Salle de bal

Inscription
Connexion

Musique

Cela faisait déjà deux jours que Mélisandre arpentait les couloirs de Poudlard. Et elle n'était pas déçue...
Elle avait déjà découvert la bibliothèque, et avait décidé d'y passer au moins une heure chaque jour.
Elle marchait depuis déjà une petite heure, montant et descendant les innombrables escaliers, visitant les différentes salles... Elle n'était sortie qu'une fois, et avait trouvé le parc magnifique. Mais elle préférait décidément rester à l'intérieur.
Elle décida alors de passer faire sa visite quotidienne de la bibliothèque. Parvenue au quatrième étage, elle marcha lentement, faisant crisser ses petits pieds sur les dalles de pierre et promenant ses yeux dans les moindres recoins. Elle jeta un coup d'œil à la salle de répétition et aperçu quelques élèves qui devaient répéter une pièce de théâtre. Puis elle arriva devant une lourde porte, par curiosité elle la poussa un peu et jeta un coup d'œil par l'entrebâillement. Elle vit alors une grande salle lumineuse et spacieuse. Elle s'avança un peu et laissa ce soleil chaud de début d'après midi lui caresser le visage. Quand elle rouvrit les yeux, elle fut un peu éblouie mais observa plus en détail la grande salle qui lui faisait face. Promenant ses yeux sur les armoires, les murs puis la piste, elle vit tout au fond dans un coin, presque poussiéreux un magnifique piano à queue de pie, elle s'approcha doucement et l'effleura du bout de la main pendant que ses souvenirs resurgissaient, ses cours pendant l'enfance où elle laissait ses mains se promener sur le clavier pendant des heures. Soudain elle ressenti l'envie irrépressible d'en jouer, cela lui manquait tellement... Elle s'assit sur le tabouret en cuir et souleva le couvercle. Elle s'arrêta un instant, et si elle n'avait pas le droit d'y toucher, il n'y avait personne ici. Elle devrait peut être aller à la bibliothèque, comme elle l'avait prévu initialement... Mais à la vue des touches noir et blanches sous ses mains elle ne résista pas et les airs qu'elle avaient joués et rejoués lui revinrent, faisant danser ses doigts. Une jolie mélodie sorti du piano et s'éleva dans les airs, résonnant dans toute la salle, sortant de la pièce par la porte laissée entrouverte. Mais Mélisandre ne s'en aperçut pas et continua de plus belles, enchainant morceaux tristes et joyeux, profonds et légers...