doutait si ce sortilège serait efficace, non pas que la Serdaigle ne sache pas l'utiliser, mais plutôt à cause du sort en lui-même. Elle réussit malgré tout à le soulever légèrement et fut soulagée. La Serdaigle le transporta jusqu'à l'infirmerie. Il n'arrivait pas à bouger, ni sa tête, ni son corps. Pourtant, il aurait aimé aider Rosa à le transporter. Cette soirée avait été magnifique mis à part cet incident, et le préfet ne regrettait rien. Il pensa à la fin des vacances : il reprendrait les cours de Métamorphose, de Sortilèges, d'Histoire de la Magie, de Défense contre les Forces du Mal et de Potions. Il reprendrait la routine. Mais pour le moment, il était entre le chaud et le froid, entre le froid et le chaud.

Lorsqu'ils arrivèrent à l'infirmerie, la jeune fille déposa le garçon sur le lit. Il s'était endormi durant le trajet. Le regard de Rosalys le rassurait en un sens. Il le ressentait au plus profond de lui, et lui réchauffait le cœur, et ses bras, ses jambes, son corps, le simple geste du regard - celui de Rosalys - transmettait des choses sincères et émotionnelles, même endormi.

Avant que Rosalys ne s'en aille, cette dernière lui glissa à l'oreille un "Je t'aime" plein de sens. S'il avait été réveillé, il n'aurait pas manqué l'occasion de lui répondre et de lui donner quelque chose que personne d'autre ne pouvait faire à part lui.

Le garçon rêvait. Il songeait à Rosalys, évidemment. Il se retrouvait près du lac. C'était leur escapade nocturne qu'il avait effectué en douce. C'était leur moment. Comme ils n'étaient pas allés ce soir, James se rattrapait dans ses rêves, même s'il aurait aimé y aller avec la Serdaigle, réellement. Il revivait cet instant unique, ressentait même le froid glacial qui les avait torturés, ne se voyant que par la lueur pâle de la lune, quand elle n'était pas cachée par quelques nuages effilochés. Ils étaient rentrés chacun dans leur maison respective, et James avait repensé à cette soirée dans son lit.

Son rêve prit fin. Et le préfet de Poufsouffle sombra dans un plus profond sommeil encore...


FIN

Love story turns easily into a tragedy - James et Rosalys
  Retour