Parc

Inscription
Connexion

Approcher l'interdit à petits pas  Libre 

En sortant de la Grande Salle ce midi, je remarquais que les portes donnant sur le Parc était grandes ouvertes. Me vint alors à l'idée d'aller me promener. Étrangement, cela faisait une semaine que j'étais à Poudlard, et je n'étais toujours pas sorti.
Mes premiers pas dehors furent comme une bouffée d'air libératrice. Et réellement, puisque qu'un coup de vent m'ébouriffa soudainement les cheveux. Je regardais la grande étendue verte qui s'étirait sous mes pieds. Le Parc était immense. Au fond, je pouvais apercevoir l’eau du Lac Noir briller sous le soleil encore chaud malgré ce mois d’Automne. Quelques élèves étaient éparpillés ci et là, à flâner sur l’herbe, à lire ou encore à partager des moments agréables avec leur amis. Je ne m’attendais pas à tant de monde au vu de l’heure, mais il était vrai que ce beau temps était le bienvenu, et il semblait évident qu’il n’allait pas durer, mieux valait en profiter. En suivant le sentier qui traversait le parc, je me mis à espérer qu’il neige bientôt. Je n’aimais pas le froid, et l’hiver était une période plutôt nostalgique, mais la neige, j’adorais ça.


Le sentier me menait au terrain de Quidditch, apparemment. Effectivement, l’immense bâtiment se repérait facilement, ainsi placé en haut de sa colline. Je n’avais pas tellement envie de voler, puis je n’avais pas de balais, ici. Puis je ne voulais pas croiser Aodren. Ma dernière altercation avec lui me revint alors. Je m’en voulais de lui avoir crié dessus, et je n’avais pas trouvé le courage d’aller lui parler, je savais très bien que je devais m’excuser mais je ne savais pas faire cela, même avec mes frères. Je bifurquais alors pour couper à travers champs. Si on pouvait appeler l’herbe grasse d’Ecosse ainsi. Je décidais de faire le tour du château, ne connaissant absolument pas l’endroit.

Alors que j'allais contourner l'énorme battisse qu'était Poudlard, un bruit attira mon attention. Une sorte de sifflement dans l’air, comme si un fouet claquait dans le vent. Je tournais la tête à gauche, rien. A droite, rien non plus… Intrigué, je décidais d’aller jeter un coup d’œil. Au détour d’un amas de pierre, je me figeais en reconnaissant la raison de ce bruit. En face de moi, fier et imposant, se dressait le Saule Cogneur. « L’Histoire de Poudlard » m’avait raconté tout ce qu’il y avait à savoir sur cet arbre ancestral. Enfin, pas si ancestral que ça, si je me souvenais bien, il avait été planté pendant l’année 1971 afin d’abriter le premier élève loup-garou à mettre les pieds à Poudlard. Mais ce que j’avais retenu sur cet arbre, c’était son passage vers une Maison Hantée, et je me demandais si elle y était encore. Pas que je souhaitais spécialement aller visiter une cabane que je savais tout à fait normale, non… Mais qui disait Cabane hurlante, disais Prés-au-Lard. Et j’avais été anéantit en apprenant qu’il fallait atteindre la troisième année pour y aller. Evidemment, je connaissais le moyen d'immobiliser l’arbre afin de passer dans le passage. Je n’avais absolument pas le droit de faire ça, mais aujourd’hui ma curiosité balaya toutes règles. *Aujourd’hui, ma chère Ely, tu vas enfin aller boire une bièreaubeurre !*

Avançant doucement vers l’arbre, je me demandais où je pouvais trouver un morceau de bois assez grand… Heureusement l’orée de la Foret n’était pas loin ! Je couru à petit pas vers celle-ci et fouilla le sol… Pour en ressortir un bâton que j’espérais assez long.
Je retournais vers l’arbre en traînant derrière moi la grande branche. J’essayais d’accélérer, je ne souhaitais pas qu’un élève ou pire, un professeur me tombe dessus…
*Je ne suis vraiment pas discrète à traîner cette branche vers le seul arbre défendu, en pleine journée…*..
Et en effet... Je me figeait en voyant une ombre sur sa droite, soudainement apeuré de la sanction que je pourrais avoir si un professeur me découvrait.

*Suffoque*

Approcher l'interdit à petits pas  Libre 

Line se promenait comme à son habitude dans le parc, elle venait de quitter ses amies qui c'étaient diriger vers la bibliothèque elle avait préféré aller prendre l'air, elle aimait tellement le Parc de Poudlard que même la bibliothèque ne pouvait pas rivaliser avec, elle se dirigea donc vers son petit endroit à elle, un petit rocher près du sol Cogneur, même si cet arbre était réputer pour être dangereux, il était aussi connu pour son passage secret qui conduisait les élèves à Préaulard. Elle n'avait encore jamais vu un seul élève assez fou pour l'utiliser, habituellement les élèves préférais utiliser des passages moins dangereux et plus discret.

Cependant, aujourd'hui semblait être un jour à part, elle aperçue pour la première fois depuis qu'elle était à Poudlard quelqu'un qui se préparait à l'utiliser, cette personne partit en courant vers la forêt interdite puis revient vers l'arbre en traînant un bâton
*J'y crois pas* Aneline avança alors vers la personne, il s'agissait en réalité d'une élève de Poufsouffle qu'elle avait croiser quelques jours plutôt.

"Tu as besoin d'aide ?", demanda-t-elle en rigolant.

Il faut bien avouer que la situation était plutôt amusante, mais il ne fallait mieux pas pour qu'Aelle ne se fasse pas prendre par un préfet ou par un professeur, ce serait plutôt mal venu.

"Je serais toi je n'utiliserais pas ce passage là, tu risques de te blesser, le mieux se serait peut-être que tu en utilises un autre, il y en à plusieurs dans l'école et des beaucoup plus discret..."

En effet, partit comme elle était la première année risquait de se faire prendre très rapidement par un professeur, il faut dire que le saule ne passait pas inaperçu alors si il devenait soudainement calme cala risquait d'attirer les professeur qui partirait alors immédiatement à la recherche de l'élève en fuite. Alors que la jeune fille était encore immobile avec son bâton, Aneline alla s'asseoir sur "son" rocher, elle prit son livre afin de continuer sa lecture, en attendant que sa camarade sorte de sa torpeur *Elle à dût penser que j'étais un prof ou un préfet*

Ron et Hermione passent leurs vacances au 12, square Grimmaurd, Harry les rejoint quelques temps plus tard. Elle est nommée Préfète comme Ron. Le ministère de la Magie nomme Dolores Ombrage au poste de professeur de défense contre les forces du Mal car Cornelius Fudge craint qu'Albus Dumbledore le renverse en créant une armée, constituée des élèves. Elle nie le retour de Voldemort et scande que les élèves ne risquent rien en dehors de Poudlard. Hermione a alors une idée : demander à Harry d'enseigner à la place d'Ombrage. Elle réunit certains élèves à La Tête de Sanglier, pour expliquer le bien fondé du projet. Harry devient de manière totalement officieuse professeur de défense contre les forces du Mal dans la Salle sur Demande. Le groupe de volontaires à qui Harry fait classe se donne le nom d'armée de Dumbledore, plus simplement A.D. Alors que Harry tente de vérifier la vision qu'il a eue de Sirius prisonnier et torturé au ministère par Voldemort, en utilisant la cheminée du bureau d'Ombrage pour le contacter, Ron ainsi que Hermione, Ginny, Neville et Luna se proposent de l'aider en surveillant les couloirs. Ombrage les surprend, mais Hermione improvise et emmène l'Inquisitrice et Harry dans la Forêt interdite. Ron, Neville, Ginny et Luna retrouvent Harry et Hermione et ensemble, ils décident de se rendre au ministère pour sauver Sirius, en utilisant des Sombrals. Arrivés là-bas, les élèves partent à la recherche de Sirius Black à travers le ministère, et trouvent enfin une salle, la salle des prophéties où ils seront rejoints par des Mangemorts. Harry et ses compagnons fuient alors à travers le Département des mystères, mais les Mangemorts les rattrapent bientôt. Ceux-ci se retrouvent cernés par les membres de l'Ordre du Phénix, avec lesquels s'engagent une lutte acharnée. Sirius est tué par Bellatrix Lestrange, sa propre cousine qui est aussi Mangemort, avant qu'elle ne prenne la fuite avec les autres partisans du Seigneur des Ténèbres. Pendant la bataille du Département des mystères, Hermione se blesse à la jambe à cause d'un sort lancé par Antonin Dolohov.

Gryffondor
Deuxième année
Couleur : #852345

Approcher l'interdit à petits pas  Libre 

J'étais entièrement concentré sur ma tâche. Ce morceau de bois était lourd, mais je l’emmènerais coûte que coûte près du Saule Cogneur. Je commençais doucement à avoir chaud, j'aurais bien enlevé mon uniforme, mais la discrétion rimait en général avec la rapidité. Bien que je n'avais pas la prétention de croire que j'étais discrète, ainsi, avec ma branche. J'étais sur le qui vive, prête à sortir une excuse déjà cuisiné à la première personne qui me surprendrait. Ce qui ne tarda pas, et je sursautais soudainement en entendant une voix féminine qui, étrangement, ne m'était pas inconnu :

-Tu as besoin d'aide ? Ria la fille.

Choqué, je me retournais pour voir qui m'avait finalement pris sur le fait. Mettant une main devant mon front pour me cacher du Soleil, je failli laisser tomber ma branche en reconnaissant la fille.
Ces cheveux couleur miel, ce joli visage, ce grand sourire sur le visage... La Gryffondor ! Celle-la même qui m'avait, selon moi, ridiculisé dans la salle d'étude ! Me laissant pas le temps dire quoi que ce soit, elle rajouta :


-Je serais toi je n'utiliserais pas ce passage là, tu risques de te blesser, le mieux se serait peut-être que tu en utilises un autre, il y en à plusieurs dans l'école et des beaucoup plus discret...

*Ah tiens, il y a d'autres passages ? Mh, comment je pourrais apprendre leur emplacement ?*. Ces pensées traversèrent rapidement mon esprit avant d'être remplacé par d'autres moins... Agréables. Pourquoi cette fille se mêlait encore de ce qui ne la regardait pas ? Comme j'étais rancunière, je ne m'étonnait même de me sentir en colère de voir cette fille. En plus, elle cassait tout mes plans concernant Prés-Au-Lard.
Je ne fus jamais aussi surprise que lorsque je vis cette fille... Comment s’appelait-elle, déjà ? Ah oui, Aneline. Elle s'était assise sur son rocher pour lire son livre. En m'ignorant une nouvelle fois. Refusant de lacher ma branche, je me dirigeais vers elle en la tirant donc derrière moi. Sans me soucier du fait que je lui faisais de l'ombre, je lui dis en fronçant les sourcils :

-Pourquoi tu viens encore me parler ? Je lui envoyais ces mots à la figure.

Je me taisais soudainement, me rendant compte que mes efforts pour paraître intimidante était sûrement vaines. Elle me faisait penser à ces personnes populaires des romans à l'eau de rose que je détestais, ces personnes qui prenaient les autres de hauts.

Je lui jetais un regard noir, sentant mes joues devenir rouge sous ma colère stupide. Serrant ma branche, je me retournais vers le Saule Cogneur. Toute ma bonne humeur s'était envolé, mais j'ignorais ce point. Si j'en disais plus, je savais que je culpabiliserais... Je commençais à m'éloigner, mais au dernier moment, je me retournais vers Aneline en disant :


-Je ne sais pas ce que tu essaies de faire, mais ne tente plus de... m'aider. Ou quoi que ce soit d'autre.

*Suffoque*

Approcher l'interdit à petits pas  Libre 

Ceux-ci se retrouvent cernés par les membres de l'Ordre du Phénix, avec lesquels s'engagent une lutte acharnée. Sirius est tué par Bellatrix Lestrange, sa propre cousine qui est aussi Mangemort, avant qu'elle ne prenne la fuite avec les autres partisans du Seigneur des Ténèbres. Pendant la bataille du Département des mystères, Hermione se blesse à la jambe à cause d'un sort lancé par Antonin Dolohov.
Alors qu'elle était plonger dans sa lecture, quelqu'un se mit devant elle et lui fit de l'ombre, elle se doutait bien qu'Aelle était en colère, elle n'avait surement pas apprécier leur dernière rencontre, mais après tout ce jour là, Aneline n'avait pas vraiment eu le choix, il ne restait pas d'autres tables mise à l'écart, elle avait simplement dit ce qui lui passait par la tête comme à son habitude.

-Pourquoi tu viens encore me parler ?

*Vraiment rancunière*, pensa-t-elle, Aneline n'aimait pas les ennuies, elle préférait les évités, mais pas aujourd'hui, la jeune Poufsouffle lui faisait penser à son amie, Iris, cette dernière se mettait toujours à l'écart des autres, elle était agressive lorsqu'elle parlait. Aelle lui ressemblait assez sur cela. Elle décida donc de relevé la tête, elle n'allait pas être impoli.

"Je ne savais pas que c'était toi, j'allais seulement lire, quelqu'un risquait de se faire punir, je voulais juste prévenir cette personne, que ce soit toi ou une autre. En plus il y a réellement d'autres passage qui te permettront d'aller jusqu'à Préaulard et sans danger, c'était écrit dans un livre d'histoire..."

Elle avait parler calmement son aucune once de moquerie ou de colère, elle était rester calme comme à son habitude. Aelle ne lui faisait pas peur en essayant d'être intimidante en ayant grandit avec trois frère Aneline avait connue pire. Elle vit la première année lui lancer un regard noir en rougissant de colère
*Vraiment, elle est en colère pour quoi réellement ? Parce que j'ai voulu l'aider ? Ou juste parce que je me suis assise à une table, sa table ?* En sortant de ses pensées Aneline vit Aelle retourner vers le Saule en emmenant sa branche, puis d'un coup elle se retournait vers elle.

-Je ne sais pas ce que tu essaies de faire, mais ne tente plus de... m'aider. Ou quoi que ce soit d'autre.

Aneline n'avait qu'une seule envie, rire, elle qui n'était jamais sérieuse, devait pour ne pas qu'Aelle s'énerve encore plus rester sérieuse, ce qui, il fallait le dire était très difficile pour elle. Alors là Aelle donnait l'impression de tout faire pour la pousser et perdre tout sérieux. *L'aider ?*, Aelle donnait l'impression d'être une sorte de rebelle incomprise, une personne qui n'a jamais besoin des autres, qui peut tout faire par elle même. *Je dois vraiment arrêté de lire moi*

"Je ne comptais pas te déranger ou quoi que ce soit, tout ce que je voulais, c'était lire ce livre et si au passage, les profs et les élèves pourraient éviter de venir, à cause du Saule qui aurait subitement arrêter tout mouvement, ce serait super."

Lança-t-elle en montrant un ouvrage avancer sur l'histoire de la magie et en montrant les élèves qui s'amusait dans le parc et un des professeurs qui se promenait. *Pourquoi est-ce qu'elle veut absolument utiliser le passage le moins discret ?* Elle commença à se replonger dans son livre, quand tout d'un coup une chose fit tilte.

"Tu veux boire une bièreaubeurre ?"

Ça ne pouvait-être que ça, si les élèves avaient besoin d'une chose se trouvant à Préaulard, il leur suffisait de demander, à un élève plus âgés, mais la seule chose qu'un élève plus âgés ne pouvait faire, c'était ramener une bièreaubeurre pour les plus jeunes. Aelle était vraiment une fille surprenante. Aneline ne s'attendait pas à une réponse de sa camarade alors elle se replongea dans sa lecture et attaqua le chapitre sur Ginny Weasley Potter.

Ginevra Molly Potter (née Weasley) dite Ginny est le plus jeune enfant, ainsi que la seule fille, d'Arthur et Molly Weasley. Elle est aussi la première fille dans la famille Weasley depuis sept générations. Elle entre à Poudlard en 1992 dans la maison Gryffondor. Lors de sa première année, elle est possédée par le souvenir de Tom Jedusor conservé dans un journal intime. Elle est poursuiveuse et attrapeuse pour l'équipe de Quidditch de Gryffondor. Elle est également membre de l'armée de Dumbledore et participe à la bataille du Département des mystères, à la bataille de la tour d'astronomie et à la bataille de Poudlard.

Gryffondor
Deuxième année
Couleur : #852345

Approcher l'interdit à petits pas  Libre 

-Je ne savais pas que c'était toi, j'allais seulement lire, quelqu'un risquait de se faire punir, je voulais juste prévenir cette personne, que ce soit toi ou une autre. En plus il y a réellement d'autres passage qui te permettront d'aller jusqu'à Préaulard et sans danger, c'était écrit dans un livre d'histoire...

Elle m'avait sorti ça d'une voix uni, sans colère et sans moquerie, comme si elle souhaitait juste réellement m'expliquer son intention. Je ne m'étais pas cependant pas retourner et je continuais à partir vers le Saule avec ma branche, je n'avais pas tellement envie de m'énerver encore contre quelqu'un, même si je l'avais déjà fait. Je ne savais pas comment avoir de relations sans avoir un comportement désagréable, je n'appréciais pas trop l'image de moi que me renvoyait ces nouvelles rencontres.
La phrase que je lui lançais ensuite eu l'effet de l'amuser, son visage exprimait ce qu'elle semblait ressentir, et ce n'était pas autre chose que de l'amusement. Même si je me sentais encore plus mal, je ne pouvais pas lui en vouloir, je devais avoir l'air ridicule.


-Je ne comptais pas te déranger ou quoi que ce soit, tout ce que je voulais, c'était lire ce livre et si au passage, les profs et les élèves pourraient éviter de venir, à cause du Saule qui aurait subitement arrêter tout mouvement, ce serait super.

Hum... Evidemment qu'elle ne cherchait pas à m'aider ou qu'elle n'était pas venu me parler parce que c'était moi. Le sentiment de déception qui m'envahit m'étonnait. Je lui avais jeté que je ne voulais pas d'aide (alors qu'elle ne m'avait rien dit) et maintenant j'aurais souhaité qu'elle me la propose ? Je ne me comprennais pas moi même. C'est pour ça qu'en général j'évitais toutes relations sociales, je n'aimais finalement pas apprendre de nouvelles choses sur moi. Je me rendais alors compte que j'étais bien loin de l'image de la gentille Aelle que mes frères et ma famille avait de moi. Ils ne me connaissaient absolument pas. Pourquoi avais-je cette impression que les quelques personnes que je rencontrais jusque là me connaissaient mieux que ma propre famille ? Je pensais alors que j'avais agressé toutes les personnes avec qui j'avais parlé à Poudlard depuis ma rentrée. Je n'avais eu aucune conversation agréable, je n'avais pas ressentit une seule fois qu'une personne appréciait me parler. Et cette Aneline qui s'était à nouveau plongé dans son livre me laissait le même impression. Peut-être que je devrais me calmer ? Je n'avais même pas conscience d'être différente d'avant, alors pourquoi je me posais ces questions ?

Aneline me regarda soudainement, semblant comprendre quelque chose. Je n'avais même pas fait attention au fait qu'elle se soit plongé dans ses réflexions.

-Tu veux boire une Bièreaubeurre ?


Et elle se replongea dans son bouquin. Je la regardais. Ma branche complètement oublié, je pris conscience du fait que je l'avais laissé tomber. Je la regardais, pensive... Aneline n'avait pas l'air intéressé par ma réponse, mais si elle avait posé la question, c'est bien parce-qu'elle souhaitait que je lui réponde, non ? Je me tournais vers le Saule Cogneur, ne sachant que faire. Je laissais passer les secondes. Qui s'éternisèrent en minutes alors que je me demandais si je devais toujours essayer d'aller à Près-au-Lard maintenant que la Gryffondor m'avait parlé. Je savais combien il était important d'avoir son moment de calme lorsqu'on voulait lire, j'étais exactement comme elle. Je ne voulais donc pas la déranger dans sa lecture, mais si cela signifiait abandonner mon projet. Sans me retourner, je lui dit alors d'une voix absente :

-Je n'en ai jamais bu. 30% des jeunes sorciers de 14 ans ayant déjà bu une bièreaubeurre l'ont fait en cachette de leur parents ou tuteur.

*Suffoque*

Approcher l'interdit à petits pas  Libre 

-Je n'en ai jamais bu. 30% des jeunes sorciers de 14 ans ayant déjà bu une bièreaubeurre l'ont fait en cachette de leur parents ou tuteur.

Aneline releva la tête d'un air surpris en entendant la voix d'Aelle, elle ne s'attendait vraiment pas à ce que cette dernière lui réponde, après tout elle avait l'air de sincèrement détesté la détesté.

"Désolé je ne pensais pas que tu me répondrais, tu me déteste, d'ailleurs je ne sais pas vraiment pourquoi, enfin, bon je comprend ton envie d'aller à Préaulard, moi même je n'attend que ça !"

Elle avait parler calmement, en regardant la jeune fille droit dans les yeux, plus le temps passait et plus Aelle lui rappelait Iris. Elles avaient le même comportement. Elle ne le montrait pas mais le comportement de la Poufsouffle lui faisait mal, même si avec le temps la Gryffondor avait prit l'habitude d'être rejeter, de ne pas avoir d'ami, ça la blessait, surtout qu'à Poudlard, tout le monde était pareil. Elle pensait que se serait différent, dans le monde moldu les enfants la rejetait parce qu'elle était différente d'eux, mais ici Aelle la rejetait sans raison, pourtant elles étaient toutes les deux des sorcières.

"Désolé, si j'ai fais ou dit quelque chose qui t'aurais blesser, ce n'était pas dans mes intentions"

Aneline était triste, mais elle ne laissais rien paraître sur son visage, seul, peut-être ses yeux auraient pu la trahir, ses yeux tellement expressif, qui laissait passer le moindre sentiment, la moindre émotions que la jeune fille ressentait. Elle fixa une nouvelle fois la première année en espérant une réponse. Cependant, cette dernière ne semblait pas être décider à lui donner, Line reprit alors son livre et fit semblant de lire en croisant les doigts pour que sa camarade lui réponde, qu'elle lui explique, tout simplement. La vie à Poudlard était finalement beaucoup plus dur que ce qu'on lui avait fait croire, les problèmes étaient toujours là, ils étaient même pires qu'avant, mais elle devait rester forte, elle devait le faire pour son père, il aurait tellement voulu que sa fille reste forte, qu'elle reste joyeuse et qu'elle ne se laisse pas aller à la tristesse. Aneline ravala ses larmes et attendit une réponse en regardant une nouvelle fois Aelle.

Gryffondor
Deuxième année
Couleur : #852345

Approcher l'interdit à petits pas  Libre 

-Désolé je ne pensais pas que tu me répondrais, tu me déteste, d'ailleurs je ne sais pas vraiment pourquoi, enfin, bon je comprend ton envie d'aller à Préaulard, moi même je n'attend que ça !

Je me retournais en entendant sa phrase et je remarquais qu'elle avait relevé sa tête, un air surpris sur le visage. Elle avait parlé calmement et me regardait maintenant dans les yeux, semblant tout de même ailleurs, comme plongé dans ses pensées. Elle pensait que je la détestait... Elle avait dit ça sur un tout si calme, comme si cela ne l'atteignait pas. Je sentais une boule gonfler dans ma gorge, m'empêchant de parler, ou de répondre. J'avais comme l'impression d'avoir blessé cette jeune fille sans le comprendre. Elle qui m'avait semblait si joyeuse, si pleine de vie, je la voyais maintenant me regarder sans rien dire, son visage inexpressif me laissant mal à l'aise...

-Désolé, si j'ai fais ou dit quelque chose qui t'aurais blesser, ce n'était pas dans mes intentions.

Je ne m'étais jamais senti aussi mal. Sauf peut-être il y a quelques jours, quand j'avais réfléchi à ma rencontre avec mon camarade de Poufsouffle, Léon, et que je m'étais rendu compte de mon comportement horrible... J'étais habitué à celle qui était victime des autres, à subir les moqueries et les insultes. Pourquoi les mots d'Aneline me donnaient-ils soudainement l'impression que les rôles avaient changés ? Que j'étais celle qui faisait du mal ?
Il se passait des choses étranges dans les beaux yeux de la Gryffondor. En les regardant dans le but de comprendre, je me rendis compte qu'ils avaient une belle couleur vert-noisettes. Je pensais un instant à la couleur des feuilles de noisetier... Je ne comprenais pas les sentiments qui semblaient secouer la jeune fille, elle me fixait du regard, comme si elle attendait quelque chose. Je ne pouvais pas lui répondre, j'en était incapable... Alors elle baissa la tête, et j'eu l'impression qu'elle le faisait car elle n'avait pas eu de réponse. Je me sentais mal à rester là, à la regarder. J'hésitais à partir... Il m'était insupportable de rester ainsi en face d'elle, j'avais l'impression de me recevoir en pleine face un côté jusqu'ici inconnu de ma propre personnalité. Je reculais d'un pas hésitant. J'ouvrais la bouche... Et la refermais...
Aneline leva alors le regard vers moi, la belle couleur de ses yeux était légèrement plus... Plus trouble. Allait-elle pleurer ? J'écarquillais les yeux, sentant mon souffle se bloquer dans ma gorge... Je devais parler, je devais absolument parler.
*Aelle, elle croit que tu la déteste, tu dois lui dire que non !*, pourquoi je me souciais d'elle ? Pourquoi l'idée qu'on puisse m'imaginer... Méchante me chamboulait autant ? Parce que les seuls sentiments qu'on ne m'avait jamais attribué en dehors de ma famille était teinté de neutralité, au pire d'ignorance.
Je secouais la tête en regardant la Gryffondor, les mots ayant du mal à passer mes lèvres...


-Je... J'avais parlé d'une voix étranglé. Je ne te déteste pas...

Allait-elle comprendre mon ton horrifié ?

-Je suis... Je suis... Je n'arrive pas à... Je détournais les yeux, ne sachant pas lui expliquer la complexité de mon comportement. Honteuse, je laissais le silence s'étirer...

*Suffoque*

Approcher l'interdit à petits pas  Libre 

-Je... Je ne te déteste pas..., répondit-elle d'une voix étrangler.

Aneline était plutôt surprise d'entendre ça de la bouche de sa camarade, elle donnait pourtant l'air de la détestée, voir même de la haïr; elle n'avait pas prononcer un mot la dernière fois qu'elle c'était croisé, elle la regardait même avec colère, ce n'était comme même pas sa faute si la seule place libre était celle de sa table. Aneline avait voulu aller la voir pour s'excuser, c'est vrai qu'elle avait peut-être pousser le bouchon un peu trop loin, mais en aucun cas elle ne voulait blesser ou énerver quelqu'un.

-Je suis... Je suis... Je n'arrive pas à...

Aelle arrêta de parler et tourna la tête comme si elle avait honte. Cependant, ne voulant pas laisser sa chance passer Aneline intervint à son tour d'un ton calme.

"Désolé... pour l'autre jour en étude"


Elle avait préféré s'excuser après tout lorsqu'elle était petite et qu'elle faisait une bêtise, ou bien lorsqu'elle mettait une personne en colère, son grand frère lui disait toujours d'aller s'excuser, alors pour une fois elle suivit les conseils de celui qui l'avait en quelque sorte élevé. Elle c'était excuser volontairement, pour la première fois. Elle voulait en savoir un peu plus sur Aelle, pour mieux la comprendre mais elle avait peur que cette dernière la rejette encore plus, alors doucement, elle posa sont livre, se mis en tailleur sur son rocher et regarda la jeune fille qui lui faisait face, elle lui fit un sourire timide avant de demander.

"Tu ... tu préfères qu'elle matière ? Personnellement j'ai une passion pour l’Histoire de la Magie !"

Au début, elle avait été hésitante mais en parlant de l'histoire de la magie, elle n'avait pas pu s'empêcher d'utiliser un ton enjouer, ni de prendre son livre. Elle aimait tellement cette matière sans même réellement savoir pourquoi. La plupart de ses amis n'aimait pas cette matière, ils comptais même l'abandonnés au profit des nouvelles matières, mais elle non, elle voulait continuer, c'est pour cette raison qu'elle s'éloignait souvent des autres pour pouvoir lire, en apprendre encore plus sur leur histoire, elle voulait en connaître un maximum sur ce qui avait fait du monde d'aujourd'hui ce qu'il était. Une fois de plus Aelle ne semblait pas vouloir lui répondre elle préféra donc prendre toute les mesures nécessaire, et c'est donc avec un peu de tristesse dans la voix qu'elle repris la parole.

"Je suis désolé de t'embêter avec mes questions, je vais te laisser tranquille..."

Gryffondor
Deuxième année
Couleur : #852345

Approcher l'interdit à petits pas  Libre 

-Désolé... pour l'autre jour en étude.

Je la regardais subitement. Jamais je n'aurai pensé qu'elle s'excuserait. Je la voyais mal se sentir coupable, elle qui était venu si naturellement nous voir, qui nous avait dit si naturellement ces choses. Et qui s'était si naturellement immiscé dans mes affaires. Je grimaçais en essayant d'ignorer mes pensées. Je savais que j'avais du mal à pardonner une personne qui franchissait une de mes limites, même si ces dernières étaient très strictes... Tout ce qui me touchait de l'intérieur, mes sentiments, mes peurs, ma famille, tout cela ne devait pas se frayer un chemin vers l'extérieur... Cependant, ces excuses me touchèrent, pour une raison qui m'était alors inconnu. Je ne savais si elle était vraiment elle-même aujourd'hui, et si je pouvais lui faire confiance. Je ne savais même pas pourquoi je me posais cette question, ce n'est pas comme si je devais lui confier ma vie...
M'étonnant, elle posait son livre et se mis en tailleur sur son rocher en me regardant. Je me fis la réflexion que ce rocher lui allait très bien. Peut-être qu'elle venait souvent.
Son sourire me ramena à la réalité. Il était tellement timide que je failli en être attendrit. En voilà, une émotion que je connaissais.



-Tu ... tu préfères qu'elle matière ? Personnellement j'ai une passion pour l’Histoire de la Magie !


Changement de sujet... Très bien, je ne m'en étonnait guère, j'étais habitué à faire de même. Elle avait choisit une très bonne manière de passer à autre chose. Après m'avoir posé cette question, je la vis attraper son livre presque inconsciemment, et je ne pus empêcher un léger sourire d'atteindre mes lèvres. Si le début de sa phrase avait été hésitante, j'observais avec passion son visage prendre une teinte enjoué lorsqu'elle parla d'Histoire de la Magie. Curieuse, je me demandais quel livre pouvait tant la passionner, et je m'approchais doucement d'elle. Je gardais un comportement craintif, de peur qu'elle ne me cris soudainement de m'en aller. Je m'arrêtais à quelques pas d'elle, lorsque le livre me devint familier. Les histoires de la Dernière Guerre, je les connaissais par cœur, tout comme ses héros.
Je restais songeuse, en fait j'avais un peu oublié sa question, j'étais perdu dans mes pensées, perdu dans ce que je voulais... Si sa voix me parut lointaine au départ, elle résonna dans mon crane lorsque la signification de ses mots atteint mon cerveau.


-Je suis désolé de t'embêter avec mes questions, je vais te laisser tranquille... Chuchota-t-elle avec, semble-t-il, un soupçon de tristesse dans la voix.

-NON ! Je criais violemment.

Je la regardais avec effroi, soudainement effrayé qu'elle s'en aille. Je me sentis légèrement rougir.

-Je... Non, ne t'en va pas... Tu ne m'ennuie pas, j'avais juste oublié de répondre.

Je grimaçais au même moment que je prononçais ces mots. Pour une fois, je me rendais compte qu'ils pouvaient être vexant, et je ne voulais pas rendre les choses encore plus dures qu'elles ne l'étaient déjà. Je ne pris même pas le temps de réfléchir à mes mots, de peur qu'elle pense que je refusais de lui répondre.

-J'aime toutes les matières, tout les sujets m'intéressent. L'histoire de la magie reste cependant un de mes sujets favoris, ainsi que les Potions et les Créatures magiques. Heureusement que toi et moi ne sommes pas nés au temps de Dumbledore, nous aurions été très déçu de ne connaître que les Révolutions Gobelines...

J'avais dis ces mots d'une traite. J'espérais qu'elle ait compris ma plaisanterie qui n'en était d'ailleurs pas spécialement une. Mais elle se disait passionné d'Histoire de la Magie, et je la croyais, alors je me doutais bien qu'elle pourrait comprendre. N'osant pas affronter son regard, je me tourner pour regarder le Saule Cogneur, au loin. Sous l'effet d'une pulsion soudaine, j'ouvris mon sac et en sorti mon édition de l'Histoire de la Magie Moderne. Je le posais près de la Gryffondor pour qu'elle en voit le titre. Je m'asseyais dans l'herbe grasse, le regard toujours tourné vers le Saule.

*Suffoque*

Approcher l'interdit à petits pas  Libre 

-NON !

Aneline sursauta en entendant Aelle crier, sur ce coup la jeune fille l'avait vraiment prise de court.

-Je... Non, ne t'en va pas... Tu ne m'ennuie pas, j'avais juste oublié de répondre.

Elle attendit patiemment que sa camarade aille au bout de son développement, elle commençait tout juste à lui parler gentiment *Gentiment ?* Aelle la surprenait vraiment un peu plus de minute en minute c'était réellement étonnant.

-J'aime toutes les matières, tout les sujets m'intéressent. L'histoire de la magie reste cependant un de mes sujets favoris, ainsi que les Potions et les Créatures magiques. Heureusement que toi et moi ne sommes pas nés au temps de Dumbledore, nous aurions été très déçu de ne connaître que les Révolutions Gobelines...

Elle ne put s'empêcher de rire de bon cœur en entendant la dernière phrase de sa camarade. C'était vrai, elle même y avait déjà penser, plusieurs fois elle avait regretter de ne pas avoir vécu à l'époque du grand Albus Dumbledore, mais il ne fallait pas oublier qu'à cette époque, un fantôme enseignait l'histoire de la magie et qu'il n'avait pas pour réputation d'être très intéressant, et étudier les Révolutions Gobelines n'était mais alors pas du tout la chose la plus intéressante à apprendre. Reprenant, son calme elle vit Aelle ouvrir son sac et en sortir une édition de l'Histoire de la Magie Moderne, elle le reconnaissait facilement, ce n'était pas très compliquer, quand ce même livre ne vous quittais jamais. Elle vit ensuite s'asseoir dos à elle la tête tourner vers le Saule.

"L'Histoire de la Magie Moderne ! Ce livre ne me quitte quasiment pas !"


Sans le vouloir Aneline avait repris un ton enjouer, elle ne pouvait pas s'en empêcher, quand quelque chose touchait à sa matière préféré, elle était toute suite totalement plonger dans son univers, rien d'autre ne comptait. Elle ne voulait pas déranger Aelle avec ses histoires, qui pour elle était des plus passionnante sur l'Histoire de la Magie, alors pour raconter une chose plus intéressante en sachant qu'Aelle avait voulu se rendre à Préaulard, Aneline se baissa un peu et en chuchotant elle lui confia.

"Je ne sais pas si tu les sais mais ... Sur le chemin de Traverse ... Il y a cette boutique, celle qui porte le nom d'une famille célèbre de la guerre, Weasley Farces et Attrapes ! Tu devrais y faire un tour pour acheter leur carte... Elle est inspiré de celle des fameux Maraudeur.... Tu auras beaucoup plus de chance pour quitter le château"


Elle même comptait aller acheter cette fameuse carte, cependant son compte ne lui permettait pas de l'acheter dans l'immédiat, elle attendait donc d'avoir assez d'argent pour avoir la chance d'acheter ce fabuleux objet crée par des célébrités du monde de la magie. Elle était vraiment impatiente, comme Aelle, elle avait voulu tenter le passage sous le Saule mais son frère lui avait déconseiller, c'était assez dangereux et il existait plusieurs autres passages pour s'y rendre. Elle avait donc préféré suivre les conseils de son frère et chercher les autres passages.

Gryffondor
Deuxième année
Couleur : #852345

Approcher l'interdit à petits pas  Libre 

Elle éclata de rire lorsque je lui parlais des révoltes Gobelines, et je ne pus m'empêcher de me sentir heureuse qu'elle ait quitté cet état de tristesse. Je savais que j'étais en parti responsable de son chagrin, et je détestais faire du mal aux gens. Sauf quand je pensais qu'ils le méritaient, bien sur. Et même si je n'avais pas apprécié ce qu'Aneline m'avait dit dans la Salle d'Etude il y a quelques jours, je savais qu'elle n'avait pas voulu être méchante. Cette fois-ci j'avais été moins rancunière, je lui avais pardonné plus vite que ce que j'aurais pensé. Il faut dire que les personnes que j'avais rencontré à Poudlard étaient les première personnes aimables m'adressant la parole, j'avais été drôlement surprise d'ailleurs.

J'étais dos à elle, en train d'observer le paysage qui se profilait sous mes yeux lorsqu'elle me parla.

-L'Histoire de la Magie Moderne ! Ce livre ne me quitte quasiment pas !

Je me retournais vers elle, surprise. Elle avait repris un ton enjoué, il semblait que l'Histoire la passionnait réellement. Je lui sourit doucement, heureuse de rencontrer quelqu'un qui partageait l'une de mes passions. J'aurais tellement de choses à dire sur ce livre, mais je ne souhaitais pas assommer la Gryffondor avec mes paroles.Et je ne savais que rajouter suite à sa phrase, alors je me contentais de me taire. Je me tournais juste, histoire de ne plus lui tourner le dos et d'être assise en face d'elle. Je rangea mon livre à l'abri dans mon sac.

-Je ne sais pas si tu le sais mais... Sur le chemin de Traverse... Il y a cette boutique, celle qui porte le nom d'une famille célèbre de la guerre, Weasley Farces et Attrapes ! Tu devrais y faire un tour pour acheter leur carte... Elle est inspiré de celle des fameux Maraudeur... Tu auras beaucoup plus de chance pour quitter le château.

Son ton conspirateur, tisonna ma curiosité à grande vitesse. Les Weasley était une famille très intéressante et presque tout ses membres principaux avaient eu un rôle dans la guerre... Il n'y avait qu'à voir les deux benjamins, Ginevra et Ronald. Les Maraudeurs m'étaient aussi familiers, mais je ne savais pas que leur carte avait inspiré les fameux Jumeaux !

-Je ne savais pas pour la carte...

J'avais parlé d'une voix timide, n'osant pas trop parler. Je me retrouvais rapidement à court de phrase en général, lorsque je parlais avec des personnes que je ne connaissais peu, cela m'intimidait énormément. Mais je savais que je devais rajouter une phrase, et je voulais lui faire part de mon intérêt, j'appréciais le fait qu'elle me donne ce tuyau.

-Je te remercie... J'aimerai me la procurer. Tu penses que je pourrais aller à Prés-au-Lard avec cette carte ?
Je regardais le Saule avec déception. J'aurais aimé passer par là...

*Suffoque*

Approcher l'interdit à petits pas  Libre 

Aelle se retourna vers elle avec un air surpris avant de lui offrir un faible sourire au quel Aneline répondit, la première année se tourna pour lui faire face et rangea son livre, pendant un instant elle crue que sa camarade allait s'en aller mais une fois de plus sa camarade la surprit en lui répondant.

"Je ne savais pas pour la carte..."

Elle avait répondu d'une voix timide qu'Aneline ne lui connaissait pas, cependant, au lieu de s'arrêter, la jeune Poufsouffle continua de parler.

"Je te remercie... J'aimerai me la procurer. Tu penses que je pourrais aller à Prés-au-Lard avec cette carte ? J'aurais aimé passer par là..."

Elle écouta attentivement la jeune fille qui parlait avec un ton de déception qui se confirma avec la fin de sa phrase, elle la comprenait, elle aussi avait déjà rêver d'utiliser le passage du saule, elle n'attendait qu'une seule chose se rendre dans ce fameux village dont tout le monde parlait mais malheureusement, il lui manquait encore de l'argent pour se la procurer. Elle sortit précipitamment de ses pensées ne voulant pas faire attendre sa camarade.


"Excuse-moi je réfléchissais, la carte est faite dans ce but, mon frère s'en ai déjà servit pour s'y rendre, malheureusement je n'ai jamais pu avoir la chance de l’utiliser à mon tour..."

En effet, son frère n'avait jamais eu l'occasion de lui donner, un jour alors qu'il se promenait sur le chemin de Traverse, une personne lui avait voler, suite à ça il n'en avait jamais racheter et Aneline n'avait plus d'autre choix que d'attendre d'avoir assez d'argent pour l'acheter à son tour.

"Je te comprend tu sais, moi aussi j'aimerais utiliser ce passage ..."

Elle avait préféré être sincère avec sa camarade, après tout elle ne voyait aucune raison de lui mentir, cela ne lui aurait servit à rien et en plus de ça, elle ne voulait pas perdre le peu de conversation qui c'était installer entre les deux élèves. Aelle lui semblait être une personne très secrète, qui se cachait derrière un masque pour ne pas être atteint par les autres, pour ne pas souffrir, peut-être que grâce à Poudlard, la jeune fille s'ouvrirait plus, peut-être qu'elle arrivera à faire confiance aux autres. Après tout dans cette école les élèves étaient tous égaux, il n'y avait pas autant de moquerie que dans les écoles moldus et ici chacun pouvait être ce qu'il voulait.

Gryffondor
Deuxième année
Couleur : #852345

Approcher l'interdit à petits pas  Libre 

La Gryffondor semblait être dans ces pensées, car elle s'excusa rapidement de m'avoir quasiment oublié :

-Excuse-moi je réfléchissais, la carte est faite dans ce but, mon frère s'en ai déjà servit pour s'y rendre, malheureusement je n'ai jamais pu avoir la chance de l’utiliser à mon tour...

Peut-être que je pourrais économiser afin de me rendre à Près-au-Lard plus facilement... Mais en même temps, je voulais passer par le Saule Cogneur aussi pour pouvoir l'observer. Je tournais légèrement la tête pour le regarder s'agiter. Pourquoi cet arbre remuait tant ? Quel était cet espèce d'arbre, par ailleurs ! C'était une question que je ne m'étais étrangement pas posé auparavant, et qui m'occupait à présent tout l'esprit. J'avais une monstrueuse envie de m'enfuir en courant pour aller à la bibliothèque faire des recherches. Mais voilà un bel inconvénient de la communication avec les autres selon moi : devoir faire des choses que l'on ne souhaite pas. Oh, j'aurais pu partir sans demander mon reste et je l'aurais fait habituellement, mais cette jeune fille s'était montré aimable avec moi, entre autre, et je me sentais mal à l'idée de partir. Mal pour elle ? Non, mal pour moi. J'avais assez été victime de moquerie pour craindre que cela ne se reproduise ici. Et cela serait le cas si j'agissais étrangement, en m'éclipsant sans la moindre raison à la première idée me traversant l'esprit. Et Merlin seul savait que cela arrivait souvent.
Alors je soufflais discrètement, essayant de cacher mes joues devenant rouge sous ma gêne. Je n'osais ni partir, ni rester, et ma motivation à maintenir une conversation s'était dorénavant envolé. Je jouais avec l'herbe sur laquelle j'étais assise, dans le désir de m'occuper dans ce silence qui était pesant pour moi.

C'est vrai qu'elle m'avait parlé, peut-être que je devrais lui répondre ? Je n'avais rien à dire, alors je parlais sans phrase pré-construite :

-Ne t'excuse pas. Les réflexions c'est comme si on remplissait notre esprit. Un Moldu a dit "Chacun doit aménager son esprit comme on meuble une maison".

La phrase n'était même pas finit, mais je ne me rappelais pas de la fin. Ce n'était pas important. D'où est-ce que je sortais cette citation, moi ? Sûrement d'un bouquin que j'avais lu dans la librairie de Papa, lorsque je déambulais sans but et que je choisissais un livre en fermant les yeux. Je me donnais alors le but de le lire en entier, peu importe le sujet, la langue, l'origine.

*Suffoque*

Approcher l'interdit à petits pas  Libre 

Aneline aimait beaucoup discuter avec la jeune fille, cette dernière avait une vision de la vie et des choses plutôt intéressante. La Gryffondor ne regrettait pas d'être sortit aujourd'hui. Elle espérait vraiment qu'un de ces jours, elle puisse elle aussi emprunter les passages secrets mais pour cela il lui fallait se procurer la fameuse carte des Maraudeur. Elle reporta son regard sur sa camarade, les deux jeunes filles c'était rencontrer quelques jours au par avant et après leurs rencontre jamais Aneline n'aurait pu imaginer qu'elles avaient autant de point commun, ni il fallait bien l'avouer que la jeune Poufsouffle accepte de lui parler. Après tout Kaya et elle l'avaient un peu embêter dans la grande salle. La deuxième regarda l'heure et constata avec stupeur qu'il était tard.

"Je vais devoir te laisser"
, lança-t-elle timidement, elle n'avait pas vraiment envie de partir mais elle avait promis à une amie de l'aider pour un devoir, "J'espère qu'on pourra se revoir et pourquoi pas s'organiser une petite fugue par les passages secrets", rigola-t-elle.

Elle se leva et commença à ramasser ses affaires. Elle espérait sincèrement qu'Aelle accepterait de la revoir après tout on ne pouvait pas connaitre son destin et Aneline avait envie d'en apprendre plus sur la jeune fille, elles avaient surement beaucoup d'autres points communs que cette folle envie d'utiliser les fameux passages secrets de cette école. Terminant de récupérer ses affaire la deuxième année, salua sa camarade avant de quitter le rocher pour rejoindre le château.



Reducio
Terminer pour moi :)

Gryffondor
Deuxième année
Couleur : #852345

Approcher l'interdit à petits pas  Libre 

Le silence ne s’étirait pas comme lors de ces moments extrêmement long et gênant. Non, les bruits de la nature emplissaient l’espace, le vent voletait agréablement dans nos cheveux. Le moment était agréable. Pourtant, à l’intérieur de moi montait un sentiment inexplicable. Je baissais les yeux sur les brins d’herbe que j’avais arraché, puis les relevais pour regarder le saule. Je répétais le même schéma inlassablement, à la recherche d’un point d’ancrage sur lequel fixer mon regard, dans l’espoir vain d’oublier que je ne saurais que dire si la Gryffondor me parlait à nouveau. Et étrangement, je me sentais bizarre. Je n’avais pas la sensation d’être comme les autres enfants. Pourtant, j’appréciais d’être ici avec cette fille, malgré nos début houleux. Mais maintenant qu’il n’y avait plus de colère entre nous, la peur de me retrouver sans mots prenait le dessus. C’était toujours ainsi lorsque je restais plus que quelques minutes avec des inconnus. Au départ, les banalités me permettaient de m’en sortir, mais lorsque la conversation s’engageait réellement, je ne savais plus que faire.
Timidement, je jetais un regard à la Rouge et Or. Me vint alors à l’esprit un questionnement : comment auraient réagi mes frères ? Mieux, sûrement, aucun d'entre eux n’avait de difficulté à l’oral. Contrairement à moi. Je soupirais discrètement.


Le sentiment de gêne me donnait chaud, c’était désagréable. Alors que je me pris à espérer que la fille prenne la parole, elle réalisa mon souhait. Elle regarda sa montre et me dit qu’elle devait y aller. A ces mots, je me redressais subitement. J’avais apprécié mon temps avec elle, mais l’idée de ne plus être soumise à cette pression sociale faisait s’envoler mon coeur dans ma poitrine. Je me sentais mal de me réjouir de son départ, mais ce sentiment était bien plus réconfortant que les derniers que je venais de ressentir.
Toute à ma joie, je ne remarquais pas qu’elle m’avait déjà tourné le dos. Je savais qu’elle m’avait dit quelque chose mais je n’avais pas entendu. Prise d’un étrange sentiment d’urgence, je me relevais difficilement sur mes jambes et dis d’une voix vive, espérant qu’elle m’entende :

- Bonne journée et…

Je m’interrompis brutalement, la bouche entre-ouverte, n’osant pas en dire plus. Devant moi, la fille s’éloignait lentement mais sûrement, abandonnant son rocher sans remord. En la regardant partir, je me demandais ce qu’il se serait passé si je lui avais proposé de nous revoir. Est-ce que ça aurait été de la simple politesse ou un réel souhait ? Je ne le saurais jamais.

Baissant le regard, je remarquais gisant à mes pieds la branche que j’avais tiré jusqu’ici. Pensive, je me demandais que faire. L’idée d’aller à Pré-au-Lard en passant par le Saule Cogneur ne me tentait plus. Alors, abandonnant moi aussi ma branche, je me mis lentement en route. Je pris la direction de l’arrière du château. J’étais curieuse de voir ce qu’il y avait là-bas. Au fur et à mesure de ma marche, je sentais ma bonne humeur revenir. Je souriais doucement en observant curieusement ce qui m’entourait, appréciant cette simple marche, chose inhabituelle chez moi.

*Suffoque*