Salle de bal

Inscription
Connexion

Musique  P.V: T.D et L.F 

Cela faisait peu de temps que Mélisandre arpentait les couloirs de Poudlard. Et elle n'était pas déçue...
Elle avait déjà découvert la bibliothèque, et avait décidé d'y passer au moins une heure chaque jour.
Elle marchait depuis déjà une petite heure, montant et descendant les innombrables escaliers, visitant les différentes salles... Elle n'était sortie qu'une fois, et avait trouvé le parc magnifique. Mais elle préférait décidément rester à l'intérieur.
Elle décida alors de passer faire sa visite quotidienne de la bibliothèque. Parvenue au quatrième étage, elle marcha lentement, faisant crisser ses petits pieds sur les dalles de pierre et promenant ses yeux dans les moindres recoins. Elle jeta un coup d'œil à la salle de répétition et aperçu quelques élèves qui devaient répéter une pièce de théâtre. Puis elle arriva devant une lourde porte, par curiosité elle la poussa un peu et jeta un coup d'œil par l'entrebâillement. Elle vit alors une grande salle lumineuse et spacieuse. Elle s'avança un peu et laissa ce soleil chaud de début d'après midi lui caresser le visage. Quand elle rouvrit les yeux, elle fut un peu éblouie mais observa plus en détail la grande salle qui lui faisait face. Promenant ses yeux sur les armoires, les murs puis la piste, elle vit tout au fond dans un coin, presque poussiéreux un magnifique piano à queue de pie, elle s'approcha doucement et l'effleura du bout de la main pendant que ses souvenirs resurgissaient, ses cours pendant l'enfance où elle laissait ses mains se promener sur le clavier pendant des heures. Soudain elle ressenti l'envie irrépressible d'en jouer, cela lui manquait tellement... Elle s'assit sur le tabouret en cuir et souleva le couvercle. Elle s'arrêta un instant, et si elle n'avait pas le droit d'y toucher, il n'y avait personne ici. Elle devrait peut être aller à la bibliothèque, comme elle l'avait prévu initialement... Mais à la vue des touches noir et blanches sous ses mains elle ne résista pas et les airs qu'elle avaient joués et rejoués lui revinrent, faisant danser ses doigts. Une jolie mélodie sorti du piano et s'éleva dans les airs, résonnant dans toute la salle, sortant de la pièce par la porte laissée entrouverte. Mais Mélisandre ne s'en aperçut pas et continua de plus belles, enchainant morceaux tristes et joyeux, profonds et légers...
Dernière modification par Mélisandre Flywales le 22 août 2018, 19 h 34, modifié 1 fois.

Musique  P.V: T.D et L.F 

Tara n'avait pas cour, cette journée là. Elle décida de se balader dans le château, à la recherche d'endroits qu'elle n'avait pas encore explorés, ce qui allait être difficile, puisqu'elle avait déjà parcouru ,de long en large, les trois premières étages de l'école de sorcellerie où elle étudiait. Il ne lui restait plus que quelques étages à explorer alors la jeune fille cru bon de s'aventurer dans le quatrième, en se faisant bousculer de tous les côtés par les multiples escaliers qui n'en faisaient qu'à leur tête. Elle explora l'étage encore inconnue de la Serpentard, et se perdit dans ses pensées. Elle entendait à présent une mélodie douce et jolie, qui semblait venir de derrière la lourde porte qui se trouvait devant elle. Emportée par la musique, Tara la franchit, sans même se soucier de savoir si elle y était autorisée. Quand elle posa les pieds à l'intérieur, la jeune fillette de 11 ans fût fascinée par la pièce qui se trouvait sous ses yeux. Elle était vaste et belle. Au fond de la pièce se trouvait le piano utilisé par une Gryffondor, qui ne semblait pas plus vieille que Tara, cependant, elle jouait cette magnifique mélodie à la perfection. C'était donc de là que provenait cette musique. La vipère s'assit par terre, admirant la jeune fille assise sur le tabouret qui faisait fusionner ses doigts avec les touches noires et blanches du piano, et qui semblait être passionnée et emportée elle aussi par ces sons qui étaient joués grâce à ses mains. Tara ne voulait pas qu'elle la voit, elle s'arrêterait peut-être de jouer. Elle s'allongea par terre, les paupières fermées et les mains sur le ventre, elle se laisser flotter par les notes que la Gryffondor libérait des touches. La porte, toujours entrouverte, se ferma à cause d'un coup de vent et poussa un bruit fort. Ce n'était pas Tara qui l'avait fermé, mais la jeune fille s'arrêta de jouer, probablement avait-elle sursauté au bruit de la porte qui claque. Elle avait maintenant les yeux portés sur Tara et la regardait curieusement. La vipère se leva et alla la joindre.
-Ne t'arrête pas, c'était vraiment magnifique. Tu as énormément de talent dans ce domaine!
Tara aurait souhaiter qu'elle continue de jouer, puisque la musique la faisait voyager dans un autre univers. Elle attendait maintenant que la lionne réponde, ou qu'elle recommence à fusionner avec le piano.

《Quelles sont les trois choses qu'on ne peut dissimuler bien longtemps?》
《Le Soleil, la Lune et la Vérité.》

Musique  P.V: T.D et L.F 

Mélisandre fut brutalement réveillée par la lourde porte en bois qui se referma avec un grand bruit.
Elle s'arrêta de jouer, les mains au dessus du clavier, aux aguets, cherchant ce qui avait bien pu provoquer cela. Elle promena son regard dans la pièce, et ils finirent par se poser sur une jeune fille, qui devait avoir à peu près son âge, et qui était allongée à même le sol, paraissant déçue que la jeune rouge et or se soit arrêtée de jouer. En d'autres temps, Mélisandre se serait sauvée, gênée qu'une inconnue ait écouté sa musique mais cette fille-la l'intriguait. Elle paraissait avoir été transportée par sa musique... Leurs regards se croisèrent et la jeune Serpentard, d'après le blason qui ornait sa tenue, qui s'était relevée entre temps, s'approcha et dit:
-Ne t'arrête pas, c'était vraiment magnifique. Tu as énormément de talent dans ce domaine!
Cette fois, se surprenant elle-même, la Gryffondor sourit franchement. Ce n'était pas la première fois qu'elle recevait des compliments sur sa musique mais en dehors de sa famille, personne ne l'avait jamais vraiment écoutée, alors qu'une inconnue lui dise ça!
-Euh merci, répondit-elle d'une voix enrouée, je n'ai pas vraiment l'habitude de faire écouter mes morceaux mais,... si tu y tiens, je peux bien t'en jouer un autre!
Elle se positionna donc confortablement pendant que sa camarade se penchait sur le piano et commença à jouer. Ses doigts, tout d'abord mal assuré, se mirent à jouer plus forts et plus vites, comme une danse infernale. Mélisandre avait choisi une chanson plus joyeuse, moins mélancolique que la précédente pour exprimer sa gratitude et sa joie à sa compagne. Le morceau terminée, trop rapidement à leur gout, la Gryffondor se leva et réussi à surprendre une lueur de déception dans le regard de la Serpentard. Pour essayer de le faire disparaître, elle lui sourit puis se leva, lissant sa robe du plat de la main. Elle leva ensuite cette dernière et la tendit ajoutant:
-Salut, moi c'est Mélisandre Flywales, mais tu peux m'appeler Mel! Enchantée de faire ta connaissance!

Musique  P.V: T.D et L.F 

Après avoir hésité un instant, la Gryffondor sourit, surprenant Tara.
-Euh merci, je n'ai pas vraiment l'habitude de faire écouter mes morceaux mais,... si tu y tiens, je peux bien t'en jouer un autre!
La jeune Serpentard, joyeuse, se pencha sur le piano pendant que sa compagne s'installait confortablement sur le tabouret. Elle commença a jouer une musique joyeuse, moins triste que la dernière, peut-être pour impressionner Tara, ou alors pour la remercier de l'avoir complimenté. Au commencement de la mélodie, la jeune fille rousse était moins sûre d'elle, mais lorsqu'elle se senti à l'aise avec Tara, elle recommença à jouer comme elle l'avait fait auparavant: avec assurance. Ses doigts créaient de magnifiques notes, formant une musique sans défauts. La vipère se laissait à nouveau porter par les notes, voyageant dans toutes les pensées qui lui traversait la tête. Plus la Gryffondor jouait, plus Tara avait envie de danser. Se laissant emporter par la musique, elle se mit à vagabonder dans la pièce, faisant des mouvements étranges, mais amusants. Autrefois, jamais elle n'aurait danser devant une inconnue, mais maintenant que sa gêne de p'tite nouvelle s'était dissipée, elle ne se souciait plus le moindrement de ce que sa camarade pouvait penser. Elle bougeait ses bras comme une cinglée et ses jambes s'entremêlaient. Essayant de faire comme les ballerines avec des tutus roses, elle tourna sur un seul pied avec les bras au-dessus de la tête, mais son essai échoua et elle finit les fesses par terre. Elle éclata de rire accompagnée de la jeune fille rousse. La musique termina peu de temps après, mais trop vite à leurs goûts. Les deux jeune filles s'amusaient bien ensemble. Tara était un peu déçue qu'elle ne puisse plus profiter du formidable talent de sa camarade. La Gryffondor se leva ensuite en souriant, passa sa main sur sa robe pour la lisser, et leva cette dernière pour la tendre à Tara en se présentant:
-Salut, moi c'est Mélisandre Flywales, mais tu peux m'appeler Mel! Enchantée de faire ta connaissance!
Surprise, Tara lui serra la main:
-Bonjour Mel, moi c'est Tara, Tara Dolan! Ravie également. Désolée que tu aie dû assister à ma séance de danse professionnelle!
Lui dit la vipère en prononçant cette dernière phrase avec sarcasme.

《Quelles sont les trois choses qu'on ne peut dissimuler bien longtemps?》
《Le Soleil, la Lune et la Vérité.》

Musique  P.V: T.D et L.F 

Tara lui serra alors la main et dit avec une pointe de surprise dans la voix;
-Bonjour Mel, moi c'est Tara, Tara Dolan! Ravie également. Désolée que tu aie dû assister à ma séance de danse professionnelle!
C'est alors que Mélisandre partit dans un grand rire.
-Je n'ai pas pu totalement apprécier, j'étais concentrée sur mes doigts mais il faudra qu'on refasse ça, tu étais tellement gracieuse! En réalité, je suis très nulle pour danser mais il est vrai que j'aime beaucoup ça. En plus, dit-elle en montrant l'espace qui les entourait, nous sommes au bon endroit donc que dirais-tu de venir danser avec moi un de ces jours.
Mel sourit de toute ses dents. Quand elle disait ça, elle ne plaisantais qu'à moitié! Elle souhaitait fort revoir cette personne qu'elle considérait déjà comme une amie et était persuadée que leur amitié pouvait se développer. Cette blague constituait pour Mélisandre une sorte d'invitation à se revoir.
Elle enchaina donc avec une question pour entamer la discussion:
-Tu es là depuis combien de temps?
Mel estimait que Tara devait être plus âgée qu'elle de quelques mois seulement. Alors elle demanda aussi quelle était son cours préféré, si le parc était vraiment aussi grand que l'Histoire de Poudlard le prétendait et si Serpentard, c'était bien. Elle ajouta aussi qu'elle s'attendait à être dans toutes les maisons sauf Gryffondor et que par conséquent elle aimait beaucoup les autres maisons et qu'elle trouvait ridicule les histoires à propos d'une rivalité entre elles. Elle zigzaguait entre les fauteuils en racontant tout ça, laissant à peine le temps à la vert et argent de lui répondre. Puis elle s'interrompit quand elle vit qu'elle était tellement animée dans sa discussion qu'elle faisait de grands mouvements avec ses doigts. Elle vit alors que la jeune Serpentard la regardait d'un air amusé. Mélisandre s'arrêta, rit un peu et la laissa parler à son tour et répondre à ses questions.

Musique  P.V: T.D et L.F 

Suite au sarcasme de Tara, Mélisandre explosa dans un rire profond. La verte et argent, guère surprise, suivi l'exemple de sa nouvelle amie et cette discussion se transforma en un fou rire interminable.
-Je n'ai pas pu totalement apprécier, j'étais concentrée sur mes doigts mais il faudra qu'on refasse ça, tu étais tellement gracieuse! En réalité, je suis très nulle pour danser mais il est vrai que j'aime beaucoup ça. En plus, dit-elle en montrant l'espace qui les entourait, nous sommes au bon endroit donc que dirais-tu de venir danser avec moi un de ces jours.
Demanda Mélisandre à Tara, avec un grand sourire accroché à son visage. Elle disait cela un peu à la rigolade, mais la jeune Serpentard fût ravie de l'invitation et s'empressa de lui répondre:
-Je serais totalement ravie de te refaire une de mes magnifiques performances en ta compagnie!
Tara s'était fait une nouvelle amie et était heureuse de pouvoir parler à quelqu'un. Bien que dans différentes maisons, les deux filles s'entendaient à merveille! La Gryffondor demandait maintenant à sa jeune amie:
-Tu es là depuis combien de temps?
-Je suis ici depuis Septembre, ça fait presque un an, onze mois pour être précise, et toi?
D'un regard curieux, Mélisandre lui fît subir un interrogatoire, elle lui demanda quel était son cour préféré, si le parc était aussi que le prétendait ''L'Histoire de Poudlard'', et si c'était bien, être à Serpentard. Tara regarda son amie avec amusement. S'en apercevant, la Gryffondor s'interrompit la laissa répondre:
-Donc, premièrement,mon cour favoris est, et restera toujours, l'Histoire de la magie. Ensuite, le parc est très grand, mais j'ignore s'il est aussi grand que dans ''L'histoire de Poudlard''. Pour finir, je ne regrette absolument pas d'avoir été admise à Serpentard. Même si c'est la maison qui a la plus mauvaise réputation, je suis absolument certaine que le choixpeau ne s'est pas trompé sur moi.
Tara alla s'asseoir sur l'un des fauteuils qui étaient installés dans la Grande Salle, et posa à son tour, des questions à son amie:
-Et toi, tu te plais ici? Tu es contente d'être à Gryffondor, maison des héros?

Mélisandre vint rejoindre Tara sur le fauteuil qui était aux côtés du siens, et lui répondit.
Dernière modification par Tara Dolan le 22 août 2018, 13 h 46, modifié 1 fois.

《Quelles sont les trois choses qu'on ne peut dissimuler bien longtemps?》
《Le Soleil, la Lune et la Vérité.》

Musique  P.V: T.D et L.F 

Tac-tac-tac

Elle ne tenais plus...

Tac-tac-tac

Son pied battant nerveusement le sol de la salle commune, Lou étouffait.

Tac-tac-...

Fusillée par un regard d’un camarade en pleine lecture, Lou s’arrêta, laissant retomber un lourd silence sur la tour Ouest. C'était comme une boule coton qui emplissait l’atmosphère humide de la salle et qui nous remplissait les poumons chaque fois qu’on osait une inspiration. Lou suffoquait.
Elle se leva soudain sous les regards surpris de ses camarades et fila d’un pas décidé vers son dortoir. Elle ne se laissera pas abattre par l’été, ça non! La fillette eut tôt fait de trouver son violon, un vieux modèle sans verni qu’elle avait fabriqué avec l’aide de son luthier de père. Son bois grisé était si beau pour la jeune enfant qu’elle avait été qu’elle avait refusé qu’on le recouvre d’une quelconque couche brillante.
Le violon contre son cœur, l’archet dans l’autre main, l’aiglonne sorti en trombe du sauna qui avait remplacé sa salle commune.

Ses pas claquaient sur les pierres des couloirs. Elle avait beau marcher légèrement, il semblait que les echos de ses bottes contre la pierre se répercutaient de tous côtés... Les couloirs semblaient avoir été vidés par les élèves fuyant vers la fraîcheur du Lac. Elle, ses pas la menaient autre part...

Elle se rapprochait... Lou serra un peu plus son violon contre elle. Prise par ses devoirs, elle n’avait pas pris le temps de glisser sur les cordes de son instrument depuis un certain moment et l'idée de se laisser enfin emporter lui donnait des frissons au milieu de la chaleur étouffante du château. La voilà. La grande porte de la salle de bal pointait ses imposants gongs au bout du couloirs... pourtant Lou ralentit le pas. Il y avait quelque chose qui n’allait pas, qui lui retournait le cœur. Une mélodie, une autre mélodie que celle d’un violon non verni s'évaporait hors de la salle tant convoitée. Une idée vint affoler le cœur de l’aiglonne. Il y avait quelqu’un d’autre là bas... un autre esprit de musique...
D’un pas prudent, la fillette se rapprocha de la lourde porte. La mélodie qui s’en échappait était sans aucun doute celle d’un piano... un piano plein de passion. La musique transperçait le cœur de la fillette, elle la vivait, emportée par les notes qui semblaient virevolter à l’intérieur.

Soudain, alors qu’elle allait passer son curieux regard dans l’embrasure de la porte, un pic dans son ventre la réveilla. Visiblement, quelqu’un approchait... La terreur d'être surprise reprit la fillette au ventre. Lou recula, soudain complètement silencieuse, vers l’angle du couloir, fixant prudemment l’autre bout du couloirs. Là bas au fond, une autre fille approchait belle et bien. L’aiglonne ne prit pas le temps de la détailler et se terra derrière une armure plantée là. Son violon lui claqua à la mâchoire mais tant pis... La musique du piano venait de s’amplifier quand, semblait il, la nouvelle venue entra dans la salle de bal. Lou hésita un coup d’œil vers la porte... la fille n’était plus là. Sortant de sa cachette, la jeune Foxer se rapprocha à nouveau de celle-ci. Elle voulait, comme un besoin, voir cette fille qui jouait du piano avec tant de fougue. Elle passa le bout de son nez pâle par l’ouverture et puis... tout se passa très vite. Elle vit les doigts de la fillette qui jouait, ses yeux concentrés sur la mélodie, les touches comme les vagues sur une mer d’écume, et puis ce piano couvert de givre qui réfléchissait la silhouette de la musicienne en mille morceaux. Et soudain. BAM

Lou s’était reculée par réflexe... elle avait bien fait. L’immense porte de la salle venait de se refermer avec un vacarme assourdissant devant elle, coupant court à la musique qui avait empli l’être qu’était la jeune aiglonne. Restant béate un instant devant le bois qui lui emplissait le champ de vision, Lou fut réveillée par la musique qui reprenait à l'intérieur. Celle là, cette fois ci était joyeuse, enjouée... N’y tenant plus elle poussa doucement les battants de la porte pour mieux écouter. À l’intérieur, la nouvelle venue semblait s’être laissée aller à une danse effrainée sans juste sens... mais Lou y voyait ses émotions, ce qu’elle avait en elle. Quand elle finit par terre, la fillette retint un rire mais se rembrunit aussitôt: la musique avait cessé... Elle s’avança un peu plus, tentant de comprendre pourquoi la si belle musique s’était éteinte. Les deux jeunes filles se fixaient en souriant, debout au milieu de la salle. Lou ne pouvait entendre ce qu’elles se disaient. Ses yeux étaient résolument fixés sur la Serpentard -apparemment d’après son uniforme- et tous ses sens avec. C’était sa faute... sa faute car elle avait stoppé la musique, sa faute car l’autre -une Gryffondor- lui souriait à elle et pas au piano, sa faute car elle entraînait la belle musicienne loin de son instrument.
Son violon résonnant à son oreille de son cœur, Lou n’avait pas remarqué qu’elle était maintenant visible, ses bottines et son pâle visage pointant derrière la porte, ses doigts blanc contractés sur son instrument.

Elle faillit briser le manche quand un frisson gelé lui parcouru le dos... Un regard... Un regard la fixait, elle et sa fichue maladresse à ne pas être restée cachée...

« Leur nom, elles le signent de la pointe de la baguette, d'un Z qui veut dire Zorras! »

Musique  P.V: T.D et L.F 

-Donc, premièrement,mon cour favori est, et restera toujours, l'Histoire de la magie. Ensuite, le parc est très grand, mais j'ignore s'il est aussi grand que dans ''L'histoire de Poudlard''. Pour finir, je ne regrette absolument pas d'avoir été admise à Serpentard. Même si c'est la maison qui a la plus mauvaise réputation, je suis absolument certaine que le choixpeau ne s'est pas trompé sur moi.
Tara alla s'asseoir sur l'un des fauteuils qui étaient installés dans la Grande Salle, et posa à son tour, des questions à son amie:
-Et toi, tu te plais ici? Tu es contente d'être à Gryffondor, maison des héros?
Mélisandre vint rejoindre Tara sur le fauteuil qui était aux côtés du siens, et lui répondit.
-Je suis arrivée avant-hier! répondit Mélisandre. Mais je n'ai pas encore eu le temps de tout explorer! Et ce serait bien mieux de ne pas le faire toute seule,dit la jeune fille avec un clin d'œil appuyé à sa nouvelle amie. Etant une Gryffondor, j'essaye d'être courageuse! A vrai dire, je m'attendais à me retrouver dans toutes les maisons, sauf celle-ci! Je ne suis pas du genre à m'aventurer dans des endroits interdits et à être aussi intrépide mais, maintenant que j'y pense, ça peut être très excitant ajouta-elle avec un grand sourire.
Mélisandre attendit la réponse de son amie fébrilement car un instant, elle eu peur de l'avoir faché en parlant de faire des choses interdites, mais Mel ne pensait pas mal, voulant juste découvrir les secrets cachés de ce grand château.
Cependant, la réponse ne vint pas. Dos à la porte, et passionnée dans sa discussion, Mélisandre n'avait pas entendue le claquement qui avait dévier le regard de la jeune Serpentard. Elle le suivi alors et se retouranant, aperçu dans un recoin de la pièce une jeune fille qui semblait les observer. Cependant, chose étrange elle semblait presque en colère. Mel ne doutant pas un seul instant de ses pensées à l'égard de sa nouvelle amie, et pensant qu'elle était en colère contre elle-même, de s'être fait démasquée sourit et lui cria:
-Salut! Tu es la depuis combien de temps? Ne sois pas fachée! Viens!

Musique  P.V: T.D et L.F 

Le sourire aux lèvres, la rouge et répondit à Tara en ajoutant une question qui surpris la verte et argent:
-Je suis arrivée avant-hier! répondit Mélisandre. Mais je n'ai pas encore eu le temps de tout explorer! Et ce serait bien mieux de ne pas le faire toute seule,dit la jeune fille en faisant un clin d'oeil à Tara. Etant une Gryffondor, j'essaye d'être courageuse! A vrai dire, je m'attendais à me retrouver dans toutes les maisons, sauf celle-ci! Je ne suis pas du genre à m'aventurer dans des endroits interdits et à être aussi intrépide mais, maintenant que j'y pense, ça peut être très excitant
Mélisandre paraissait quelque peu inquiète, probablement parce qu'elle ne savait pas comment la verte et argent réagirait face à sa demande de s'aventurer dans des endroits interdits aux élèves. Ce qui ne dérangea pas Tara du tout, elle était seulement surprise qu'une fille venant de la maison du lion puisse proposer une activité qui était, en quelque sorte, illégale, mais un sourire se dessina sur son visage pâle. Elle aurait été enchantée d'aller avec la Gryffondor, malheureusement, elle n'eût pas le temps d'y répondre, attirée maintenant vers la porte, qui avait poussé un claquement. Mélisandre, dos à la porte, ne l'avais pas entendu. Tara dirigeait maintenant ses yeux sur la fille qui attendait près de la porte. Voyant que sa nouvelle amie était inattentive à ce qu'elle lui diait, La jeune rouge et or suivit le regard de Tara et remarqua à son tour l'inconnue. Celle-ci semblait fâchée, en colère et déçue. Peut-être était-ce parce qu'elle s'était fait prendre à les regarder. Mélisandre n'hésita pas une seule seconde avant de l'inviter à se joindre à elles:
-Salut! Tu es la depuis combien de temps? Ne sois pas fachée! Viens!
Bien entendu, Tara n'était pas choquée. Au contraire, elle était ouverte à tous ceux qui pourraient être de potentiels amis. Hésitante l'inconnue semblait changer d'expression faciale. Elle ne paraissait plus en colère, elle sembla plutôt joyeuse, ou heureuse de l'invitation de Mélisandre.


Désolée pour la courte réponse

《Quelles sont les trois choses qu'on ne peut dissimuler bien longtemps?》
《Le Soleil, la Lune et la Vérité.》

Musique  P.V: T.D et L.F 

-Salut! Tu es la depuis combien de temps? Ne sois pas fachée!

Un frisson parcouru la nuque de la jeune aiglonne. Que fallait-il faire maintenant? Lou ne savait pas s’avancer ainsi vers les autres en souriant... Tout ce qu’elle savait, c’était reculer silencieusement dans l’ombre pour filer en douce. Sans vraiment y réfléchir, elle trébucha maladroitement derrière la porte et perdit de vue les deux inconnues. Cela s’était passé si vite, comme un mouvement de réflexe. Là, dans la pénombre, Lou avait presque l’espoir de pouvoir de retourner et filer en douce...

- Viens!

Sa pâle main se figea à nouveau sur le manche de son violon. Elle était trop bête... Pourquoi avoir pensé qu’on la laisserait tranquille? Elle ne pouvait plus reculer maintenant, l’aiglonne aurait eu un poids sur la conscience...
Elle fit un pas... deux pas et à nouveau, elle fit surface dans la salle gelée. Elle se surprit soudain à espérer se retrouver seule, seule au milieu de cette si belle salle.. Tout aurait été si simple si, en entrant elle avait trouvé la salle vide! La bleu et bronze aurait alors pris son violon et aurait pu jouer, se laisser emporter par la musique. Les deux files étaient encore là. Bon...
La jeune Foxer se força à avancer, tentant de dissimuler de ses cheveux nacrés le rouge de ses joues. C'était comme se rendre après s’être faite surprise à voler des chocolats, très frustrant. Et puis quelque chose vint lui titiller l’esprit... il fallait qu’elle parle, qu’elle dise quelque chose. Ses pas crissaient sur le givre de son silence. Oui, il fallait qu’elle sorte un son, qu’elle se présente mais cela lui retournait le cœur.

- Bonjour...

Sa voix était comme rayée, coincée quelque part au fond de sa gorge, ça ne rendait pas la plus belle des paroles... Lou se racla la gorge, les yeux encore rivés sur les pieds de ses auditrices. C’était terriblement gênant.

- ... euh, je suis Lou et je... bah j’écoutais le piano quand...

Elle retourna son regard vers la porte comme si elle pouvait, elle, prouver la vérité aux deux inconnues. Rien ne vint et Lou se reporta à nouveau vers les jeunes filles, plus rouge que jamais. Elles devaient la prendre pour une demeurée ou sous l’influence d’un sortilège d’ébétude... Comme si ce n’était pas assez, son archer lui glissa de ses mains moites et vint résonner sur le sol poussiéreux. L’aiglonne s’accroupit en vitesse pour le reprendre et se releva en titubant sous l’action d’un vertige incontrôlable. Au bout du rouleau, Lou décida de s’arrêter, espérant provoquer la même chose envers ses maladresses et choisit enfin de croiser à nouveau les regards des jeunes sorcières. Il faudra bien leur faire face alors autant ne pas trop faire durer le supplice.

- Pardon, je vous ai dérangé... Je vais vous laisser tranquilles... De toute manière je... je dois travailler mon violon.

De son archer, la pâle fillette désigna son instrument pour bien expliquer sa réponse. Elle tenta même un sourire, soudain prête à tout ou presque pour fuir au plus vite.

« Leur nom, elles le signent de la pointe de la baguette, d'un Z qui veut dire Zorras! »

Musique  P.V: T.D et L.F 

Mélisandre regarda, surprise, la jeune fille reculer, trébucher, avancer, devenir écarlate puis se baisser, avancer de nouveau avant de dire d'une voix enrouée:
- Bonjour...
Elle l'entendit se racler a gorge à nouveau avant de réussir à prononcer:
- ... euh, je suis Lou et je... bah j’écoutais le piano quand...
Le cœur de Mélisandre rata un battement, alors elle était la depuis tous ce temps, oh non! Elle aussi l'avait écouté joué! La Rouge et Or compris l'envie de Lou de fuir pendant un moment. Elle la vit à peine regarder la porte les oreilles bourdonnantes. Elle sortit de ses pensées brièvement lorsqu'un objet fin tomba sur le sol. C'est alors que Mélisandre remarqua enfin que ce que tenait dans ses mains la jeune Serdaigle n'était autre qu'un... Violon!
Une autre musicienne alors... Mais c'était encore pire!!! Et si elle n'avait pas apprécié sa musique! Elle rougit à son tour. Elle garda ses yeux fixés sur la bleu et bronze pendant qu'elle ramassait son archer et comme prenant une décision leur dit:
- Pardon, je vous ai dérangé... Je vais vous laisser tranquilles... De toute manière je... je dois travailler mon violon.
Mélisandre compris alors qu'elle allait partir, elle en mourrait d'envie depuis tout à l'heure... C'est alors que prise par une pulsion elle se leva avant que la jeune fille aux cheveux nacrés n'ait eu le temps de se retourner vers la grande porte, et cria:
-Non attend!
Mélisandre courut jusqu'elle et lui dit alors:
-Tu as dit que tu m'avais écouté jouer, je, je ne sais pas si tu as apprécié mais... Je pense que tu me dois un morceau....
La jeune Gryffondor s'arrêta un instant, il y avait très peu de chance pour que cette jolie musicienne accède à sa requête... Elle -même timide en temps normal, elle la comprenait tout à fait et aurait certainement refusé à sa place... un autre jour. Car aujourd'hui, même Mélisandre ne se comprenait pas, sa maison devait avoir un effet bénéfique sur elle car elle osait des choses que jamais elle n'aurait fait en temps normal. Elle attendit alors patiemment la réponse de sa camarade, la fixant de ses yeux verts.

Musique  P.V: T.D et L.F 

-Non attend!

Le cri fit l'effet d'un coup de tonnerre dans la salle gelée. Ses poils se hérissèrent sur ses bras tendit que la fillette faisait volte-face, prête à se défendre. Une touffe rousse fonçait vers elle à grands pas. La première pensée qu'eut Lou fut celle d'un lion. Un immense lion qui se jetait sur elle, à deux doigts de la dévorer. Mais le flou de la peur se dissipa quand elle remarqua au milieu de la crinière, deux yeux verts et noisettes. Aucun prédateur traquant une proie n'avait de tels yeux.

-Tu as dit que tu m'avais écouté jouer, je, je ne sais pas si tu as apprécié mais... Je pense que tu me dois un morceau....

Devant ces yeux si doux, la bleu et bronze s'était détendue, sa main desserrant le manche de son violon, ses bras se relâchant autour de ses côtes, ses épaules retombant lentement... Ce moment d'apaisement ne dura pourtant qu'une seconde. Je pense que tu me dois un morceau.... avait-elle dit... Qu'est-ce qu'elle voulais dire? Au fond de son esprit, Lou le savait, elle l'avait compris très clairement même. Seulement, elle ne voulais pas comprendre, elle ne voulait pas laisser la vérité remonter jusqu'à la surface éclairée de son esprit. Mais la Gryffondor ne l'avait pas quitté des yeux, au contraire, elle la fixait maintenant avec une telle ténacité que seul un pas en arrière, vers la sortie, lui ferait perdre le peu d'équilibre qu'elle avait encore en ses jambes flageolantes. Je pense que tu me dois un morceau.... Ses yeux faiblards toujours emprisonnés entre ceux, braves et sûrs de la rousse, Lou réfléchissait du mieux qu'elle pouvait. Celle qui lui faisait face n'avait pas tors... Il était totalement justifié pour elle de rendre ce qu'elle avait volé à cette fille: son intimité. Alors... alors soit. Elle jouerait. Plus sûre d'elle à présent, la jeune aiglonne réussit à se libérer de la prive mentale qu'appuyait la gryffonne sur elle pour se porter vers la verte et argent. Devant la musicienne, jouer, oui, elle y était légitimement obligée. Pas devant la Serpentard. La verte et argent était celle qui avait arrêté la fougue du piano, celle qui l'avait vu derrière la porte. Mais rien de la foudre que lui envoya les yeux de la jeune Foxer ou de présent son refus à jouer ne la fit sortir de la salle. Excédée, Lou choisit de se concentrer sur son instrument. Elle n'eut pas à chercher longtemps le morceau qu'elle souhaitait jouer. Tentant d'oublier les regards, se concentrant sur le faible écho que produisait le frottement de son violon contre sa joue, Lou plaça ses doigts sur les cordes du haut pour un premier accord puis leva son archet. Un instant suspendu au doute, elle hésitait. Fallait-il vraiment qu'elle le fasse? Elle pouvait pourtant se retourner et partir en courant, la fillette allait assez vite pour les semer... peut-être. Mais non. Elle le devait pour la rouge et or. Alors elle posa son archet. La première note qui en sortit surpris presque Lou tant elle avait une assonance particulière dans la salle de glace. Et puis elle s'engagea, fermant les yeux comme d'habitude, se laissant emporter par la mélodie loin au dessus de Poudlard, survolant le château, la cour, le parc, le Lac, la forêt... D'une mélodie calme et presque mélancolique, la main de la fillette se laissa prendre par les sentiments pour continuer au mieux le morceau. Elle savait que ce qu'elle faisait n'égalait en aucun cas le fantastique des morceaux du piano de tout à l'heure mais pour l'instant, elle s'en fichait bien. Son vol se faisait plus léger, plus ample, la mélodie suivant, tandis qu'elle se laisser porter un peu plus loin. Quand enfin la dernière note vint ricocher contre les parois givrées, Lou sentit quelque chose de froid, seul et unique sur sa joue qu'elle essuya vivement. Qu'avait-elle donc encore?! Honteuse d'avoir pu se montrer aussi ouvertement, la fillette n'osait plus lever les yeux de son violon.

« Leur nom, elles le signent de la pointe de la baguette, d'un Z qui veut dire Zorras! »

Musique  P.V: T.D et L.F 

Mélisandre attendit patiemment la décision de Lou,... Quand celle ci tourna la tête et jeta un regard foudroyant derrière l'épaule de la petite rousse, cette dernière, surprise tourna la tête presque aussitôt et vit sa camarade de Serpentard, qu'elle avait presque oublié, qui était restée assise sur un fauteuil et qui les regardait. Mélisandre s'en voulu instantanément, pourquoi l'avait-elle laissée ainsi!? Elle lui fit un petit signe discret de la main dans le dos, lui disant de s'approcher pour écouter près d'elle si la jolie musicienne acceptait de jouer. Elle resta cependant discrète, s'étant aperçue des tensions qui régnaient entre les deux filles. Et elle ne comprenait pas, pourquoi la Serdaigle éprouvait-elle une telle haine apparente à l'égard de la si gentille Serpentard?

Mélisandre arrêta de se poser des questions quand une note profonde, mélodieuse, émouvante résonna dans toute la pièce, la Rouge et Or se retourna lentement, cependant, sa camarade ne la rejoint pas, et elle s'assit parterre, sur le carrelage froid et vibrant pour se laisser porter par cette musique poignante qui les emporta loin. La musique coulait, glissait de toutes parts telle un ruisseau enchantée. Mélisandre n'en croyait pas ses oreilles, jamais elle ne pourrait égaler un tel talent! Cette musique était si douce, et si émouvante! La jeune fille ouvrit les yeux un instant et admira les cheveux nacrées de la musicienne qui suivait le va et viens de son bras, ondoyant en reflets argentées et dorées.

Lorsque la musique s'arrêta, Mélisandre, émut jusqu'au larme, vit qu'elle n'était pas la seule... Lou, celle qui avait produit cette Musique, versa une larme, seule et unique qui roula sur sa joue et tomba sans un bruit sur le sol, y laissant une trainée humide et salée. Mel avait suivit du regard la goutte et quand elle ramena ses yeux sur le visage de sa propriétaire, elle vit que cette dernière gardait obstinément le regard sur son violon, comme si elle n'osait regarder ailleurs.

Mélisandre jeta un coup d'œil derrière elle, à sa compagne verte et argent qui elle aussi allongée sur le sol, avait ouvert les yeux puis ramena son regard sur la violoniste. Elle ouvrit alors la bouche et dit d'une voix submergée par l'émotion:
-C'était....
Mais elle s'arrêta car elle senti que cette phrase était de trop.
Elle referma donc ses lèvres roses qu'elle mordit pour cacher son désarroi.
Elle tourna son regard vers la fenêtre, les oiseaux chantaient, le soleil brillait, elle était bien. Elle attendit alors que ses compagnes sortent de leur transe.
Dernière modification par Mélisandre Flywales le 25 août 2018, 12 h 14, modifié 1 fois.

Musique  P.V: T.D et L.F 

- Bonjour...
Répondit alors la jeune fille de Serdaigle, d'une voix incertaine. Tara la comprenait, sûrement s'en voulait-elle d'avoir été prise à regarder les deux amies. Elle se racla la gorge, question de prendre une voix avec plus d'assurance:
-... euh, je suis Lou et je... bah j’écoutais le piano quand...
À ces mots, Tara croisa le regard de Mélisandre, qui fût certainement surprise de savoir que quelqu'un d'autre l'écoutait, jouant merveilleusement du piano. Personne ne parla, jusqu'à ce que la Serdaigle s'excuse:
-Pardon, je vous ai dérangé... Je vais vous laisser tranquilles... De toute manière je... je dois travailler mon violon.
Elle dit cela en leur montrant l'instrument qu'elle tenait dans sa main, comme pour appuyer ses paroles. Elle souri même, un sourire forcé, mais tout de même un sourire. Elle s'apprêtait à partir quand la Gryffondor s'écria:
-Non attend!
Mélisandre courait jusqu'à la Serdaigle et reprit:
-Tu as dit que tu m'avais écouté jouer, je, je ne sais pas si tu as apprécié mais... Je pense que tu me dois un morceau....
Mal à l'aise et hésitante, la jeune bleu et blanche la regarda, et regarda Tara également. Elle qui croyait s'être fait oublier des deux filles, elle se fit foudroyer du regard par cette fille blonde venue de Serdaigle. Elle en ignorait la raison et se demandait pourquoi, peut-être croyait-elle à ces rumeurs selon lesquelles les sorciers et sorcières venant de Serpentard étaient tous mauvais. Elle soutenait son regard pour ne pas paraître faible. Elle n'avait pas l'intention de faire mauvaise impression, mais elle voulait rester dans la salle de bal pour écouter une autre pièce de musique d'une musicienne qui avait certainement du talent. L'inconnue commença alors à jouer de son instrument, quand Tara s'allongea par terre. Elle vit que Mélisandre lui fit un petit signe dans son dos, comme pour lui indiquer de venir à ses côtés, mais Tara ne voulait surtout pas s'imposer, alors elle resta où elle était. Elle se laissait porter par la mélodie qui était probablement destinée à son amie vêtue de rouge et or, puisque Tara n'avait joué aucun morceaux pour elles. La Serdaigle, son violon entre ses doigts et sa joue, laissa couler une larme, une seule, sur sa joue rosée. Pourquoi? Tara se le demandait. Quand elle eût fini de jouer, la bleue et blanche baissa son instrument. La verte et argent ouvrit les yeux, sans pour autant regarder quelque chose. Elle sentait les yeux de sa nouvelle amie de Gryffondor posés sur elle. Une inconnue aurait sûrement pensé qu'elle était folle de s'étendre sur le sol où tout le monde pilait, mais elle savait que c'était la seule manière de se détendre. Elle se releva et entendit Mélisandre dire:
-C'était....
Après ce simple mot, elle s'arrête sans finir sa phrase. Tara ne dit alors:
-Vous deux ensemble, vous feriez une super belle équipe! Elle ajouta, à la rigolade: Et, mes performances de dance exceptionnelles ajouteraient du piquant à vos prestations.
Elle avait dit cela pour détendre l'atmosphère. Cependant, elle avait la nette impression qu'elle devrait les laisser ensemble, entre musiciennes, mais, son plus grand défaut étant la curiosité, elle resta. Attendant que l'une de ses deux compagnes parle.

《Quelles sont les trois choses qu'on ne peut dissimuler bien longtemps?》
《Le Soleil, la Lune et la Vérité.》

Musique  P.V: T.D et L.F 

Lou avait les yeux rivés sur la trace que sa larme avait laissé au sol. C'était tellement bête d'avoir pleuré ainsi!

- C'était...

Reconnaissant enfin la voix de la Gryffondor, la fillette leva son regard vers la musicienne. Bizarrement, celle ci avait les yeux brillants, émus. La voir ainsi provoqua comme une bombe dans son coeur et la rassura par la même occasion. Comme rien ne venait plus, l'aiglonne détourna son attention vers la silhouette derrière la rousse. La Serpentard! Emportée par sa mélodie, la fillette ne l'avait pas vu venir. La verte et argent avait le regard vide, elle ne bougeait pas.
Soudain, Lou se sentit mal. Depuis le début, elle n'avait fait que montrer de l'agacement envers cette verte et argent. Pourtant, à bien y réfléchir celle-ci n'avait rien fait de vraiment mauvais. Elle voulait seulement écouter la si belle musique de la rouge et or. Elle, Lou, qui s'était montrée si égoïste en lui reprochant d'avoir arrêté le piano, qui avait presque refusé de partager sa musique avec elle, c'était elle qui aurait dû se faire foudroyer par son regard. Quand elle vit les lèvres de la Serpentard s'ouvrir pour parler, elle s'attendait à une raillerie... Elle se retrouva chamboulé par la voix chaleureuse qui en sortit.

-Vous deux ensemble, vous feriez une super belle équipe!

Surprise, Lou jeta un coup d'œil à la Gryffondor. Jouer aux côtés d'une telle virtuose... il était vrai que le rendu pourrait être joli à l'oreille.

Et, mes performances de dance exceptionnelles ajouteraient du piquant à vos prestations.

Pour la première fois, Lou se sentit sourire à la verte et argent. Elle espérait, par ce qui se dessinait sur ses lèvres, lui montrer à quel point elle tenait à s'excuser de son injustice. Et puis... ce n'était pas une si mauvaise idée... Jetant un coup d'oeil au piano, la bleu et bronze s'imagina jouant à l'unisson avec la Gryffondor, la verte et argent tournoyant autour. D'un certain point de vue, ça pouvait se faire. Après s'être ouverte ainsi devant les deux jeunes filles, Lou se sentait moins gênée, elle serait bien capable de jouer à nouveau! Englobant ses deux camarades, elle dit alors.

- Pourquoi pas tiens... Je peux me caler sur une mélodie et puis le son est si beau ici... ça rendrait bien non?

Elle lança un regard vers la Serpentard, son sourire accru.

- Et puis c'est beau de voir la musique à l'état pur, on comprend mieux pourquoi on le fait.

Nouveau sourire timide, nouvelle excuse... La fillette espérait qu'elle pourrait se faire pardonner. Elle finit malgré tout par se tourner vers la rouge et or.

- On essaye?

« Leur nom, elles le signent de la pointe de la baguette, d'un Z qui veut dire Zorras! »