Salle de bal

Inscription
Connexion

La danseuse  privé 

Kristin etait dans son lit, elle venait de se réveiller, donc elle se leva et s'ettira, puis elle se demanda quel jour on etait Samedi, elle cria : 

- On est samedi ! 

Une élève de Poufsouffle dormait et avait soudainement sursauter, Kristin dit : 

- Désolé je suis un peu trop enthousiaste aujourd'hui ...

Elle s'habilla puis descendit rapidement dans la Grande Salle et déjeuna en pensant à ce qu'elle allait faire ensuite, elle allait danser, la danse etait sa passion, elle aimait ca plus que tout au monde ! Elle avait à peine fini son déjeuner qu'elle se leva et partit en courant de la Grande Salle, les autres élèves devaient se demander qui voulait manger en 5 minutes un repas aussi délicieux ! Elle etait enfin arrivé dans le salle de bal, c'était une salle immense, ronde. Elle était très haute, et c'était à vrai dire la salle de danse la plus impressionnante que Kristin n'avait jamais vu de toute sa vie ! Elle alla dans les vestiaires leva ses chaussures, puis enfila délicatement ses pointes, c'était des chaussons qui n'étaient portés que par des danseuses classique. Ils étaient très beaux mais à porter c'était horrible, ça faisait terriblement mal, mais c'était les chaussons que toutes les danseuses rêvaient de Pieter des leur plus jeune âge ! Une fois enfilé, elle se leva retourna dans la salle de bal, elle repéra une barre, alors s'approcha posa sa main dessus et commença ses échauffements, une fois ces derniers terminés, elle commença à danser, elle tournoyait, et se sentait libre, c'était un sentiment qu'elle ne pouvait ressentir qu'avec la danse ! 
Dernière modification par Kristin Jones le 13 mai 2018, 9 h 52, modifié 1 fois.

Kristin Jones, Première année (Devoirs) et Deuxiéme année (RP), Poufsouffle.
PATA-P/ OPT, Surnom : Bubulle
Echange de Cartes Chocogrenouilles : viewtopic.php?f=220&t=16875&p=933794#p933794

La danseuse  privé 

Le jour s’était levé, et avec lui les doux gazouillis des oiseaux. Je les entendais mais mon esprit était baigné dans un fabuleux rêve, encore et toujours le même depuis quelques jours, où une minuscule balle d’un doré étincelant faisait son apparition. Je me voyais et me revoyais atteindre le vif d’or, atteindre la victoire, le bonheur de voir notre équipe gagner. Mais cette fois-ci étrangement, le moment où je l’attrapais n’apparaissait pas. Je chutais brusquement en perdant l’équilibre, un sentiment de honte et de peur se mélangeaient pour n’obtenir qu’un cauchemar. Le moment où je me laissais tombée au sol semblait durer des heures, comme si le temps s’était arrêté pour ne voir que ma défaite. Ne pouvant plus observer la scène qui me faisait face, j’ouvris soudain les yeux et me rendis compte que mes camarades autour de moi ne se trouvaient pas dans le dortoir. J’étais tétanisée, je ne savais pas comment mon habituel rêve avec pris une tournure différente. Un moment sans bouger, je me laissais gagner par la peur et l’appréhension. L’entraînement avec Solal, mon ami Serdaigle, était prévu dans trois jours, et je ne pouvais m’imaginer en train de tomber à la renverse en perdant l’équilibre sur mon balai. Mais je ne pouvais ressasser mes angoisses et mes craintes, il fallait aller de l’avant et l’espoir de réussir mes passes avec mon ami me fit sortir de mon lit. Il n’y avait personne autour de moi, toutes avaient du descendre prendre leur petit-déjeuner. En effet, le jour s’était déjà bien levé lorsque je jetais un coup d’œil par la fenêtre. Il ne fallait pas être en retard pour les cours du matin, aussi j’enfilais rapidement mes habits pour ensuite descendre dans la Salle commune, l’esprit toujours un peu embué par mon rêve. Je ne pouvais me dire que notre entraînement ne sera pas fait d’échecs, mais il fallait les accepter, tel était habituellement mon état d’esprit. Cependant, ce jour-ci, bien que le soleil faisait apparaître le parc encore plus magnifique, c’était différent, je ne pouvais me défaire de mes pensées.

Soudain, j’entendis des bruits parvenant d’une pièce qui ne se situait qu’à quelques mètres de moi. Sur le coup, je ne m’en étais pas rendue compte mais je me trouvais au quatrième étage, où la salle de bal me faisait face. Je ne connaissais pas encore cet endroit, ne m’étant jamais rendue. En même temps, je ne dansais pas, c’était une chose qui m’était inconnue. D’un côté, je savais pertinnement que je ne savais pas danser et je ne voulais pas essayer quelque chose dont j’étais sûre de ne pouvoir être capable. Cependant, les bruits me fit entrer dans la salle, curieuse de voir à qui appartenait ces pas. Tout doucement, je tournais la tête et m’aperçue qu’une fille de mon âge était en train de danser. Elle portait des chaussons de danse, ses mouvements étaient tel une douce mélodie. C’était beau à voir, c’est pourquoi je décidais de m’approcher encore un peu plus. La jeune fille ne s’était pas rendue compte de ma présence, sûrement était-elle trop occupée par ce qu’elle faisait. Elle tournoyait et s’appropriait la pièce. Même si je pensais toujours à mon rêve et au Quidditch, sa danse me réchauffait le cœur. C’est à ce moment où elle s’arrêta enfin que je pris la parole.

« Tu danses très bien. Désolé de te déranger mais j’étais tellement curieuse par les bruits que tu faisais que je t’ai observé. »

Je ne souhaitais pas la perturber, je voulais seulement lui dire ce que je pensais de sa prestation, et c’était important pour moi de dire aux personnes ce que l’on pense vraiment.

Il ne suffit pas seulement de croire en ses rêves, mais de croire aussi en soi.

La danseuse  privé 

Kristin entendit des bruits de pas, elle n'y fit pas attention, pendant qu'elle devait rêver et que si ce n'était pas le cas, la personne passerait sans s'arrêter. Elle s'arrêta de danser pour voir un coup, elle allait se baisser pour attraper sa bouteille d'eau quand la voix d'une jeune fille dit : 

- Tu danses très bien. Désolé de te déranger mais j’étais tellement curieuse par les bruits que tu faisais que je t’ai observé. 

- Merci c'est gentil. Oh ce n'est pas grave j'allai faire une petite pause, ça doit faire plus d'une heure et demi que je danse sans m'arrêter, alors ça fait du bien !  Le bruit, c'est avec mes pointes, mes chaussons, quand tu montes dessus et que tu avances ou tu tournes sur toi même ça fait en général beaucoup de bruit !  On peut discuter un peu si tu veux ?!

Elle etait un peu gêné, elle faisait connaissance avec une élève dans une tenue assez peu commune, elle portait des collants, avec un juste-au-corps et ses pointes. Kristin s'assit en tailleurs par terre. Elle enleva ses pointes, et resta pieds nus, puis elle se releva et dit :

- Mince, j'ai oublié de me présenter, moi c'est Kristin Jones, première année à Poufsouffle. J'ai une sœur de 13 ans qui s'appelle Thiare, elle est en troisième année à Poufsouffle. Mes parents sont Philipp et Émilie Jones, ils travaillent au Ministère de la Magie. Mes passions sont la danse et la lecture. Et toi qui es tu ? Tu aimes la danse ? 

Kristin Jones, Première année (Devoirs) et Deuxiéme année (RP), Poufsouffle.
PATA-P/ OPT, Surnom : Bubulle
Echange de Cartes Chocogrenouilles : viewtopic.php?f=220&t=16875&p=933794#p933794

La danseuse  privé 

J’observais toujours la jeune fille devant moi, attrapant au sol une bouteille d’eau, signe que cela devait faire un petit moment qu’elle dansait. J’étais curieuse de voir ce que pouvais lui apporter la danse, le fait de virevolter non pas à l’extérieur au Quiditch, mais à l’intérieur d’une salle. C’était une question qui resta au sein de mon esprit, ne voulant pas la déranger plus. Cependant, elle n’avait pas l’air d’être en colère d’avoir été prise au dépourvu, juste un peu surprise de me voir. Elle me regarda puis s’exprima normalement, sûrement contente d’avoir entendu mes compliments.

- Merci c'est gentil. Oh ce n'est pas grave j'allai faire une petite pause, ça doit faire plus d'une heure et demi que je danse sans m'arrêter, alors ça fait du bien !  Le bruit, c'est avec mes pointes, mes chaussons, quand tu montes dessus et que tu avances ou tu tournes sur toi même ça fait en général beaucoup de bruit !  On peut discuter un peu si tu veux ?!

J’étais agréablement surprise par la facilité qu’elle avait de me parler. C’était comme si on se connaissait depuis le début de l’année, comme si elle parlait à une amie. Cette pensée me donna le sourire, les rencontres que j’avais faites s’étaient déroulées sous le signe de l’amitié, et je pensais à cet instant que cette rencontre constituerait un nouveau lien avec cette jeune fille. Celle-ci semblait gênée malgré le fait qu’elle semblait à l’aise avec les conversations. En effet, elle était habillée en une parfaite danseuse, et c’était peu commun de croiser à Poudlard une élève dans cette tenue. L’ensemble était d’un rose bonbon, comme les danseuses moldues que l’on voyait parfois à
la télévision. Même si le domaine des tutus et et des collants ne m’inspiraient guère une envie d’y faire parti, j’admirais quand même la magnifique tenue que portait l’élève. Elle semblait essouflée et toute rouge. En même temps, danser pendant plus d’une heure devait être fatiguant, et je ne m’imaginais pas tout le travail derrière pour adopter toutes ces mouvements complexes. Je continuais donc de lui parler, même en entendant les gargouillis de mon ventre qui m’indiquait que je n’avais pas encore pris mon petit-déjeuner.

« Ca doit être fatiguant de danser comme tu le fais, et puis ça doit être dur de faire comme toi tu le fais. J’ai entendue tes chaussons de loin, je ne m’imagine pas avec, ca doit faire mal vu comment tu
mettais tes pieds debout ! J’ai un peu de temps avant que les cours commences, et puis le petit-déjeuner attendra ! »

A ces mots, la jeune fille s’asseya par terre en enlevant ensuite ses pointes délicatement. Puis, elle se releva, les pieds à l’air, et me dit soudain :

- Mince, j'ai oublié de me présenter, moi c'est Kristin Jones, première année à Poufsouffle. J'ai une sœur de 13 ans qui s'appelle Thiare, elle est en troisième année à Poufsouffle. Mes parents sont Philipp et Émilie Jones, ils travaillent au Ministère de la Magie. Mes passions sont la danse et la lecture. Et toi qui es tu ? Tu aimes la danse ?

*Wouah*, c’était la première chose qui me vint à l’esprit à la fin de sa phrase. J’étais moi aussi quelqu’un de très bavarde, mais à cet instant, j’étais sûre d’avoir trouvé la personne qui parlait encore plus que moi. C’était même un peu bizarre, comme si ce que l’on entendait était une copie conforme de la discussion en version rapide, sans prendre le temps de marquer une pause. J’étais surprise sur le coup, un peu secouée, ne sachant pas par où commencer. Cependant, il fallait que je lui réponde à ses questions, en plus de me présenter, c’était à mes yeux la moindre des choses.

« Eh bien, je m’appelle Anita Enor et je suis en première année à Serdaigle. Je n’ai jamais fait de danse, je n’ai même jamais dansé du tout. En fait, je ne pense pas en être capable, c’est pour ça que je ne préfère pas essayer. Mais toi, tu danses bien, j’aime bien comment tu fais pour te mettre debout sur tes chaussons. Ca fait longtemps que tu en fais ? »

Il ne suffit pas seulement de croire en ses rêves, mais de croire aussi en soi.

La danseuse  privé 

- Ca doit être fatiguant de danser comme tu le fais, et puis ça doit être dur de faire comme toi tu le fais. J’ai entendue tes chaussons de loin, je ne m’imagine pas avec, ca doit faire mal vu comment tu mettais tes pieds debout ! J’ai un peu de temps avant que les cours commences, et puis le petit-déjeuner attendra ! 

- Fatiguant, ca l'est un peu. Dur, tout dépend, les pointes j'en fait maintenant depuis 3 ans donc je m'habitue ... Apres oui ca fait un peu mal, mais ca reste supportable ! 

Kristin commençait nouer des liens avec cette jeune fille. Elle la trouver très gentille ! Et puis elle n'avait jamais fait de danse, "Il faut lui faire essayer" se dit Kristin. "Meme si elle n'en fait pas sa passion, mais au moins qu'elle essaye, je suis sure qu'elle pourra y arriver. Tout d'abord elle a la morphologie qu'il faut, elle est grande en taille, ce qui peut parfois aider, et elle a une démarche très légère donc elle sera gracieuse !" Elle s'était dit tout ca intérieurement, sans jamais parler, "Allez propose lui ton idée avant qu'elle ne te prenne pour une folle !"

- Tu es sure que tu ne veut pas essayer ?! J'ai d'autres chaussons, ils ne font absolument pas mal et ils doivent être à ta taille ! Je vais les chercher juste pour que tu essayes ! 

Kristin partit quelques minutes et revient avec deux chaussons très fin. C'était des demi-pointes. 

C'est ce qu'on appelle des demi-pointes. Quand on danse on se sent libre, et c'est souvent une chose qu'on ne peut ressentir qu'avec la danse ! Enfiles-les, vas-y, elles ne vont pas te manger ! 

Dit Kristin en rigolant.

-Essaye de danser, je suis sure que tu pourrais être une grande danseuse. En premier on va s'échauffer.

 
Kristin montra la barre du doigt, elle mis ses deux mains sur la barre et comme ça à faire des retirés, c'est un placement du pied qui peut-être au genou ou à la cheville avec la jambe pliée en dehors. 

-Donc ca c'est un retiré, tu pointe ton pied, et tu le positionne sur ta cheville. Puis tu remontes avec ton chausson, comme si tu voulais qu'il caresse ta jambe et tu t'arrêtes quand ta pointe et au-dessus de ton genou. Une fois que tu y seras arrivée, tu te mettras de profil à la barre et tu essaieras ! Et ensuite on essaiera sans la barre puis sur demi-pointe, c'est à dire que tu monteras sur demi-pointes tout en ayant ta jambe en retiré au genou. Mais on en est pas encore la ! 

Kristin Jones, Première année (Devoirs) et Deuxiéme année (RP), Poufsouffle.
PATA-P/ OPT, Surnom : Bubulle
Echange de Cartes Chocogrenouilles : viewtopic.php?f=220&t=16875&p=933794#p933794

La danseuse  privé 

Je ne pouvais qu’imaginer la douleur que devait ressentir la jeune Poufsouffle avec ses chaussons, ou plutôt ses pointes comme elle les appelait. Elle disait que cela était supportable et qu’elle en était habituée, mais ses paroles me donnèrent comme une pointe d’inquiétude à l’esprit. Dire qu’elle a dû les porter durant 3 ans sans broncher, elle devait donc être vraiment passionnée pour le faire. Je n’avais pas le même opinion quant au point de vue de la danse, je trouvais cela trop compliqué. Tous ces gestes et mouvements à effectuer dans un rythme parfaitement tenu n’était pas de mon goût. Malgré mes pensées opposées à celles de Kristin, je ne pouvais m’empêcher d’observer sa belle tenue, telle une parfaite danseuse. Même si je ne m’y connaissais pas en danse, elle s’exprima à moi avec une pointe d’envie qui se ressentait dans sa voix.

- Tu es sûre que tu ne veut pas essayer ?! J'ai d'autres chaussons, ils ne font absolument pas mal et ils doivent être à ta taille ! Je vais les chercher juste pour que tu essayes !

A ces mots, Kristin s’éloigna de moi pour aller chercher des pointes, ce qui me faisait assez peur dans l’ensemble. Je ne me sentais en aucun cas à l’aise, et le fait de me voir avec ça aux pieds me rendait nerveuse. Je ne savais comment réagir face à l’affirmation de ma camarade, tout cela était déstabilisant. Néanmoins, je ne voulais la décçevoir, et décidais donc de lui répondre avec une petite voix tandis qu’elle revint avec de magnifiques chaussons.

« Je veux bien, mais seulement un petit peu alors. Ce n’est pas contre toi mais je sens que je vais avoir mal aux pieds après. »

-C'est ce qu'on appelle des demi-pointes. Quand on danse on se sent libre, et c'est souvent une chose qu'on ne peut ressentir qu'avec la danse ! Enfiles-les, vas-y, elles ne vont pas te manger !

Elle se mit à rigoler, abordant un sourire, comme pour m’inciter à les mettre. Cependant, j’avais un peu peur de ce que cela allait donner, mais vu la gentillesse de la Poufsouffle, je ne pouvais qu’accepter à contre cœur. Je pris des mains les demi-pointes et les regardais avec appréhension. Bien qu’elles étaient magnifiques, je m’imaginais faire la grimace en marchant avec. Mais un temps suffit pour me faire sortir de cette pensée car ma camarade me regardait toujours et je ne souhaitais pas la faire attendre. Je m’asseyais donc par terre et les enfilais tout doucement, en redoutant la douleur qui arriverait par la suite. Sur le coup, je ne sentais rien de désagréable, si ce n’est que cela faisait bizarre de se voir avec de drôles de chaussons. Je préférais de loin mes doux et confortables chaussons dans les dortoirs, mais après un léger effort, je réussis à me mettre debout, tout en ayant l’impression d’être dans des moules plus ou moins rectangulaires. En effet, le bout des pointes étaient assez dur, et j’avais beaucoup de mal à me déplacer avec. Me voyant afficher une légère grimace, Kristin m’incita à me déplacer au sein de la Salle de Bal.

-Essaye de danser, je suis sure que tu pourrais être une grande danseuse. En premier on va s'échauffer.

J’avais un peu haussé le sourcil lorsque je l’entendis me dire que je pouvais devenir une danseuse, encore plus quand le mot grande venait compléter ce mot.

« J’suis pas sûre que je deviendrais une grande danseuse, ni même une danseuse tout court, mais je te suis, juste pour voir comment je me débrouille. »

Je n’étais pas vraiment à l’aise, mais, même si je pensais que tout cela ne menait à rien, l’enthousiasme de Kristin me donnait envie d’essayer tout de même. C’est pourquoi je m’approchais
d’elle en l’écoutant attentivement. Elle me montra une barre et commença à effectuer un geste complexe tout en me parlant.

-Donc ca c'est un retiré, tu pointe ton pied, et tu le positionne sur ta cheville. Puis tu remontes avec ton chausson, comme si tu voulais qu'il caresse ta jambe et tu t'arrêtes quand ta pointe et au-dessus de ton genou. Une fois que tu y seras arrivée, tu te mettras de profil à la barre et tu essaieras ! Et ensuite on essaiera sans la barre puis sur demi-pointe, c'est à dire que tu monteras sur demi-pointes tout en ayant ta jambe en retiré au genou. Mais on en est pas encore la !

J’étais totalement perdue par ce qu’elle venait de me dire. Tous ces mots complexes entraient mais sortaient de ma tête en même temps. Tout en essayant de me concentrer au maximum, je m’approchais de la barre et observais attentivement la position de ma camarade. Je souhaitais commencer directement par la seconde étape, soit de profil, car les cours ne devaient plus tarder à commencer. Ma main gauche tenant la barre, je mis mon pied droit sur ma cheville gauche, puis, tout doucement, j’essayais de lever ma jambe droite jusqu’à mon genou. Ce n’était pas facile, mais je tenais à le faire, bien que mon équilibre n’était pas des plus beaux à voir, surtout avec des chaussons comme ceux que je portais. Au bout d’un moment, je voyais que ma position ressemblait à quelques exeptions à celles de Kristin. J’étais assez contente du résultat, même si je commençais à ressentir comme des pics à l’intérieur des pointes, c’était assez désagréable mais je ne souhaitais pas me plaindre pour l'instant.

« Je..Je crois que j’y suis un peu près arrivée ! C’est pas facile, mais ça va. C’est quoi déjà la suite ? »

Ma question s’accompagnait d’une forte appréhension. Malgré tout, la jeune Poufsouffle semblait enthousiaste à vouloir m’apprendre quelques mouvements, et son sourire me donnait un peu plus confiance pour la suite.

Il ne suffit pas seulement de croire en ses rêves, mais de croire aussi en soi.

La danseuse  privé 

- Je veux bien, mais seulement un petit peu alors. Ce n’est pas contre toi mais je sens que je vais avoir mal aux pieds après.

- Ne t'inquiète pas, je ne vais pas te faire danser sur les pointes donc tu n'auras pas mal! Il faut juste que tu t'habitue au chausson. 

Anita prit les pointes et les observa avec appréhension. Elle s'assit par terre et les enfila délicatement et gracieusement, ce qui confirmais les impressions de Kristin. Anita fit une petite grimace, c'est vrai que c'était un peu étrange lorsqu'on marchait avec, mais une fois habituée, tout irait mieux ! Kristin dit :

"Essaye de danser, je suis sure que tu pourrais être une grande danseuse. En premier on va s'échauffer."

 Anita hossa le sourcil, elle avait l'air étonnée par ce que Kirstin lui avait dit ! Elle devait trouva ca un peu bizarre que quelqu'un lui dise qu'elle pourrait devenir une grande danseuse sans même l'avoir vu danser ... Elle répondit : 

- J’suis pas sûre que je deviendrais une grande danseuse, ni même une danseuse tout court, mais je te suis, juste pour voir comment je me débrouille. 

- Tu vas bien t'en sortir, crois moi ! 

Kristin ajouta : 

"Donc ca c'est un retiré, tu pointe ton pied, et tu le positionne sur ta cheville. Puis tu remontes avec ton chausson, comme si tu voulais qu'il caresse ta jambe et tu t'arrêtes quand ta pointe et au-dessus de ton genou. Une fois que tu y seras arrivée, tu te mettras de profil à la barre et tu essaieras ! Et ensuite on essaiera sans la barre puis sur demi-pointe, c'est à dire que tu monteras sur demi-pointes tout en ayant ta jambe en retiré au genou. Mais on en est pas encore la !"

Kristin se dit qu'elle aurait peut-être du lui expliquer ca avec des mots un peu plus clair, mais bon maintenant c'était fait comme ça. Anita s'approcha de la barre, observa la position de la danseuse. Elle se mit directement de profil.

*Ce n'est pas une bonne idée de griller la première étape, surtout quand on a jamais fait de danse auparavant, mais c'est elle qui voit, si elle le sent comme ça, elle le fait comme ca !*

 Se dit Kristin, tout de même un peu inquiète de ce que ca va donner ! Kristin ne fit pas attention à la manière dont elle montait sa jambe, c'était tout de même un mouvement compliqué pour quelqu'un qui ne fait pas de danse ! Le résultat était ...... 

-Parfait ! 

-Je..Je crois que j’y suis un peu près arrivée ! C’est pas facile, mais ça va. C’est quoi déjà la suite ?

-Bien plus qu'un peu arrivée, je crois que je n'ai jamais vu une fille dansée aussi bien pour une première fois, je ne rigole pas ! Ah, je n'avais pas vu ça, attends, ne bouge pas, laisse moi faire !

Elle s'approcha de sa camrage Serdaigle, pris délicatement son pied et lui fit pointer, puis elle le repositionna à la cheville de la jeune fille. Sa position était désormais parfaite. Elle dit :

-On va le faire sans la barre, je pense que tu en est capable, mais ne doute surtout pas de toi !

Kristin fit demi-tour et partit au milieu de salle, elle se positionna en face d'un grand miroir et attendit que Anita arrive , puis elle monta sa jambe jusqu'au genou et la descendit. Elle ajouta :

-Tu vas faire ça. Ensuite ça, c'est un peu plus dur par contre.

Kristin fit un demi-plié, puis elle monta sur la demi-pointe, avec sa cheville à la hauteur de son genou. 

-Et si tu te sens, je ne t'obligerai pas à le faire, tu pourras essayer de faire ça.

Kristin fit à nouveau un demi-plié, puis elle monta sur la pointe, avec sa cheville à la hauteur de son genou. C'était sans doute trop compliqué mais peut-être qu'elle voudrait essayer. 

-Après on va passer au grand jeté. Tu vois ce qu'est un grand-écart ?! Et bien c'est pareil, sauf que tu le fais en sautant ! Je te montre.

Kristin alla au fonc de la salle, elle fit quatre pas rapides puis jeta sa jambe droite en avant et sa jambe gauche en arrière. 

-Mais on va terminer d'apprendre à faire les retirés avant ça !

Kristin Jones, Première année (Devoirs) et Deuxiéme année (RP), Poufsouffle.
PATA-P/ OPT, Surnom : Bubulle
Echange de Cartes Chocogrenouilles : viewtopic.php?f=220&t=16875&p=933794#p933794

La danseuse  privé 

Tout en restant sur la difficile position que Kristin me demandait d’appliquer, celle-ci me parla avec un sourire qui se voulait être encourageant.

-Bien plus qu'un peu arrivée, je crois que je n'ai jamais vu une fille dansée aussi bien pour une première fois, je ne rigole pas ! Ah, je n'avais pas vu ça, attends, ne bouge pas, laisse moi faire !

Ses paroles, quelque part, me rassurèrent. Je ne prenais pas conscience que mes mouvements étaient plus que corrects. Je n’étais pourtant pas enthousiaste au début, mais plus le temps passait et moins je ne voulais repartir vers la Grande Salle. Bien que je n’aimais pas trop danser, je souhaitais quand même essayer. Puis, la jeune Poufsouffle s’approcha de moi en corrigeant certains points, pointant mon pied pour le remettre dans la bonne position. 

Je n’étais pas habituée au contact tactile, mais je restais calme pour autant, ne voulant pas mettre Kristin dans l’embarras. Mon enfance, étant baignée dans l’isolement et la solitude, n’était pas habituée à cela. J’avais le contact moins facile que lors de mes premiers jours à Poudlard, c’est pourquoi, même en voulant changer mes habitudes, je ne pouvais renier complètement ma personnalité. Ce n’était pas un défaut, ni une qualité, mais je me sentais gênée par cela. Lorsque Kristin s’éloigna de moi, elle semblait ravie du résultat qui lui faisait face. On aurait cru que j’étais un pantin articulé, mais bon, quand on aimait faire plaisir, on ne disait rien.

-On va le faire sans la barre, je pense que tu en est capable, mais ne doute surtout pas de toi !

Tels étaient les mots de ma camarade qui croyait pur et dur à ma réussite. Certes, la première étape fut encourageante, mais je n’étais pas rassurée pour autant.

« Je te fais confiance, mais, est-ce que tu es sûre que je vais y arriver ? »

Cependant, elle semblait partie dans la suite des évènements, en se dirigeant face à un grand miroir. Je pris donc la décision de la suivre avec une démarche quelque peu compliquée avec les chaussons que j’avais aux pieds. Observant le miroir, je me rendais compte à quel point j’étais ridicule. Même en ayant la volonté de faire plaisir à ma camarade, je sentais quelque part que je n’étais pas à ma place. La personne devant moi semblait peu sûre d’elle, bien qu’elle avait l’air enthousiaste. 

Je remarquais que mes cheveux se trouvaient dans un sale état, étant emmêlés et partant dans tous les sens. Je n’avais pas fait attention à ce détail. En même temps, avec un étrange rêve qui m’avait réveillée brusquement, je ne pouvais que ne pas prêter attention à mon allure. Revenant à la réalité et cessant un instant de me regarder, j’observais à présent Kristin qui monta sa jambe à hauteur de son genou, puis qui revint à sa position d’avant. Elle me regardait à travers le miroir et m’expliqua :

-Tu vas faire ça. Ensuite ça, c'est un peu plus dur par contre.

La jeune Poufsouffle monta sur la demi-pointe, avec sa cheville à la hauteur de son genou. C’était un geste assez compliqué, mais je me disais que ne pas tenter la décevrait.

-Et si tu te sens, je ne t'obligerai pas à le faire, tu pourras essayer de faire ça.

Tout s’enchaînait rapidement, je n’avais pas le temps de tout assimiler mais j’admirais l’enthousiasme et la motivation de ma camarade à vouloir me montrer un maximum de choses. On aurait dit que je m'étais retrouvée dans un cours de danse. Elle continua à me parler, tout en effectuant des gestes compliqués. Je me sentais un peu perdu, mais écoutais tout de même ses paroles.

-Après on va passer au grand jeté. Tu vois ce qu'est un grand-écart ?! Et bien c'est pareil, sauf que tu le fais en sautant ! Je te montre.

Kristin alla au fond de la salle, et, dans un élan, sauta et jeta sa jambe droite en avant et sa jambe gauche en arrière. C’était incroyable de voir qu’une élève pouvait faire cela. On aurait dit un cygne, et je me sentais toute petite face à elle. Elle tourna ensuite sa tête vers moi en esquissant un léger sourire.

-Mais on va terminer d'apprendre à faire les retirés avant ça !

J’entrepris donc tout d’abord de refaire le geste montré un peu plus tôt par Kristin en prenant soin de rester au maximum « gracieuse » et « souple », même si ces mots ne faisaient pas partie du résultat obtenu. Cependant, le résultat était là et je réussis à refaire à quelques détails près le même geste que Kristin.

« Euh, il y a peut-être deux ou trois choses à revoir mais je crois que ça fait pareil que lorsque tu m’a
montré. »

Puis, j’essayai d’exécuter le deuxième mouvement mais je me trouvais dans l’incapacité de me mettre correctement dans la bonne position. J’avais besoin d’aide sans aucun doute, et c’est avec une petite voix que je demandais à Kristin.

« Est-ce que tu peux m’aider s’il te plaît ? Je n’y arrive pas, c’est trop dur. »

J’avais appris que la solidarité était une chose essentielle dans les relations entre personnes, et je savais que la jeune Poufsouffle n’en manquait pas.

Il ne suffit pas seulement de croire en ses rêves, mais de croire aussi en soi.

La danseuse  privé 

- Je te fais confiance, mais, est-ce que tu es sûre que je vais y arriver ?

-Crois-moi, tu vas t'en sortir, ce n'est pas bien plus compliqué qu'avec la barrre ! 

Kristin croyait en elle, elle savait qu'Anita allait réussir, c'était obligé. Quand elle l'avait vu commencer avec la barre, elle était vraiment étonnée, c'était impréssionant, c'était comme ses retirés à elle, alors que cela faisait pratiquement 8 ans qu'elle dansait ! Kristin alla face au miroir, elle vit Anita qui la suivait, cette dernière s'observa dans le miroir, Kristin la regarda, elle avait un air très enthousiaste, mais malheureusement assez peu sure d'elle. Si elle n'avait aucune confiance, elle ne réussirait pas, la régle d'or en danse est d'avoir toujours confiance en soi, sinon la pas facile risque d'être difficile, et quant au pas difficile, ils seront presque irréalisable ! 

Kristin avait parlé de pleins de choses en même, elle s'était emballée et avait du décincentrer sa camarade, alors elle lui dit : 

-Je suis sans doute allée trop vite ? Ne fais pas attention à ce que je t'ai dit, je te rééxpliquerai tout au fur et à mesure ! 

La jeune Serdaigle dit alors : 

-Euh, il y a peut-être deux ou trois choses à revoir mais je crois que ça fait pareil que lorsque tu m’a
montré.

Son amie, si on pouvait l'appeler comme ça, ajouta : 

- Est-ce que tu peux m’aider s’il te plaît ? Je n’y arrive pas, c’est trop dur.

Elle allait y arriver, Kristin avait vraiment confinace en elle et savait qu'elle ne la décevrai pas. Anita avait tout pour réussir ! 

-Mais bien sur, alors je vais t'aider à tenir enéquilibre, puis te lâcher. 

Kristin se place devant Anita, puis lui tendit ses mains. Elle prit à nouveau la parole : 

-Prends mes mains, et maintenant monte ta jambe. 

Kristin observa la jambe d'Anita, monter, monter, monter jusqu'à arriver à la hauteur du genou. 
Elle avait vraiment un résultat superbe, c'était très satisfaisant pour Kristin d'avoir une élève aussi douée ! A son premier cour avec les pointes, le jeunePoufsouffle ne dansait absolument pas comme ça. Déjà, elle était incapable de marcher ! Et puis, elle ne dansait pas aussi bien. Kristin lui répondit : 

-Je pense que c'est bon, je te lache à tois, attention, 1, 2 et 3. 

Kristin lacha doucement les mains de la Serdaigle, puis se décala vers la droite, pour la liasser voir le résultat. 

-Franchement, tu as un résultat superbe, je trouve que tu danses très bien pour une première fois !!! Alors, ton petit problème c'est que tu n'arrives pas à monter ta pointe tendue, au genou, ou du moins tu le fais, puis tu laisses ta jambe dégringoller. Ce n'est pas grave, c'est le plus difficile en danse, il faut juste pérséverrer. Je vais t'aider, on va essayer d'arranger ça ! 

Kristin se baissa, fit tendre sa pointe à sa camrade et la monta à son genou. Elle prit du recul, le mouvement était juste parfait. Elle avança à côté de la jeune fille et fit le mouvement puis lui dit : 

-Ne bouge pas, observe juste notre mouvement, regarde le tien puis le mien. 

Kristin voulait qu'Anita réalise qu'elle avait du talent, et qu'avec de l'entrainement, elle danserait magnifiquement bien. Elle ajouta : 

-Prends confiance en toi ! Regarde ton mouvement, il est juste parfait, il est exactement pareil que le mien ! On passe à l'étape suivante, je te montre et ensuite on commence. 

Kristin se décala sur le côté. Elle plia puis monta sur la demi-pointe, avec sa jambe au genou. Puis en même temps qu'elle descendait, elle fit glisser sa jambe vers le bas. Elle commença à expliquer : 

- Alors, je vais te donner les mains comme tout à l'heure, et tu vas essayer de faire pareil que moi. C'est un peu plus difficile, mais normalement, tu devrais t'en sortir ! 

Kristin se mit dos à la glace donc face à la sorcière, puis lui tendit les mains et attendit qu'elle tente un mouvement qui n'était pas si facile que ça ! 

Kristin Jones, Première année (Devoirs) et Deuxiéme année (RP), Poufsouffle.
PATA-P/ OPT, Surnom : Bubulle
Echange de Cartes Chocogrenouilles : viewtopic.php?f=220&t=16875&p=933794#p933794

La danseuse  privé 

Les gestes commençaient à se compliquer, et voulant essayer de faire au mieux, je décidais de demander de l’aide à Kristin. Je ne m’étais pas trompée sur son compte car elle vint vers moi dès que je pris la parole. Se tenant devant moi, les bras tendus, elle m’incita à lui prendre ses mains tout en levant ma jambe. J’étais quelque part un peu gênée par le contexte, mais je fis ce qu’elle m’avait dit tout de même. Le résultat était bien mieux, j’arrivais à lever plus facilement ma jambe. Après tout, à force de persévérance, on peut arriver à tout ! J’abordais un léger sourire, signe que l’appréhension du début avait pris place à la confiance en soi. On ne pouvait néanmoins pas dire que j’évoluais à grande échelle, mais la remarque de ma camarade me fit prendre conscience que je n’étais peut-être pas si maladroite que cela. 

Elle me lâcha peu après et tout doucement mes mains tout en observant la suite. J’étais curieuse de savoir ce que cela allait donner, et les secondes qui suivirent me prouvèrent que j’étais capable de tenir en équilibre sans avoir besoin d’aide. Les paroles de la jeune Poufsouffle me rassurèrent, et elle ne corrigea que très peu d’éléments sur ma posture. J’étais même étonnée par ce que je pouvais faire, en même temps, je n’avais encore jamais essayé.

Puis, elle s’avança à mes côtés et réalisa le même geste que le mien. En observant de plus près les deux postures mises côte à côte, ce n’était pas si différent que cela. Elle souhaitait sûrement me faire prendre conscience que nos deux mouvements étaient quasiment semblable, ce qu’elle me dit d’ailleurs juste après m’avoir montré son geste. Tout en regardant Kristin, je m’exprimais à elle.

« C’est vrai qu’il n’y a pas beaucoup de différence entre le mien et le tien. Tu vois, je n’aurais pas pensé que j’arriverai à faire ça ! »

Ma camarade se déplaça ensuite sur le côté et effectua un autre geste, encore un peu plus compliqué et difficile à réaliser. Je ne savais pas jusqu’où iraient mes capacités dans ce domaine, mais je n’étais pas découragée pour autant. Elle m’expliqua alors ce qu’il fallait que je fasse. Je me mis donc en face d’elle, prête à lui donner mes mains, étant donné qu’elle les avait déjà tendues.

« Je ne te garantis rien, mais je vais quand même essayer. Est-ce que ça t’arrive des fois d’abandonner quelque chose que tu n’arrives pas à faire, comme ces gestes là ? »

Prenant appui sur elle, je décidais de monter sur la demi-pointe, ce qui devenait de plus en plus dur avec le temps qui passait. Je ne pouvais que difficilement supporter de tels chaussons, mais je restais tout de même impassible, comme pour ne pas décevoir Kristin. Mais bien que je souhaitais faire preuve de persévérance, le temps commençait à jouer sur mes pieds qui prenaient cher. Essayant de ne pas penser à cela, je décidais de passer à l’étape suivante, c’est-à-dire à lever ma jambe jusqu’au genou. Là aussi, cela devenait de plus en plus difficile, et la douleur me vint soudainement alors que ma jambe commençait seulement à redescendre. Abandonnant le geste en cours, j’étirais ma jambe qui commençait à avoir des crampes.

« Je vais recommencer, c’est juste que je m’y suis mal prise. »

Reprenant les mains de la Poufsouffle, je refis le geste montré un peu plus tôt par celle-ci. Il fallait que j’y arrive, au moins pour montrer ma détermination.

Il ne suffit pas seulement de croire en ses rêves, mais de croire aussi en soi.

La danseuse  privé 

Après avoir fait un retiré à pied plat, Anita fit un sourire, l'apprhension du début avait laissé place à la confiance. Quand Kristin fit le mouvement à son tour, la jeune Serdaigle lui répondit :

- C’est vrai qu’il n’y a pas beaucoup de différence entre le mien et le tien. Tu vois, je n’aurais pas pensé que j’arriverai à faire ça !

-Quasiment aucune différence, je t'avais dit que tu aurais de grande capacités en dansse, je ne m'étais pas trompée !

Kristin se décala sur le coté, fit un demi-plié, puis elle monta sur sa demi-pointe tout en faisant monter doucement sa pointe à son genou. Ensuite elle descendit, expliqua à sa camrade ce qu'elle allait faire et se placa devant cette dernière, les mains tendues, elle lui dit alors : 

-Je ne te garantis rien, mais je vais quand même essayer. Est-ce que ça t’arrive des fois d’abandonner quelque chose que tu n’arrives pas à faire, comme ces gestes là ?

Ce n'est pas très compliqué, il faut juste beaucoup d'épuilibre, dela confiance, et bien regarder en face de soi, tu as la chance d'avoir un moroir, il faut te fixer, et ne rien laisser de déstabiliser, je sais que c'est difficile, mais ça aide beaucoup de regarder un point fixe, par contre il ne faut pas qu'il bouge, sinon tu risques de tomber ! 

La deuxième question, elle ne s'y était pas vraiment attendu, bien sur qu'elle avait déjà abandonner, et elle s'en était d'ailleurs voulu toute sa vie, elle avait fait l'erreur d'arrêter la danse, et cela l'avait bien entendu énormément retardée par rapport à ses camarades. Elle avait eut honte à cette époque, de ne pas arriver à faire des choses que ses amies réussisaient, alors elle avait encore arrêté !

-Oui, j'ai déjà abandonné, pas face à des pas, mais à la danse, j'ai arrêté une année, ça m'a totalement décalé avec les autres. J'ai pu rattrapper mon retard grâce à la mailleure professeur du monde : ma mère. Elle danse, c'est sa passion, et c'est une chose qu'on partage à trois, c'est également la passion de ma soeur ... Bref, on va se remettre à la pratique si tu veux bien. 

Kristin avait dit ça avec la larme à l'oeil et ne doutais pas une seconde qu'Anita avait apperçu la larme et su'elle avait compris que c'était un sujet difficile pour la Poufsouffle. Cette dernière lui dit : 

-Aller vas-y, essaye, tu vas y arriver ! 

La Serdaigle s'appuya sur les mains de Kristin, et tenta de faire le pas, mais la danseuse voyait bien que quelque chose n'allait pas, elle devait avoir mal aux pieds, ca faisait une heure qu'elle dansait, évidemment, Kristin avait l'habitude, mais pas elle, il fallait qu'elle se pose un peu, sinon elle n'y arriverait pas ! Elle avait presque terminée le mouvement lorsqu'elle lacha. La première année eut très peur pour Anita, qui lui dit : 

- Je vais recommencer, c’est juste que je m’y suis mal prise.

-Comme tu veux, fais comme tu l'sent par contre après on fait une pause, tu vas te fatiguer et tu risques de te faire mal sinon ! 

Anita recommença, elle monta sur la demi-pointe, pointe au genou. Kristin observait, c'était parfait ! Elle lui dit alors : 

-Continue, c'est juste parfait ! Prête ? A 3 je te lache ! 1, 2 et 3. 

Kristin se décala doucement, laissant sa future amie en équilibre. C'était juste miraculeux. Elle restait là sans bouger, Kristin était plus qu'impréssionée et lui dit : 

-Waouh, là, tu mérites une pause ! Et tu es prête pour le retiré sur la pointe, enfin si tu en a envie, je ne veux pas te forcer. Mais si tu veux le faire il faut faire une pause ! Je reviens, je vais nous cercher deux chaises. 

Kris partit en courant chercher deux chaises et les ramena. Elle ne savait pas trop quoi dire, voulait laisser sa camarade commençer la discussion. Il fallait qu'elles seposent un peu. C'était épuisant de tout expliquer ! Et elle se disait que ça l'était encore plus de danser ...

Kristin Jones, Première année (Devoirs) et Deuxiéme année (RP), Poufsouffle.
PATA-P/ OPT, Surnom : Bubulle
Echange de Cartes Chocogrenouilles : viewtopic.php?f=220&t=16875&p=933794#p933794

La danseuse  privé 

L’explication de Kristin quant à la réussite d’un geste parfait était assez complet. J’étais impressionnée par sa connaissance en ce domaine. Elle n’était pas hésitante, le doute ne semblait pas faire partie de son vocabulaire, ce qui me donnait confiance en moi. Le fait d’avoir en face de moi quelqu’un qui encourageait à essayer était rassurant. Elle était un appui essentiel face à mes tentatives d’avoir un geste correctement effectué. Mes mouvements semblaient la satisfaire, mon sourire était de plus en plus voyant, et je prenais un peu plus plaisir qu’auparavant à les effectuer.

Je ne pensais pas que ma question la bouleverserait autant. J’étais un peu honteuse de l’avoir mise dans cet état là, voyant le temps d’un instant une larme couler sur son visage. Abandonner peut-être autant volontaire qu’involontaire, et je me mis à sa place, imaginant ce que pouvait être la sensation de devoir rattraper son retard. Je me suis reconnue en elle, voyant qu’elle partageait également la même passion que sa mère. Pour elles, c’était la danse, pour moi et ma mère, c’était le Quidditch. Que ce soit un sport ou un art, chaque domaine pouvait rassembler et créer des liens. C’est ce lien que j’avais avec ma mère qui m’a apporté le courage nécessaire pour postuler au sein des Eclairs. C’est ce même lien qui me donne l’envie de me surpasser dans ce fabuleux sport, je compris donc ce qu’elle ressentait au moment où elle me parlait. 

Je ne souhaitais pas en rajouter une fois ses paroles émises. Un souvenir douloureux ne devait peut-être pas être débattu, et j’entendis peu après la jeune Poufsouffle m’encourager pour réaliser un geste plus complexe encore que le précédent. Cependant, je ne pus le faire du premier coup, étant donné que les chaussons me faisaient mal, assez pour que je relâche par la suite le mouvement. Je voulais réessayer, ne pas laisser paraître une quelconque faiblesse de ma part. J’étais bien partie, mais le temps passait déjà très vite, alors c’est avec prudence que Kristin me proposa de faire une pause juste après mon deuxième essai, essai que je réussis à merveille. Elle le vit également et décida de me lâcher des mains pour mieux observer la façon dont j’allais m’en sortir. 

Je n’étais pas peu fière de ma prestation, je tenais l’équilibre, et le résultat était selon la jeune Poufsouffle parfait, ce qui me mit le sourire, un sourire étincellant. Je comprenais petit à petit que je n’étais pas si médiocre que cela dans ce domaine, et que j’étais capable de plus. Cependant, je me sentais bien plus à l’aise au Quidditch, et je sentais que mon envie de voler grandissait au fur et à mesure du temps que je passais dans la Salle de Bal. Le Quidditch m’appelait, l’image du vif d’or apparaissait dans mon esprit, mais pour autant, je voulais rester présente avec Kristin. Celle-ci partit chercher des chaises afin de prendre une pause, histoire de se détendre et de pouvoir discuter un peu. Tandis qu’elle s’éloignait de moi, je réfléchissais à ce que l’on pouvait se dire. La curiosité s’emparra de moi et je savais sûrement que la jeune Poufsouffle l’était tout autant. Quand elle revint avec deux chaises et que je pouvais m’asseoir en étant soulagée de reposer mes pieds, je commença à engager la conversation.

« Tu as déjà vu des danseuses moldues ? Chez moi, j’ai la télévision, et une fois, j’en ai vu une faire une sorte de pirouette mais c’était magnifique à voir. »

Je n’étais pas sûre qu’elle connaisse le monde moldu, ne lui ayant jamais demandé de quelle origine elle était. C’était assez étrange de se dire que certains d’entre nous n’avait jamais côtoyé le monde moldu de près, ou au contraire ceux qui n’avaient jamais côtoyé le monde des sorciers, comme moi. Chacun semblait si différent, mais je sentais que cette différence constituait notre plus grande force. 

Il ne suffit pas seulement de croire en ses rêves, mais de croire aussi en soi.

La danseuse  privé 

Kristin vit Anita sourire, elle se fixait dans le miroir. La jeune Serdaigle était juste parfaite, à ce moment là, Kristin se demanda si Anita ne pourrait pas devenir une grande danseuse, la jeune Poufsouffle y pensait vraiment, Anita avait beaucoup de talent ! La première année partit donc prendre deux chaises, elle les attrappa et les ramena dans la salle de bal, puis elle les posa. Anita et Kristin s'assirent, ce fut la seconde année qui prit la parole en première :

Tu as déjà vu des danseuses moldues ? Chez moi, j’ai la télévision, et une fois, j’en ai vu une faire une sorte de pirouette mais c’était magnifique à voir.

La question de sa camarade était plutôt étonnante. Bien sur qu'elle avait déjà vu des danseuses moldus, étant petite, elle les trouvait magnifique et avait l'envie d'être aussi forte qu'elle ! Les pirouettes chez les moldus et chez les sorciers était les même. Et puis étant donné que Kristin était Londonienne, elle avait grandit près des Nons-Majs et elle était allée voir quelques spectacles moldus. En effet, ils étaient magnifique ! 

-Oui, j'en ai vu quelques uns. Je viens de Londres, du coup j'habite près des moldus et étant petite, j'ai eu l'occasion de voir des spectacles de danse là-bas ... Les pirouettes sont les même que chez les sorciers, et puis il y a plusieurs types de pirouettes, les plus difficiles sont les fouettés, tu veux que je te montre ? 

Kris se leva et avança un peu, elle se positiona en face de la vitre et se fixa. Puis se positionna, elle avait la jambe gauche pliée devant et la jambe droite tendue en arrière. Puis elle monta sur la pointe en même qu'elle tournait. C'était très rapide, elle fit plusieurs tours d'affilés peut-être 4 ou 5. Mais lorsqu'elle tournait Kristin ressentait une grande liberté, elle avait l'impression de s'envoler ! Cette dernière prit la parole : 

-J'ai fais plusieurs tours, mais c'est une pirouette, plus précisémment un fouetté. On l'appelle comme ça car quand on a terminé un tour on tend la jambe plus on la repointe au genou. Tu veux que je t'apprennes à les faire ? 

La sorcière attendait la réponse d'Anita, se doutant que c'était un pas qui lui plairait et qu'elle voudrait essayer. La Poufsouffle se demandait si Anita ne serait pas un peu inquiète ...

Kristin Jones, Première année (Devoirs) et Deuxiéme année (RP), Poufsouffle.
PATA-P/ OPT, Surnom : Bubulle
Echange de Cartes Chocogrenouilles : viewtopic.php?f=220&t=16875&p=933794#p933794

La danseuse  privé 

Je fus agréablement surprise de voir que Kristin était de Londres elle aussi, ce qui me donna le sourire. Le fait de savoir cela me fit prendre conscience que je n’étais pas la seule élève à venir de la capitale. Bien que je savais pertinemment que Londres regorgeait de sorciers et sorcières, cela était assez étrange de se retrouver face à une élève comme moi, qui me ressemblait un peu plus. Ce point commun me donnait envie d’en savoir plus sur ce qu’elle pensait de Londres, ses endroits préférés, ce qu’elle pense de la vie là-bas. Pouvoir comparer nos ressentis sur un endroit que je connaissais presque par cœur à présent m’encouragea à continuer la conversation sans même prendre la peine de regarder l’heure qu’il était.

« Ca fait bizarre de voir que je ne suis pas la seule de Londres ! Tu la trouves comment ? Et tu habites dans quel quartier ? »

Sur l’instant, je ne m’en étais pas rendue compte mais j’avais complétement oublié de répondre à la question de la jeune Poufsouffle. Ce fut seulement lorsque j’eus fini de prendre la parole que je m’en étais rappelée, me souvenant de l’étrange nom que Kristin avait donné au geste.

« Je veux bien que tu me montres ça, mais je crois que ça va être dur pour moi. Tant pis, j’essayerai quand même, on verra bien ce que ça va donner ! Moi, fouetté, ça me fait penser à la crème chantilly, miam ! »

Je riais à présent, l’atmosphère se détendait encore un peu plus. La sensation de faim apparut dans mon esprit et mon ventre gargouillait, mais je savais que l’heure n’était pas encore venu de quitter la salle de bal. Il restait encore un ou deux mouvements à tester. L’appréhension était moins présente qu’auparavant, lorsque je doutais encore de mes capacités. Elle était encore en moi, me rappelant les images de danseuses à la télévision, effectuant le fameux fouetté devant mes yeux. C’était magnifique à voir, mais pas vraiment magnifique à faire. Je me doutais bien qu’il y avait en chaque geste un travail considérable, et je ne pouvais qu’imaginer les courbatures qu’elles devaient toutes avoir. Néanmoins, je n’étais pas abattu pour autant, souhaitant tout de même voir ce dont j’étais capable sur le moment.

Je vis ma camarade se lever et se mettre devant la grande glace. Elle fit alors un mouvement d’une souplesse incroyable et tourna sur elle-même. Quelque part, cela me donnait le tournis, je ne savais pas si je pouvais garder autant mon équilibre lorsque ce serait à mon tour. Elle tourna une, deux, trois fois et un si de suite telle une toupis. Puis, elle s’arrêta d’un coup sec, mais cependant avec grâce. Elle me regardait à présent et s’exprima à moi. J’avais certes un peu peur du résultat final, mais je me suis tout de même levée pour me rapprocher de Kristin.

« Je ne te promets rien, mais je veux quand même essayer, histoire de voir si je suis vraiment douée comme tu le dis. On y va alors, dites moi ce que je dois faire professeure ! »

J’étais toujours impressionnée par tout ce que la jeune Poufsouffle savait sur ce domaine, mais je sentais également qu’elle était passionnée par ce qu’elle faisait, tout comme moi avec le Quidditch. Un passion dévorante qui vous transporte au-delà de vos rêves, une passion qui vous amène dans un monde différent, un monde qui nous rempli de joie, même si ce monde peut nous apporter des défaites et des blessures. La danse et le Quidditch n’étaient peut-être pas si éloignés au niveau de l’état d’esprit qu’il fallait avoir. La persévérance, le courage, la détermination et la concentration était de mise dans ces deux milieus, chaque effort était sous le signe de l’envie, car l’envie de réussir dans un milieu où l’on se sent à sa place est une chose que l’on ressent en soi.

Il ne suffit pas seulement de croire en ses rêves, mais de croire aussi en soi.

La danseuse  privé 

- Ca fait bizarre de voir que je ne suis pas la seule de Londres ! Tu la trouves comment ? Et tu habites dans quel quartier ? 

Kristin ne s'attendait pas à une telle question, et elle était un peu étonnée. Mais il fallait répondre, alors elle commença à lui expliquer sa vision de Londres :

 -Je trouve que Londres est une ville magnifique où l'on peut découvrir pleins de belles choses ! J'habite au West Kensington. Tu trouves Londres comment ? Tu habites dans quel quartier ? 

Soudainement, Anita reprit la parole, se rendant compte qu'elle avait oublié de répondre à la question de la jeune Poufsouffle : 

-Je veux bien que tu me montres ça, mais je crois que ça va être dur pour moi. Tant pis, j’essayerai quand même, on verra bien ce que ça va donner ! Moi, fouetté, ça me fait penser à la crème chantilly, miam !

A present, les deux élèves riaient toutes les deux aux éclats. Lorsqu'Anita parla de chantilly, elle donna faim à Kris. Quand Kristin regarda la jeune Serdaigle, elle vit qu'elle ressentait moins d'appréhension qu'auparavant, elle semblait plus sur d'elle. Lorque Kristin fit son fouetté, Anita sembla un peu impressionée. Kristin savait que Anita pouvait réussir, il fallait juste qu'elle se concentre et qu'elle essait de rester en équilibre. C'était tout simplement obligatoire, il fallait qu'elle y arrive. C'était la base de la plupart des pas. La jeune fille se rapprocha de Kris et lui dit : 

-Je ne te promets rien, mais je veux quand même essayer, histoire de voir si je suis vraiment douée comme tu le dis. On y va alors, dites moi ce que je dois faire professeure !

La Poufsouffle sourit. Elle l'observa, vérifia qu'elle était bien placée, et lui redressa un peu le dos. Puis elle se mit sur le côté et commença les explications : 

- Alors, tu vas plier un peu ta jambe gauche, et tendre la jambe droite, pour la tendre correctement, il faut tendre juste qu'au orteils, essaies de tirer ta pointe. Parfait, pour les bras, tu les fait simplement rond, et tes mains doivent être à la hauteur de ton nombril. Voilà, maintenant tu vas te donneer un peu d'élan avec les bras, c'est eux qui vont t'entraîner, et à cause de l'efet d'optique, ça ne se remarque pas !Donc tu prépares à prendre l'élan avec tes bras, ensuite tu leveras ta jambe au genou, et tu essaieras de faire 2 tours. Quans tu auras fait un tour, tu tendras la jambe, puis la repositionnera au genou. Une chose importante, il faut toujours chercher
son visage dans le miroir. A trois : 1, 2 et 3, vas-y. 

Kristin vit Anita tourner, elle fit 2 tours, tout était parfait. Sauf une chose : Elle avait perdu l'équilibre à la fin. Mais c'était une petit détail avec ce que la jeune Poufsouffle avait vu, elle s'en fichait un peu qu'elle ait perdu l'équilibre sur la fin. C'était vraiment impréssionant, elle dansait magnifiquement bien ! Kristin lui dit : 

-En ométant le fait que tu as perdu l'équilibre ton fouetté était tout simplement, parfait. Franchement, bravo ! 
Kristin réfléchit quelques secondes avant d'ajouter : 

-Tu veux réessayer ? 

Kris attendait la réponse de sa camarade, se doutant qu'elle voudrait réessayer pour y arriver à la perfection. Kristin était pour le moment fière d'elle-même, de son travail, et d'avoir appris à danser à la jeune Serdaigle, mais elle était fière d'Anita, qui s'impliquait beeaucoup et qui arrivait à faire des choses tout simplement grandiose ! 

Kristin Jones, Première année (Devoirs) et Deuxiéme année (RP), Poufsouffle.
PATA-P/ OPT, Surnom : Bubulle
Echange de Cartes Chocogrenouilles : viewtopic.php?f=220&t=16875&p=933794#p933794