Comptoir

Inscription
Connexion

Quand on était jeune et con ...

La salle du Chaudron avait commencé à se vider et seuls les irréductibles clients, ivrognes se tenaient encore, ici et là, dans des recoins du pub.

Diane était partie un peu plus tôt dans la soirée et j'assurais la permanence seul alors que les boutiques du chemin de traverse fermaient une à une leurs portes. Les clients passaient pour se rendre côté moldu et j'observais tout ce petit monde paisiblement. Dans quelques instants il n'y aurait plus personne et mon travail étant largement assez avancé, je pourrais prendre une petite pause pour m'occuper de ce rapport sur les Noir des Hébrides. Je languissais déjà mon prochain stage dans la réserve afin de m'occuper de ses géants volants, mais pour l'heure, je devais finir ce rapport sur la femelle dont je m'étais occupé dernièrement. Gertrude, en chaleur et malheureusement bien durant cette période… Comme toutes les femmes je vous dirais.

Un petit soupir passa entre mes lèvres alors que je relevais la tête pour voir Vénus, mon fléreur domestique, se lever et s'étirer gracieusement avant de se retourner et de se rouler une nouvelle fois en boule sur l'un des fauteuils de la pièce.

Soudain, une ombre passa rapidement. Une jeune femme qui attira mon attention.

Je me redressais immédiatement, perdant de vue ce que je faisais avant de l'interpeller, une certaine incertitude dans la voix :

Perkins ? Eleanor Perkins ? C'est bien toi ?

Quand on était jeune et con ...

La nuit venait de tomber. La journée avait été longue. Eleanor n'était pas forcément de très bonne humeur. Elle venait de corriger les devoirs des premières années. Il y avait du bon mais également du moins bon. Fatiguée, elle décida de sortir prendre l'air. Où ? Elle l'ignorait. Eleanor préférait se laisser guider par son instinct.

Eleanor attrapa son manteau et l'enfila. Dehors, la neige couvrait le sol. Après avoir enfilé sa paire de gants ainsi que son écharpe, Eleanor sortit. L'air était frais, le vent soufflait dans ses cheveux. Ce n'est pas la température qui allait priver la jeune femme de sa balade nocturne.

Eleanor arriva au niveau du Chemin de traverse. Les boutiques fermaient une à une. Peu importe, Eleanor n'était pas venue pour faire les magasins. Après avoir marché durant 20 minutes, Eleanor était frigorifiée. Lorsqu'elle s'aperçut que les lumières du Chaudron baveur étaient encore allumées, elle décida d'y pénétrer. Les derniers clients finissaient leur verre.

Elle se dirigeait vers un table isolée près d'une fenêtre quand elle entendit une voix. Quelqu'un l'appelait. Qui ? Eleanor se retourna et aperçut la silhouette d'un homme qu'elle connaissait ! Eleanor scruta l'homme qui se trouvait devant elle. Soudain, elle se souvint !

- O'connor ? Kevin O'Connor ?

Eleanor n'en revenait pas.

- Que fais-tu ici ? Ca doit bien faire 6-7 ans que l'on ne s'est pas vu ! Que deviens-tu ?

Après avoir posé toutes ces questions, elle attendait abasourdie une réponse ...

Professeure de Sortilèges

Quand on était jeune et con ...

Machinalement, je passais une main dans mes cheveux alors qu'elle m'interpellait avant de me glisser devant le comptoir pour m'approcher d'elle et finalement la saluer comme l'auraient fait deux vrais camarades de classe. Je la pris dans mes bras et la serrais doucement avec délicatesse et bienveillance tout en répondant à sa question :

Et bien ! Oui ça fait un moment en effet !

Je m'éloignais alors un peu pour la regarder avec un œil appréciateur. Elle était la même que dans mes souvenirs. Toujours très belle avec une pointe de maturité en plus qui me fit sourire. Je posais alors ma main sur le comptoir, m'accoudant à ce dernier avant de proposer :

Je vais t'inviter à boire quelque chose quand même ! Qu'est-ce que tu veux ? Une bièraubeurre ou quelque chose de plus fort ? Où peut être un truc sans alcool ?

Dans tous les cas, je revins quelques minutes à peine après une pinte de bière pour moi et ce qu'elle m'avait demandé pour elle. Nous restions proches du comptoir, car j'étais malgré tout encore en service. Il était temps de parler réellement retrouvaille. Je bus une gorgée sans la perdre du regard avant de lui sourire :

Et bien, juste après avoir passé nos ASPICS, j'étais encore très indécis pour ce que j'allais faire ! J'ai eut des bons résultats à mes examens, mais toujours cette incertitude ! J'ai fini par partir taper du cognard en Irlande, chez les Crécerelles. C'était assez cool, mais j'ai laissé tomber après quatre ans. Je n'avais pas envie de devenir un de ses idiots qui passent le temps à se prendre des balles dans la tête et perdent tous leurs neurones ! J'ai démissionné au bout de quatre ans !

Je m'arrêtais quelques secondes pour boire un coup avant de reprendre :

Enfin, ça m'a quand même rapporté pas mal d'argent ! J'ai acheté une maison à Pré-au-Lard avec mes gains. J'ai trouvé ça sympa et puis la présence de Poudlard pas loin est toujours rassurante !

J'affichais alors un sourire à cette pensée :

J'ai repris mes études, je suis à la FSCM en Irlande et je bosse à mi-temps au chaudron pour payer ma bouffe tout ça c'est sympa ! Et toi alors ? Qu'est-ce que tu deviens ? Toujours avec … Henry, c'est ça ?

Quand on était jeune et con ...

Le jeune homme s’approcha d’Eleanor. Il la prit dans ses bras, comme l’aurait fait un vieil ami. Après une seconde d’hésitation, Eleanor accepta l’étreinte. Elle n’était pourtant pas habituée à ce genre de d’attention même amicale. Le jeune homme la lâcha, Eleanor regarda chaque détail de celui qui était debout devant elle. Il n'avait pas changé. L'homme était musclé mais il l'avait toujours été. La jeune femme se souvint que Kevin avait fait partie de l'équipe de Quidditch de leur maison. Plus elle le regardait, plus les souvenirs revenaient.

- Je vais t’inviter à boire quelque chose quand même ! Qu’est-ce que tu veux ? Une bièreaubeurre ou quelque chose de plus fort ? Ou peut-être un truc sans alcool ?

Eleanor était ravie de la proposition. Qu’allait-elle choisir ?

- Et bien, je vais prendre une bièreaubeurre ! Tu sais bien, j’ai toujours aimé ça.

Eleanor pensait aux nombreuses soirées qu'elle avait passé avec ses amis au Chaudron ou au Trois balais. Kevin, après l’avoir servie, raconta son parcours. Eleanor l’écoutait avec beaucoup d’attention. C’était fascinant de connaître le parcours de quelqu’un qu’elle n’avait pas revu depuis 7 ans. Les choses avaient changé.

- Et toi alors ? Qu’est-ce que tu deviens ? Toujours avec … Henry, c’est ça ?

C’était la dernière question qui interpellait Eleanor. Comment se faisait-il qu’il se souvienne de ça ? Henry avait été l’unique amour d’Eleanor. Ils s’étaient rencontrés à Poudlard. Il lui avait brisé le cœur. Après lui, elle n’a plus jamais donné sa confiance à un garçon.

- « Hum … Et bien, non … Comme tu le sais, nous nous sommes fréquentés à Poudlard. Quand il est parti, il m’a brisé le cœur. Nous nous somme revus quelque fois lors d’un de mes voyages mais ça n’a pas fonctionné. Nous avions changé ».

C’était la première fois depuis longtemps que la jeune femme pensait à ce garçon. Eleanor restait muette, émue par ce qu’elle venait de dire.

- « Pardon, j’oubliais le principal ! Après nos ASPIC, je n’avais pas envie de rentrer chez moi. J’ai décidé de voyager à travers le monde. Trois ans après mon départ, un collègue de mon père m’a retrouvée en Afrique. Il m’a informé de son décès. Je suis rentrée au pays afin de ranger ses affaires. Je n’étais pas très proche de lui. Ensuite, sur un coup de tête, je me suis inscrite à l’Académie des Enchantements et Sortilèges. C'était la fin de mes voyages. J’ai obtenu mon diplôme sans trop de difficulté. Je suis maintenant professeure de Sortilèges à Poudlard ! Comme tu peux le voir, je n’aurai pas quitté le château très longtemps ! ».


Eleanor regardait le jeune homme sans dire un mot. Que pouvait-elle lui dire ? Elle ne le connaissait plus.

- "C'est vraiment marrant que l'on se croise ici ! J'avais besoin de prendre l'air, ... Je me suis laissée guider et c'est ici que je suis arrivée !"

Professeure de Sortilèges

Quand on était jeune et con ...

Le sujet était visiblement à éviter vu la tête que me fit la jeune femme. Je continuais de sourire malgré tout pour détendre l'atmosphère. Je pouvais comprendre qu'elle est de la rancœur à son encontre, mais après tout, c'était ainsi que nous faisions nos propres expériences et que l'on grandissait. Je finis par sourire avant de lui avouer :

De toute façon, nous avons toujours tous un peu pensé qu'il se servait de toi. Cela te fait une expérience. Ce n'est pas forcément agréable à vivre, surtout à la fin, mais ça t'apprends beaucoup en définitive.

Nouveau sourire bienveillant de ma part, alors que je buvais une nouvelle gorgée de ma boisson tout en l'écoutant me résumer son parcours après la fin de notre scolarité. Nous avions effectivement pris deux voix très différentes. Sa petite réflexion me fit d'ailleurs sourire. Et oui … Poudlard restait un lieu éternellement important pour nous :

On ne se lasse pas un instant de la présence de ce vieux château dans nos vies !

Puis la petite anecdote qui me fit sourire. C'est ce moment-là que Vénus, dans toute sa splendeur vint s'immiscer dans la discussion. Grimpant sur mes genoux, elle posa une pâte possessive sur la table et jugea du regard la jeune femme avant que je ne pose une main rassurante sur sa tête pour l'apaiser :

Tout doux Vénus ! C'est une amie !

L'intervention du fléreur passé, je refis vite un parallèle avec ce que m'avait dit auparavant la jeune femme :

Tu vas pouvoir me donner des cours alors ! Bien que j'ai toujours eut une affection particulière pour tous les cours disons manuel … Les sortilèges me manquent. Je regrette vraiment de ne pas pouvoir continuer cette matière à l'école.

Un soupir s'échappa d'entre mes lèvres et j'entrepris de débuter une petite séance de caresses avec la demoiselle qui s'était désormais confortablement installée sur mes jambes.

Quand on était jeune et con ...

-De toute façon, nous avons toujours tous un peu pensé qu'il se servait de toi. Cela te fait une expérience. Ce n'est pas forcément agréable à vivre, surtout à la fin, mais ça t'apprends beaucoup en définitive.

Le visage d'Eleanor était tendu. Le jeune homme venait de toucher un point sensible chez la jeune femme : son passé amoureux. Il lui souriait mais rien n'y faisait, Eleanor n'avait plus envie de rester ici, de lui parler. Partir en courant ? Et puis quoi encore ... Elle ne voulait pas paraitre lâche ! Qui était-il pour lui dire ça ? Qu'en savait-il ? A l'époque, il avait lui aussi brisé le coeur de plusieurs filles. Avait-il pour autant changé ?

Eleanor se souvint qu'un jour, Kevin avait aussi essayé de la charmer. Ce souvenir la fit rire. Son visage s'adoucit. Amusée, elle était prête à répondre au jeune homme. Après tout, il n'avait pas tort, Henry s'était servie d'elle et de l'amour qu'elle lui portait afin d'obtenir ce qu'il voulait. Et puis, il la regardait en souriant, il n'avait pas voulu lui faire de mal.

Eleanor n'eut pas le temps de répondre qu'un magnifique Fléreur s'interposa entre les deux amis. Celui-ci n'était visiblement pas content de voir Kevin parler à la jeune fille. Après cet épisode, Kevin s'adressa directement à Eleanor.

- Tu vas pouvoir me donner des cours alors ! Bien que j'ai toujours eut une affection particulière pour tous les cours disons manuel … Les sortilèges me manquent. Je regrette vraiment de ne pas pouvoir continuer cette matière à l'école.

Après quelques secondes de silence, Eleanor répondit.

- Et bien, je suppose que tu n'as pas tort ! J'ai tourné la page ! On va finir par croire que tu es jaloux ! A l'époque, c'est à son charme que j'ai succombé et non au tien !

Eleanor taquinait le serveur et espérait qu'il comprenne la plaisanterie. Elle ne voulait pas vexer le jeune homme.

- Ce serait avec joie ! Tu as toujours été très doué en Sortilèges, en as-tu vraiment besoin? Quoi qu'il en soit, je serais ravie de d'apprendre certaines choses qui pourraient te faciliter la vie ! Bien entendu, ces sortilèges sont secret ! Ca reste entre nous ?

Eleanor souriait à l'idée d'apprendre quoi que ce soit au jeune homme toujours debout devant elle. En plus, ces sortilèges n'avaient rien de secret. la jeune femme avait retrouvé sa bonne humeur.

Professeure de Sortilèges

Quand on était jeune et con ...

L'époque est lointaine ma très cher Eleanor ! Qui sait, peut-être qu'aujourd'hui, j'ai mes chances ! Malheureusement pour toi ! Je pense que cette chère Vénus ne se remettrait pas d'une trahison de ma part !

J'avais dit cela sans me dépêtrer de mon sourire mystérieux et attendrissant, le tout en caressant délicatement la tête de la créature que j'avais désormais sur les genoux.
Elle semblait plutôt enthousiaste à l'idée de m'apprendre des sortilèges, mais elle doutait un peu du fait que j'avais quoi que ce soit à apprendre. Je la rassurais sur ce point :

Je suppose qu'à la fac de sortilège où tu as été, on ne vous enseignez qu'à ouvrir des portes ou à faire voler des plumes non ? Tu as dû apprendre des sortilèges beaucoup plus complexe que ça !

Puis, me penchant par-dessus la table, je murmurais :

Quoique si tu connais un sortilège pour déboucher ses WC, je prends !

Et puis cela fait, je me redressais, fier de moi et surtout, fier de ma petite anecdote dont j'éviterais malheureusement de vous parler ici. L'heure avancée et je n'allais pas tarder à fermer le bar. La plupart des clients avaient d'ailleurs déserté les lieux. Je me redressais donc avant de lui demander :

Tu rentres comment ? Magicobus ? Portoloin ou Transplanage ?

J'avais pour habitude de transplaner jusqu'à Pré-au-Lard, peut être pourrions nous faire la route ensemble.

Quand on était jeune et con ...

- L'époque est lointaine ma très chère Eleanor ! Qui sait, peut-être qu'aujourd'hui, j'ai mes chances ! Malheureusement pour toi ! Je pense que cette chère Vénus ne se remettrait pas d'une trahison de ma part !

Eleanor souriait ! Kevin n’avait vraiment pas changé ! Il ne ratait pas une occasion de charmer la jeune femme ! Aurait-il ses chances ? Eleanor émit un petit rire à cette idée ! Ce n’était pas gagné ! Une chose était sûre, Henry n’était plus dans les parages. En y réfléchissant, Henry et Kevin n’étaient pas si différents. Ils avaient beaucoup en commun. Ils étaient charmants, joueur dans l’équipe de Quidditch de leur maison et surtout, bourreaux des cœurs. Eleanor grimaça, elle espérait qu’ils n’étaient pas si semblables. Quoi qu’il en soit, la jeune femme n’allait certainement pas se jeter dans la gueule du loup.

- Malheureusement pour moi ? Qui parle d’un malheur ! En plus, Vénus n’a pas l’air de vraiment m’apprécier ! Réagit-elle toujours comme ça lorsque tu croises des amis ?

Eleanor observa l’animal. Les yeux du fléreur la fixaient d’un air sévère. Il ne fallait vraiment pas l’ennuyer.

- Je suppose qu'à la fac de sortilège où tu as été, on ne vous enseignez qu'à ouvrir des portes ou à faire voler des plumes non ? Tu as dû apprendre des sortilèges beaucoup plus complexe que ça !

Eleanor repensa à ces dernières années. Effectivement, ses cours ne se résumaient pas à ouvrir des portes ou faire voler des plumes. Elle avait appris des sortilèges plus farfelus les uns que les autres. Heureusement, ses élèves n’auraient jamais à les apprendre. Kevin s’approcha de la jeune femme et lui murmura quelque chose qui la fit directement rire aux éclats. Eleanor savait que rire comme ça ne la mettait pas en valeur. Peu importe, elle était en présence d’un ami.

- Et bien, Kevin ça tombe bien ! C’est le sortilège que j’utilise le plus régulièrement ! Je te passe les détails !

Bien sûr, Eleanor n’utilisait jamais un tel sortilège. Elle espérait que le jeune homme comprenne la plaisanterie. La jeune femme regarda autours d’elle, les clients avaient déserté le bar. Ils étaient seuls et elle venait seulement de s’en rendre compte. Le temps était passé très vite.

- Tu rentres comment ? Magicobus ? Portoloin ou Transplanage ?

Eleanor fut surprise de la question. Kevin avait pensé à la même chose qu’elle au même moment. Elle lui sourit avant de lui répondre.

-Et bien, j’ai pour habitude de transplaner. C’est bien plus facile ! Peut-être pourrions-nous faire la route ensemble ?

Professeure de Sortilèges

Quand on était jeune et con ...

Vénus est toujours un peu méfiante avec les étrangers si ça peut te rassurer ! Ça reste un fléreur, et même si elle est domestiquée, elle reste assez clairvoyante sur ce qui l'entoure !

Je lui fis un sourire en disant cela et comme pour la rassurer, je posais une main rassurante sur son avant-bras :

Ne t'inquiète pas ! Cela lui passera !

Ma petite blague avait cependant fait son effet et je la vis se prêter au jeu avec une certaine candeur lorsqu'elle rit à gorge déployé. Alors certes, ce n'était pas franchement très sexy de la voir faire cela, mais c'était plaisant. Au moins, j'étais sûre qu'elle passait un agréable moment en ma compagnie, à moins que la bièraubeurre lui soit tout simplement monté à la tête. Cette pensée me fit sourire et je jouais le jeu :

Je préfère ne pas imaginer ! Mais j'ai vraiment hâte que tu me montres tes "talents" !

Un clin d'œil aguicheur accompagna volontairement ma tirage alors que je finissais par me lever et aller chercher ma baguette derrière le comptoir. La jeune femme semblait suivre le fil de ma pensée et je lui souris une nouvelle fois :

Juste une seconde alors, je ferme cette partie ! Et je vais réveiller le collègue qui assure la garde de nuit ! Si tu veux bien te lever s'il te plaît !

Je levais ma baguette et en un coup de main, des chiffons s'affairèrent à passer un coup sur chacune des tables pour les nettoyer alors que les chaises volaient et s'empiler toute proprement dans un coin du bar ou sur les tables dans le cas échéant. L'arrière de mon bar était déjà propre. Je mettais un point d'honneur à m'assurer que cela soit toujours le cas. Propre pour le plaisir visuel du client. Nous avons un standing à tenir dans l'établissement.
Un petit soupira passa finalement entre mes lèvres alors que j'allais frapper à une porte dérobée non loin des cuisines. La lumière s'alluma et un murmure me parvint alors que finalement, j'enfilais alors ma veste chaude d'hiver et revenait vers la jeune femme :

Nous pouvons y aller ! Déclarais-je tout en enfilant une paire de gant bien chaud et un bonnet par-dessus ma chevelure blonde.

J'émis un sifflement et sans se faire prier, Vénus sauta sur mon épaule, se perchant sur cette dernière avec une agilité surprenante alors que j'ouvrais la porte côté chemin de travers devant la jeune femme :

Après vous très chère !

Une fois sur le chemin de traverse, je tendis la main à la jeune femme, histoire que nous transplanions, ensemble vers notre destination : Pré-au-Lard.


Dès qu'elle prit ma main, je trans planais et la guider dans la foulée. J'avais l'habitude de l'exercice et surtout de ce parcours. Nous atterrissions alors, sur le chemin qui menait à Poudlard, juste en dehors de la limite de transplanage du château.

Quand on était jeune et con ...

Eleanor regardait l'animal alors que Kevin lui parlait d'elle ! Il était très attaché à l'animal cela ne faisait aucun doute ! Clairvoyante sur ce qui l'entoure ? Le fléreur avait-il senti quelque chose en la jeune femme qu'il n'avait pas aimé? Pourquoi avait-il réagit comme ça ? Peu importe, Kevin ajouta que ça lui passerait sûrement. Eleanor lui fit confiance !

En même temps, la jeune sentit une main se poser sur son avant-bras. Décidément, Eleanor qui n'avait pas l'habitude des contacts physiques était servie. Au lieu de reculer, la jeune fille se laissa faire. Elle voyait le jeune serveur la regarder d'un air attendrissant comme s'il essayait de la rassurer. Eleanor fut surprise du contraste que ce sourire formait sur le visage de son ami. Il avait les traits durs mais souriait comme un grand enfant. Eleanor trouvait presque ça mignon !

Eleanor arrêta de rire. Elle s'était suffisamment montrée en spectacle. La jeune femme passait une agréable soirée. Elle était presque triste que ça se termine maintenant. Kevin avait réussi à changer son humeur, elle qui avait tant besoin d'un bon bol d'air frais.

- Je préfère ne pas imaginer ! Mais j'ai vraiment hâte que tu me montres tes "talents" !

La jeune femme fut rassurée de voir que Kevin avait compris son humour. Ses "talents" ? Le serveur accompagna sa réponse d'un clin d'oeil plutôt ... aguicheur. Etait-il en train de la draguer ? De toute façon, elle connaissait le passé du jeune serveur et s'imaginait donc qu'un tel clin d'oeil était courant chez le jeune homme. Peut-être ne s'en était-il même pas rendu compte. Peu importe, Eleanor se leva. Les chaises volaient dans la salle, les chiffons lavaient les tables. En quelques minutes le bar était propre.

Kevin enfila une paire de gants ainsi que son bonnet. Eleanor fut surprise de voir que, sans ses cheveux, Kevin était bien différent. Elle retrouvait trait pou trait celui qu'elle avait connu durant sa scolarité. Le fléreur sauta immédiatement sur l'épaule de son "maître". Eleanor enfila son manteau, son écharpe ainsi que ses gants. Il faisait froid dehors.

Après avoir quitté le Chaudron, les deux amis se retrouvèrent sur le Chemin de traverse. Kevin lui tendit la main. Eleanor regarda fixement le jeune homme. Pas courant. Pourquoi ne pas lui tendre le bras ? Il était tard, le jeune femme ne voulait pas se faire remarquer et attrapa la main du jeune homme.

Eleanor se laissa guider par son ami. Ils arrivèrent à Pré-au-Lard.

- Et bien, je suppose qu'il est temps de rentrer !

Professeure de Sortilèges

Quand on était jeune et con ...

Le voyage avait été rapide et je serrais encore la main de la jeune femme alors que le sol terreux de Pré-au-Lard faisaient enfin son apparition. Dès lors, Vénus sauta de mon épaule et sans vraiment m'attendre, elle se dirigea vers la maison alors qu'enfin, je relâchais enfin la jeune femme, portant immédiatement ma main à l'arrière de mon crâne. Dès lors qu'Eleanor proposa de se séparer à l'instant, je secouais la tête négativement :

"Je te raccompagne jusqu'à la grille du château ! C'est la moindre des politesses !"

C'était ça aussi de se montrer gentleman non ? Et puis le trajet n'était pas des plus longs jusqu'au château, alors, autant en profiter pour faire bonne impression.

Au-dessus de nous, la lune brillait fort, éclairant le petit visage écossais recouvert d'un épais manteau blanc comme en plein jour. Cette ambiance, c'est ce qui m'avait fait choisir de m'installer dans ce petit village Écossais. Le lieu était calme et reposant, loin de l'activité moldu qui pouvait régner à Londres, lorsque j'allais bosser au chaudron baveur, mais également, proche de l'école de mon enfance.

De la fumé sortait de nos narines et bientôt, j'entendis le miaulement plaintif de Vénus qui malgré elle nous avait suivit. Je soupirais, presque en râlant un peu puis, enfin, les grilles du château. C'est là que nous allions nous quitter.

Dès lors, j'affichais un sourire sympathique à la jeune femme suivi d'un clin d'œil qu'il ne fut pas facile de distinguer à la seule lueur de la lune :

"J'espère qu'on aura bientôt le plaisir de se recroiser en tout cas ! Passe une bonne soirée !"

J'agitais alors la main pour la saluer avant de me sauver en direction du village. J'avais hâte de rentrer.