Salle de jeux

Inscription
Connexion
  Retour   Répondre

Il n'en restera qu'un

Poudlard s'est presque transformé en asile pour cette douce journée de la chandeleur, ou jour de la marmotte, ou encore, festival des crêpes.

Lyn Felix a adopté une autre technique. Innocemment accoudée à un mur, elle balaie le sol avec ferveur -et avec son balai de Quidditch- espérant récolter le plus grand nombre de miettes de crêpes. "Il n'y a pas de petites victoires", assure-t-elle. (4) +1

Connor Garnier a sa méthode à lui : prélever à la source. Qui se soucie vraiment de cette bouille d'ange et ce petit sourire craquant ? Il a réussi à se faufiler dans les cuisines et attrape une crêpe sur deux qui sortent des poêles des Elfes de Maison. (0)-2

Congrats Lyn ! :D
Tu mérites cette victoire pour m'avoir aidé à écrire ces jolis paragraphes ♥

3ème année RP
« Tallucy, les princesses rebelles. »
Tallirenpher, prenez garde !

Il n'en restera qu'un

Reducio
Hum, merci (?) pour cette victoire, je suppose xD Pour l'éloge, hum... Eliott, pourrais-tu t'en charger s'il te plaît ? :roll:


C'est l'hiver, magnifique saison, les fêtes, la neige, tout ça... La neige, oui, justement ! Il a neigé à Poudlard, eeet... Il aurait fallu se lever tôt pour profiter d'un manteau de neige complètement vierge et inaltéré.

Il neige oui, et chacun retombe en enfance. On peut s'en apercevoir rien qu'en regardant Jackson Biksby – comment ça, c'est un enfant ? –, qui se balade sur le sol enneigé sans regarder où il va. Non, il regarde au-dessus de lui, bouche ouverte, tirant la langue, essayant d'avaler les flocons qui tombent plus ou moins lentement. Il va finir par s'étouffer s'il continue... Ou par foncer dans un arbre, ou encore renverser quelqu'un. Ou, qui sait, marcher sur quelqu'un ? [10]

Et bien... Si personne ne fait attention, Rey Sifferlen pourrait bien se faire marcher dessus ! Allongé dans la neige, il... que fait-il ? Il s'enterre ?! Ah non ! Il bat des bras et des jambes, creusant et s'enfonçant dans l'épaisse couche de neige. N'empêche, ça fait une jolie forme d'ange. Mais un Préfet-en-Chef ne devrait pas donner l'exemple de cette manière. En plus, il risque de se faire écraser. Ça serait dommage. Mais c'est un joli ange. [10]

C'est Charlie Rengan qui doit le mieux profiter de cet ange, et du reste du spectacle. Restée dans la tour de Gryffondor, elle regarde par la fenêtre, l'air... indéchiffrable. On pourrait dire de la haine, de l'admiration, de l'amusement, de l'envie, ou un profond désintérêt, un mépris imperceptible, une excitation dissimulée ? Aucune idée. On pourrait aussi dire, c'est Charlie. En tout cas, depuis sa tour, elle est à peu près en sécurité, elle. Pas à la portée de tous ces bambins armés de boules de neige. [10]

Parmi tous les gamins qui courent et se sont engagés dans une bataille de boules de neige, on trouve évidemment Elijah Brown. Il était même probablement le premier sorti, pour préparer ses armes et avoir une longueur d'avance. Sa vitesse de lancer, en tout cas, est incroyable. À peine a-t-il jeté une boule de neige qu'il en jette deux autres, dans la foulée. En revanche, pour la visée, on repassera. Les projectiles partent n'importe où, et atteignent des cibles complètement par hasard. Ou alors, ce n'est plus du hasard, mais du génie. [10]

Face à Elijah complètement déchaîné, Nils Gratz a adopté une autre technique : il ramasse une bonne quantité de neige, qu'il tient à deux mains, puis se déplace doucement vers ses adversaires, en esquivant tant bien que mal ce qu'on lui envoie à la figure – volontairement ou pas. Arrivé derrière sa cible, il lui abat son chargement, son paquet de neige dans le cou. Eh bien, c'est fourbe ! Ça a le mérite d'être efficace... ça doit donner froid. [10]

De son côté, Maïka Cooper s'est installée un peu à l'écart, et a commencé à accumuler la neige pour en faire une grosse sphère... pas très sphérique à vrai dire. Plutôt difforme mais... c'est ce qui fait son charme ! La fillette s'est donc lancée dans la confection d'un bonhomme de neige, bonne chance à elle. Pas simple avec tous les fous qui courent non loin et qui risquent de vandaliser le parc et son manteau blanc en moins d'une journée. [10]

Ah, on dirait que Sara Jenkins a décidé de prendre des risques en sortant dans le parc. Des risques, non pas à cause d'une quelconque tempête de neige, ou du verglas potentiellement formé par endroits. Non, le danger est tout  autre. Les boules de neige fusent en tous sens, et la jeune femme se retrouve à esquiver tant bien que mal, slalomant entre les élèves, se baissant, se protégeant de ses bras. Tout ça pour finalement se poser sur un banc couvert de neige et se prendre une boule de neige par derrière. [10]

Eh oui, on a beau faire croire que les professeurs sont des adultes droits et stoïques, ça ne semble pas être le cas lorsque la neige tombe. Ou alors, vous m'expliquerez ce qui a motivé Oliver Briggs à discrètement ramasser une boule de neige, à s'approcher discrètement de sa collègue et à lancer son projectile tout aussi discrètement. Pour ensuite s'enfuir beaucoup moins discrètement. [10]

Adossée nonchalamment contre un arbre, bras croisés, et la mine renfrognée, Inej Siniy regarde tout ce monde d'un air consterné. Si on baisse le regard, on peut tout de même noter qu'elle est en train de dessiner des fleurs, des rosaces et autres œuvres d'art dans la neige, avec son pied. Mais à part ça, bien sûr, on sent qu'elle est habitée par un profond mépris envers ces jeux idiots, tout à fait oui. Allons, je suis sûre qu'elle a souri en voyant Miss Bowers touchée par une boule de neige. [10]

Une silhouette reste sur le pas de la porte du parc, et semble hésiter à s'engager sur ce terrain dangereux. Il s'agit de Solwen Estendle, qui a au moins eu la bonne idée de se vêtir chaudement. Gants, écharpe, bonnet, cache oreilles, sans compter les multiples couches de vêtements, elle sortirait un masque de ski que ça ne serait même pas très surprenant. Bien emmitouflée dans cette combinaison, elle ne devrait pas avoir peur de se jeter dans la bataille. C'est sans nul doute la mieux protégée, avec une telle armure. [10]

“C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante.” - Le Petit Prince
Les Éclairs, une équipe du tonnerre ! - Lexie | Solynyle forever
2e année RP | #B6004A

Il n'en restera qu'un

C'est l'hiver, magnifique saison, les fêtes, la neige, tout ça... La neige, oui, justement ! Il a neigé à Poudlard, eeet... Il aurait fallu se lever tôt pour profiter d'un manteau de neige complètement vierge et inaltéré.

Il neige oui, et chacun retombe en enfance. On peut s'en apercevoir rien qu'en regardant Jackson Biksby – comment ça, c'est un enfant ? –, qui se balade sur le sol enneigé sans regarder où il va. Non, il regarde au-dessus de lui, bouche ouverte, tirant la langue, essayant d'avaler les flocons qui tombent plus ou moins lentement. Il va finir par s'étouffer s'il continue... Ou par foncer dans un arbre, ou encore renverser quelqu'un. Ou, qui sait, marcher sur quelqu'un ? [10]

Et bien... Si personne ne fait attention, Rey Sifferlen pourrait bien se faire marcher dessus ! Allongé dans la neige, il... que fait-il ? Il s'enterre ?! Ah non ! Il bat des bras et des jambes, creusant et s'enfonçant dans l'épaisse couche de neige. N'empêche, ça fait une jolie forme d'ange. Mais un Préfet-en-Chef ne devrait pas donner l'exemple de cette manière. En plus, il risque de se faire écraser. Ça serait dommage. Mais c'est un joli ange. [8] -2

C'est Charlie Rengan qui doit le mieux profiter de cet ange, et du reste du spectacle. Restée dans la tour de Gryffondor, elle regarde par la fenêtre, l'air... indéchiffrable. On pourrait dire de la haine, de l'admiration, de l'amusement, de l'envie, ou un profond désintérêt, un mépris imperceptible, une excitation dissimulée ? Aucune idée. On pourrait aussi dire, c'est Charlie. En tout cas, depuis sa tour, elle est à peu près en sécurité, elle. Pas à la portée de tous ces bambins armés de boules de neige. [10]

Parmi tous les gamins qui courent et se sont engagés dans une bataille de boules de neige, on trouve évidemment Elijah Brown. Il était même probablement le premier sorti, pour préparer ses armes et avoir une longueur d'avance. Sa vitesse de lancer, en tout cas, est incroyable. À peine a-t-il jeté une boule de neige qu'il en jette deux autres, dans la foulée. En revanche, pour la visée, on repassera. Les projectiles partent n'importe où, et atteignent des cibles complètement par hasard. Ou alors, ce n'est plus du hasard, mais du génie. [10]

Face à Elijah complètement déchaîné, Nils Gratz a adopté une autre technique : il ramasse une bonne quantité de neige, qu'il tient à deux mains, puis se déplace doucement vers ses adversaires, en esquivant tant bien que mal ce qu'on lui envoie à la figure – volontairement ou pas. Arrivé derrière sa cible, il lui abat son chargement, son paquet de neige dans le cou. Eh bien, c'est fourbe ! Ça a le mérite d'être efficace... ça doit donner froid. [10]

De son côté, Maïka Cooper s'est installée un peu à l'écart, et a commencé à accumuler la neige pour en faire une grosse sphère... pas très sphérique à vrai dire. Plutôt difforme mais... c'est ce qui fait son charme ! La fillette s'est donc lancée dans la confection d'un bonhomme de neige, bonne chance à elle. Pas simple avec tous les fous qui courent non loin et qui risquent de vandaliser le parc et son manteau blanc en moins d'une journée. [10]

Ah, on dirait que Sara Jenkins a décidé de prendre des risques en sortant dans le parc. Des risques, non pas à cause d'une quelconque tempête de neige, ou du verglas potentiellement formé par endroits. Non, le danger est tout  autre. Les boules de neige fusent en tous sens, et la jeune femme se retrouve à esquiver tant bien que mal, slalomant entre les élèves, se baissant, se protégeant de ses bras. Tout ça pour finalement se poser sur un banc couvert de neige et se prendre une boule de neige par derrière. [10]

Eh oui, on a beau faire croire que les professeurs sont des adultes droits et stoïques, ça ne semble pas être le cas lorsque la neige tombe. Ou alors, vous m'expliquerez ce qui a motivé Oliver Briggs à discrètement ramasser une boule de neige, à s'approcher discrètement de sa collègue et à lancer son projectile tout aussi discrètement. Pour ensuite s'enfuir beaucoup moins discrètement. [10]

Adossée nonchalamment contre un arbre, bras croisés, et la mine renfrognée, Inej Siniy regarde tout ce monde d'un air consterné. Si on baisse le regard, on peut tout de même noter qu'elle est en train de dessiner des fleurs, des rosaces et autres œuvres d'art dans la neige, avec son pied. Mais à part ça, bien sûr, on sent qu'elle est habitée par un profond mépris envers ces jeux idiots, tout à fait oui. Allons, je suis sûre qu'elle a souri en voyant Miss Bowers touchée par une boule de neige. [10]

Une silhouette reste sur le pas de la porte du parc, et semble hésiter à s'engager sur ce terrain dangereux. Il s'agit de Solwen Estendle, qui a au moins eu la bonne idée de se vêtir chaudement. Gants, écharpe, bonnet, cache oreilles, sans compter les multiples couches de vêtements, elle sortirait un masque de ski que ça ne serait même pas très surprenant. Bien emmitouflée dans cette combinaison, elle ne devrait pas avoir peur de se jeter dans la bataille. C'est sans nul doute la mieux protégée, avec une telle armure. [11] +1

Première année RP
La parfaite Poudlardienne (Animation des PeC de novembre 2017)

Il n'en restera qu'un

C'est l'hiver, magnifique saison, les fêtes, la neige, tout ça... La neige, oui, justement ! Il a neigé à Poudlard, eeet... Il aurait fallu se lever tôt pour profiter d'un manteau de neige complètement vierge et inaltéré.

Il neige oui, et chacun retombe en enfance. On peut s'en apercevoir rien qu'en regardant Jackson Biksby – comment ça, c'est un enfant ? –, qui se balade sur le sol enneigé sans regarder où il va. Non, il regarde au-dessus de lui, bouche ouverte, tirant la langue, essayant d'avaler les flocons qui tombent plus ou moins lentement. Il va finir par s'étouffer s'il continue... Ou par foncer dans un arbre, ou encore renverser quelqu'un. Ou, qui sait, marcher sur quelqu'un ? [10]

Et bien... Si personne ne fait attention, Rey Sifferlen pourrait bien se faire marcher dessus ! Allongé dans la neige, il... que fait-il ? Il s'enterre ?! Ah non ! Il bat des bras et des jambes, creusant et s'enfonçant dans l'épaisse couche de neige. N'empêche, ça fait une jolie forme d'ange. Mais un Préfet-en-Chef ne devrait pas donner l'exemple de cette manière. En plus, il risque de se faire écraser. Ça serait dommage. Mais c'est un joli ange. [9] +1

C'est Charlie Rengan qui doit le mieux profiter de cet ange, et du reste du spectacle. Restée dans la tour de Gryffondor, elle regarde par la fenêtre, l'air... indéchiffrable. On pourrait dire de la haine, de l'admiration, de l'amusement, de l'envie, ou un profond désintérêt, un mépris imperceptible, une excitation dissimulée ? Aucune idée. On pourrait aussi dire, c'est Charlie. En tout cas, depuis sa tour, elle est à peu près en sécurité, elle. Pas à la portée de tous ces bambins armés de boules de neige. [10]

Parmi tous les gamins qui courent et se sont engagés dans une bataille de boules de neige, on trouve évidemment Elijah Brown. Il était même probablement le premier sorti, pour préparer ses armes et avoir une longueur d'avance. Sa vitesse de lancer, en tout cas, est incroyable. À peine a-t-il jeté une boule de neige qu'il en jette deux autres, dans la foulée. En revanche, pour la visée, on repassera. Les projectiles partent n'importe où, et atteignent des cibles complètement par hasard. Ou alors, ce n'est plus du hasard, mais du génie. [10]

Face à Elijah complètement déchaîné, Nils Gratz a adopté une autre technique : il ramasse une bonne quantité de neige, qu'il tient à deux mains, puis se déplace doucement vers ses adversaires, en esquivant tant bien que mal ce qu'on lui envoie à la figure – volontairement ou pas. Arrivé derrière sa cible, il lui abat son chargement, son paquet de neige dans le cou. Eh bien, c'est fourbe ! Ça a le mérite d'être efficace... ça doit donner froid. [10]

De son côté, Maïka Cooper s'est installée un peu à l'écart, et a commencé à accumuler la neige pour en faire une grosse sphère... pas très sphérique à vrai dire. Plutôt difforme mais... c'est ce qui fait son charme ! La fillette s'est donc lancée dans la confection d'un bonhomme de neige, bonne chance à elle. Pas simple avec tous les fous qui courent non loin et qui risquent de vandaliser le parc et son manteau blanc en moins d'une journée. [8] -2

Ah, on dirait que Sara Jenkins a décidé de prendre des risques en sortant dans le parc. Des risques, non pas à cause d'une quelconque tempête de neige, ou du verglas potentiellement formé par endroits. Non, le danger est tout  autre. Les boules de neige fusent en tous sens, et la jeune femme se retrouve à esquiver tant bien que mal, slalomant entre les élèves, se baissant, se protégeant de ses bras. Tout ça pour finalement se poser sur un banc couvert de neige et se prendre une boule de neige par derrière. [10]

Eh oui, on a beau faire croire que les professeurs sont des adultes droits et stoïques, ça ne semble pas être le cas lorsque la neige tombe. Ou alors, vous m'expliquerez ce qui a motivé Oliver Briggs à discrètement ramasser une boule de neige, à s'approcher discrètement de sa collègue et à lancer son projectile tout aussi discrètement. Pour ensuite s'enfuir beaucoup moins discrètement. [10]

Adossée nonchalamment contre un arbre, bras croisés, et la mine renfrognée, Inej Siniy regarde tout ce monde d'un air consterné. Si on baisse le regard, on peut tout de même noter qu'elle est en train de dessiner des fleurs, des rosaces et autres œuvres d'art dans la neige, avec son pied. Mais à part ça, bien sûr, on sent qu'elle est habitée par un profond mépris envers ces jeux idiots, tout à fait oui. Allons, je suis sûre qu'elle a souri en voyant Miss Bowers touchée par une boule de neige. [10]

Une silhouette reste sur le pas de la porte du parc, et semble hésiter à s'engager sur ce terrain dangereux. Il s'agit de Solwen Estendle, qui a au moins eu la bonne idée de se vêtir chaudement. Gants, écharpe, bonnet, cache oreilles, sans compter les multiples couches de vêtements, elle sortirait un masque de ski que ça ne serait même pas très surprenant. Bien emmitouflée dans cette combinaison, elle ne devrait pas avoir peur de se jeter dans la bataille. C'est sans nul doute la mieux protégée, avec une telle armure. [11]

3ème année RP
« Tallucy, les princesses rebelles. »
Tallirenpher, prenez garde !

Il n'en restera qu'un

C'est l'hiver, magnifique saison, les fêtes, la neige, tout ça... La neige, oui, justement ! Il a neigé à Poudlard, eeet... Il aurait fallu se lever tôt pour profiter d'un manteau de neige complètement vierge et inaltéré.


Il neige oui, et chacun retombe en enfance. On peut s'en apercevoir rien qu'en regardant Jackson Biksby – comment ça, c'est un enfant ? –, qui se balade sur le sol enneigé sans regarder où il va. Non, il regarde au-dessus de lui, bouche ouverte, tirant la langue, essayant d'avaler les flocons qui tombent plus ou moins lentement. Il va finir par s'étouffer s'il continue... Ou par foncer dans un arbre, ou encore renverser quelqu'un. Ou, qui sait, marcher sur quelqu'un ? [10]

Et bien... Si personne ne fait attention, Rey Sifferlen pourrait bien se faire marcher dessus ! Allongé dans la neige, il... que fait-il ? Il s'enterre ?! Ah non ! Il bat des bras et des jambes, creusant et s'enfonçant dans l'épaisse couche de neige. N'empêche, ça fait une jolie forme d'ange. Mais un Préfet-en-Chef ne devrait pas donner l'exemple de cette manière. En plus, il risque de se faire écraser. Ça serait dommage. Mais c'est un joli ange. [9]

C'est Charlie Rengan qui doit le mieux profiter de cet ange, et du reste du spectacle. Restée dans la tour de Gryffondor, elle regarde par la fenêtre, l'air... indéchiffrable. On pourrait dire de la haine, de l'admiration, de l'amusement, de l'envie, ou un profond désintérêt, un mépris imperceptible, une excitation dissimulée ? Aucune idée. On pourrait aussi dire, c'est Charlie. En tout cas, depuis sa tour, elle est à peu près en sécurité, elle. Pas à la portée de tous ces bambins armés de boules de neige. [10]

Parmi tous les gamins qui courent et se sont engagés dans une bataille de boules de neige, on trouve évidemment Elijah Brown. Il était même probablement le premier sorti, pour préparer ses armes et avoir une longueur d'avance. Sa vitesse de lancer, en tout cas, est incroyable. À peine a-t-il jeté une boule de neige qu'il en jette deux autres, dans la foulée. En revanche, pour la visée, on repassera. Les projectiles partent n'importe où, et atteignent des cibles complètement par hasard. Ou alors, ce n'est plus du hasard, mais du génie. [10]

Face à Elijah complètement déchaîné, Nils Gratz a adopté une autre technique : il ramasse une bonne quantité de neige, qu'il tient à deux mains, puis se déplace doucement vers ses adversaires, en esquivant tant bien que mal ce qu'on lui envoie à la figure – volontairement ou pas. Arrivé derrière sa cible, il lui abat son chargement, son paquet de neige dans le cou. Eh bien, c'est fourbe ! Ça a le mérite d'être efficace... ça doit donner froid. [8] -2

De son côté, Maïka Cooper s'est installée un peu à l'écart, et a commencé à accumuler la neige pour en faire une grosse sphère... pas très sphérique à vrai dire. Plutôt difforme mais... c'est ce qui fait son charme ! La fillette s'est donc lancée dans la confection d'un bonhomme de neige, bonne chance à elle. Pas simple avec tous les fous qui courent non loin et qui risquent de vandaliser le parc et son manteau blanc en moins d'une journée. [8]

Ah, on dirait que Sarah Jenkins a décidé de prendre des risques en sortant dans le parc. Des risques, non pas à cause d'une quelconque tempête de neige, ou du verglas potentiellement formé par endroits. Non, le danger est tout  autre. Les boules de neige fusent en tous sens, et la jeune femme se retrouve à esquiver tant bien que mal, slalomant entre les élèves, se baissant, se protégeant de ses bras. Tout ça pour finalement se poser sur un banc couvert de neige et se prendre une boule de neige par derrière. [10]

Eh oui, on a beau faire croire que les professeurs sont des adultes droits et stoïques, ça ne semble pas être le cas lorsque la neige tombe. Ou alors, vous m'expliquerez ce qui a motivé Oliver Briggs à discrètement ramasser une boule de neige, à s'approcher discrètement de sa collègue et à lancer son projectile tout aussi discrètement. Pour ensuite s'enfuir beaucoup moins discrètement. [11] +1

Adossée nonchalamment contre un arbre, bras croisés, et la mine renfrognée, Inej Siniy regarde tout ce monde d'un air consterné. Si on baisse le regard, on peut tout de même noter qu'elle est en train de dessiner des fleurs, des rosaces et autres œuvres d'art dans la neige, avec son pied. Mais à part ça, bien sûr, on sent qu'elle est habitée par un profond mépris envers ces jeux idiots, tout à fait oui. Allons, je suis sûre qu'elle a souri en voyant Miss Bowers touchée par une boule de neige. [10]

Une silhouette reste sur le pas de la porte du parc, et semble hésiter à s'engager sur ce terrain dangereux. Il s'agit de Solwen Estendle, qui a au moins eu la bonne idée de se vêtir chaudement. Gants, écharpe, bonnet, cache oreilles, sans compter les multiples couches de vêtements, elle sortirait un masque de ski que ça ne serait même pas très surprenant. Bien emmitouflée dans cette combinaison, elle ne devrait pas avoir peur de se jeter dans la bataille. C'est sans nul doute la mieux protégée, avec une telle armure. [11]

L-----N--S--N--D-----C--T--

Il n'en restera qu'un

C'est l'hiver, magnifique saison, les fêtes, la neige, tout ça... La neige, oui, justement ! Il a neigé à Poudlard, eeet... Il aurait fallu se lever tôt pour profiter d'un manteau de neige complètement vierge et inaltéré.


Il neige oui, et chacun retombe en enfance. On peut s'en apercevoir rien qu'en regardant Jackson Biksby – comment ça, c'est un enfant ? –, qui se balade sur le sol enneigé sans regarder où il va. Non, il regarde au-dessus de lui, bouche ouverte, tirant la langue, essayant d'avaler les flocons qui tombent plus ou moins lentement. Il va finir par s'étouffer s'il continue... Ou par foncer dans un arbre, ou encore renverser quelqu'un. Ou, qui sait, marcher sur quelqu'un ? [11]+1

Et bien... Si personne ne fait attention, Rey Sifferlen pourrait bien se faire marcher dessus ! Allongé dans la neige, il... que fait-il ? Il s'enterre ?! Ah non ! Il bat des bras et des jambes, creusant et s'enfonçant dans l'épaisse couche de neige. N'empêche, ça fait une jolie forme d'ange. Mais un Préfet-en-Chef ne devrait pas donner l'exemple de cette manière. En plus, il risque de se faire écraser. Ça serait dommage. Mais c'est un joli ange. [9]

C'est Charlie Rengan qui doit le mieux profiter de cet ange, et du reste du spectacle. Restée dans la tour de Gryffondor, elle regarde par la fenêtre, l'air... indéchiffrable. On pourrait dire de la haine, de l'admiration, de l'amusement, de l'envie, ou un profond désintérêt, un mépris imperceptible, une excitation dissimulée ? Aucune idée. On pourrait aussi dire, c'est Charlie. En tout cas, depuis sa tour, elle est à peu près en sécurité, elle. Pas à la portée de tous ces bambins armés de boules de neige. [10]

Parmi tous les gamins qui courent et se sont engagés dans une bataille de boules de neige, on trouve évidemment Elijah Brown. Il était même probablement le premier sorti, pour préparer ses armes et avoir une longueur d'avance. Sa vitesse de lancer, en tout cas, est incroyable. À peine a-t-il jeté une boule de neige qu'il en jette deux autres, dans la foulée. En revanche, pour la visée, on repassera. Les projectiles partent n'importe où, et atteignent des cibles complètement par hasard. Ou alors, ce n'est plus du hasard, mais du génie. [10]

Face à Elijah complètement déchaîné, Nils Gratz a adopté une autre technique : il ramasse une bonne quantité de neige, qu'il tient à deux mains, puis se déplace doucement vers ses adversaires, en esquivant tant bien que mal ce qu'on lui envoie à la figure – volontairement ou pas. Arrivé derrière sa cible, il lui abat son chargement, son paquet de neige dans le cou. Eh bien, c'est fourbe ! Ça a le mérite d'être efficace... ça doit donner froid. [8]

De son côté, Maïka Cooper s'est installée un peu à l'écart, et a commencé à accumuler la neige pour en faire une grosse sphère... pas très sphérique à vrai dire. Plutôt difforme mais... c'est ce qui fait son charme ! La fillette s'est donc lancée dans la confection d'un bonhomme de neige, bonne chance à elle. Pas simple avec tous les fous qui courent non loin et qui risquent de vandaliser le parc et son manteau blanc en moins d'une journée. [8]

Ah, on dirait que Sarah Jenkins a décidé de prendre des risques en sortant dans le parc. Des risques, non pas à cause d'une quelconque tempête de neige, ou du verglas potentiellement formé par endroits. Non, le danger est tout  autre. Les boules de neige fusent en tous sens, et la jeune femme se retrouve à esquiver tant bien que mal, slalomant entre les élèves, se baissant, se protégeant de ses bras. Tout ça pour finalement se poser sur un banc couvert de neige et se prendre une boule de neige par derrière. [10]

Eh oui, on a beau faire croire que les professeurs sont des adultes droits et stoïques, ça ne semble pas être le cas lorsque la neige tombe. Ou alors, vous m'expliquerez ce qui a motivé Oliver Briggs à discrètement ramasser une boule de neige, à s'approcher discrètement de sa collègue et à lancer son projectile tout aussi discrètement. Pour ensuite s'enfuir beaucoup moins discrètement. [9] -2

Adossée nonchalamment contre un arbre, bras croisés, et la mine renfrognée, Inej Siniy regarde tout ce monde d'un air consterné. Si on baisse le regard, on peut tout de même noter qu'elle est en train de dessiner des fleurs, des rosaces et autres œuvres d'art dans la neige, avec son pied. Mais à part ça, bien sûr, on sent qu'elle est habitée par un profond mépris envers ces jeux idiots, tout à fait oui. Allons, je suis sûre qu'elle a souri en voyant Miss Bowers touchée par une boule de neige. [10]

Une silhouette reste sur le pas de la porte du parc, et semble hésiter à s'engager sur ce terrain dangereux. Il s'agit de Solwen Estendle, qui a au moins eu la bonne idée de se vêtir chaudement. Gants, écharpe, bonnet, cache oreilles, sans compter les multiples couches de vêtements, elle sortirait un masque de ski que ça ne serait même pas très surprenant. Bien emmitouflée dans cette combinaison, elle ne devrait pas avoir peur de se jeter dans la bataille. C'est sans nul doute la mieux protégée, avec une telle armure. [11]

Couleur: #2f4f4f
3ème année RP -- Journaliste à l'Espi'Aigle
*-*-*-* Lorsqu'ils déploient leurs ailes, les Aigles vous ensorcellent *-*-*-*

Il n'en restera qu'un

C'est l'hiver, magnifique saison, les fêtes, la neige, tout ça... La neige, oui, justement ! Il a neigé à Poudlard, eeet... Il aurait fallu se lever tôt pour profiter d'un manteau de neige complètement vierge et inaltéré.


Il neige oui, et chacun retombe en enfance. On peut s'en apercevoir rien qu'en regardant Jackson Biksby – comment ça, c'est un enfant ? –, qui se balade sur le sol enneigé sans regarder où il va. Non, il regarde au-dessus de lui, bouche ouverte, tirant la langue, essayant d'avaler les flocons qui tombent plus ou moins lentement. Il va finir par s'étouffer s'il continue... Ou par foncer dans un arbre, ou encore renverser quelqu'un. Ou, qui sait, marcher sur quelqu'un ? [11]

Et bien... Si personne ne fait attention, Rey Sifferlen pourrait bien se faire marcher dessus ! Allongé dans la neige, il... que fait-il ? Il s'enterre ?! Ah non ! Il bat des bras et des jambes, creusant et s'enfonçant dans l'épaisse couche de neige. N'empêche, ça fait une jolie forme d'ange. Mais un Préfet-en-Chef ne devrait pas donner l'exemple de cette manière. En plus, il risque de se faire écraser. Ça serait dommage. Mais c'est un joli ange. [9]

C'est Charlie Rengan qui doit le mieux profiter de cet ange, et du reste du spectacle. Restée dans la tour de Gryffondor, elle regarde par la fenêtre, l'air... indéchiffrable. On pourrait dire de la haine, de l'admiration, de l'amusement, de l'envie, ou un profond désintérêt, un mépris imperceptible, une excitation dissimulée ? Aucune idée. On pourrait aussi dire, c'est Charlie. En tout cas, depuis sa tour, elle est à peu près en sécurité, elle. Pas à la portée de tous ces bambins armés de boules de neige. [10]

Parmi tous les gamins qui courent et se sont engagés dans une bataille de boules de neige, on trouve évidemment Elijah Brown. Il était même probablement le premier sorti, pour préparer ses armes et avoir une longueur d'avance. Sa vitesse de lancer, en tout cas, est incroyable. À peine a-t-il jeté une boule de neige qu'il en jette deux autres, dans la foulée. En revanche, pour la visée, on repassera. Les projectiles partent n'importe où, et atteignent des cibles complètement par hasard. Ou alors, ce n'est plus du hasard, mais du génie. [10]

Face à Elijah complètement déchaîné, Nils Gratz a adopté une autre technique : il ramasse une bonne quantité de neige, qu'il tient à deux mains, puis se déplace doucement vers ses adversaires, en esquivant tant bien que mal ce qu'on lui envoie à la figure – volontairement ou pas. Arrivé derrière sa cible, il lui abat son chargement, son paquet de neige dans le cou. Eh bien, c'est fourbe ! Ça a le mérite d'être efficace... ça doit donner froid. [9] + 1

De son côté, Maïka Cooper s'est installée un peu à l'écart, et a commencé à accumuler la neige pour en faire une grosse sphère... pas très sphérique à vrai dire. Plutôt difforme mais... c'est ce qui fait son charme ! La fillette s'est donc lancée dans la confection d'un bonhomme de neige, bonne chance à elle. Pas simple avec tous les fous qui courent non loin et qui risquent de vandaliser le parc et son manteau blanc en moins d'une journée. [8]

Ah, on dirait que Sarah Jenkins a décidé de prendre des risques en sortant dans le parc. Des risques, non pas à cause d'une quelconque tempête de neige, ou du verglas potentiellement formé par endroits. Non, le danger est tout  autre. Les boules de neige fusent en tous sens, et la jeune femme se retrouve à esquiver tant bien que mal, slalomant entre les élèves, se baissant, se protégeant de ses bras. Tout ça pour finalement se poser sur un banc couvert de neige et se prendre une boule de neige par derrière. [10]

Eh oui, on a beau faire croire que les professeurs sont des adultes droits et stoïques, ça ne semble pas être le cas lorsque la neige tombe. Ou alors, vous m'expliquerez ce qui a motivé Oliver Briggs à discrètement ramasser une boule de neige, à s'approcher discrètement de sa collègue et à lancer son projectile tout aussi discrètement. Pour ensuite s'enfuir beaucoup moins discrètement. [9]

Adossée nonchalamment contre un arbre, bras croisés, et la mine renfrognée, Inej Siniy regarde tout ce monde d'un air consterné. Si on baisse le regard, on peut tout de même noter qu'elle est en train de dessiner des fleurs, des rosaces et autres œuvres d'art dans la neige, avec son pied. Mais à part ça, bien sûr, on sent qu'elle est habitée par un profond mépris envers ces jeux idiots, tout à fait oui. Allons, je suis sûre qu'elle a souri en voyant Miss Bowers touchée par une boule de neige. [10]

Une silhouette reste sur le pas de la porte du parc, et semble hésiter à s'engager sur ce terrain dangereux. Il s'agit de Solwen Estendle, qui a au moins eu la bonne idée de se vêtir chaudement. Gants, écharpe, bonnet, cache oreilles, sans compter les multiples couches de vêtements, elle sortirait un masque de ski que ça ne serait même pas très surprenant. Bien emmitouflée dans cette combinaison, elle ne devrait pas avoir peur de se jeter dans la bataille. C'est sans nul doute la mieux protégée, avec une telle armure. [9] - 2

# Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté.
# Absente totalement du 15 au 30 juillet.
# Deuxième année RPG

Il n'en restera qu'un

C'est l'hiver, magnifique saison, les fêtes, la neige, tout ça... La neige, oui, justement ! Il a neigé à Poudlard, eeet... Il aurait fallu se lever tôt pour profiter d'un manteau de neige complètement vierge et inaltéré.


Il neige oui, et chacun retombe en enfance. On peut s'en apercevoir rien qu'en regardant Jackson Biksby – comment ça, c'est un enfant ? –, qui se balade sur le sol enneigé sans regarder où il va. Non, il regarde au-dessus de lui, bouche ouverte, tirant la langue, essayant d'avaler les flocons qui tombent plus ou moins lentement. Il va finir par s'étouffer s'il continue... Ou par foncer dans un arbre, ou encore renverser quelqu'un. Ou, qui sait, marcher sur quelqu'un ? [11]

Et bien... Si personne ne fait attention, Rey Sifferlen pourrait bien se faire marcher dessus ! Allongé dans la neige, il... que fait-il ? Il s'enterre ?! Ah non ! Il bat des bras et des jambes, creusant et s'enfonçant dans l'épaisse couche de neige. N'empêche, ça fait une jolie forme d'ange. Mais un Préfet-en-Chef ne devrait pas donner l'exemple de cette manière. En plus, il risque de se faire écraser. Ça serait dommage. Mais c'est un joli ange. [9]

C'est Charlie Rengan qui doit le mieux profiter de cet ange, et du reste du spectacle. Restée dans la tour de Gryffondor, elle regarde par la fenêtre, l'air... indéchiffrable. On pourrait dire de la haine, de l'admiration, de l'amusement, de l'envie, ou un profond désintérêt, un mépris imperceptible, une excitation dissimulée ? Aucune idée. On pourrait aussi dire, c'est Charlie. En tout cas, depuis sa tour, elle est à peu près en sécurité, elle. Pas à la portée de tous ces bambins armés de boules de neige. [10]

Parmi tous les gamins qui courent et se sont engagés dans une bataille de boules de neige, on trouve évidemment Elijah Brown. Il était même probablement le premier sorti, pour préparer ses armes et avoir une longueur d'avance. Sa vitesse de lancer, en tout cas, est incroyable. À peine a-t-il jeté une boule de neige qu'il en jette deux autres, dans la foulée. En revanche, pour la visée, on repassera. Les projectiles partent n'importe où, et atteignent des cibles complètement par hasard. Ou alors, ce n'est plus du hasard, mais du génie. [11] +1

Face à Elijah complètement déchaîné, Nils Gratz a adopté une autre technique : il ramasse une bonne quantité de neige, qu'il tient à deux mains, puis se déplace doucement vers ses adversaires, en esquivant tant bien que mal ce qu'on lui envoie à la figure – volontairement ou pas. Arrivé derrière sa cible, il lui abat son chargement, son paquet de neige dans le cou. Eh bien, c'est fourbe ! Ça a le mérite d'être efficace... ça doit donner froid. [9]

De son côté, Maïka Cooper s'est installée un peu à l'écart, et a commencé à accumuler la neige pour en faire une grosse sphère... pas très sphérique à vrai dire. Plutôt difforme mais... c'est ce qui fait son charme ! La fillette s'est donc lancée dans la confection d'un bonhomme de neige, bonne chance à elle. Pas simple avec tous les fous qui courent non loin et qui risquent de vandaliser le parc et son manteau blanc en moins d'une journée. [8]

Ah, on dirait que Sarah Jenkins a décidé de prendre des risques en sortant dans le parc. Des risques, non pas à cause d'une quelconque tempête de neige, ou du verglas potentiellement formé par endroits. Non, le danger est tout  autre. Les boules de neige fusent en tous sens, et la jeune femme se retrouve à esquiver tant bien que mal, slalomant entre les élèves, se baissant, se protégeant de ses bras. Tout ça pour finalement se poser sur un banc couvert de neige et se prendre une boule de neige par derrière. [10]

Eh oui, on a beau faire croire que les professeurs sont des adultes droits et stoïques, ça ne semble pas être le cas lorsque la neige tombe. Ou alors, vous m'expliquerez ce qui a motivé Oliver Briggs à discrètement ramasser une boule de neige, à s'approcher discrètement de sa collègue et à lancer son projectile tout aussi discrètement. Pour ensuite s'enfuir beaucoup moins discrètement. [9]

Adossée nonchalamment contre un arbre, bras croisés, et la mine renfrognée, Inej Siniy regarde tout ce monde d'un air consterné. Si on baisse le regard, on peut tout de même noter qu'elle est en train de dessiner des fleurs, des rosaces et autres œuvres d'art dans la neige, avec son pied. Mais à part ça, bien sûr, on sent qu'elle est habitée par un profond mépris envers ces jeux idiots, tout à fait oui. Allons, je suis sûre qu'elle a souri en voyant Miss Bowers touchée par une boule de neige. [8] -2

Une silhouette reste sur le pas de la porte du parc, et semble hésiter à s'engager sur ce terrain dangereux. Il s'agit de Solwen Estendle, qui a au moins eu la bonne idée de se vêtir chaudement. Gants, écharpe, bonnet, cache oreilles, sans compter les multiples couches de vêtements, elle sortirait un masque de ski que ça ne serait même pas très surprenant. Bien emmitouflée dans cette combinaison, elle ne devrait pas avoir peur de se jeter dans la bataille. C'est sans nul doute la mieux protégée, avec une telle armure. [9]

3ème année RP
« Tallucy, les princesses rebelles. »
Tallirenpher, prenez garde !

Il n'en restera qu'un

C'est l'hiver, magnifique saison, les fêtes, la neige, tout ça... La neige, oui, justement ! Il a neigé à Poudlard, eeet... Il aurait fallu se lever tôt pour profiter d'un manteau de neige complètement vierge et inaltéré.


Il neige oui, et chacun retombe en enfance. On peut s'en apercevoir rien qu'en regardant Jackson Biksby – comment ça, c'est un enfant ? –, qui se balade sur le sol enneigé sans regarder où il va. Non, il regarde au-dessus de lui, bouche ouverte, tirant la langue, essayant d'avaler les flocons qui tombent plus ou moins lentement. Il va finir par s'étouffer s'il continue... Ou par foncer dans un arbre, ou encore renverser quelqu'un. Ou, qui sait, marcher sur quelqu'un ? [11]

Et bien... Si personne ne fait attention, Rey Sifferlen pourrait bien se faire marcher dessus ! Allongé dans la neige, il... que fait-il ? Il s'enterre ?! Ah non ! Il bat des bras et des jambes, creusant et s'enfonçant dans l'épaisse couche de neige. N'empêche, ça fait une jolie forme d'ange. Mais un Préfet-en-Chef ne devrait pas donner l'exemple de cette manière. En plus, il risque de se faire écraser. Ça serait dommage. Mais c'est un joli ange. [9]

C'est Charlie Rengan qui doit le mieux profiter de cet ange, et du reste du spectacle. Restée dans la tour de Gryffondor, elle regarde par la fenêtre, l'air... indéchiffrable. On pourrait dire de la haine, de l'admiration, de l'amusement, de l'envie, ou un profond désintérêt, un mépris imperceptible, une excitation dissimulée ? Aucune idée. On pourrait aussi dire, c'est Charlie. En tout cas, depuis sa tour, elle est à peu près en sécurité, elle. Pas à la portée de tous ces bambins armés de boules de neige. [10] +1

Parmi tous les gamins qui courent et se sont engagés dans une bataille de boules de neige, on trouve évidemment Elijah Brown. Il était même probablement le premier sorti, pour préparer ses armes et avoir une longueur d'avance. Sa vitesse de lancer, en tout cas, est incroyable. À peine a-t-il jeté une boule de neige qu'il en jette deux autres, dans la foulée. En revanche, pour la visée, on repassera. Les projectiles partent n'importe où, et atteignent des cibles complètement par hasard. Ou alors, ce n'est plus du hasard, mais du génie. [11]

Face à Elijah complètement déchaîné, Nils Gratz a adopté une autre technique : il ramasse une bonne quantité de neige, qu'il tient à deux mains, puis se déplace doucement vers ses adversaires, en esquivant tant bien que mal ce qu'on lui envoie à la figure – volontairement ou pas. Arrivé derrière sa cible, il lui abat son chargement, son paquet de neige dans le cou. Eh bien, c'est fourbe ! Ça a le mérite d'être efficace... ça doit donner froid. [9]

De son côté, Maïka Cooper s'est installée un peu à l'écart, et a commencé à accumuler la neige pour en faire une grosse sphère... pas très sphérique à vrai dire. Plutôt difforme mais... c'est ce qui fait son charme ! La fillette s'est donc lancée dans la confection d'un bonhomme de neige, bonne chance à elle. Pas simple avec tous les fous qui courent non loin et qui risquent de vandaliser le parc et son manteau blanc en moins d'une journée. [8]

Ah, on dirait que Sarah Jenkins a décidé de prendre des risques en sortant dans le parc. Des risques, non pas à cause d'une quelconque tempête de neige, ou du verglas potentiellement formé par endroits. Non, le danger est tout  autre. Les boules de neige fusent en tous sens, et la jeune femme se retrouve à esquiver tant bien que mal, slalomant entre les élèves, se baissant, se protégeant de ses bras. Tout ça pour finalement se poser sur un banc couvert de neige et se prendre une boule de neige par derrière. [10]

Eh oui, on a beau faire croire que les professeurs sont des adultes droits et stoïques, ça ne semble pas être le cas lorsque la neige tombe. Ou alors, vous m'expliquerez ce qui a motivé Oliver Briggs à discrètement ramasser une boule de neige, à s'approcher discrètement de sa collègue et à lancer son projectile tout aussi discrètement. Pour ensuite s'enfuir beaucoup moins discrètement. [9] -2

Adossée nonchalamment contre un arbre, bras croisés, et la mine renfrognée, Inej Siniy regarde tout ce monde d'un air consterné. Si on baisse le regard, on peut tout de même noter qu'elle est en train de dessiner des fleurs, des rosaces et autres œuvres d'art dans la neige, avec son pied. Mais à part ça, bien sûr, on sent qu'elle est habitée par un profond mépris envers ces jeux idiots, tout à fait oui. Allons, je suis sûre qu'elle a souri en voyant Miss Bowers touchée par une boule de neige. [8]

Une silhouette reste sur le pas de la porte du parc, et semble hésiter à s'engager sur ce terrain dangereux. Il s'agit de Solwen Estendle, qui a au moins eu la bonne idée de se vêtir chaudement. Gants, écharpe, bonnet, cache oreilles, sans compter les multiples couches de vêtements, elle sortirait un masque de ski que ça ne serait même pas très surprenant. Bien emmitouflée dans cette combinaison, elle ne devrait pas avoir peur de se jeter dans la bataille. C'est sans nul doute la mieux protégée, avec une telle armure. [9]

Comment te dire, ou te faire comprendre, que la Vie n'était qu'un simple Songe ? Un Mensonge, que la Vérité Ronge.
Rire à m'en déchirer les abdos. Brûler nos complexes et nos vieilles pulsions d'ados.

Il n'en restera qu'un

C'est l'hiver, magnifique saison, les fêtes, la neige, tout ça... La neige, oui, justement ! Il a neigé à Poudlard, eeet... Il aurait fallu se lever tôt pour profiter d'un manteau de neige complètement vierge et inaltéré.


Il neige oui, et chacun retombe en enfance. On peut s'en apercevoir rien qu'en regardant Jackson Biksby – comment ça, c'est un enfant ? –, qui se balade sur le sol enneigé sans regarder où il va. Non, il regarde au-dessus de lui, bouche ouverte, tirant la langue, essayant d'avaler les flocons qui tombent plus ou moins lentement. Il va finir par s'étouffer s'il continue... Ou par foncer dans un arbre, ou encore renverser quelqu'un. Ou, qui sait, marcher sur quelqu'un ? [11]

Et bien... Si personne ne fait attention, Rey Sifferlen pourrait bien se faire marcher dessus ! Allongé dans la neige, il... que fait-il ? Il s'enterre ?! Ah non ! Il bat des bras et des jambes, creusant et s'enfonçant dans l'épaisse couche de neige. N'empêche, ça fait une jolie forme d'ange. Mais un Préfet-en-Chef ne devrait pas donner l'exemple de cette manière. En plus, il risque de se faire écraser. Ça serait dommage. Mais c'est un joli ange. [9]

C'est Charlie Rengan qui doit le mieux profiter de cet ange, et du reste du spectacle. Restée dans la tour de Gryffondor, elle regarde par la fenêtre, l'air... indéchiffrable. On pourrait dire de la haine, de l'admiration, de l'amusement, de l'envie, ou un profond désintérêt, un mépris imperceptible, une excitation dissimulée ? Aucune idée. On pourrait aussi dire, c'est Charlie. En tout cas, depuis sa tour, elle est à peu près en sécurité, elle. Pas à la portée de tous ces bambins armés de boules de neige. [10]

Parmi tous les gamins qui courent et se sont engagés dans une bataille de boules de neige, on trouve évidemment Elijah Brown. Il était même probablement le premier sorti, pour préparer ses armes et avoir une longueur d'avance. Sa vitesse de lancer, en tout cas, est incroyable. À peine a-t-il jeté une boule de neige qu'il en jette deux autres, dans la foulée. En revanche, pour la visée, on repassera. Les projectiles partent n'importe où, et atteignent des cibles complètement par hasard. Ou alors, ce n'est plus du hasard, mais du génie. [12]+1

Face à Elijah complètement déchaîné, Nils Gratz a adopté une autre technique : il ramasse une bonne quantité de neige, qu'il tient à deux mains, puis se déplace doucement vers ses adversaires, en esquivant tant bien que mal ce qu'on lui envoie à la figure – volontairement ou pas. Arrivé derrière sa cible, il lui abat son chargement, son paquet de neige dans le cou. Eh bien, c'est fourbe ! Ça a le mérite d'être efficace... ça doit donner froid. [9]

De son côté, Maïka Cooper s'est installée un peu à l'écart, et a commencé à accumuler la neige pour en faire une grosse sphère... pas très sphérique à vrai dire. Plutôt difforme mais... c'est ce qui fait son charme ! La fillette s'est donc lancée dans la confection d'un bonhomme de neige, bonne chance à elle. Pas simple avec tous les fous qui courent non loin et qui risquent de vandaliser le parc et son manteau blanc en moins d'une journée. [8]

Ah, on dirait que Sarah Jenkins a décidé de prendre des risques en sortant dans le parc. Des risques, non pas à cause d'une quelconque tempête de neige, ou du verglas potentiellement formé par endroits. Non, le danger est tout  autre. Les boules de neige fusent en tous sens, et la jeune femme se retrouve à esquiver tant bien que mal, slalomant entre les élèves, se baissant, se protégeant de ses bras. Tout ça pour finalement se poser sur un banc couvert de neige et se prendre une boule de neige par derrière. [8] -2

Eh oui, on a beau faire croire que les professeurs sont des adultes droits et stoïques, ça ne semble pas être le cas lorsque la neige tombe. Ou alors, vous m'expliquerez ce qui a motivé Oliver Briggs à discrètement ramasser une boule de neige, à s'approcher discrètement de sa collègue et à lancer son projectile tout aussi discrètement. Pour ensuite s'enfuir beaucoup moins discrètement. [9]

Adossée nonchalamment contre un arbre, bras croisés, et la mine renfrognée, Inej Siniy regarde tout ce monde d'un air consterné. Si on baisse le regard, on peut tout de même noter qu'elle est en train de dessiner des fleurs, des rosaces et autres œuvres d'art dans la neige, avec son pied. Mais à part ça, bien sûr, on sent qu'elle est habitée par un profond mépris envers ces jeux idiots, tout à fait oui. Allons, je suis sûre qu'elle a souri en voyant Miss Bowers touchée par une boule de neige. [8]

Une silhouette reste sur le pas de la porte du parc, et semble hésiter à s'engager sur ce terrain dangereux. Il s'agit de Solwen Estendle, qui a au moins eu la bonne idée de se vêtir chaudement. Gants, écharpe, bonnet, cache oreilles, sans compter les multiples couches de vêtements, elle sortirait un masque de ski que ça ne serait même pas très surprenant. Bien emmitouflée dans cette combinaison, elle ne devrait pas avoir peur de se jeter dans la bataille. C'est sans nul doute la mieux protégée, avec une telle armure. [9]

3ème année RP
« Tallucy, les princesses rebelles. »
Tallirenpher, prenez garde !

Il n'en restera qu'un

C'est l'hiver, magnifique saison, les fêtes, la neige, tout ça... La neige, oui, justement ! Il a neigé à Poudlard, eeet... Il aurait fallu se lever tôt pour profiter d'un manteau de neige complètement vierge et inaltéré.


Il neige oui, et chacun retombe en enfance. On peut s'en apercevoir rien qu'en regardant Jackson Biksby – comment ça, c'est un enfant ? –, qui se balade sur le sol enneigé sans regarder où il va. Non, il regarde au-dessus de lui, bouche ouverte, tirant la langue, essayant d'avaler les flocons qui tombent plus ou moins lentement. Il va finir par s'étouffer s'il continue... Ou par foncer dans un arbre, ou encore renverser quelqu'un. Ou, qui sait, marcher sur quelqu'un ?[9] -2

Et bien... Si personne ne fait attention, Rey Sifferlen pourrait bien se faire marcher dessus ! Allongé dans la neige, il... que fait-il ? Il s'enterre ?! Ah non ! Il bat des bras et des jambes, creusant et s'enfonçant dans l'épaisse couche de neige. N'empêche, ça fait une jolie forme d'ange. Mais un Préfet-en-Chef ne devrait pas donner l'exemple de cette manière. En plus, il risque de se faire écraser. Ça serait dommage. Mais c'est un joli ange.[9]

C'est Charlie Rengan qui doit le mieux profiter de cet ange, et du reste du spectacle. Restée dans la tour de Gryffondor, elle regarde par la fenêtre, l'air... indéchiffrable. On pourrait dire de la haine, de l'admiration, de l'amusement, de l'envie, ou un profond désintérêt, un mépris imperceptible, une excitation dissimulée ? Aucune idée. On pourrait aussi dire, c'est Charlie. En tout cas, depuis sa tour, elle est à peu près en sécurité, elle. Pas à la portée de tous ces bambins armés de boules de neige. [10]

Parmi tous les gamins qui courent et se sont engagés dans une bataille de boules de neige, on trouve évidemment Elijah Brown. Il était même probablement le premier sorti, pour préparer ses armes et avoir une longueur d'avance. Sa vitesse de lancer, en tout cas, est incroyable. À peine a-t-il jeté une boule de neige qu'il en jette deux autres, dans la foulée. En revanche, pour la visée, on repassera. Les projectiles partent n'importe où, et atteignent des cibles complètement par hasard. Ou alors, ce n'est plus du hasard, mais du génie. [13] +1

Face à Elijah complètement déchaîné, Nils Gratz a adopté une autre technique : il ramasse une bonne quantité de neige, qu'il tient à deux mains, puis se déplace doucement vers ses adversaires, en esquivant tant bien que mal ce qu'on lui envoie à la figure – volontairement ou pas. Arrivé derrière sa cible, il lui abat son chargement, son paquet de neige dans le cou. Eh bien, c'est fourbe ! Ça a le mérite d'être efficace... ça doit donner froid. [9]

De son côté, Maïka Cooper s'est installée un peu à l'écart, et a commencé à accumuler la neige pour en faire une grosse sphère... pas très sphérique à vrai dire. Plutôt difforme mais... c'est ce qui fait son charme ! La fillette s'est donc lancée dans la confection d'un bonhomme de neige, bonne chance à elle. Pas simple avec tous les fous qui courent non loin et qui risquent de vandaliser le parc et son manteau blanc en moins d'une journée.[8]

Ah, on dirait que Sarah Jenkins a décidé de prendre des risques en sortant dans le parc. Des risques, non pas à cause d'une quelconque tempête de neige, ou du verglas potentiellement formé par endroits. Non, le danger est tout  autre. Les boules de neige fusent en tous sens, et la jeune femme se retrouve à esquiver tant bien que mal, slalomant entre les élèves, se baissant, se protégeant de ses bras. Tout ça pour finalement se poser sur un banc couvert de neige et se prendre une boule de neige par derrière. [8]

Eh oui, on a beau faire croire que les professeurs sont des adultes droits et stoïques, ça ne semble pas être le cas lorsque la neige tombe. Ou alors, vous m'expliquerez ce qui a motivé Oliver Briggs à discrètement ramasser une boule de neige, à s'approcher discrètement de sa collègue et à lancer son projectile tout aussi discrètement. Pour ensuite s'enfuir beaucoup moins discrètement. [9]

Adossée nonchalamment contre un arbre, bras croisés, et la mine renfrognée, Inej Siniy regarde tout ce monde d'un air consterné. Si on baisse le regard, on peut tout de même noter qu'elle est en train de dessiner des fleurs, des rosaces et autres œuvres d'art dans la neige, avec son pied. Mais à part ça, bien sûr, on sent qu'elle est habitée par un profond mépris envers ces jeux idiots, tout à fait oui. Allons, je suis sûre qu'elle a souri en voyant Miss Bowers touchée par une boule de neige. [8]

Une silhouette reste sur le pas de la porte du parc, et semble hésiter à s'engager sur ce terrain dangereux. Il s'agit de Solwen Estendle, qui a au moins eu la bonne idée de se vêtir chaudement. Gants, écharpe, bonnet, cache oreilles, sans compter les multiples couches de vêtements, elle sortirait un masque de ski que ça ne serait même pas très surprenant. Bien emmitouflée dans cette combinaison, elle ne devrait pas avoir peur de se jeter dans la bataille. C'est sans nul doute la mieux protégée, avec une telle armure. [9]

L-----N--S--N--D-----C--T--

Il n'en restera qu'un

C'est l'hiver, magnifique saison, les fêtes, la neige, tout ça... La neige, oui, justement ! Il a neigé à Poudlard, eeet... Il aurait fallu se lever tôt pour profiter d'un manteau de neige complètement vierge et inaltéré.


Il neige oui, et chacun retombe en enfance. On peut s'en apercevoir rien qu'en regardant Jackson Biksby – comment ça, c'est un enfant ? –, qui se balade sur le sol enneigé sans regarder où il va. Non, il regarde au-dessus de lui, bouche ouverte, tirant la langue, essayant d'avaler les flocons qui tombent plus ou moins lentement. Il va finir par s'étouffer s'il continue... Ou par foncer dans un arbre, ou encore renverser quelqu'un. Ou, qui sait, marcher sur quelqu'un ?[9]

Et bien... Si personne ne fait attention, Rey Sifferlen pourrait bien se faire marcher dessus ! Allongé dans la neige, il... que fait-il ? Il s'enterre ?! Ah non ! Il bat des bras et des jambes, creusant et s'enfonçant dans l'épaisse couche de neige. N'empêche, ça fait une jolie forme d'ange. Mais un Préfet-en-Chef ne devrait pas donner l'exemple de cette manière. En plus, il risque de se faire écraser. Ça serait dommage. Mais c'est un joli ange.[7]-2

C'est Charlie Rengan qui doit le mieux profiter de cet ange, et du reste du spectacle. Restée dans la tour de Gryffondor, elle regarde par la fenêtre, l'air... indéchiffrable. On pourrait dire de la haine, de l'admiration, de l'amusement, de l'envie, ou un profond désintérêt, un mépris imperceptible, une excitation dissimulée ? Aucune idée. On pourrait aussi dire, c'est Charlie. En tout cas, depuis sa tour, elle est à peu près en sécurité, elle. Pas à la portée de tous ces bambins armés de boules de neige. [10]

Parmi tous les gamins qui courent et se sont engagés dans une bataille de boules de neige, on trouve évidemment Elijah Brown. Il était même probablement le premier sorti, pour préparer ses armes et avoir une longueur d'avance. Sa vitesse de lancer, en tout cas, est incroyable. À peine a-t-il jeté une boule de neige qu'il en jette deux autres, dans la foulée. En revanche, pour la visée, on repassera. Les projectiles partent n'importe où, et atteignent des cibles complètement par hasard. Ou alors, ce n'est plus du hasard, mais du génie. [13]

Face à Elijah complètement déchaîné, Nils Gratz a adopté une autre technique : il ramasse une bonne quantité de neige, qu'il tient à deux mains, puis se déplace doucement vers ses adversaires, en esquivant tant bien que mal ce qu'on lui envoie à la figure – volontairement ou pas. Arrivé derrière sa cible, il lui abat son chargement, son paquet de neige dans le cou. Eh bien, c'est fourbe ! Ça a le mérite d'être efficace... ça doit donner froid. [9]

De son côté, Maïka Cooper s'est installée un peu à l'écart, et a commencé à accumuler la neige pour en faire une grosse sphère... pas très sphérique à vrai dire. Plutôt difforme mais... c'est ce qui fait son charme ! La fillette s'est donc lancée dans la confection d'un bonhomme de neige, bonne chance à elle. Pas simple avec tous les fous qui courent non loin et qui risquent de vandaliser le parc et son manteau blanc en moins d'une journée.[9]+1

Ah, on dirait que Sarah Jenkins a décidé de prendre des risques en sortant dans le parc. Des risques, non pas à cause d'une quelconque tempête de neige, ou du verglas potentiellement formé par endroits. Non, le danger est tout  autre. Les boules de neige fusent en tous sens, et la jeune femme se retrouve à esquiver tant bien que mal, slalomant entre les élèves, se baissant, se protégeant de ses bras. Tout ça pour finalement se poser sur un banc couvert de neige et se prendre une boule de neige par derrière. [8]

Eh oui, on a beau faire croire que les professeurs sont des adultes droits et stoïques, ça ne semble pas être le cas lorsque la neige tombe. Ou alors, vous m'expliquerez ce qui a motivé Oliver Briggs à discrètement ramasser une boule de neige, à s'approcher discrètement de sa collègue et à lancer son projectile tout aussi discrètement. Pour ensuite s'enfuir beaucoup moins discrètement. [9]

Adossée nonchalamment contre un arbre, bras croisés, et la mine renfrognée, Inej Siniy regarde tout ce monde d'un air consterné. Si on baisse le regard, on peut tout de même noter qu'elle est en train de dessiner des fleurs, des rosaces et autres œuvres d'art dans la neige, avec son pied. Mais à part ça, bien sûr, on sent qu'elle est habitée par un profond mépris envers ces jeux idiots, tout à fait oui. Allons, je suis sûre qu'elle a souri en voyant Miss Bowers touchée par une boule de neige. [8]

Une silhouette reste sur le pas de la porte du parc, et semble hésiter à s'engager sur ce terrain dangereux. Il s'agit de Solwen Estendle, qui a au moins eu la bonne idée de se vêtir chaudement. Gants, écharpe, bonnet, cache oreilles, sans compter les multiples couches de vêtements, elle sortirait un masque de ski que ça ne serait même pas très surprenant. Bien emmitouflée dans cette combinaison, elle ne devrait pas avoir peur de se jeter dans la bataille. C'est sans nul doute la mieux protégée, avec une telle armure. [9]

Gryffondor du mois d'octobre 2015

Il n'en restera qu'un

C'est l'hiver, magnifique saison, les fêtes, la neige, tout ça... La neige, oui, justement ! Il a neigé à Poudlard, eeet... Il aurait fallu se lever tôt pour profiter d'un manteau de neige complètement vierge et inaltéré.


Il neige oui, et chacun retombe en enfance. On peut s'en apercevoir rien qu'en regardant Jackson Biksby – comment ça, c'est un enfant ? –, qui se balade sur le sol enneigé sans regarder où il va. Non, il regarde au-dessus de lui, bouche ouverte, tirant la langue, essayant d'avaler les flocons qui tombent plus ou moins lentement. Il va finir par s'étouffer s'il continue... Ou par foncer dans un arbre, ou encore renverser quelqu'un. Ou, qui sait, marcher sur quelqu'un ?[9]

Et bien... Si personne ne fait attention, Rey Sifferlen pourrait bien se faire marcher dessus ! Allongé dans la neige, il... que fait-il ? Il s'enterre ?! Ah non ! Il bat des bras et des jambes, creusant et s'enfonçant dans l'épaisse couche de neige. N'empêche, ça fait une jolie forme d'ange. Mais un Préfet-en-Chef ne devrait pas donner l'exemple de cette manière. En plus, il risque de se faire écraser. Ça serait dommage. Mais c'est un joli ange.[7]

C'est Charlie Rengan qui doit le mieux profiter de cet ange, et du reste du spectacle. Restée dans la tour de Gryffondor, elle regarde par la fenêtre, l'air... indéchiffrable. On pourrait dire de la haine, de l'admiration, de l'amusement, de l'envie, ou un profond désintérêt, un mépris imperceptible, une excitation dissimulée ? Aucune idée. On pourrait aussi dire, c'est Charlie. En tout cas, depuis sa tour, elle est à peu près en sécurité, elle. Pas à la portée de tous ces bambins armés de boules de neige. [10]

Parmi tous les gamins qui courent et se sont engagés dans une bataille de boules de neige, on trouve évidemment Elijah Brown. Il était même probablement le premier sorti, pour préparer ses armes et avoir une longueur d'avance. Sa vitesse de lancer, en tout cas, est incroyable. À peine a-t-il jeté une boule de neige qu'il en jette deux autres, dans la foulée. En revanche, pour la visée, on repassera. Les projectiles partent n'importe où, et atteignent des cibles complètement par hasard. Ou alors, ce n'est plus du hasard, mais du génie. [13]

Face à Elijah complètement déchaîné, Nils Gratz a adopté une autre technique : il ramasse une bonne quantité de neige, qu'il tient à deux mains, puis se déplace doucement vers ses adversaires, en esquivant tant bien que mal ce qu'on lui envoie à la figure – volontairement ou pas. Arrivé derrière sa cible, il lui abat son chargement, son paquet de neige dans le cou. Eh bien, c'est fourbe ! Ça a le mérite d'être efficace... ça doit donner froid. [9]

De son côté, Maïka Cooper s'est installée un peu à l'écart, et a commencé à accumuler la neige pour en faire une grosse sphère... pas très sphérique à vrai dire. Plutôt difforme mais... c'est ce qui fait son charme ! La fillette s'est donc lancée dans la confection d'un bonhomme de neige, bonne chance à elle. Pas simple avec tous les fous qui courent non loin et qui risquent de vandaliser le parc et son manteau blanc en moins d'une journée. [10] +1

Ah, on dirait que Sarah Jenkins a décidé de prendre des risques en sortant dans le parc. Des risques, non pas à cause d'une quelconque tempête de neige, ou du verglas potentiellement formé par endroits. Non, le danger est tout  autre. Les boules de neige fusent en tous sens, et la jeune femme se retrouve à esquiver tant bien que mal, slalomant entre les élèves, se baissant, se protégeant de ses bras. Tout ça pour finalement se poser sur un banc couvert de neige et se prendre une boule de neige par derrière. [8]

Eh oui, on a beau faire croire que les professeurs sont des adultes droits et stoïques, ça ne semble pas être le cas lorsque la neige tombe. Ou alors, vous m'expliquerez ce qui a motivé Oliver Briggs à discrètement ramasser une boule de neige, à s'approcher discrètement de sa collègue et à lancer son projectile tout aussi discrètement. Pour ensuite s'enfuir beaucoup moins discrètement. [7] -2

Adossée nonchalamment contre un arbre, bras croisés, et la mine renfrognée, Inej Siniy regarde tout ce monde d'un air consterné. Si on baisse le regard, on peut tout de même noter qu'elle est en train de dessiner des fleurs, des rosaces et autres œuvres d'art dans la neige, avec son pied. Mais à part ça, bien sûr, on sent qu'elle est habitée par un profond mépris envers ces jeux idiots, tout à fait oui. Allons, je suis sûre qu'elle a souri en voyant Miss Bowers touchée par une boule de neige. [8]

Une silhouette reste sur le pas de la porte du parc, et semble hésiter à s'engager sur ce terrain dangereux. Il s'agit de Solwen Estendle, qui a au moins eu la bonne idée de se vêtir chaudement. Gants, écharpe, bonnet, cache oreilles, sans compter les multiples couches de vêtements, elle sortirait un masque de ski que ça ne serait même pas très surprenant. Bien emmitouflée dans cette combinaison, elle ne devrait pas avoir peur de se jeter dans la bataille. C'est sans nul doute la mieux protégée, avec une telle armure. [9]

Première année RP
La parfaite Poudlardienne (Animation des PeC de novembre 2017)

Il n'en restera qu'un

C'est l'hiver, magnifique saison, les fêtes, la neige, tout ça... La neige, oui, justement ! Il a neigé à Poudlard, eeet... Il aurait fallu se lever tôt pour profiter d'un manteau de neige complètement vierge et inaltéré.


Il neige oui, et chacun retombe en enfance. On peut s'en apercevoir rien qu'en regardant Jackson Biksby – comment ça, c'est un enfant ? –, qui se balade sur le sol enneigé sans regarder où il va. Non, il regarde au-dessus de lui, bouche ouverte, tirant la langue, essayant d'avaler les flocons qui tombent plus ou moins lentement. Il va finir par s'étouffer s'il continue... Ou par foncer dans un arbre, ou encore renverser quelqu'un. Ou, qui sait, marcher sur quelqu'un ?[9]

Et bien... Si personne ne fait attention, Rey Sifferlen pourrait bien se faire marcher dessus ! Allongé dans la neige, il... que fait-il ? Il s'enterre ?! Ah non ! Il bat des bras et des jambes, creusant et s'enfonçant dans l'épaisse couche de neige. N'empêche, ça fait une jolie forme d'ange. Mais un Préfet-en-Chef ne devrait pas donner l'exemple de cette manière. En plus, il risque de se faire écraser. Ça serait dommage. Mais c'est un joli ange.[7]

C'est Charlie Rengan qui doit le mieux profiter de cet ange, et du reste du spectacle. Restée dans la tour de Gryffondor, elle regarde par la fenêtre, l'air... indéchiffrable. On pourrait dire de la haine, de l'admiration, de l'amusement, de l'envie, ou un profond désintérêt, un mépris imperceptible, une excitation dissimulée ? Aucune idée. On pourrait aussi dire, c'est Charlie. En tout cas, depuis sa tour, elle est à peu près en sécurité, elle. Pas à la portée de tous ces bambins armés de boules de neige. [12] +1

Parmi tous les gamins qui courent et se sont engagés dans une bataille de boules de neige, on trouve évidemment Elijah Brown. Il était même probablement le premier sorti, pour préparer ses armes et avoir une longueur d'avance. Sa vitesse de lancer, en tout cas, est incroyable. À peine a-t-il jeté une boule de neige qu'il en jette deux autres, dans la foulée. En revanche, pour la visée, on repassera. Les projectiles partent n'importe où, et atteignent des cibles complètement par hasard. Ou alors, ce n'est plus du hasard, mais du génie. [13]

Face à Elijah complètement déchaîné, Nils Gratz a adopté une autre technique : il ramasse une bonne quantité de neige, qu'il tient à deux mains, puis se déplace doucement vers ses adversaires, en esquivant tant bien que mal ce qu'on lui envoie à la figure – volontairement ou pas. Arrivé derrière sa cible, il lui abat son chargement, son paquet de neige dans le cou. Eh bien, c'est fourbe ! Ça a le mérite d'être efficace... ça doit donner froid. [7] -2

De son côté, Maïka Cooper s'est installée un peu à l'écart, et a commencé à accumuler la neige pour en faire une grosse sphère... pas très sphérique à vrai dire. Plutôt difforme mais... c'est ce qui fait son charme ! La fillette s'est donc lancée dans la confection d'un bonhomme de neige, bonne chance à elle. Pas simple avec tous les fous qui courent non loin et qui risquent de vandaliser le parc et son manteau blanc en moins d'une journée. [10]

Ah, on dirait que Sarah Jenkins a décidé de prendre des risques en sortant dans le parc. Des risques, non pas à cause d'une quelconque tempête de neige, ou du verglas potentiellement formé par endroits. Non, le danger est tout  autre. Les boules de neige fusent en tous sens, et la jeune femme se retrouve à esquiver tant bien que mal, slalomant entre les élèves, se baissant, se protégeant de ses bras. Tout ça pour finalement se poser sur un banc couvert de neige et se prendre une boule de neige par derrière. [8]

Eh oui, on a beau faire croire que les professeurs sont des adultes droits et stoïques, ça ne semble pas être le cas lorsque la neige tombe. Ou alors, vous m'expliquerez ce qui a motivé Oliver Briggs à discrètement ramasser une boule de neige, à s'approcher discrètement de sa collègue et à lancer son projectile tout aussi discrètement. Pour ensuite s'enfuir beaucoup moins discrètement. [5] 

Adossée nonchalamment contre un arbre, bras croisés, et la mine renfrognée, Inej Siniy regarde tout ce monde d'un air consterné. Si on baisse le regard, on peut tout de même noter qu'elle est en train de dessiner des fleurs, des rosaces et autres œuvres d'art dans la neige, avec son pied. Mais à part ça, bien sûr, on sent qu'elle est habitée par un profond mépris envers ces jeux idiots, tout à fait oui. Allons, je suis sûre qu'elle a souri en voyant Miss Bowers touchée par une boule de neige. [8]

Une silhouette reste sur le pas de la porte du parc, et semble hésiter à s'engager sur ce terrain dangereux. Il s'agit de Solwen Estendle, qui a au moins eu la bonne idée de se vêtir chaudement. Gants, écharpe, bonnet, cache oreilles, sans compter les multiples couches de vêtements, elle sortirait un masque de ski que ça ne serait même pas très surprenant. Bien emmitouflée dans cette combinaison, elle ne devrait pas avoir peur de se jeter dans la bataille. C'est sans nul doute la mieux protégée, avec une telle armure. [9]


Reducio
Je suis désolée, mais j'avais oublié d'ajouter et enlever des points. J'ai donc (sur l'ensemble de mes deux posts malgré que le premier n'ait pas été pris en compte par ma faute), rajouté 2 points à Charlie, enlevé deux points à Oliver Briggs et à Nils Gratz.

Comment te dire, ou te faire comprendre, que la Vie n'était qu'un simple Songe ? Un Mensonge, que la Vérité Ronge.
Rire à m'en déchirer les abdos. Brûler nos complexes et nos vieilles pulsions d'ados.

Il n'en restera qu'un

C'est l'hiver, magnifique saison, les fêtes, la neige, tout ça... La neige, oui, justement ! Il a neigé à Poudlard, eeet... Il aurait fallu se lever tôt pour profiter d'un manteau de neige complètement vierge et inaltéré.


Il neige oui, et chacun retombe en enfance. On peut s'en apercevoir rien qu'en regardant Jackson Biksby – comment ça, c'est un enfant ? –, qui se balade sur le sol enneigé sans regarder où il va. Non, il regarde au-dessus de lui, bouche ouverte, tirant la langue, essayant d'avaler les flocons qui tombent plus ou moins lentement. Il va finir par s'étouffer s'il continue... Ou par foncer dans un arbre, ou encore renverser quelqu'un. Ou, qui sait, marcher sur quelqu'un ?[9]

Et bien... Si personne ne fait attention, Rey Sifferlen pourrait bien se faire marcher dessus ! Allongé dans la neige, il... que fait-il ? Il s'enterre ?! Ah non ! Il bat des bras et des jambes, creusant et s'enfonçant dans l'épaisse couche de neige. N'empêche, ça fait une jolie forme d'ange. Mais un Préfet-en-Chef ne devrait pas donner l'exemple de cette manière. En plus, il risque de se faire écraser. Ça serait dommage. Mais c'est un joli ange.[7]

C'est Charlie Rengan qui doit le mieux profiter de cet ange, et du reste du spectacle. Restée dans la tour de Gryffondor, elle regarde par la fenêtre, l'air... indéchiffrable. On pourrait dire de la haine, de l'admiration, de l'amusement, de l'envie, ou un profond désintérêt, un mépris imperceptible, une excitation dissimulée ? Aucune idée. On pourrait aussi dire, c'est Charlie. En tout cas, depuis sa tour, elle est à peu près en sécurité, elle. Pas à la portée de tous ces bambins armés de boules de neige. [12] 

Parmi tous les gamins qui courent et se sont engagés dans une bataille de boules de neige, on trouve évidemment Elijah Brown. Il était même probablement le premier sorti, pour préparer ses armes et avoir une longueur d'avance. Sa vitesse de lancer, en tout cas, est incroyable. À peine a-t-il jeté une boule de neige qu'il en jette deux autres, dans la foulée. En revanche, pour la visée, on repassera. Les projectiles partent n'importe où, et atteignent des cibles complètement par hasard. Ou alors, ce n'est plus du hasard, mais du génie. [11] -2

Face à Elijah complètement déchaîné, Nils Gratz a adopté une autre technique : il ramasse une bonne quantité de neige, qu'il tient à deux mains, puis se déplace doucement vers ses adversaires, en esquivant tant bien que mal ce qu'on lui envoie à la figure – volontairement ou pas. Arrivé derrière sa cible, il lui abat son chargement, son paquet de neige dans le cou. Eh bien, c'est fourbe ! Ça a le mérite d'être efficace... ça doit donner froid. [8] +1

De son côté, Maïka Cooper s'est installée un peu à l'écart, et a commencé à accumuler la neige pour en faire une grosse sphère... pas très sphérique à vrai dire. Plutôt difforme mais... c'est ce qui fait son charme ! La fillette s'est donc lancée dans la confection d'un bonhomme de neige, bonne chance à elle. Pas simple avec tous les fous qui courent non loin et qui risquent de vandaliser le parc et son manteau blanc en moins d'une journée. [10]

Ah, on dirait que Sarah Jenkins a décidé de prendre des risques en sortant dans le parc. Des risques, non pas à cause d'une quelconque tempête de neige, ou du verglas potentiellement formé par endroits. Non, le danger est tout  autre. Les boules de neige fusent en tous sens, et la jeune femme se retrouve à esquiver tant bien que mal, slalomant entre les élèves, se baissant, se protégeant de ses bras. Tout ça pour finalement se poser sur un banc couvert de neige et se prendre une boule de neige par derrière. [8]

Eh oui, on a beau faire croire que les professeurs sont des adultes droits et stoïques, ça ne semble pas être le cas lorsque la neige tombe. Ou alors, vous m'expliquerez ce qui a motivé Oliver Briggs à discrètement ramasser une boule de neige, à s'approcher discrètement de sa collègue et à lancer son projectile tout aussi discrètement. Pour ensuite s'enfuir beaucoup moins discrètement. [5] 

Adossée nonchalamment contre un arbre, bras croisés, et la mine renfrognée, Inej Siniy regarde tout ce monde d'un air consterné. Si on baisse le regard, on peut tout de même noter qu'elle est en train de dessiner des fleurs, des rosaces et autres œuvres d'art dans la neige, avec son pied. Mais à part ça, bien sûr, on sent qu'elle est habitée par un profond mépris envers ces jeux idiots, tout à fait oui. Allons, je suis sûre qu'elle a souri en voyant Miss Bowers touchée par une boule de neige. [8]

Une silhouette reste sur le pas de la porte du parc, et semble hésiter à s'engager sur ce terrain dangereux. Il s'agit de Solwen Estendle, qui a au moins eu la bonne idée de se vêtir chaudement. Gants, écharpe, bonnet, cache oreilles, sans compter les multiples couches de vêtements, elle sortirait un masque de ski que ça ne serait même pas très surprenant. Bien emmitouflée dans cette combinaison, elle ne devrait pas avoir peur de se jeter dans la bataille. C'est sans nul doute la mieux protégée, avec une telle armure. [9]

# Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté.
# Absente totalement du 15 au 30 juillet.
# Deuxième année RPG
  Retour   Répondre