Parc

Inscription
Connexion

Une tisane de racines  PV Kaya 

Nous sommes enfin en mai. Les oiseaux reviennent de leurs migrations, les bourgeons sorte des branchages, la pierre se réchauffe, bref le printemps est là. Nous sommes dimanche et il n'y a pas de cours, les élèves sont déjà tous dehors ou à leurs occupations. Tout le monde sauf Elynary. Il est 14h et elle vient à peine de se lever. La faute a sa santé. Quand finit l'hiver, La jeune Serpentard voit son métabolisme ralentir. C'est normal, car il a dû lutter tous l'hiver, entre la peau sèche, les bactéries, son allergie au froid et surtout LA GRIPPE. Elle n'a jamais la grippe mais est grande même souvent porteuse. Heureusement pour elle, elle connaît bon nombre de méthodes de soins naturelles. Et cela est du grâce aux nombreux livres de botanique qu'elle collectionne. Et surtout qu'elle a appris à cultiver. Et pour le problème du jour, c'est des racines de pissenlit qu'il lui faut et surtout fraîche.

C'est donc dans un gros effort que la Vert et Argent sesont levées, lavée et habillée. Avant de partir à la recherche de pissenlit, Elynary ouvrir sa malle à vêtements pour y prendre une boîte en aluminium. Cette boîte servirait à récolter les racines avant de les faire sécher avec un sortilège. La jeune élève descendit les quelques marches du dortoir des filles, puis passa dans la grande et sombre salle commune, sans y voir personne. On entendait même pas une mouche voler. Elle croisa quelques élèves dans les couloirs qui écoutait de la musique ou faisait de ma musique, des bandes qui s'amusaient avec un jeu sorcier. Elynary passa par les serres pour empreinte une griffe et un sécateur, pour déterrer et couper les racines. Sur le chemin elle croisa un couple qui se cachait du regard des autres élèves. OUPS. Elle les esquiva en détournant le regard, dû au regard noir des amoureux. Pour commencer, il fallait chercher dans un endroit éclairé. Le bord du lac était le meilleur des endroits. C'est avec un pas difficile qu'elle se dirigea dans cette direction. Et elle avait bien raison, un gros rassemblement de Pissenlits donnait une touche de jaune dans un tableau de vert diversifier, de gris et de marrons. Elle se dirigea vers ce groupement. Une petite brise caressa sa joue, amenant une odeur de fleurs et de fraîcheur chaude. Elle s'agenouilla dans l'herbe et gratta délicatement le sol pour ne pas abîmer les jeunes racines.

Responsable des Nouveaux Arrivants
Remplaçante Poursuiveuse Finisseuse
Couleur: #1958ea

Une tisane de racines  PV Kaya 

Après une longue journée de cours, Kaya avait décidé d'aller se détendre dans le Parc. Elle adorait Poudlard, mais s'il y avait bien quelque chose qui lui manquait, c'était la nature et la possibilité de s'y aventurer aussi souvent qu'elle le voulait. Quand elle habitait encore chez ses parents, en Irlande, elle n'avait pas de contrainte. Si elle souhaitait dormir à la belle étoile en plein hiver, c'était son problème, personne n'allait l'obliger à rester à l'intérieur. Dans tous les cas, elle pouvait toujours se sauver par la fenêtre de sa chambre. Elle était devenue maître dans l'art. Maintenant que le mois de mai était arrivé, elle comptait bien en profiter, même si le froid hivernal ne l'avait pas empêché d'errer dans le Parc.

La chaleur commençait à se faire ressentir dans le château, et cela se voyait : de nombreux élèves s'étaient réfugiés à l'ombre des arbres, certains en solitaire lisant un livre magique ou non, d'autres en groupe bruyant et joyeux. Kaya sourit à cette image. Elle s'était habituée à la présence d'un nombre aussi important de personnes, bien que cela avait été compliqué au début. Ayant suivi l'école à domicile lorsqu'elle était chez ses parents (et encore, suivre était un bien grand mot), elle ne fréquentait quasiment que sa famille, et rarement plus que ses trois frères et soeur et ses parents. Elle n'était pas timide de nature, elle était même plutôt extravertie, mais elle se sentait parfois étouffée parmi tant d'élèves. Heureusement que la magie était là, car elle n'aurait jamais supporté les écoles moldues.

Voyant l'agitation qui régnait dans le Parc, Kaya décida s'aller se réfugier non loin du Lac, près de la serre. Elle aimait beaucoup l'endroit, qui était plus calme et où poussait des plantes qui n'existaient nul part ailleurs. Mais à sa grande surprise, l'endroit n'était pas vide. En effet, une jeune fille avec des mèches blanches et violettes était en train de gratter le sol, un sécateur et une griffe posés à côté d'elle. Intriguée, Kaya s'approcha et remarqua le blason vert au serpent de la maison de Serpentard. Elle ne s'attendait pas à voir une Serpentarde faire du jardinage, mais elle était contente de s'être trompée. Bien que la rivalité entre sa maison et celle des rusés s'était atténuée, les traces subsistaient.
Elle observa la jeune fille quelques minutes, mais elle semblait complètement absorbée par son travail. Kaya s'accroupit à côté d'elle et commença à gratter le sol avec elle.

"Salut, je m'appelle Kaya Ethawee. Enchantée" dit-elle sans quitter le sol des yeux.

Rapides comme le vent et féroces comme le lion - les Griffes Ardentes
Remplaçante batteuse-gardienne
Élève du Mois de Janvier 2017
Gryffindor Girl Power - A.B.

Une tisane de racines  PV Kaya 

"Salut, je m'appelle Kaya Ethawee. Enchantée"

Elynary, tellement concentré dans sa recherche de pissenlit, n'entendit pas arriver la jeune fille et fit un bon de quinze mètres. Puis regardât la fille avec un air d'interrogation. *Mais c'est qui ? Pourquoi elle creuse avec moi ? J'ai pourtant pas demandé une réunion . Et pourquoi elle est arrivée furtivement derrière moi ?* Se demanda intérieurement, la jeune vert et argent. Son air interrogateur laissait transparêtre à la fois la peur, la gêne et une petite touche de colère, d'être dérangé alors qu'elle était dans ces pensées. Cela donnait à la fois un visage dur, mais déformer. Si Elynary avait pu se voir dans une glace, elle aurait rigolé d'elle-même. Avec un voix peu assurée et sans doute une accumulation de sentiments Elynary demanda sèchement:

-Qu'es-que tu me veux ?

Il est vrai que la question était très pertinente, car les deux élèves ne se connaissaient pas et pourtant ce qui semblait être une Griffondor, de par ces habillent rouge et or, venait de presque rentrées dans son intimité mentale, sans y être invité. Dans la tête d'Elynary c'était un peu le bazar. Elle avait pour habitude d’être toujours gentille, mais quand elle est fatiguée ou malade il ne faut pas lui parler. Du coup elle ne savait pas comment réagir. Devait-elle rester cool, et ne pas montrer son caractère de cochon malade ou bien continuer à agir avec froideur car elle voulait juste être tranquille. Le choix est dur. Et surtout LA grosse question: pourquoi c'est elle mit à coté de la jeune Serpentarde ? Il est vrai que quand on veut dialoguer avec quelqu'un, on fait une approche calme et par étapes, pas dû rendre dedans. Elynary ne laissa pas la Griffondor répondre. Elle prit ces outils et se décala de bien dix mètres. Et reprit son action avec peut-être plus de hargne. C'était un moyen de se défouler, pour éviter d'être sèche dans ces paroles.

Responsable des Nouveaux Arrivants
Remplaçante Poursuiveuse Finisseuse
Couleur: #1958ea

Une tisane de racines  PV Kaya 

La jeune Serpentard sortit enfin de sa torpeur et regarda Kaya d'un air interrogateur. La Gryffondor pouvait voir de la surprise tout comme de la perplexité, et peut-être même un peu de colère se dessiner sur son visage. Elle aurait dû se demander si elle avait bien fait de s'imposer de la sorte, mais ce n'était pas dans ses habitudes de remettre en question ses actes. Elle l'avait vu là, seule, et cela l'avait intrigué. Elle avait voulu comprendre, la connaître, et elle ne regrettait pas son choix. Cependant, la verte ne se présenta pas à son tour comme elle l'attendait et répondit plutôt sèchement :

"Qu'est-ce que tu me veux ?"

Kaya la regarda, perplexe, et sourit. Elle aurait dû s'attendre à cette réponse, en effet. Ce n'était pas forcément commun de se présenter de la sorte à une personne inconnue, et il aurait été sage de s'excuser, mais la situation commençait à l'amuser. Surtout lorsque la jeune fille prit ses outils et s'éloigna d'une bonne dizaine de mètres d'elle avant de se mettre à travailler sur une nouvelle plante. Elle l'observa, tirant sur les racines, s'acharnant à sa tâche, tentant de l'ignorer. Ce n'est qu'à ce moment qu'elle commença à se demander si son entrée n'avait pas été trop brutale, mais l'idée s'éloigna bien vite de son esprit, et elle laissa échapper un petit rire. Elle se tourna se nouveau vers sa plante à moitié libérée de la terre et recommença à gratter le sol, prêtant attention à ne pas abîmer les racines de la plante.

"J'aime les plantes. Elles sont calmes et apaisantes. Un peu le contraire de moi, en fait. Puis, elles me rappellent ma maison. Je viens d'Irlande."

Elle n'avait pas conscience qu'elle racontait sa vie et que la Serpentard n'en avait sûrement rien à faire, elle trouvait juste cela normal. Elle avait envie de se confier, et elle avait eu le sentiment que la verte pouvait la comprendre. Elle dégagea les derniers bouts de terre de la plante mais celle-ci ne voulait pas se laisser arracher du sol. Elle regarda la jeune fille et le sécateur qui se trouvait à côté d'elle.

"Je peux te l'emprunter ?"

Sans attendre sa réponse, elle s'approcha de la verte et prit le sécateur avant de retourner à sa place et de couper la racine réticente.

Rapides comme le vent et féroces comme le lion - les Griffes Ardentes
Remplaçante batteuse-gardienne
Élève du Mois de Janvier 2017
Gryffindor Girl Power - A.B.

Une tisane de racines  PV Kaya 

"J'aime les plantes. Elles sont calmes et apaisantes. Un peu le contraire de moi, en fait. Puis, elles me rappellent ma maison. Je viens d'Irlande."

Elynary ne répondit pas a la parole de la jeune Griffondor, même si le mot ''Irlande'', lui avait rappelée sa terre de cœur, sa terre d’âme. Elle n'était serte pas née là-bas, mais elle y avait grandit, et avait bien l'attention d'y rester jusqu’à sa mort. Perdu dans ces pensées elle ne vit pas que la Griffondor lui avait piquer ces outils. Quand elle c'est rendu compte des faits et surtout a cause de la fatigue, elle explosa intérieurement. Dans sa tête la jeune Serpentard imagina mille et une face de faire manger de force ces pissenlit a la jeune Griffondor. Se manque de respect lui était inacceptable. Elle qui avait été élève avec beaucoup d'ouverture, s'était permise d'apprendre les gestuelles et le langage de la haute noblesse. Et ce geste aurait été vu comme un comportement de base campagne. Malheureusement, du point de vu extérieur, se sont des larmes chaud qui coule le long des joues d'Elynary. Ces cheveux roux cachait son visage et elle ne prononça aucun sons. Elle resta la assise sur ces genoux les points serrés.

Ces yeux ne pouvant plus supporter la lumière du jour et d'être fatiguer, Elynary se leva sans un mots. Puis après quelque secondes, elle se dirigea en courant vers un lieu isolée, où il y avait trois rocher énorme qui était collés l'un a l'autre, en oubliant sa boite en aluminium. Si l'on se mettait au centre, personne ne pouvais voir la personne qui y était. Elynary adorait se lieu, car beaucoup de fois des élèves venait se raconter leurs petite secret, non loin des trois rochers. Mais elle aime se lieu, surtout et avant tous pour dessiner ou peindre. Il y avait une petite rivière a proximité. Le bruit de l'eau lui permettait de méditer. C'est donc en se centre qu'elle se cachât pour être tranquille
.

Responsable des Nouveaux Arrivants
Remplaçante Poursuiveuse Finisseuse
Couleur: #1958ea

Une tisane de racines  PV Kaya 

Kaya avait enfin réussi à libérer les racines de sa plante et elle s'apprêtait à rendre son sécateur à la jeune Serpentard, mais celle-ci détourna son visage et la Gryffondor s'immobilisa en voyant ses épaules secouées de légers soubresauts. Mille et une questions passèrent à travers son esprit : Avait-elle des problèmes à l'école ou dans sa famille ? S'était-t-elle blessée ? Ou, et Kaya espérait qu'elle se trompait, en était-t-elle la cause ? Elle avait remarqué que la jeune fille n'avait pas été très réceptrice à son arrivée, mais elle pensait qu'elle allait se détendre au fur et à mesure, du moins ne pas le prendre tellement à coeur qu'elle en arriverait à cet état. Surtout de sa faute. Les pleurs ne la révoltaient pas, au contraire, elle pensait que cela faisait du bien, que c'était un moyen d'expression au même nom que le sourire, voir qu'ils signifiaient bien plus dans certains cas, mais c'était la peine qu'elle avait causée qui lui faisait mal au coeur.

Avant qu'elle ne put réagir, s'excuser ou faire quoique ce soit pour se rattraper, la Serpentard s'était levée et avait déguerpi aussi rapidement que possible. Le soleil se refléta sur une petite boîte en aluminium où la jeune fille se tenait quelques secondes plus tôt.
*Mince, elle a oublié sa boîte, et son sécateur aussi d'ailleurs* pensa-t-elle. La Gryffondor hésitait entre la suivre pour lui rendre son matériel et s'expliquer, en sachant qu'elle ne savait absolument pas où la jeune fille était partie et que ça lui prendrait sûrement toute la soirée, ou tout laisser en plan et rentrer au château pour se préparer une bonne tisane bien chaude pour se réconforter. Mais elle savait qu'elle ne pourrait arrêter de penser à la Serpentard dans le second cas, et elle ne pouvait pas laisser sa camarade dans l'état où elle était, surtout si cela ne la concernait pas personnellement.

Elle ramassa donc le sécateur, la boîte et sa plante et se mit à la recherche de la verte et argent. Elle prit la même direction que celle-ci avait emprunté juste avant, espérant qu'elle ne s'était pas trop éloignée ou qu'elle tomberait sur elle en chemin. Elle marcha quelques minutes mais ne vit personne qui ressemblait à la fille. Elle passa par la serre, pensant soudain qu'elle était peut-être allée déposer le reste de son matériel, mais pas de trace d'elle non plus à cet endroit. Dépitée, elle repartit les pieds traînant vers le Parc. Elle croisa alors un jeune Serpentard et lui demanda s'il n'avait pas vu la jeune fille. Elle devait être assez reconnaissable avec ses mèches blanches et violettes dans les cheveux, et le garçon acquiesça en effet vigoureusement à la description de Kaya, lui donnant en passant le prénom de la Serpentard, Elynary, avant de lui montrer du doigt un endroit rocailleux proche du Lac. Kaya le remercia et prit la direction indiquée. Arrivée près de trois rochers qui surplombaient les autres, elle crut entendre des sanglots étouffés. D'une voix hésitante, elle lança, sans oser contourner les rochers :


"Elynary ? C'est Kaya. Je... je suis désolé si je t'ai surprise tout à l'heure. Je ne voulais pas te déranger."

Les sanglots se turent subitement et la Gryffondor comprit que la Serpentard tentait de dissimuler sa peine. Elle poursuivit :

"Tu as oublié ta boîte et ton sécateur, je voulais te les rendre. Enfin... voilà. Je ne sais pas si c'est de ma faute où si tu as un problème, mais si tu as besoin, tu peux m'en parler, même si on ne se connait pas. Puis, je fais très bien les tisanes si tu veux."

Rapides comme le vent et féroces comme le lion - les Griffes Ardentes
Remplaçante batteuse-gardienne
Élève du Mois de Janvier 2017
Gryffindor Girl Power - A.B.

Une tisane de racines  PV Kaya 

"Elynary ? C'est Kaya. Je... je suis désolé si je t'ai surprise tout à l'heure. Je ne voulais pas te déranger. Tu as oublié ta boîte et ton sécateur, je voulais te les rendre. Enfin... voilà. Je ne sais pas si c'est de ma faute où si tu as un problème, mais si tu as besoin, tu peux m'en parler, même si on ne se connait pas. Puis, je fais très bien les tisanes si tu veux."

Elynary tenta de dissimuler ces pleurs, mais des reniflements persistant, trahissait sont chagrin. Le faite d'avoir couru et de pleurer, la fatiguait encore plus. Elle n'avait plus la force de se lever ni de s'énerver. Elle laissa tombée son visage sur la pierre. Pendant plusieurs minutes un silence, non pas de plomb mais de glace, flottait dans l'air. Déjà que l'ai ambiant n'était pas bien chaud et qu'un petite brise avait fait sont apparition, cela n'aurai pas réchauffer le jeune Serpentarde. Dans une mélancolie, Elynary lâchât d'une voix fatiguée:

-''Comment connait-tu mon nom ?''

Ces quelques mots avait encore plus fatiguée, la jeune élevé. Elle ne se sentait vraiment pas bien. La sensation d'avoir un boite sur la tête, très lourde et qui l'empêche d'entendre correctement. Avec ces sensations, elle compris qu'elle était entrain de faire un malaise. Elle avait l'habitude d'en faire, mais cette fois si s'était plus rude. Elle tentât d'attendre pour calmer sont rythme cardiaque. Elle commença a voir trouble. sa vision agissait comme si elle était retardée de plusieurs secondes. Tous était si lourd, puis le noir total. Elle avait finie pas s'évanouir. La fragilité de la santé d'Elynary n'était pas en accord avec sont caractère, un véritable contraste. Plusieurs bride d'images venaient interrompre l'évanouissement. De l'herbe, des escaliers, une porte, puis un lit. Elle était soutenue par quelqu'un, mais ne voyait pas qui. Au réveille elle était allongée dans un lit de l'infirmerie, une odeur chaud et parfumée lui titillait les narines. En regardants a sa droit, elle vit une boite en argent. S'était a sa boite et elle avait l'air plaine. A sa gauche c'est un tasse fumante qui attendait d’être bu. C'est de cette tasse que se dégageait une odeur qui lui était familière: une tisane de racines de pissenlit. Un bruit attirât l'attention d'Elynary. Sont regarde se dirigea au bout du lit ou une fille la regardait. S'était la fille qui l'avais accosté, dans son moment de tranquillité, avec trop d'entrain. A y réfléchir il est vrai qu'elle avait peut être réagis avec beaucoup trop d'émotion.....

(Désolé si j'écrie pas beaucoup. J'ai toujours du mal a développer, encore plus quand il y a peut de choses a dire)

Responsable des Nouveaux Arrivants
Remplaçante Poursuiveuse Finisseuse
Couleur: #1958ea

Une tisane de racines  PV Kaya 

Le malaise était un sentiment que Kaya ne ressentait que très peu et très rarement, mais à ce moment, le silence d'Elynary la faisait presque sentir inconfortable. Bien qu'elle savait que le silence signifiait plus que ce qu'il laissait paraître, la Gryffondor ne pouvait définir celui-ci. Elle ne pouvait dire si la jeune fille cherchait ses mots, si elle était en colère ou totalement à l'ouest, ses pensées bien loin du château. La rouge et or était immobile, plantée derrière le rocher comme un poteau de Quidditch, la boîte dans les mains. Et elle ne savait pas quoi faire, ce qu'elle était censée faire. Elynary n'était clairement pas bien, et cela déchirait le coeur de Kaya d'entendre ses pleurs étouffés, mais elle ne voulait pas envenimer la situation en avançant plus que ce qu'elle avait déjà fait.
Soudain, un bruit sourd retentit du refuge de la Serpentard, coupant nette les hésitations de la Gryffondor. Lâchant la boîte, elle se rua sur le rocher et découvrit sa camarade couchée contre la pierre, évanouie. Paniquée, Kaya regarda autour d'elle, cherchant de l'aide des yeux, mais les deux jeunes filles étaient seules. Elle attrapa le bras de la Serpentard et le passa autour de son cou. Elle la dégagea tant bien que mal du rocher, faisant attention à ce qu'elle ne se cogne pas, et la tira sur le gazon. La jeune fille n'avait pas beaucoup de muscles, mais elle compensait avec sa détermination. Il fallait absolument qu'Elynary se fasse examiner.
Elle la porta pendant quelques minutes interminables, s'empêchant de penser au poids de la jeune fille. Elle arriva enfin aux portes du château, et épuisée, cria à l'aide. Quelques élèves qui passaient par là sortirent et, voyant Elynary évanouie, s'empressèrent de prendre le relais et de dégager Kaya de sa charge. Ils ne lui demandèrent pas ce qu'il s'était passé, et la Gryffondor leur en était reconnaissante. Ils n'avaient pas le temps pour ça.

L'infirmière avait conseillé Kaya d'aller prendre un peu de repos après l'avoir examiné rapidement, mais la jeune fille ne pouvait laisser Elynary dans cette état préoccupant. Elle réussit à convaincre Madame Lloyd et attendit donc que la Serpentard ne se réveille. Mais le temps passait, et ne pouvant se résigner à l'immobilité, Kaya finit pas se lever et sortit prendre l'air. Elle retourna sur le lieu du malaise et aperçut la petite boîte de sa camarade. La Gryffondor l'avait complètement oubliée, et elle s'approcha donc pour la ramasser. Une idée lui vint alors à l'esprit, et elle ramassa le matériel qu'elle avait laissé en plan, puis marcha de nouveau vers le château d'un pas décidé. Attrapant son chaudron et ce qui lui fallait, Kaya se dirigea vers les sous-sols, espérant que son idée serait réalisable et ferait plaisir à Elynary.
Une fois sa préparation terminée, Kaya versa le liquide dans une tasse et se retourna à l'infirmerie. A peine avait-elle posé le breuvage brûlant à côté de la Serpentard et s'était assise au bout du lit que celle-ci ouvrait les yeux. Se retenant de ne pas lui sauter dessus de soulagement, la Gryffondor lui sourit, et un blanc s'installa. Kaya se décida alors à prendre la parole.

"Tu dois te demander ce que tu fais là. Tu étais sur le rocher, et quand je t'ai trouvé, tu étais évanouie. Je t'ai ramené au château et des élèves t'ont portée à l'infirmerie." résuma Kaya. "Madame Lloyd a dit que tu ne mangeais pas assez. Tu as... des problèmes en ce moment ? Enfin, je t'ai entendu tout à l'heure et je me demandais... enfin."

Voyant le regard de la jeune fille peser sur elle, Kaya se dit qu'elle avait réagit trop violemment pour quelqu'un qui venait de se réveiller d'un malaise. Rougissant, son regard se posa alors sur la tasse fumante à côté du lit de la jeune fille et elle changea de sujet.

"Enfin, je vais te laisser te reposer, tu en as besoin. Je t'ai préparé une tisane de racines de pissenlit. Bois-la, ça te fera du bien. Bon, je vais te laisser..."

Kaya se leva, sourit une dernière fois à Elynary et se dirigea vers la sortie.

Reducio
RPG fini pour moi ^^

Rapides comme le vent et féroces comme le lion - les Griffes Ardentes
Remplaçante batteuse-gardienne
Élève du Mois de Janvier 2017
Gryffindor Girl Power - A.B.