Salle de bal

Inscription
Connexion

Quelques pas sur la piste étoilée  T.G's & L.S 

Novembre 2043
Salle de bal - Poudlard


À en croire l’expression satanée de ton visage balafré, tu semblais choqué.

Perdu, bouleversé


Je crois que c’était simplement une mauvaise passe dans ta vie, surement un changement trop brutal ou un algoritme démesuré.
Il aura fallu pas loin de trois mois pour que tu te résignes à croire en l'existence réelle de la magie et du monde des sorciers.
Trois mois de brutal changement, trois mois pour apprendre à tout quitter pour ensuite tout recréer. Pour recréer ton petit univers de gamin malheureux, s’altérant de ses propres larmes et de ses propres douleurs.

Ils étaient là eux ? J’étais là moi Rytz ? On pouvait t’aider


Je crois, qu’il ne faut pas toujours chercher le plus compliqué, il ne faut pas toujours chercher les choses qui peuvent nous éloigner du bonheur, d’une vie heureuse et épanouie. Mais, je pense que pour l’instant, tu ne comprenais pas ce raisonnement.
Le succès c’est comme une drogue Rytz alors, je crois que d’un côté, tu n’avais pas totalement tort de vouloir t’en éloigner.

L’enfant est triste ? Et pourtant, il a tout à Poudlard pour être heureux, il n’a pas le droit de se plaindre.


Tu avais trouvé cette salle, cette salle calme, vaste peuplé de grands miroirs. Cette salle isolée, coupée du monde dans laquelle tu pouvais te livrer entièrement à ton humble passion. Tu y étais venu une première fois sans savoir vraiment pourquoi mais, depuis cette salle te plaisait et, tu y passais de plus en plus de temps.

Ton corps était recroquevillé au fond de la grande salle et tu semblais ce jour-là, porter toutes les misères du monde sur tes épaules. Je crois même avoir pu distinguer, une petite larme couler doucement sur ta joue froide.

Etrange non ? Toi qui voulais donner une image de toi comme le garçon sans émotions, transparent. Toi qui voulais et qui as toujours voulu couvrir tes souffrances et tes blessures…

On dirait t’étais mort !
Comme endormi et, c’est cela la beauté de la danse. La danse je crois que c’est comme parler en silence. C’est le fait de pouvoir exprimer pleins de choses sans pour autant dire un mot. Je crois que c’est la danse qui t’as permis parfois d’oublier le malheur de ton enfance et de ta vie…
Façon de vivre
Liberté de penser


Et là, c’était magique, magique de voir un corps recroquevillé sur lui même s’étendre, grandir et revivre. Je crois qu’à cette époque tu avais plutôt un assez bon niveau. Tu n’avais jamais eu l’occasion de prendre des cours mais, après des heures de pratiques à essayer de reproduire des mouvements, tu avais réussi à t’approprier un style et à développer une façon de danser que certains pourraient juger comme très étrange. C’était un peu un mélange de tous et n’importe quoi mais, ça semblait rendre un tableau plutôt joli à regarder.
Dernière modification par Galvane Rytz le 16 mars 2019, 23 h 40, modifié 1 fois.

Erreur n°404

Quelques pas sur la piste étoilée  T.G's & L.S 

Hors du temps.


Le château m'emprisonne.. Il tente de me transformer en soldat. On nous apprends de multiples sorts.. Des connaissances que je n'ai jamais voulu avoir. Des choses immatérielles qui brouille mon cerveau. Et un jour je vais devoir me servir de ça pour monter en année ? A quoi ça sert tout ça ? Nous défendre ? Mais de qui ? Ne sommes nous pas en sécurité dans cette prison? Perpétuellement la même routine, des habitudes s''immisce. De bonnes.. ou de mauvaise. Enfin toi, tu as un chevalier. Cette scène tu la repasses en boucle dans te tête sans comprendre. Mais comprendre quoi ? Cet acte te parait si.. insensé. Surtout vu les antécédents que tu as avec lui. Le 'Voleur'. Si lui prends cette place ? Qui es tu toi ? Le volé ? Mais que t'as t'il pris en plus de ta dignité ? Tu as tellement envie d'exprimer ton ressenti flou avec lui.. Non.. Si ? A ses côtés tu te sens puissant. Dans les couloirs tu avais l'impression que rien ne pouvait t'arriver. Intouchable. En te propulsant mentalement dans ce passé, tu ressens encore.. dans tes veines. Il a laissé quelque chose dans ta mémoire. Qu'est ce que c'est ? Un sentiment agréable. Un peu comme quand Abbey te fait des petits gâteau et s'occupe de toi.. Qu'elle rigole avec toi.. Tu sens qu'elle te protégera au péril de sa vie. Même si rien ne vous lie dans le sang.. Mais dans le coeur. Un sourire fleurit.. Un doux sourire.. Quelque chose de beau en concordance avec ton visage reflétant l'innocence. Il t'a fait brillé. Que quelques instants..

Où je vais ? C'est vrai je ne suis jamais passé par ici. Et pourtant.. Et pourtant.. Toi. Le petit flemmard qui traîne des pieds. Ce qui fait râler la plupart des personnes qui se balade en même temps que toi. Pourquoi doit on lever les pieds quand on marche ? C'est plus fatiguant. J'en ai marre d'être fatigué par ses foutus cours. Je n écoute jamais et je me ramasse de sale note. On croit que j'ai des soucis. Bah comme tout le monde quoi. Saleté de gens. Mais moi mes problèmes s'accumule rendant mon fardeau de plus en plus lourd. Un jour le serpent va mourir. Ecrasé sous le poids de ses erreurs, de ses mensonges, de ses secrets.. Comment les adultes font pour survivre face à ce monde faussement peint de couleurs rempli d'émotions ? Tout te ronge. Tu veux juste tout dire, tout crier, tout hurler en se préoccupant que de toi. Ta petite personne vaniteuse et égoïste.

En fermant tes paupières. Tu ne vois personne. Je pense à rien. Mais quelques choses veut sortir d'entre tes lèvres. Une douce mélodie. Une voix fluette. Mais une voix enchanteresse. Puissante mais.. douce. Etrangement douce. D'après les escaliers que j'ai enjambé je suis au quatrième étage. Je ne sais pas si il y a des gens mais je me sens bien. Je veux me libérer. Sortir ce qui me traverse l'esprit. Mais et la boite de pandore ? Vas tu briser la chaine alentour ? En partie. Elle se défait, défait.. Ton coeur bats dans tes tempes. Et c'est là. Que tu commences ma chanson totalement inventée sur le coup.

"Un enfant perdu,
Trouve un chevalier,
Mais est t'il seulement,
Digne de ma confiance ?"

chantonné-je à mi-voix. *Totalement absurde*


Je m'en fous si c'est bête de faire ça.. La salle de répétition juste devant ma figure. J'entre dans la pièce en continuant je referme mes yeux. Tu tourbillones sur toi même en chantant de plus en plus fort.

"FOUTUUUUU CHATEAUUUU,
FOUTUUUUUU PRISOOOOON,
FOUTUUUUUU PROFFFFFFF,
FOUTUUUUU MAGIEEEEEEEE."


C'était un exutoire. Je crie à plein poumon tout en gardant un rythme bien à moi. Même si c'était chanté de manière brusque cela me tient à coeur. Tu te sens revivre. Comme alléger durant quelques secondes.

"RAS LE BOOOOOOOOOOOL,"

En me coupant la parole pour reprendre un timbre de voix plus doux.


"Je veux être quelqu'un d'autre,
Un sorcier badass,
Trop méga cool,
Et super beau,
Même si je le suis déjàààààà"



Bim.Pam.Poumm. Il se cogne l'épaule contre un mur et tombe sur ses fesses. Aie.

En glissant je viens, en rusant je vaincs, le sommet j’atteins.