Encyclopédie

Inscription
Connexion

Willie McCauley, Première Année.

Image
Image
Image



Date de naissance : 11 juillet 2031.
Lieu de naissance : Londres, Angleterre.
Sang-mélé.

Mère
Sally McCauley née Williams.
Date de naissance : 7 Janvier 2004.
Lieu de naissance : Oxford, Angleterre.
Moldu.

Père
Ewin McCauley.
Date de naissance : 10 Octobre 2003.
Lieu de naissance : Londres, Angleterre.
Sang-pur.


Les parents de Willie se sont rencontrés par hasard à la gare de King's Cross le 3 septembre 2026. Sally était en partance pour Oxford afin de passer quelques jours chez ses parents et Ewin était en surveillance pour sa première mission en tant qu'Auror. Il tomba sous le charme de la jeune institutrice et quelques mois après cela ils s'installèrent dans un appartement de Camden Town à Londres. Leur union fut sous le signe du mensonge, car Ewin ne révéla qu'il était sorcier que plus tard en étant sûr de ses sentiments pour Sally. Celle-ci eu de la difficulté a accepté la vérité. Mais elle sut qu'Ewin était celui avec qui elle voulait passer sa vie. Ils se marièrent trois ans après leur rencontre jour pour jour. Les noces furent célébrées dans le monde moldu avec les deux familles. Bien sûr seul Sally connaissait la vraie nature d'Ewin et de sa belle-famille. Heureusement, aucun moldu n'avait découvert le secret malgré les personnages excentriques, sorcier et sorcière, qui étaient présents ce jour-là. Deux ans après, Sally donna naissance à Willie.

Will grandit durant ses trois premières années à Londres dans l'appartement de Camden Town. Sally démissionna de son poste pour s'occuper à plein temps de son fils pendant qu'Ewin allait de mission en mission pour le ministère de la magie. Willie apprenait vite à marcher, parler et à devenir un petit bonhomme plein de vie. Il eut son premier rapport à la magie pour son troisième anniversaire. Sa mère et son père le surprirent dans sa chambre. Il faisait voler au-dessus de sa tête un avion de bois que lui avait offert son grand-père maternel. Ewin fut fier de son fils et Sally réalisa pour la première fois que son fils était un sorcier.

Septembre de l'année 2034, Sally voulut reprendre son métier d'institutrice et trouva un poste à Southampton. Ewin accepta sa décision et la petite famille déménagea dans une jolie maison de Midanbury. Ewin rencontra lors d'un déplacement à Poudlard une jeune diplômée, Alice Alberline, qui souhaitait faire des recherches sur les moldu. D'un commun accord, Sally et Ewin proposèrent à Alice de vivre avec eux pendant deux ans pour ses recherches. En contre partie, elle s'occuperait de Willie en leur absence. Elle accepta leur proposition. Will adora tout de suite Alice. Elle l'emmenait souvent au parc ou faire un tour en ville. Elle lui préparait des pâtisseries et des confiseries. Willie adorait la regarder faire la cuisine ou ranger la maison car elle utilisait la magie. Il voyait autour de lui les objets s'affairer tout seul alors qu'Alice était occupée à une autre tâche. Son père aussi l'amusait avec de la magie. Il l'émerveillait. Certains soirs il montait Will au lit pour le coucher. Et en lui racontant une histoire, et le plus souvent ses histoires, il remplissait sa chambre d'étincelles qui virevoltaient à travers la pièce telles des étoiles. Sa mère, elle, lui chanter des chansons de sa douce voix et lui apprenait tout un tas de choses. Même si elle ne pratiquait pas la magie, Will l'aimait aussi fort qu'un fils peut aimer sa maman.

Deux années plus tard, le petit Willie avait bien grandi. Et depuis un certain temps il languissait que d'une chose : la rentrée à l'école. Bien que Sally lui ait expliqué qu'il n'y avait pas de magie et qu'il ne fallait surtout pas en parler, Will était tout excité de pouvoir y aller. Il ne quittait plus le cartable que lui avait offert Alice avant son départ. Willie était triste à l'idée de ne plus la voir et même Ewin et Sally ne purent retenir une petite perle humide au coin de l'oeil. Cette tristesse fut vite effacée quand Willie franchit le portail de bois blanc de l'école de son quartier et vit tous les petits garçons et petites filles de sa classe.

Deux autres années s'écoulèrent. Willie se faisait plein d'amis dans son école. Malgré un comportement un peu dissipé pour amuser ses copains, il se révélait être un très bon élève. Ewin faisait en même temps découvrir à son fils le monde de la magie. Il emmenait la petite famille au chemin de traverse ou même quelques-fois à Pré-au-Lard. C'est d'ailleurs les seules fois où le petit garçon apercevait un grand château au loin qui le subjuguait. Il avait beau supplier son père pour y aller, celui-ci lui répondait toujours qu'il n'avait pas encore l'âge. Ils allaient aussi assister à des matchs de Quidditch. Willie admirait le spectacle sur les épaules de son père tout en prenant celui-ci pour un balai. Il se tortillait dans tous les sens comme s'il participait au match si bien qu'Ewin au bout d'un certain temps ne pouvait plus le porter. Et puis cette année-là fut marquée par un évènement qui affecta le monde magique. L'assassinat d'Harry Potter qui eut lieu en mai bouleversa autant Ewin, qui faisait partie des Aurors chargés de la sécurité, que Sally qui s'était depuis longtemps familiarisée avec le monde des sorciers. Ce soir-là quand Willie vit son père rentrer blessé et effondré, Will comprit que la magie n'était pas que merveille et beauté.

Les deux années qui suivirent furent les pires sa petite vie. Bien qu'à l'école tout se déroulait très bien, Willie sentait que son père et sa mère étaient préoccupés. Il ne se rendait plus autant qu'avant dans le monde des sorciers. Son père prenait pour prétexte qu'il avait beaucoup de travail, mais Will se doutait qu'il avait d'autres raisons. Il avait pour habitude de lire la gazette du sorcier que son père lui ramenait. Mais depuis un certain temps il l'oubliait sans cesse. C'est alors qu'un soir, alors que ses parents dormaient, il se faufila dans le bureau de son père et trouva plusieurs exemplaires du journal des sorciers. Il y apprit que des Aurors avaient tenté de prendre le contrôle de l'école de magie Poudlard sous la menace d'un certain Harald McGee et qu'ils y avaient trouvé la mort. Willie avait reconnu le visage d'un collègue de son père qu'il lui avait présenté une fois lors d'une ballade au chemin de traverse. Will revenait soir après soir s'enrichir de ce qu'il se passait dans l'autre monde. Les mots « corruption », « enquête », « meurtre » le faisait frémir et il ne pouvait s'empêcher d'avoir peur pour son père. Un autre soir, il surprit ses parents en pleine discussion. Sally suppliait son mari de ne plus retourner au ministère et qu'il ne devait plus se battre pour le ministre en place, William Vanberg. Ewin soutenait qu'il se devait de rester à son poste car il arrivait à obtenir beaucoup d'information. De plus en plus, Willie ressentait la peur et l'angoisse chez lui et cela affectait son travail à l'école. Dans sa tête il n'avait que des pensées pour son père.

Et puis un soir d'avril ce fut terrible. Ewin rentra en panique très tard ce soir-là. Il lui expliqua ainsi qu'à Sally qu'ils devaient partir à Oxford pour quelques temps. Il tendit à son fils un petit sac qui ressemblait à une bourse à Gallion et lui demanda d'aller rapidement mettre toutes ses affaires à l'intérieur. Sans se rendre compte de l'absurdité de la chose, Willie fonça dans sa chambre et rempli le sac de toute son armoire. Ce n'est qu'après qu'il réalisa que celui-ci était ensorcelé. Il retrouva ses parents dans le salon et couru dans les bras de sa mère. Ewin avait sorti sa baguette et commença à lancer des sorts dans tous les sens. Une fois terminé, on aurait pu penser qu'une bataille avait eu lieu dans la maison. Il prit alors sa femme et son fils par le bras et ils disparurent dans un claquement. Ils se retrouvèrent alors devant la maison des grands-parents de Will à Oxford. Ewin prit sa femme dans ses bras et alors qu'elle sanglotait et commençait même à pleurer, Il leur demanda de rester ici jusqu'à son retour et de ne pas se montrer en dehors de la maison. Il promit à sa famille de revenir. Willie garda en lui cette image de son père, abaissé à sa hauteur, qui le fixa en lui disant « Je te promets de revenir Will ».

Pendant plus d'une semaine aucune nouvelle de son père. Le seul lien magique que Willie possédait c'était un abonnement à la gazette du sorcier que son père lui avait finalement cédé. Il pensait au début que le hibou qui apportait le journal à la porte de derrière à Southampton, ne viendrai pas jusqu'à Oxford. Il fut bien surpris en voyant la chouette grise passer dans le jardin de ses grands-parents avec le journal à son bec. A l'écart, sa mère et lui ouvrirent la gazette afin de savoir ce qu'il se passait. Ils découvrirent avec stupeur qu'une bataille avait eu lieu au large de l'Angleterre et que Poudlard avait été conquis. Tous deux se demandaient ce qu'il pouvait bien advenir d'Ewin. Sally serrait fort Willie contre elle et sans même pouvoir essayer de retenir ses pleurs, lui et elle s'effondraient de tristesse.

Ce n'est que le surlendemain qu'une personne encapuchonnée se présenta à la porte de la maison d'enfance de Sally. C'était Esther McCauley, la sœur d'Ewin. Willie la connaissait bien car ensemble ils allaient souvent lui rendre visite. Sally l'enlaça et Esther lui dit alors : « Il est en vie rassure-toi ». A ce moment précis, alors que Sally pleurait de soulagement, Willie vit toute sa peine et ses peurs disparaitre en une fraction de seconde. Sa tante leur raconta autour d'une tasse de thé qu'Ewin avait rejoint les rangs des Capes Violines. Le père de Willie s'était battu pour libérer Poudlard et le ministère de la magie. Will imaginait son père au combat et une grande fierté l'envahissait. Esther poursuivit qu'il avait été blessé non grièvement et qu'il se trouvait à l'infirmerie de Poudlard le temps de se remettre. Ce n'est que courant de mai qu'il retrouva son père encore un peu affaiblit chez lui à Southampton « Alors !?! N'ai-je pas tenu ma promesse ? ».

La vie reprit son cours et durant les deux années qui suivirent la petite famille McCauley fut plus unis qu'auparavant. Nous sommes alors le 11 juillet 2042 et ça sentait la fête dans la maison de Southampton. Des ballons flottaient dans le jardin et la musique résonnait dans le brouhaha d'une petite foule. La famille était venue pour souhaiter un joyeux onzième anniversaire à Willie. Alice avait fait la surprise de venir et des copains de son écoles étaient présents aussi. Will passa une journée extraordinaire entouré de tous ceux qu'il aimait, moldu et sorcier. La fin de la journée approcha et les derniers invités s'en allaient. Willie était affalé dans le canapé du salon quand ses parents s'avancèrent vers lui : « j'ai passé une super journée ! ». Ewin et Sally se regardait en rigolant comme s'ils se moquaient de lui. Will se releva et regarda ses parents d'un air interrogé « Qu'est-ce qu'il y a ? j'ai dit un truc stupide ? ». Ewin le regarda avec cet air malicieux comme quand il avait une idée derrière la tête « Je pense que tu as oublié une chose que tu attendais depuis longtemps ! ». C'est alors qu'il tendit une lettre où il pouvait lire « M. Willie McCauley ». Will comprit tout de suite et réalisa qu'il avait totalement oublié que le grand jour était arrivé et qu'il avait reçu sa lettre d'admission pour Poudlard.

Image


à suivre...

Dernière modification par Willie McCauley le 11 mai 2018, 0 h 45, modifié 4 fois.

"Bien entendu que cela se passe dans ma tête, mais pourquoi cela ne pourrait pas être réel?"

Willie McCauley, Première Année.

Image


En cours...

"Bien entendu que cela se passe dans ma tête, mais pourquoi cela ne pourrait pas être réel?"

Willie McCauley, Première Année.

Image


En Solitaire (OneShot) Dans le dortoir des garçons de Serdaigle.

La rentrée des élèves de première année (OneShot)Dans la Grande salle.


Le Serpent et l'Aigle avec Athalée Drasilio Dans le Parc.
Dernière modification par Willie McCauley le 23 mai 2018, 22 h 21, modifié 7 fois.

"Bien entendu que cela se passe dans ma tête, mais pourquoi cela ne pourrait pas être réel?"

Willie McCauley, Première Année.

Image

Image

"Bien entendu que cela se passe dans ma tête, mais pourquoi cela ne pourrait pas être réel?"