Encyclopédie

Inscription
Connexion

Eliada Shal, Première année

[right][/right]
[right][/right][/color]



Avant Poudlard


[En cours d'amélioration et de corrections diverses et variées]

Eliada est né un cinq décembre, tôt le matin. Il devait naître pour Noël mais ses parents s'étaient peut être dit qu'ils aimeraient profiter des fêtes et qu'il fallait que leur fils sorte avant. Ne pas passer Noël à la maternité avait également ravie sa mère.

Il venait donc de naître dans une famille de sorciers qui comptait bien peu de monde. Des parents, un oncle et une tante, quelques grands enfants mais aux différentes fêtes il n'y avait pas plus de dix personnes autour de la table. Avec le temps et durant sa petite enfance, la dizaine de personnes avait d'ailleurs eut tendance à ce réduire pour arriver à un noyau dur et extrêmement soudé.
En grandissant dans une famille de sorciers, la découverte de ses pouvoirs ne causa pas plus de joie que cela à ses parents. Ils étaient simplement rassuré que leur fils en possède bien, l'inscrivant ainsi dans une certaine normalité familiale et sociale.

Physiquement Eliada était un garçon aux cheveux brun et aux yeux noisettes. Assez grand pour son âge, il profitait essentiellement de cette stature non pour essayer d'en imposer en couche culotte mais plutôt comme d'un garde fou d'un tranquilité assurée contre les petites frappes des bac à sable dont les parents avaient à peut près autant d'éducation qu'un bolduc. Depuis quelques années, sur un accord non formulé, il avait les cheveux mi-longs, un souhait de sa mère essentiellement, qu'il attachait.

Les parents d'Eliada étaient toujours très occupées. Bien qu'ils soient particulièrement aimant, le travail était leur principal passion et occupation. Si bien qu'étant le seul fils du foyer Shal il avait dut apprendre à jouer et à s'occuper de manière autonome. Son père est instituteur à domicile pour les jeunes sorciers avant leur intégration à Poudlard. Un véritable métier passion qui très tôt piqua au vif Eliada qui voyait son père jongler entre d'épais grimoire et des formulions simples pour faire comprendre ce qu'il savait aux plus jeunes. C'est d'ailleurs lui qui fit son instruction et lui permit d'avoir accès à une quantité d'ouvrage compliqués et sans images la plupart du temps. Ses lectures préférées aller à l'histoire et aux sciences humaines, il entendait souvent son père rappeler qu'elle n'avait rien de "science molle" en soulevant le paradoxe que chez les moldus il y avait les sciences humaines mais que les sciences inhumaines leurs étaient inconnues. Quant à sa mère elle est employée administrative au ministère de la magie et se démène au travail auquel elle passe le plus clair de son temps. Les journées pouvaient être assez longue pour un enfant, la magie avait donc fait irruption dans sa vie et venait lui apporter l'espoir de rompre une certaine solitude amicale et intellectuelle avec l'idée d'intégrer Poudlard.

Pour occuper ses journées, Eliada fonctionnait essentiellement par monomanie. Il se prenait de passion pour un sujet précis et dévoré tout ce qu'il pouvait en savoir sur ce sujet. Certaines passions passées donc très vite, d'autres étaient plus vivaces. C'était le cas par exemple des chats, qui exerce sur lui une influence mystérieuse. Il s'est d'ailleurs toujours demandé (et continue de se le demander) que pouvez bien observé un chat quand il regarde fixement un point où il n'y a rien. Il s'amuse à penser que, peut être, ils voient alors d'autres mondes que celui visible par les moldus et les sorciers. Les premières lectures sérieuses d'Eliada furent d'ailleurs de croiser sa passion pour les chats et l'histoire quand il tomba sur L’Égypte Antique et la fascination mystique des chats.

Quand il a reçu sa lettre de Poudlard il était dans un état euphorique qui contrastait avec son calme habituel. Ses parents étaient à la fois heureux pour lui et soulagé qu'il intégre enfin une école pour sorciers et sorcières. Ce jour là resta gravé dans sa mémoire, il sauta partout et avait hâte de commencer. Il voulait y aller dés le lendemain et dut vite se rendre compte que il allait falloir compter encore un peu les jours. Cette euphorie se trouva d'ailleurs douché par sa grande timidité lors de son entrée sur la voie 9 3/4 ainsi que lors du voyage en train pour l'école.

D'un tempérament très réservé, le peu d'amis qu'il possède dise qu'il ne s'attache pas facilement aux personnes mais qu'il est loyal et fraternel. Eliada espère secrètement que ces quelques années à Poudlard seront bénéfiques, tant au niveau des connaissances que des relations. Après avoir passé la cérémonie de répartition, le choixpeau l'a placé. Il se souvient encore de ce mot énoncé par celui-ci dans la grande salle : Poufsouffle!


Pendant la scolarité à Poudlard

[A venir...]
Dernière modification par Eliada Shal le 23 août 2017, 16 h 28, modifié 1 fois.

« Les contes de fées ne révèlent pas aux enfants que les dragons existent, les enfants le savent déjà. Les contes de fées révèlent aux enfants qu’on peut tuer ces dragons. (G.K. Chesterton) »
« Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe ! »

Eliada Shal, Première année



[A venir...]

Je recherche pour le moment :
- meilleur(e) ami(e)
- des passionné(e)(s) de lecture, d'histoire.

[En cours]
Dernière modification par Eliada Shal le 23 août 2017, 16 h 27, modifié 2 fois.

« Les contes de fées ne révèlent pas aux enfants que les dragons existent, les enfants le savent déjà. Les contes de fées révèlent aux enfants qu’on peut tuer ces dragons. (G.K. Chesterton) »
« Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe ! »

Eliada Shal, Première année

[right][/right][/color]

[A venir...]
Dernière modification par Eliada Shal le 23 août 2017, 16 h 27, modifié 1 fois.

« Les contes de fées ne révèlent pas aux enfants que les dragons existent, les enfants le savent déjà. Les contes de fées révèlent aux enfants qu’on peut tuer ces dragons. (G.K. Chesterton) »
« Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe ! »

Eliada Shal, Première année

[right][/right]

[A venir...]

« Les contes de fées ne révèlent pas aux enfants que les dragons existent, les enfants le savent déjà. Les contes de fées révèlent aux enfants qu’on peut tuer ces dragons. (G.K. Chesterton) »
« Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe ! »