Salle de jeux

Inscription
Connexion
  Retour   Répondre
Pas d’avatar
Ancien sorcier

Il n'en restera qu'un

SOUS LE SOLEIL EXACTEMENT




Les grandes vacances sont là ! Et avec elles, les inévitables journées passés à se dorer la pilule sur la plage ou à y faire des bêtises en tous genres sous le regard inquisiteurs de parents et de vieillards répétant à qui voulait l’entendre (ou pas d’ailleurs) que « Décidément, la jeunesse n’est plus ce qu’elle était ! Moi de mon temps, nous étions déjà contents lorsque nos parents nous emmenaient au bord de la mer et ne réclamions pas, à grand coups, des glaces hors de prix, qui plus est mauvaises pour les dents et la santé ! », le tout en dégustant les délicieux beignets de la charrette qui avait déjà passé par ici trois fois sous les cris du vendeur venant de se faire mordre par un crabe…


Profitant d’un peu de repos après ses ASPICs, Meilla Primard, allongée sur sa couverture couleur Serdaigle, lunettes de soleil sur ses yeux endormis et un bouquin de 400 pages « L’art du potionniste depuis Linfred de Stinchcombe » menaçant de lâcher ses mains pour faire éclater au grand jour son amour d’avec le nez de la jeune adulte. [14] +1

Au loin, c’est un Miles Ainsworth bougonnant qui est accroupi sur une chaise longue, de magnifiques coups de soleil rouges (réminiscence avec Gryffondor) dessinant à merveille les courbures du marcel qu’il portait depuis le début de la journée. [10]

La scène qu’est à deux doigts de faire son directeur de maison fait éclater de rire Dylan Swanson, quoiqu’il ait essayé de le faire discrètement, avant que sa joie ne soit contrariée par un petit scarabée très vif ayant soudainement atterri dans son maillot de bain jaune fluo tandis qu’il barbotait dans la mer et se débattant avec une ferveur hors-norme pour en sortir. [11] -2

Affichant une pokerface, Joy Wedenjack en observant la scène de son camarade manquant de se noyer, elle décide de ne pas bouger, puisqu’il va bien finir par remonter tout seul à la surface, tout en continuant de manger sa glace en forme de ping… de manch… de pingchot. [14]

Pendant ce temps-là, c’est une Ambre Baxrendhel bizarrement sans batte (apparemment, sa mère n’avait pas voulu lui laisser la prendre, tant mieux pour tout le monde) qui est accrochée aux jupons de sa môman, voulant une glace comme sa-collègue-de-Serdaigle-parce-que-Ambre-elle-aussi-elle-y-a-droit-nan-mais-maman-s’il-te-plaîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîît. [8]

Dormant sur sa serviette de plage, Dakota Roth se remet d’une bonne année d’études à Poudlard à surveiller ses camarades de maison et à se travailler un faciès tout bronzé pour sa prochaine rentrée. Et c’est après s’être appliqué une bonne dose de crème solaire indice 50 qu’elle ajuste ses lunettes de soleil sur le nez et se prépare à faire une bonne sieste sous la douce chaleur estivale. [12]


Alors, de tous nos plagistes, lequel aura votre préférence ?

Il n'en restera qu'un

SOUS LE SOLEIL EXACTEMENT




Les grandes vacances sont là ! Et avec elles, les inévitables journées passés à se dorer la pilule sur la plage ou à y faire des bêtises en tous genres sous le regard inquisiteurs de parents et de vieillards répétant à qui voulait l’entendre (ou pas d’ailleurs) que « Décidément, la jeunesse n’est plus ce qu’elle était ! Moi de mon temps, nous étions déjà contents lorsque nos parents nous emmenaient au bord de la mer et ne réclamions pas, à grand coups, des glaces hors de prix, qui plus est mauvaises pour les dents et la santé ! », le tout en dégustant les délicieux beignets de la charrette qui avait déjà passé par ici trois fois sous les cris du vendeur venant de se faire mordre par un crabe…


Profitant d’un peu de repos après ses ASPICs, Meilla Primard, allongée sur sa couverture couleur Serdaigle, lunettes de soleil sur ses yeux endormis et un bouquin de 400 pages « L’art du potionniste depuis Linfred de Stinchcombe » menaçant de lâcher ses mains pour faire éclater au grand jour son amour d’avec le nez de la jeune adulte. [14]

Au loin, c’est un Miles Ainsworth bougonnant qui est accroupi sur une chaise longue, de magnifiques coups de soleil rouges (réminiscence avec Gryffondor) dessinant à merveille les courbures du marcel qu’il portait depuis le début de la journée. [11]

La scène qu’est à deux doigts de faire son directeur de maison fait éclater de rire Dylan Swanson, quoiqu’il ait essayé de le faire discrètement, avant que sa joie ne soit contrariée par un petit scarabée très vif ayant soudainement atterri dans son maillot de bain jaune fluo tandis qu’il barbotait dans la mer et se débattant avec une ferveur hors-norme pour en sortir. [12] +1

Affichant une pokerface, Joy Wedenjack en observant la scène de son camarade manquant de se noyer, elle décide de ne pas bouger, puisqu’il va bien finir par remonter tout seul à la surface, tout en continuant de manger sa glace en forme de ping… de manch… de pingchot. [14]

Pendant ce temps-là, c’est une Ambre Baxrendhel bizarrement sans batte (apparemment, sa mère n’avait pas voulu lui laisser la prendre, tant mieux pour tout le monde) qui est accrochée aux jupons de sa môman, voulant une glace comme sa-collègue-de-Serdaigle-parce-que-Ambre-elle-aussi-elle-y-a-droit-nan-mais-maman-s’il-te-plaîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîît. [8]

Dormant sur sa serviette de plage, Dakota Roth se remet d’une bonne année d’études à Poudlard à surveiller ses camarades de maison et à se travailler un faciès tout bronzé pour sa prochaine rentrée. Et c’est après s’être appliqué une bonne dose de crème solaire indice 50 qu’elle ajuste ses lunettes de soleil sur le nez et se prépare à faire une bonne sieste sous la douce chaleur estivale. [10] -2


Alors, de tous nos plagistes, lequel aura votre préférence ?

Gryffondor du mois d'octobre 2015
Pas d’avatar
Ancien sorcier

Il n'en restera qu'un

SOUS LE SOLEIL EXACTEMENT




Les grandes vacances sont là ! Et avec elles, les inévitables journées passés à se dorer la pilule sur la plage ou à y faire des bêtises en tous genres sous le regard inquisiteurs de parents et de vieillards répétant à qui voulait l’entendre (ou pas d’ailleurs) que « Décidément, la jeunesse n’est plus ce qu’elle était ! Moi de mon temps, nous étions déjà contents lorsque nos parents nous emmenaient au bord de la mer et ne réclamions pas, à grand coups, des glaces hors de prix, qui plus est mauvaises pour les dents et la santé ! », le tout en dégustant les délicieux beignets de la charrette qui avait déjà passé par ici trois fois sous les cris du vendeur venant de se faire mordre par un crabe…


Profitant d’un peu de repos après ses ASPICs, Meilla Primard, allongée sur sa couverture couleur Serdaigle, lunettes de soleil sur ses yeux endormis et un bouquin de 400 pages « L’art du potionniste depuis Linfred de Stinchcombe » menaçant de lâcher ses mains pour faire éclater au grand jour son amour d’avec le nez de la jeune adulte. [14]

Au loin, c’est un Miles Ainsworth bougonnant qui est accroupi sur une chaise longue, de magnifiques coups de soleil rouges (réminiscence avec Gryffondor) dessinant à merveille les courbures du marcel qu’il portait depuis le début de la journée. [11]

La scène qu’est à deux doigts de faire son directeur de maison fait éclater de rire Dylan Swanson, quoiqu’il ait essayé de le faire discrètement, avant que sa joie ne soit contrariée par un petit scarabée très vif ayant soudainement atterri dans son maillot de bain jaune fluo tandis qu’il barbotait dans la mer et se débattant avec une ferveur hors-norme pour en sortir. [12]

Affichant une pokerface, Joy Wedenjack en observant la scène de son camarade manquant de se noyer, elle décide de ne pas bouger, puisqu’il va bien finir par remonter tout seul à la surface, tout en continuant de manger sa glace en forme de ping… de manch… de pingchot. [15] +1

Pendant ce temps-là, c’est une Ambre Baxrendhel bizarrement sans batte (apparemment, sa mère n’avait pas voulu lui laisser la prendre, tant mieux pour tout le monde) qui est accrochée aux jupons de sa môman, voulant une glace comme sa-collègue-de-Serdaigle-parce-que-Ambre-elle-aussi-elle-y-a-droit-nan-mais-maman-s’il-te-plaîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîît. [8]

Dormant sur sa serviette de plage, Dakota Roth se remet d’une bonne année d’études à Poudlard à surveiller ses camarades de maison et à se travailler un faciès tout bronzé pour sa prochaine rentrée. Et c’est après s’être appliqué une bonne dose de crème solaire indice 50 qu’elle ajuste ses lunettes de soleil sur le nez et se prépare à faire une bonne sieste sous la douce chaleur estivale. [8] -2


Alors, de tous nos plagistes, lequel aura votre préférence ?

Il n'en restera qu'un

SOUS LE SOLEIL EXACTEMENT




Les grandes vacances sont là ! Et avec elles, les inévitables journées passés à se dorer la pilule sur la plage ou à y faire des bêtises en tous genres sous le regard inquisiteurs de parents et de vieillards répétant à qui voulait l’entendre (ou pas d’ailleurs) que « Décidément, la jeunesse n’est plus ce qu’elle était ! Moi de mon temps, nous étions déjà contents lorsque nos parents nous emmenaient au bord de la mer et ne réclamions pas, à grand coups, des glaces hors de prix, qui plus est mauvaises pour les dents et la santé ! », le tout en dégustant les délicieux beignets de la charrette qui avait déjà passé par ici trois fois sous les cris du vendeur venant de se faire mordre par un crabe…


Profitant d’un peu de repos après ses ASPICs, Meilla Primard, allongée sur sa couverture couleur Serdaigle, lunettes de soleil sur ses yeux endormis et un bouquin de 400 pages « L’art du potionniste depuis Linfred de Stinchcombe » menaçant de lâcher ses mains pour faire éclater au grand jour son amour d’avec le nez de la jeune adulte. [14]

Au loin, c’est un Miles Ainsworth bougonnant qui est accroupi sur une chaise longue, de magnifiques coups de soleil rouges (réminiscence avec Gryffondor) dessinant à merveille les courbures du marcel qu’il portait depuis le début de la journée. [11]

La scène qu’est à deux doigts de faire son directeur de maison fait éclater de rire Dylan Swanson, quoiqu’il ait essayé de le faire discrètement, avant que sa joie ne soit contrariée par un petit scarabée très vif ayant soudainement atterri dans son maillot de bain jaune fluo tandis qu’il barbotait dans la mer et se débattant avec une ferveur hors-norme pour en sortir. [13] +1

Affichant une pokerface, Joy Wedenjack en observant la scène de son camarade manquant de se noyer, elle décide de ne pas bouger, puisqu’il va bien finir par remonter tout seul à la surface, tout en continuant de manger sa glace en forme de ping… de manch… de pingchot. [15]

Pendant ce temps-là, c’est une Ambre Baxrendhel bizarrement sans batte (apparemment, sa mère n’avait pas voulu lui laisser la prendre, tant mieux pour tout le monde) qui est accrochée aux jupons de sa môman, voulant une glace comme sa-collègue-de-Serdaigle-parce-que-Ambre-elle-aussi-elle-y-a-droit-nan-mais-maman-s’il-te-plaîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîît. [6] -2
Dormant sur sa serviette de plage, Dakota Roth se remet d’une bonne année d’études à Poudlard à surveiller ses camarades de maison et à se travailler un faciès tout bronzé pour sa prochaine rentrée. Et c’est après s’être appliqué une bonne dose de crème solaire indice 50 qu’elle ajuste ses lunettes de soleil sur le nez et se prépare à faire une bonne sieste sous la douce chaleur estivale. [8]


Alors, de tous nos plagistes, lequel aura votre préférence ?

~ Antony n’est point un drame, Antony n’est point une tragédie, Antony n’est point une pièce de théâtre, Antony est une scène d’amour, de jalousie, de colère, en cinq actes. ~
~ Famille Schialom ~
Do not go gentle into that good night.

Il n'en restera qu'un

SOUS LE SOLEIL EXACTEMENT


Les grandes vacances sont là ! Et avec elles, les inévitables journées passés à se dorer la pilule sur la plage ou à y faire des bêtises en tous genres sous le regard inquisiteurs de parents et de vieillards répétant à qui voulait l’entendre (ou pas d’ailleurs) que « Décidément, la jeunesse n’est plus ce qu’elle était ! Moi de mon temps, nous étions déjà contents lorsque nos parents nous emmenaient au bord de la mer et ne réclamions pas, à grand coups, des glaces hors de prix, qui plus est mauvaises pour les dents et la santé ! », le tout en dégustant les délicieux beignets de la charrette qui avait déjà passé par ici trois fois sous les cris du vendeur venant de se faire mordre par un crabe…


Profitant d’un peu de repos après ses ASPICs, Meilla Primard, allongée sur sa couverture couleur Serdaigle, lunettes de soleil sur ses yeux endormis et un bouquin de 400 pages « L’art du potionniste depuis Linfred de Stinchcombe » menaçant de lâcher ses mains pour faire éclater au grand jour son amour d’avec le nez de la jeune adulte. [14]

Au loin, c’est un Miles Ainsworth bougonnant qui est accroupi sur une chaise longue, de magnifiques coups de soleil rouges (réminiscence avec Gryffondor) dessinant à merveille les courbures du marcel qu’il portait depuis le début de la journée. [11]

La scène qu’est à deux doigts de faire son directeur de maison fait éclater de rire Dylan Swanson, quoiqu’il ait essayé de le faire discrètement, avant que sa joie ne soit contrariée par un petit scarabée très vif ayant soudainement atterri dans son maillot de bain jaune fluo tandis qu’il barbotait dans la mer et se débattant avec une ferveur hors-norme pour en sortir. [13]

Affichant une pokerface, Joy Wedenjack en observant la scène de son camarade manquant de se noyer, elle décide de ne pas bouger, puisqu’il va bien finir par remonter tout seul à la surface, tout en continuant de manger sa glace en forme de ping… de manch… de pingchot. [15]

Pendant ce temps-là, c’est une Ambre Baxrendhel bizarrement sans batte (apparemment, sa mère n’avait pas voulu lui laisser la prendre, tant mieux pour tout le monde) qui est accrochée aux jupons de sa môman, voulant une glace comme sa-collègue-de-Serdaigle-parce-que-Ambre-elle-aussi-elle-y-a-droit-nan-mais-maman-s’il-te-plaîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîît. [7] +1

Dormant sur sa serviette de plage, Dakota Roth se remet d’une bonne année d’études à Poudlard à surveiller ses camarades de maison et à se travailler un faciès tout bronzé pour sa prochaine rentrée. Et c’est après s’être appliqué une bonne dose de crème solaire indice 50 qu’elle ajuste ses lunettes de soleil sur le nez et se prépare à faire une bonne sieste sous la douce chaleur estivale. [6] -2


Alors, de tous nos plagistes, lequel aura votre préférence ?

Finisseuse - Batteuse remplaçante des Éclairs de Serdaigle.
"Lorsqu'ils déploient leurs ailes, les Aigles vous ensorcellent !"
Les dons de chocolat sont acceptés, donc si vous vous sentez d'humeur généreuse, n'hésitez pas !
Pas d’avatar
Ancien sorcier

Il n'en restera qu'un

SOUS LE SOLEIL EXACTEMENT


Les grandes vacances sont là ! Et avec elles, les inévitables journées passés à se dorer la pilule sur la plage ou à y faire des bêtises en tous genres sous le regard inquisiteurs de parents et de vieillards répétant à qui voulait l’entendre (ou pas d’ailleurs) que « Décidément, la jeunesse n’est plus ce qu’elle était ! Moi de mon temps, nous étions déjà contents lorsque nos parents nous emmenaient au bord de la mer et ne réclamions pas, à grand coups, des glaces hors de prix, qui plus est mauvaises pour les dents et la santé ! », le tout en dégustant les délicieux beignets de la charrette qui avait déjà passé par ici trois fois sous les cris du vendeur venant de se faire mordre par un crabe…


Profitant d’un peu de repos après ses ASPICs, Meilla Primard, allongée sur sa couverture couleur Serdaigle, lunettes de soleil sur ses yeux endormis et un bouquin de 400 pages « L’art du potionniste depuis Linfred de Stinchcombe » menaçant de lâcher ses mains pour faire éclater au grand jour son amour d’avec le nez de la jeune adulte. [15]+1

Au loin, c’est un Miles Ainsworth bougonnant qui est accroupi sur une chaise longue, de magnifiques coups de soleil rouges (réminiscence avec Gryffondor) dessinant à merveille les courbures du marcel qu’il portait depuis le début de la journée. [11]

La scène qu’est à deux doigts de faire son directeur de maison fait éclater de rire Dylan Swanson, quoiqu’il ait essayé de le faire discrètement, avant que sa joie ne soit contrariée par un petit scarabée très vif ayant soudainement atterri dans son maillot de bain jaune fluo tandis qu’il barbotait dans la mer et se débattant avec une ferveur hors-norme pour en sortir. [13]

Affichant une pokerface, Joy Wedenjack en observant la scène de son camarade manquant de se noyer, elle décide de ne pas bouger, puisqu’il va bien finir par remonter tout seul à la surface, tout en continuant de manger sa glace en forme de ping… de manch… de pingchot. [15]

Pendant ce temps-là, c’est une Ambre Baxrendhel bizarrement sans batte (apparemment, sa mère n’avait pas voulu lui laisser la prendre, tant mieux pour tout le monde) qui est accrochée aux jupons de sa môman, voulant une glace comme sa-collègue-de-Serdaigle-parce-que-Ambre-elle-aussi-elle-y-a-droit-nan-mais-maman-s’il-te-plaîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîît. [7]

Dormant sur sa serviette de plage, Dakota Roth se remet d’une bonne année d’études à Poudlard à surveiller ses camarades de maison et à se travailler un faciès tout bronzé pour sa prochaine rentrée. Et c’est après s’être appliqué une bonne dose de crème solaire indice 50 qu’elle ajuste ses lunettes de soleil sur le nez et se prépare à faire une bonne sieste sous la douce chaleur estivale. [4] -2


Alors, de tous nos plagistes, lequel aura votre préférence ?

Il n'en restera qu'un

SOUS LE SOLEIL EXACTEMENT


Les grandes vacances sont là ! Et avec elles, les inévitables journées passés à se dorer la pilule sur la plage ou à y faire des bêtises en tous genres sous le regard inquisiteurs de parents et de vieillards répétant à qui voulait l’entendre (ou pas d’ailleurs) que « Décidément, la jeunesse n’est plus ce qu’elle était ! Moi de mon temps, nous étions déjà contents lorsque nos parents nous emmenaient au bord de la mer et ne réclamions pas, à grand coups, des glaces hors de prix, qui plus est mauvaises pour les dents et la santé ! », le tout en dégustant les délicieux beignets de la charrette qui avait déjà passé par ici trois fois sous les cris du vendeur venant de se faire mordre par un crabe…


Profitant d’un peu de repos après ses ASPICs, Meilla Primard, allongée sur sa couverture couleur Serdaigle, lunettes de soleil sur ses yeux endormis et un bouquin de 400 pages « L’art du potionniste depuis Linfred de Stinchcombe » menaçant de lâcher ses mains pour faire éclater au grand jour son amour d’avec le nez de la jeune adulte. [15]

Au loin, c’est un Miles Ainsworth bougonnant qui est accroupi sur une chaise longue, de magnifiques coups de soleil rouges (réminiscence avec Gryffondor) dessinant à merveille les courbures du marcel qu’il portait depuis le début de la journée. [11]

La scène qu’est à deux doigts de faire son directeur de maison fait éclater de rire Dylan Swanson, quoiqu’il ait essayé de le faire discrètement, avant que sa joie ne soit contrariée par un petit scarabée très vif ayant soudainement atterri dans son maillot de bain jaune fluo tandis qu’il barbotait dans la mer et se débattant avec une ferveur hors-norme pour en sortir. [14] +1

Affichant une pokerface, Joy Wedenjack en observant la scène de son camarade manquant de se noyer, elle décide de ne pas bouger, puisqu’il va bien finir par remonter tout seul à la surface, tout en continuant de manger sa glace en forme de ping… de manch… de pingchot. [15]

Pendant ce temps-là, c’est une Ambre Baxrendhel bizarrement sans batte (apparemment, sa mère n’avait pas voulu lui laisser la prendre, tant mieux pour tout le monde) qui est accrochée aux jupons de sa môman, voulant une glace comme sa-collègue-de-Serdaigle-parce-que-Ambre-elle-aussi-elle-y-a-droit-nan-mais-maman-s’il-te-plaîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîît. [5]-2

Dormant sur sa serviette de plage, Dakota Roth se remet d’une bonne année d’études à Poudlard à surveiller ses camarades de maison et à se travailler un faciès tout bronzé pour sa prochaine rentrée. Et c’est après s’être appliqué une bonne dose de crème solaire indice 50 qu’elle ajuste ses lunettes de soleil sur le nez et se prépare à faire une bonne sieste sous la douce chaleur estivale. [4]


Alors, de tous nos plagistes, lequel aura votre préférence ?

~ Antony n’est point un drame, Antony n’est point une tragédie, Antony n’est point une pièce de théâtre, Antony est une scène d’amour, de jalousie, de colère, en cinq actes. ~
~ Famille Schialom ~
Do not go gentle into that good night.
Pas d’avatar
Ancien sorcier

Il n'en restera qu'un

SOUS LE SOLEIL EXACTEMENT


Les grandes vacances sont là ! Et avec elles, les inévitables journées passés à se dorer la pilule sur la plage ou à y faire des bêtises en tous genres sous le regard inquisiteurs de parents et de vieillards répétant à qui voulait l’entendre (ou pas d’ailleurs) que « Décidément, la jeunesse n’est plus ce qu’elle était ! Moi de mon temps, nous étions déjà contents lorsque nos parents nous emmenaient au bord de la mer et ne réclamions pas, à grand coups, des glaces hors de prix, qui plus est mauvaises pour les dents et la santé ! », le tout en dégustant les délicieux beignets de la charrette qui avait déjà passé par ici trois fois sous les cris du vendeur venant de se faire mordre par un crabe…


Profitant d’un peu de repos après ses ASPICs, Meilla Primard, allongée sur sa couverture couleur Serdaigle, lunettes de soleil sur ses yeux endormis et un bouquin de 400 pages « L’art du potionniste depuis Linfred de Stinchcombe » menaçant de lâcher ses mains pour faire éclater au grand jour son amour d’avec le nez de la jeune adulte. [16]+1

Au loin, c’est un Miles Ainsworth bougonnant qui est accroupi sur une chaise longue, de magnifiques coups de soleil rouges (réminiscence avec Gryffondor) dessinant à merveille les courbures du marcel qu’il portait depuis le début de la journée. [11]

La scène qu’est à deux doigts de faire son directeur de maison fait éclater de rire Dylan Swanson, quoiqu’il ait essayé de le faire discrètement, avant que sa joie ne soit contrariée par un petit scarabée très vif ayant soudainement atterri dans son maillot de bain jaune fluo tandis qu’il barbotait dans la mer et se débattant avec une ferveur hors-norme pour en sortir. [14]

Affichant une pokerface, Joy Wedenjack en observant la scène de son camarade manquant de se noyer, elle décide de ne pas bouger, puisqu’il va bien finir par remonter tout seul à la surface, tout en continuant de manger sa glace en forme de ping… de manch… de pingchot. [15]

Pendant ce temps-là, c’est une Ambre Baxrendhel bizarrement sans batte (apparemment, sa mère n’avait pas voulu lui laisser la prendre, tant mieux pour tout le monde) qui est accrochée aux jupons de sa môman, voulant une glace comme sa-collègue-de-Serdaigle-parce-que-Ambre-elle-aussi-elle-y-a-droit-nan-mais-maman-s’il-te-plaîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîît. [5]

Dormant sur sa serviette de plage, Dakota Roth se remet d’une bonne année d’études à Poudlard à surveiller ses camarades de maison et à se travailler un faciès tout bronzé pour sa prochaine rentrée. Et c’est après s’être appliqué une bonne dose de crème solaire indice 50 qu’elle ajuste ses lunettes de soleil sur le nez et se prépare à faire une bonne sieste sous la douce chaleur estivale. [2]-2


Alors, de tous nos plagistes, lequel aura votre préférence ?

Il n'en restera qu'un

SOUS LE SOLEIL EXACTEMENT


Les grandes vacances sont là ! Et avec elles, les inévitables journées passés à se dorer la pilule sur la plage ou à y faire des bêtises en tous genres sous le regard inquisiteurs de parents et de vieillards répétant à qui voulait l’entendre (ou pas d’ailleurs) que « Décidément, la jeunesse n’est plus ce qu’elle était ! Moi de mon temps, nous étions déjà contents lorsque nos parents nous emmenaient au bord de la mer et ne réclamions pas, à grand coups, des glaces hors de prix, qui plus est mauvaises pour les dents et la santé ! », le tout en dégustant les délicieux beignets de la charrette qui avait déjà passé par ici trois fois sous les cris du vendeur venant de se faire mordre par un crabe…


Profitant d’un peu de repos après ses ASPICs, Meilla Primard, allongée sur sa couverture couleur Serdaigle, lunettes de soleil sur ses yeux endormis et un bouquin de 400 pages « L’art du potionniste depuis Linfred de Stinchcombe » menaçant de lâcher ses mains pour faire éclater au grand jour son amour d’avec le nez de la jeune adulte. [16]

Au loin, c’est un Miles Ainsworth bougonnant qui est accroupi sur une chaise longue, de magnifiques coups de soleil rouges (réminiscence avec Gryffondor) dessinant à merveille les courbures du marcel qu’il portait depuis le début de la journée. [11]

La scène qu’est à deux doigts de faire son directeur de maison fait éclater de rire Dylan Swanson, quoiqu’il ait essayé de le faire discrètement, avant que sa joie ne soit contrariée par un petit scarabée très vif ayant soudainement atterri dans son maillot de bain jaune fluo tandis qu’il barbotait dans la mer et se débattant avec une ferveur hors-norme pour en sortir. [12] -2

Affichant une pokerface, Joy Wedenjack en observant la scène de son camarade manquant de se noyer, elle décide de ne pas bouger, puisqu’il va bien finir par remonter tout seul à la surface, tout en continuant de manger sa glace en forme de ping… de manch… de pingchot. [15]

Pendant ce temps-là, c’est une Ambre Baxrendhel bizarrement sans batte (apparemment, sa mère n’avait pas voulu lui laisser la prendre, tant mieux pour tout le monde) qui est accrochée aux jupons de sa môman, voulant une glace comme sa-collègue-de-Serdaigle-parce-que-Ambre-elle-aussi-elle-y-a-droit-nan-mais-maman-s’il-te-plaîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîît. [6]+1

Dormant sur sa serviette de plage, Dakota Roth se remet d’une bonne année d’études à Poudlard à surveiller ses camarades de maison et à se travailler un faciès tout bronzé pour sa prochaine rentrée. Et c’est après s’être appliqué une bonne dose de crème solaire indice 50 qu’elle ajuste ses lunettes de soleil sur le nez et se prépare à faire une bonne sieste sous la douce chaleur estivale. [2]


Alors, de tous nos plagistes, lequel aura votre préférence ?

~En voyage autour du monde et en couple avec la fille la plus extraordinaire du monde ~
Attention, apparition de carottes hallucinogènes dans le secteur des ornithorynques.

Il n'en restera qu'un

SOUS LE SOLEIL EXACTEMENT


Les grandes vacances sont là ! Et avec elles, les inévitables journées passés à se dorer la pilule sur la plage ou à y faire des bêtises en tous genres sous le regard inquisiteurs de parents et de vieillards répétant à qui voulait l’entendre (ou pas d’ailleurs) que « Décidément, la jeunesse n’est plus ce qu’elle était ! Moi de mon temps, nous étions déjà contents lorsque nos parents nous emmenaient au bord de la mer et ne réclamions pas, à grand coups, des glaces hors de prix, qui plus est mauvaises pour les dents et la santé ! », le tout en dégustant les délicieux beignets de la charrette qui avait déjà passé par ici trois fois sous les cris du vendeur venant de se faire mordre par un crabe…


Profitant d’un peu de repos après ses ASPICs, Meilla Primard, allongée sur sa couverture couleur Serdaigle, lunettes de soleil sur ses yeux endormis et un bouquin de 400 pages « L’art du potionniste depuis Linfred de Stinchcombe » menaçant de lâcher ses mains pour faire éclater au grand jour son amour d’avec le nez de la jeune adulte. [16]

Au loin, c’est un Miles Ainsworth bougonnant qui est accroupi sur une chaise longue, de magnifiques coups de soleil rouges (réminiscence avec Gryffondor) dessinant à merveille les courbures du marcel qu’il portait depuis le début de la journée. [11]

La scène qu’est à deux doigts de faire son directeur de maison fait éclater de rire Dylan Swanson, quoiqu’il ait essayé de le faire discrètement, avant que sa joie ne soit contrariée par un petit scarabée très vif ayant soudainement atterri dans son maillot de bain jaune fluo tandis qu’il barbotait dans la mer et se débattant avec une ferveur hors-norme pour en sortir. [12]

Affichant une pokerface, Joy Wedenjack en observant la scène de son camarade manquant de se noyer, elle décide de ne pas bouger, puisqu’il va bien finir par remonter tout seul à la surface, tout en continuant de manger sa glace en forme de ping… de manch… de pingchot. [15]

Pendant ce temps-là, c’est une Ambre Baxrendhel bizarrement sans batte (apparemment, sa mère n’avait pas voulu lui laisser la prendre, tant mieux pour tout le monde) qui est accrochée aux jupons de sa môman, voulant une glace comme sa-collègue-de-Serdaigle-parce-que-Ambre-elle-aussi-elle-y-a-droit-nan-mais-maman-s’il-te-plaîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîît. [7]+1

Dormant sur sa serviette de plage, Dakota Roth se remet d’une bonne année d’études à Poudlard à surveiller ses camarades de maison et à se travailler un faciès tout bronzé pour sa prochaine rentrée. Et c’est après s’être appliqué une bonne dose de crème solaire indice 50 qu’elle ajuste ses lunettes de soleil sur le nez et se prépare à faire une bonne sieste sous la douce chaleur estivale. [0]-2


Alors, de tous nos plagistes, lequel aura votre préférence ?

Finisseuse - Batteuse remplaçante des Éclairs de Serdaigle.
"Lorsqu'ils déploient leurs ailes, les Aigles vous ensorcellent !"
Les dons de chocolat sont acceptés, donc si vous vous sentez d'humeur généreuse, n'hésitez pas !
Pas d’avatar
Ancien sorcier

Il n'en restera qu'un

SOUS LE SOLEIL EXACTEMENT


Les grandes vacances sont là ! Et avec elles, les inévitables journées passés à se dorer la pilule sur la plage ou à y faire des bêtises en tous genres sous le regard inquisiteurs de parents et de vieillards répétant à qui voulait l’entendre (ou pas d’ailleurs) que « Décidément, la jeunesse n’est plus ce qu’elle était ! Moi de mon temps, nous étions déjà contents lorsque nos parents nous emmenaient au bord de la mer et ne réclamions pas, à grand coups, des glaces hors de prix, qui plus est mauvaises pour les dents et la santé ! », le tout en dégustant les délicieux beignets de la charrette qui avait déjà passé par ici trois fois sous les cris du vendeur venant de se faire mordre par un crabe…


Profitant d’un peu de repos après ses ASPICs, Meilla Primard, allongée sur sa couverture couleur Serdaigle, lunettes de soleil sur ses yeux endormis et un bouquin de 400 pages « L’art du potionniste depuis Linfred de Stinchcombe » menaçant de lâcher ses mains pour faire éclater au grand jour son amour d’avec le nez de la jeune adulte. [17]+1

Au loin, c’est un Miles Ainsworth bougonnant qui est accroupi sur une chaise longue, de magnifiques coups de soleil rouges (réminiscence avec Gryffondor) dessinant à merveille les courbures du marcel qu’il portait depuis le début de la journée. [9]-2

La scène qu’est à deux doigts de faire son directeur de maison fait éclater de rire Dylan Swanson, quoiqu’il ait essayé de le faire discrètement, avant que sa joie ne soit contrariée par un petit scarabée très vif ayant soudainement atterri dans son maillot de bain jaune fluo tandis qu’il barbotait dans la mer et se débattant avec une ferveur hors-norme pour en sortir. [12]

Affichant une pokerface, Joy Wedenjack en observant la scène de son camarade manquant de se noyer, elle décide de ne pas bouger, puisqu’il va bien finir par remonter tout seul à la surface, tout en continuant de manger sa glace en forme de ping… de manch… de pingchot. [15]

Pendant ce temps-là, c’est une Ambre Baxrendhel bizarrement sans batte (apparemment, sa mère n’avait pas voulu lui laisser la prendre, tant mieux pour tout le monde) qui est accrochée aux jupons de sa môman, voulant une glace comme sa-collègue-de-Serdaigle-parce-que-Ambre-elle-aussi-elle-y-a-droit-nan-mais-maman-s’il-te-plaîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîît. [7]



Alors, de tous nos plagistes, lequel aura votre préférence ?[/quote]

Il n'en restera qu'un

SOUS LE SOLEIL EXACTEMENT


Les grandes vacances sont là ! Et avec elles, les inévitables journées passés à se dorer la pilule sur la plage ou à y faire des bêtises en tous genres sous le regard inquisiteurs de parents et de vieillards répétant à qui voulait l’entendre (ou pas d’ailleurs) que « Décidément, la jeunesse n’est plus ce qu’elle était ! Moi de mon temps, nous étions déjà contents lorsque nos parents nous emmenaient au bord de la mer et ne réclamions pas, à grand coups, des glaces hors de prix, qui plus est mauvaises pour les dents et la santé ! », le tout en dégustant les délicieux beignets de la charrette qui avait déjà passé par ici trois fois sous les cris du vendeur venant de se faire mordre par un crabe…


Profitant d’un peu de repos après ses ASPICs, Meilla Primard, allongée sur sa couverture couleur Serdaigle, lunettes de soleil sur ses yeux endormis et un bouquin de 400 pages « L’art du potionniste depuis Linfred de Stinchcombe » menaçant de lâcher ses mains pour faire éclater au grand jour son amour d’avec le nez de la jeune adulte. [17]

Au loin, c’est un Miles Ainsworth bougonnant qui est accroupi sur une chaise longue, de magnifiques coups de soleil rouges (réminiscence avec Gryffondor) dessinant à merveille les courbures du marcel qu’il portait depuis le début de la journée. [9]

La scène qu’est à deux doigts de faire son directeur de maison fait éclater de rire Dylan Swanson, quoiqu’il ait essayé de le faire discrètement, avant que sa joie ne soit contrariée par un petit scarabée très vif ayant soudainement atterri dans son maillot de bain jaune fluo tandis qu’il barbotait dans la mer et se débattant avec une ferveur hors-norme pour en sortir. [13] +1

Affichant une pokerface, Joy Wedenjack en observant la scène de son camarade manquant de se noyer, elle décide de ne pas bouger, puisqu’il va bien finir par remonter tout seul à la surface, tout en continuant de manger sa glace en forme de ping… de manch… de pingchot. [15]

Pendant ce temps-là, c’est une Ambre Baxrendhel bizarrement sans batte (apparemment, sa mère n’avait pas voulu lui laisser la prendre, tant mieux pour tout le monde) qui est accrochée aux jupons de sa môman, voulant une glace comme sa-collègue-de-Serdaigle-parce-que-Ambre-elle-aussi-elle-y-a-droit-nan-mais-maman-s’il-te-plaîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîît. [5] -2



Alors, de tous nos plagistes, lequel aura votre préférence ?

~ Antony n’est point un drame, Antony n’est point une tragédie, Antony n’est point une pièce de théâtre, Antony est une scène d’amour, de jalousie, de colère, en cinq actes. ~
~ Famille Schialom ~
Do not go gentle into that good night.

Il n'en restera qu'un

SOUS LE SOLEIL EXACTEMENT



Les grandes vacances sont là ! Et avec elles, les inévitables journées passés à se dorer la pilule sur la plage ou à y faire des bêtises en tous genres sous le regard inquisiteurs de parents et de vieillards répétant à qui voulait l’entendre (ou pas d’ailleurs) que « Décidément, la jeunesse n’est plus ce qu’elle était ! Moi de mon temps, nous étions déjà contents lorsque nos parents nous emmenaient au bord de la mer et ne réclamions pas, à grand coups, des glaces hors de prix, qui plus est mauvaises pour les dents et la santé ! », le tout en dégustant les délicieux beignets de la charrette qui avait déjà passé par ici trois fois sous les cris du vendeur venant de se faire mordre par un crabe…


Profitant d’un peu de repos après ses ASPICs, Meilla Primard, allongée sur sa couverture couleur Serdaigle, lunettes de soleil sur ses yeux endormis et un bouquin de 400 pages « L’art du potionniste depuis Linfred de Stinchcombe » menaçant de lâcher ses mains pour faire éclater au grand jour son amour d’avec le nez de la jeune adulte. [17]

Au loin, c’est un Miles Ainsworth bougonnant qui est accroupi sur une chaise longue, de magnifiques coups de soleil rouges (réminiscence avec Gryffondor) dessinant à merveille les courbures du marcel qu’il portait depuis le début de la journée. [7] - 2

La scène qu’est à deux doigts de faire son directeur de maison fait éclater de rire Dylan Swanson, quoiqu’il ait essayé de le faire discrètement, avant que sa joie ne soit contrariée par un petit scarabée très vif ayant soudainement atterri dans son maillot de bain jaune fluo tandis qu’il barbotait dans la mer et se débattant avec une ferveur hors-norme pour en sortir. [13]

Affichant une pokerface, Joy Wedenjack en observant la scène de son camarade manquant de se noyer, elle décide de ne pas bouger, puisqu’il va bien finir par remonter tout seul à la surface, tout en continuant de manger sa glace en forme de ping… de manch… de pingchot. [16] +1

Pendant ce temps-là, c’est une Ambre Baxrendhel bizarrement sans batte (apparemment, sa mère n’avait pas voulu lui laisser la prendre, tant mieux pour tout le monde) qui est accrochée aux jupons de sa môman, voulant une glace comme sa-collègue-de-Serdaigle-parce-que-Ambre-elle-aussi-elle-y-a-droit-nan-mais-maman-s’il-te-plaîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîît. [5]



Alors, de tous nos plagistes, lequel aura votre préférence ?

Finisseuse - Batteuse remplaçante des Éclairs de Serdaigle.
"Lorsqu'ils déploient leurs ailes, les Aigles vous ensorcellent !"
Les dons de chocolat sont acceptés, donc si vous vous sentez d'humeur généreuse, n'hésitez pas !
Pas d’avatar
Ancien sorcier

Il n'en restera qu'un

SOUS LE SOLEIL EXACTEMENT



Les grandes vacances sont là ! Et avec elles, les inévitables journées passés à se dorer la pilule sur la plage ou à y faire des bêtises en tous genres sous le regard inquisiteurs de parents et de vieillards répétant à qui voulait l’entendre (ou pas d’ailleurs) que « Décidément, la jeunesse n’est plus ce qu’elle était ! Moi de mon temps, nous étions déjà contents lorsque nos parents nous emmenaient au bord de la mer et ne réclamions pas, à grand coups, des glaces hors de prix, qui plus est mauvaises pour les dents et la santé ! », le tout en dégustant les délicieux beignets de la charrette qui avait déjà passé par ici trois fois sous les cris du vendeur venant de se faire mordre par un crabe…


Profitant d’un peu de repos après ses ASPICs, Meilla Primard, allongée sur sa couverture couleur Serdaigle, lunettes de soleil sur ses yeux endormis et un bouquin de 400 pages « L’art du potionniste depuis Linfred de Stinchcombe » menaçant de lâcher ses mains pour faire éclater au grand jour son amour d’avec le nez de la jeune adulte. [18]+1

Au loin, c’est un Miles Ainsworth bougonnant qui est accroupi sur une chaise longue, de magnifiques coups de soleil rouges (réminiscence avec Gryffondor) dessinant à merveille les courbures du marcel qu’il portait depuis le début de la journée. [5] - 2

La scène qu’est à deux doigts de faire son directeur de maison fait éclater de rire Dylan Swanson, quoiqu’il ait essayé de le faire discrètement, avant que sa joie ne soit contrariée par un petit scarabée très vif ayant soudainement atterri dans son maillot de bain jaune fluo tandis qu’il barbotait dans la mer et se débattant avec une ferveur hors-norme pour en sortir. [13]

Affichant une pokerface, Joy Wedenjack en observant la scène de son camarade manquant de se noyer, elle décide de ne pas bouger, puisqu’il va bien finir par remonter tout seul à la surface, tout en continuant de manger sa glace en forme de ping… de manch… de pingchot. [16]

Pendant ce temps-là, c’est une Ambre Baxrendhel bizarrement sans batte (apparemment, sa mère n’avait pas voulu lui laisser la prendre, tant mieux pour tout le monde) qui est accrochée aux jupons de sa môman, voulant une glace comme sa-collègue-de-Serdaigle-parce-que-Ambre-elle-aussi-elle-y-a-droit-nan-mais-maman-s’il-te-plaîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîît. [5]



Alors, de tous nos plagistes, lequel aura votre préférence ?

Il n'en restera qu'un

SOUS LE SOLEIL EXACTEMENT



Les grandes vacances sont là ! Et avec elles, les inévitables journées passés à se dorer la pilule sur la plage ou à y faire des bêtises en tous genres sous le regard inquisiteurs de parents et de vieillards répétant à qui voulait l’entendre (ou pas d’ailleurs) que « Décidément, la jeunesse n’est plus ce qu’elle était ! Moi de mon temps, nous étions déjà contents lorsque nos parents nous emmenaient au bord de la mer et ne réclamions pas, à grand coups, des glaces hors de prix, qui plus est mauvaises pour les dents et la santé ! », le tout en dégustant les délicieux beignets de la charrette qui avait déjà passé par ici trois fois sous les cris du vendeur venant de se faire mordre par un crabe…


Profitant d’un peu de repos après ses ASPICs, Meilla Primard, allongée sur sa couverture couleur Serdaigle, lunettes de soleil sur ses yeux endormis et un bouquin de 400 pages « L’art du potionniste depuis Linfred de Stinchcombe » menaçant de lâcher ses mains pour faire éclater au grand jour son amour d’avec le nez de la jeune adulte. [18]

Au loin, c’est un Miles Ainsworth bougonnant qui est accroupi sur une chaise longue, de magnifiques coups de soleil rouges (réminiscence avec Gryffondor) dessinant à merveille les courbures du marcel qu’il portait depuis le début de la journée. [5]

La scène qu’est à deux doigts de faire son directeur de maison fait éclater de rire Dylan Swanson, quoiqu’il ait essayé de le faire discrètement, avant que sa joie ne soit contrariée par un petit scarabée très vif ayant soudainement atterri dans son maillot de bain jaune fluo tandis qu’il barbotait dans la mer et se débattant avec une ferveur hors-norme pour en sortir. [14] +1

Affichant une pokerface, Joy Wedenjack en observant la scène de son camarade manquant de se noyer, elle décide de ne pas bouger, puisqu’il va bien finir par remonter tout seul à la surface, tout en continuant de manger sa glace en forme de ping… de manch… de pingchot. [16]

Pendant ce temps-là, c’est une Ambre Baxrendhel bizarrement sans batte (apparemment, sa mère n’avait pas voulu lui laisser la prendre, tant mieux pour tout le monde) qui est accrochée aux jupons de sa môman, voulant une glace comme sa-collègue-de-Serdaigle-parce-que-Ambre-elle-aussi-elle-y-a-droit-nan-mais-maman-s’il-te-plaîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîîît. [3] -2



Alors, de tous nos plagistes, lequel aura votre préférence ?

~ Antony n’est point un drame, Antony n’est point une tragédie, Antony n’est point une pièce de théâtre, Antony est une scène d’amour, de jalousie, de colère, en cinq actes. ~
~ Famille Schialom ~
Do not go gentle into that good night.
  Retour   Répondre