Parc

Inscription
Connexion

Surgi du passé  PV 

Elyn sentit la caresse du soleil la brûler. Elle se passa une main dans les cheveux et soupira. *Quelle chaleur ! C'est pas possible...* Elle sortit un élastique et empoigna d'une main sa longue chevelure à la couleur si singulière, puis la regroupa en une queue de cheval. Quelques mèches en dépassaient en ondulant dans le vent tiède. Elle leva les yeux, puis les baissa aussitôt, éblouie par le soleil éclatant de lumière. Elle mit une main en visière et contempla le ciel. Pas un nuage, si ce n'étaient que quelques strilles pâles qui zébraient le bleu infini.

"Coucou ! Tu es nouvelle ? Bienvenue à Gryffondor !"
Une jeune fille d'environ quinze ans regardait Elyn en souriant.
"Tu sais, si tu es un peu perdue, tu peut prendre des repères ! Devant le portail dans le Parc, aujourd'hui, vers 15 heures, il y a des deuxièmes années qui sont à la disposition des nouveaux."


Elyn soupira à nouveau. *Bon, alors... Ils sont où, ces fameux deuxièmes années ?*
Son regard balaya le Parc.
Elle vit enfin le portail. C'était une grande porte de métal impressionnante un peu rouillée avec le temps. En bas, il y avait en effet des dizaines de personnes, plus ou moins grands, et à peu près tous en duo. Elyn s'approcha d'eux, et chercha du regard une personne de libre. Ah tiens, il y en avait une ! Ah... ah non, c'était un première année, elle l'avait déjà croisé une fois ou deux. Elle soupira une énième fois, puis elle vit enfin une personne seule, adossée contre un barreau. C'était un garçon. Grand, brun, les yeux perdus dans le vide, les bras croisés, semblant s'ennuyer. Quand elle le vit, Elyn sursauta. Des milliers de pensées la traversèrent en même temps, dans un éclair soudain et brutal. Il lui disait quelque chose. Elle le connaissait. Elle en était sûre. Certaine, même. Mais où ? Comment ? Peut être ressemblait-il seulement à quelqu'un qu'elle côtoyait parfois... Et pourtant... Cette attitude... Ce visage... Ce regard pétillant... Mais... ce n'était tout de même pas ... ?
Il... Il n'était pas sorcier ! C'était impossible ! Il a toujours été "normal", toujours été un mordu quelconque, comme elle avant qu'elle ne découvre ses pouvoirs, en fait...
Et pourtant... Si... C'était bien lui.
Elyn s'approcha d'un pas timide, mais déterminé, vers le deuxième année. Chaque foulée allait contre son instinct, qui lui ordonnait de faire demi-tour. Son regard était fixé sur lui. Elle ne pouvait pas le détourner.
Il ne semblait pas la voir venir. *Non... Si, c'est lui. J'en suis certaine. C'est incroyable...*
Elle n'était plus qu'un quelques mètres. Son coeur battait à toute allure, de joie, d'appréhension et de surprise intense. Elle tendit le bras et lui posa une main sur l'épaule. Puis murmura :

"Duncan ?"

"On peut trouver le bonheur même dans les moments les plus sombres. Il suffit de se souvenir d'allumer la lumière..."
Albus Dumbledore
Griffes et crocs, Griffes et coeur, Gryff vainqueurs !

Surgi du passé  PV 

Qu’est-ce qu’il faisait là ? Enfin, ça il le savait. Le gallois n’avait juste rien à faire ici : faire la visite du château au premières année. Bien que Duncan n’ait encore jamais vu de ses fameux nouveaux arrivants il les détestait déjà. Qu’est ce qui lui prouvait qu’ils seraient sympas ? Et puis, en réalité, il avait bien aimé être le petit dernier.

La veille, le jour de la rentrée, il avait été convoqué par sa Directrice De Maison, Ariana Grants. Miss Grants l’avait convoqué dans son bureau. Duncan en avait été intrigué, il n’avait encore rien fait, et puis ce n’était que le premier jour. Le tout fraîchement deuxième année alla donc à la rencontre de la professeure de métamorphose. Il toqua à la porte et la jeune femme lui ouvrit, un air grave sur le visage. Elle lui demanda de prendre place dans un de deux fauteuils de son bureau de directrice de maison, Duncan s’exécuta. Sa directrice lui cria dessus pendant un bon quart d’heure, selon elle il avait détruit un tableau magique de l’école. Duncan qui était étranger à cette bêtise nia en bloc mais Miss Grants ne le cru pas, ou enfin qu’à moitié. Pour le punir elle l’affecta à une visite organisée pour les petits Gryffons.

Le lendemain le gallois arriva en retard, exprès. Il ne vit aucuns de ses amis parmi ceux qui faisaient la visite. Puis, il s’adossa à un des barreaux de la grille du portail. Il croisa les bras, et comme aucun première année ne venait lui demander de lui faire la visite il se dit qu’il serait peut être sauvé de cette torture. Dans le toute, il continua de faire la tête pour être sûr de ne pas faire une visite. Malheureusement, une main vint se poser sur son épaule. Surprit, il attrapa le poignet de l’impertinent et en se retournant il le tordit légèrement. Celui qui avait osé le toucher allait le payer cher…

Il se retourna et vit que l’impertinent en question était en fait une impertinente. Il eu une seconde de battement et il se rendit compte qu’il connaissait celle qui était face à lui. C’était Elyn : sa cousine.
Il lacha son poignet et dit :
« Qu’est ce que tu fais là ? »

Détenteur de SEPT Magic Award.
A été parrain de cinq préfets.

Surgi du passé  PV 

« Duncan ? »

Le brun se retourna vivement et empoigna son bras. Elyn sursauta, prise par surprise. Elle écarquilla ses grands yeux avec terreur quand elle vit l’étincelle furieuse qui scintillait dans les yeux du jeune homme. Elle restait immobile, impuissante, comme un petit animal terrifié qu’on aurait jeté pour la première fois en cage.

« D… Duncan ? »

Il plissa les yeux puis ses traits furent frappés de stupeur. Il lâcha le bras d’Elyn, et elle le ramena contre son torse et se frotta de l’autre main la marque rougeâtre qui marquait sa peau à l’endroit où il l’avait empoignée. Elle le fixait toujours avec peur, bien que son expression ait bien changé. Maintenant, il la regardait intensément comme si elle avait deux têtes et il dit d’un ton hésitant :

« Qu’est-ce que tu fais ici ?

- J… Je suis une sorcière… »


Elyn le regardait maintenant avec indignation, comme si elle attendait des excuses pour l’avoir effrayée et malmenée. *Non, pas la peine d’en faire des histoires…*

Duncan Jackson. Son cousin. COMMENT aurait-elle pu imaginer une seule seconde qu’il puisse être de… ce monde ? Elle le connaissait pourtant, bien, même. Son frère jumeau, Edward, avec qui elle s’entendait très bien, sa mère, de qui la vision d’Elyn était très floue. Elle la voyait moins que tous les autres membres de la famille Jackson. Et son père, son oncle, en fait… Frère de son père, James Wind. Pour une coïncidence, c’en était une, et même plus que ça. Non seulement le fait qu’ils soient tous deux sorciers, puis qu’ils soient dans le même collège et enfin dans la même maison. C’était… fou. Totalement insensé. C’était super, oui, mais insensé, et Elyn ne réalisait pas du tout ce qui lui arrivait. Duncan, en chair et en os, devant elle !

« Et… sinon, tu vas bien ? Ta mère, ton père, et… comment va Edward ? Il est sorcier, lui aussi ? »

Elyn se sentait stupide de poser cette question, alors que tous deux avaient tant de choses beaucoup plus importantes à se dire. Depuis quand il se savait sorcier ? Qui d’autre dans sa famille l’était ? Et… *En fait, ça tient la route. C’est pour ça que je ne voyais pas souvent sa mère. Peut-être qu’elle avait un métier de sorcière, et que par précaution, elle nous évitait, moi, mon père et ma mère…*

« Enfin, c’est cool, quoi… On va pouvoir se voir plus souvent sans rien se cacher. »

Elle fit un petit sourire, mais la gêne et la tension étaient palpables dans l’air. *Vite, trouver une petite blague stupide… Juste histoire de détendre l’atmosphère…*

"On peut trouver le bonheur même dans les moments les plus sombres. Il suffit de se souvenir d'allumer la lumière..."
Albus Dumbledore
Griffes et crocs, Griffes et coeur, Gryff vainqueurs !

Surgi du passé  PV 

« J… Je suis une sorcière… »

Duncan n’en croyait ni ses yeux ni ses oreilles. Sa moldue de cousine n’était finalement pas si moldue que ça. La jeune fille qu’il avait côtoyé lors de son enfance avait des pouvoirs magiques. Cela faisait un moment qu’il ne l’avait pas vue … depuis l’été avant sa rentrée à Poudlard, l’année précédente. Duncan n’avait pas eu le temps de se soucier d’elle depuis qu’Edward était tombé malade, comment avait-il pu l’oublier ? Mais la question qui s’imposait à lui était : comment avait-elle pu devenir une sorcière ? sans doute qu’enfant il n’y avait jamais vraiment prêté attention … s’il l’avait revu dernièrement il l’aurait sûrement démasqué. Mais ? sa mère aurait dû le savoir. Quoique, Alyson ne l’avait que très peu vu, en tous cas la réalité était là : Elyn est une sorcière !

« Et… sinon, tu vas bien ? Ta mère, ton père, et… comment va Edward ? Il est sorcier, lui aussi ? »
Duncan se figea à l’évocation de son jumeau. Le garçon était malade, il avait attrapé la dragoncelle peu de temps après son entrée à Poudlard. Bien sûr la jeune fille ne pouvait pas être au courant, ils ne s’étaient pas revus depuis un moment. Le gallois répondit avec un sourire triste à la jeune fille qui avait fraîchement découvert ses pouvoirs :
« Moi ça peut aller … les autres moins : Papa a mis en pause ses recherches, Maman … Maman est au chevet d’Edward, oui il est malade. Il a chopé une maladie magique : la Dragoncelle. Il a été malade, très malade … Mais son état s’améliore ! les médicomages disent qu’il pourrait revenir d’ici Noël !! Bon … il redoublerait sa première année mais il serait avec toi ».

Il sourit à la jeune fille. Edward allait mieux, c’était une certitude, bientôt le brillant jeune homme serait de retour ! la jeune fille interrompit ses pensées en faisant une remarque, joyeuse :
« Enfin, c’est cool, quoi… On va pouvoir se voir plus souvent sans rien se cacher. »

Duncan bloqua sur le « sans rien se cacher », c’est vrai que depuis des années la moitié de sa famille cachait des choses à la famille de la jeune fille. Il répliqua d’un ton mi désolé, mi grave :
« Je suppose que tu veux la vérité, je suppose que tu n’es au courant de rien »

Le groupe de visite se mit en marche et Duncan se mit en marche, légèrement derrière le groupe principal.

Détenteur de SEPT Magic Award.
A été parrain de cinq préfets.