Salle de jeux

Inscription
Connexion

Le mémorial

Image

Suite au non-succès du jeu "la citation en or", le Chaudron Baveur met en place un tout nouveau sujet appelé "le mémorial". Celui-ci aura plus ou moins le même but, mais aucun sondage ne sera effectué pour désigner qui remporte la session.

Fonctionnement :
Vous venez de lire un RPG qui vous a marqué ? Une phrase, un paragraphe vous a particulièrement plu, et vous souhaitez la mettre en valeur ? Ce sujet est justement fait pour ça. Il a pour but d’encourager la lecture des écrits disponibles, la mettre en valeur des perles littéraires du forum, ainsi qu'inciter les joueurs à rédiger plus de RPG.

Certaines règles sont à respecter si vous souhaitez poster à la suite de ce sujet :
- Vous pouvez partager un RPG entier (le lien), un post (le lien et le numéro du post), un paragraphe ou simplement une petite citation,
- Veillez à expliquer pourquoi vous aimez ce que vous avez présenté (n'hésitez pas à détailler),
- Veillez à poster le lien du RPG lorsqu'il s'agit d'un paragraphe ou d'une citation, et de citer les auteurs.

/!\ : Ce sujet n'est pas un Flood ! Si vous voulez discuter des RPG qui sont répertoriés ici, veuillez le faire par hibou, ou dans ce sujet. Merci.

Code couleur : #b7612c

Le mémorial

Bon, eh bien, j'inaugure !

Comme nous l'avons tous remarqué, un drôle de personnage a récemment débarqué au Chaudron Baveur : Eadric Sturrlock. Avec sa mauvaise humeur et son air grognon, difficile de ne pas être intrigué... Je souhaite aujourd'hui vous partager un morceau de son premier RPG, Tonitruant :

Eadric Sturrlock a écrit :Il se racla la gorge et cria de toutes ses forces, réveillant tous les clients – et sûrement tout Londres dans le même temps :

« CA FAIT DU BIEN D’ÊTRE DE RETOU… »

Il fut coupé par un crise de toux douloureuse qui brisa totalement l’effet produit par son petit spectacle.
Je trouve que ces quelques phrases décrivent bien le personnage et tout ce qui a déjà réussi à le rendre attachant à mes yeux. Cette acariâtreté, ce tout plein d'énergie, ce manque évident de finesse, toutes ces choses qui le rendraient presque intimidant ; ce spectacle, comme l'auteur l'écrit lui-même, qui a été gâché et réduit à néant par un des hasards de la vie. Je trouve que cette chute rend le personnage assez drôle. Voir ce serveur, d'apparence si robuste et sûr de lui, vivre un moment de honte, ça le rend très réaliste et c'est ce qui fait que j'ai beaucoup aimé cette chute (et le RPG dans son ensemble, d'ailleurs).

Bienvenue chez vous, M. Sturrlock ! :D

Moins présente.

Le mémorial

Bonjour,

Je viens poster dans ce sujet pour le faire vivre un petit peu et surtout, car je pense que c'est vraiment une bonne idée. On ne dit jamais assez qu'on aime quelque chose, et on ne le dit surtout jamais assez à son auteur. Un petit peu de reconnaissance et quelques compliments ne feront de mal à personne donc me voici !

J'en avais déjà parlé avec Aelle Bristyle mais je tenais à faire connaître encore plus son merveilleux RPG : Némésis qu'elle a écrit en solo. Je ne connaissais pas du tout son personnage, son histoire ou son caractère mais ça ne m'a pas empêchée de suivre avec attention et frémissement tous les posts qu'elle publiait !

J'ai été complètement happée par la trame et par le style d'écriture ! Il m'a littéralement transportée ! Je me suis sentie mal pour Aelle, si désespérée, comme elle. Et son frère m'a touchée, petit être perdu qui veut simplement aider sa soeur. Les sentiments, les caractères sont extrêmement bien décrits. Les dialogues ont un vrai sens et ne sont pas là pour faire joli. Ils sont percutants et touchent en plein coeur les lecteurs.

Ce RPG se démarque de par sa qualité d'écriture mais aussi par les sentiments qu'il nous fait ressentir. Je conseille à tout le monde d'aller y faire un petit tour et de suivre avec attention les aventures de Miss Aelle Bristyle !

Griff et Croc, Griff en cœur, Griff Vainqueurs
Gryffindor Girls Power - A. B
Code Couleur : #FE0841
Un devoir peut faire toute la différence

Le mémorial

J'aimerais partager un petit extrait du RPG "Le petit prince des grands couloirs" entre Owen Stein et Aude Luneau.
Il s'agit d'un passage d'un poste d'Owen, que je trouve touchant et juste. Très bien écrit, avec les mots d'un enfant et pourtant très percutant.
Moi, j’ai toujours trouvé que les adultes étaient encore plus cruels que les enfants. Je ne me laisserai jamais marcher dessus par un enfant, alors que les adultes sont comme de gros mammouths qui peuvent tout détruire sur leur passage, comme ça, d’un seul geste. Les adultes font du mal aux enfants, mais c’est toujours les enfants qu’on gronde, c’est toujours leur faute. Les grands, parce qu'ils sont grands, ne se remettent jamais en question.
Je vous invite tous à lire ce RPG vraiment bien écrit d'un côté comme de l'autre, plein d'émotions.

[En congé maternité pour toute l'année scolaire 2043-2044]
Professeur de Soins aux Créatures Magiques.

Le mémorial

J'aimerais pour ma part partager un passage du RPG entre Solenn Cooper et Cassiopée Malory : "Un Ciel, Deux Astres" que je trouve particulièrement expressif et touchant. Cependant, ce passage ne correspondrait pas à ces mots particulièrement mais j'aime la manière dont l'état mental de Cassiopée est relaté. C'est un peu comme une interstice de ce que vous pourriez y apercevoir.
Comment décrirais-tu le monde ? Je pense que l'image d'un fruit dévoré par les vers est l'image la plus réaliste. On ne comprend pas la chance qu'on a d'être sur cette Terre, c'est bien dommage. On ne voit l'importance d'une chose qu'après l'avoir perdu. [...] Je veux vivre. Et cette révélation me fait peur.

Comment te dire, ou te faire comprendre, que la Vie n'était qu'un simple Songe ? Un Mensonge, que la Vérité Ronge.
Rire à m'en déchirer les abdos. Brûler nos complexes et nos vieilles pulsions d'ados.
Absente jusqu'au 18 août

Le mémorial

Je tiens à vous faire découvrir le RPG solo de Solal Rosenberg par le cours extrait ci dessous. Il décrit pour moi exactement la relation qu'une personne peut avoir avec l'alcool non pas pour consommer mais pour se soulager. Le reste du RPG est de très bonne qualité et permet de comprendre certaines choses sur Solal par sa famille et surtout son père, pour qui il a beaucoup de respect.
Il était faible, il le savait, mais dès l'instant où il sentait l'alcool couler le long de sa gorge et la brûler sur son passage il se sentait déjà mieux. L'effet placebo prenait place avant même que l'alcool ne puisse faire quelconque réel effet. Il s'installait sur une chaise et il gardait les yeux rivés sur la bouteille alors qu'il engloutissait les gorgées brûlantes. Le rouge s'activait dans la bouteille, se mouvait au rythme des gorgées dans un ballet qu'appréciait beaucoup Ciaran. Il attendait. Parfois, le soir, il ne mangeait pas beaucoup au repas pour être certain que l'alcool ferait ensuite effet plus rapidement.
Je vous invite donc tous à lire L'Or de sa Vapeur Rouge.

--S--I--A--O-----S--E--E--.
Ma volière est toujours ouverte, j'adore rendre service
color=#674ea7

Le mémorial

J'aimerais partager un extrait d'End of History, un RPG Solo par Cassiopée Malory. C'est un moment de poésie pure, et sans doute la meilleure description de l'amour que j'aie jamais lue. Je ne sais pas quoi vous dire de plus, à part d'aller lire ce RPG.

L'Amour ça te permet de tout affronter. C'est ce que je répond à ton interrogation. Car c'est la seule chose que je pense de toi et moi. Tu es une erreur, mais tu es la meilleure que je n'ai jamais fais. Je suis l'agréable mensonge. Ta porte de sortie quand la vérité te ronge. Et Dieu sait qu'elle le fait. Le temps qui te dévore. Pire que la mort.

Souviens toi que derrière les nuages se trouve toujours le soleil.
Membre du PATA-P
GIFeuse w/ C.M.²

Le mémorial

J’aimerai partager un extrait du RP Château de papier, d’Aelle Bristyle :
Elle s'infiltre dans mon nez, je la sens avec ses millions de particules de poussières. Elle monte dans mes narines pour venir s'imposer à mon cerveau. Elle lui murmure bien des mots à mon crâne alourdi par la peine. Elle lui dit que l'odeur n'est pas celle qu'il veut, mais qu'elle va rester sagement contre mes sens pour me faire perdre les pédales. Ouais, voilà ce que dit l'odeur à mon crâne.
J’aime son écriture tranchée, sans concession.
Elle s’épanche au delà des codes d’écriture, au delà du rythme, au delà des mots, comme si elle trempait sa plûme directement dans son âme et ses veines.

Gabryel Fleurdelys
Première année chez Gryffondor sept. 2043 / Ecole de Poudlard

Le mémorial

Tant qu'on parle d'Aelle... Personnellement, il y a trois Plumes qui m'inspirent et que j'admire particulièrement. Je pense que vous les reconnaitrez si je vous dis Aelle, Cassiopée et Charlie.
Tous leurs RPs sont magiques, mais je voulais en partager quelques uns. Tout d'abord un extrait de Myriade de Sens, le RP que je fais avec Aelle pour mon plus grand bonheur :
Au-dessus, Elles trônaient en reines. Les Reines qui soumettaient les Autres ; les paupières. Fermées comme elles étaient, j'étais invisible. Comme si je n’étais pas là. C'était le cas. Je n’étais nulle part puisqu’elle ne pouvait me voir.
[...]
Qu'il était bon de ne pas être vu. Qu'il était bon de plus être Celle-que-les-Regards-frappaient.

J'aimais particulièrement ne plus être l’héroïne de mon histoire.
C'est la fin d'un de ses posts, et j'aime particulièrement ce passage. Les Mots d'Aelle, peu importe lesquels, semblent tirés directement de son Ame. Ce n'est plus la Plume qui écrit mais réellement la Création qui vit d'elle même, et j'aime ça. Je me plonge dans ses Mots toute entière, parce que c'est beau. C'est si beau que je suis heureuse de vivre un Instant avec elle, d'être décrite par ses Mots.

---

Charlie, maintenant. Charlie... Difficile de trouver un passage, quelques Mots pour résumer la puissance de sa Plume. Presque impossible, en vérité. Presque impossible... Pour entrevoir réellement sa Plume, il faut tout lire, tout. Pour Aelle aussi, mais les quelques Mots placés ci dessus m'ont particulièrement marqués. Alors j'vais quand même essayer de choisir quelques Mots. Ceux là viennent de Discordance Suprême, un Instant qui se déroule durant sa première année.
Parfois, certains me disent qu’ils aimeraient voler comme moi. Qu’ils aimeraient beaucoup voler haut, très haut, et ne plus jamais redescendre. Redescendre… Comment peuvent-ils redescendre s’ils ne sont jamais montés ? Cela n’a pas de sens. Et pourquoi me disent-ils tous que je suis en haut ? Pour eux, le haut, le bas, la droite, la gauche, tout est si logique, si simple, ils sont attirés vers le Bas ; ils sentent le Haut. Ils savent ce que c’est. Moi, je ne sais rien. Il suffit que je tourne la tête très légèrement, et le haut devient bas, la droite laisse sa place gauche. Je n’avance pas, je ne monte pas, je flotte. Je flotte avec tant de volonté que je ne saurais jamais ce qu’est le Haut ou le Bas. J’ai tant peur de mourir, et presque autant de vivre, alors j’ai choisi de ne faire ni l’un, ni l’autre, je préfère flotter. Même si, parfois, je me demande où sont passés mes souvenirs. Puis, je me remémore que mon unique souvenir, c’est de me rappeler que je n’en ai pas. Tiens, je viens d’y penser. C’est cela, je n’ai pas de souvenir.
Je la sens couler en moi, elle est si attachée à mon âme, elle ne bourdonne pas, elle ne fait pas de raffut ni de mouvement superflu, mais elle est bien présente. La Peur, mon sang est composé de Peur. Je suis une structure d’effroi qui flotte dans le froid. Il m’arrive de me demander pourquoi est-ce que, parfois, j’ai si froid alors que je ne devrais rien ressentir. J’ai mal aux os. Cela doit être sûrement mes os, de l’intérieur.
Et ça, vous devez connaitre. Surement. Le Fondoir de l'Être, un Instant que beaucoup connaissent pour son importance dans le Tournoi, et auquel Charlie a donné un nom parce que c'est sa Vie.
Mon regard se plante enfin dans les flammes, alors que je sens mes tremblements encore plus forts. Ces yeux terrifiants ne vont pas attendre les tribunes noires, ils ne vont rien attendre du tout. Je ne jouerais plus du piano, et je tuerais ce Dragon. Ma bouche entière hurle de douleur silencieuse. Je ne détournerais pas le regard des flammes du Dragon. S’il doit faire mal à quelqu’un, c’est à moi qu’il fera mal ; pas à Qiong. *Tribunes noires*. Je serre mon bras droit autour de celui de la Chinoise pour le garder en retrait. Mon autre bras est tendu vers les dents de flammes ; il tremble toujours, je le sens.
Je crois que je n’ai rien à perdre.
Je suis avec Qiong, mais au final je reste toujours un peu seule.


Charlie, mais tu peux m’appeler Aelle.

Je n’ai pas besoin de ma main gauche. Je n’ai pas besoin de jouer du piano.

Ça m’était sorti de la tête que j’avais réalisé tous mes rêves en les détruisant.

Ma main s’arrête de trembler.

Et mes yeux se mettent à rougir.
C'est pareil, c'est Beau. Juste Beau. Tout est Beau, dans leurs Mots et leurs Pensées, à elles-deux. C'est comme ça. C'est magique et j'aimerais avoir cette Puissance, j'aimerais réussir à Ecrire ainsi.

---

Cassiopée. Certains l'appellent Cassy, moi je vais l'appeler Étoile. Si les Plumes de Charlie et Aelle se ressemblent et diffèrent à la fois, celle d'Étoile en est plutôt éloignée. Et pourtant elle a su que toucher avec autant de Puissance que les deux Autres. Pareil, c'est pas possible de tout résumer en quelques Mots. J'ai dû choisir, mais lisez tout, vous. Tous les Mots sont magnifiques.
J'ai conscience que les Mots que j'ai choisi sont en réalité presque tout l'Instant de Vie qu'est Les ailes brûlées. Mais voilà, je pouvais pas réduire ça.
La chenille se change en chrysalide, pour se protéger du monde, des gens. Pour se cacher du monde, que plus personne ne la voit. Elle a peur, elle est triste et elle a mal, mais elle souris encore. Elle est toute craquelée, et elle est perdue. Elle hait le monde qui ne voit pas sa souffrance, poupée brisée qu'elle est. Sur sa branche, il y a une autre coquille. Et à l’intérieur, un magnifique papillon qui n'arrive pas à sortir. Mais le papillon étincelle. Comme les papillons qu'elle admirait quand elle était petite, avec les ailes belles et colorées. Mais ce papillon là ne veut pas sortir de sa chrysalide, il y est bloqué. Pourtant le papillon il l'aide. Le papillon il s'appelle Solenn. La chenille elle, elle s'appelle Cassiopée. Solenn, ça ressemble à Soleil. Alors Cassiopée elle l'appelle son Soleil, parce qu'elle est une lumière, la lumière qu'elle a attendu longtemps. Cassiopée elle est perdue dans la nuit, et Soleil l'appelle la Lune. Cassiopée elle aime bien, et elle veut aider l'autre à sortir de sa coquille. Alors elle essai longtemps, fort. Elle n'y arrive pas du premier coup, mais elle n'abandonnera pas avant de réussir. Pour Solenn qui mérite tellement mieux.

La chrysalide se perce et le papillon sort. Il brille. Cassiopée brille, comme elle a toujours voulu le faire. Oui, elle est spéciale. Et c'est grâce à Solenn. Et Cassiopée elle décide de la tirer vers le haut, comme elle, elle l'a fait. Oui, elle l'aimera assez fort pour percer sa carapace. Elle l'aimera de tout son cœur brûlant. Le papillon s'élève, il s'envole loin, haut. Très haut. Il dépasse les nuages et se brûle les ailes devant le soleil. Il évolue, et des plumes blanches volent autour de lui alors qu'une auréole se brise au dessus de sa tête. L'Ange s'assoit sur un nuage blanc, tellement blanc qu'il brille. Les ailes battent avec force l'air alors que ses pieds se balancent dans le vide. Elle est belle, Cassiopée. Et enfin, elle comprend que, oui, elle a le droit de vivre. Et si elle, elle a le droit, alors ça veut dire que chacun en a aussi le droit. L'Ange disperse ses grandes plumes blanches en traversant le ciel. Oui, elle vit, elle vole. Maintenant, elle a tout pour elle. Et jamais elle ne laissera tomber. Ses frêles bras se passent sous les épaules de Solenn et elle fait tout pour la tirer vers le ciel elle aussi. Elle deviendra un ange aussi, elle s'en est fait la promesse.
Étoile elle est comme ça. Une Lueur étouffée qui se révèle. J'aime les Mots d'Étoile car ils émanent de Puissance et de Vie. De réalité. Un tel talent pour décrire quelques instants...

---

Voilà, quelques Mots des trois Plumes que j'admire de tout mon Être. Charlie, Étoile et Présence. Merci. Merci d'avoir partagé ça avec nous.

2ème année RP ¡ Team Salamandre !
« On s'attache aux gens parce qu'on a peur d'être seul, et cette peur est plus forte que la crainte de les perdre » – Ellana Caldin