Salle de jeux

Inscription
Connexion
  Retour   Répondre

Il n'en restera qu'un

Le printemps est là. Youpi-youpi-les-fleurs ! Youpi-youpla-les-hirondelles ! Et puis, hé : Yataaa-le-chocolat ! Tout le château est à la fête, béh oui, et pour cause : c'est enfin Pâques !Pour l'occasion, la Grande Salle est bien décorée, des lapins en veux-tu en voilà, et qu'un œuf par-ci, et qu'un autre œuf par-là ! Les quelques élèves restés au château pour les vacances ne sont pas déçus.
Une seule grande table a été dressée pour tous les accueillir, et elle déborde de chocolats de toutes tailles et de toutes formes.

En bout de table, debout sur sa chaise, Solal Rosenberg sautille et agite les bras. Les sourcils froncés, il ne quitte pas des yeux un petit œuf en chocolat au papier doré qui volète à quelques centimètres au dessus de lui. La friandise ressemble à s'y méprendre à un vif d'or, et bien que la table déborde de chocolats en tous genres, l'attrapeur ne se focalise que sur sa cible. Peu importe le temps que ça prendra : il le veut, il l'aura ! [11] +1

Assise sagement en face de lui, l'air de rien, Tally Jenkins se mord les joues pour s’empêcher d'éclater de rire. C'est elle qui fait tourner Solal en bourrique depuis au moins, pfiouuu... cinq bonnes minutes maintenant ! Elle agite sa baguette sous la table, à l'abri des regards, et fait voleter l’œuf au choco dans un sens, puis dans un autre, lui laisse presque une chance de l'attraper et... hoooop-làaaa, l'éloigne de lui sans cérémonie. On la sent vraiment à deux doigts de la crise de rire ! [14]

Cassandre McWood a repéré le petit manège de Tally, mais n'en souffle mot. Un sourire amusé aux lèvres, elle boit son chocolat viennois et, toute hilare qu'elle est, ne se rend pas compte qu'il lui reste une splendiose moustache de lait et de chantilly au dessus de la bouche. Elle rit aux éclats, et sursaute presque à chaque vacillement de la chaise du Serdaigle. On sent qu'elle est partagée entre l'envie de le voir chuter et la peur de le voir se faire mal (même si, avouons le, elle se gausserait quand même beaucoup plus en le voyant chuter). [9]

Préférant savourer le spectacle plutôt que du chocolat, le Professeur Heltowni mâchonne ses endives. Même qu'il vient de les récolter dans le potager d'Hagrid. Même qu'elles sont fraiches, croquantes, et bien assaisonnées. Du légume de première qualité ! S'il ne partage pas leur amour débordant pour le cacao, il ne dit pas non au plaisir de se retrouver en bonne compagnie autour d'une table. A le voir sourire à pleines dents, et à rire aux éclats face aux efforts désespérés du jeune Serdaigle, on sent qu'il passe un bon moment. [7] -1

A contrario, s'il y en a bien un qui ne prête pas attention aux évènements et se focalise uniquement sur le chocolat : c'est bien entendu Eliott A. Parks ! Placé à droite de son directeur de maison, le contraste est saisissant. Si Mr Heltowni se tient raide comme un I, et mange proprement, on ne peut pas en dire autant du Poufsouffle ! Des paquets de chocolats virevoltent dans tous les sens alors qu'Eliott gobe ses œufs un par un à une vitesse vertigineuse. Penché sur ses victuailles, il vient de finir le dernier chocolat en sa possession et jette des regards avides autour de lui quand ses yeux se posent sur une tablette de chocolat noir 85%... Seulement il n'est pas le seul à l'avoir remarqué... [3]

Phoebe Swan a elle aussi repéré la tablette pur cacao ! Quoi de mieux qu'un carré de chocolat noir pour accompagner son café ? Son espresso dans une main, sa baguette dans l'autre, son regard se pose à tour de rôle sur Eliott et sur la tablette. Elle a repéré sa cible ET son adversaire. La préfète fronce les sourcils. Tout se jouera très vite. Elle sait qu'Eliott est prêt à tout pour l'emporter : mais c'est sans compter son propre esprit de compétition ! Sa main se resserre sur la hanse de sa tasse tant et si bien qu'elle se met à trembler, alors qu'un sourire fourbe se dessine sur son visage. La tension est palpable ! [6]

A l'autre bout de la table, l'animosité des deux élèves n'a pas échappé à Miss Loewy. Les sourcils légèrement arqués, les yeux plissés, la directrice les observe en silence. Un peu d'action ne lui déplairait pas. C'est qu'elle s'ennuie ferme à cette 'sauterie'. Elle s'était laissée convaincre par ses collègues et l'avait regretté à l'instant même où elle avait franchi les portes de la Grande Salle. Tous ces lapins et ses papiers multicolores de partout... Pouah... Alors, oui : qu'ils se battent ces deux là ! Elle les convoquerait dans son bureau sur le champ, les punirait comme bon lui semblerait, et leur demanderait de foutre le camp avant de verrouiller sa porte et de se servir un thé ! [6]

Mad Mal avait l’œil vif, et connaissait décidément trop bien Duncan. Alors qu'il tentait de voler un de ses chocolats à la directrice, elle frappa le dos de sa main avec sa petite cuillère. Un 'outch' plus tard, la préfète lui lança un regard lourd de reproches, avant de réprimer un sourire amusé. Son regard se reporta sur Solal, lequel jouait toujours à l'équilibriste sur sa chaise. Toute occupée à touiller son chocolat chaud, elle ne vit pas le regard sévère de Duncan qui n'appréciait guère que son attention se porte sur un autre garçon que lui. [5]

Je te souhaite de marcher sur un Lego (rien de personnel)

Il n'en restera qu'un

Le printemps est là. Youpi-youpi-les-fleurs ! Youpi-youpla-les-hirondelles ! Et puis, hé : Yataaa-le-chocolat ! Tout le château est à la fête, béh oui, et pour cause : c'est enfin Pâques !Pour l'occasion, la Grande Salle est bien décorée, des lapins en veux-tu en voilà, et qu'un œuf par-ci, et qu'un autre œuf par-là ! Les quelques élèves restés au château pour les vacances ne sont pas déçus.
Une seule grande table a été dressée pour tous les accueillir, et elle déborde de chocolats de toutes tailles et de toutes formes.


En bout de table, debout sur sa chaise, Solal Rosenberg sautille et agite les bras. Les sourcils froncés, il ne quitte pas des yeux un petit œuf en chocolat au papier doré qui volète à quelques centimètres au dessus de lui. La friandise ressemble à s'y méprendre à un vif d'or, et bien que la table déborde de chocolats en tous genres, l'attrapeur ne se focalise que sur sa cible. Peu importe le temps que ça prendra : il le veut, il l'aura !  [11] +1

Assise sagement en face de lui, l'air de rien, Tally Jenkins se mord les joues pour s’empêcher d'éclater de rire. C'est elle qui fait tourner Solal en bourrique depuis au moins, pfiouuu... cinq bonnes minutes maintenant ! Elle agite sa baguette sous la table, à l'abri des regards, et fait voleter l’œuf au choco dans un sens, puis dans un autre, lui laisse presque une chance de l'attraper et... hoooop-làaaa, l'éloigne de lui sans cérémonie. On la sent vraiment à deux doigts de la crise de rire ! [14]

Cassandre McWood a repéré le petit manège de Tally, mais n'en souffle mot. Un sourire amusé aux lèvres, elle boit son chocolat viennois et, toute hilare qu'elle est, ne se rend pas compte qu'il lui reste une splendiose moustache de lait et de chantilly au dessus de la bouche. Elle rit aux éclats, et sursaute presque à chaque vacillement de la chaise du Serdaigle. On sent qu'elle est partagée entre l'envie de le voir chuter et la peur de le voir se faire mal (même si, avouons le, elle se gausserait quand même beaucoup plus en le voyant chuter). [10] 

Préférant savourer le spectacle plutôt que du chocolat, le Professeur Heltowni mâchonne ses endives. Même qu'il vient de les récolter dans le potager d'Hagrid. Même qu'elles sont fraiches, croquantes, et bien assaisonnées. Du légume de première qualité ! S'il ne partage pas leur amour débordant pour le cacao, il ne dit pas non au plaisir de se retrouver en bonne compagnie autour d'une table. A le voir sourire à pleines dents, et à rire aux éclats face aux efforts désespérés du jeune Serdaigle, on sent qu'il passe un bon moment. [8]

A contrario, s'il y en a bien un qui ne prête pas attention aux évènements et se focalise uniquement sur le chocolat : c'est bien entendu Eliott A. Parks ! Placé à droite de son directeur de maison, le contraste est saisissant. Si Mr Heltowni se tient raide comme un I, et mange proprement, on ne peut pas en dire autant du Poufsouffle ! Des paquets de chocolats virevoltent dans tous les sens alors qu'Eliott gobe ses œufs un par un à une vitesse vertigineuse. Penché sur ses victuailles, il vient de finir le dernier chocolat en sa possession et jette des regards avides autour de lui quand ses yeux se posent sur une tablette de chocolat noir 85%... Seulement il n'est pas le seul à l'avoir remarqué... [3]

Phoebe Swan a elle aussi repéré la tablette pur cacao ! Quoi de mieux qu'un carré de chocolat noir pour accompagner son café ? Son espresso dans une main, sa baguette dans l'autre, son regard se pose à tour de rôle sur Eliott et sur la tablette. Elle a repéré sa cible ET son adversaire. La préfète fronce les sourcils. Tout se jouera très vite. Elle sait qu'Eliott est prêt à tout pour l'emporter : mais c'est sans compter son propre esprit de compétition ! Sa main se resserre sur la hanse de sa tasse tant et si bien qu'elle se met à trembler, alors qu'un sourire fourbe se dessine sur son visage. La tension est palpable ! [6]

A l'autre bout de la table, l'animosité des deux élèves n'a pas échappé à Miss Loewy. Les sourcils légèrement arqués, les yeux plissés, la directrice les observe en silence. Un peu d'action ne lui déplairait pas. C'est qu'elle s'ennuie ferme à cette 'sauterie'. Elle s'était laissée convaincre par ses collègues et l'avait regretté à l'instant même où elle avait franchi les portes de la Grande Salle. Tous ces lapins et ses papiers multicolores de partout... Pouah... Alors, oui : qu'ils se battent ces deux là ! Elle les convoquerait dans son bureau sur le champ, les punirait comme bon lui semblerait, et leur demanderait de foutre le camp avant de verrouiller sa porte et de se servir un thé ! [4] -2

Mad Mal avait l’œil vif, et connaissait décidément trop bien Duncan. Alors qu'il tentait de voler un de ses chocolats à la directrice, elle frappa le dos de sa main avec sa petite cuillère. Un 'outch' plus tard, la préfète lui lança un regard lourd de reproches, avant de réprimer un sourire amusé. Son regard se reporta sur Solal, lequel jouait toujours à l'équilibriste sur sa chaise. Toute occupée à touiller son chocolat chaud, elle ne vit pas le regard sévère de Duncan qui n'appréciait guère que son attention se porte sur un autre garçon que lui. [5] 

Première année RP
La parfaite Poudlardienne (Animation des PeC de novembre 2017)

Il n'en restera qu'un

Le printemps est là. Youpi-youpi-les-fleurs ! Youpi-youpla-les-hirondelles ! Et puis, hé : Yataaa-le-chocolat ! Tout le château est à la fête, béh oui, et pour cause : c'est enfin Pâques !Pour l'occasion, la Grande Salle est bien décorée, des lapins en veux-tu en voilà, et qu'un œuf par-ci, et qu'un autre œuf par-là ! Les quelques élèves restés au château pour les vacances ne sont pas déçus.
Une seule grande table a été dressée pour tous les accueillir, et elle déborde de chocolats de toutes tailles et de toutes formes.


En bout de table, debout sur sa chaise, Solal Rosenberg sautille et agite les bras. Les sourcils froncés, il ne quitte pas des yeux un petit œuf en chocolat au papier doré qui volète à quelques centimètres au dessus de lui. La friandise ressemble à s'y méprendre à un vif d'or, et bien que la table déborde de chocolats en tous genres, l'attrapeur ne se focalise que sur sa cible. Peu importe le temps que ça prendra : il le veut, il l'aura !  [11]

Assise sagement en face de lui, l'air de rien, Tally Jenkins se mord les joues pour s’empêcher d'éclater de rire. C'est elle qui fait tourner Solal en bourrique depuis au moins, pfiouuu... cinq bonnes minutes maintenant ! Elle agite sa baguette sous la table, à l'abri des regards, et fait voleter l’œuf au choco dans un sens, puis dans un autre, lui laisse presque une chance de l'attraper et... hoooop-làaaa, l'éloigne de lui sans cérémonie. On la sent vraiment à deux doigts de la crise de rire ! [15] +1

Cassandre McWood a repéré le petit manège de Tally, mais n'en souffle mot. Un sourire amusé aux lèvres, elle boit son chocolat viennois et, toute hilare qu'elle est, ne se rend pas compte qu'il lui reste une splendiose moustache de lait et de chantilly au dessus de la bouche. Elle rit aux éclats, et sursaute presque à chaque vacillement de la chaise du Serdaigle. On sent qu'elle est partagée entre l'envie de le voir chuter et la peur de le voir se faire mal (même si, avouons le, elle se gausserait quand même beaucoup plus en le voyant chuter). [10] 

Préférant savourer le spectacle plutôt que du chocolat, le Professeur Heltowni mâchonne ses endives. Même qu'il vient de les récolter dans le potager d'Hagrid. Même qu'elles sont fraiches, croquantes, et bien assaisonnées. Du légume de première qualité ! S'il ne partage pas leur amour débordant pour le cacao, il ne dit pas non au plaisir de se retrouver en bonne compagnie autour d'une table. A le voir sourire à pleines dents, et à rire aux éclats face aux efforts désespérés du jeune Serdaigle, on sent qu'il passe un bon moment. [6] -2

A contrario, s'il y en a bien un qui ne prête pas attention aux évènements et se focalise uniquement sur le chocolat : c'est bien entendu Eliott A. Parks ! Placé à droite de son directeur de maison, le contraste est saisissant. Si Mr Heltowni se tient raide comme un I, et mange proprement, on ne peut pas en dire autant du Poufsouffle ! Des paquets de chocolats virevoltent dans tous les sens alors qu'Eliott gobe ses œufs un par un à une vitesse vertigineuse. Penché sur ses victuailles, il vient de finir le dernier chocolat en sa possession et jette des regards avides autour de lui quand ses yeux se posent sur une tablette de chocolat noir 85%... Seulement il n'est pas le seul à l'avoir remarqué... [3]

Phoebe Swan a elle aussi repéré la tablette pur cacao ! Quoi de mieux qu'un carré de chocolat noir pour accompagner son café ? Son espresso dans une main, sa baguette dans l'autre, son regard se pose à tour de rôle sur Eliott et sur la tablette. Elle a repéré sa cible ET son adversaire. La préfète fronce les sourcils. Tout se jouera très vite. Elle sait qu'Eliott est prêt à tout pour l'emporter : mais c'est sans compter son propre esprit de compétition ! Sa main se resserre sur la hanse de sa tasse tant et si bien qu'elle se met à trembler, alors qu'un sourire fourbe se dessine sur son visage. La tension est palpable ! [6]

A l'autre bout de la table, l'animosité des deux élèves n'a pas échappé à Miss Loewy. Les sourcils légèrement arqués, les yeux plissés, la directrice les observe en silence. Un peu d'action ne lui déplairait pas. C'est qu'elle s'ennuie ferme à cette 'sauterie'. Elle s'était laissée convaincre par ses collègues et l'avait regretté à l'instant même où elle avait franchi les portes de la Grande Salle. Tous ces lapins et ses papiers multicolores de partout... Pouah... Alors, oui : qu'ils se battent ces deux là ! Elle les convoquerait dans son bureau sur le champ, les punirait comme bon lui semblerait, et leur demanderait de foutre le camp avant de verrouiller sa porte et de se servir un thé ! [4]

Mad Mal avait l’œil vif, et connaissait décidément trop bien Duncan. Alors qu'il tentait de voler un de ses chocolats à la directrice, elle frappa le dos de sa main avec sa petite cuillère. Un 'outch' plus tard, la préfète lui lança un regard lourd de reproches, avant de réprimer un sourire amusé. Son regard se reporta sur Solal, lequel jouait toujours à l'équilibriste sur sa chaise. Toute occupée à touiller son chocolat chaud, elle ne vit pas le regard sévère de Duncan qui n'appréciait guère que son attention se porte sur un autre garçon que lui. [5]

"You are entirely bonkers. But I'll tell you a secret, all the best people are." - Alice in Wonderland
Les Éclairs, une équipe du tonnerre ! - Lexie | Solynyle forever
2e année RP | #B6004A

Il n'en restera qu'un

Le printemps est là. Youpi-youpi-les-fleurs ! Youpi-youpla-les-hirondelles ! Et puis, hé : Yataaa-le-chocolat ! Tout le château est à la fête, béh oui, et pour cause : c'est enfin Pâques !Pour l'occasion, la Grande Salle est bien décorée, des lapins en veux-tu en voilà, et qu'un œuf par-ci, et qu'un autre œuf par-là ! Les quelques élèves restés au château pour les vacances ne sont pas déçus.
Une seule grande table a été dressée pour tous les accueillir, et elle déborde de chocolats de toutes tailles et de toutes formes.


En bout de table, debout sur sa chaise, Solal Rosenberg sautille et agite les bras. Les sourcils froncés, il ne quitte pas des yeux un petit œuf en chocolat au papier doré qui volète à quelques centimètres au dessus de lui. La friandise ressemble à s'y méprendre à un vif d'or, et bien que la table déborde de chocolats en tous genres, l'attrapeur ne se focalise que sur sa cible. Peu importe le temps que ça prendra : il le veut, il l'aura ! [11]

Assise sagement en face de lui, l'air de rien, Tally Jenkins se mord les joues pour s’empêcher d'éclater de rire. C'est elle qui fait tourner Solal en bourrique depuis au moins, pfiouuu... cinq bonnes minutes maintenant ! Elle agite sa baguette sous la table, à l'abri des regards, et fait voleter l’œuf au choco dans un sens, puis dans un autre, lui laisse presque une chance de l'attraper et... hoooop-làaaa, l'éloigne de lui sans cérémonie. On la sent vraiment à deux doigts de la crise de rire ! [15]

Cassandre McWood a repéré le petit manège de Tally, mais n'en souffle mot. Un sourire amusé aux lèvres, elle boit son chocolat viennois et, toute hilare qu'elle est, ne se rend pas compte qu'il lui reste une splendiose moustache de lait et de chantilly au dessus de la bouche. Elle rit aux éclats, et sursaute presque à chaque vacillement de la chaise du Serdaigle. On sent qu'elle est partagée entre l'envie de le voir chuter et la peur de le voir se faire mal (même si, avouons le, elle se gausserait quand même beaucoup plus en le voyant chuter). [10]

Préférant savourer le spectacle plutôt que du chocolat, le Professeur Heltowni mâchonne ses endives. Même qu'il vient de les récolter dans le potager d'Hagrid. Même qu'elles sont fraiches, croquantes, et bien assaisonnées. Du légume de première qualité ! S'il ne partage pas leur amour débordant pour le cacao, il ne dit pas non au plaisir de se retrouver en bonne compagnie autour d'une table. A le voir sourire à pleines dents, et à rire aux éclats face aux efforts désespérés du jeune Serdaigle, on sent qu'il passe un bon moment. [4] -2

A contrario, s'il y en a bien un qui ne prête pas attention aux évènements et se focalise uniquement sur le chocolat : c'est bien entendu Eliott A. Parks ! Placé à droite de son directeur de maison, le contraste est saisissant. Si Mr Heltowni se tient raide comme un I, et mange proprement, on ne peut pas en dire autant du Poufsouffle ! Des paquets de chocolats virevoltent dans tous les sens alors qu'Eliott gobe ses œufs un par un à une vitesse vertigineuse. Penché sur ses victuailles, il vient de finir le dernier chocolat en sa possession et jette des regards avides autour de lui quand ses yeux se posent sur une tablette de chocolat noir 85%... Seulement il n'est pas le seul à l'avoir remarqué... [3]

Phoebe Swan a elle aussi repéré la tablette pur cacao ! Quoi de mieux qu'un carré de chocolat noir pour accompagner son café ? Son espresso dans une main, sa baguette dans l'autre, son regard se pose à tour de rôle sur Eliott et sur la tablette. Elle a repéré sa cible ET son adversaire. La préfète fronce les sourcils. Tout se jouera très vite. Elle sait qu'Eliott est prêt à tout pour l'emporter : mais c'est sans compter son propre esprit de compétition ! Sa main se resserre sur la hanse de sa tasse tant et si bien qu'elle se met à trembler, alors qu'un sourire fourbe se dessine sur son visage. La tension est palpable ! [7] +1

A l'autre bout de la table, l'animosité des deux élèves n'a pas échappé à Miss Loewy. Les sourcils légèrement arqués, les yeux plissés, la directrice les observe en silence. Un peu d'action ne lui déplairait pas. C'est qu'elle s'ennuie ferme à cette 'sauterie'. Elle s'était laissée convaincre par ses collègues et l'avait regretté à l'instant même où elle avait franchi les portes de la Grande Salle. Tous ces lapins et ses papiers multicolores de partout... Pouah... Alors, oui : qu'ils se battent ces deux là ! Elle les convoquerait dans son bureau sur le champ, les punirait comme bon lui semblerait, et leur demanderait de foutre le camp avant de verrouiller sa porte et de se servir un thé ! [4]

Mad Mal avait l’œil vif, et connaissait décidément trop bien Duncan. Alors qu'il tentait de voler un de ses chocolats à la directrice, elle frappa le dos de sa main avec sa petite cuillère. Un 'outch' plus tard, la préfète lui lança un regard lourd de reproches, avant de réprimer un sourire amusé. Son regard se reporta sur Solal, lequel jouait toujours à l'équilibriste sur sa chaise. Toute occupée à touiller son chocolat chaud, elle ne vit pas le regard sévère de Duncan qui n'appréciait guère que son attention se porte sur un autre garçon que lui. [5]

Il n'en restera qu'un

Le printemps est là. Youpi-youpi-les-fleurs ! Youpi-youpla-les-hirondelles ! Et puis, hé : Yataaa-le-chocolat ! Tout le château est à la fête, béh oui, et pour cause : c'est enfin Pâques !Pour l'occasion, la Grande Salle est bien décorée, des lapins en veux-tu en voilà, et qu'un œuf par-ci, et qu'un autre œuf par-là ! Les quelques élèves restés au château pour les vacances ne sont pas déçus.
Une seule grande table a été dressée pour tous les accueillir, et elle déborde de chocolats de toutes tailles et de toutes formes.


En bout de table, debout sur sa chaise, Solal Rosenberg sautille et agite les bras. Les sourcils froncés, il ne quitte pas des yeux un petit œuf en chocolat au papier doré qui volète à quelques centimètres au dessus de lui. La friandise ressemble à s'y méprendre à un vif d'or, et bien que la table déborde de chocolats en tous genres, l'attrapeur ne se focalise que sur sa cible. Peu importe le temps que ça prendra : il le veut, il l'aura !  [12] +1

Assise sagement en face de lui, l'air de rien, Tally Jenkins se mord les joues pour s’empêcher d'éclater de rire. C'est elle qui fait tourner Solal en bourrique depuis au moins, pfiouuu... cinq bonnes minutes maintenant ! Elle agite sa baguette sous la table, à l'abri des regards, et fait voleter l’œuf au choco dans un sens, puis dans un autre, lui laisse presque une chance de l'attraper et... hoooop-làaaa, l'éloigne de lui sans cérémonie. On la sent vraiment à deux doigts de la crise de rire ! [15]

Cassandre McWood a repéré le petit manège de Tally, mais n'en souffle mot. Un sourire amusé aux lèvres, elle boit son chocolat viennois et, toute hilare qu'elle est, ne se rend pas compte qu'il lui reste une splendiose moustache de lait et de chantilly au dessus de la bouche. Elle rit aux éclats, et sursaute presque à chaque vacillement de la chaise du Serdaigle. On sent qu'elle est partagée entre l'envie de le voir chuter et la peur de le voir se faire mal (même si, avouons le, elle se gausserait quand même beaucoup plus en le voyant chuter). [10] 

Préférant savourer le spectacle plutôt que du chocolat, le Professeur Heltowni mâchonne ses endives. Même qu'il vient de les récolter dans le potager d'Hagrid. Même qu'elles sont fraiches, croquantes, et bien assaisonnées. Du légume de première qualité ! S'il ne partage pas leur amour débordant pour le cacao, il ne dit pas non au plaisir de se retrouver en bonne compagnie autour d'une table. A le voir sourire à pleines dents, et à rire aux éclats face aux efforts désespérés du jeune Serdaigle, on sent qu'il passe un bon moment. [2] -2

A contrario, s'il y en a bien un qui ne prête pas attention aux évènements et se focalise uniquement sur le chocolat : c'est bien entendu Eliott A. Parks ! Placé à droite de son directeur de maison, le contraste est saisissant. Si Mr Heltowni se tient raide comme un I, et mange proprement, on ne peut pas en dire autant du Poufsouffle ! Des paquets de chocolats virevoltent dans tous les sens alors qu'Eliott gobe ses œufs un par un à une vitesse vertigineuse. Penché sur ses victuailles, il vient de finir le dernier chocolat en sa possession et jette des regards avides autour de lui quand ses yeux se posent sur une tablette de chocolat noir 85%... Seulement il n'est pas le seul à l'avoir remarqué... [3]

Phoebe Swan a elle aussi repéré la tablette pur cacao ! Quoi de mieux qu'un carré de chocolat noir pour accompagner son café ? Son espresso dans une main, sa baguette dans l'autre, son regard se pose à tour de rôle sur Eliott et sur la tablette. Elle a repéré sa cible ET son adversaire. La préfète fronce les sourcils. Tout se jouera très vite. Elle sait qu'Eliott est prêt à tout pour l'emporter : mais c'est sans compter son propre esprit de compétition ! Sa main se resserre sur la hanse de sa tasse tant et si bien qu'elle se met à trembler, alors qu'un sourire fourbe se dessine sur son visage. La tension est palpable ! [7]

A l'autre bout de la table, l'animosité des deux élèves n'a pas échappé à Miss Loewy. Les sourcils légèrement arqués, les yeux plissés, la directrice les observe en silence. Un peu d'action ne lui déplairait pas. C'est qu'elle s'ennuie ferme à cette 'sauterie'. Elle s'était laissée convaincre par ses collègues et l'avait regretté à l'instant même où elle avait franchi les portes de la Grande Salle. Tous ces lapins et ses papiers multicolores de partout... Pouah... Alors, oui : qu'ils se battent ces deux là ! Elle les convoquerait dans son bureau sur le champ, les punirait comme bon lui semblerait, et leur demanderait de foutre le camp avant de verrouiller sa porte et de se servir un thé ! [4]

Mad Mal avait l’œil vif, et connaissait décidément trop bien Duncan. Alors qu'il tentait de voler un de ses chocolats à la directrice, elle frappa le dos de sa main avec sa petite cuillère. Un 'outch' plus tard, la préfète lui lança un regard lourd de reproches, avant de réprimer un sourire amusé. Son regard se reporta sur Solal, lequel jouait toujours à l'équilibriste sur sa chaise. Toute occupée à touiller son chocolat chaud, elle ne vit pas le regard sévère de Duncan qui n'appréciait guère que son attention se porte sur un autre garçon que lui. [5]

Première année RP
La parfaite Poudlardienne (Animation des PeC de novembre 2017)

Il n'en restera qu'un

Le printemps est là. Youpi-youpi-les-fleurs ! Youpi-youpla-les-hirondelles ! Et puis, hé : Yataaa-le-chocolat ! Tout le château est à la fête, béh oui, et pour cause : c'est enfin Pâques !Pour l'occasion, la Grande Salle est bien décorée, des lapins en veux-tu en voilà, et qu'un œuf par-ci, et qu'un autre œuf par-là ! Les quelques élèves restés au château pour les vacances ne sont pas déçus.
Une seule grande table a été dressée pour tous les accueillir, et elle déborde de chocolats de toutes tailles et de toutes formes.


En bout de table, debout sur sa chaise, Solal Rosenberg sautille et agite les bras. Les sourcils froncés, il ne quitte pas des yeux un petit œuf en chocolat au papier doré qui volète à quelques centimètres au dessus de lui. La friandise ressemble à s'y méprendre à un vif d'or, et bien que la table déborde de chocolats en tous genres, l'attrapeur ne se focalise que sur sa cible. Peu importe le temps que ça prendra : il le veut, il l'aura !  [13] +1

Assise sagement en face de lui, l'air de rien, Tally Jenkins se mord les joues pour s’empêcher d'éclater de rire. C'est elle qui fait tourner Solal en bourrique depuis au moins, pfiouuu... cinq bonnes minutes maintenant ! Elle agite sa baguette sous la table, à l'abri des regards, et fait voleter l’œuf au choco dans un sens, puis dans un autre, lui laisse presque une chance de l'attraper et... hoooop-làaaa, l'éloigne de lui sans cérémonie. On la sent vraiment à deux doigts de la crise de rire ! [15]

Cassandre McWood a repéré le petit manège de Tally, mais n'en souffle mot. Un sourire amusé aux lèvres, elle boit son chocolat viennois et, toute hilare qu'elle est, ne se rend pas compte qu'il lui reste une splendiose moustache de lait et de chantilly au dessus de la bouche. Elle rit aux éclats, et sursaute presque à chaque vacillement de la chaise du Serdaigle. On sent qu'elle est partagée entre l'envie de le voir chuter et la peur de le voir se faire mal (même si, avouons le, elle se gausserait quand même beaucoup plus en le voyant chuter). [10] 

Préférant savourer le spectacle plutôt que du chocolat, le Professeur Heltowni mâchonne ses endives. Même qu'il vient de les récolter dans le potager d'Hagrid. Même qu'elles sont fraiches, croquantes, et bien assaisonnées. Du légume de première qualité ! S'il ne partage pas leur amour débordant pour le cacao, il ne dit pas non au plaisir de se retrouver en bonne compagnie autour d'une table. A le voir sourire à pleines dents, et à rire aux éclats face aux efforts désespérés du jeune Serdaigle, on sent qu'il passe un bon moment. [0] -2 (pour le mauvais rêve que Noor a fait de lui dans son dernier rp, désolée monsieur...)

A contrario, s'il y en a bien un qui ne prête pas attention aux évènements et se focalise uniquement sur le chocolat : c'est bien entendu Eliott A. Parks ! Placé à droite de son directeur de maison, le contraste est saisissant. Si Mr Heltowni se tient raide comme un I, et mange proprement, on ne peut pas en dire autant du Poufsouffle ! Des paquets de chocolats virevoltent dans tous les sens alors qu'Eliott gobe ses œufs un par un à une vitesse vertigineuse. Penché sur ses victuailles, il vient de finir le dernier chocolat en sa possession et jette des regards avides autour de lui quand ses yeux se posent sur une tablette de chocolat noir 85%... Seulement il n'est pas le seul à l'avoir remarqué... [3]

Phoebe Swan a elle aussi repéré la tablette pur cacao ! Quoi de mieux qu'un carré de chocolat noir pour accompagner son café ? Son espresso dans une main, sa baguette dans l'autre, son regard se pose à tour de rôle sur Eliott et sur la tablette. Elle a repéré sa cible ET son adversaire. La préfète fronce les sourcils. Tout se jouera très vite. Elle sait qu'Eliott est prêt à tout pour l'emporter : mais c'est sans compter son propre esprit de compétition ! Sa main se resserre sur la hanse de sa tasse tant et si bien qu'elle se met à trembler, alors qu'un sourire fourbe se dessine sur son visage. La tension est palpable ! [7]

A l'autre bout de la table, l'animosité des deux élèves n'a pas échappé à Miss Loewy. Les sourcils légèrement arqués, les yeux plissés, la directrice les observe en silence. Un peu d'action ne lui déplairait pas. C'est qu'elle s'ennuie ferme à cette 'sauterie'. Elle s'était laissée convaincre par ses collègues et l'avait regretté à l'instant même où elle avait franchi les portes de la Grande Salle. Tous ces lapins et ses papiers multicolores de partout... Pouah... Alors, oui : qu'ils se battent ces deux là ! Elle les convoquerait dans son bureau sur le champ, les punirait comme bon lui semblerait, et leur demanderait de foutre le camp avant de verrouiller sa porte et de se servir un thé ! [4]

Mad Mal avait l’œil vif, et connaissait décidément trop bien Duncan. Alors qu'il tentait de voler un de ses chocolats à la directrice, elle frappa le dos de sa main avec sa petite cuillère. Un 'outch' plus tard, la préfète lui lança un regard lourd de reproches, avant de réprimer un sourire amusé. Son regard se reporta sur Solal, lequel jouait toujours à l'équilibriste sur sa chaise. Toute occupée à touiller son chocolat chaud, elle ne vit pas le regard sévère de Duncan qui n'appréciait guère que son attention se porte sur un autre garçon que lui. [5]

Code couleur : #A0522D (sienna)
« C'est des forces des convictions que dépend la réussite pas du nombre de partisan. » Remus Lupin

Il n'en restera qu'un

Le printemps est là. Youpi-youpi-les-fleurs ! Youpi-youpla-les-hirondelles ! Et puis, hé : Yataaa-le-chocolat ! Tout le château est à la fête, béh oui, et pour cause : c'est enfin Pâques !Pour l'occasion, la Grande Salle est bien décorée, des lapins en veux-tu en voilà, et qu'un œuf par-ci, et qu'un autre œuf par-là ! Les quelques élèves restés au château pour les vacances ne sont pas déçus.
Une seule grande table a été dressée pour tous les accueillir, et elle déborde de chocolats de toutes tailles et de toutes formes.


En bout de table, debout sur sa chaise, Solal Rosenberg sautille et agite les bras. Les sourcils froncés, il ne quitte pas des yeux un petit œuf en chocolat au papier doré qui volète à quelques centimètres au dessus de lui. La friandise ressemble à s'y méprendre à un vif d'or, et bien que la table déborde de chocolats en tous genres, l'attrapeur ne se focalise que sur sa cible. Peu importe le temps que ça prendra : il le veut, il l'aura !  [14] +1

Assise sagement en face de lui, l'air de rien, Tally Jenkins se mord les joues pour s’empêcher d'éclater de rire. C'est elle qui fait tourner Solal en bourrique depuis au moins, pfiouuu... cinq bonnes minutes maintenant ! Elle agite sa baguette sous la table, à l'abri des regards, et fait voleter l’œuf au choco dans un sens, puis dans un autre, lui laisse presque une chance de l'attraper et... hoooop-làaaa, l'éloigne de lui sans cérémonie. On la sent vraiment à deux doigts de la crise de rire ! [15]

Cassandre McWood a repéré le petit manège de Tally, mais n'en souffle mot. Un sourire amusé aux lèvres, elle boit son chocolat viennois et, toute hilare qu'elle est, ne se rend pas compte qu'il lui reste une splendiose moustache de lait et de chantilly au dessus de la bouche. Elle rit aux éclats, et sursaute presque à chaque vacillement de la chaise du Serdaigle. On sent qu'elle est partagée entre l'envie de le voir chuter et la peur de le voir se faire mal (même si, avouons le, elle se gausserait quand même beaucoup plus en le voyant chuter). [10] 

A contrario, s'il y en a bien un qui ne prête pas attention aux évènements et se focalise uniquement sur le chocolat : c'est bien entendu Eliott A. Parks ! Placé à droite de son directeur de maison, le contraste est saisissant. Si Mr Heltowni se tient raide comme un I, et mange proprement, on ne peut pas en dire autant du Poufsouffle ! Des paquets de chocolats virevoltent dans tous les sens alors qu'Eliott gobe ses œufs un par un à une vitesse vertigineuse. Penché sur ses victuailles, il vient de finir le dernier chocolat en sa possession et jette des regards avides autour de lui quand ses yeux se posent sur une tablette de chocolat noir 85%... Seulement il n'est pas le seul à l'avoir remarqué... [3]

Phoebe Swan a elle aussi repéré la tablette pur cacao ! Quoi de mieux qu'un carré de chocolat noir pour accompagner son café ? Son espresso dans une main, sa baguette dans l'autre, son regard se pose à tour de rôle sur Eliott et sur la tablette. Elle a repéré sa cible ET son adversaire. La préfète fronce les sourcils. Tout se jouera très vite. Elle sait qu'Eliott est prêt à tout pour l'emporter : mais c'est sans compter son propre esprit de compétition ! Sa main se resserre sur la hanse de sa tasse tant et si bien qu'elle se met à trembler, alors qu'un sourire fourbe se dessine sur son visage. La tension est palpable ! [7]

A l'autre bout de la table, l'animosité des deux élèves n'a pas échappé à Miss Loewy. Les sourcils légèrement arqués, les yeux plissés, la directrice les observe en silence. Un peu d'action ne lui déplairait pas. C'est qu'elle s'ennuie ferme à cette 'sauterie'. Elle s'était laissée convaincre par ses collègues et l'avait regretté à l'instant même où elle avait franchi les portes de la Grande Salle. Tous ces lapins et ses papiers multicolores de partout... Pouah... Alors, oui : qu'ils se battent ces deux là ! Elle les convoquerait dans son bureau sur le champ, les punirait comme bon lui semblerait, et leur demanderait de foutre le camp avant de verrouiller sa porte et de se servir un thé ! [4]

Mad Mal avait l’œil vif, et connaissait décidément trop bien Duncan. Alors qu'il tentait de voler un de ses chocolats à la directrice, elle frappa le dos de sa main avec sa petite cuillère. Un 'outch' plus tard, la préfète lui lança un regard lourd de reproches, avant de réprimer un sourire amusé. Son regard se reporta sur Solal, lequel jouait toujours à l'équilibriste sur sa chaise. Toute occupée à touiller son chocolat chaud, elle ne vit pas le regard sévère de Duncan qui n'appréciait guère que son attention se porte sur un autre garçon que lui. [3] -2

Il n'en restera qu'un

Le printemps est là. Youpi-youpi-les-fleurs ! Youpi-youpla-les-hirondelles ! Et puis, hé : Yataaa-le-chocolat ! Tout le château est à la fête, béh oui, et pour cause : c'est enfin Pâques !Pour l'occasion, la Grande Salle est bien décorée, des lapins en veux-tu en voilà, et qu'un œuf par-ci, et qu'un autre œuf par-là ! Les quelques élèves restés au château pour les vacances ne sont pas déçus.
Une seule grande table a été dressée pour tous les accueillir, et elle déborde de chocolats de toutes tailles et de toutes formes.


En bout de table, debout sur sa chaise, Solal Rosenberg sautille et agite les bras. Les sourcils froncés, il ne quitte pas des yeux un petit œuf en chocolat au papier doré qui volète à quelques centimètres au dessus de lui. La friandise ressemble à s'y méprendre à un vif d'or, et bien que la table déborde de chocolats en tous genres, l'attrapeur ne se focalise que sur sa cible. Peu importe le temps que ça prendra : il le veut, il l'aura ! [14]

Assise sagement en face de lui, l'air de rien, Tally Jenkins se mord les joues pour s’empêcher d'éclater de rire. C'est elle qui fait tourner Solal en bourrique depuis au moins, pfiouuu... cinq bonnes minutes maintenant ! Elle agite sa baguette sous la table, à l'abri des regards, et fait voleter l’œuf au choco dans un sens, puis dans un autre, lui laisse presque une chance de l'attraper et... hoooop-làaaa, l'éloigne de lui sans cérémonie. On la sent vraiment à deux doigts de la crise de rire ! [15]

Cassandre McWood a repéré le petit manège de Tally, mais n'en souffle mot. Un sourire amusé aux lèvres, elle boit son chocolat viennois et, toute hilare qu'elle est, ne se rend pas compte qu'il lui reste une splendiose moustache de lait et de chantilly au dessus de la bouche. Elle rit aux éclats, et sursaute presque à chaque vacillement de la chaise du Serdaigle. On sent qu'elle est partagée entre l'envie de le voir chuter et la peur de le voir se faire mal (même si, avouons le, elle se gausserait quand même beaucoup plus en le voyant chuter). [11] +1

A contrario, s'il y en a bien un qui ne prête pas attention aux évènements et se focalise uniquement sur le chocolat : c'est bien entendu Eliott A. Parks ! Placé à droite de son directeur de maison, le contraste est saisissant. Si Mr Heltowni se tient raide comme un I, et mange proprement, on ne peut pas en dire autant du Poufsouffle ! Des paquets de chocolats virevoltent dans tous les sens alors qu'Eliott gobe ses œufs un par un à une vitesse vertigineuse. Penché sur ses victuailles, il vient de finir le dernier chocolat en sa possession et jette des regards avides autour de lui quand ses yeux se posent sur une tablette de chocolat noir 85%... Seulement il n'est pas le seul à l'avoir remarqué... [3]

Phoebe Swan a elle aussi repéré la tablette pur cacao ! Quoi de mieux qu'un carré de chocolat noir pour accompagner son café ? Son espresso dans une main, sa baguette dans l'autre, son regard se pose à tour de rôle sur Eliott et sur la tablette. Elle a repéré sa cible ET son adversaire. La préfète fronce les sourcils. Tout se jouera très vite. Elle sait qu'Eliott est prêt à tout pour l'emporter : mais c'est sans compter son propre esprit de compétition ! Sa main se resserre sur la hanse de sa tasse tant et si bien qu'elle se met à trembler, alors qu'un sourire fourbe se dessine sur son visage. La tension est palpable ! [5] -2

A l'autre bout de la table, l'animosité des deux élèves n'a pas échappé à Miss Loewy. Les sourcils légèrement arqués, les yeux plissés, la directrice les observe en silence. Un peu d'action ne lui déplairait pas. C'est qu'elle s'ennuie ferme à cette 'sauterie'. Elle s'était laissée convaincre par ses collègues et l'avait regretté à l'instant même où elle avait franchi les portes de la Grande Salle. Tous ces lapins et ses papiers multicolores de partout... Pouah... Alors, oui : qu'ils se battent ces deux là ! Elle les convoquerait dans son bureau sur le champ, les punirait comme bon lui semblerait, et leur demanderait de foutre le camp avant de verrouiller sa porte et de se servir un thé ! [4]

Mad Mal avait l’œil vif, et connaissait décidément trop bien Duncan. Alors qu'il tentait de voler un de ses chocolats à la directrice, elle frappa le dos de sa main avec sa petite cuillère. Un 'outch' plus tard, la préfète lui lança un regard lourd de reproches, avant de réprimer un sourire amusé. Son regard se reporta sur Solal, lequel jouait toujours à l'équilibriste sur sa chaise. Toute occupée à touiller son chocolat chaud, elle ne vit pas le regard sévère de Duncan qui n'appréciait guère que son attention se porte sur un autre garçon que lui. [3]

Kevin Gilway, 1ère année, Poufsouffle

Il n'en restera qu'un

Le printemps est là. Youpi-youpi-les-fleurs ! Youpi-youpla-les-hirondelles ! Et puis, hé : Yataaa-le-chocolat ! Tout le château est à la fête, béh oui, et pour cause : c'est enfin Pâques !Pour l'occasion, la Grande Salle est bien décorée, des lapins en veux-tu en voilà, et qu'un œuf par-ci, et qu'un autre œuf par-là ! Les quelques élèves restés au château pour les vacances ne sont pas déçus.
Une seule grande table a été dressée pour tous les accueillir, et elle déborde de chocolats de toutes tailles et de toutes formes.


En bout de table, debout sur sa chaise, Solal Rosenberg sautille et agite les bras. Les sourcils froncés, il ne quitte pas des yeux un petit œuf en chocolat au papier doré qui volète à quelques centimètres au dessus de lui. La friandise ressemble à s'y méprendre à un vif d'or, et bien que la table déborde de chocolats en tous genres, l'attrapeur ne se focalise que sur sa cible. Peu importe le temps que ça prendra : il le veut, il l'aura !  [14]

Assise sagement en face de lui, l'air de rien, Tally Jenkins se mord les joues pour s’empêcher d'éclater de rire. C'est elle qui fait tourner Solal en bourrique depuis au moins, pfiouuu... cinq bonnes minutes maintenant ! Elle agite sa baguette sous la table, à l'abri des regards, et fait voleter l’œuf au choco dans un sens, puis dans un autre, lui laisse presque une chance de l'attraper et... hoooop-làaaa, l'éloigne de lui sans cérémonie. On la sent vraiment à deux doigts de la crise de rire ! [15]

Cassandre McWood a repéré le petit manège de Tally, mais n'en souffle mot. Un sourire amusé aux lèvres, elle boit son chocolat viennois et, toute hilare qu'elle est, ne se rend pas compte qu'il lui reste une splendiose moustache de lait et de chantilly au dessus de la bouche. Elle rit aux éclats, et sursaute presque à chaque vacillement de la chaise du Serdaigle. On sent qu'elle est partagée entre l'envie de le voir chuter et la peur de le voir se faire mal (même si, avouons le, elle se gausserait quand même beaucoup plus en le voyant chuter). [11]

A contrario, s'il y en a bien un qui ne prête pas attention aux évènements et se focalise uniquement sur le chocolat : c'est bien entendu Eliott A. Parks ! Placé à droite de son directeur de maison, le contraste est saisissant. Si Mr Heltowni se tient raide comme un I, et mange proprement, on ne peut pas en dire autant du Poufsouffle ! Des paquets de chocolats virevoltent dans tous les sens alors qu'Eliott gobe ses œufs un par un à une vitesse vertigineuse. Penché sur ses victuailles, il vient de finir le dernier chocolat en sa possession et jette des regards avides autour de lui quand ses yeux se posent sur une tablette de chocolat noir 85%... Seulement il n'est pas le seul à l'avoir remarqué... [3]

Phoebe Swan a elle aussi repéré la tablette pur cacao ! Quoi de mieux qu'un carré de chocolat noir pour accompagner son café ? Son espresso dans une main, sa baguette dans l'autre, son regard se pose à tour de rôle sur Eliott et sur la tablette. Elle a repéré sa cible ET son adversaire. La préfète fronce les sourcils. Tout se jouera très vite. Elle sait qu'Eliott est prêt à tout pour l'emporter : mais c'est sans compter son propre esprit de compétition ! Sa main se resserre sur la hanse de sa tasse tant et si bien qu'elle se met à trembler, alors qu'un sourire fourbe se dessine sur son visage. La tension est palpable ! [5]

A l'autre bout de la table, l'animosité des deux élèves n'a pas échappé à Miss Loewy. Les sourcils légèrement arqués, les yeux plissés, la directrice les observe en silence. Un peu d'action ne lui déplairait pas. C'est qu'elle s'ennuie ferme à cette 'sauterie'. Elle s'était laissée convaincre par ses collègues et l'avait regretté à l'instant même où elle avait franchi les portes de la Grande Salle. Tous ces lapins et ses papiers multicolores de partout... Pouah... Alors, oui : qu'ils se battent ces deux là ! Elle les convoquerait dans son bureau sur le champ, les punirait comme bon lui semblerait, et leur demanderait de foutre le camp avant de verrouiller sa porte et de se servir un thé ! [5] +1

Mad Mal avait l’œil vif, et connaissait décidément trop bien Duncan. Alors qu'il tentait de voler un de ses chocolats à la directrice, elle frappa le dos de sa main avec sa petite cuillère. Un 'outch' plus tard, la préfète lui lança un regard lourd de reproches, avant de réprimer un sourire amusé. Son regard se reporta sur Solal, lequel jouait toujours à l'équilibriste sur sa chaise. Toute occupée à touiller son chocolat chaud, elle ne vit pas le regard sévère de Duncan qui n'appréciait guère que son attention se porte sur un autre garçon que lui. [1] -2

Même le plus petit des Serpents a du venin
Non, ça ne m'énerve pas mais... C'est Ysalyne avec deux Y, bandes de trolls analphabètes !
Deuxième année RP

Il n'en restera qu'un

Le printemps est là. Youpi-youpi-les-fleurs ! Youpi-youpla-les-hirondelles ! Et puis, hé : Yataaa-le-chocolat ! Tout le château est à la fête, béh oui, et pour cause : c'est enfin Pâques !Pour l'occasion, la Grande Salle est bien décorée, des lapins en veux-tu en voilà, et qu'un œuf par-ci, et qu'un autre œuf par-là ! Les quelques élèves restés au château pour les vacances ne sont pas déçus.
Une seule grande table a été dressée pour tous les accueillir, et elle déborde de chocolats de toutes tailles et de toutes formes.


En bout de table, debout sur sa chaise, Solal Rosenberg sautille et agite les bras. Les sourcils froncés, il ne quitte pas des yeux un petit œuf en chocolat au papier doré qui volète à quelques centimètres au dessus de lui. La friandise ressemble à s'y méprendre à un vif d'or, et bien que la table déborde de chocolats en tous genres, l'attrapeur ne se focalise que sur sa cible. Peu importe le temps que ça prendra : il le veut, il l'aura !  [15] + 1

Assise sagement en face de lui, l'air de rien, Tally Jenkins se mord les joues pour s’empêcher d'éclater de rire. C'est elle qui fait tourner Solal en bourrique depuis au moins, pfiouuu... cinq bonnes minutes maintenant ! Elle agite sa baguette sous la table, à l'abri des regards, et fait voleter l’œuf au choco dans un sens, puis dans un autre, lui laisse presque une chance de l'attraper et... hoooop-làaaa, l'éloigne de lui sans cérémonie. On la sent vraiment à deux doigts de la crise de rire ! [13] -2

Cassandre McWood a repéré le petit manège de Tally, mais n'en souffle mot. Un sourire amusé aux lèvres, elle boit son chocolat viennois et, toute hilare qu'elle est, ne se rend pas compte qu'il lui reste une splendiose moustache de lait et de chantilly au dessus de la bouche. Elle rit aux éclats, et sursaute presque à chaque vacillement de la chaise du Serdaigle. On sent qu'elle est partagée entre l'envie de le voir chuter et la peur de le voir se faire mal (même si, avouons le, elle se gausserait quand même beaucoup plus en le voyant chuter). [11]

A contrario, s'il y en a bien un qui ne prête pas attention aux évènements et se focalise uniquement sur le chocolat : c'est bien entendu Eliott A. Parks ! Placé à droite de son directeur de maison, le contraste est saisissant. Si Mr Heltowni se tient raide comme un I, et mange proprement, on ne peut pas en dire autant du Poufsouffle ! Des paquets de chocolats virevoltent dans tous les sens alors qu'Eliott gobe ses œufs un par un à une vitesse vertigineuse. Penché sur ses victuailles, il vient de finir le dernier chocolat en sa possession et jette des regards avides autour de lui quand ses yeux se posent sur une tablette de chocolat noir 85%... Seulement il n'est pas le seul à l'avoir remarqué... [3]

Phoebe Swan a elle aussi repéré la tablette pur cacao ! Quoi de mieux qu'un carré de chocolat noir pour accompagner son café ? Son espresso dans une main, sa baguette dans l'autre, son regard se pose à tour de rôle sur Eliott et sur la tablette. Elle a repéré sa cible ET son adversaire. La préfète fronce les sourcils. Tout se jouera très vite. Elle sait qu'Eliott est prêt à tout pour l'emporter : mais c'est sans compter son propre esprit de compétition ! Sa main se resserre sur la hanse de sa tasse tant et si bien qu'elle se met à trembler, alors qu'un sourire fourbe se dessine sur son visage. La tension est palpable ! [5]

A l'autre bout de la table, l'animosité des deux élèves n'a pas échappé à Miss Loewy. Les sourcils légèrement arqués, les yeux plissés, la directrice les observe en silence. Un peu d'action ne lui déplairait pas. C'est qu'elle s'ennuie ferme à cette 'sauterie'. Elle s'était laissée convaincre par ses collègues et l'avait regretté à l'instant même où elle avait franchi les portes de la Grande Salle. Tous ces lapins et ses papiers multicolores de partout... Pouah... Alors, oui : qu'ils se battent ces deux là ! Elle les convoquerait dans son bureau sur le champ, les punirait comme bon lui semblerait, et leur demanderait de foutre le camp avant de verrouiller sa porte et de se servir un thé ! [5] 

Mad Mal avait l’œil vif, et connaissait décidément trop bien Duncan. Alors qu'il tentait de voler un de ses chocolats à la directrice, elle frappa le dos de sa main avec sa petite cuillère. Un 'outch' plus tard, la préfète lui lança un regard lourd de reproches, avant de réprimer un sourire amusé. Son regard se reporta sur Solal, lequel jouait toujours à l'équilibriste sur sa chaise. Toute occupée à touiller son chocolat chaud, elle ne vit pas le regard sévère de Duncan qui n'appréciait guère que son attention se porte sur un autre garçon que lui. [1]

Si tu ne sais pas, c’est que tu ne dois pas savoir - BL

Il n'en restera qu'un

Le printemps est là. Youpi-youpi-les-fleurs ! Youpi-youpla-les-hirondelles ! Et puis, hé : Yataaa-le-chocolat ! Tout le château est à la fête, béh oui, et pour cause : c'est enfin Pâques !Pour l'occasion, la Grande Salle est bien décorée, des lapins en veux-tu en voilà, et qu'un œuf par-ci, et qu'un autre œuf par-là ! Les quelques élèves restés au château pour les vacances ne sont pas déçus.
Une seule grande table a été dressée pour tous les accueillir, et elle déborde de chocolats de toutes tailles et de toutes formes.

En bout de table, debout sur sa chaise, Solal Rosenberg sautille et agite les bras. Les sourcils froncés, il ne quitte pas des yeux un petit œuf en chocolat au papier doré qui volète à quelques centimètres au dessus de lui. La friandise ressemble à s'y méprendre à un vif d'or, et bien que la table déborde de chocolats en tous genres, l'attrapeur ne se focalise que sur sa cible. Peu importe le temps que ça prendra : il le veut, il l'aura !  [14] -1

Assise sagement en face de lui, l'air de rien, Tally Jenkins se mord les joues pour s’empêcher d'éclater de rire. C'est elle qui fait tourner Solal en bourrique depuis au moins, pfiouuu... cinq bonnes minutes maintenant ! Elle agite sa baguette sous la table, à l'abri des regards, et fait voleter l’œuf au choco dans un sens, puis dans un autre, lui laisse presque une chance de l'attraper et... hoooop-làaaa, l'éloigne de lui sans cérémonie. On la sent vraiment à deux doigts de la crise de rire ! [14] +1

Cassandre McWood a repéré le petit manège de Tally, mais n'en souffle mot. Un sourire amusé aux lèvres, elle boit son chocolat viennois et, toute hilare qu'elle est, ne se rend pas compte qu'il lui reste une splendiose moustache de lait et de chantilly au dessus de la bouche. Elle rit aux éclats, et sursaute presque à chaque vacillement de la chaise du Serdaigle. On sent qu'elle est partagée entre l'envie de le voir chuter et la peur de le voir se faire mal (même si, avouons le, elle se gausserait quand même beaucoup plus en le voyant chuter). [11]

A contrario, s'il y en a bien un qui ne prête pas attention aux évènements et se focalise uniquement sur le chocolat : c'est bien entendu Eliott A. Parks ! Placé à droite de son directeur de maison, le contraste est saisissant. Si Mr Heltowni se tient raide comme un I, et mange proprement, on ne peut pas en dire autant du Poufsouffle ! Des paquets de chocolats virevoltent dans tous les sens alors qu'Eliott gobe ses œufs un par un à une vitesse vertigineuse. Penché sur ses victuailles, il vient de finir le dernier chocolat en sa possession et jette des regards avides autour de lui quand ses yeux se posent sur une tablette de chocolat noir 85%... Seulement il n'est pas le seul à l'avoir remarqué... [3]

Phoebe Swan a elle aussi repéré la tablette pur cacao ! Quoi de mieux qu'un carré de chocolat noir pour accompagner son café ? Son espresso dans une main, sa baguette dans l'autre, son regard se pose à tour de rôle sur Eliott et sur la tablette. Elle a repéré sa cible ET son adversaire. La préfète fronce les sourcils. Tout se jouera très vite. Elle sait qu'Eliott est prêt à tout pour l'emporter : mais c'est sans compter son propre esprit de compétition ! Sa main se resserre sur la hanse de sa tasse tant et si bien qu'elle se met à trembler, alors qu'un sourire fourbe se dessine sur son visage. La tension est palpable ! [5]

A l'autre bout de la table, l'animosité des deux élèves n'a pas échappé à Miss Loewy. Les sourcils légèrement arqués, les yeux plissés, la directrice les observe en silence. Un peu d'action ne lui déplairait pas. C'est qu'elle s'ennuie ferme à cette 'sauterie'. Elle s'était laissée convaincre par ses collègues et l'avait regretté à l'instant même où elle avait franchi les portes de la Grande Salle. Tous ces lapins et ses papiers multicolores de partout... Pouah... Alors, oui : qu'ils se battent ces deux là ! Elle les convoquerait dans son bureau sur le champ, les punirait comme bon lui semblerait, et leur demanderait de foutre le camp avant de verrouiller sa porte et de se servir un thé ! [5]

Mad Mal avait l’œil vif, et connaissait décidément trop bien Duncan. Alors qu'il tentait de voler un de ses chocolats à la directrice, elle frappa le dos de sa main avec sa petite cuillère. Un 'outch' plus tard, la préfète lui lança un regard lourd de reproches, avant de réprimer un sourire amusé. Son regard se reporta sur Solal, lequel jouait toujours à l'équilibriste sur sa chaise. Toute occupée à touiller son chocolat chaud, elle ne vit pas le regard sévère de Duncan qui n'appréciait guère que son attention se porte sur un autre garçon que lui. [0] -1

La vie, c'est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l'équilibre.
Albert Einstein

Il n'en restera qu'un

Le printemps est là. Youpi-youpi-les-fleurs ! Youpi-youpla-les-hirondelles ! Et puis, hé : Yataaa-le-chocolat ! Tout le château est à la fête, béh oui, et pour cause : c'est enfin Pâques !Pour l'occasion, la Grande Salle est bien décorée, des lapins en veux-tu en voilà, et qu'un œuf par-ci, et qu'un autre œuf par-là ! Les quelques élèves restés au château pour les vacances ne sont pas déçus.
Une seule grande table a été dressée pour tous les accueillir, et elle déborde de chocolats de toutes tailles et de toutes formes.

En bout de table, debout sur sa chaise, Solal Rosenberg sautille et agite les bras. Les sourcils froncés, il ne quitte pas des yeux un petit œuf en chocolat au papier doré qui volète à quelques centimètres au dessus de lui. La friandise ressemble à s'y méprendre à un vif d'or, et bien que la table déborde de chocolats en tous genres, l'attrapeur ne se focalise que sur sa cible. Peu importe le temps que ça prendra : il le veut, il l'aura !  [12] -2

Assise sagement en face de lui, l'air de rien, Tally Jenkins se mord les joues pour s’empêcher d'éclater de rire. C'est elle qui fait tourner Solal en bourrique depuis au moins, pfiouuu... cinq bonnes minutes maintenant ! Elle agite sa baguette sous la table, à l'abri des regards, et fait voleter l’œuf au choco dans un sens, puis dans un autre, lui laisse presque une chance de l'attraper et... hoooop-làaaa, l'éloigne de lui sans cérémonie. On la sent vraiment à deux doigts de la crise de rire ! [15] +1

Cassandre McWood a repéré le petit manège de Tally, mais n'en souffle mot. Un sourire amusé aux lèvres, elle boit son chocolat viennois et, toute hilare qu'elle est, ne se rend pas compte qu'il lui reste une splendiose moustache de lait et de chantilly au dessus de la bouche. Elle rit aux éclats, et sursaute presque à chaque vacillement de la chaise du Serdaigle. On sent qu'elle est partagée entre l'envie de le voir chuter et la peur de le voir se faire mal (même si, avouons le, elle se gausserait quand même beaucoup plus en le voyant chuter). [11]

A contrario, s'il y en a bien un qui ne prête pas attention aux évènements et se focalise uniquement sur le chocolat : c'est bien entendu Eliott A. Parks ! Placé à droite de son directeur de maison, le contraste est saisissant. Si Mr Heltowni se tient raide comme un I, et mange proprement, on ne peut pas en dire autant du Poufsouffle ! Des paquets de chocolats virevoltent dans tous les sens alors qu'Eliott gobe ses œufs un par un à une vitesse vertigineuse. Penché sur ses victuailles, il vient de finir le dernier chocolat en sa possession et jette des regards avides autour de lui quand ses yeux se posent sur une tablette de chocolat noir 85%... Seulement il n'est pas le seul à l'avoir remarqué... [3]

Phoebe Swan a elle aussi repéré la tablette pur cacao ! Quoi de mieux qu'un carré de chocolat noir pour accompagner son café ? Son espresso dans une main, sa baguette dans l'autre, son regard se pose à tour de rôle sur Eliott et sur la tablette. Elle a repéré sa cible ET son adversaire. La préfète fronce les sourcils. Tout se jouera très vite. Elle sait qu'Eliott est prêt à tout pour l'emporter : mais c'est sans compter son propre esprit de compétition ! Sa main se resserre sur la hanse de sa tasse tant et si bien qu'elle se met à trembler, alors qu'un sourire fourbe se dessine sur son visage. La tension est palpable ! [5]

A l'autre bout de la table, l'animosité des deux élèves n'a pas échappé à Miss Loewy. Les sourcils légèrement arqués, les yeux plissés, la directrice les observe en silence. Un peu d'action ne lui déplairait pas. C'est qu'elle s'ennuie ferme à cette 'sauterie'. Elle s'était laissée convaincre par ses collègues et l'avait regretté à l'instant même où elle avait franchi les portes de la Grande Salle. Tous ces lapins et ses papiers multicolores de partout... Pouah... Alors, oui : qu'ils se battent ces deux là ! Elle les convoquerait dans son bureau sur le champ, les punirait comme bon lui semblerait, et leur demanderait de foutre le camp avant de verrouiller sa porte et de se servir un thé ! [5]

# Le monde est notre échiquier, et toi, un pion de ma volonté.
#5e3d80
# Deuxième année RPG

Il n'en restera qu'un

Le printemps est là. Youpi-youpi-les-fleurs ! Youpi-youpla-les-hirondelles ! Et puis, hé : Yataaa-le-chocolat ! Tout le château est à la fête, béh oui, et pour cause : c'est enfin Pâques !Pour l'occasion, la Grande Salle est bien décorée, des lapins en veux-tu en voilà, et qu'un œuf par-ci, et qu'un autre œuf par-là ! Les quelques élèves restés au château pour les vacances ne sont pas déçus.
Une seule grande table a été dressée pour tous les accueillir, et elle déborde de chocolats de toutes tailles et de toutes formes.

En bout de table, debout sur sa chaise, Solal Rosenberg sautille et agite les bras. Les sourcils froncés, il ne quitte pas des yeux un petit œuf en chocolat au papier doré qui volète à quelques centimètres au dessus de lui. La friandise ressemble à s'y méprendre à un vif d'or, et bien que la table déborde de chocolats en tous genres, l'attrapeur ne se focalise que sur sa cible. Peu importe le temps que ça prendra : il le veut, il l'aura !  [13] +1

Assise sagement en face de lui, l'air de rien, Tally Jenkins se mord les joues pour s’empêcher d'éclater de rire. C'est elle qui fait tourner Solal en bourrique depuis au moins, pfiouuu... cinq bonnes minutes maintenant ! Elle agite sa baguette sous la table, à l'abri des regards, et fait voleter l’œuf au choco dans un sens, puis dans un autre, lui laisse presque une chance de l'attraper et... hoooop-làaaa, l'éloigne de lui sans cérémonie. On la sent vraiment à deux doigts de la crise de rire ! [15]

Cassandre McWood a repéré le petit manège de Tally, mais n'en souffle mot. Un sourire amusé aux lèvres, elle boit son chocolat viennois et, toute hilare qu'elle est, ne se rend pas compte qu'il lui reste une splendiose moustache de lait et de chantilly au dessus de la bouche. Elle rit aux éclats, et sursaute presque à chaque vacillement de la chaise du Serdaigle. On sent qu'elle est partagée entre l'envie de le voir chuter et la peur de le voir se faire mal (même si, avouons le, elle se gausserait quand même beaucoup plus en le voyant chuter). [9] -2

A contrario, s'il y en a bien un qui ne prête pas attention aux évènements et se focalise uniquement sur le chocolat : c'est bien entendu Eliott A. Parks ! Placé à droite de son directeur de maison, le contraste est saisissant. Si Mr Heltowni se tient raide comme un I, et mange proprement, on ne peut pas en dire autant du Poufsouffle ! Des paquets de chocolats virevoltent dans tous les sens alors qu'Eliott gobe ses œufs un par un à une vitesse vertigineuse. Penché sur ses victuailles, il vient de finir le dernier chocolat en sa possession et jette des regards avides autour de lui quand ses yeux se posent sur une tablette de chocolat noir 85%... Seulement il n'est pas le seul à l'avoir remarqué... [3]

Phoebe Swan a elle aussi repéré la tablette pur cacao ! Quoi de mieux qu'un carré de chocolat noir pour accompagner son café ? Son espresso dans une main, sa baguette dans l'autre, son regard se pose à tour de rôle sur Eliott et sur la tablette. Elle a repéré sa cible ET son adversaire. La préfète fronce les sourcils. Tout se jouera très vite. Elle sait qu'Eliott est prêt à tout pour l'emporter : mais c'est sans compter son propre esprit de compétition ! Sa main se resserre sur la hanse de sa tasse tant et si bien qu'elle se met à trembler, alors qu'un sourire fourbe se dessine sur son visage. La tension est palpable ! [5]

A l'autre bout de la table, l'animosité des deux élèves n'a pas échappé à Miss Loewy. Les sourcils légèrement arqués, les yeux plissés, la directrice les observe en silence. Un peu d'action ne lui déplairait pas. C'est qu'elle s'ennuie ferme à cette 'sauterie'. Elle s'était laissée convaincre par ses collègues et l'avait regretté à l'instant même où elle avait franchi les portes de la Grande Salle. Tous ces lapins et ses papiers multicolores de partout... Pouah... Alors, oui : qu'ils se battent ces deux là ! Elle les convoquerait dans son bureau sur le champ, les punirait comme bon lui semblerait, et leur demanderait de foutre le camp avant de verrouiller sa porte et de se servir un thé ! [5]

Code couleur : #A0522D (sienna)
« C'est des forces des convictions que dépend la réussite pas du nombre de partisan. » Remus Lupin

Il n'en restera qu'un

[EDIT: Oups devancé...]

Le printemps est là. Youpi-youpi-les-fleurs ! Youpi-youpla-les-hirondelles ! Et puis, hé : Yataaa-le-chocolat ! Tout le château est à la fête, béh oui, et pour cause : c'est enfin Pâques !Pour l'occasion, la Grande Salle est bien décorée, des lapins en veux-tu en voilà, et qu'un œuf par-ci, et qu'un autre œuf par-là ! Les quelques élèves restés au château pour les vacances ne sont pas déçus.
Une seule grande table a été dressée pour tous les accueillir, et elle déborde de chocolats de toutes tailles et de toutes formes.

En bout de table, debout sur sa chaise, Solal Rosenberg sautille et agite les bras. Les sourcils froncés, il ne quitte pas des yeux un petit œuf en chocolat au papier doré qui volète à quelques centimètres au dessus de lui. La friandise ressemble à s'y méprendre à un vif d'or, et bien que la table déborde de chocolats en tous genres, l'attrapeur ne se focalise que sur sa cible. Peu importe le temps que ça prendra : il le veut, il l'aura ! [12]

Assise sagement en face de lui, l'air de rien, Tally Jenkins se mord les joues pour s’empêcher d'éclater de rire. C'est elle qui fait tourner Solal en bourrique depuis au moins, pfiouuu... cinq bonnes minutes maintenant ! Elle agite sa baguette sous la table, à l'abri des regards, et fait voleter l’œuf au choco dans un sens, puis dans un autre, lui laisse presque une chance de l'attraper et... hoooop-làaaa, l'éloigne de lui sans cérémonie. On la sent vraiment à deux doigts de la crise de rire ! [15] +1

Cassandre McWood a repéré le petit manège de Tally, mais n'en souffle mot. Un sourire amusé aux lèvres, elle boit son chocolat viennois et, toute hilare qu'elle est, ne se rend pas compte qu'il lui reste une splendiose moustache de lait et de chantilly au dessus de la bouche. Elle rit aux éclats, et sursaute presque à chaque vacillement de la chaise du Serdaigle. On sent qu'elle est partagée entre l'envie de le voir chuter et la peur de le voir se faire mal (même si, avouons le, elle se gausserait quand même beaucoup plus en le voyant chuter). [11]

A contrario, s'il y en a bien un qui ne prête pas attention aux évènements et se focalise uniquement sur le chocolat : c'est bien entendu Eliott A. Parks ! Placé à droite de son directeur de maison, le contraste est saisissant. Si Mr Heltowni se tient raide comme un I, et mange proprement, on ne peut pas en dire autant du Poufsouffle ! Des paquets de chocolats virevoltent dans tous les sens alors qu'Eliott gobe ses œufs un par un à une vitesse vertigineuse. Penché sur ses victuailles, il vient de finir le dernier chocolat en sa possession et jette des regards avides autour de lui quand ses yeux se posent sur une tablette de chocolat noir 85%... Seulement il n'est pas le seul à l'avoir remarqué... [3] -2

Phoebe Swan a elle aussi repéré la tablette pur cacao ! Quoi de mieux qu'un carré de chocolat noir pour accompagner son café ? Son espresso dans une main, sa baguette dans l'autre, son regard se pose à tour de rôle sur Eliott et sur la tablette. Elle a repéré sa cible ET son adversaire. La préfète fronce les sourcils. Tout se jouera très vite. Elle sait qu'Eliott est prêt à tout pour l'emporter : mais c'est sans compter son propre esprit de compétition ! Sa main se resserre sur la hanse de sa tasse tant et si bien qu'elle se met à trembler, alors qu'un sourire fourbe se dessine sur son visage. La tension est palpable ! [5]

A l'autre bout de la table, l'animosité des deux élèves n'a pas échappé à Miss Loewy. Les sourcils légèrement arqués, les yeux plissés, la directrice les observe en silence. Un peu d'action ne lui déplairait pas. C'est qu'elle s'ennuie ferme à cette 'sauterie'. Elle s'était laissée convaincre par ses collègues et l'avait regretté à l'instant même où elle avait franchi les portes de la Grande Salle. Tous ces lapins et ses papiers multicolores de partout... Pouah... Alors, oui : qu'ils se battent ces deux là ! Elle les convoquerait dans son bureau sur le champ, les punirait comme bon lui semblerait, et leur demanderait de foutre le camp avant de verrouiller sa porte et de se servir un thé ! [5]

"Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent vers les étoiles" Oscar Wilde.

Il n'en restera qu'un

J'ai pris le post de Noor en ajoutant/enlevant les points mis par Nathan (à Tally et Eliott)

Le printemps est là. Youpi-youpi-les-fleurs ! Youpi-youpla-les-hirondelles ! Et puis, hé : Yataaa-le-chocolat ! Tout le château est à la fête, béh oui, et pour cause : c'est enfin Pâques !Pour l'occasion, la Grande Salle est bien décorée, des lapins en veux-tu en voilà, et qu'un œuf par-ci, et qu'un autre œuf par-là ! Les quelques élèves restés au château pour les vacances ne sont pas déçus.
Une seule grande table a été dressée pour tous les accueillir, et elle déborde de chocolats de toutes tailles et de toutes formes.

En bout de table, debout sur sa chaise, Solal Rosenberg sautille et agite les bras. Les sourcils froncés, il ne quitte pas des yeux un petit œuf en chocolat au papier doré qui volète à quelques centimètres au dessus de lui. La friandise ressemble à s'y méprendre à un vif d'or, et bien que la table déborde de chocolats en tous genres, l'attrapeur ne se focalise que sur sa cible. Peu importe le temps que ça prendra : il le veut, il l'aura !  [13]

Assise sagement en face de lui, l'air de rien, Tally Jenkins se mord les joues pour s’empêcher d'éclater de rire. C'est elle qui fait tourner Solal en bourrique depuis au moins, pfiouuu... cinq bonnes minutes maintenant ! Elle agite sa baguette sous la table, à l'abri des regards, et fait voleter l’œuf au choco dans un sens, puis dans un autre, lui laisse presque une chance de l'attraper et... hoooop-làaaa, l'éloigne de lui sans cérémonie. On la sent vraiment à deux doigts de la crise de rire ! [17] +1

Cassandre McWood a repéré le petit manège de Tally, mais n'en souffle mot. Un sourire amusé aux lèvres, elle boit son chocolat viennois et, toute hilare qu'elle est, ne se rend pas compte qu'il lui reste une splendiose moustache de lait et de chantilly au dessus de la bouche. Elle rit aux éclats, et sursaute presque à chaque vacillement de la chaise du Serdaigle. On sent qu'elle est partagée entre l'envie de le voir chuter et la peur de le voir se faire mal (même si, avouons le, elle se gausserait quand même beaucoup plus en le voyant chuter). [9]

A contrario, s'il y en a bien un qui ne prête pas attention aux évènements et se focalise uniquement sur le chocolat : c'est bien entendu Eliott A. Parks ! Placé à droite de son directeur de maison, le contraste est saisissant. Si Mr Heltowni se tient raide comme un I, et mange proprement, on ne peut pas en dire autant du Poufsouffle ! Des paquets de chocolats virevoltent dans tous les sens alors qu'Eliott gobe ses œufs un par un à une vitesse vertigineuse. Penché sur ses victuailles, il vient de finir le dernier chocolat en sa possession et jette des regards avides autour de lui quand ses yeux se posent sur une tablette de chocolat noir 85%... Seulement il n'est pas le seul à l'avoir remarqué... [1]

Phoebe Swan a elle aussi repéré la tablette pur cacao ! Quoi de mieux qu'un carré de chocolat noir pour accompagner son café ? Son espresso dans une main, sa baguette dans l'autre, son regard se pose à tour de rôle sur Eliott et sur la tablette. Elle a repéré sa cible ET son adversaire. La préfète fronce les sourcils. Tout se jouera très vite. Elle sait qu'Eliott est prêt à tout pour l'emporter : mais c'est sans compter son propre esprit de compétition ! Sa main se resserre sur la hanse de sa tasse tant et si bien qu'elle se met à trembler, alors qu'un sourire fourbe se dessine sur son visage. La tension est palpable ! [3] -2

A l'autre bout de la table, l'animosité des deux élèves n'a pas échappé à Miss Loewy. Les sourcils légèrement arqués, les yeux plissés, la directrice les observe en silence. Un peu d'action ne lui déplairait pas. C'est qu'elle s'ennuie ferme à cette 'sauterie'. Elle s'était laissée convaincre par ses collègues et l'avait regretté à l'instant même où elle avait franchi les portes de la Grande Salle. Tous ces lapins et ses papiers multicolores de partout... Pouah... Alors, oui : qu'ils se battent ces deux là ! Elle les convoquerait dans son bureau sur le champ, les punirait comme bon lui semblerait, et leur demanderait de foutre le camp avant de verrouiller sa porte et de se servir un thé ! [5]

"You are entirely bonkers. But I'll tell you a secret, all the best people are." - Alice in Wonderland
Les Éclairs, une équipe du tonnerre ! - Lexie | Solynyle forever
2e année RP | #B6004A
  Retour   Répondre