Parc

Inscription
Connexion
  Retour

Une chanson douce...  Solwen 

Après quelques instants de marche en silence, mon esprit avait commencé à dériver. Le château était tellement silencieux que c'en était presque légèrement effrayant en fait. J'aimais cette atmosphère, mais elle me donnait un peu l'impression d'être seule au monde avec Eileen. La plupart des personnages dans les tableaux étaient plongés dans un sommeil profond, appuyés sur le bord de leur cadre. On pouvait même entendre leurs lentes respirations si on prêtait l'oreille. Entendre ces bruits alors que nous étions seules dans un couloir me donnait la chair de poule. Je savais pertinemment d'où venaient ces bruits, et ils ne me gênaient pas d'habitude, mais ce soir là si. Parce que je n'étais pas seule. Parce que quand je regardais les peintures, je voyais les petits bonshommes occupés à dormir, mais à leurs respirations endormies se superposaient le son des pas d'Eileen, qui résonnaient sur les parois des murs, sans obstacle pour l'atténuer. Et lorsque je me concentrais sur elle, c'étaient les ronflements qui prenaient des allures effrayantes, comme la respiration d'une bête endormie prête à se réveiller au moindre bruit suspect. 
Secouant la tête pour me sortir mes divagations de l'esprit, je rejoignis rapidement Eileen en agrandissant mes pas. Je failli lui rentrer dedans quand elle s'arrêta non loin de la Grande Salle. Elle s'était plaquée contre l'un des murs, aussi d'instinct, je fis de même. Je ne savais pas ce qu'il se passait, mais au cas où, mieux valait être prudente. Eileen se mit à me chuchoter pour me demander si j'avais une idée pour le faire partir, parce qu'il risquait de ne pas nous laisser passer, et de faire plein de bruit. *Qui est ce "il" ?* Je me penchai doucement par dessus son épaule, et mon cœur tomba dans ma poitrine. Peeves. Je me rabattis rapidement derrière ma complice, hors de vue de l'esprit frappeur. C'était une très mauvaise chose de l'avoir croisé. Je l'avais déjà vu pas mal de fois dans les couloirs, et sa présence n'avait jamais rien de bénéfique. J'étais sûre que s'il nous voyait nous étions bonnes pour un petit tour par la case bureau de l'un des professeurs. Rien de très agréable en somme. D'autant plus qu'il se ferait certainement une joie de réveiller tout le château en même temps, bref un vrai plaisir. A mon avis, il valait mieux que nous partions tout de suite, quitte à ne pas aller dans le parc. Il nous restait toujours la tour d'Astronomie au pire ! Mais visiblement Eileen n'était pas du même avis que moi. Elle s'était encore avancée, visiblement pour observer de plus près l'esprit frappeur, puis elle m'avait demandé si je pensais qu'un gros bruit pourrait le distraire. Alors comment dire... Probablement que oui, mais je n'avais pas vraiment pour objectif de réveiller tout le château, ni de lancer un quelconque sort qui puisse faire du bruit. J'aimais bien les balades nocturnes dans les couloirs déserts, et j'aurais adoré aller dans le parc, mais je n'avais pas vraiment envie de devoir risquer la punition pour ça. A mes yeux, le jeu n'en valait clairement pas la chandelle. Mais comment le faire comprendre à Eileen qui elle avait l'air plus excitée qu'une puce à l'idée de faire du bruit pour attirer Peeves ailleurs ? Je me raclais doucement la gorge, avant de me pencher vers la jeune fille, pour lui chuchoter à l'oreille.

- Euh... Eileen je suis pas sûre que ça soit une bonne idée... Tu sais j'adorerais aller dans le parc, mais on risque de se faire attraper par un professeur... Puis je ne suis pas certaine que lancer des sorts dans les couloirs au milieu de la nuit soit vraiment autorisé

Bon vous me direz que se balader dans le château en pleine nuit n'était pas non plus très très autorisé et pourtant je le faisais. Mais il y avait une différence entre se promener pour éviter de réveiller les autres dormant dans le dortoir, et faire du boucan pour sortir. D'autant plus qu'on n'était pas obligées de sortir et sachant que le boucan en question risquait justement de tirer les élèves du sommeil, alors que c'était précisément ce que je voulais éviter depuis le début. J'avais peur que Eileen n'accueille pas très bien ma déclaration, et qu'elle pense que je me "dégonflais". Mais le fait était. Si elle avait envie de sortir, je n'allais pas l'en empêcher plus que ce que je venais de faire, elle faisait ce qu'elle voulait après tout, je n'étais pas sa mère, mais ça serait sans moi.

"Je ne veux plus grandir, je ne veux plus rien apprendre
Je ne veux plus souffrir, je préfère qu’on me mente"
"C'est le temps que tu as perdu pour ta Rose qui fait ta Rose si importante." Le Petit Prince

Une chanson douce...  Solwen 

La réponse de Solwen tomba et, l'espace d'un très court instant, Eileen ne pût cacher sa déception. Bien sûr, sa camarade était la voix de la raison mais elle aurait tellement aimé tenter le coup, ne serait-ce que pour jouer un sale tour à Peeves, lui qui en était habituellement le roi. Évidemment, le jeu n'en valait sûrement pas la chandelle mais la fillette s'était déjà tellement fait tout le déroulé du plan dans sa tête qu'il lui fallait forcément quelques secondes pour accepter le fait que ça n'aurait jamais lieu. Ou en tout cas, pas ce soir-là. Oui, voilà, c'était plutôt comme ça qu'elle devait se raisonner... jouer un mauvais tour à l'esprit frappeur de Poudlard, elle pourrait toujours le fait une autre fois. Quand elle serait seule, à commencer, pour éviter d'entraîner quelqu'un d'autre dans les ennuis si elle prenait un tel risque mais aussi quand elle se serait mieux préparée pour parer à toutes les éventualités - y compris celle de se faire prendre la main dans le sac par les adultes.

Elle finit donc par hausser les épaules et esquissa un sourire. Elle avait bien une autre idée pour venir à bout de Peeves et comptait bien le proposer à la Serdaigle avant d'imaginer une autre solution pour leur escapade nocturne.

"Tant pis alors. Mais sinon, on peut demander au Baron Sanglant ? Il parait que Peeves lui obéit."

Bon, encore faudrait-il trouver le fantôme de sa maison, ce qui ne serait peut-être pas chose aisée. Les bruits de couloir disaient qu'il n'était jamais bien loin de la Dame Grise. Ca tombait bien puisqu'elle était avec une Serdaigle donc, à elles d'eux, elles arriveraient sûrement à leur fin si elles se décidaient pour cette option-là. Seulement, Eileen avait peur d'être un peu trop aventureuse pour sa camarade et elle ne voulait vraiment pas la faire fuir. Elle l'appréciait et n'oubliait surtout pas qu'elle avait su la rassurer quand elle s'était "réveillée". Ça comptait beaucoup pour elle et elle espérait vraiment qu'elles pourraient devenir amies. Ce qui passait par un peu de modération de sa part quant à son esprit réfractaire aux règles. La tour d'astronomie, du coup ? Elles en avaient parlé plus tôt et ça leur permettrait aussi d'être un peu en extérieur. Bon, façon de parler bien sûr mais c'était déjà mieux que rien.

"Sinon, on change de plan et on va voir les étoiles ?"

De toute façon, tout lui allait le temps qu'il n'était pas question d'aller se coucher de suite. Elle se sentait plus alerte que jamais, elle savait déjà qu'elle n'arriverait jamais à trouver le sommeil. En tout cas, pas avant de longues heures et si ça voulait dire tourner et se retourner dans son lit, non merci. Surtout qu'elle avait beau faire bonne figure, l'idée d'encore se réveiller ailleurs que dans son lit la terroriser. Alors quitte à ne pas dormir, il aurait été bien dommage de ne pas en profiter pour visiter un peu plus l'école. D'autant que, la journée, il n'était pas possible d'aller où bon lui semblait.

Deuxième année RP (2043-2044)
Activité réduite pour le moment
Ma fiche

Une chanson douce...  Solwen 

Si je m'étais douté que ma réponse ne lui plairait pas, voir la déception naître sur son visage me fit me sentir coupable. Mais je me résonnais bien vite, si j'avais refusé c'était pour son bien -et pour le mien aussi accessoirement- pas juste pour le plaisir de dire non. J'étais certaine qu'elle comprendrait. Après quelques petites secondes, elle finit par hausser les épaules, doucement souriante, signe qu'elle acceptait ma décision. Je sentis un poids s'ôter. J'avais beau savoir que c'était la bonne chose à faire, je ne pouvais m'empêcher de me torturer l'esprit tant que je n'avais pas d'approbation en face. Mon soulagement ne perdura cependant pas longtemps. A peine m'étais-je dis qu'elle avait compris, qu'elle me proposait déjà de faire appel au Baron Sanglant, sous prétexte que Peeves lui obéissait. Et le pire c'était qu'elle paraissait sérieuse ! Personnellement je n'avais aucunement l'envie de me retrouver face au terrifiant et si bien nommé fantôme des Serpentard . Même si j'avais adoré découvrir le rôle qu'il avait eu dans l'histoire de Rowena et Helena Serdaigle, histoire passionnante bien que sanglante que j'avais dévorée d'une traite comme si ça n'avait été qu'un passage de l'un de mes romans, je le trouvais encore plus terrifiant depuis. Je me demandais comment faisaient les Serpentard pour le côtoyer tous les jours, à leur place j'aurais tout fait pour éviter de croiser son chemin. Heureusement, cette fois Eileen se raisonna seule, et me proposa d'aller voir les étoiles à la place. Ça c'était beaucoup mieux, et ça m'allait parfaitement. C'était quand même bien moins dangereux que ses précédentes propositions. Avec un peu de chances, il ne ferait pas trop froid et le ciel serait découvert nous permettant de vraiment voir les étoiles et pas juste les gris nuages qui couvraient régulièrement le ciel en cette période. Je lui offris un léger sourire soulagé et en chuchotant, de peur que Peeves ne m'entende, je lui donnai mon approbation. Doucement je reculai dans le couloir, m'éloignant de la porte d'entrée et du potentiel danger. Le chemin le plus court aurait bien évidemment été celui qui se trouvait en face de nous et qui passait par l'escalier principal, mais il était légèrement bloqué par l'esprit frappeur. Je ne savais pas vraiment par où nous pouvions passer. Je connaissais le chemin depuis ma salle commune, mais je ne voulais pas remonter jusque là-bas pour ensuite repartir, en tout cas pas si Eileen connaissait un chemin plus court. Une fois complètement hors de vue de Peeves, je questionnais la jeune fille.

- Est ce que tu sais par où nous pourrions aller pour nous rendre à la Tour d'Astronomie ?

Si j'avais un relativement bon sens de l'orientation pour retrouver les salles de cours où je me rendais régulièrement, ça n'était pas le cas pour les autres endroits, et j'étais facilement capable de me perdre dans les innombrables couloirs du château lorsque j'étais dans les étages que je ne fréquentais que très peu. Combien de fois m'étais je retrouvée complètement désorientée l'année précédente à errer dans les couloirs dans l'espoir de croiser un détail connu ou quelqu'un que je connaissais pour me guider ? Bien sûr c'était toujours dans ces moments là que je ne croisais plus personne.

"Je ne veux plus grandir, je ne veux plus rien apprendre
Je ne veux plus souffrir, je préfère qu’on me mente"
"C'est le temps que tu as perdu pour ta Rose qui fait ta Rose si importante." Le Petit Prince

Une chanson douce...  Solwen 

Tant pis pour l'idée d'aller chercher le Baron Sanglant. Pourtant, ça aurait été marrant, Eileen en était sûre mais le fantôme de sa maison trainait une réputation qui faisait que peu d'élèves en dehors de la maison Serpentard osait s'en approcher. De toute évidence, Solwen faisait parti de ceux qui préféraient garder leur distance. Vraiment dommage. La fillette rêvait de lui dire ce qu'elle avait lu deux-trois jours plus tôt - oui, oui, il arrivait à Eileen de lire n'allez pas croire le contraire - une réplique qui prenait tout son sens en cet instant : "La peur d'un nom ne fait qu'accroître la peur de la chose elle-même." Seulement, elle avait peur de vexer sa camarade et ce n'était pas là son intention, loin de là. N'empêche, rien que d'imaginer Peeves tout mielleux, ça valait son pesant d'or alors le voir en vrai, ça aurait fait sa soirée. Une autre idée qu'elle notait donc pour plus tard lorsqu'elle serait seule. Son planning commençait à bien se charger avec tout ça. Quoique... enquiquiner l'esprit frappeur de Poudlard avec l'aide du Baron Sanglant n'avait pas besoin d'être fait le nuit. Il se pourrait même que les professeurs voient cela d'un bon œil tant il les rendait chèvre parfois. En fait, il avait le don de se mettre à dos tout le monde puisque la jeune fille avait même déjà surpris les sorciers des tableaux vociférer à son encontre.

En attendant, c'était donc changement de programme à la clé. Eileen suivit sa partenaire de balade pour se mettre hors de vue et surtout hors de son de Peeves. Là, elles pouvaient au moins se permettre de faire une petite pause et ainsi discuter de la suite de la soirée. De la direction à prendre pour commencer. Le problème, c'est qu'avoir vagabonder alors qu'elle dormait avait quelque peu dérouté la fillette qui ne savait plus exactement par où elles étaient passées pour en arriver là. Rejoindre l'escalier principal revenait à la même impasse puisque Peeves s'y trouvait donc quelle solution leur restait-il ?

"Tu connais un autre chemin pour rejoindre le 1er étage ? La salle d'Histoire de la Magie par exemple ? Parce que, de là, on devrait pouvoir rejoindre l'escalier principal sans que Peeves ne nous voit, tu ne crois pas ?"

C'était quand même bête d'avoir une baguette magique, d'apprendre la magie et de ne pas trouver d'autre solution que de jouer à cache-cache avec un esprit. Et c'était bien la première fois qu'Eileen avait hâte de passer en année supérieure pour apprendre plus de sortilège. Ainsi, elle n'aurait plus à ruser ainsi, elle en était certaine. En attendant, elle devait bien prendre son mal en patience.

"Ou alors, par ta salle commune ? Parce que la mienne, ça sert à rien, elle nous emmène au sous-sol donc dans la direction opposée."

Il devait forcément y avoir un moyen même s'il ne venait pas à l'esprit de la fillette pour le moment. Elle se tourna donc pleine d'espoir vers la Serdaigle. Il suffisait qu'elles se retrouvent à un étage, n'importe lequel, et elle était certaine qu'ensuite, tout se passerait comme sur des roulettes.

Deuxième année RP (2043-2044)
Activité réduite pour le moment
Ma fiche

Une chanson douce...  Solwen 

Arrêtées un peu plus loin dans le couloir, à l'abri de Peeves, nous poursuivîmes notre discussion. Je craignais un peu qu'elle me propose un nouveau plan pour accéder à la tour légèrement dangereux, comme celui d'aller chercher le Baron Sanglant pour se débarrasser de l'esprit frappeur. Mais heureusement, cette fois ci elle resta raisonnable. Pendant qu'elle proposait de nouveaux chemins, je tentai de faire un plan dans ma tête, visualisant les obstacles auxquels nous pourrions nous retrouver confrontées -comme un certain esprit frappeur par exemple. Je voyais parfaitement un chemin pour rejoindre le premier étage, malheureusement, je n'arrivais pas à le replacer sur ma carte mentale, ce qui posait un petit souci. Je ne tenais pas réellement à parcourir tout le rez-de-chaussée dans l'espoir de tomber dessus. N'ayant jamais eu à emprunter un autre chemin que celui de l'escalier principal pour monter étant donné qu'il n'était jamais bloqué en temps normal, et mon cerveau étant embrumé par la crainte que Peeves nous trouve avant que nous n'ayons eu le temps de fuir, je galérais comme ça n'était pas permis dans la construction de ma carte imaginaire. J'entendis Eileen proposer la salle d'Histoire de la Magie. En théorie, il était possible que nous réussissions à passer, en nous faisant discrètes. Eileen proposa ensuite de passer par ma salle commune. Si on arrivait à aller jusque-là, ce serait parfait, je pourrais trouver mon chemin les yeux fermés -ou presque, buter contre une armure était si vite arrivé-, mais la salle d'Histoire me conviendrait presque autant, avec un chemin plus court, qui nous éviterait un détour. Mais pour cela il fallait déjà réussir à monter. *Réfléchis Solwen* Je savais que notre seule chance de quitter cet étage consistait en cet escalier que je n'arrivais pas à replacer. Il en existait je ne sais combien d'autres pouvant mener à l'étage supérieur, mais je ne les connaissais pas, ne les ayant jamais empruntés. En explorer de nouveaux, en pleine nuit n'était pas réellement la chose à faire. Au vu du caractère capricieux de certains, nous pourrions nous retrouver à l'endroit souhaité, comme à l'autre bout du château, voire même bloquées. Non décidément, ce n'était pas la chose à faire. Il fallait que je remette la main sur ce passage. Je visualisais son arrivée, sa forme grosso modo. Donc théoriquement, il se trouvait plus loin dans le couloir au cœur duquel nous étions plantées. Théoriquement. Tout le problème résidait dans ce petit mot. Je n'étais absolument pas sure de moi, mon plan en trois dimension créé dans mon esprit connaissait clairement des ratés, mais rester ici plus longtemps n'était pas une bonne idée. Il valait mieux que nous mettions encore un peu de distance avec l'esprit frappeur. Plus il serait loin de nous, mieux nous nous porterions. Bien que j'ai la crainte de l'envoyer nulle part, je décidai de proposer mon idée à Eileen. Ce serait toujours mieux que rien, puisqu'elle n'avait pas non plus d'idée. Cherchant comment formuler ma théorie -je ne voulais pas qu'elle croit que je sois sûre de moi, je préférais qu'elle sache que j'avais quelques doutes, c'était plus honnête- je me mis en marche, vers le début supposé de l'escalier qui nous permettrait de nous échapper.

- Il me semble, même si je n'en suis pas vraiment sûre à cent pour-cent désolée, qu'un escalier pourrait nous mener au premier étage par là-bas. De là on pourrait arriver à la salle d'Histoire sans souci. Je sais exactement où il arrive -il n'est pas piégé-, mais je ne suis pas certaine de son départ, puisque je ne l'ai pas emprunté beaucoup de fois, l'escalier principal étant quand même plus pratique.

Si j'avais essayé de parler calmement, le rythme de mes paroles s'était inconsciemment accéléré lorsque je lui avais dévoilé mes doutes, si bien que sur la fin je commençai à manquer d'air. J'inspirai calmement en attendant sa réaction, espérant qu'elle ne soit pas énervée que je n'ai rien de mieux à proposer que des suppositions. En réalité, je ne pensais pas qu'elle ait cette réaction. Au vu de ce que j'avais eu l'occasion de découvrir d'elle, elle ne semblait pas du genre à me reprocher un plan téméraire -qui l'était quand même bien moins que les siens.

"Je ne veux plus grandir, je ne veux plus rien apprendre
Je ne veux plus souffrir, je préfère qu’on me mente"
"C'est le temps que tu as perdu pour ta Rose qui fait ta Rose si importante." Le Petit Prince

Une chanson douce...  Solwen 

Le silence s'installa pendant un bon moment. A tel point qu'Eileen se demanda si sa camarade n'avait pas simplement bugué. Ou alors, elle était sous le choc de la rencontre avec Peeves ? Elle avait déjà entendu un truc du genre... une situation stressante qui faisait qu'une personne se figeait totalement. Mais, du coup, elle n'avait aucune idée de quoi faire pour aider la Serdaigle et commencer même à sérieusement s'inquiéter. Il était hors de question qu'elle la laisse en plan mais il ne fallait pas non plus qu'elles restent trop longtemps au même endroit, au risque de se faire prendre. Alors certes, elle pourrait toujours expliquer qu'elle s'était réveillé là mais d'une part, elle n'était pas certaine qu'on la croirait, même si ce n'était là que la vérité et surtout, Solwen n'aurait aucune justification plausible. Elle lui était venue en aide, oui mais ça n'expliquait pas la raison de sa présence dans les couloirs après le couvre-feu.

La tension montait donc du côté de la Serpentard et elle allait intervenir, demander à sa complice si ça allait et si elle pouvait faire quelque chose pour elle quand elle reprit enfin la parole. Ohh, ce n'était donc que ça ? Elle réfléchissait pour trouver un escalier. Et pourquoi était-elle désolée de ne pas être sûre ? C'était toujours mieux que son non plan à elle.

"Super, en avant alors !"

Pour Eileen, cet escalier mystérieux dont on n'était pas sûr du point de départ, ça sonnait un peu comme une aventure. Une sorte de chasse au trésor en somme. En tout cas, quelque chose d'excitant qui lui plaisait et le sourire qu'elle affichait en était la preuve, tout comme le son de sa voix qui démontrait son envie de découvrir le moindre recoin de Poudlard. Elle chopa donc la main de sa camarade et l'entraîna dans la direction qu'elle avait regardé quand elle avait exposé son plan. La fillette n'était jamais allé dans cette partie-là donc autant dire qu'elle n'avait aucune idée de ce qui les attendait et elle s'en moquait bien. Ce n'était pas bien éclairé et elle n'osait pas utiliser sa baguette de peur de se faire repérer. Du coup, elle avançait prudemment pour ne pas se prendre une armure en pleine tête. Oui, c'était bien le genre de choses qui pouvait lui arriver et en plus de risquer de se faire mal, elle pourrait surtout la faire tomber et bonjour le raffut.

"Tu te souviens d'un repère qui pourrait nous aider ? Un tableau, une statue ou un truc du genre ?"

Deuxième année RP (2043-2044)
Activité réduite pour le moment
Ma fiche

Une chanson douce...  Solwen 

Aussi fou que puisse paraître mon plan, Eileen l'accepta sans hésitation. Nous avancions dans le couloir, ensemble, pourtant j'avais l'impression d'être à des kilomètres de la jeune fille. Son sourire ne marquait que le bonheur et l'excitation à l'idée d'explorer le château de nuit. Aucune inquiétude, aucune peur. A l'inverse mon cerveau carburait à toute allure, et je commençais à sérieusement stresser. Si j'avais apprécié au début notre promenade nocturne, je n'avais plus qu'une hâte : retourner dans mon dortoir, me blottir dans mon lit et n'en sortir qu'au petit matin. Et surtout ne plus en sortir la nuit avant quelques mois. Je voulais juste que ça cesse. Mais bien sûr, je me faisais cette promesse en état de stress. Dans ces moments là on se demandait comment on avait fait pour être suffisamment bête pour se coller dans une pareille situation, et on se jurait de ne jamais recommencer. Puis quelques jours passaient, voire quelques semaines, et on oubliait la peur. Alors on recommençait, encore et encore. Jusqu'à ce que ça claque. Après tout "Je ne fais jamais deux fois la même erreur. Je la fais cinq ou six fois, histoire d'être sûre" n'est ce pas ? J'espérais juste que ce soir ne soit pas celui où tout allait claquer. Que tout se passerait bien, jusqu'à ce que je retrouve mes draps. C'était tout ce qui m'importait pour le moment. 
Sauf que pour retrouver mes draps, il fallait déjà retrouver le chemin. La belle jambe. Il ne me restait plus qu'à prier pour que le chemin que nous suivions soit le bon. Je me sentais oppressée par les murs de pierre, tout me faisait douter. Dans le noir, j'avais l'impression de découvrir un nouveau couloir, j'avais le sentiment de ne rien reconnaître. Tout était plus inquiétant, ce qui m'avait semblé apaisant au début était ce qui maintenant m'effrayait le plus. Dans le silence, nous n'entendions plus que le bruit régulier de nos pas qui martelaient le sol, et de nos respirations, la mienne saccadée par l'inquiétude qui m'envahissait. Le passage était sombre, peu éclairé, et son calme le rendait encore plus effrayant. Mon sang battait dans mes tempes, et j'accélérai légèrement le rythme, chose risquée à cause de la pénombre. La voix d'Eileen brisa soudain le silence, me faisant sursauter. Je ralentis le rythme pour arriver à ses côtés. Est ce que je me souvenais d'un détail qui pourrait nous aider ? *Euh...* Je voyais parfaitement l'escalier dans ma tête, mais dès que j'essayais de me focaliser sur un détail, tout devenait flou. Je savais que je saurais le reconnaître, mais j'étais incapable de la renseigner, plus que ça. 

- Désolée mais non, je n'ai rien qui me revient. Je saurais le reconnaître, mais je suis incapable de me souvenir de ce qui l'entoure. Mais on ne doit plus être très loin.

Mon regard était fixé sur elle tandis que mes lèvres s'agitaient le plus silencieusement possible. Son visage était la chose la plus nette que je pouvais voir, c'était plus facile de la regarder elle que de tenter de percer la pénombre devant nous. Lorsque je ramenai mes yeux sur mes pieds, mon regard fut brusquement attiré légèrement en arrière, sur ma gauche. Je pivotai rapidement la tête, mon cou protestant à cause du sec mouvement que je lui avais imposé. *Bingo !* Je fis quelques pas rapide en marche arrière, et admirai l'escalier qui perçait le mur devant moi.

- Eileen !

Je n'avais pas réussi à dissimuler la note de soulagement qui pointait dans ma voix. Enfin, enfin on l'avait trouvé ! Maintenant le reste serait un jeu d'enfant. 'Fin devrait être un jeu d'enfant.

Pardonne mon retard

"Je ne veux plus grandir, je ne veux plus rien apprendre
Je ne veux plus souffrir, je préfère qu’on me mente"
"C'est le temps que tu as perdu pour ta Rose qui fait ta Rose si importante." Le Petit Prince

Une chanson douce...  Solwen 

Depuis son arrivée à Poudlard, jamais Eileen ne s'était autant senti l'âme d'une aventurière. Pourtant, les deux filles étaient dans les couloirs de l'école et non dans le parc ou mieux encore la forêt interdite mais l'ambiance particulière qui y régnait aidait. Les bruits de leurs pas qui claquaient sur la pierre froide, les ombres à chaque détour de couloirs, les portraits murmurant sur leur passage et le risque de se faire perdre à chaque instant... Telle une Indiana Jones de la magie, la Serpentard avançait à pas de loup, regardant partout autour d'elle comme pour déjouer les pièges qui auraient été mis là des centaines d'années avant pour leur barrer le chemin vers THE trésor. En bref, elle s'éclatait et n'avait guère conscience que ce n'était pas le cas de sa camarade jusqu'à percevoir le stress dans sa voix.

Et là, quelle ne fût pas sa surprise. Était-ce la rencontre avec Peeves qui avait mis la Serdaigle dans cet état ou la peur grandissante de se faire choper ? Parce qu'il fallait bien le reconnaître : plus elles passaient de temps à arpenter les couloirs, plus l'issue risquait de ne pas jouer en leur faveur. Et même si l'adrénaline qui parcourait ses veines donnait le sourire aux lèvres d'Eileen, elle ne voulait pas pour autant se retrouver en retenue ou encore faire perdre des points à sa maison. Ses camarades ne le lui pardonneraient pas vu le travail qu'ils fournissaient, chaque jour, pour tenter de gagner la coupe. Pour autant, elle se sentait en veine et aurait aimé pouvoir communiquer son euphorie à Solwen.

Heureusement, le destin - si on pouvait appeler ça comme ça - lui donna un coup de pouce. Sa camarade venait enfin de retrouver le fameux escalier et Eileen voyait à nouveau l'aventure se profiler derrière chacune de ses marches. Ravie, elle afficha un immense sourire !

"Yeah, trop cool. J'étais jamais venue dans le coin. Toujours partante pour aller voir les étoiles ?"

Elle se devait de poser la question parce que là, du coup, elle commençait à avoir un doute sur les motivations de sa compagne d'expédition. Et même si elle était surexcitée à l'idée de poursuivre, elle ne lui en voudrait pas si elle décidait de retourner dans sa salle commune. Après tout, il se faisait vraiment tard et elle pouvait être fatiguée. Sans compter que les émotions, ça usait.

En attendant, de toute façon, elles devaient monter. Enfin, Eileen pas vraiment si le plan était de retourner se coucher vu qu'elle était quasi certaine que l'esprit frappeur avait dû bouger depuis le temps mais elle n'était pas encore décidée de ce qu'elle ferait si jamais sa camarade choisissait d'arrêter là. Continuerait-elle seule ? C'était enivrant mais elle n'était pas sûre d'avoir le cran, pour être honnête. Peu importe, pour le moment, le plan, c'était de monter ce mystérieux escalier pour aller vers le premier étage et la fillette posa donc son pied sur la première marche, se tournant alors vers Solwen pour voir ce qu'elle comptait faire.

Deuxième année RP (2043-2044)
Activité réduite pour le moment
Ma fiche

Une chanson douce...  Solwen 

Le regard fixé sur ce qui en ce moment s'apparentait en quelques sortes au Saint Graal à mes yeux, je ne vis pas le sourire qui naquit sur les lèvres de ma camarade. Par contre, je l'entendis très distinctement dans sa voix lorsqu'elle lâcha une exclamation de joie, suite à ma découverte. 
La suite se gâta. Est-ce que j'avais envie d'aller voir les étoiles là maintenant tout de suite ? Honnêtement... Non. J'avais eu assez de stress ce soit pour au moins le reste du mois, et même si aller admirer le ciel me plairait, je n'avais envie de frôler la punition une nouvelle fois. La question était alors comment décliner poliment ? Je ne voulais pas la froisser, et encore moins mentir. L'idée d'accepter me caressa l'esprit, juste pour ne pas avoir à refuser. C'est vrai après tout, ç'aurait été plus facile de lui dire oui. Mais entre la décevoir elle, et me décevoir de ma faiblesse, il était peut-être mieux que je la déçoive un peu. Elle monta sur la première marche, et je la rejoignis. Bon, partie délicate à venir. Je savais ô combien je pouvais être maladroite avec mes mots, fallait que je fasse gaffe.

- Hum, je t'avoue que non plus vraiment, je commence à fatiguer. Et le stress à l'idée qu'on se fasse prendre est un peu trop pesant pour moi, désolée

J'avais hésité à simuler un bâillement, pour pas qu'elle pense que je me dégonflais, pour qu'elle voit que j'étais réellement fatiguée, mais ça semblait un peu too much. Alors je ne fis que lui sourire, espérant que ça adoucirait mon "abandon".



Lentement, je gravis les marches qui sortaient peu à peu du noir au fur et à mesure que je m'en approchais. Arrivée à l'étage supérieure, je me tournai vers ma complice d'un soir, un léger sourire aux lèvres. "Je vais te laisser là. Merci pour ce moment, c'était très sympa. Sois prudente." Avec la fatigue, j'avais l'impression que ma voix était légèrement pâteuse, et que j'avais mis dans ma phrase beaucoup plus d'entrain que je ne l'aurais fait en temps normal. Heureusement que je n'avais pas accepté sa proposition, ça aurait été joli si j'avais sombré dans les bras de Morphée en haut de la Tour d'Astronomie. Avec un léger pincement au cœur, je me détournai, prenant la direction de ma salle commune. Au bout de quelque pas, je jetai un coup d’œil par dessus mon épaule, avant de lui adresser un petit signe de la main. Je n'avais pas menti, ça avait été un chouette moment. Ç'aurait pu être sympa de passer un peu plus de temps ensemble, j'avais l'impression que je l'avais découverte déambulant dans un couloir seulement quelques minutes auparavant, mais ça n'aurait pas été raisonnable.
Je me surpris quelques instants plus tard à chantonner une vieille chanson de Maman, mes doigts effleurant le mur, la caresse de la pierre irrégulière courant dans mon bras.

Fin pour ma part, merci beaucoup pour ce (long) rp, ce fut un plaisir d'écrire avec toi !

"Je ne veux plus grandir, je ne veux plus rien apprendre
Je ne veux plus souffrir, je préfère qu’on me mente"
"C'est le temps que tu as perdu pour ta Rose qui fait ta Rose si importante." Le Petit Prince

Une chanson douce...  Solwen 

Dire que la défection de sa camarade était une surprise aurait été mentir. Bien sûr, Eileen aurait aimé poursuivre l'aventure mais elle ne pouvait pas en vouloir à la Serdaigle. Déjà parce qu'elle l'avait bien aidée quand elle s'était réveillé au milieu du couloir sans avoir idée d'où elle était mais aussi et surtout parce qu'elle s'était éclaté et c'était bien grâce à Solwen. Jamais elle n'aurait passé une telle soirée sans elle. Elle aurait paniqué un moment et aurait fini par retourner dans son dortoir la boule au ventre. C'est pour ça qu'elle lui offrit un sourire vraiment sincère, de sorte à ce qu'elle comprenne que ce n'était pas grave, elle ne lui en voulait pas le moins du monde. Et puis, qui sait, elles pourraient toujours se reprogrammer une nouvelle soirée plus tard, non ?

"D'acc. Ce sera pour la prochaine alors !"

Et maintenant qu'elles avaient décidé de mettre fin à l'expédition, la Serpentard se rendait compte de sa fatigue. Elle ne put d'ailleurs pas s'empêcher de bailler aux corneilles. Ouai, finalement, être raisonnable était la meilleure chose à faire. En attendant, elle goûtait à l'adrénaline qui parcourrait encore ses veines tandis qu'elles grimpaient l'escalier, se demandant bien ce qu'elles allaient trouver en haut. Ah ben rien. Ce n'était pas plus mal en fin de compte.

"Rentre bien et... dors bien."

Eileen fit un signe de la main à sa camarade et la regarda partir un moment, les yeux dans le vague. C'était amusant les rencontres dans le château. Jamais elle n'aurait pensé se trouver une amie ainsi et pourtant, elle avait la sensation que c'était le cas. Légère et souriante, elle se mit ensuite en route dans la direction opposée afin de rejoindre l'escalier principal pour redescendre vers les cachots et sa salle commune. Heureuse de son expédition, elle n'avait aucune crainte quant à son somnambulisme. Il serait toujours temps d'y penser le lendemain quand elle se serait reposée et quelque chose lui disait que ça ne lui arriverait pas une deuxième fois dans la même nuit.

Merci à toi aussi et quand tu veux pour un 2ème rp. ;)

Deuxième année RP (2043-2044)
Activité réduite pour le moment
Ma fiche
  Retour