Parc

Inscription
Connexion

Rencontre boueuse  PV Yuzu Ame 

C'était en ce mois de novembre que la jeune Poufsouffle décida d'aller étudier dans le parc. Elle s'était habillée chaudement pour ne pas risquer de tomber malade. Il faisait froid et humide, mais l'ambiance du parc était à son avantage surtout que seuls quelques élèves y étaient présents. C'était l'endroit où Cléo se sentait le mieux, avec le chant des oiseaux, les rayons du soleil qui éclaircissaient ses cheveux blonds, et le vent léger frôlant l'herbe bien verte. Dans les différents élèves éparpillés en ce lieu, elle aperçu une jeune élève de Gryffondor. Elle aussi était seule, mais la jeune fille ne savait comment l'aborder. En plus de ça, elle devait se dépêcher de ranger ce qu'elle avait sorti pour son cours qui allait commencer dans une dizaine de minutes.

Après un moment de solitude, la blondinette s'entreprit de quitter le parc et d'assister à son cours qui allait suivre. Elle se débarrassa des peluches qui étaient accrochées à son pull, ajusta sa jupette noire et enfila son écharpe. Elle se devait de déguerpir de ce lieu en raison du froid qui lui avait causé des frissons. Après avoir rassemblé ses affaires, la jeune Poufsouffle se dirigea vers l'intérieur quand soudain :

« Qu'est-ce que... ? »

L'esprit frappeur de Poudlard était lui aussi présent dans le parc, non pas pour distraire les élèves, mais pour leur faire une blague. Il est le plus célèbre et le plus perturbateur de l'école. Cléo en avait déjà entendu parler, mais elle n'en a jamais fait trop attention, mais l'ennui peut parfois attirer à commettre de mauvaises actions. La fillette avait la peau du visage rouge écarlate. Elle ne savait que dire, que faire, simplement se remettre à l'esprit pour comprendre qui avait bien pu lui faire ça. Elle n'avait vu personne, entendu aucun bruit. Elle repéra Peeves grâce à son rire moqueur, qui n'avait aucune compassion pour elle. C'était la première fois qu'elle avait été aussi ridicule en public. Pourquoi elle ? Elle n'avait rien fait pour que cet esprit frappeur vienne la déranger. Elle essaya donc de se défaire de cette honte, en se mettant de dos pour qu'aucun de ses camarades ne puissent se moquer d'elle en l'apercevant. Si ça se trouve, eux aussi vont être la prochaine victime de Peeves. Elle espéra ne pas être la seule à vivre cette contrainte. Etant donné qu'elle était assez réservée comme fille, elle commença à stresser mais sortit de sa poche un mouchoir, qui allait tout simplement nettoyer son visage, mais pas complètement.

Si l'on devait décrire son physique à présent, Cléo avait une jupette brune, son écharpe était couverte de boue, ainsi que son pull. Sa tenue était passée d'une couleur jaune et noire à une couleur brunâtre et qui sentait fort. Elle était écœurée par ce qui venait de se passer mais elle ne pouvait rien faire. Cela semblait difficile de se venger contre un fantôme.

Cléo avisa la situation quand elle devra aller à son cours, et elle prévit d'avoir du retard pour nettoyer sa tenue dont elle avait pris soin depuis le début de la journée. Ce début d'après-midi n'allait pas être de tout repos pour la Poufsouffle.

~ Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe ! ~

Rencontre boueuse  PV Yuzu Ame 

Même par un temps des plus maussade Yuzu avait décidée de sortir dans le parc pour s’aérer l'esprit. Elle était seule sur la pelouse assise sur une couverture qu'elle avait dépliée afin d’éviter de se salir. Le parc était calme, et la japonaise profitait de chaque instants en repensant tantôt au cours de la veille tantôt a ce temps automnal qui n’arrêtait pas de changer. Il pouvait y avoir un ciel bleu dégagé et en l'espace d'une seule heure se retrouver avec une pluie plus ou moins forte sous les chants des crapauds, et les bottes pleine de boue. La fillette ne faisait rien de spécial et fidèle a elle même, elle était la, juste ici, calme et froide. Elle était loin de se douter qu'elle serait exposée a une farce boueuse de l'esprit frappeur le plus mesquin de Poudlard. Ainsi, la rouge enfin du moins ce que l'on pouvait savoir d'elle car elle était loin de suivre l'uniforme imposée. Sa cravate était noir au lieu d’être rouge, et son blason était celui de l’école. Pour le reste elle avait bien évidement sa jupe et son chemisier mais rien de distinctif qui pourrait donner une information sur sa maison. La fillette sorti une baguette réglisse mais n’eut aucunement le temps de la savourer.

En l'espace de quelques secondes a peine, Yuzu était couverte de boue, son bâton de réglisse plein de terre, ainsi qu'un fantôme qui riait au éclat après avoir réitérer sa blague que celui ci avait fait un peu plus tôt sur une autre élève. Yuzu ne bougea pas d'une semelle, se contenant intérieurement pour pas faire de scandale. Mais honnêtement que pouvait t'elle faire contre un fantôme si ce n'est l'ignorer complétement en lui montrant que celle ci ne rentrerait aucunement dans son jeu enfantin. Stoïque comme le marbre Yuzu, se releva en prenant bien le temps pour ranger ses affaires. Une fois la couverture dans son sac elle se mis en direction du château, son visage sans expression, pas même un soupçon de colère pouvait être perçût dans le comportement de la japonaise, ni même de la honte, du dégout ou de la déception. Elle passa a coter de l'élève qui avait était la victime de Peeves a peine plus tôt. Elle la regarda en laissant échapper un léger mouvement de tête en guise de soutient dans son épreuve qu'elle partageait.

Code couleur : #469277
*Picasso 2017, Peeves 2017, Gryffondor et élève du mois de Janvier 2018*
Ma lumière divine vous aveuglera tous !

Rencontre boueuse  PV Yuzu Ame 

Cette journée fut mouvementée après que l'esprit frappeur de Poudlard ait chahuté une autre élève, celle assise à quelques mètres de Cléo. Elle était d'un genre mystérieux et avait réagi de la même manière que Cléo, sans abasourdir son entourage. Seules ces deux jeunes élèves avaient été victimes de ce chahut.

La brume se déposait sur la verdure du parc, des feuilles voltigeaient des arbres. L'automne se sentait, tout le monde portait leurs écharpes, leurs gros manteaux, leurs bonnets. Cette saison n'était pas la préférée de la jeune fille, mais elle adorait l'ambiance. Dessiner et étudier en observant le lac aux reflets brillants du soleil était pour elle une grande inspiration et une motivation. Le paysage était beau, le ciel était bleu, presque gris, aucun signe de mauvais temps. Elle se sentait triste de devoir déjà quitter cet endroit pour aller en cours, même si elle devait aller se débarbouiller de toutes les saletés que Peeves lui avait commises.

Elle eurent toutes les deux un air gêné, mais étaient soulagées de na pas être seules dans cette situation. Cela amenait donc la jeune Poufsouffle à rentrer en contact avec la jeune Gryffondor. Elle s'approcha d'elle doucement, ayant confiance en elle.

« Ah bah j'suis pas la seule. »


Couverte de boue, des pieds à la tête, la Gryffondor se retourna vivement pour se tenir face à face avec Cléo qu'elle n'avait pas entendu arriver. Elle en rigolait à moitié. Voyant sa camarade comme ça, c'était drôle à voir mais elle se rendait compte qu'elle avait été dans les mêmes conditions. Des ricanements se faisaient entendre au bout du parc. Un groupe d'élèves s'approchaient à grands pas pour venir observer le ravage qui s'était produit. Certains élèves comme des amies de Cléo, avaient éprouver de la compassion envers les deux jeunes filles. D'autres comme des garçons que Cléo n'avait jamais osé côtoyé par manque d'assurance et parce qu'ils ne leur étaient pas intéressant, venaient admirer le spectacle. Il est vrai que cet attroupement d'élève n'étais pas invisible, mais pour la blondinette, cela était un manque de respect, surtout s'ils venaient pour plaisanter. Elle leur lança un regard noir, indiquant qu'ils devaient filer. Quelques-uns avaient déjà déguerpit tandis que d'autres ne s'en précipita pas pour rejoindre leur prochain cours. Cléo osa même hausser la voix pour dire qu'il n'y avait rien à voir.

Oui, cette journée avait bien commencé, elle semblera longue aux yeux de Cléo, mais il y a un point positif, elle aura fait la connaissance d'une nouvelle élève.

~ Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe ! ~

Rencontre boueuse  PV Yuzu Ame 

Yuzu s'était arretée a un endroit du parc quand elle fut interpeller par une camarade de poufsouffle qui partageait son malheur.

« Ah bah j'suis pas la seule. »


Yuzu se retourna, dans un mouvement cyclique pour prendre connaissance de la voix qui avait était émise comme une vague sur la le sable de la plage. La japonaise était surprise de faire face à la fillette qu'elle avait saluer a peine plus tôt. un petit groupement de personne commença a affluer pour encercler les deux filles qui était couverte de boue, un peu comme un spectacle qui en satisfaisait certain tandis que d'autre éprouver un profond sentiment de compassion. Yuzu toujours inexpressive regarda toute les personne alternativement dans les yeux, elle se demandait pourquoi ceux qui semblaient éprouver un minimum d'empathie restait la sans bouger. Il suffisait pour eux de ne pas adhérer a ce mouvement de foule, mais la Japonaise finit par passer sur ce détails qui l'interpelait. Du mouvement commençait à se créer, les plus pressés accouraient pour rejoindre leurs salle de classe. Un élève intrigua la jeune Gryffone et plongea ses yeux dans les siens, l'air stricte et sérieux que Yuzu avait sur son visage avait prit le dessus sur son inexpressivité et sa froideur Automnal. Elle se mis a marcher dans sa direction, elle put lire, plusieurs expression passer sur son visage, d'abord de la gêne, puis de la moquerie pour finir par laisser place a de la méfiance voir même de la peur. Le jeune garçon en menait moins large devant ses amis quand celui ci se retrouva avec un genoux dans la boue et un bras immobilisé par une clef. La japonaise n'avait pas utilisé ça depuis longtemps mais, cette situation était trop pour elle. La gryffone se pencha lentement a l'oreille du Serdaigle tandis qu'elle était dans son dos. Cette petite intervention eu l'effet escompter au vue de la vitesse a laquelle ou le jeune garçon avait rejoint le château une fois libéré.

Yuzu souffla en en baissant la tête avant d'ajouter a l'attention d'elle même
"tsss ridicule, les crapauds ça marche toujours" après un léger temps de réflexion, et un regard sur les bottes d'un élève qui passait d'un pas pressé par un retard flagrant, la japonaise se tourna vers la Poufsouffle, et se mit en marche calmement vers elle. Elle se présenta formellement et lui proposa de ne pas rester dans l'humidité d'un temps aussi maussade. Yuzu lui soumis l'idée d'aller se changer et de laver les vêtements avant que la boue ne s’empreigne trop dans les fibres du textile. Puis elle pourrait toujours boire un chocolat chaud, une de ses amies de gryffondor avait eu le même cours la veille et l'idée de se poser dans la grande salle avec une boisson chaude et des baguettes réglisse, serait amplement mérité après l’épreuve commune qu'elles avaient traversées.

Code couleur : #469277
*Picasso 2017, Peeves 2017, Gryffondor et élève du mois de Janvier 2018*
Ma lumière divine vous aveuglera tous !

Rencontre boueuse  PV Yuzu Ame 

Après un bref moment de rassemblement des élèves, chacun se mit à partir pour assister à son cours habituel. Cléo hésitait à se dépêcher, donc à courir dès maintenant, sans se préoccuper de sa tenue ni de sa camarade, ou tout simplement passer son cours de métamorphose, qui la passionnait tellement, pour se débarbouiller de la boue qui avait pris l'emprise de sa tenue jaune et noire. Le temps était morose, beaucoup d'élève n'avait pas le sourire, ils se préoccupaient des vacances de Noël qui approcha à grands pas. Pour dépenser quelques minutes, ou carrément tout une heure de cours, Cléo aborda la jeune Gryffondor, histoire de se faire une nouvelle rencontre, ou même une nouvelle amie.

Malgré le temps qu'elles s'étaient confiées pour réaliser le bazar produit par Peeves, les deux jeunes filles n'avaient même pas pris le temps de faire connaissance, pas même de connaître leur nom.

« Moi c'est Cléo, tu veux pas qu'on aille se nettoyer en même temps ? »

Le parc se tenait maintenait pratiquement vide après le déluge d'élèves qui s'étaient installé autour des deux jeunes filles. En y repensant, la blondinette était déçue des comportements de certains élèves, à en croire même qu'ils allaient le raconter à tout le monde. Elle ne voulait surtout pas passer dans la gazette, ni même que chaque élève aille la questionner à propos de la mauvaise vanne de l'esprit frappeur le plus malin de cette école. C'était tout de même assez drôle, mais quand cela est arrivé à sa propre personne, Cléo n'en riait pas, elle était même énervée.

En attendant la réponse de sa camarde de première année, Cléo observa les alentours. Elle balayait du regard l'horizon, l'eau du lac était bleuâtre, couleur fonçée, les arbres perdaient leurs feuilles au fur et à mesure des jours, le ciel était gris, la pluie approchait, il fallait donc se dépêcher de rentrer à l'intérieur. Comme la boue était froide et qu'elle commençait à sécher sur ses vêtements, son écharpe ne lui tint plus vraiment chaud.

Cette période de l'année allait bientôt s'achever, les vacances approchaient de plus en plus, Cléo comptait les jours car elle une grande hâte de retrouver ses parents mais d'un autre côté, elle voulait rester dans le monde magique de Poudlard. Elle avait aussi une grande hâte de passer en deuxième année qui était pour elle difficile. Tout a changé depuis l'année dernière, mais elle le supportait. C'était une chance inouïe d'être rentrée ici. Chaque jour elle pensait à ses proches. Elle ne s'était jamais séparée aussi longtemps de ses parents, de sa famille mais elle voyait tout de même sa vie avec lucidité à présent.

~ Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe ! ~

Rencontre boueuse  PV Yuzu Ame 

Devant l'air maussade de la saison automnal il était intéressant de constater comment les événements pouvaient très vite tourner à quelques chose d'inattendu. Yuzu observa les élèves partir pour rejoindre leur cours. Elle ne pouvait pas s'empêcher de regarder les bottes que portaient les élèves, un peu comme si c'était habituel dans ce pays. Il fallait bien avouer que les crapauds n'était pas du tout la tasse de thé de la japonaise, elle avait beaucoup de mal avec ces petites bestioles. Alors que la brume commençait à recouvrir le parc Yuzu fut extraite de ses pensées par Cleo.

Enchantée, Yuzu Ame, je suis d'accord pour s'enlever tout ça
.

Yuzu jette un oeil à ses chaussettes qui étaient complètement trempée, la fillette fit un signe à sa camarade et se mis a suivre les empreintes incrustée dans la boue causé par la rencontré entre la pluie et la terre. C'était fabuleux comment un simple mélange de deux éléments distinct pouvait donner quelque chose de très intéressant. Ceci dit une chose était plus que claire Yuzu préférait et de loin l'hiver, le froid que la saison caractérisait, représentait pour le mieux la fillette issue du japon. Les flocons apaisait la fillette sans compter les igloos que son père lui fabriquait lorsque celle ci était plus jeune, les chocolats chaud de sa mere, le châle de sa tente anglaise et évidement le patin à glace. Énormément de souvenir revenait à l'esprit de la japonaise qui lui laissa échapper un souffle de fatigue. Le Japon commençait sincèrement à lui manquer. Ce soir elle enverrait une chouette à sa famille, oui mais pour leurs dire quoi ? Yuzu n'avait rien à leur dire, c'était pas le genre de petite fille a se confier. Dans un mouvement alors qu'elle marchait accompagné de sa camarade pour aller de nettoyer senti un bâton dans sa poche. Une baguette réglisse ? Pourquoi elle en avait autant dans les poche ses dernier temps alors que celle ci détestait ça ? Sûrement un coup de sa soeur pour lui faire une farce. Voilà un thème pour écrire une lettre, sa soeur... non c'était loin d'être une bonne idée. Et pourquoi pas quand les fillettes on fait du ski sur les pistes ou alors quand elle avait cherchée des truffes, non c'était ridicule, et la veille de la fois où elle et sa soeur avaient renversée leur cornet de glace sur la robe de leur mère ? Non définitivement non cela ne correspondait pas à Yuzu d'être aussi sentimental.

La Gryffone sans blason fut coupée dans ses pensées quand elle arriva avec Cleo devant les toilettes.


On y est...désolé je suis pas très bavarde mais n'hésite pas à parler si tu a envie je serais contente si on a un thème de discussion...

Lui dit elle avec son air habituel qui ne montrait aucune expression.

Code couleur : #469277
*Picasso 2017, Peeves 2017, Gryffondor et élève du mois de Janvier 2018*
Ma lumière divine vous aveuglera tous !

Rencontre boueuse  PV Yuzu Ame 

Plus personne ne rôdait dans les couloirs à l'heure de ce début d'après-midi. Seules les deux jeunes élèves étaient présentes. Cléo pensait à la fois où elle retournerait à son cours de métamorphose où elle se devra d'expliquer au professeur pourquoi elle était absente. C'était totalement absurde, mais ce malaise la tracassait. Elle essaya de trouver plusieurs excuses, mais ce n'était pas crédible. Si elle devait lui dire qu'elle était à l'infirmerie, ça n'aurait pas marché car elle y est allée il y a quelques jours et son professeur pourrait bien demander à l'infirmière. Non, il fallait trouver autre chose. C'était impossible pour elle d'avouer qu'elle a passé une heure aux toilettes pour se nettoyer à cause d'une mauvaise blague. Quiconque entendrait ça rigolerait, il valait mieux mentir même si c'était mal. La jeune Poufsouffle voulut penser à autre chose.

C'est alors que Yuzu et Cléo arrivèrent devant les toilettes des filles. Aucun bruit ne se faisait entendre, juste le soupir des demoiselles. Yuzu entama donc la conversation.

«On y est...désolé je suis pas très bavarde mais n'hésite pas à parler si tu a envie je serais contente si on a un thème de discussion... »

C'était assez perturbant qu'elles ne s'échangent aucun mot alors qu'elles ne se connaissent pas. Elles ont le moyen de communiquer seulement toutes les deux, c'est pour ça que Cléo lui répondit à son tour.

«Moi non plus j'suis pas trop bavarde... Sinon t'aimes bien Poudlard ? Tu t'es fait des amis ?»


C'était typiquement le sujet de deux élèves qui ne se connaissaient pas, mais la blondinette tenait à tout prix à lui parler ne serait-ce avec n'importe quel moyen. Elle espérait que la jeune Gryffondor aborde aussi la conversation sans répondre un « oui » ou un « non » ou même « je ne sais pas ». Cléo détestait ce genre de discussion, elle se sent un peu inintéressante quand un élève lui parle de cette façon. Elle aimait vraiment les détails, c'est d'ailleurs un de ses défauts d'être un peu trop curieuse, mais elle ne pouvait s'en empêcher. Elle ne parlait pas à énormément de personnes ici alors c'est bien l'occasion d'en savoir un peu plus sur cette jeune élève. Les deux jeunes filles entrèrent dans les toilettes et se débarbouillaient petit à petit. Elles utilisaient le plus de papiers possible qu'elles trouvait pour essuyer les traces de boue qui étaient dures à enlever. Elles frottaient avec énergie leur vêtements s'aidant d'un chiffon trouvé ici-même. Cléo avait chaud et tenait absolument à sortir d'ici avec élégance bien que c'est limite impossible. Elle craignait de croiser la route de Rusard, d'un préfet ou même d'un professeur dans les couloirs surtout si elle avouait pourquoi elle et une camarade se trouvaient ici car son histoire ne tenait pas la route. Elle paniquait, continuait à se nettoyer tout en jetant un œil à la porte en ne laissant dépasser qu'une moitié de son visage.

Un instant après, un bruit se faisait retentir tout près des cabinets. Une montée d'adrénaline envahissait Cléo, ne sachant pas quoi faire, elle regarda sa camarade en lui faisant un signe. A ce moment-là, elle était tout de même chanceuse de ne pas être seule à avoir subi la blague de Peeves.

~ Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe ! ~

Rencontre boueuse  PV Yuzu Ame 


«Moi non plus j'suis pas trop bavarde... Sinon t'aimes bien Poudlard ? Tu t'es fait des amis ?»


Parfait cette petite n'était pas bavarde non plus, ce qui laisserait probablement un silence appréciable pour la japonaise, enfin c'est ce qu'elle pensait avant que la jeune poufsouffle ne finisse sa phrase. Bonne question, est ce que Yuzu aimait Poudlard, la réponse était bien évidement non, pas du tout cette école voulait sa peau pour sur. Les pierres de l'architecture anglaise était loin d’être jolie ou esthétique. la seconde question Yuzu s’était faite des amis ? elle n'en savait trop rien, elle était trop solitaire pour réellement savoir, il y avait bien Charlie qui le montrait mais les autres ? Esmée possiblement, Kimiah éventuellement, et quelques autres connaissances a droite a gauche dans et hors de sa maison mais delà à les qualifier d'ami cela pourrait être de bonne compagnie si la japonaise n'était pas si solitaire. la réponse était donc oui mais les amis en question se comptaient sur les doigts d'une mains. bien que la relation entre Charlie et Yuzu soit terriblement compliquée Yuzu se sentait plus proche d'elle que de n'importe qui aussi paradoxale que cela puisse paraitre. Elle répondit a Cléo avec calme, sans lâcher son air froid et inexpressive, le tout avec la délicatesse japonaise.

"hum... Oui j'aime ...mais un peu" elle plongea son regard vers le plafond, puis fini sa phrase avec la seconde réponse "je suppose que oui... et toi comment tu trouve l’école ?"

le "un peu" voulait tout dire, mais cela serait comprit dans cette culture ? il en était fort a parier que non. Plus important sur ces bonnes paroles les deux fillette commençait a nettoyer leurs vêtements afin d'effacer toute trace de mauvaise blague de ce chère fantômes. Quelle idée de laisser des fantômes dans l'enceinte du château, encore ceux qui ne bronchaient pas, mais ceux qui s'amusaient de la souffrance des autres ? définitivement un mystère pour la japonaise qui se contenta de ne pas relever ce point. Il ne fallut pas longtemps pour qu'un bruit intrigant se fasse retentir près des toilettes ou les deux enfants se trouvaient. Alors que Cléo regardait Yuzu avec un regard plutôt perdu, trahissant un comportement qui ne savait pas faire fasse a une situation pour le moins ambiguë et légèrement anxiogène. La japonaise quant a elle resta très calme, arrêtant tout de même ses taches en cours, portant sa main a la ceinture prête a sortir sa baguette si nécessaire, mais aussi prête a esquiver toute sorte d'objet qu'un fantômes pourrait lancer pour faire une blagues ou encore tout agression venant de derrière. tout les sens en alerte elle fit signe a sa camarade de venir près d'elle. Restait plus qu'a savoir si c'était un délire issue de l'imagination des enfants ou si quelque chose se préparait bien a arriver.

Code couleur : #469277
*Picasso 2017, Peeves 2017, Gryffondor et élève du mois de Janvier 2018*
Ma lumière divine vous aveuglera tous !

Rencontre boueuse  PV Yuzu Ame 

La journée avait commencé par de bonnes blagues de bon matin au dortoir des filles, l'ambiance était agréable et c'était surtout pour cette caractéristique que Cléo adorait Poudlard. Elle s'était rapidement fait de bonnes copines, même si ce n'était pas de vraies amies. Elle recherchait la perle rare qui pourrait être sa confidente, celle qui ne la jugera jamais et avait qui elle aura toujours de quoi raconter. Ensuite se poursuivait un bon déjeuner dans la Grande Salle où tout le monde de l'école se retrouvait. C'était très convivial malgré certains élèves qui s'amusaient à jouer avec la nourriture et qui les projetaient sur autrui.


Les cours du matin se suivaient, le temps de midi était vite passé mais l'après-midi fut longue, même si ce n'était que le début. On pouvait croiser beaucoup d'élèves rôdant dans les couloirs en dehors des cours, des préfets, des professeurs ou même les célèbres fantômes mais pas aujourd'hui. L'atmosphère dans les couloirs n'était pas à son avantage. Aucun bruit, peu de lumière, les journées se raccourcissaient au fur et à mesure et les pièces devenaient sombres de plus en plus. Les deux jeunes filles apprenaient à se connaître, mais Cléo était mal à l'aise. Sa camarade qui se tenait devant elle parut assez froide, alors qu'elle n'avait rien à craindre. La jeune Poufsouffle voulait simplement discuter avec elle, mais il n'y avait aucune fusion entre elles, sûrement qu'elles devaient parler un peu plus et sur un autre sujet mais Yuzu répondit à la question et lui demanda de même. Cléo se demandait pourquoi cette jeune Gryffondor aimait de peu cette école. C'était une chance inouïe d'y être entrée, il fallait alors profiter au maximum et Cléo répondit à son tour.


« Bah oui, mais pourquoi tu n'aimes pas ? Si t'as dit « un peu » c'est que tu n'aimes pas, j'me trompe ? Si t'as des problèmes je suis là. »


Ça paraissait évident d'aimer Poudlard. Bon, après ce que les deux jeunes filles avaient vécu avec Peeves, c'était sûrement pas un bon point mais quand même, ce n'est pas n'importe quelle école ! C'est une école de magie, alors Cléo se devait de résonner sa camarade mais avant, elle se devait de se préparer à quelque chose qui l'avait perturbé. Ce fameux bruit ayant retentit dans le couloir était inconnu aux pensées des jeunes filles. Chacune était terrifiée, à l'idée que ce soit un professeur, un préfet ou même une créature. Yuzu avait sortit sa baguette magique au cas où un combat se montrait. Cléo ferma vite la porte d'un des cabinets et aperçu la porte s'entrouvrir, elle répliqua alors à Yuzu « Vite ! » afin qu'aucune d'elle ne soit blessée ou ne se fasse surprendre par un professeur, elles n'avaient en aucun cas envie de retirer des points à leurs maisons. Une sueur froide s'était installée en elles, en l'espace de quelques secondes elles allaient vivre une expérience qu'elles ne risqueraient jamais d'oublier.

Un bruit sourd se faisait entendre discrètement, Cléo observa à travers l'entrouverture de la porte du cabinet. Elle n'en crut pas ses yeux. Elle avait déjà subi une mauvaise blague par le fantôme farceur, mais là, c'en était trop.

~ Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe ! ~

Rencontre boueuse  PV Yuzu Ame 

Qui dit cours de potions dit sèche. En tout cas pour Elia. La demoiselle ne supportait pas cette matière. Autant le premier cours l’avait intéressé – c’était purement théorique aussi – autant les autres lui faisait penser à l’élaboration de recette de cuisine. Elle qui avait un blocage avec tout ce qui tournait autour de l’alimentation, voir des chaudrons allumés et devoir y incorporer des ingrédients pour en sortir une mixture, lui rappelait que trop bien une assiette de nourriture. Rien qu’en y repensant un frisson parcouru son dos.

Bref, le cours séché, Elia cherchait une idée pour mettre à profit ce temps libre. Lire un bouquin ? trop facile, pas intéressant. Trainer dans le château ? mouais pourquoi faire. Trouver une blague débile à jouer à un étudiant se trouvant dans les environs ? Ah ben là ça devenait intéressant. Passant sa baguette entre ses doigts tout en réfléchissant dans un recoin du château, elle finit par se décider de lancer un petit Aguamenti sur un serpentard qui passait par là. Un sourire amusé se dessina sur son visage. Malheureusement pour elle, lorsqu’elle prononça la formule, elle émit un bâillement faisant échouer son sort et plus précisément le retournant contre elle. Trempée de la tête aux pieds, elle se mit à courir avec son sac sur l’épaule à travers le couloir pour s’éloigner le plus possible de sa victime qui rigolait à pleins poumons de la situation. Elle songeait à rejoindre les toilettes les plus proches et se poser contre un radiateur à attendre que ses vêtements redeviennent secs.

S’approchant en courant de son objectif, Elia se marcha sur le pied et fini sa course en tombant et s’assommant la tête contre la porte des toilettes des filles. Elle qui voulait être discrète pour pas attirer les préfets dans le coin, ben là, si personne ne venait, elle avait de la chance. Se redressant, elle passa sa main sur sa bouche et s’aperçue qu’elle saignait de la lèvre. Elle s’était certainement mordue la lèvre dans sa chute. Décidément cette journée, elle s’en rappellerait. Regardant autour d’elle et soupirant doucement, elle ouvrit la porte pour entrer dans ce lieu où elle espérait avoir la paix.

C’est donc recouverte de saleté qui trainait sur le sol du couloir, ainsi que la lèvre en sang et vêtements et cheveux pleins d’eau que la gamine entra dans les sanitaires des filles. Refermant la porte derrière elle, elle ferma les yeux un bref instant avant de poser son regard sur l’ensemble de la pièce.


Y a… - elle se racla la gorge – Y a quelqu’un ?

D’une voix peu assurée et frigorifiée, elle continuait d’observer autour d’elle et enleva sa cape ainsi que son écharpe afin de recouvrir le radiateur avec pour les faire sécher. Après cela, elle se tourna vers la pièce et se colla à son tour contre la source de chaleur. Elle qui raffolait de la solitude, n’était à priori pas seule dans ces lieux puisqu’une fille sortie d’un cabinet en courant et quitta les lieux sans prendre le temps de la saluer.

Ça fait toujours plaisirelle grimaça et arqua un sourcilje fais si peur que ça ?

Elle se dirigea vers un miroir situé au-dessus des robinets et rigola doucement rien qu’en regardant sa tête. Un troll serait plus présentable qu’elle. Puis, elle se retourna et penchant la tête sur le côté et souriant en regardant celle qui se trouvait encore dans le cabinet que la furie rouge venait de quitter.


Tu sais que les wc normalement c’est fait pour une seule personne à la fois ? - un peu d’humour avant de dévisager la jaune qui avait un peu de boue sur elle et reprendre son sérieuxQu’est-ce qui t’es arrivée ? t’as pas cours ?... ho, je m’appelle Elia au fait.

La gamine retourna vers le radiateur pour se réchauffer, sans quitter des yeux celle qui se trouvait aussi dans ce lieu. En règle générale, Elia était une gamine timide qui avait du mal à aller vers les autres. Mais là, l’autre étudiante l’intriguait trop ce qui lui faisait oublier sa timidité
.

Rencontre boueuse  PV Yuzu Ame 

Une dizaine de minutes s'était passées depuis que les deux jeunes filles étaient entrées dans les toilettes et avaient entendu un bruit sourd venir du couloir. Elles auraient toutes les deux apprécier que l'une d'elle dise à l'autre que c'était son imagination, ou encore que des élèves chahutaient dans le couloir, mais ce n'était pas le cas. Elles l'avaient entendu toutes les deux et se mirent à couvert dans un cabinet. Ayant été plus proches que jamais, Cléo et Yuzu étaient collées l'une à l'autre et tentèrent d'observer ce qui avait pu causer cette seconde frayeur. Elles avaient toutes les deux été la victime de Peeves et avaient du faire recours aux toilettes des filles plutôt qu'à leurs cours habituels. Décidément, cette journée n'était pas de tout repos. Un bruit répétitif se faisait entendre non loin d'elles, et ce bruit se mit à être plus bruyant qu'autre chose. Et si c'était un préfet, ou même le directeur ? Les deux jeunes filles chuchotaient pour tenter de trouver une solution, mais il était trop tard puisque la porte venait de s'ouvrir pour laisser place à une jeune fille de Gryffondor à en croire à sa cravate rouge. Elle avait les lèvres en sang et les habits sales comme si elle aussi avait été victime de l'esprit frappeur de Poudlard. Soudain, elle se mit à parler avec une voix rauque.

« Y'a... Y'a quelqu'un ? »


Ouf ! La Poufsouffle accompagnée de la jeune Gryffondor n'avaient eu peur pour pas grand chose. C'était simplement une jeune fille innocente qui a du se faire mal ou se faire embêter par un de ses camarade, ou alors Peeves. D'un seul coup, sans prendre la peine de réfléchir, Yuzu parti, sans aucune raison et sans répondre à Cléo de pourquoi elle n'aimait pas autant Poudlard que tous les autres élèves. Alors ça, c'était de la lâcheté à grand prix ! Elle n'avait pas pris le temps de saluer ou même de s'excuser face à la demoiselle qui était entrée par surprise dans les toilettes des filles. Décidément, Cléo pensait que la jeune Gryffondor avait qui elle avait passé du temps pendant un bref instant n'était pas aussi agréable qu'elle le pensait. La brunette avait donc pris un ton des plus stupéfait.

« Ca fait toujours plaisir, je fais si peur que ça ? »


C'était sans doute la nervosité mais Cléo avait ricané dans son coin, sans prendre attention à ce que celle-ci l'entende. Elle était à présent seule dans le cabinet, toujours la porte entrouverte avec l'idée de sortir. Cette situation était une des plus désagraéble, elle n'allait pas sortir d'un coup et faire Tadaaah pour ensuite avoir la honte et subir un silence dans la pièce. Elle n'allait pas non plus rester éternellement dans un cabinet si étroit alors qu'elle pourrait être installée confortablement à la bibliothèque ou encore dans le petit salon de Poufsouffle. Elle se demandait aussi ce que Yuzu en aurait pensé si elle ne s'était pas précipitée honteusement pour laisser sa camarade toute seule. Elle était sans doute perturbée par cette journée qu'elle en a eu marre mais bon, ce n'était pas une raison, elle aurait tout de même pu prévenir ! C'en était de trop une fois de plus, alors la jeune blondinette prit confiance et ouvrit doucement la porte des cabinets. Elle se tenait juste en face de sa nouvelle camarade aux longs cheveux bruns et ses vêtements tachés, quand celle-ci lui fit une remarque.

« Qu'est-ce qui t'es arrivée ? T'as pas cours ?... Ho, je m'appelle Elia au fait. »


Ah, voilà ce que Cléo attendait, qu'elle s'excuse et non qu'elle méprise comme elle venait de le faire avant. Elle s'approcha alors d'elle et lui répondit.

« Nan mais en fait on pensait que.. Enfin la fille qu'est partie c'est.. Enfin bref, moi c'est Cléo et bah moi j'me suis fait embêter par Peeves donc j'suis pas en cours, j'dois me nettoyer et toi ? Quelqu'un t'a embêté parce que t'as du sang sur tes lèvres.. ! »

Après qu'elle ait bafouillé sans donner fin à ce qu'elle voulait dire, elle prit aussi du temps pour se présenter. Elle n'avait pas osé dire qu'elle avait eu une frayeur à cause d'elle, cela semblait stupide et un peu farfelu sauf si le moment se présentait. Les deux jeunes filles avaient alors en commun le fait qu'elles soient toutes les deux mises à l'épreuve de nettoyer leurs tenues. Cette journée aura été comblée d'émotion, entre la surprise, la frayeur, le soulagement et la déception, Cléo en avait pas fini et sentait son cœur battre à toute vitesse. C'était sans doute le stress mais elle prit conscience qu'il y avait beaucoup plus grave au sein de cette école, et elle laissa place à un sourire au coin de ses lèvres.

~ Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe ! ~

Rencontre boueuse  PV Yuzu Ame 

Légèrement irritée par le comportement de sa camarade rouge qui avait pris la fuite face à son entrée dans les toilettes, Elia se dirigea vers le miroir. Persuadée d’avoir entendu un léger rire émaner du cabinet d’où venait de sortir la furie, elle plissa légèrement les yeux en regardant vers ce premier. Elle s’aperçue qu’une autre personne se trouvait encore à l’intérieur. Elia se permis un brin d’humour en regardant la jaune sortir de son antre. Puis elle la dévisagea de la tête aux pieds. A priori, la jeune fille avait aussi passé une sale journée.

Arquant un sourcil après avoir repris son air sérieux, Elia lui demanda pour quelles raisons elle se trouvait ici alors que les cours avaient repris. Puis elle soupira en l’entendant s’excuser pour l’autre rouge qui n’était qu’en fait une froussarde – déduction d’Elia. Elle observa Cléo qui paraissait bien mal à l’aise face à elle. Pourtant Elia n’était pas bien grande, et sa carrure bien trop fine et frêle pour mettre mal à l’aise. Elle secoua la tête pour se sortir ses pensées de sa petite tête et écouta avec attention Cléo lui parler de Peeves. Ce sale esprit frappeur, toujours à chercher de nouvelles victimes. Elia ne le supportait pas. Elle avait l’impression de revivre les blagues de ses camarades de primaire lorsque Peeves s’amusait à la tourmenter. Du coup, elle passait du temps à la bibliothèque. Non pas pour étudier, mais pour chercher une idée toujours plus saugrenue que la précédente pour se venger de cet esprit minable. Sourire aux lèvres, elle fixa sa camarade dans les yeux.


T’as pas à t’excuser pour elle vas. Puis t’as vu ma tête ? ça se comprend qu’elle soit partie si vite. Elia tentait de calmer par l’humour la jaune, qui semblait mal à l’aise.et pour Peeves laisse tomber. Un jour quelqu’un lui lancera de l’eau à la figure et il disparaitra. Bon débarra.

Eludant dans un premier temps la suite des paroles de Cléo, Elia tira sur sa chemise afin d’évaluer toujours plus les dégâts. Bon, elle n’était pas si répugnante que ça et puis, franchement, elle serait allée à son cours de potions, les dégâts auraient été plus importants – en faisant exploser un chaudron comment voulez-vous sortir propre de cours ? Elle releva la tête, toujours avec ce sourire chaleureux dessiné sur son visage enfin décidée à répondre à la blonde.

Disons que je vois le cours que je rate… euh… comme une option. – inutile de s’attarder plus sur le sujet – me faire embêter ? Ho pas aujourd’hui non. C’est plutôt moi… enfin… ouais bon bref. Je me suis cassée la figure sur la porte en arrivant et je me suis ouverte la lèvre. ca saigne toujours ?

Elle cherchait ses mots et puis, inutile de rentrer dans les détails et de passer pour un tyran de serpentard dès la première discussion. D’autant plus que ce n’était pas le cas. La brune aimait juste jouer des tours à ses camarades lorsqu’elle n’avait pas envie d’ouvrir un bouquin ou de solitude. Elle se dirigea une nouvelle fois vers le miroir au-dessus des robinets, sortie un mouchoir trempé de sa poche et s’essuya la lèvre avec. Sans quitter son reflet des yeux elle reprit.

C’est long à cicatriser les lèvres. Mais ça va t’inquiète, ça pique un peu... un peu beaucoup même.

Non vraiment, elle qui avait peur de se retrouver toute timide et penaude face à d’autres jeunes dans cette école, se sentait finalement à son aise. Enfin, tant qu’on ne la questionnait pas sur sa vie passée. Frigorifiée Elia s’empressa de retourner près de son radiateur.

Dis, Cléo donc. Tu connaitrais pas un sort pour nous enlever toute cette crasse ou un de chaleur ? elle pencha une nouvelle fois la tête sur le côtéet tu es en quelle année au fait. On est en novembre et j’ai jamais vu ta bouille en cours…

Elle finit sa phrase d’une voix à peine audible, réfléchissant si oui ou non Cléo se trouvait dans sa promotion. Non, elle ne l’avait jamais vu. Et de toute façon, elle n’était pas trop du genre à observer ses camarades en cours. Au contraire, elle s’en éloignait préférant le silence de la solitude. Mais bon, en ce moment même elle se trouvait avec de la compagnie et n'avait pas envie d'écourter sa discussion. Bien au contraire, Cléo l'intriguait au point que sa légère timidité avait finit au placard laissant ressortir la gamine franche qu'elle était.

Rencontre boueuse  PV Yuzu Ame 

C'était le matin que Cléo avait entrepris les choses qu'elle devait faire obligatoirement aujourd'hui. Tout d'abord, elle s'était consacrée un peu plus de temps que d'habitude pour choisir sa tenue classique mais élégante. Elle s'était ensuite versée de l'eau sur le visage pour ne pas paraître aussi fatiguée qu'elle en avait l'air réellement et s'était coiffée longuement et doucement les cheveux. Ils n'avaient pas beaucoup poussé depuis quelques mois, car oui, la jeune blondinette réfléchissait et avait une idée dans la tête, se laisser pousser les cheveux au fur et à mesure de sa scolarité à Poudlard. Elle le pense peut-être, mais ne sait pas si elle va véritablement le faire. Enfin bref, cette journée se devait d'être conforme à ce qu'avait prévu Cléo, mais ce n'était pas le cas. Elle avait aussi entrepris de participer en classe, chose rare depuis le début de sa scolarité en général. Peeves fut maladroit là-dessus, il s'en est pris à une élève qui n'avait personne à qui se plaindre, qui était plutôt réservée et qui, surtout, avait un caractère irritable quand quiconque l'embêtait. Alors aujourd'hui, c'était une des journées qui l'avait agacée le plus. Elle ne s'attendait pas à rencontrer une, même deux personnes, dans la même journée même si l'une d'elles avait dépassé les bornes. Elle avait laissé sa camarade seule dans les toilettes, sans même lui dire un simple au revoir.


Cette autre jeune fille qui se tenait devant elle était très à l'aise suite à cette situation. Il fallait dire qu'après ce qu'elle aussi avait traversé, ses genoux écorchés et sa lèvres en sang, elle se devait de parler à quelqu'un. Elia était une jeune fille brune qui n'avait pas peur d'être au contact des gens. Elle semblait fragile, mais était une fille qui ne manquait pas de tact. Elle faisait passer de l'humour à droite et à gauche pour tenter d'apaiser l'atmosphère qui planait dans les toilettes des filles. Cléo rigolait aux blagues de sa camarade, et ce n'était que le début. La brunette avait demandé à la jeune fille si sa lèvre saignait toujours. La réponse était oui que Cléo affirma d'un hochement de tête. Elle a du vraiment se faire mal pour en arriver jusque là. C'est après deux minutes, le temps qu'il fallait à Elia de se nettoyer la lèvre, que celle-ci demanda à la Poufsouffle si un sort existait pour faire enlever la crasse qui était présente sur les tenues des deux jeunes filles car oui, Cléo n'avait pas réussi complètement à enlever la boue qui s'était infiltrée dans le tissu de ses vêtements. Elle réfléchissait, se rappela de ses cours de sortilèges et de ce qu'elle avait pu lire dans ses bouquins, quand tout à coup, une illumination lui vint.


« Mais oui ! J'suis bête, pourquoi j'y ai pas pensé avant ? Je connais le sortilège de Récurage, mais par contre, je sais plus le mouvement qu'il faut faire... »


Heureusement que son professeur ne l'entendait pas, des points en moins de Poufsouffle auraient fait mal à sa maison ! Elle se rappelait de ce cours, les élèves étaient bruyants à cette heure-là, personne ne s'écoutait et le professeur avait eu un air de blasé. Cléo plaignait les professeurs, entre les garçons qui papotaient sans cesse et les filles qui faisait un bazar pas possible, ils ne s'en sortaient plus. Bien heureusement, l'heure de cours que les jeunes filles venaient de rater leur faisait du bien. Elles n'avaient pas à endurer la cacophonie qui s'était sûrement installée à ce moment-même. Elles faisaient chacune quelques commentaires, signe d'épuisement. Peut-être que ce soir, Cléo allait prévoir sa journée du lendemain et ses éventualités. Le point positif d'aujourd'hui fut sa rencontre avec cette jeune Gryffondor avait qui elle passait un moment bien agréable. La compagnie était quelque chose d'essentiel dans la vie, il ne fallait donc rater aucune occasion quand celle-ci se présentait.

~ Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe ! ~

Rencontre boueuse  PV Yuzu Ame 

Le froid, la saleté… décidément, Elia en avait marre d’être dans cet état. Cependant, elle estimait que malgré ces aléas, elle avait bien fait de sécher le cours de potion. Déjà, elle ne s’était pas faite prendre et donc elle n’écoperait pas d’un punition – rien qu’à cette idée, un sourire triomphant se dessina sur son visage. Ensuite, elle avait rencontré Cléo, qui d’après le vêtement sale qu’elle portait était de poufsouffle. Après avoir tenté de mettre à l’aise celle qui se trouvait face à elle, Elia alla se débarbouiller le visage et enlever le liquide rougeâtre qui coulait le long de son menton. Franchement, on ne l’y reprendra plus à courir trempée dans les couloirs. Avec sa maladresse, ce n’était pas spécialement une bonne idée.

Accoudée au lavabo, Elia sourit gentiment à sa camarade avant de grelotter légèrement. Le froid et l’humidité commençait à traverser ses vêtements. Observant la crasse sur la blonde, Elia lui demanda si elle ne connaissait pas un sort pour rendre descend leurs uniformes. Quand la seconde année commença à parler du sort de récurage, Elia se sentie sauvé. Mais c’est lorsque la blonde finit par avouer qu’elle ne se souvenait pas du mouvement, qu’Elia soupira de désespoir
.

Faut écouter en classe tu sais ?

Dissimulant un rire, Elia n’eut pouvait être sérieuse à cette idée. Gamine discrète en classe, elle ne pouvait néanmoins s’empêcher de rêvasser jusqu’en oublier qu’elle avait cours. Du coup, ben les sortilèges, tout ça tout ça, elle les travaillait plus dans son coin qu’en classe. Histoire de se remettre à niveau. Mais passons. Elles allaient devoir nettoyer leurs uniformes façon moldu ou se promener pleine de crasse dans le château le temps de retourner se changer dans leurs dortoirs respectif. Pendant que Cléo semblait réfléchir à son sort, Elia se saisit d’une éponge qui trainait non loin du lavabo et la lança à Cléo.

Attrape ! j’pense qu’en attendant que le sort te revienne, on va devoir utiliser la méthode de mamie moldu. Je n’ai pas encore vu le sort dont tu parles. Je peux pas t’aider plus donc, et je m’y risquerai pas. Imagine on met le feu à nos uniformes…

Non, elle ne pouvait pas risquer mettre le feu. Encore, les uniformes ça se changeait. Il n’était pas rare de voir des étudiants vêtements troués à cause d’un sort ou d’une expérience ratée – trainer dans le château. Mais disons que ce qui embêtait Elia c’était d’attirer l’attention. Pour sûr, un échec et un feu dans les toilettes ferait rappliquer le concierge ou un préfet qui n’avait pas cours.

Si tu veux, je t’aiderai à te venger de Peeves. Ça occupera mon temps libre quand je n’ai pas de livre sur les dragons à lire.

Un clin d’œil, une proposition d’alliance. Oui, c’était une manière pour la première année de sympathiser. De dire à sa camarade qu’elle lui portait de l’intérêt. Futures potes de galère ? et pourquoi pas… à voir.

Rencontre boueuse  PV Yuzu Ame 

En repensant à l'écoulement de cette matinée, Cléo avait perdu sa bonne humeur et sa tranquillité qui s'était installée de si bon matin, dès qu'elle s'était levée, chose rare de toute son existence. Elle avait horreur de se lever si tôt le matin pour aller en cours et s'ennuyer du début à la fin. Mais l'année dernière et ce début de deuxième année s’annonçaient convainquant pour la jeune blondinette. Durant sa vie de moldu, elle ne prenait jamais de temps pour se pomponner comme elle le faisait aujourd'hui. Elle ne prenait pas le temps de se brosser longuement les cheveux et de les embellir comme jamais, sa mère les lui coiffait seulement le matin à la va-vite pour ne pas perdre de temps, elle ne voulait surtout pas arriver en retard à son travail. Sa vie avait beaucoup changé, que ce soit au niveau du travail ou même du moral. Elle se sentait à l'aise au fur et à mesure des semaines qui passaient à Poudlard.

Quoi qu'il en soit, elle devait penser à autre chose qu'à sa vie d'avant de moldu, et réfléchir à comment s'enlever les tâches qui s'étaient incrustées dans le tissu de ses vêtements, accompagnée de sa camarade Elia. Cette jeune fille semblait autoritaire à l'entente de sa forte voix. Elle n'avait pas l'air méchante, mais ni trop gentille. C'est après que Cléo lui ait donné l'idée de lancer un sortilège mais par malheur, qu'elle avait oublié comment l'on s'en servait, que celle-ci se permettait de lui ordonner d'écouter en classe. Cette remarque avait plutôt frustré Cléo qui, elle, était l'une des plus sérieuse de sa classe, elle avait eu d'ailleurs eu une assez bonne note à son dernier contrôle de potions. Après s'être faite « réprimander » par une jeune Première Année, Cléo s'était permise de lui dire.


« C'est pas mon problème si t'es tombée par terre. »


Hargnieusement, la petite Poufsouffle avait décidé, elle aussi, d'être directe avec sa camarade. Si elle a absolument besoin de se débarbouiller, elle n'a qu'à réfléchir par sa propre pensée ! Elle n'allait tout de même pas se faire rabaisser par une plus jeune qu'elle tout de même ! Elle devait lui prouver qu'elle n'était pas si timide que ça, mais après quelques secondes de réflexion, Cléo s'était rendue compte que Elia n'avait sans doute pas fait exprès de sortir cette remarque, assez décevante de sa part même si cette jeune fille semblait plus agréable que celle qu'elle avait rencontrée une heure avant.

Après avoir attendu que l'ambiance assez froide ait rodée dans la salle, Cléo prit la peine de répondre à la gentillesse demande de sa camarade, qui l'avait surprise après ce qu'elle lui avait riposté. Se venger de Peeves ? Mais en voilà une bonne idée ! Elle s'était réjouie que sa camarade de Gryffondor lui ait faite une telle demande car oui, elle-même ne lui aurait jamais demandé, c'était assez déplacé. Il fallait alors se décider quand, où et comment elles allaient s'y prendre pour l'humilier à son tour. C'était un fantôme, alors c'était pas évident de trouver directement une solution !

Brièvement, Cléo passa sa main dans ses cheveux blonds comme les blés. Elle soupirait à l'idée de devoir retourner auprès de ses camarades de classe. Elle s'imaginait déjà les questions auxquelles elle devra répondre par "Je ne me sentais pas bien", histoire de ne pas se faire humilier en leur racontant toute la vérité.

~ Le souffle des Poufsouffle jamais ne s'étouffe ! ~