Salons privés

Inscription
Connexion

 RPG+  Un pas vers le renouveau  SOLO 

PDV Arminia
Mardi 1 Juin 2043


Quelques jours plus tôt, Arminia avait reçu une lettre de son père, John Slygt. Comme il lui avait demandé, la jeune fille, portant un simple tee-shirt moldu ainsi qu'un petit short en jean, se rendit au Chaudron Baveur, et se dirigea vers les salons privés. Son salon était sobre, vide et sombre. Seul deux petites torches, ornant l'entrée, allumaient la pièce pourvu de quelques chaises simples, d'un fauteuil et d'une petite table, présentée simplement à l'image du Chaudron Baveur. Quatres piliers en bois entouraient la table et les chaises, tandis que des armoires poussièreuse étaient disposés contre les murs de la pièce.

Arminia prit les torches vide et les alluma. Elle s'assit ensuite sur une chaise peu poussiéreuse, la pièce éclairée. Elle se retourna et vit une petite fenêtre au murs, et l'ouvrit. Dehors, il faisait clair, comme une journée d'été. Après cinq minutes d'attente, Arminia souffla. Elle avait l'habitude de voir sn père en retard, mais pas aujourd'hui. Dans la letrre de John, quelque chose clochait. Il voulait lui annoncer quelque chose. Mais la rouquine ne savait pas quoi, elle cherchait désespérement dans sa tête, sans but.

Quelques longues minutes plus tard, John ouvrit la porte. Il avait les cheuveux courts, blond. Ses yeux était aussi bleu qu'Arminia, et il était habillé simplement, comme un moldu, avec un bermuda blanc et un tee shirt. Étant grand, il manqua de peu à se cogner contre le haut de la porte. Devant son père, la jeune fille émit un petit rire. Mais elle s'arrêta et le fixa en boudant.


- Tu pourrais ne pas arriver en retard, pour une fois ? J'ai soif, Pa' !

Il s'assit sur une chaise, en face de sa fille. Il fit come s'il ne s'était rien passé, et évita le sujet.

- Tu veux boire quoi, Anya ? Un jus de citrouille ?

- Beurk. Je t'ai déja dit que je détestait ça.

Dans le couloir, elle vit un serveur et en profita pour l'apeller d'un geste de mains. L'homme arriva dans le salon, et demanda ce qu'ils voulaient. La rouquine commanda un Sombral, pour son père. Elle réfléchit un instant, et demanda pour elle un simple jus de pomme. Sa passion pour les jusde pomme était aussi grande que celle de son père pour le Sombral, une boisson typique du Chaudron composé de Rhum, d'eau pétillante et de jus de citron.

Après, l'Attrapeuse s'assit en face de son père. Elle discutait de tout.


- Tu sais, Pa', j'ai mon match de quidditch bientôt ! Je compte bien reprendre ma place de titulaire.

- J'espère, il faut que tu te comporte comme ma fille ! A ton âge, j'avais ton niveau...Ou plus.Il s'arrêta, et lui sourit pendant qu'Arminia soupirait. Sinon, tu as appris des figures ?

La rouquine se figea. Elle hésitait à lui parler de ce qu'il s'était passé, mais après un moment d'hésitation, s'arrêta.

- Oui, j'apprends la feinte de Wronski. J'y suis presque, je pense y arriver pour le match !

John félicita sa fille, en prenant soin de lui rapeller de faire attention. Si elle sentait que cela se passait mal, elle pouvait se relever plus tôt. Mais soudain, il sembla préocupé. Il resta silencieux.
Dernière modification par Arminia Slygt le 15 juillet 2018, 21 h 43, modifié 2 fois.

Si tu ne sais pas, c’est que tu ne dois pas savoir - BL

#Chocogrenouillepourlavie

 RPG+  Un pas vers le renouveau  SOLO 

John Slygt, 39 ans

Image


John devint silencieux. Il devait dire à sa fille pourquoi il était là, pas seulement pour prendre des nouvelles comme elle le pensait. L'homme regarda Arminia, qui fixait ses cheuveux d'une matière déroutante. Ces cheuveux, les mêmes qu'Harper, la même longeur de cheuveux...Il voyait en sa fille le souvenir de sa femme. Elle pensait sans doute à la même chose. Mais elle tourna la tête vers son père et lui dit doucement :

- Elle hante ma tête. Je ne sais pas pourquoi. Tu pense à elle, toi aussi, non ?

Elle avait l’air vide de toute émotions, un voile se formant sur son visage. John eut le coeur qui se serra. Sa fille n’avait pas mérité cela. Il la regardait tristement, désemparé, ne sachant quoi faire. Il voulait qu’Harper revienne. C’était sa manière de répondre. Les mots ne venaient pas, la gorge était sèche. Il ne pouvait que pleurer, seul dans sa tête. Sa fille comprit le message, et elle regarda une nouvelle fois ces cheuveux. Il n’avait pas compris au début pourquoi, mais la vérité s’éclaircissait.

- Je lui ressemble...Quand je me vois dans un miroir, son fantome me fixe en souriant. Quand je vois mes cheuveux collés à mon visage avec le vent, je la vois. Elle me regarde, me fixe, et je l’apelle. Mais...elle ne me répond pas, elle me tourne le dos et part dans le vent.

Une larme coula sur la joue d’Arminia

- Maman...Elle me manque.

John ne put résiter un seul instant. Il attrapa Arminia et la sérra contre lui. Arminia pleurait, et John ne pouvait qu’assister. Il hésitait à lui dire pourquoi il était venu, maintenant.

- Ne t’inquiète pas, Anya. Elle veille sur nous.

Il sourit à sa fille. Il voulait la réconforter. Mais il fallait lui annoncer. C’était le moment. John se décidait à peine quand Arminia se leva, se détachant des bras de son père. Elle fit face au miroir poussiérieux, et prit un lame tranchante. John ne comprenait pas ce qu’elle faisait. Il se leva et essayait de la stoper, quand la rouquine passa la lame tranchanfe dans ses cheuveux, les coupants au épaules. Elle se tourna vers son père, et lui sourit, les yeux toujours rougis.

- Au moins, là, je ressemble un peu moins à Maman.

Il comprit enfin, et lui sourit. Les boissons arrivèrent enfin, et ils s’assirent en face de l’autre, l’une avec un jus de pomme, l’autre avec un Sombral. Il voulait lui dire, maintenant qu’il voyait de quoi elle était capable. Mais la reaction qu’elle aurait lui faisait peur.

- Tu sais, Anya...Il faut que je te dise pourquoi j’ai voulu te voir.

Elle ne comprenait pas. Arminia avait oubliait la lettre.

- Tu sais, Harper à été tuée. J’ai découvert des traces qui pourraient me dire comment.

Si tu ne sais pas, c’est que tu ne dois pas savoir - BL

#Chocogrenouillepourlavie

 RPG+  Un pas vers le renouveau  SOLO 

PDV Arminia

En entendant son père, Arminia fit face à l’espoir. L’espoir de comprendre comment sa mère avait été tuée, il y a des années de cela, au Canada. La curiosité lui rongait l’esprit. Elle voulait savoir ce qui s’était passé. Pourquoi ne s’en rapellait-elle plus ?


Quel sont ces pistes ? Dit-elle presque brutalement.

John sourit. Il avait trouvé un but à sa fille. Mais étais-ce le bon but ? Il hésitait. Mais c’était trop tard maintenant.

Il existe au nord du Canada, des sectes de fanatique de Voldemort. Ils sont des associés des sorciers ayant tué Harry Potter. Eux veulent être les descendants de des Mangemorts.

Voldemort ? C’était parti très loin ? Arminia ne comprenait pas le rapport entre Voldemort et sa mère.

- Mais quel est le rapport avec Maman ?

-Voit-tu...Elle aurait dénoncé, il y a longtemps quand tu n’était pas né, des sectes secrètes existantes encore autour de Voldemort. Mais elle voulait faire des recherches sur ces sectes quand on est allé au Canada.

Arminia se remit les idées en place. Une secte canadienne considérant Voldemort comme un dieu aurait tuée sa mère car elle écrivait des articles desssus. Pourquoi avaient-ils fait ça ? C’était son travail de journaliste ! Pourquoi les journalistes avaient-ils des problèmes ? C’était son travail ! Qu’avait-elle fait de mal ? Pourquoi toutes ces sectes existaient encore ? Elle n’avait aucune réponse à ses questions. Mais elle voulait en savoir plus et découvrir qui avait tuée sa mère. Arminia voulait se venger de ceux qui lui avaient gaché la vie et celle de sa famille.

Anya...Veux-tu faire ses recherches à tout prix ? Cela peut mener loin...

John ne voulait pas que sa fille se fasse du mal. Peut-être aurait-du lui dire plus tard, quand elle serait plus matûre et moins fougeuse. Les erreurs étaient faitent. Arminia buvait son jus de citrouille et réfléchissait. Ses cheuveux coupés lui donnait un air de renouveau, de changement. Elle recherchait dans sa tête des idées de pistes, et écrivait le tout sur un parchemin en papier qu’elle avait prit avec elle au hasard. Il fallait commencer par le problème, l’article de journal.

- Pa’, comment trouver un article de journal datant d’il y a longtemps ?

John réfléchit, et eut un petit sourire.

- Tu ne connais pas la salle sur demande ?

Il lui expliqua le principe, et sa fille eut des étoiles aux yeux. Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas vu de lumière dans ses yeux bleus. Depuis 7 ans, presque. Avant, ses yeux étaient vides, froid.

- Merci Pa’ ! J’irai dès que possible....

Elle se leva, prête à partir, et fit une bise sur la joue de son père, un peu piquante avec la barbe, avant de murmurer à la sortie :

- Je vais me venger. Je ne serais plus pleurnicheuse, Pa’. Je veux ne plus ressembler à Maman.

FIN

Si tu ne sais pas, c’est que tu ne dois pas savoir - BL

#Chocogrenouillepourlavie